Navigation – Plan du site
Articles

Historiens, géographes et paysans

Ronald Hubscher

Résumés

Historiens et géographes d'avant la Première guerre mondiale ne sont pas neutres lorsqu'ils traitent des paysanneries et du monde rural. Cet article se propose de revisiter les principales productions d'Eugène Bonnemère (1856), Hippolyte Taine (1876), Jean Jaurès (1901) et Ernest Lavisse (1903-1911), pour les historiens, d'Élisée Reclus (1879), Paul Vidal de La Blache (1903), Albert Demangeon (1905) et Jules Sion (1909), pour les géographes. La démarche volontariste de ces auteurs, qui ne proposent pas tous une image identique des paysans, est fortement marquée par le scientisme et le déterminisme, voire le possibilisme, mais aussi, et surtout, par l'idéologie républicaine et ce qu'elle induit de représentations.

Haut de page

Entrées d'index

Chronologique :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Art et littérature, depuis l'Antiquité, ont donné une représentation de la paysannerie qui a envahi l'imaginaire social, au point que parfois la réalité se plie à la fiction. Une fiction au demeurant contraignante car le paysan est sommé d'être un ange ou un démon : d'un côté le genre Bibliothèque rose à la George Sand, ou à la Rosa Bonheur sur le plan pictural, de l'autre le style série noire à la Balzac ou à la Zola.

  • 1 Il n'est pas question de citer ici une abondante bibliographie ; je renvoie donc aux études sur c (...)

2À cette paysannerie objet de l'art, nombre de chercheurs se sont intéressés, favorisés il est vrai par une abondante production littéraire et picturale, et si tout n'a pas été dit, beaucoup a été dit 1. En revanche est moins connue la force même de ces images, partie intégrante de l'héritage des chercheurs, qui risquent de s'imposer d'elles-mêmes par leur seul pouvoir évocateur. En outre, les représentations sont classées du côté de la fiction et rares sont les études portant sur les représentations des chercheurs eux-mêmes, comme si leur statut les introduisait d'emblée à l'objectivité. Or, participant de la culture dominante de leur époque, ils sont porteurs des représentations les plus partagées, et bien que solidement campés sur le terrain ou sur leurs sources, ils véhiculent à leur corps défendant, mais pas toujours, des images éloignées de la réalité de leur champ d'investigation. C'est dire que la culture de la discipline ne fonde pas uniquement les catégories d'observation. Autrement dit, à côté d'une construction esthétique de la paysannerie qui semble répondre à certains canons obligés, n'y a-t-il pas chez les universitaires, dans la construction scientifique de leur objet, une propension à reprendre à leur compte les schèmes de pensée d'une époque, et sur le thème de la paysannerie à réactiver à leur manière l'opposition binaire vision idyllique/vision noire du paysan ? Ce n'est pas faire injure à notre corporation que de vérifier le bien-fondé de cette interrogation, car la culture des universitaires spécialistes du monde rural est partie intégrante de la culture du monde rural par ses effets de diffusion, du moins de nos jours. Mais afin de ne pas transformer mes contemporains en objet d'observation, entreprise toujours hasardeuse, je me bornerai à tenter l'exercice sur le XIXe siècle qui m'est familier et où s'enracinent les sciences de l'homme et les écoles de pensées sur lesquelles nous vivons.

  • 2 Vincent BERDOULAY, La formation de l'école française de géographie (1870-1914), Paris, 1981, p.   (...)
  • 3 Eugène BONNEMÈRE, Histoire des paysans, Paris, 1856, 4e édition, 1886 ; Hippolyte TAINE, Les orig (...)

3Notre choix s'est porté sur la période la Troisième République naissante et triomphante dans la mesure où une sorte d'alliance est conclue, au moins dans le discours entre la science et la République 2, une période durant laquelle se constitue l'école géographique française, et où les disciplines dont l'objet d'étude est la société entendent s'attribuer le statut de sciences sociales, période enfin où le discours politique prend volontiers une tonalité agrarienne. Autant de facteurs qui pallient l'inconvénient d'une analyse portant sur des espaces chronologiques différents. C'est principalement sur les travaux d'Eugène Bonnemère, Hippolyte Taine, Ernest Lavisse, Jean Jaurès d'une part, d'Élisée Reclus, Paul Vidal de la Blache, Albert Demangeon, Jules Sion d'autre part, compte tenu de leur démarche ou de leur influence, qu'a porté notre analyse 3.

  • 4 Voir Taine : « la race, le milieu, le moment ».
  • 5 Ce n'est pas un hasard si les références à Michelet ­ dont les écrits en la matière sont devenus (...)
  • 6 Jules FERRY, « Discours de Bordeaux », 30 août 1885 : « C'est là une force immense et sur laquell (...)

4Si historiens et géographes ne proposent pas une image identique des paysans, tous entendent adopter une démarche scientifique et expérimentale, placent le déterminisme 4 au cœur de leur travaux qui par ailleurs s'inscrivent dans une problématique nature/culture, même si les auteurs en tirent des conclusions différentes. En outre, existe chez la plupart d'entre eux une vision commune de l'évolution des sociétés marquée par la conviction scientiste et républicaine d'un progrès linéaire de l'humanité, d'une marche vers la liberté, qui dans le cas de la paysannerie se traduit par son affranchissement, l'accession à la citoyenneté et à la propriété 5. Cette propriété confère la liberté, permet à l'individu d'exercer sa décision souveraine, stimule son initiative ; elle s'exerce dans le cadre de la « petite et moyenne culture » célébrée par Élisée Reclus, et vers laquelle vont les sympathies de Lavisse, Demangeon et Sion. Ils sont parfaitement en phase avec le discours des républicains de pouvoir exaltant une démocratie paysanne formée d'innombrables petits exploitants qui seraient la caractéristique des campagnes françaises 6. Le long combat pour leur émancipation s'est déroulé à travers une lutte de classes auxquels tous les travaux font référence, à l'exception de Lavisse et Demangeon qui épousent l'irénisme social des républicains opportunistes et radicaux. Mais l'unanimité se refait pour dépeindre une paysannerie misérable et opprimée sous l'Ancien Régime, contribuant à forger l'image noire de la féodalité et de la monarchie absolue ; nouvellement arrivés au pouvoir, les républicains vont abondamment l'utiliser dans leur combat politique.

Une histoire militante des paysans

  • 7 La chronologie s'étend de la Gaule à la nuit du 4 août 1789.
  • 8 Cette vision, on le sait, a inspiré un courant historiographique contemporain.

5Cette posture est particulièrement nette chez les historiens qui accordent à la fois pour des raisons de sources et idéologiques une attention particulière à la période pré-révolutionnaire. C'est notamment le cas d'Eugène Bonnemère qui, souhaitant restituer, contrairement à l'histoire officielle, un rôle historique aux héros obscurs est le premier à écrire une Histoire des paysans dans le long terme 7, et de Taine dans Les origines de la France contemporaine. Tout en épousant l'un et l'autre des positions idéologiques divergentes ­ selon Bonnemère, républicain convaincu, la Révolution a affranchi et libéré les paysans ; pour Taine, conservateur libéral, elle est un chambardement social ouvrant la voie au totalitarisme 8 ­ pour autant, l'un et l'autre montrent des convergences certaines : une paysannerie soumise à une violence institutionnelle, à des privilèges sans légitimité ou l'ayant perdue comme ceux de l'Église, d'où l'anticléricalisme des deux auteurs ; même vision aussi d'une guerre sociale, menée par les paysans, et par conséquent du rôle de la violence dans l'histoire. Enfin dans les deux cas il s'agit d'une démonstration car si la paysannerie est décrite comme une catégorie sociale, elle est aussi l'incarnation du peuple.

