Navigation – Plan du site
Thèses ruralistes

Les droites en Bretagne dans l’Entre-deux-guerres. Tensions et déchirements dans un monde catholique et rural

Thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Serge Berstein, Institut d’études politiques de Paris, 7 volumes, 1 662 f°, soutenue le 15 octobre 2002 devant un jury constitué de Serge Berstein, Jean-Marie Mayeur (président), Jacques Prévotat, Gilles Richard, Jacqueline Sainclivier et Jean-François Sirinelli, mention très honorable et félicitations du jury à l’unanimité.
David Bensoussan

Entrées d’index

Chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Assimilée à une terre de réaction et de fanatisme depuis l’opposition violente d’une part importante de sa population au cours pris par la Révolution française, la Bretagne est longtemps apparue comme le conservatoire de l’ancienne France, celle des illusions monarchistes et du traditionalisme catholique, celle d’un monde essentiellement rural et paysan. Le poids de l’aristocratie légitimiste, l’omnipotence d’un clergé farouchement intransigeant, tous deux viscéralement hostiles au régime républicain, ont accrédité l’idée, durant une bonne partie de la Troisième République, d’un isolat politique en marge des évolutions générales du pays. Durant l’Entre-deux-guerres, la région semble ainsi pérenniser les affrontements anciens entre les « blancs » et les « bleus » autour de la question religieuse, sorte de butte témoin particulièrement vigoureuse d’antagonismes qui s’atténuent dans le reste du pays.

2Quoique réductrice au regard de l’engagement républicain d’une partie croissante des populations bretonnes, l’idée d’une Bretagne citadelle de la réaction n’est pas sans fondements. Elle se vérifie dans l’existence de vastes bastions conservateurs dont la solidité se perçoit à chaque échéance électorale. Surtout, elle souligne l’importance et la vigueur maintenue d’une société traditionnelle, substrat socio-économique dans lequel se forge la prédominance d’autorités « naturelles » qui font du combat pour la préservation d’une Bretagne catholique et rurale l’alpha et l’oméga de leur engagement social et politique. Elle indique, enfin, la présence d’une culture politique originale, le traditionalisme catholique, marquée du sceau de l’intransigeantisme et de la pensée contre-révolutionnaire, qui cimente et unifie cette société traditionnelle. Ainsi apparaît dans toute sa force une sorte d’écosystème social dont les logiques politiques, économiques et culturelles assurent, non sans difficultés, la pérennité face à une modernité de plus en plus conquérante et à un modèle républicain fondamentalement antagoniste.

3Appréhender l’action des droites bretonnes dans ce cadre constitue donc l’objectif majeur de notre thèse. C’est, d’une certaine manière, une tentative d’histoire globale qui a été projetée, avec la volonté constante de dégager des modèles d’interprétation. Le concept de « bloc agraire » emprunté à Gramsci entend ainsi mettre en évidence la forte cohésion qui unit l’aristocratie foncière, le clergé et une partie de la paysannerie autour de la défense d’un modèle de société hiérarchique. Plus qu’une étude sur des forces politiques au demeurant peu structurées, il s’agit bien d’analyser la façon dont les élites catholiques et rurales bretonnes dévoilent, par leurs engagements politiques et sociaux, les logiques en cours dans cet espace social ainsi que la stratégie préservatrice qui les anime. L’interrogation sur leur capacité à faire de cette volonté conservatrice un élément de consensus au sein d’une bonne partie des campagnes bretonnes a déterminé l’intérêt accordé aux modalités d’encadrement des populations dans une contre-société catholique en constante élaboration. Elle a justifié l’attention portée à l’action du clergé dont le pouvoir de dire le monde social constitue la clé de voûte d’un monde menacé autant par les pressions externes de la société englobante que par ses dynamiques internes. Elle a enfin légitimé une approche replaçant la culture politique au cœur de la forte cohésion qui caractérise cette société traditionnelle.

