Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Laboratoire Dynamiques rurales

UPRES 1936 du ministère de l'Éducation Nationale
Marie-Claude Cassé et Anne-Marie Granié

Texte intégral

1Le laboratoire « Dynamiques rurales » a été créé en 1991 par trois institutions : L'UTM (Université Toulouse-le-Mirail), L'ENFA (École nationale de formation agronomique), L'INP-ENSAT (Institut national polytechnique-École nationale supérieure agronomique de Toulouse).

2Les enseignants-chercheurs qu'il regroupe relèvent de trois disciplines : l'agro-économie, la sociologie et la géographie. Dès le départ ils ont eu pour objectif d'analyser les transformations agricoles et les dynamiques spatiales des sociétés rurales. Leur champ d'investigation s'étend à l'ensemble des agricultures et des sociétés rurales en mutation, à la fois dans les pays développés et dans les pays en voie de développement. Ils situent leurs analyses au lieu d'affrontement et d'articulation de deux logiques : une logique de filière intégrée, et une logique de développement local territorialisé.

3C'est donc à Toulouse, lieu privilégié de l'observation du fait rural par plusieurs générations de géographes initiés par Daniel Faucher puis Bernard Kayser, d'agronomes, d'économistes et de sociologues regroupés aujourd'hui au sein de l'Agrobiopole, qu'a été maintenu et renouvelé depuis quelques années, un questionnement fort sur l'objet rural, au moment même où, absorbé dans la mouvance urbaine ou environnementale, il semble disparaître des préoccupations de la communauté scientifique et n'occupe plus le devant de la scène dans le débat public.

4Depuis 1994 le laboratoire a fait évoluer le questionnement initial vers le thème de « La transition et les nouvelles ruralités dans les pays du Nord et du Sud » que nous nous proposons d' expliciter ici. Le projet actuel du laboratoire se structure à partir de la perspective offerte par la prise en compte de l'émergence de la modernité au sein des rapports que l'homme tisse avec son milieu de vie. Les chercheurs ne prétendent pas aborder de front la question d'un mouvement de civilisation aussi important, mais il leur sert de perspective générale pour situer leurs travaux et plus particulièrement pour réexaminer la pertinence de la ruralité (dans sa dimension environnementale, économique et anthropologique) et du territoire (au sens matériel de construit social et plus idéel d'ensemble de représentations) pour l'étude des modes d'organisations spatiales des sociétés du Nord et du Sud. Les débats contemporains sur le post-modernisme menés par les philosophes, les politologues et les sociologues ne se préoccupent pas ou peu de ces implications spatiales et des regards croisés issus de la pratique interdisciplinaire. C'est là que réside l'originalité de notre projet : dans la perspective spatiale et délibérément rurale qu'il adopte au moment où ce champ scientifique est réputé peu pertinent. Au lieu de parler de post-modernité, nous nous plaçons dans le temps long, à savoir qu'actuellement il y a crise de la ruralité, ou plutôt de certaines de ses formes et qu'une perpective historico-spatiale s'impose pour mieux dégager ce qui est effectivement nouveau dans le champ du rural. L'intérêt de tenir ainsi compte de la modernité est lié au va-et-vient incessant qu'elle implique entre recherche scientifique, aménagement et formation.

5Un renouvellement des problématiques s'est réalisé à partir de trois types d'actions : 1° La pratique de l'interdisciplinarité dans la construction même de l'objet scientifique. Cette préoccupation est à l'origine de la création en 1991 par l'INP-ENSAT, l'ENFA et l'UTM, du laboratoire « Dynamiques rurales » où se retrouvent économistes, sociologues, anthropologues, géographes et agronomes. 2° La création d'une formation doctorale pluridisciplinaire autour du DEA ESSOR (Espaces , sociétés rurales et logiques économiques), formation dont « Dynamiques rurales » est laboratoire d'accueil et animateur central depuis 1991. 3° Le lien permanent de la recherche avec l'étude de terrain et plus largement avec les acteurs sociaux (aménagement de l'espace, secteur agro-alimentaire, organisations professionnelles ou associatives...). Ceci a amené de nombreux enseignants-chercheurs du laboratoire à intervenir dans des formations de type IUP, ingénierie du développement... Aux côtés d'enseignants du département de géographie et d'aménagement de l'UTM, ils sont les animateurs d'un DESS spécialisé dans le développement territorial : « Aménagement et développement transfrontaliers de la montagne » installé depuis 1991 en site délocalisé en Ariège

6La problématique du laboratoire s'organise autour de trois axes définis en fonction des compétences réunies dans les trois institutions partenaires.