6Fondée sur des sources abondantes ­ cartulaires, traités de droits seigneuriaux, coutumes, chroniques, histoires régionales ­, l'ouvrage de Bonnemère trace le long martyrologe d'une paysannerie prisonnière d'une logique soumission/rébellion. Ignorant ses tensions internes comme les périodes d'amélioration de ses conditions d'existence, notamment dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, l'historien passe rapidement sur ses traits négatifs imputables à son sort misérable pour exalter toutes les valeurs dont elle est porteuse : travail, patience, opiniâtreté, patriotisme, notamment lors de la guerre de Cent ans, face à la trahison des clercs et de la noblesse. Jacques Bonhommme devient l'incarnation de tout le peuple, le génie de la France, et en ce domaine, la filiation avec Michelet est évidente. Prisonnier d'une histoire événementielle, Bonnemère réhabilite néanmoins les luttes paysannes et surtout porte une grande attention à l'opposition nature/culture. Cette dernière, confisquée par les catégories dominantes, est un instrument idéologique qui leur permet de construire l'image négative du paysan. La jacquerie de 1328 en fournit un parfait exemple, dont Bonnemère, sources à l'appui, montre la réalité, bien différente du récit de Froissart qu'a retenu la postérité. Faute de posséder la culture, outil de production des représentations sociales, la paysannerie, à la différence de la bourgeoisie qui a légitimé et glorifié le combat des communes pour s'affranchir de la tutelle seigneuriale, n'a pu rendre valide le sien ; ses révoltes sont flétries et la Jacquerie devient un symbole d'infamie, le stigmate de toute lutte populaire. Pour autant, naturalisés par les dominants, les paysans ont su dégager leurs propres élites, incarnés dans des chefs issus de ses rangs, qui ont conduit au cours des siècles leurs grandes révoltes.

  • 9 Il évoque « ces cerveaux tout primitifs, vides d'idées et peuplés d'images », « les gravures secr (...)
  • 10 Taine reprend à son compte les réflexions d'Auguste Blanqui dans son « Tableau des populations ru (...)
  • 11 Hippolyte TAINE, Les origines de la France..., ouv. cité, p. 171.
  • 12 Hippolyte TAINE, Sa vie et sa correspondance, 1905, tome III, p. 266.
  • 13 En Angleterre, en revanche, la noblesse a conservé son rôle local. On sait toute l'admiration de (...)
  • 14 Taine donne une vision idéalisée des choses peu conforme à la réalité.
  • 15 Hippolyte TAINE, Les origines de la France..., ouv. cité, L'Ancien Régime, Livre cinquième, « le (...)
  • 16 À la différence de Bonnemère, Taine n'escamote pas la fonction de producteur du paysan.
  • 17 On retrouve ici l'un des éléments de la théorie de Taine sur le lieu, le milieu, le moment, hérit (...)
  • 18 En ce qui concerne Arthur Young, dont les jugements sont parfois sommaires sinon erronés, il sert (...)
  • 19 Arthur YOUNG, Voyages en France en 1787, 1788 et 1789, (traduction française par Henri Sée), Pari (...)

7C'est justement ce que nie farouchement Hippolyte Taine pour lequel la production des élites est l'apanage des couches dominantes urbaines. Le paysan est un être primitif, un prolétaire de l'esprit, inaccessible à la raison, étranger à toute démarche logique, mu par un instinct aveugle et brutal ­ les comparaisons animalières reviennent souvent sous sa plume ­, rebelle à l'abstraction, auquel seules parlent les images 9 ; un esprit crédule peuplé de fantasmes qui deviennent à ses yeux réalité. Autant de marques d'infériorité justifiant la domination des élites détentrices de la fortune, de l'éducation et du savoir. Pour Taine, il existe bien une barrière et un niveau infranchissable, une frontière de civilisation entre la campagne et la ville 10. S'il condamne la société d'Ancien Régime faite de « misère, d'inégalité, de privilèges et d'oppression » 11 où « les pauvres gens », notamment les paysans, avaient été traités comme des « bêtes de somme » 12 et pressurés d'impôts, c'est parce qu'elle est le fruit d'un funeste système politique, celui de la monarchie absolue qui a entraîné la rupture du lien social. En rognant la puissance de la noblesse qui a perdu son rôle traditionnel d'encadrement 13 et de protection de la paysannerie, tel qu'il existait au Moyen Âge 14, le pouvoir royal lui a fait perdre toute raison de continuer à percevoir des prébendes sur les villageois. Acceptant le seul statut de privilégiés, les élites ont failli à leur tâche de guides naturels d'une paysannerie immature, incapable de se diriger. Par ailleurs, les institutions génèrent le désordre social et sont responsables des bandes qui terrorisent les campagnes. En effet, fabriques de misère, elle réduisent les paysans à l'état de mendiants : « C'est le besoin qui se fait complice du crime » 15. Doublement néfaste sur le plan social, le système politique ne l'est pas moins sur le plan économique. Et la démonstration de Taine s'inscrit dans une logique circulaire. En raison de son sort précaire et misérable, le paysan ne peut reproduire que sa force de travail 16. Il en résulte une agriculture arriérée, routinière, improductive, qui modèle à son tour le comportement du paysan 17. L'historien reprend à son compte une vision productiviste de l'agriculture, celle des physiocrates tel le marquis de Mirabeau, ou celle d'Arthur Young, deux auteurs auxquels il se réfère souvent 18 et dont il adopte sans critique les analyses. Ainsi suit-il les mêmes errements que Young 19 en attribuant la consommation de céréales secondaires et l'absence de l'usage des souliers à la pauvreté paysanne. Prisonnier de ses références, Hippolyte Taine l'est également de modèles culturels citadins.

  • 20 C'est le fameux « moment ».
  • 21 Dans la partie consacrée à la Révolution dans Les origines de la France contemporaine, Taine inti (...)
  • 22 Ibidem, p. 368.
  • 23 « Meuniers et marchands de grains pendus, décapités, massacrés, fermiers sommés sous menace de mo (...)
  • 24 Si sous l'Ancien Régime les bandes de mendiants étaient le fruit de la misère paysanne, sous la R (...)

8Finalement la rupture du lien féodal laisse la place à la seule oppression, qui est rejetée lorsque la déliquescence des autorités naturelles et du pouvoir est patente, une situation aggravée par une mauvaise conjoncture économique et l'Esprit des Lumières qui s'est diffusé dans les campagnes. L'ère de la Révolution est ouverte 20 et dans la brèche s'engouffre une paysannerie livrée à ses instincts aveugles 21, à la sauvagerie donc à l'animalité. Débridée, la violence intrinsèque à la nature paysanne s'exerce contre ses maîtres puis contre tout possédant. C'est une guerre sociale, « la guerre de la multitude brutale et ensauvagée contre l'élite cultivée, aimable, confiante » 22, la barbarie contre la civilisation. Villes assiégées, pillages, massacres 23, c'est un tableau apocalyptique, le retour des horreurs de la jacquerie. Les paysans sont bien la classe dangereuse excitée par la canaille révolutionnaire 24, et la peur ancestrale des Jacques refait surface. Taine apporte ainsi une contribution forte à l'image du paysan subversif, et tant par référence culturelle que par réflexe de classe, retrouve dans la désignation de la paysannerie un vocabulaire jadis utilisé par Balzac. Horrifié par ces mouvements populaires manipulés par des « brigands », Taine, logiquement, condamne la résistance paysanne au coup d'État de 1851 dans laquelle il ne voit que l'œuvre de bandits.