4Cette orientation n’est cependant pas l’objet d’un consensus absolu. Les dissensions sont en effet profondes au sein d’un monde catholique dont l’épiscopat s’acharne farouchement à maintenir l’unité de vue. C’est l’un des axes majeurs de cette thèse que de vouloir souligner l’ampleur des tensions et des déchirements qui le traversent du fait de l’opposition de projets socio-politiques clairement dissemblables. L’influence des milieux monarchistes en Bretagne, relayée par l’emprise de l’Action française sur le monde catholique, tout comme l’importance du courant démocrate-chrétien donnent, en effet, à cette confrontation une intensité proprement exemplaire. La rivalité de L’Ouest-Éclair, fleuron de la presse régionale et acteur majeur de la démocratie chrétienne bretonne, avec Le Nouvelliste de Bretagne, émanation de l’archevêché où règne durant les années 1920 la grande figure du cardinal Charost, symbolise à l’extrême la virulence des affrontements en cours. La diversité des configurations socio-politiques dans l’espace régional engendre alors toute une variété de situations locales dont il faut rendre compte.

5Le choix de l’Entre-deux-guerres comme cadre de cette étude peut paraître un peu réduit pour un travail qui a l’ambition de replacer les combats menés par les droites bretonnes dans le contexte des défis posés par l’intégration d’un monde catholique et rural aux réalités d’une société englobante jugée par beaucoup effrayante et funeste. Mais la sphère du politique impose le poids de l’événement et de ses nombreuses vicissitudes. Sur ce plan, l’Entre-deux-guerres constitue un cadre chronologique parfaitement cohérent. Au-delà de sa légitimité sur le plan national, il permet d’inscrire la problématique précédemment définie dans une période charnière particulièrement révélatrice. On y discerne, en effet, encore aisément, les héritages du passé et la façon dont ils conditionnent l’action des élites catholiques et rurales. En même temps, le choc de la guerre débouche sur des dynamiques socio-économiques dont la capacité à modifier les équilibres qui assuraient jusqu’ici la stabilité de la société traditionnelle est patente. Il dévoile clairement les nouveaux défis qui s’imposent à ces élites sociales et les obligent à développer des stratégies d’encadrement plus abouties mais aussi plus contraignantes.

6L’objet de la première partie consiste donc à évoquer le « temps des affrontements » qui caractérise les années 1920, à un moment où l’éveil à la modernité politique, déjà entamé avant-guerre, semble s’accomplir. On a notamment voulu insister sur la dualité de ces affrontements qui s’inscrivent autant dans une dimension externe, liée aux évolutions de la politique nationale et internationale, qu’interne, avec les déchirements du monde catholique breton entre conservateurs, longtemps appuyés sur l’épiscopat breton, et démocrates-chrétiens organisés, à partir de 1924, autour du Parti démocrate populaire. Au-delà des combats permanents qui caractérisent une vie politique régionale où les clivages hérités du passé gardent toute leur vitalité, l’attention a été portée sur les deux épisodes majeurs que constituent la lutte contre le Cartel des gauches et la condamnation de l’Action française.

7La seconde partie vise, quant à elle, à replacer ces affrontements dans le cadre du projet socio-politique défendu par les élites catholiques bretonnes. Il s’agit d’analyser les fondements de ce projet et de souligner les inflexions que lui impose l’intégration renforcée de la région dans l’espace national. Entre tentation du repli et tentative de reconquête, la contre-société catholique toujours en construction dévoile autant les crispations identitaires qui la caractérisent que les difficultés et les contradictions auxquelles elle se heurte. L’école comme le syndicalisme agricole qui composent les deux piliers de la stratégie préservatrice développée par les élites traditionnelles témoignent à l’évidence de cette ambivalence. On se permettra ici d’insister sur le second de ces piliers.

