Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Valérie JOUSSEAUME, L'ombre d'une métropole. Les bourgs-centres de Loire-Atlantique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1998, 209 p.

Isabel Boussard

Entrées d'index

Chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Valérie Jousseaume s'est attaquée à un sujet des plus difficiles. La première difficulté repose sur la définition même de ce que l`on entend par « bourgs-centres » ? Trois critères sont retenus : « Le niveau de population, le niveau d'équipement et l'indépendance vis-à-vis de la ville ou d'une mono-activité touristique » (p. 15). Appliqués à la Loire-Atlantique, ils permettent de sélectionner 33 agglomérations, qui constituent l'objet de la thèse de l'auteur, dont l'ouvrage est extrait. Que Valérie Jousseaume en donne la liste en introduction est tout à fait justifié, mais qu'elle les énumère à nouveau tout au long des développements est inutile au lecteur non familier avec la géographique du département.

2Ce qui frappe au premier chef est la diversité des situations. Plusieurs classements sont possibles. En fonction de leur équipement commercial, sont distingués les « gros bourgs-centres », les « bourgs-centres commerçants », les « chefs-lieux de canton » et les « bourgs supermarchés » (p. 25). On ne voit pas très bien pourquoi les chefs-lieux de canton, attribution administrative, forment une catégorie séparée. Si l'on conjugue cet équipement avec la « taille et le rayonnement », on ne trouve plus que trois catégories : les « bourgs peu équipés », les « bourgs équipés » et les « bourgs très équipés » (p. 74). Il y a aussi ceux qui sont « attractifs », « très attractifs », « déficitaires », « très déficitaires ». Bref, toute une série de facteurs qu'il faut bien prendre en compte, mais qui ne facilitent pas les classifications.

3Un des grands mérites de la recherche est d'avoir tenu compte de la dimension temporelle. La géographe s'est faite un peu historienne. Il y a des développements et des cartes (par exemple, pp. 41-44-48) qui comparent la situation en 1963 et en 1988 ou 1994. Cela permet d'appréhender l'évolution : « Le rôle du bourg-centre a donc été écimé au cours des années soixante-dix » (p. 49). « Les bourgs-centres étaient des lieux de distribution de biens et services rares de recours mensuel ou exceptionnel, ils sont aujourd'hui caractérisés par une offre banale, de recours hebdomadaire ou quotidien pour la plupart. En conséquence de quoi, leur zone de chalandise s'est rétrécie » (p. 75). L'auteur va même jusqu'à dire que le bourg-centre n'existe plus : « Aujourd'hui, “le” bourg-centre n'existe plus. Le changement d'échelle de la centralité, le métamorphisme périurbian ont fait voler en éclats le niveau du bourg-centre. Il n'y a plus que “des” bourgs en espace rural, aux situations fort variées aussi bien sur le plan macro-économique que sur le plan micro-sociologique » (p. 191). Singulier ou pluriel, cela n'empêche pas de continuer à parler « du » bourg-centre.

4La première partie est consacrée aux rapports avec le commerce : « Du marché au supermarché » (p. 17) et c'est là, sans doute, que les situations sont les plus diverses. Les relations centre-périphérie peuvent engendrer la « complémentarité » (exemple : Vallet, p. 53), être au contraire « déstabilisantes » (exemples : Herbignac, Ligné, p. 56). En d'autres termes, les vieux centres peuvent mourir, résister ou se rénover en fonction de leur cadre géographique, de leurs dispositifs propres ou de la volonté des élus.

5La deuxième partie traite de « La greffe industrielle » (p. 79), ce qui pose le problème de l'emploi : « Les bourgs-centres sont-ils des pôles de production ? [...] des centres d'emploi pour l'espace rural ? » (p. 83). Il n'y a pas de vraies réponses à ces questions, mais le critère est utile pour définir un seuil : « Il n'existe pas de centres industriels de plus de 1  000 emplois parmi nos bourgs-centres en 1992. Ce seuil distingue nettement les bourgs-centres des petites villes, telles qu'Ancenis (1 846 emplois salariés de l'industrie) ou Chateaubriand (2 555 salariés de l'industrie) » (p. 88).

6La branche industrielle qui domine est l'agro-alimentaire : « Les bourgs-centres apparaissent comme le lieu privilégié de la localisation de l'agro-alimentaire qui occupe 21,2 % des actifs de l'industrie des bourgs-centres, contre une moyenne départementale de 13,8 %, ce qui souligne la nette sur-représentation de ce secteur à cet échelon » (p. 95). L'industrie laitière arrive en tête avec la moitié des emplois dans ce domaine, suivie de celle de la viande qui représente 800 emplois (p. 96). Il y a aussi les industries du secteur péri-agricole, également certaines traitant le bois, l'ameublement, les métaux, la mécanique, etc.

7On trouve (p. 106) un tableau intéressant des « profils par catégories socio-professionnelles des actifs des bourgs-centres » : « 12,1 % d'agriculteurs », etc. Mais se donner la peine d'indiquer le premier chiffre après la virgule pour aboutir à un total de 97,9 %, laisse un peu sceptique, surtout pour des chiffres tirés du recensement général de la population de l'INSEE en 1990. Il y a, en effet, à la base de cet ouvrage une formidable documentation, malheureusement le plus souvent invérifiable, et l'on peut reprocher à l'auteur de rester un peu trop près de ses fiches. Certes, tous les détails sont replacés dans le cadre plus général du rôle des bourgs-centres dans l'aménagement du territoire, leurs fonctions dans le tissu rural d'aujourd'hui. L'enjeu est de taille, on le perçoit, plus qu'il n'est vraiment démontré. Autre légère critique : Valérie Jousseaume pose trop de questions. On est un peu lassé, à l'ouverture de chaque chapitre, par une série de cinq, six questions, sans compter celles qui se trouvent par la suite et auxquelles l'auteur ne répond pas toujours de façon claire. Si l'on pouvait faire passer le texte au crible de l'informatique, on trouverait certainement plus de 10 000 points d'interrogation.

8Le livre est complété par d'abondantes références bibliographiques, un index des noms de lieux, de nombreux tableaux et graphiques, ainsi que quelques photographies bien commentées. Il s'agit donc d'un travail tout à fait pionnier, mais peut-être trop pionnier pour être entièrement satisfaisant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabel Boussard, « Valérie JOUSSEAUME, L'ombre d'une métropole. Les bourgs-centres de Loire-Atlantique, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1998, 209 p. », Ruralia [En ligne], 03 | 1998, mis en ligne le 01 juin 1998, consulté le 16 septembre 2014. URL : http://ruralia.revues.org/81

Haut de page

Auteur

Isabel Boussard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page