  • 25 Comme l'écrit Charles Seignobos, « c'est un duel où l'on aurait effacé l'un des deux adversaires, (...)
  • 26 Le chapitre 2 de « La Révolution » s'intitule : « De la souveraineté des passions libres ». (...)
  • 27 François FURET et Mona OZOUF [dir.], Dictionnaire critique de la Révolution française, Paris, Lib (...)
  • 28 Ils incarnent la tradition, une notion chère à Taine inspirée de Burke.

9S'il entend donner à ses descriptions des campagnes révolutionnaires une rigueur historique fondée notamment sur la consultation de documents des Archives nationales, sa vision est partiale dans la mesure où il effectue un tri dans sa documentation : seuls sont retenus les mémoires de membres de la noblesse, les relations d'administrateurs modérés ou les rapports des fermiers généraux, ce qui entache sérieusement la valeur scientifique de son œuvre. Rien d'étonnant alors si les historiens radicaux, Aulard et Seignobos, condamnent vivement cette interprétation tronquée d'une histoire clouant au pilori la Révolution 25. Une histoire enfin dont la valeur scientifique est sujette à caution dans la mesure où Taine, à l'instar de Bonnemère, conduit son analyse sur deux plans : celui d'une paysannerie appréhendée comme une catégorie, même si sa représentation en est fantasmatique, et celle du peuple en son entier, dont le paysan est le paradigme, un peuple qui finit par se confondre avec la populace et la canaille. En définitive, le paysan et ses excès viennent à l'appui d'une conception de l'histoire à fondement psychologique et d'une idée chère à Taine, empreinte du pessimisme de Hobbes, celle de la fragilité du tissu culturel, de la souveraineté des passions 26, de l'animalité et de la brutalité qui risquent à tout moment de percer sous l'humanité 27. C'est la raison pour laquelle la paysannerie ensauvagée et ignorante doit être contenue et encadrée par l'autorité locale déléguée aux notables détenteurs du savoir et de la culture. Bref le gouvernement des élites 28.

  • 29 Dans le tome 9 rédigé par Georges Renard, couvrant la période 1848-1852, ce dernier utilise l'enq (...)
  • 30 On connaît la célèbre apostrophe de Crémieux lors de l'élection de l'Assemblée de Bordeaux en 187 (...)
  • 31 Georges RENARD, La IIe République française, tome 9 de Jean JAURÈS [dir.], Histoire socialiste... (...)
  • 32 Gambetta n'avait rien dit d'autre dans son célèbre discours de Bordeaux du 26 juin 1871.
  • 33 Jean JAURÈS, La guerre franco-allemande (1870-1871), tome 11 de Jean JAURÈS [dir.], Histoire soci (...)

10C'est ce que récusent les auteurs de l'Histoire socialiste dirigée par Jean Jaurès, dont toute la réflexion, lorsqu'il est question des campagnes, est construite autour de l'émancipation des paysans ramenés, dans les brèves évocations d'une existence matérielle difficile 29, aux catégories des petits exploitants et des ouvriers agricoles. Aussi bien dans cette publication, la dimension politique est au fondement de l'étude d'une paysannerie sur laquelle est portée en définitive un regard positif. Il en découle une vision optimiste de son évolution, même si elle est ambivalente, marquée chez certains auteurs par la prégnance de stéréotypes. Manipulé en raison de son ignorance, le paysan n'est pas pour autant stigmatisé. À la condamnation par les républicains appartenant à la génération du Second Empire, du conservatisme politique paysan votant contre ses intérêts 30, succède une attitude compréhensive : le mauvais choix des masses rurales est lié à une longue habitude de soumission, à une ignorance et une crédulité savamment entretenue par les notables, le pouvoir et les curés, une autre façon d'admettre que les paysans sont des mineurs et doivent être guidés. Une vision de dominants, une vision de citadins forts de leur supériorité culturelle, signifiée par Georges Renard, auteur du tome 9 : en 1848, « la France apparaît piquée de points lumineux que sont les villes et semée de vastes taches sombres que sont les campagnes » 31. Aussi, la préoccupation majeure est-elle l'acculturation de la paysannerie. Le problème de la relation entre instruction et exercice de la citoyenneté par le suffrage « universel » est essentiel et doit donner lieu à un travail de redressement des esprits : faire « bien penser » pour faire « bien voter ». L'acculturation est la voie de l'affranchissement du paysan 32. Un affranchissement que laissait déjà présager le vote démoc-soc de 1849, les insurrections paysannes de 1851 et finalement le ralliement à la République, seule capable, comme ce fut le cas en 1848, d'éveiller la démocratie paysanne à la vie politique. Bien mieux, en quelques années, mais l'explication manque de clarté, les paysans deviennent les plus sûrs garants du régime lors des crises boulangiste et nationalistes, alors que les « grandes villes et les centres industriels se laissèrent duper » 33. Il s'est donc opéré un véritable chassé-croisé entre les masses ouvrières et rurales. Vigilance, clairvoyance, niveau de conscience politique seraient le fait de la paysannerie.

11En revanche, l'idée socialiste n'a pas suivi du même pas l'idée républicaine. Ici encore nulle condamnation, mais la recherche d'une explication trouvée dans le poids du passé, au travers de la force des représentations sociales forgées depuis 1848 sur les rouges et les partageux, une explication également fondée sur des facteurs psychologiques : l'individualisme, l'attachement au petit lopin, l'isolement. Cela n'ôte rien à la croyance d'une dynamique identique à celle qui conduisit les paysans à la République : là, les causes ont été politiques, ici elle seront économiques en raison des crises du secteur agricole.

  • 34 Il a rédigé le tome sur Louis XIV et collaboré aux tomes 8 et 9.
  • 35 Pierre NORA, « Lavisse instituteur national », dans Pierre NORA [dir.], Les lieux de mémoire, tom (...)

12À la vision engagée de l'épopée paysanne telle qu'elle ressort des précédentes observations, semble s'opposer la conception positiviste de l'Histoire de France dirigée par Ernest Lavisse 34, même s'il est loin d'en être le parangon 35 ; une histoire objective fondée sur le primat des faits ­ les faits parlent d'eux-mêmes ­ et la statistique : rendements, prix du blé et des fermages, évolution numérique de la population, etc. Neutralité de ton, effacement des auteurs au profit de la présentation de sources croisées et contradictoires, comme les différents jugements portés sur l'amélioration de la condition paysanne au XVIIIe siècle ou sur le physiocratisme, tel est l'esprit de la publication, qui, malgré l'évocation des variétés régionales de l'agriculture et la diversité des statuts de la paysannerie, reste largement fidèle à la tradition d'une histoire événementielle engagée.

  • 36 Ronald HUBSCHER, « Les terroirs », dans Jean-Yves MOLLIER et Pascal ORY [dir.], Pierre Larousse e (...)
  • 37 Ernest LAVISSE [dir.], Histoire de France..., ouv. cité, p. 260.

13De fait, Lavisse reste prisonnier de ses convictions politiques et de ses préjugés sociaux. Sur ce plan, l'identité de vue avec Pierre Larousse est frappante 36. Républicain, il dresse un sombre bilan de l'Ancien Régime, notamment en raison des entraves apportées à la liberté individuelle et économique. C'est bien la Révolution dont l'œuvre est poursuivie par la Troisième République qui ouvre la voie du progrès. Conservateur sur le plan social, il gomme les tensions entre les classes, stigmatise ceux qui menacent l'ordre établi et qu'il nomme les « hors-la-loi » : mendiants, braconniers, contrebandiers, faux-sauniers ; les premiers « terrorisent les campagnes, maraudent et au besoin assassinent » 37. Dans cette condamnation de l'Ancien Régime et des déviants, la filiation avec Taine, parfois cité, mais pas toujours, est étroite dans l'argumentation comme dans les exemples choisis. Même réprobation devant une noblesse dont les privilèges n'ont plus de justification, même critique de la fiscalité royale, source principale de la misère des campagnes, qui les condamnent à la révolte, même vision d'une nature paysanne ensauvagée par la fuite des élites noble, roturière, ou d'une paysannerie enrichie qui s'empresse de se fondre dans la bourgeoisie, même oppression rendue plus insupportable par la diffusion des idées nouvelles, même détestation des déracinés, et ici la similitude du propos est flagrante.

