Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Christian ESTÈVE, À l’ombre du pouvoir. Le Cantal du milieu du 19è siècle à 1914, collection « Études sur le Massif central », Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2002, 559 p., préface de Jean-Luc Mayaud

François Ploux

Entrées d'index

Chronologique :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1L’analyse que propose Christian Estève de quelque six décennies de l’histoire politique du Cantal est sous-tendue par une interrogation : comment interpréter la propension que manifestent les populations de ce département à subir la domination des notables et à se rallier docilement au pouvoir en place dès lors qu’à l’inverse de ce qu’ont pu faire certains observateurs pressés, ou peu avertis, on se refuse à voir dans cette passivité apparente un symptôme de léthargie. Pareille attitude traduit-elle une sorte de soumission résignée à la contrainte administrative ? Ou bien — autre hypoyhèse dont on perçoit dès l’introduction de l’ouvrage qu’elle a la faveur de l’auteur — est-elle le produit d’un calcul, le résultat d’une tactique consciemment mise en œuvre par des paysans confrontés à des conditions de vie précaires, et qui savent tout ce qu’une telle attitude peut offrir comme avantages matériels ? C’est à cette question que Christian Estève s’efforce de répondre, en observant au passage à quel point on est loin, ici, du modèle pyrénéen d’une paysannerie périphérique en « dissidence ».

2On trouvera dans la première partie de l’ouvrage (« Le Cantalien dans ses murs ») un tableau très fouillé de l’économie et de la société cantaliennes dans les premières décennies du siècle. Il faut reconnaître qu’il serait vain de prétendre expliquer la logique des comportements politiques sans prendre en considération ces données. Dans une région caractérisée par la rudesse des conditions climatiques et par la pauvreté des sols, s’est développée une agriculture « à deux vitesses ». Un certain nombre de grands propriétaires, souvent nobles, monopolisent les pâturages d’altitude et investissent dans l’élevage bovin, lequel ne cesse de progresser au détriment du mouton. Les petits exploitants, de leur côté, ne peuvent survivre que grâce au maintien des pratiques communautaires : ainsi la présence de communaux (il s’agit d’ailleurs souvent de biens sectionnaux) permet-elle au micro-propriétaire d’élever quelques têtes de bétail et de s’approvisionner en bois de chauffe ; à cela s’ajoute l’exercice de droits d’usage sur les forêts privées ou communales et, dans la partie orientale du département, le recours au glanage ou à la vaine pâture. Il faut également souligner l’importance des migrations temporaires de main-d’œuvre. Elles concernent chaque année plusieurs milliers de Cantaliens qui, l’espace de quelques mois, s’adonnent au commerce de quincaillerie et d’indiennes, deviennent porteurs d’eau ou, de plus en plus fréquemment, colporteurs. Ces mouvements migratoires offrent une réponse au problème du surpeuplement et permettent de faire face à la réduction conjoncturelle de travail en hiver. En revanche, à l’inverse de ce que l’on a pu observer dans le cas de la Creuse, ils ne semblent guère avoir contribué à modifier les attitudes religieuses et les comportements politiques (tout au plus la pratique du colportage a-t-elle favorisé la diffusion du français dans les arrondissements de Murat et Saint-Flour). De manière paradoxale (mais ce paradoxe avait déjà été relevé dans des travaux consacrés à la pluri-activité paysanne), cette ouverture périodique sur le monde extérieur et sur la civilisation urbaine a plutôt été un facteur de reproduction des vieilles structures économiques.

3Compte tenu de la problématique retenue par l’auteur, le chapitre consacré à l’étude des notables et de leurs relations avec le peuple occupe logiquement une place importante dans l’économie générale de l’ouvrage. On y trouve une description approfondie des différentes facettes de la domination notabiliaire. Grand propriétaire foncier, le notable cantalien est bien évidemment un pourvoyeur de travail. Mais son prestige et son autorité morale reposent également sur la pratique de la bienfaisance et de l’évergétisme. Christian Estève fait cette observation intéressante que ce groupe aux effectifs plutôt réduits est pris dans une contradiction : alors que l’influence du notable sur la société locale dépend en partie de sa capacité à jouer le rôle d’intermédiaire entre les communautés locales et les pouvoirs centraux — ce qui suppose qu’il entretienne avec les villageois des relations interpersonnelles de type clientélaire (on attend de lui qu’il fasse entendre les doléances paysannes et qu’il permette aux villageois d’obtenir faveurs et subventions) — il est également tenté de se démarquer des « masses » rurales, de tenir le peuple à distance (ainsi voit-on s’épanouir une sociabilité spécifiquement notabiliaire : celle du cercle, des salons et des courses de chevaux à Aurillac). Toutefois, si la question des communaux et des droits d’usage peut provoquer quelques frictions entre les grands propriétaires et les communautés villageoises, la tutelle des notables n’est pas véritablement contestée dans la première partie du siècle, les paysans ayant le sentiment qu’elle leur est plutôt bénéfique.

4La seconde et la troisième partie de l’ouvrage sont entièrement consacrées à l’étude de l’évolution politique du Cantal depuis le chute de Louis-Philippe jusqu’à la veille de la Grande Guerre. Dans les paragraphes introductifs qui portent sur la Seconde République, Christian Estève analyse l’échec des commissaires du Gouvernement provisoire dans leur politique d’épuration des municipalités et de règlement du problème des forêts et des communaux. Si l’interprétation que propose l’auteur de la chute de la participation électorale comme symptôme de lassitude reste classique, on trouvera en revanche des développements très neufs concernant la question de la chasse et de la répression des délits ruraux. Christian Estève insiste également de manière très judicieuse sur le poids des rivalités locales dans l’histoire politique du département.

