Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Serge BRIFFAUD, Naissance d'un paysage. la montagne pyrénéenne à la croisée des regards, XVIe-XIXe siècles, Tarbes/Toulouse, Archives de Hautes-Pyrénées/Université de Toulouse, 1994, 622 p.

Édouard Lynch

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Les théories du paysage et leurs évolutions ont été longtemps un champ monopolisé par les historiens d'art, et notamment les anglo-saxons ­ le dernier ouvrage de S. Schama, L'invention du paysage ­ tant l'apparition et l'épanouissement du paysage ont constitué un moment décisif dans l'histoire de la représentation du monde sensible. Les historiens s'y sont intéressés plus tardivement, dans la filiation d'une histoire désormais soucieuse des sensibilités et des représentations, avec en particulier l'ouvrage central d'Alain Corbin sur l'appréhension du rivage et des territoires maritimes, saisies sous l'angle de l'évolution majeure qu'elles connaissent entre les années 1750-1850.

2La chronologie de la découverte de la montagne pyrénéenne par Serge Briffaud est sensiblement identique, même s'il s'attache à en traquer les logiques plus avant dans l'époque moderne. Le profond renouvellement de l'environnement intellectuel et scientifique contribue à l'émergence de nouveaux regards, notamment dans tout ce qui touche aux espaces longtemps demeurés marginaux, mêlant le danger, le mystère et l'inconnu, à l'image des océans et des montagnes. Ces montagnes Pyrénées et plus précisément les Pyrénées centrales, c'est-à-dire l'ancienne province de Bigorre, dont l'auteur traque les moindres évocations à travers la littérature scientifique, administrative et provinciale de l'Ancien Régime, sont demeurées longtemps en retrait par rapport aux Alpes. De ce fait, pour reconstruire la genèse du paysage montagnard, il faut s'autoriser quelques infidélités aux Pyrénées. À travers les balbutiements de la cartographie, étatique et militaire, se mettent en place les défis de la représentation et les obstacles insurmontables, intellectuels et matériels, qu'opposent les vallées et les pics. Faute d'être appréhendée dans une impossible « réalité », la montagne demeure un espace subjectif, échappant difficilement à l'emprise du merveilleux. La Renaissance offre toutefois, avec la description donnée en 1614 par Guillaume Mauran, un point de départ essentiel.

3C'est pourtant la construction de l'État moderne, plus que les travaux des notables locaux comme Mauran, qui accentue le processus d'appropriation du paysage. Le pouvoir royal en plein essor se nourrit des symboliques montagnardes : les sommets inviolés des montagnes renvoient à l'absolu du pouvoir monarchique, et l'appropriation des espaces exige leur érection en frontière. Même si la réalité est bien différente, la société montagnarde étant économiquement et culturellement tournée vers les vallées espagnoles, c'est cette vision « centralisée » qui contribue à fabriquer le paysage pyrénéen. D'autant que l'État inventorie aussi les ressources, et surtout le bois dont on fait les matures : un ingénieur comme Froidour, mandaté par Colbert, laisse une description extrêmement précise, qui préfigure les grandes enquêtes statistiques de l'époque révolutionnaire.

4La science enfin apporte son écot : à partir de la fin du XVIIe siècle, les théories des physiciens et des géologues sur les origines de la terre placent la montagne au cœur des tentatives de lecture du monde physique. Qu'ils y voient les stigmates de la décomposition d'une terre en route vers le néant promis de l'Apocalypse, ou les traces d'un relief sculpté par le déluge, la montagne attire désormais le regard du savant. Montagne « laboratoire » ou montagne « archive », dit l'auteur, l'introduction d'un « principe d'ordre » là où semblait régner le seul chaos est une étape clé dans le processus d'élaboration du paysage montagnard. Au-delà de la simple perception banale, celle de l'individu placé au ras du sol, se dégagent désormais trois points de vue possibles et différents : « la vision verticale tout d'abord, celle de l'aigle qui plane très haut au-dessus de la surface terrestre ; la vision panoramique ensuite, dont le modèle est précisément le point de vue qui s'offre à l'observateur placé au sommet d'une montagne ; la vision « pénétrante » enfin, qui met l'observateur en contact avec l'intérieur de la terre » (p. 219). Avec cette rationalisation de l'espace montagnard, on entre de plain pied dans le siècle des Lumières, où s'opère la mutation qui est au cœur du livre.