  • 38 Taine évoque les bandes, les auteurs de l'Histoire socialiste, les foules.

14Finalement, les historiens donnent une version militante et engagée de la paysannerie dont les diverses composantes se dissolvent en fait dans un archétype. Une paysannerie dont la condition s'éclaire bien plus par le politique, selon les canons de l'historiographie dominante et institutionnelle, que par le social et l'économique, et dont le lecteur retire une image ambivalente. D'abord celle d'une classe vouée séculairement à la servitude, à l'oppression, à la précarité matérielle, une vision misérabiliste signant la condamnation de l'Ancien Régime. Mais le paysan, c'est aussi le Jacques, le révolté ; révolte aveugle, brutale, accomplie dans la spontanéité, le désordre, l'inorganisation 38, expression d'un certain primitivisme témoignant d'une non-appartenance à la sphère de la culture. Civilisation et culture sont d'essence urbaine, caractérisent les élites, justifiant pour les uns l'état de subordination des paysans, pour les autres l'impératif de l'acculturation, instrument décisif de leur émancipation. Au total une image réductrice et appauvrie de la paysannerie, ramenée pour l'essentiel à la seule dimension institutionnelle et politique et non point étudiée comme catégorie autonome car nul ne songe qu'une existence triviale et des pratiques archaïques puissent constituer un champ digne de recherche.

Des géographes agrariens

  • 39 André MEYNIER, Histoire de la pensée géographique en France (1872-1969), Paris, 1969 ; Philippe P (...)

15La démarche des géographes, beaucoup plus heuristique, ouverte à la pluridisciplinarité, préfigure les travaux des historiens ruralistes des années 1960. Une approche moins abstraite et globalisante, une relation plus étroite au terrain confèrent aux études géographiques une moindre coloration idéologique que celles de leurs collègues historiens. Influencée par le modèle allemand de Karl Ritter, une phalange de chercheurs 39, au premier rang desquels figure Paul Vidal de la Blache, prêtent toute leur attention aux relations de l'homme et de son milieu, enracine le paysan dans un terroir et un paysage. La géographie physique devient un facteur explicatif de la géographie humaine, éclaire la diversité des agricultures, la variété des modes de vie ruraux. Aussi bien le triomphe d'une géographie régionale, donnant ses lettres de noblesse à la monographie, signe-t-elle la disparition du paysan-archétype des historiens et ouvre à la diversité des paysanneries.

  • 40 Albert DEMANGEON, La Picardie et les régions voisines..., ouv. cité, chapitre XII.
  • 41 Élisée RECLUS, Nouvelle géographie universelle..., ouv. cité, tome 2, La France. Élisée Reclus pr (...)
  • 42 Ainsi, pour prendre l'exemple de la Bretagne, il distingue les paysans de haute taille et de chev (...)
  • 43 Paul VIDAL de LA BLACHE, Tableau de la géographie de la France, ouv. cité, p. 28.

16Mais les géographes, s'ils s'efforcent de donner à leur discipline une autonomie et une légitimité institutionnelle dans un champ universitaire dominé par les historiens, se souviennent qu'ils sont issus de leur rang et introduisent comme élément explicatif à côté du déterminisme physique la dimension historique : autrement dit, l'espace et le temps. Les origines et le développement des industries campagnardes de Picardie 40, qui constituent ni plus ni moins une description du paysan pluri-actif, sont un modèle du genre, comme l'est d'ailleurs le tableau du village normand au Moyen Âge dans la thèse de Jules Sion sur Les paysans de la Normandie orientale. Historiens, les géographes se veulent aussi anthropologues ou du moins attentifs aux interrogations soulevées par cette nouvelle science, leur permettant d'enrichir leur lecture de la paysannerie sous l'angle de l'anthropologie physique et culturelle. On en trouve une esquisse dans la Nouvelle géographie universelle d'Élisée Reclus 41. S'appuyant sur les revues d'anthropologie, les travaux de Broca, il s'attache à distinguer les origines ethniques et les caractéristiques physiques des populations rurales où subsistent certains isolats : Bretons, Basques, Auvergnats 42. Dans son Tableau géographique de la France, Paul Vidal de la Blache reprend la démarche d'Élisée Reclus, cerne les espaces à dominante de populations dolichocéphales ou brachycéphales, descend jusqu'à une micro-analyse régionale lui permettant de classer les habitants selon leurs caractères morphologiques : « le Navarrais à visage mince, le Basque aux tempes renflées et au menton pointu, aux larges épaules et aux hanches rétrécies [...], le Catalan à large face et à épaisse encolure » 43.

  • 44 La carte représente les deux grands ensembles que sont la langue d'oc et la langue d'oïl. Reclus (...)
  • 45 Albert DEMANGEON, La Picardie et les régions voisines..., ouv. cité, p. 421.

17Sur cette population marquée par la variété des traits physiques qui révèle la trace des origines, viennent se greffer de manière beaucoup plus visible les particularités linguistiques. Le paysan se définit par son dialecte et son patois, un facteur essentiel de reconnaissance à l'intérieur du groupe et du clivage ville/campagne. L'intérêt porté à la langue vernaculaire témoigne d'une vision culturelle et non plus politique de la paysannerie. Elle n'est pas sans rappeler les travaux allemands de Herder, Fichte et Grimm consacrés à la langue populaire conçue comme la trace présente de la langue primitive, qui mettent l'accent entre communauté de culture et communauté ethnique. Élisée Reclus établit une carte des dialectes de la France 44. Demangeon constate le lien identitaire que constitue chez les paysans picard l'usage du dialecte, ce dont ils ont pleinement conscience. Le parler signe le chez-moi, l'espace vécu comme il désigne l'altérité. « Aux environs de Grandvillers [...] le cultivateur sait qu'à peu de distance vers le Sud, dès les herbages du Bray, il n'entend plus les intonations familières ; la Picardie cesse pour lui avec certaines manières de prononcer plus grêles, plus sèches, plus maigres qui est normande » 45. Si l'on ajoute une forte dimension ethnographique présente chez Sion et Demangeon ­ l'habitat, le village, les techniques de production ­, il n'est pas faux de parler d'une géographie totale, devancière de l'histoire totale.

  • 46 Paul VIDAL de LA BLACHE, Tableau de la géographie de la France, ouv. cité, p. 15.
  • 47 Ibidem. C'est encore ce savoir qui conduit le paysan normand à maintenir la culture du colza au d (...)

18L'originalité des géographes apparaît encore dans l'interprétation donnée aux rapports nature/culture. Prenant le contre-pied des historiens, ils intègrent les paysans dans la sphère de la culture. Ces derniers sont porteurs d'un savoir populaire, hâtivement taxé de routine voire de superstition. L'interprétation des signes du ciel est un bon exemple de ce patrimoine culturel et a donné naissance à une météorologie empirique ; traduite sous forme de dictons, archives de la mémoire populaire, elle est souvent confirmée par l'observation scientifique. Demangeon et Sion y attachent une grande attention. Un savoir empirique qui fait aussi des paysans « des géologues à leur manière » 46 dans leur claire perception, marquée avec sûreté dans le vocabulaire populaire, des contrastes entre bons et mauvais pays, terres froides et terres chaudes, bocage et campagne ; ils conditionnent la réalité de leur existence et s'expriment dans un nom : celui de « pays ». « Souvent sans être consacré par une acception officielle, il se transmet à travers les générations » 47.

