Navigation – Plan du site
Thèses ruralistes

Un exemple de modernisation conservatrice. L’UDR [Union démocratique ruraliste] et les propriétaires ruraux dans l’État de Goiás, Brésil

Thèse de doctorat de socio-économie du développement, sous la direction de Rose-Marie Lagrave, École des hautes études en sciences sociales, Paris, 2 volumes, 522 f°, soutenue le 10 janvier 2003 devant un jury composé de Juan Carlos Garavaglia, Rose Marie Lagrave, Hugues Lamarche et Jacques Remy, mention très honorable.
Benaias Aires Filho

Entrées d’index

Chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Un proverbe africain dit : « Quand tu ne sais pas où tu vas, réfléchis d’où tu viens ». Dans un premier temps, nous voudrions justifier le choix de ce sujet de thèse. Nous sommes originaire d’une région de frontière agricole, plus précisément l’État de Goiás, situé dans la région centre-ouest du Brésil. Ceci nous a permis d’observer le quotidien d’une société où les espaces sociaux sont très clairement délimités et définis. En même temps, nous avons observé que le Brésil, malgré son énorme diversité sociale, politique, régionale et l’étendue de son processus d’industrialisation, est en face d’un problème séculaire : la question de la terre. Ceci est clairement montré par la présence d’un seul mouvement social de poids au Brésil, le mouvement des sans terre (MST). De plus, l’État de Goiás a vécu de très fortes modifications dans sa physionomie sociale, surtout dans les dernières décennies. En tant qu’habitant de cette région et chercheur, nous avons pu être un observateur privilégié grâce à notre proximité de la scène où se déroulaient ces faits. Cependant, en tant que chercheur, il ne nous était pas toujours évident d’établir des entretiens avec le sujet notre étude, les grands propriétaires de terre, parfois inaccessibles. Notre objectif principal a été d’essayer de comprendre avec le maximum d’objectivité, dans un pays industrialisé, l’influence du pouvoir des grands propriétaires de terre.

2De nombreuses études sur l’agriculture brésilienne portent sur l’analyse des catégories dominées, les colons, les sans terre, ou sur les processus de régulation visant à mettre un terme à l’inégalité structurelle de la distribution du foncier au Brésil. De ces recherches, on peut constater que les réformes successives, notamment la réforme agraire, ne sont pas parvenues à résoudre ces inégalités et l’on peut s’interroger sur les sources de cet échec relatif. L’une des réponses est sans doute à chercher dans la cohésion et la force des dominants qui entendent contrôler tous les domaines de la vie brésilienne : économique, social et politique. En tenant compte de l’énorme transformation vécue par le monde rural brésilien après les années 1960, il nous semble fondamental d’analyser ce rapport de force inégal au profit des dominants. En effet, on peut se demander si la pérennité du clivage structural entre le patronat rural et la petite paysannerie, quelles que soient les réformes entreprises, n’est pas un élément qui s’oppose à toute solution négociée au profit d’affrontements violents. Or ce clivage structural est masqué par un processus de modernisation du monde rural.

3Le processus de modernisation modifia profondément le profil de distribution spatial de la population brésilienne. Pendant cette période, les migrations internes, notamment celles de la campagne vers la ville, reflétaient l’expulsion des travailleurs ruraux des grandes propriétés, des régions de frontière agricole et même des petites propriétés familiales du sud du pays. Ainsi, le cas du Brésil montre qu’un processus de modernisation peut creuser les écarts entre deux couches sociales et se dérouler sans affecter les polarités antagoniques du monde rural. Plus encore, à mesure que s’intensifie la volonté d’une réforme agraire, l’on voit se transformer les modes de représentation du patronat rural qui ne cesse de s’adapter aux nouvelles conjonctures. Les avantages offerts par les politiques de modernisation furent profitables aux latifundia traditionnels. Elles apportèrent, en outre, des capitaux issus d’autres secteurs de l’économie, qui voyaient la campagne comme une intéressante alternative d’investissement, notamment grâce aux subsides fiscaux qui leur était accordés. La campagne brésilienne subit alors un processus de modernisation qui n’incluait pas une modification de la structure agraire et qui augmentait les inégalités sociales. Analysée dans la première partie de notre travail, cette modernisation inégale et discriminante a fortifié encore plus le pouvoir politique des grands propriétaires ruraux brésiliens. Ensuite, nous analysons l’inégalité sociale et la concentration des revenus dans le milieu rural, associées à une structure agraire fortement concentrée dans les mains d’un petit nombre de propriétaires fonciers. Nous présentons, de plus, un parcours de l’histoire de Goiás, État périphérique dans la sphère du pouvoir au Brésil, situé dans la région centre-ouest du pays. Jusque dans les années 1980, Goiás a été une importante région de frontière agricole, cependant, aujourd’hui, elle s’affirme comme l’un des plus grands producteurs de graines au Brésil.

