Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Marcel LACHIVER, Par les champs et par les vignes, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1998, 358 p.

Édouard Lynch

Entrées d'index

Chronologique :

Toutes périodes
Haut de page

Texte intégral

1On aurait pu penser que le travail de rédaction de son monumental Dictionnaire du monde rural avait tout entier monopolisé l'érudit solitaire Marcel Lachiver. La parution presque simultanée d'un autre ouvrage nous montre qu'il fut heureusement distrait par des chroniques rédigées à l'intention de journaux professionnels, pendant près de dix ans.

2Ces chroniques paysannes, quoique soumises, selon leur auteur, aux aléas de l'actualité agricole, contribuent à dresser un panorama très vivant de la vie des campagnes, de l'antiquité jusqu'à la modernisation du XXe siècle. Elles constituent en quelque sorte une « mise en image » du Dictionnaire, en donnant, selon les thèmes choisis, un aperçu de l'épaisseur et de la densité humaine et technique des sociétés villageoises.

3Bien mieux que dans le Dictionnaire, instrument de travail austère, apparaît la passion de l'auteur pour ce monde rural disparu. Cette civilisation paysanne étant encore largement considérée comme archaïque, sauvage et primitive, hostile au progrès, il entend au contraire en faire resurgir toute la richesse et la diversité, son ouverture au progrès, mais dans le respect des usages et au prix d'une lente adaptation. « Les pages qu'on vient de lire témoignent du labeur des hommes à travers les siècles et voudraient leur rendre justice. Non, les agriculteurs ne sont pas routiniers ». Exemplaire en ce sens est le passage consacré à l'usage de la faux et de la faucille. Si celle-ci, bien que moins productive que la faux, reste néanmoins utilisée dans le « sciage » des blés, c'est qu'elle évite la dispersion des grains et laisse à l'écart les mauvaises herbes. Cette opération se fait à l'aide d'un outil particulier, une faucille à dent. La faux, en revanche, est utilisée pour les avoines, les orges et les blés de printemps, récoltes qui nécessitent moins de soins.

4Les thèmes de ces 150 chroniques reflètent très largement les centres d'intérêts de l'auteur. En dépit de quelques excursions vers l'Antiquité ou le haut Moyen Âge, en particulier pour les besoins de la toponymie ou de la viticulture romaine, c'est la période 1300-1900 qui incarne le mieux cette âge d'or de la civilisation rurale. Les difficultés de la fin du règne de Louis XIV, déjà approfondie par l'auteur, fournissent un cadre maîtrisé à l'histoire des variations climatiques et à leur impact sur les sociétés paysannes.

5L'histoire de la vigne et des vignobles ­ dont Marcel Lachiver est l'un des meilleurs spécialistes ­ occupe une place centrale, près de la moitié des chapitres, et se retrouve dans presque tous les autres, qu'il s'agisse d'évoquer la vie sociale (« mariages de vignerons »), ou les croyances et les représentations (« Saint Vincent »). Il détaille la lente évolution des méthodes de vinification, la modification des goûts et des cépages, qui expliquent la permanence de certaines appellations et le déclin d'autres : on voit ainsi disparaître le vignoble orléanais, à cause d'une course à la productivité qui, à la fin du XVIe siècle, ruine la réputation de la région, ou au contraire naître le Montbazillac, pour répondre aux exigences des commerçants hollandais. L'histoire des techniques viticoles est également fort bien représentée, la fabrication des tonneaux étant suivie depuis l'antiquité. L'association de la vigne avec d'autres cultures, comme dans le cas de la culture en hautins, permettait à la fois de diversifier la production, tout en diminuant le prélèvement de la dîme, selon un vieil adage selon lequel on ne pouvait dîmer « le haut et le bas ». Les mésaventures de la fin du XIXe siècle face à l'oïdium, au mildiou et au phylloxéra sont l'occasion d'évoquer les innombrables tentatives de lutte contre ces fléaux. La vigne est enfin l'occasion d'évoquer les rapports avec la société englobante, car mis à part quelques incursions du côté de la gabelle et de la dîme, c'est surtout le contrôle et l'imposition de la production viticole qui incarnent les relations avec l'État, relations essentiellement conflictuelles, marquées, au début du siècle, par la révolte des vignerons du Midi ou de ceux de Champagne.