  • 48 Jules SION, Les paysans de la Normandie..., ouv. cité, p. 239.
  • 49 Ibidem, p. 385.

19Un savoir empirique qui est loin de briser l'initiative, la faculté d'adaptation du paysan, son aptitude à saisir l'opportunité de la conjoncture. Ainsi en est-il de l'introduction, au début du XIXe siècle, de la prairie artificielle par les Cauchois, plus novateurs et hardis que certains agronomes de la Société d'agriculture de Seine-Inférieure inquiets de ses incidences possibles sur le rendement du blé, ou d'une intensification du travail des chevaux utilisés par des petits exploitants de la vallée de la Seine, en morte-saison pour le halage ou le transport des voyageurs de Paris à Rouen. Autant de ressources qui compensent la disparition du vignoble au XVIIIe et au début du XIXe siècle 48. On peut en dire autant de la spécialisation laitière dès le début des années 1830, dans un rayon de 20 kilomètres autour de Rouen 49, comme de la diversification ultérieure de ses usages selon les lieux, en fonction des communications : expédition vers les grands centres, transformation sur place en beurre et fromage, alimentation pour l'engraissement des veaux.

  • 50 Ibidem, p. 369.
  • 51 Albert DEMANGEON, La Picardie et les régions voisines..., ouv. cité, p. 234.

20Mais aussi un savoir empirique qui peut s'enrichir d'une culture technique. Sion comme Demangeon laissent percer toute leur admiration pour le planteur de betteraves, une production très scientifique dont les procédés varient selon l'état du marché et les techniques industrielles, en perpétuelle évolution depuis la crise du secteur dans les années 1880 50. Les paysans picards ont su s'y adapter car ils « savent raisonner de leurs pratiques, discuter leurs méthodes, doser les engrais ; nulle part on ne trouve plus de lecteurs de journaux agricoles » 51. Une culture technique qui, loin de se cantonner à l'activité agricole, s'élargit au domaine industriel, puisque nombre de paysans normands et picards sont des pluri-actifs.

  • 52 Vincent BERDOULAY, La formation de l'école française de géographie..., ouv. cité, p. 218.
  • 53 Albert DEMANGEON, La Picardie et les régions voisines..., ouv. cité, p. 220.
  • 54 Ibidem, p. 211.

21Cette représentation de la paysannerie est bien éloignée de celle proposée par les historiens. Le champ chronologique différent dans lequel s'inscrit l'objet étudié, encore que nombre d'exemples soient pris par les géographes aux XVIIIe et XIXe siècles, ne suffit pas à l'expliquer ; elle doit beaucoup au concept vidalien de « genre de vie » conçu comme une dialectique des rapports entre les hommes et leur environnement, qui aboutit à limiter le poids du déterminisme physique. Elle ouvre sur le « possibilisme », terme qui désigne la conception des relations hommes/milieu tels qu'ils ressortent des travaux de l'école française de géographie, une conception ramassée dans cette formule de Vidal de la Blache : « C'est bien plus comme être doué d'initiative que comme être subissant passivement les influences extérieures que l'homme a un rôle géographique » 52. Il existe dans la nature des possibilités que l'homme peut ou non développer selon ses besoins ou son niveau technique. « Partout ­ écrit Demangeon ­, la culture apprend à s'affranchir des aptitudes natives du sol ; elle les plie méthodiquement à ses propres nécessités, à ses intentions » 53. Dès lors, les géographes proposent une vision prométhéenne du paysan, architecte de la nature, constructeur de paysages, porteur de civilisation. La plaine crayeuse picarde, pour ne prendre que cet exemple cité par Demangeon, en témoigne, qui « dépouillant peu à peu les traits de sa nature sauvage s'est domestiquée à la longue sous l'effort des générations de laboureurs » 54.

  • 55 Plus tardive dans sa rédaction, l'Histoire socialiste est écrite dans cette logique en ce qui con (...)
  • 56 C'est prendre le parti de Deschanel contre Jaurès qui en conteste la réalité dans le fameux débat (...)
  • 57 Paul CLAVAL, préface du Tableau géographique de la France, p. VI.
  • 58 Gérard NOIRIEL, Population, immigration et identité nationale en France, XIXe-XXe siècle, Paris, (...)

22Finalement, les géographes produisent une représentation de la paysannerie beaucoup plus élaborée et en même temps plus proche de la réalité que celle donnée par les historiens. Seraient-ils plus talentueux que leurs collègues ? Une explication plus sérieuse est à chercher dans la genèse de la discipline : une discipline « montante », moins soumise que son aînée aux canons académiques et à la forte tradition d'une histoire événementielle, fut-elle positiviste, d'où une plus grande ouverture vers les autres sciences sociales et de la nature, manière d'affirmer sa spécificité et de conquérir son autonomie face à l'histoire. Surtout le regard décalé porté par les deux disciplines sur la paysannerie est le fruit de nouvelles préoccupations, car les géographes comme les historiens, objets de notre étude, introduisent dans leurs travaux, à des degrés divers, les schémas idéologiques et politiques de la société environnante. Dans les années 1880-1890, celles des crises qui secouent la République... et l'agriculture, les paysans demeurent un enjeu politique 55. Et il suffit de songer à la prise en main du syndicalisme agricole par les notables conservateurs. L'histoire de la paysannerie se ramène donc fondamentalement à sa dimension politique. Dans les années 1900, la question est davantage sociale et l'air du temps est à l'agrarisme. Face à l'industrie, pratiquement ignorée par Demangeon dans sa thèse, à la montée du prolétariat et du socialisme, on donne à voir, tout en ne masquant pas ses imperfections, le poids du secteur agricole dans l'économie nationale, le labeur et l'ingéniosité des hommes de la terre, force vive du pays, la réussite d'une démocratie paysanne 56. Ce n'est pas un hasard si Demangeon et Sion présentent un bilan globalement élogieux, de la petite culture, une campagne rassurante qui se déprolétarise, se fait moins rurale et plus agricole ; un espace où s'affirme l'exploitation familiale, un monde des petits conforme à l'idéologie des radicaux. Sion condamne implicitement le caractère industriel de la grande culture entraînant une forme de délocalisation par le recours à une main-d'œuvre et à un matériel étrangers, provoquant la rupture du lien social, entraînant la société paysanne vers une structure binaire patron/ouvriers, source de conflits. Par cette attention portée à la paysannerie, Demangeon et Sion sont les parfaits disciples de Vidal de la Blache qui, dans son Tableau géographique de la France, écrit Paul Claval, « traite de la société paysanne et du monde qui l'encadrait bien plus que des foules industrielles et des productions modernes ». Une « France des campagnes et des évolutions lentes bien plutôt que [...] celle des grandes cités orgueilleuses et des bassins houillers » 57. Bref une conception fixiste suscitée par l'inquiétude des bouleversements provoqués par l'industrie et l'urbanisation. En somme, « une apologie de la terre et de l'enracinement qui n'a rien à envier à Barrès » 58. Ce sont bien les campagnes qui expriment le tempérament national et le paysan en devient l'incarnation symbolique. Dès lors, comme chez les historiens se retrouvent deux niveaux d'analyse : celui du paysan acteur mais aussi celui du paysan « agi », instrument d'une démonstration.

Complicités intellectuelles et culturelles

  • 59 André Siegfried se considère comme le disciple de Vidal de la Blache dont il fut l'élève. En témo (...)
  • 60 Michelet met l'accent sur les ruptures, Vidal de la Blache, dans une conception finaliste de l'êt (...)
  • 61 Éric GASPARINI, La pensée politique de Taine..., ouv. cité, pp. 90-91.
  • 62 Ibidem, p. 92.
  • 63 ARDOUIN-DUMAZET, Voyages en France, ouv. cité.