8Si la promotion de l’école privée n’engendre guère de tensions au sein du monde catholique breton, il n’en est pas de même, en effet, du syndicalisme agricole. C’est que celui-ci apparaît bien comme un élément de préservation de l’influence socio-économique mais également politique de l’aristocratie rurale. La volonté d’assurer le développement économique du monde rural tout en conservant la maîtrise de ce processus constitue bien une des raisons majeures de l’investissement des élites sociales traditionnelles dans cette entreprise et ce nonobstant quelques divergences. Les nécessités sur ce point apparaissent en effet inéluctables au lendemain de la guerre lorsque la paysannerie bretonne revendique une amélioration de ses conditions de vie. Le développement du mouvement des « cultivateurs-cultivants » montre alors comment cette revendication peut-être porteuse d’une volonté de rupture avec les équilibres sociaux existants, menaçant ainsi la prééminence de l’aristocratie rurale. Soutenu voire impulsé par les abbés démocrates, il suscite la vive inquiétude des notables agrariens et de l’épiscopat qui voient dans le syndicalisme mixte un impératif vital pour contrôler les évolutions de la société rurale traditionnelle. Les affrontements sont alors intenses, à la hauteur des enjeux ainsi définis. Ils ne sont pas sans avoir des répercussions jusqu’à Rome. Appuyés par la hiérarchie ecclésiastique, les notables agrariens, au sein desquels émerge la figure d’Hervé Budes de Guébriant, président de l’Office central de Landerneau, mènent une vigoureuse contre-offensive qui se développe autant sur le terrain politique qu’économique. Le nouvel élan qu’ils donnent à leurs organisations menace alors les réalisations du mouvement des « cultivateurs-cultivants » tandis que l’hostilité persistante du clergé à l’égard de ces derniers finit par susciter de nombreux découragements. L’échec des « cultivateurs-cultivants » au début des années 1930 témoigne de la solidité du bloc agraire breton pourtant affaibli par les répercussions de la condamnation de l’Action française.

9À l’orée des années trente, l’interpénétration du religieux et du politique paraît sensiblement s’atténuer. L’objectif de la troisième partie est de montrer comment la crise suscitée par la condamnation de l’Action française provoque, sur fond d’incertitudes, de profonds reclassements au sein du monde catholique breton. L’essor de la seconde Action catholique fait émerger de nouvelles préoccupations qui engagent une fraction des clercs bretons dans d’autres perspectives. Parallèlement, la radicalisation d’une partie de la paysannerie bretonne face à la loi sur les assurances sociales et, plus encore, face aux effets de la crise économique débouche sur l’irruption du dorgérisme qui connaît un vif essor dans les années 1934-1937. Cultivant un goût prononcé pour l’action directe et une certaine violence, symbolique ou physique, Dorgères réussit pendant un temps à capter et exploiter l’animosité des campagnes bretonnes vis-à-vis de l’État et des lois du marché ainsi que leurs frustrations devant la dégradation de leurs conditions de vie. Son apologie du monde rural, son hostilité profonde à l’égard des forces de gauche, son refus de la présence envahissante de l’État séduisent aussi les notables agrariens qui voient dans l’alliance avec le mouvement dorgériste le moyen de donner à leur projet corporatiste une nouvelle dimension. La constitution du Front paysan concrétise cette alliance tout comme elle traduit la radicalisation politique des notables agrariens. Le dorgérisme leur apparaît comme l’instrument adéquat d’une stratégie politique qui, en s’appuyant sur la mobilisation des masses rurales, doit leur permettre d’imposer à l’État et au reste du corps social le projet corporatiste. Si celui-ci se déploie désormais dans une optique résolument nationale au travers de l’action de l’Union nationale des syndicats agricoles (UNSA), il n’en correspond pas moins à des motivations régionales. Le corporatisme est, en effet, perçu comme le moyen de ressouder le bloc agraire breton autour de l’aristocratie rurale alors que le consensus socio-culturel qui en assure la pérennité est fragilisé par la réorientation des préoccupations cléricales. Il définit une nouvelle mystique, à un moment où les exemples étrangers montrent l’importance du soutien des masses, dans un cadre qui maintient l’hégémonie des élites sociales traditionnelles.

10La volonté d’expliciter les tenants et les aboutissants des combats menés au nom de la défense d’une Bretagne catholique et rurale a supposé une immersion dans la culture politique qui en constitue le soubassement. Véritable chambre d’écho des réactions du monde catholique breton face aux évolutions de la société englobante, la presse a été sur ce point d’un apport considérable. Le rôle majeur joué par L’Ouest-Éclair et Le Nouvelliste de Bretagne dans l’expression souvent vindicative des déchirements qui le traversent souligne aussi l’intérêt d’une telle source. L’intérêt porté au monde rural et à l’enjeu politique qu’il représente nous a également poussé à une étude exhaustive de la presse agricole régionale, particulièrement nombreuse elle aussi. Émanations des unions syndicales, des « cultivateurs-cultivants » ou du mouvement dorgériste, la presse agricole donne des indications précieuses sur les tensions qui touchent le monde rural breton durant l’Entre-deux-guerres et sur les stratégies socio-politiques qui s’y déploient.