5Dans la découverte des Pyrénées, le thermalisme tient une place essentielle. Avant même le grand essor de la fin du XVIIIe siècle, les eaux de Bagnère-de-Bigorre, de Barèges ou de Cauterets ont contribué à entrouvrir le massif. Le thermalisme a tout à la fois incité à construire des routes ­ aux regrets des autochtones, qui protestent contre leur inutilité ­ mais aussi à sécréter des discours nombreux : ceux de voyageurs effarés ou admiratifs, ceux de médecins ou de notables locaux. Ainsi les micro-sociétés thermales sont souvent simplement plaquées sur le milieu montagnard, conservant un souci constant de distanciation : « Ainsi, à Barèges, vers le milieu du XIXe siècle, les eaux usées des baignoires des riches curistes s'écoulaient dans les piscines réservées à une clientèle moins fortunée, puis dans celles des pauvres » (p. 258). Toutefois, quelles que soient ces précautions, les contacts avec les montagnes et ses habitants deviennent progressivement un des lieux clés de l'élaboration d'un discours sur la montagne, à travers les descriptions et les guides qui se multiplient, parallèlement à l'afflux des touristes.

6Ce regard est tout entier structuré autour d'une opposition récurrente, entre le sublime et l'effroyable, entre l'idyllique et le sordide. La montagne comme paysage est à la fois source d'effroi et source d'émerveillement, ce dernier sentiment devenant de plus en plus prégnant. Cette opposition s'applique également à la société montagnarde. Les habitants des hautes-vallées et leurs activités économiques sont d'abord évoqués sous l'angle de la pastorale et du paradis perdu. Les mœurs sont douces et honnêtes et l'habileté des hommes rend ces contrées prospères. Plus on avance dans le XVIIIe siècle, plus de tels jugements disparaissent. Les considérations géologiques des savants, ou intéressées des administrateurs critiquent de plus en plus une société montagnarde accusée d'accroître la déforestation, mettant ainsi en péril l'équilibre fragile du milieu naturel. Les ravages des inondations sont désormais considérés, non plus comme des fatalités, mais directement liés à l'incurie des autochtones. Cette dualité de la perception est particulièrement sensible à l'époque révolutionnaire, lorsque ces provinces se mettent à leur tour en scène pour se transformer en département, sous l'impulsion de notables activistes, comme le député Barrère, artisan de la mise en place du département des Hautes-Pyrénées.

7L'ultime étape de la découverte est scientifique : la conquête des hauts sommets est impulsée par les géologues soucieux de trouver les preuves des théories évolutionnistes. Tout en faisant souvent la part belle à l'émotion, ces hommes font tomber l'ultime barrière, celle de la haute montagne, masse de granits et de calcaires, qui ne sont pas les symboles d'un système en décomposition, mais au contraire le produit d'une formidable dynamique, d'un soulèvement originel, thèse pour la première fois apparue en 1839 et qui se généralise rapidement : « Tout se passe alors comme si l'histoire de la nature avait cessé d'écraser, ou plutôt d'englober, celle des hommes » (p. 458). Une nouvelle ère commence, celle des touristes.

8Il faut en premier lieu souligner l'extraordinaire foisonnement des informations que livre Serge Briffaud : l'histoire des religions, l'histoire des sciences, des mythes et des représentations politiques, des pratiques économiques et administratives sont tour à tour sollicitées pour faire émerger le processus de constitution d'un paysage, son évolution et ses mutations décisives dans la première moitié du XIXe siècle. D'un point de vue méthodologique, cette constitution d'un corpus et sa mise en perspective est exemplaire.

9Plus essentielle encore est la mise en évidence de cette dualité du regard, qui construit l'image des Pyrénées. Cette polarisation entre le bien et le mal, entre l'abondance et le désert, renvoie à la structure du mythe de la nature, de la sauvagerie et de l'âge d'or également très sensible dans l'évocation du monde rural. La montagne n'est en ce sens que la quintessence de cette ruralité, dont tous les traits sont forcés à l'extrême. Quoi de plus naturel, dès lors, que le parti des Montagnards ait incarné toute la pureté et la fureur révolutionnaire.

10Reste que la multiplicité des perspectives embrassées par cet ouvrage tend parfois à le rendre confus : telle la mer de nuages qui dérobe au géologue obstiné le panorama explicatif des sommets, on regrette de ne pas disposer d'un vision véritablement synthétique. Si la construction de ce paysage montagnard est, comme le souligne Alain Corbin dans sa préface, plus affaire de « recouvrements » que de « ruptures franches », les éléments constitutifs et les mutations demeurent, à la lecture, par trop dispersés. Des reproches qui tiennent certes bien plus à la forme qu'au fond, et au passage toujours périlleux de la thèse à la publication, mais qui desservent un ouvrage par bien d'autres aspects novateur. De même, l'auteur ayant résolument fait le choix de la longue durée, il aurait été éclairant de remettre en perspective, même de manière sommaire, au regard de l'Antiquité et du Moyen Âge, cette riche et fascinante reconstitution du paysage montagnard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Édouard Lynch, « Serge BRIFFAUD, Naissance d'un paysage. la montagne pyrénéenne à la croisée des regards, XVIe-XIXe siècles, Tarbes/Toulouse, Archives de Hautes-Pyrénées/Université de Toulouse, 1994, 622 p. », Ruralia [En ligne], 04 | 1999, mis en ligne le 25 janvier 2005, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://ruralia.revues.org/98

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page