23Il reste à évoquer un dernier point concernant les transferts entre disciplines et les filiations intellectuelles revendiquées ou cachées, le rôle de la documentation dans la construction de clichés car souvent les auteurs recourent aux même sources, enfin l'influence des représentations littéraires, qui peuvent introduire un biais dans une observation qui se veut scientifique. On se contentera ici de quelques brefs exemples. Paul Vidal de la Blache 59 se réclame de Jules Michelet et de son Tableau de la France, en dépit de conclusions opposées 60. Si Hippolyte Taine est séduit ­ et il le dit ­ par la démarche de l'historien libéral britannique Macaulay qui s'apparente à une « psychologie descriptive des individus et groupes » 61, en revanche il passe sous silence sa dette à l'égard de L'histoire de la civilisation en Angleterre, œuvre d'un disciple d'Auguste Comte, Thomas Buckle, où est mis en avant le rôle du climat, du sol du milieu physique et moral comme facteurs constitutifs de la civilisation 62. Dans un autre registre, les récits de voyages d'Arthur Young en France servent de référence commune aux historiens et aux géographes, reprenant à leur compte ses descriptions de l'agriculture et de la paysannerie d'Ancien Régime devenues de véritables topiques. On pourrait en dire autant des Voyages en France d'Ardouin-Dumazet 63 dont les descriptions minutieuses d'une France conçue comme une mosaïque de « pays » ne pouvaient que séduire les tenants d'une géographie régionale.

  • 64 Paul VIDAL de LA BLACHE, Tableau de la géographie de la France, ouv. cité, p. 28 et p. 69.
  • 65 SCHRADER et GALLOUDEC, Géographie de la France et de ses colonies, Paris, 1896.
  • 66 Ibidem, p. 230.
  • 67 Élisée RECLUS, Nouvelle géographie universelle..., ouv. cité, tome 2, La France, p. 432, d'après (...)

24De façon plus diffuse, les modèles culturels dominants influencent parfois à leur insu ceux qui entendent fonder leur réflexion sur la rigueur des faits. Taine est prisonnier de ses lectures balzaciennes, et il éprouve les mêmes inquiétudes fantasmatiques que l'auteur des Paysans sur le gigantesque transfert de propriétés accéléré sous la Révolution au profit de la paysannerie. S'il n'use pas à cette occasion de la forte métaphore de Balzac sur les rongeurs, en d'autres occasions, il recourt fréquemment aux comparaisons animalières pour brosser la figure du paysan, à l'instar d'autres historiens marqués par les forts stéréotypes du courant littéraire naturaliste, que ce soit pour stigmatiser un paysan déshumanisé, ce qui légitime son statut inférieur, ou au contraire pour montrer l'état d'animalité auquel l'a réduit une société oppressive. Les géographes, à un moindre degré cependant que leurs collègues historiens, n'échappent pas à cette image d'un paysan naturalisé physiquement. Dans son Tableau géographique de la France, Vidal de la Blache évoque l'épaisse encolure du Catalan ou l'Ardennais, « une race d'hommes généralement petite et brune mais résistante comme le sont les bestiaux et les chevaux de chétive apparence » 64. Schrader et Galloudec, deux disciples du maître, notent dans leur manuel 65 destiné aux classes de rhétorique classique et de seconde moderne, la présence en Auvergne d'isolats, derniers vestiges aux dires des anthropologues de populations y ayant vécu aux époques les plus reculées. L'intériorisation des modèles littéraires est telle que ces paysans, à la marge de la civilisation connotent nécessairement l'animalité. Toutefois dans le cas présent, la représentation littéraire doit tenir compte des données scientifiques ou jugées telles ; et puisque ces populations remontent aux temps les plus lointains, l'animalité doit se conformer au modèle simiesque : « Quelques familles offrent encore des types tout à fait primitifs : arcades sourcilières énormes, bras longs et cuisses courtes, dents prognathes, yeux hagards et farouches » 66. Une description « empruntée » littéralement à Élisée Reclus 67. Le même Élisée Reclus évoque dans la vallée du haut Adour « les ravages du crétinisme qui donne un aspect bestial à ceux qui en sont atteints ».

  • 68 Jacques CAMBRY, Voyage dans le Finistère, 1799 ; Émile SOUVESTRE, Les derniers Bretons, Paris, 18 (...)
  • 69 Élisée RECLUS, Nouvelle géographie universelle..., ouv. cité, tome 2, La France. Il évoque le mai (...)
  • 70 Louis DUBREUILH, La Commune, tome 11 de Jean JAURÈS [dir.], Histoire socialiste..., ouv. cité, p. (...)

25La description de la Bretagne par les historiens et les géographes constitue le parfait exemple de la manière dont sont véhiculés les clichés, et en la matière, elle mériterait une étude à elle-seule. Au lieu d'une observation rigoureuse, les universitaires sont victimes de leur imaginaire, nourri probablement par une abondante production picturale, notamment les toiles d'Adolphe Leleux, et certainement par les innombrables récits de voyageurs en quête de pittoresque, les folkloristes de la génération romantique, la compilation d'ouvrages inspirés les uns des autres, de Cambry à Souvestre 68 maintes fois cités 69. Fondamentalement, la Bretagne demeure une sorte de région fossile peuplée d'une paysannerie rude, farouche et fière, attachée à des coutumes ancestrales, à peine sortie du Moyen Âge, peu acculturée, superstitieuse, soumise à ses prêtres et à ses nobles 70.

  • 71 Albert DEMANGEON, La Picardie et les régions voisines..., ouv. cité, p. 231, p. 278, p. 341 et p. (...)

26Ainsi historiens et géographes n'évitent pas les stéréotypes et les lieux communs profondément ancrés dans un imaginaire social partagé ; leur écriture en porte l'empreinte sous la forme de locutions éculées par l'usage qu'en ont fait romanciers et poètes, et qui reviennent automatiquement sous leur plume. Demangeon 71 n'évoque-t-il pas « le labeur quotidien qui le courbe [le cultivateur] sur sa terre », son « attachement à la glèbe », pour ne pas parler de sa passion pour la terre, un cliché inlassablement repris dans tous les travaux, comme celui de la fameuse routine. Pour autant, si nous avons cru bon de signaler la prégnance des modèles littéraires, et peut-être en avons-nous exagéré les effets, il convient cependant de signifier la relative autonomie des représentations de la paysannerie construites par les universitaires. Elles sont autres et renvoient à autre chose qu'à elles-mêmes, dans la mesure où elles obéissent à une logique dont il a été précédemment question et prennent simplement à la marge la vision esthétique mais mécaniste du paysan.

* * *

  • 72 Louis FORESTIER, « Introduction », dans Guy de MAUPASSANT, Contes et nouvelles, collection La Plé (...)

27Nous voudrions conclure par deux observations. La première concerne la réalité de deux représentations différentes de la paysannerie que l'on peut schématiquement ramener à une vision littéraire et à une vision scientifique. Par là-même, elles entrent en concurrence l'une avec l'autre, mais celle proposée par les historiens et les géographes n'a pas réussi à supplanter les représentations littéraires dans l'imaginaire collectif. D'où la question de l'impact éditorial des travaux scientifiques. Autrement dit, quelle que soit leur réputation, qui lit les universitaires ? La réponse pourrait être abrupte : les universitaires n'ont pas de public si l'on fait abstraction des manuels scolaires. Plus sérieusement, leur incapacité à corriger la représentation conventionnelle de la paysannerie produite par la littérature tient à la nature même de cette représentation, car les écrivains, et à ce titre Maupassant en est un parfait exemple, se plient aux attentes d'un lecteur citadin en lui donnant du paysan l'image qu'il a l'habitude de s'en faire 72.