5La déception des ruraux, qui avaient tant attendu de la République, explique — on s’en doute — en partie les scores réalisés par Louis-Napoléon Bonaparte le 10 décembre 1848, comme l’enthousiasme des paysans lors de la proclamation de l’Empire. Le constat, certes, est banal, mais ce qui importe ici c’est l’interprétation qui est proposée de cette conversion. Christian Estève se refuse à recourir à ces explications simplistes qui décrivent les « masses paysannes » sortant de leur torpeur en entendant le nom magique de Napoléon. Car le bonapartisme des Cantaliens procède autant du calcul que de l’élan passionné : si les ruraux soutiennent la candidature de Louis-Napoléon, c’est aussi parce qu’ils assimilent l’Empire à l’ordre et à la prospérité (Christian Estève utilise à ce propos l’expression de « fidélité contractuelle »). Concernant le vote du 10 décembre, l’auteur prend le contre-pied de ceux qui interprètent l’accueil réservé au neveu de Napoléon dans les localités rurales comme un symptôme d’apolitisme. En refusant de suivre les recommandations des notables (qui soutiennent Cavaignac), les paysans font preuve d’indépendance. L’élection présidentielle de décembre 1848 marque de ce point de vue une rupture dans l’histoire sociale et politique du département : pour la première fois les paysans éprouvent le sentiment qu’il est possible d’atteindre le pouvoir central sans passer par le relais coutumier des notabilités locales.

6Dans la mesure où l’auteur s’efforce, tout au long de l’ouvrage, d’étudier les populations dans leurs rapports à la contrainte administrative, on comprend que les développements consacrés au Second Empire soient particulièrement importants. Faute de pouvoir désigner comme candidats officiels des hommes nouveaux conformes au portrait type qu’en a dressé Morny dans ses fameuses circulaires de février 1852, le pouvoir est contraint de chercher des relais politiques parmi les représentants de l’élite traditionnelle : le ralliement des grands notables au nouveau régime en est grandement facilité. Mais, d’un autre côté, avec la mise en place du système de la candidature officielle, le gouvernement central se trouve davantage impliqué que par le passé dans la vie politique locale. Si, par conséquent, en se ralliant au régime issu du coup d’État, les notables cantaliens ont pu retrouver une partie de leur influence sociale, l’intervention sans cesse plus appuyée de l’administration dans les affaires locales a, au contraire, sapé les bases de leur pouvoir. C’est en particulier sur le terrain de l’assistance que le notable traditionnel se trouve concurrencé par l’action des agents de l’État : le fonctionnaire se substitue au représentant de la vieille élite comme dispensateur de la faveur publique. Pour évaluer de manière aussi rigoureuse et précise que possible dans quelle mesure les notables ont vu leur influence décroître, Christian Estève analyse la composition des conseils généraux et d’arrondissement. Sa conclusion est nuancée : si les sièges au conseil général continuent d’être monopolisés par les mêmes familles, en revanche les conseils d’arrondissement apparaissent plus ouverts. À la lecture de ce chapitre consacré au Second Empire, on perçoit à quel point le régime est enfermé dans une contradiction, puisque tout en affirmant vouloir émanciper les populations de la tutelle des notables, pour substituer à cette forme traditionnelle de domination une relation d’échanges symboliques entre les paysans et le chef de l’État, il est contraint, par la force des choses, de gouverner en s’appuyant sur les représentants de la vieille élite.

7Dans la troisième et dernière partie de l’ouvrage, Christian Estève retrace l’histoire du « ralliement » des Cantaliens à la République après les élections du 8 février 1871. Au terme d’une analyse extrêmement fine des différents scrutins, il parvient à dégager les principaux facteurs qui ont favorisé cette conversion idéologique : tandis qu’autour d’Aurillac et de Mauriac les villageois ont été sensibles à la tonalité anticléricale de la propagande républicaine, les habitants des cantons orientaux ont davantage été séduits par la dimension pacificatrice de la République. Tout un chapitre est consacré à l’étude des formes de la propagande républicaine : c’est parce qu’ils ont su aller à la rencontre de l’électeur, en fréquentant les cafés, les foires et les comices — obligeant du même coup les notables conservateurs à modifier leur comportement —, que les militants républicains ont pu faire triompher leur cause. L’ouvrage s’achève sur une description de l’implantation du radicalisme après 1898, et par une tentative d’évaluation de l’intensité du sentiment patriotique dans le Cantal de la Belle époque.

8Ce travail, issu d’une thèse soutenue à l’université de Nanterre en 1995 (dont tous les développements n’ont malheureusement pas été publiés), est impressionnant d’érudition, et il n’est pas possible de rendre compte ici de la richesse des analyses proposées tout au long des quelque 500 pages de l’ouvrage. Mais il convient pour finir de saluer l’énorme travail d’exploration des sources effectué par l’auteur, qui fait preuve, dans ce domaine, d’une très grande ingéniosité. Cherchant par exemple à repérer les traces d’une opposition au Second Empire, il utilise les réponses à un questionnaire du préfet relatif à l’acquisition de timbres municipaux ornés des armes impériales et le taux de participation des élèves à l’examen du certificat d’étude lui permet de localiser les zones d’influence cléricale à l’aube de la IIIe République.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Ploux, « Christian ESTÈVE, À l’ombre du pouvoir. Le Cantal du milieu du 19è siècle à 1914, collection « Études sur le Massif central », Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2002, 559 p., préface de Jean-Luc Mayaud », Ruralia [En ligne], 14 | 2004, mis en ligne le 06 janvier 2008, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://ruralia.revues.org/992

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page