Filières agro-alimentaires, territoires et patrimoines

7Inscrit dans les premières orientations du laboratoire, c'est l'axe de la continuité. S'appuyant à la fois sur les rapports qui relient les différents niveaux des filières et sur les composantes transversales des territoires, productrices d'un certain nombre d'aménités, les recherches projetées, concernant le cadre français, s'intéressent plus particulièrement aux problématiques liées à la qualité des produits et aux apports du patrimoine dans la valorisation de la qualité. Les recherches de ce premier axe s'intéressent également aux producteurs des pays en voie de développement et font notamment une place aux conséquences des mesures de libéralisation engagées dans les multiples filières agricoles (café, thé, horticulture, maïs, sucre, lait) sur l'avenir de ces paysanneries. Il en résulte des ruptures et des discontinuités dans les organisations spatiales ainsi que des transformations sociales profondes au sein des sociétés paysannes. Ces recherches appellent des analyses comparatives aussi bien en Afrique, en Asie du Sud-Est qu'en Amérique Latine.

Habiter, vivre, travailler dans une nouvelle ruralité

8L'apparition de types de multi-activités très complexes dans les familles rurales, l'influence du tourisme sous toutes ses formes, l'émergence du travail à distance, mais aussi l'arrivée de nouveaux ruraux entraînent une transformation progressive de la société rurale. La mobilité des populations est bien au cœur de l'espace rural comme de l'espace urbain. Mais quel sens donner à ce nouveau rapport ville/campagne ? Ce phénomène de première grandeur remet en question la nature même des catégories sociales et des rapports sociaux au sein du monde rural. À travers lui se font jour de nouvelles représentations de la campagne, des conceptions parfois contradictoires du développement, de nouveaux modes de médiation entre acteurs sociaux et des formes différentes de territorialités.

9Le monde agricole n'échappe pas à ces bouleversements : confrontés aux incertitudes du modèle productiviste, contraints de diversifier les productions au Nord comme au Sud, les agriculteurs adoptent désormais des stratégies de développement pour leur exploitation, en fonction d'opportunités territoriales parfois bien éloignées de l'objectif initial de production alimentaire. Comment réinterprètent-ils la demande sociale de plus en plus pressante au Nord (protection de l'environnement, accueil touristique...) ? Comment l'exploitant familial gère-t-il l'incertitude au Sud ?

10De telles transformations structurelles obligent le chercheur à revisiter ses méthodes et outils d'analyses, à modifier les types d'approches classiques aujourd'hui peu opérationnels. Les chercheurs du laboratoire se proposent d'approfondir la réflexion dans plusieurs directions : l'étude des rapports entre identité et construction territoriale ; les mutations du métier d'agriculteur et les dynamiques des systèmes de production ; les nouvelles formes de ruralité (mobilités urbain-rural, économie informelle, logiques d'usages des réseaux de télécommunications…)

Politiques publiques, actions collectives et développement territorial

11Si l'ensemble des actions de recherche de cet axe développe une réflexion sur « les logiques marchandes et organisationnelles » et s'interrogent, à propos de leurs incidences, sur « le développement et l'intégration des territoires ruraux », toutes sont également amenées à s'interroger sur le sens et les modalités d'émergence à différentes échelles, des règles et des dispositifs qui portent ces logiques.

12Face aux pressions de la globalisation, quelles sont les nouvelles régulations qui prennent corps et à quelles échelles se développent-elles ? Cette approche s'intéresse aux effets des restructurations économiques mondiales (UE, OMC, ALENA, MERCOSUL) sur les orientations des politiques publiques dans leurs implications sectorielles et territoriales. Quel projet de développement agricole portent-elles ? Quelles dynamiques de réorganisation régionale alimentent-elles ?

13Les recherches portent sur les politiques d'ajustement structurel et de développement rural (en particulier dans les pays en voie de développement), ainsi que sur les modes de réorganisation régionale qui en résultent : combinaison de différents niveaux d'échelles dans la construction et la négociation des projets de développement locaux, mesure de l'émergence des niveaux médians (régional, départemental ou cantonal) dans l'élaboration des politiques et dans la prise de décision. Dans le champ européen et particulièrement français, cette approche conduit à s'interroger sur l'articulation des échelons territoriaux confortés par le mouvement de décentralisation.

14Comment s'articulent les réponses locales à ces politiques publiques, réponses à usage interne (cohérence territoriale) et externe (intégration dans l'économie) ? Quel rôle y jouent le renouvellement et la valorisation de patrimoines collectifs propres aux territoires ruraux et aux sociétés locales ? Cette seconde approche interroge l'objet du développement territorial (les questions débattues s'articulent entre l'économique, le social, et les préoccupations environnementales). Elle se développe sur les différents terrains d'étude du laboratoire (par exemple les initiatives de développement en zone de montagne franco-espagnole, mais aussi au Mexique et en Uruguay). Identifier et analyser ces initiatives, élaborer des modèles d'analyse en sont les enjeux.