28La seconde observation concerne l'objet même de cette étude, qui permet de faire la jonction entre culture savante et culture populaire et soulève une question centrale dans leurs rapports réciproques. Historiens et géographes incarnent la culture savante dans son versant légitime et analysent les cultures techniques et les savoir-faire empiriques des paysans censés appartenir à la sphère de la culture populaire. L'une a barre sur l'autre au nom d'une autorité à dire la science. Cette dernière donnerait toute sa validité et donc sa légitimité aux représentations produites par les universitaires puisqu'elles seraient censées être le fruit d'une construction fondée sur le savoir et l'observation scientifiques donc « objective » et distanciée par rapport à l'objet analysé. En réalité, il a été montré combien la culture universitaire est elle-même porteuse de représentations, de pré-constructions véhiculées dans les analyses et par les analyses des historiens et géographes, combien s'opère aussi un jeu de transferts et de contaminations. Finalement, ils adoptent une démarche qui cumule leurs représentations au lieu de les critiquer. Cette posture des auteurs que nous avons étudiés est une invite à mener une réflexion sur le regard porté par les chercheurs en sciences sociales sur le monde rural. Autrement dit, et cela devrait être un truisme, historiens et géographes, mais également anthropologues et sociologues, avant de donner à voir souvent avec dilection la culture populaire, devraient au préalable se livrer à un travail de clarification de leurs propres représentations, intérêts et finalités à l'égard des analyses des paysanneries avant de passer à l'acte. C'est somme toute l'abécédaire de toute recherche.

