Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Georges Macé (1932-1999)

Jean Renard

Entrées d’index

Mots-clés :

nécrologie
Haut de page

Texte intégral

1Notre collègue Georges Macé, professeur de géographie à l'université de Rennes, nous a quittés alors même qu'il venait de faire valoir ses droits à la retraite.

2Retracer sa carrière de ruraliste est chose simple et son parcours est exemplaire. Il était l'un des enseignants qui, au début des années cinquante, après une bonne scolarité comme élève-instituteur d'École normale, étaient distingués par l'obtention d'une bourse afin de préparer l'ENS de Saint-Cloud ou l'ENSET de Cachan. Faute d'une bonne connaissance du latin, la géographie plus que l'histoire les a attirés. Ce fut le cas de Georges Macé, élève-maître à l'école Normale de la Mayenne de 1949 à 1952. Malheureusement de graves ennuis de santé ne lui ont pas permis de poursuivre cette préparation qu'il abandonna au bout d'une année, muni de la seule propédeutique.

3Il enseigne alors en Mayenne en cours complémentaire, puis en CEG, le français, l'histoire et géographie pendant près de quinze ans, tout en poursuivant des études supérieures à l'université de Rennes sous la direction de Michel Philiponneau et d'André Meynier. Après l'obtention de la licence en 1965, un DES en 1966, le CAPES en 1967, il décroche l'agrégation en 1968, et après deux années en lycée, à Sablé puis Laval, il est nommé assistant de géographie humaine à l'université Rennes 2 à la rentrée de 1970-1971. Il y poursuivra toute sa carrière jusqu'à sa retraite en 1998.

4C'est par excellence à un homme des marges de l'Ouest armoricain et plus particulièrement l'homme de la Mayenne auquel nous entendons rendre hommage aujourd'hui. C'est à ce département qu'il consacrera, en effet, l'essentiel de se recherches et notamment sa thèse de doctorat d'État, soutenue en octobre 1981, et dont le titre montre l'ampleur de vue : Un département rural de l'Ouest : la Mayenne, l'homme, l'espace, le temps, les pouvoirs. Éditée chez Floch, un éditeur mayennais, dès 1982, en deux gros volumes de 1011 pages, comportant 280 figures, cette thèse monumentale est la référence pour la Mayenne et l'une des dernières grandes thèses d'État de géographie rurale de l'école française.

5C'est tout à la fois un précieux document de géographie sociale, une fine analyse des structures foncières, avec en particulier un colossal travail sur la répartition de la propriété foncière du début du XIXe siècle jusqu'à aujourd'hui, un apport considérable à l'histoire des campagnes au long de deux siècles, puisque Georges Macé, comme d'autres géographes de l'Ouest, a éprouvé le besoin, et c'était nécessaire, d'ancrer ses réflexions sur le temps long afin de comprendre les bouleversements contemporains.

6Sa contribution est inégalée et les Mayennais lui doivent beaucoup. D'autant que depuis la soutenance de sa thèse Georges Macé, habitant Laval et exerçant à Rennes, a contribué à suivre la vie humaine du département, à commenter les événements économiques et à porter un regard aiguisé sur les évolutions de la société. Il a donc suivi et analysé le passage d'une société paysanne à des campagnes multi-fonctionnelles, examinant les transformations des paysages, l'intrusion des activités de loisirs, l'installation d'investisseurs étrangers, les mutations de la sphère agricole, les parcours des hommes politiques et des responsables d'entreprises. Chaque analyse particulière donnant lieu à une contribution scientifique argumentée et puisée aux meilleurs sources. Tout naturellement en 1984 pour l'ouvrage consacré à la Mayenne par les éditions Bordessoules il est fait appel à lui, il en ira de même en 1989 pour l'ouvrage de la collection Bonneton sur le Maine. Ainsi a-t-il tenu pendant trente années une sorte de chronique des événements du département en l'éclairant par un regard scientifique. Les décideurs de la Mayenne ne s'y sont pas trompés et lui demanderont bien souvent d'animer les débats, de rédiger des travaux, tant sur l'avenir de l'école en milieu rural que sur les forces et faiblesses de l'économie, les évolutions démographiques, les mobilités de population, etc. En 1996, l'ordre national du mérite lui était remis pour services rendus aux collectivités territoriales en matière d'aménagement, juste récompense de son action.

7Si l'essentiel de ses publications a porté sur les campagnes de la Mayenne et de l'Ouest, Georges Macé avait su ces dernières années élargir son champ d'investigation, s'intéressant aux faits industriels et aux réalités urbaines. Participant actif aux rencontres de la commission de géographie rurale du CFNG, il était également responsable rennais de l'URA 915, puis de l'UMR 6590 de géographie sociale. Il avait aussi pris de lourdes charges au sein de son université, ayant été successivement directeur de son UFR, responsable de la commission de spécialistes et enfin vice-président à la recherche entre 1991 et 1994. Il aura eu à ce poste la tâche exaltante de mettre en place la Maison de la recherche en sciences humaines et de voir les bâtiments achevés et inaugurés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Renard, « Georges Macé (1932-1999) », Ruralia [En ligne], 04 | 1999, mis en ligne le 01 janvier 1999, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://ruralia.revues.org/92

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page