15Quels sont les cadres institutionnels du développement et de l'intégration des territoires ruraux ? Le renouvellement et la mobilisation des patrimoines territoriaux s'inscrivent dans une logique d'action collective, qui porte une interrogation sur les processus de construction des territoires et leurs modes d'organisation des territoires et leurs modes d'organisation, sur la nature de l'engagement des acteurs, et sur les conditions d'émergence des projets. Cette troisième approche questionne particulièrement la place et le rôle de la commune dans le dispositif territorial au moment où se développe la coopération intercommunale et où se réorganisent les pouvoirs entre département, région et État.

Membres de l'équipe

Enseignants-chercheurs titulaires et Ingénieurs

16Jacques ABADIE, sociologue, INP-ENSAT, Assistant

17Laurence BARTHE, géographe, UTM, Maître de Conférences

18Jacques BERTHELOT, économiste, INP-ENSAT, Maître de conférences-HDR

19Marie-Claude CASSÉ, géographe, UTM, Professeur (Directrice)

20Bernard CHARLERY, géographe, UTM, Professeur(détachement IFRA)

21Dominique COQUART, économiste, INP-ENSAT, Professeur

22Gérard COUTUREAU, économiste, ENFA, Maître de conférences

23François DASCON, agronome, ENFA, Ingénieur de recherche

24Olivier DELAHAYE, économiste, INP-ENSAT, PAST

25Frédéric DURAND, géographe, UTM, Maître de conférences

26Mohammed GAFSI, iconorniste, ENFA, Maître de conférences

27Anne-Marie GRANIÉ, sociologue, ENFA, Maître de conférences

28Hélène GUETAT, géographe, UTM, Maître de conférences

29Yves GUILLERMOU, anthropologue, UPS, Maître de conférences-HDR

30Charilaos Kephaliacos, économiste, ENFA, Professeur

31Bruno LEGAGNEUX, agro-économiste, INP-ENSAT, Assistant

32Thierry LINCK, économiste, UTM, Maître de conférences-HDR

33Valérie OLIVIER, économiste, INP-INP-ENSAT, Maître de conférences

34Denis PAILLARD, géographe, INP-ENSAT, PAST

35Jean PILLEBOUE, géographe, UTM, Maître de conférences

36Laurien UWIZEYIMANA, géographe, UTM, Maître de conférences

37Marie-Pierre SOL, géographe, UTM, PPAG

Chercheurs associés au Laboratoire

38Fabienne CAVAILLÉ, géographe, UTM

39Bachir Mohammed DOUCOURE, géographe, UTM

40Martin KUETE, géographe, Université de Dschang (Cameroun)

41Philippe JOUVE, agronome, CNEARC-Montpellier

42Thierry MERCIER, géographe, UTM

43Olivier ORAIN, géographe, PRAG, UTM

44Jean-Pierre PABANEL, socio-économiste, Consultant

45Said FRAHI, géographe, ENSAT

46Le laboratoire encadre : 45 doctorants dont 7 allocataires de recherche en cours

Quelques exemples de thèses récemment soutenues

47Thierry Mercier, La transmission des exploitations agricoles : les cas de l'Albigeois, du Ségala et du Gaillacois (juin 1997)

48Fabienne CAVAILLÉ, Conflit d'aménagement et légitimités territoriales : recherches sur les identités territoriales des expropriés de l'autoroute A20 (janvier 1998)

49Laurence BARTHE, Processus de différenciation des espaces ruraux et politiques de développement local (février 1998

50José CUESTA, Les villages abandonnés du Sobrarbe : la fin d'une société paysanne (décembre 1998)

51Myriam BROS, Globalisation et spécificités territoriales : Le Segala aveyronnais organisation et projet territoriaux, (Janvier 1999)

52Michaël POUZENC, Grande distribution alimentaire et recomposition des territoires : étude de stratégies d'acteurs dans les zones rurales de Midi-Pyrénées (janvier 1999)

Contacts

53UTM : Université Toulouse le Mirail

545, allée Antonio Machado, 31058 TOULOUSE Cedex

55Tél : 05 61 50 37 05 ; Fax : 05 61 50 37 33 ; e-mail : Casse@univ-tlse2.fr

56ENFA : École nationale de formation agronomique

57BP 87, 31326 CASTANET TOLOSAN

58Tél : 05 61 75 32 50 ; Fax : 05 61 75 03 09

59e-mail : secretariat-esde.enfa@educagri.fr

60ENSAT : École nationale supérieure agronomique de Toulouse

61avenue de l'agrobiopole, BP 107, 31326 CASTANET TOLOSAN

62Tél : 05 62 19 39 00 ; Fax : 05 62 19 39 01 ; e-mail : coquart@ensat.fr

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Claude Cassé et Anne-Marie Granié, « Laboratoire Dynamiques rurales », Ruralia [En ligne], 04 | 1999, mis en ligne le 01 janvier 1999, consulté le 26 avril 2017. URL : http://ruralia.revues.org/93

Haut de page

Auteurs

Marie-Claude Cassé

Anne-Marie Granié

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page