Haut de page

Notes

1 Il n'est pas question de citer ici une abondante bibliographie ; je renvoie donc aux études sur ce sujet.
2 Vincent BERDOULAY, La formation de l'école française de géographie (1870-1914), Paris, 1981, p.  112 : « Les grands "opportunistes", comme Léon Gambetta et Jules Ferry, prétendaient appliquer la méthode scientifique dans le domaine politique. La plupart des sympathisants du positivisme... acceptèrent cette prétention ».
3 Eugène BONNEMÈRE, Histoire des paysans, Paris, 1856, 4e édition, 1886 ; Hippolyte TAINE, Les origines de la France contemporaine, tome 1 : L'Ancien Régime, Paris, 1876 ; Ernest LAVISSE [dir.], Histoire de France depuis les origines jusqu'à la Révolution, Paris, 1903-1911, 18 volumes (il rédige le volume sur Louis XIV) ; Jean JAURÈS [dir.], Histoire socialiste (1789-1900), Paris, J. Rouf, 1901, 13 volumes ; Élisée RECLUS, Nouvelle géographie universelle, La terre et les hommes, tome 2, La France, Paris, 1879 ; Paul VIDAL de LA BLACHE, Tableau de la géographie de la France, Paris, 1903 (il constitue le tome 1 de l'Histoire de France de Lavisse) ; Albert DEMANGEON, La Picardie et les régions voisines. Artois-Cambrésis-Beauvaisis, Paris, 1905 ; Jules SION, Les paysans de la Normandie orientale, Paris, 1909.
4 Voir Taine : « la race, le milieu, le moment ».
5 Ce n'est pas un hasard si les références à Michelet ­ dont les écrits en la matière sont devenus des pages d'anthologie ­ sont fréquentes.
6 Jules FERRY, « Discours de Bordeaux », 30 août 1885 : « C'est là une force immense et sur laquelle repose la sécurité de notre société que cette population de petits propriétaires, si nombreux qu'ils constituent à eux-seuls la majorité du nombre dans la nation », dans P. ROBIQUET, Discours et opinions de Jules Ferry, Paris, 1898, tome septième, p. 41.
7 La chronologie s'étend de la Gaule à la nuit du 4 août 1789.
8 Cette vision, on le sait, a inspiré un courant historiographique contemporain.
9 Il évoque « ces cerveaux tout primitifs, vides d'idées et peuplés d'images », « les gravures secrètes, les estampes, les enluminures populaires, celles-ci les plus efficaces de toutes car elles parlent aux yeux », Hippolyte TAINE, Les origines de la France..., ouv. cité, Livre cinquième, « le Peuple », pp. 278-279.
10 Taine reprend à son compte les réflexions d'Auguste Blanqui dans son « Tableau des populations rurales de la France » publié dans Le Journal des économistes, janvier-septembre 1851.
11 Hippolyte TAINE, Les origines de la France..., ouv. cité, p. 171.
12 Hippolyte TAINE, Sa vie et sa correspondance, 1905, tome III, p. 266.
13 En Angleterre, en revanche, la noblesse a conservé son rôle local. On sait toute l'admiration de Taine pour ce pays.
14 Taine donne une vision idéalisée des choses peu conforme à la réalité.
15 Hippolyte TAINE, Les origines de la France..., ouv. cité, L'Ancien Régime, Livre cinquième, « le Peuple », p. 287.
16 À la différence de Bonnemère, Taine n'escamote pas la fonction de producteur du paysan.
17 On retrouve ici l'un des éléments de la théorie de Taine sur le lieu, le milieu, le moment, héritée de l'historien anglais Buckle.
18 En ce qui concerne Arthur Young, dont les jugements sont parfois sommaires sinon erronés, il sert de bible à des générations d'économistes et d'historiens du XIXe siècle lorsqu'il décrit l'économie française sous l'Ancien Régime.
19 Arthur YOUNG, Voyages en France en 1787, 1788 et 1789, (traduction française par Henri Sée), Paris, 1931.
20 C'est le fameux « moment ».
21 Dans la partie consacrée à la Révolution dans Les origines de la France contemporaine, Taine intitule le Livre premier : « L'anarchie spontanée ».
22 Ibidem, p. 368.
23 « Meuniers et marchands de grains pendus, décapités, massacrés, fermiers sommés sous menace de mort de livrer jusqu'à leur réserve de semences, propriétaires rançonnés, maisons saccagées », Ibidem, p. 357.
24 Si sous l'Ancien Régime les bandes de mendiants étaient le fruit de la misère paysanne, sous la Révolution ils ont perdu toute identité sociale. Ils sont une lie que cette même Révolution a fait surgir des bas-fonds de la société. « Les paysans se sont laissés racoler par des bandits [...], rôdeurs sauvages [...] qui comme les loups accourent partout où ils flairent une proie. [...] On les reconnaît [...] au besoin de détruire pour détruire, à leur accent étranger, à leur figure sauvage, à leurs guenilles » Hippolyte TAINE, Les origines de la France..., ouv. cité, « La Révolution », p. 326.
25 Comme l'écrit Charles Seignobos, « c'est un duel où l'on aurait effacé l'un des deux adversaires, ce qui donne à l'autre l'aspect d'un fou ». Charles SEIGNOBOS, « L'Histoire », dans PETIT de JULLEVILLE [dir.], Histoire de la littérature et de la langue française, p. 277, cité par Éric GASPARINI, La pensée politique de Taine : entre traditionalisme et libéralisme, Aix-en-Provence, Presses Universitaires d'Aix-Marseille, 1993, p. 353.
26 Le chapitre 2 de « La Révolution » s'intitule : « De la souveraineté des passions libres ».
27 François FURET et Mona OZOUF [dir.], Dictionnaire critique de la Révolution française, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1988, p. 1070, cité par Éric GASPARINI, La pensée politique de Taine..., ouv. cité, p. 11.
28 Ils incarnent la tradition, une notion chère à Taine inspirée de Burke.
29 Dans le tome 9 rédigé par Georges Renard, couvrant la période 1848-1852, ce dernier utilise l'enquête parlementaire sur le travail agricole et industriel de 1848, qui dresse un sombre tableau de la campagne française.
30 On connaît la célèbre apostrophe de Crémieux lors de l'élection de l'Assemblée de Bordeaux en 1871 : « Majorité de ruraux, honte de la France ».
31 Georges RENARD, La IIe République française, tome 9 de Jean JAURÈS [dir.], Histoire socialiste..., ouv. cité, p. 163.
32 Gambetta n'avait rien dit d'autre dans son célèbre discours de Bordeaux du 26 juin 1871.
33 Jean JAURÈS, La guerre franco-allemande (1870-1871), tome 11 de Jean JAURÈS [dir.], Histoire socialiste..., ouv. cité, p. 188.
34 Il a rédigé le tome sur Louis XIV et collaboré aux tomes 8 et 9.
35 Pierre NORA, « Lavisse instituteur national », dans Pierre NORA [dir.], Les lieux de mémoire, tome I, La République, Paris, Gallimard, 1984, p.  256.
36 Ronald HUBSCHER, « Les terroirs », dans Jean-Yves MOLLIER et Pascal ORY [dir.], Pierre Larousse et son temps , Paris, 1995, pp. 342-343 et pp. 346-348.
37 Ernest LAVISSE [dir.], Histoire de France..., ouv. cité, p. 260.
38 Taine évoque les bandes, les auteurs de l'Histoire socialiste, les foules.
39 André MEYNIER, Histoire de la pensée géographique en France (1872-1969), Paris, 1969 ; Philippe PINCHEMEL, Marie-Claire ROBIC et Jean-Louis TISSIER, Deux siècles de géographie française, Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1984.
40 Albert DEMANGEON, La Picardie et les régions voisines..., ouv. cité, chapitre XII.
41 Élisée RECLUS, Nouvelle géographie universelle..., ouv. cité, tome 2, La France. Élisée Reclus préfigure les conceptions de Vidal de la Blache, mais son œuvre occultée en raison de ses opinions anarchistes reste entachée de la conception de La France pittoresque d'Abel Hugo présentant certaines caractéristiques de l'Annuaire. Voir : Abel HUGO, La France pittoresque ou description pittoresque, topographique et statistique des départements de la France et des colonies, Paris, 1835, 3 volumes.
42 Ainsi, pour prendre l'exemple de la Bretagne, il distingue les paysans de haute taille et de chevelure blonde de l'île d'Ouessant, et les « petits hommes bruns à la tête ronde des Monts d'Arrée » ; il reprend à son compte les observations et les conclusions pour le moins surprenantes d'un médecin breton le docteur Bodichon : « le Breton pur-sang a le crâne osseux, la peau d'un jaune pâle, les yeux noirs ou bruns, les formes trapues, les cheveux noirs » ; il ressemblerait singulièrement au kabyle d'Algérie : « chez l'un et chez l'autre, même entêtement, même opiniâtreté, même dureté à la figure, même amour de l'indépendance, même inflexion de voix, même expression », Élisée RECLUS, Nouvelle géographie universelle..., ouv. cité, tome 2, La France, édition Hachette de 1879, p. 615.
43 Paul VIDAL de LA BLACHE, Tableau de la géographie de la France, ouv. cité, p. 28.
44 La carte représente les deux grands ensembles que sont la langue d'oc et la langue d'oïl. Reclus montre également dans une autre représentation cartographique les limites approximatives du Français et du Bas-Breton : Élisée RECLUS, Nouvelle géographie universelle..., ouv. cité, p. 57 et p. 625.
45 Albert DEMANGEON, La Picardie et les régions voisines..., ouv. cité, p. 421.
46 Paul VIDAL de LA BLACHE, Tableau de la géographie de la France, ouv. cité, p. 15.
47 Ibidem. C'est encore ce savoir qui conduit le paysan normand à maintenir la culture du colza au dépend de la betterave. Cet apparent sacrifice à la routine résulte en fait d'une observation pertinente car le Cauchois est aussi un éleveur. Nécessitant des labours profonds, la betterave exigerait un effort trop pénible entraînant la déformation des jeunes poulains qu'il dresse au travail pour les revendre. Le colza a l'avantage, comme la betterave, d'être une plante nettoyante qui permet de dresser les élèves sans les fatiguer. Jules SION, Les paysans de la Normandie..., ouv. cité, p. 361 et p. 368.
48 Jules SION, Les paysans de la Normandie..., ouv. cité, p. 239.
49 Ibidem, p. 385.
50 Ibidem, p. 369.
51 Albert DEMANGEON, La Picardie et les régions voisines..., ouv. cité, p. 234.
52 Vincent BERDOULAY, La formation de l'école française de géographie..., ouv. cité, p. 218.
53 Albert DEMANGEON, La Picardie et les régions voisines..., ouv. cité, p. 220.
54 Ibidem, p. 211.
55 Plus tardive dans sa rédaction, l'Histoire socialiste est écrite dans cette logique en ce qui concerne les paysans : il s'agit de les gagner à l'idée socialiste.
56 C'est prendre le parti de Deschanel contre Jaurès qui en conteste la réalité dans le fameux débat opposant les deux hommes, Journal officiel, Chambre des députés, séance du 10 juillet 1897, pp. 1933-1945.
57 Paul CLAVAL, préface du Tableau géographique de la France, p. VI.
58 Gérard NOIRIEL, Population, immigration et identité nationale en France, XIXe-XXe siècle, Paris, 1992, p. 28.
59 André Siegfried se considère comme le disciple de Vidal de la Blache dont il fut l'élève. En témoigne le titre de son ouvrage : André SIEGFRIED, Tableau politique de la France de l'Ouest sous la Troisième République, Paris, 1913.
60 Michelet met l'accent sur les ruptures, Vidal de la Blache, dans une conception finaliste de l'être-France, sur les permanences, l'enracinement qui expliquent les comportement sociaux : Gérard NOIRIEL, Population, immigration et identité nationale..., ouv. cité, pp. 27-28.
61 Éric GASPARINI, La pensée politique de Taine..., ouv. cité, pp. 90-91.
62 Ibidem, p. 92.
63 ARDOUIN-DUMAZET, Voyages en France, ouv. cité.
64 Paul VIDAL de LA BLACHE, Tableau de la géographie de la France, ouv. cité, p. 28 et p. 69.
65 SCHRADER et GALLOUDEC, Géographie de la France et de ses colonies, Paris, 1896.
66 Ibidem, p. 230.
67 Élisée RECLUS, Nouvelle géographie universelle..., ouv. cité, tome 2, La France, p. 432, d'après ROUJON, « Les races humaines du Plateau Central », dans Bulletin historique et archéologique de la Corrèze, 1879-1880.
68 Jacques CAMBRY, Voyage dans le Finistère, 1799 ; Émile SOUVESTRE, Les derniers Bretons, Paris, 1836.
69 Élisée RECLUS, Nouvelle géographie universelle..., ouv. cité, tome 2, La France. Il évoque le maintien de vieilles coutumes païennes en se référant à l'ouvrage de Souvestre !
70 Louis DUBREUILH, La Commune, tome 11 de Jean JAURÈS [dir.], Histoire socialiste..., ouv. cité, p. 368.
71 Albert DEMANGEON, La Picardie et les régions voisines..., ouv. cité, p. 231, p. 278, p. 341 et p. 405.
72 Louis FORESTIER, « Introduction », dans Guy de MAUPASSANT, Contes et nouvelles, collection La Pléiade, Paris, Éditions Gallimard, p. XLI.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ronald Hubscher, « Historiens, géographes et paysans », Ruralia [En ligne], 04 | 1999, mis en ligne le , consulté le 17 avril 2014. URL : http://ruralia.revues.org/87

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page