11Quoiqu’à manier avec précaution, les archives déposées par les autorités civiles constituent, quant à elles, une source de premier plan sur les conflits politiques autour desquels s’organise une partie de l’action des droites bretonnes. Malheureusement, du fait de lacunes parfois considérables, la série M n’en restitue qu’une vision partielle, parfois tronquée. Outre les archives diocésaines, il a alors été possible de s’appuyer sur des fonds d’archives privées dont la recherche a mobilisé pendant un temps toute notre attention. Autour de L’Ouest-Éclair et du courant démocrate-chrétien, nous avons pu travailler sur les archives d’Ernest Pezet, député du Morbihan, ainsi que sur celles de Louis-Alfred Pagès, directeur des bureaux parisiens du quotidien rennais, et de Paul Simon, député du Finistère et directeur politique de L’Ouest-Éclair après la mort d’Emmanuel Desgrées du Loû. Les informations contenues dans ces fonds, notamment les deux derniers, sont fondamentales pour comprendre l’action des démocrates-chrétiens bretons et les difficultés auxquelles elle se heurte. Les archives de mgr Vanneufville ont été aussi particulièrement utiles. Véritable interface entre les démocrates-chrétiens bretons et les milieux romains, mgr Vanneufville, correspondant de L’Ouest-Éclair à Rome, a joué un rôle considérable et ses archives contiennent des documents précieux sur l’épisode des « cultivateurs-cultivants ».

12Approcher au plus près la stratégie des milieux conservateurs et agrariens est apparu plus difficile tant la recherche documentaire est ici compliquée. C’est dire toute la chance qui nous a été donnée de pouvoir accéder aux archives personnelles des deux plus grandes figures du monde conservateur breton que sont le marquis de La Ferronnays et le comte de Guébriant. Leur action ne se situe d’ailleurs pas sur le même plan et leur étude a permis une complémentarité heureuse entre l’action politique du grand notable royaliste et l’action syndicale du président de la plus puissante organisation agrarienne de Bretagne. L’importance considérable des archives du comte de Guébriant éclaire notamment d’un jour nouveau la lutte menée contre les « cultivateurs-cultivants » par les élites du bloc agraire breton et leurs liens avec le mouvement dorgériste. Le fonds Dorgères déposé aux archives municipales de Rennes s’est révélé sur ce point également très intéressant. L’étude approfondie de ces fonds permet d’apporter de nombreux compléments au travail effectué par Robert Paxton 1.

13La richesse des informations données par l’ensemble de ces sources a confirmé le projet initial de replacer l’étude des droites en Bretagne dans l’Entre-deux-guerres dans une double perspective. Si l’objectif majeur a bien été d’analyser les tensions et les affrontements qui caractérisent le monde catholique et rural breton durant cette période, il nous a semblé que la singularité de cette histoire pouvait également apporter de multiples éclairages à certains aspects de l’histoire nationale. Cette thèse se veut donc aussi une contribution à l’histoire du catholicisme et du monde rural français. En ce sens, elle ouvre d’intéressantes perspectives de recherche sur lesquelles nous voudrions conclure en privilégiant ici, une fois encore, ce qui touche à l’histoire du monde rural.

14Un des phénomènes majeurs de la période est, sans conteste, l’irruption de la paysannerie sur la scène sociale et politique. Analysée, pour notre propos, à travers les exemples des « cultivateurs-cultivants » et du mouvement dorgériste, elle se traduit aussi par le développement, en Bretagne comme ailleurs, d’un syndicalisme agricole d’obédience socialiste ou communiste. Malgré nombre de travaux déjà entrepris 2, il reste encore beaucoup à faire sur le plan national pour appréhender au plus près les multiples modalités de cette irruption. D’une certaine façon, ce qui est en jeu ici, c’est la question de la politisation du monde rural, chantier historiographique toujours d’actualité, et, à travers cela, celle de la capacité de la paysannerie à s’imposer comme un acteur socio-politique à part entière.