4Dans la deuxième partie, nous analysons la réalité de la représentation patronale rurale au Brésil, les principales organisations et leurs différences. Le principal sujet abordé dans ce travail est l’apparition d’une organisation qui a innové dans la forme de représentation du patronat rural brésilien, lequel, jusqu’à ce moment, cherchait à se représenter à travers des organisations distantes de leur base de représentation. L’Union démocratique ruraliste (UDR) fut ainsi créée à une période où la transition politique essayait de rétablir les principes les plus importants du Statut de la terre. L’UDR a utilisé un discours agressif : la crise de représentativité du patronat rural et une conjoncture économique favorable lui ont permis d’asseoir son pouvoir. La particularité de l’UDR réside dans le fait que, pour la première fois dans l’histoire de la politique brésilienne, les élites rurales sont allées dans les rues pour se battre. En plus de la présentation de cette organisation, nous présentons une recherche sur les caractéristiques autoritaires du patronat rural goiano et, finalement, nous présentons les nouvelles formes de mises en scène du patronat rural brésilien : les foires et les expositions qui se sont constituées en un important lieu d’exposition et de reproduction sociale de cette catégorie.

5Dans la troisième partie du travail, nous cherchons à caractériser la version brésilienne de la pensée conservatrice dont sont porteurs des dirigeants du syndicat représentant le patronat rural. En effet, le socle de la pensée conservatrice du patronat rural repose sur les relations constantes faites par leurs dirigeants entre tradition et modernité. Toute leur stratégie a été de moderniser l’agriculture tout en conservant leur monopole sur le foncier. Tout, à leurs yeux, peut être modernisé, hormis la question de la redistribution des terres. Dès lors, on comprend mieux le tournant politique de l’UDR, obligée non seulement de passer des alliances politiques, mais de conquérir une parcelle du pouvoir pour empêcher toute tentative de réforme agraire. Une des explications pour justifier la force de l’UDR réside dans le fait que l’élevage est, et a toujours été, le pivot central de nos systèmes agraires : il est à la base même de leur reproductibilité. Ainsi, la propriété de la terre est au centre d’un système politique lequel, associé au capital moderne, a donné à ce système politique une force rénovée et a empêché la formation d’une véritable société civile et de la citoyenneté de ses membres. L’inégalité sociale est une marque indélébile de notre société et l’esclavage est un des héritages culturels les plus marquants, dont nous, les Brésiliens ne pouvons nous détacher. La réalité culturelle brésilienne actuelle nous rappelle les romans et les récits d’un des plus grands représentants du réalisme du 19e siècle, Tolstoï, surtout dans son ouvrage Anna Karénine.

6Il importe également d’énumérer les déficits de cette étude, en particulier l’absence d’une analyse des migrations internes dans le Brésil, fruit d’un processus excluant de la modernisation de l’agriculture, surtout dans un moment  historique où les Brésiliens choisissent un ancien migrant à la présidence de la République. Nous reconnaissons aussi la nécessité de situer l’État de Goiás dans le contexte du cerrado, région qui possède, contrairement à certaines interprétations, une énorme biodiversité, que l’agriculture productiviste est en train de détruire. Reste que ce travail pourrait être un point de départ pour de nouveaux défis et de nouveaux chemins à parcourir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benaias Aires Filho, « Un exemple de modernisation conservatrice. L’UDR [Union démocratique ruraliste] et les propriétaires ruraux dans l’État de Goiás, Brésil », Ruralia [En ligne], 14 | 2004, mis en ligne le 07 janvier 2005, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://ruralia.revues.org/973

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page