6De nombreuses chroniques décrivent l'infinité diversité des pratiques culturales, des variétés, des instruments, des mesures et des croyances, qui offrent une vision sans équivalent de la société rurale, tout à la fois ample et précise. La chronique consacrée aux mesures du passé montre combien le corps humain est au centre de la perception de l'espace, la mesure de toute chose, même si les particularismes locaux contribuaient à empêcher toute vision comparative. Le monde rural demeure marqué par la diversité des cultures, puisque le sarrasin, le méteil ou même la châtaigne sont utilisés pour la fabrication du pain, et par une sélection empirique des semences. C'est très certainement dans ces pages que se manifeste le plus l'érudition de l'auteur, une érudition mise au service d'un réel talent de conteur, comme lors de l'évocation des « lessives d'antan ».

7Le dernier et non le moindre des apports de ces chroniques est la maîtrise du lexique de cet ancien monde agricole. La multiplicité des appellations, qu'ils s'agisse d'instruments, d'espèces végétales et animales ou de pratiques, n'est nullement gratuite (« La culture en hautins », « Pains d'autrefois »). Elle permet de mesurer les rythmes particuliers de l'évolution agricole, comme par exemple l'introduction de la pomme de terre, dont Marcel Lachiver retrace le lente pénétration en France, bien avant Parmentier.

8Quelques incursions dans le champ d'une histoire sociale, celle de la famille ou de la parenté (« Le choix de l'héritier », « La vraie légende des Quittard »), ou des moissonneurs, jalonnent des terrains moins explorés. Celui des structures collectives, par exemple (en particulier dans le domaine politique), ainsi que les formes de sociabilité villageoise, qui, tout comme l'histoire des techniques agricoles, mériteraient l'éclairage de la longue durée.

9Quant aux critiques, l'auteur les a par avance désamorcées en récusant, dans sa préface, toute ambition de faire une histoire des campagnes, mais bien de raconter « des histoires de campagne ». Dans ces conditions, il serait injuste et vain d'énumérer des « manques », comme par exemple l'élevage (seulement abordé à travers l'exemple du porc), les instruments monétaire, où des activités complémentaires comme le fromage...

10La lecture en continu de l'ouvrage donne parfois l'impression de redite, inséparable du travail même du chroniqueur. La suppression de quelque doublons aurait ainsi aboutit à une plus grande cohérence, en particulier pour quelques thèmes viticoles.

11L'absence de toute référence bibliographique, également justifiée par l'auteur est plus regrettable. Alourdissant le travail du chroniqueur, les références bibliographiques auraient mérité de figurer dans l'ouvrage. S'il ne souhaite pas, par modestie, faire assaut d'érudition, ces chroniques sont le produit d'une vie de recherche consacrée à l'agriculture. Rien que pour cela, les nombreux exemples cités méritaient des pistes bibliographiques, pour guider la curiosité de l'étudiant ou du chercheur. La richesse des connaissances accumulées est telle que l'on souhaiterait pouvoir la faire fructifier, en démêlant, grâce aux indications bibliographiques, le particulier du général, le personnel de l'apport d'autres chercheurs. Critique aisée qui consiste à rechercher tout ce que l'auteur n'a pas souhaité faire, c'est-à-dire un bilan érudit sur l'histoire des campagnes françaises, que chacun, et Marcel Lachiver, le premier, appelle de ses vœux. Or, tout l'intérêt de ces chroniques est de nous montrer la nécessité d'une telle démarche, tant il est indispensable d'intégrer les multiples apports d'une histoire fine des terroirs, histoire des techniques, des représentations et des structures villageoises.

12Le principal mérite en définitive de ce livre, reflet de la trajectoire même de Marcel Lachiver, est la perception longue des phénomènes agraires. Particulièrement visible pour les questions viticoles, mais aussi dans l'histoire des techniques, ce temps long qui n'est nullement un temps immobile, est celui qui sied le mieux à l'histoire du monde rural et fait des coupures historiques autant d'obstacles à sa bonne compréhension.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Édouard Lynch, « Marcel LACHIVER, Par les champs et par les vignes, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1998, 358 p. », Ruralia [En ligne], 03 | 1998, mis en ligne le 01 juin 2002, consulté le 22 octobre 2014. URL : http://ruralia.revues.org/80

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page