15L’Entre-deux-guerres apparaît bien alors comme une période décisive dans l’histoire des campagnes françaises, dévoilant des phénomènes historiques qui s’inscrivent dans une temporalité plus longue. Outre l’analyse des répercussions des conflits mondiaux dans les mentalités paysannes et dans les structures socio-économiques du monde rural, elle dégage comme perspective de recherche l’étude des continuités générationnelles entre les années 1930, la période de Vichy et les deux premières décennies de l’après-guerre lorsque la paysannerie est confrontée aux défis de la modernisation.

16L’étude du syndicalisme agricole constitue sur ce point une voie à privilégier. L’exemple breton a permis de mettre en évidence la stratégie des élites agrariennes conservatrices regroupées au sein de l’UNSA. La correspondance nombreuse entretenue par le comte de Guébriant avec l’ensemble de ses cadres dirigeants montre le rôle décisif de cette grande centrale syndicale dans le monde agricole de l’Entre-deux-guerres. Mieux percevoir les modalités de son action et les tensions qui la traversent, définir au plus près le projet corporatiste qui l’anime constituent également un champ d’étude particulièrement stimulant. Son intérêt est d’autant plus évident que la plupart des dirigeants de l’UNSA se retrouvent au cœur de la Corporation paysanne sous Vichy. Plus de trente ans après la thèse d’Isabel Boussard 3, il est possible et souhaitable d’apporter de nouvelles contributions à l’histoire de cette institution tant dans son fonctionnement général que, surtout, dans ses réalités régionales 4.

17S’attacher à tous ces aspects, c’est, en fin de compte, mieux appréhender la vitalité de l’agrarisme dans la société française de la première moitié du 20e siècle. Nullement spécifique à la société française, cette réalité dégage bien des perspectives d’étude comparative à l’échelle internationale. Au final, c’est bien la question de la confrontation du monde rural et de la modernité qui se révèle décisive. L’exemplarité bretonne est sur ce point d’une richesse incontestable. C’est toute l’ambition de notre thèse que d’avoir voulu le démontrer.

Haut de page

Notes

1 L’historien américain n’a en effet pas eu accès à ces sources de premier plan. Robert O. PAXTON, Le temps des chemises vertes. Révoltes paysannes et fascisme rural, 1929-1939, Paris, Éditions du Seuil, 1996, 324 p.
2 On pense ici, outre l’ouvrage de R. Paxton, aux thèses d’Édouard Lynch ou de Jean Vigreux : Édouard LYNCH, Le parti socialiste (SFIO) et la société paysanne durant l’Entre-deux-guerres. Idéologie, politique agricole et sociabilité politique (1914-1940), Thèse de doctorat en histoire sous la direction de Serge Berstein, Institut d’études politiques de Paris, 1998, 3 volumes, 1020 f°. Publication partielle : Édouard LYNCH, Moissons rouges. Les socialistes français et la société paysanne durant l’Entre-deux-guerres, 1918-1940, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2002, 484 p. ; Jean VIGREUX, Waldeck Rochet, du militant paysan au dirigeant ouvrier, Thèse de doctorat en histoire sous la direction de Serge Berstein, Institut d’études politiques de Paris, 1997, 3 volumes, 1146 f°. Publication partielle : Jean VIGREUX, Waldeck Rochet, une biographie politique, Paris, La Dispute, 2000, 376 p.
3 Isabel BOUSSARD, La Corporation paysanne, une étape dans l’histoire du syndicalisme agricole français (1940-1944), Thèse de 3e cycle pour l’obtention du doctorat en lettres, Université Paris X-Nanterre, 1972, 638 f° ; Isabel BOUSSARD, Vichy et la Corporation paysanne, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1980, 414 p.
4 Voir : Antoine CARDI, « La Corporation paysanne (1940-1944). Entre le local et le national : l’exemple du Calvados », dans Histoire et sociétés rurales, n° 14, 2e semestre 2000, pp. 127-152.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Bensoussan, « Les droites en Bretagne dans l’Entre-deux-guerres. Tensions et déchirements dans un monde catholique et rural », Ruralia [En ligne], 14 | 2004, mis en ligne le 07 janvier 2005, consulté le 27 mai 2017. URL : http://ruralia.revues.org/975

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page