Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Henriette CHARDAK, Élisée Reclus. L'homme qui aimait la Terre, Paris, Éditions Stock, 1997, 592 p.

Gisèle Vianey

Entrées d’index

Chronologique :

XIXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1À partir d'une abondante bibliographie centrée surtout sur la correspondance d'Élisée Reclus, Henriette Chardak cinéaste et journaliste propose une riche biographie, d'une naissance en 1830 en Dordogne dans une famille protestante où son père est pasteur à la fin d'une vie en Belgique en 1905. Le souhait de son père de faire de lui un pasteur sera tôt abandonné, tenté qu'est Élisée Reclus par la géographie auquel l'a initié Karl Ritter et le désir jamais assouvi de connaître le monde et les hommes.

2L'auteur a su faire vivre ce riche parcours d'un géographe pour qui le « but de l'homme est d'être lui-même ; le but de sa vie est de ne pas être mort en paraissant vivre ! » (Élisée Reclus). Une formation de pasteur non achevée, Élisée Reclus opte pour l'athéisme qui le conduira pour une brève période vers la franc maçonnerie puis à une adhésion à l'anarchie communiste. Son frère Élie l'accompagnera dans ses choix politiques et tous deux participeront à la Commune, seront initiateurs du Crédit du travail et connaîtront mise à l'écart et exil.

3Rien ne semble laissé de côté dans la biographie de ce grand géographe, qu'il s'agisse de sa sensibilité pour les paysages, de ses joies, de ses douleurs, de ses passions, de ses amitiés, de ses inimitiés. Dénonçant comme Marx et Engels le capitalisme, ces derniers considèrent alors Élisée Reclus et son frère Élie comme de simples compilateurs. Ici, la narration de l'itinéraire politique des frères Reclus plaçant l'individu et son individualité au cœur de tout processus pour le progrès social est une invitation à une relecture de leurs écrits. Au fil de cet abondant ouvrage, il nous est donné de découvrir un géographe pas comme les autres. Son originalité n'est pas seulement d'être un libertaire, elle est avant tout d'avoir su décrire et parler des hommes et de leur relation avec la nature, mais aussi de leurs luttes pour le progrès et la liberté. Parcourant le monde en « homme libre » comme il le voulait et le disait, Élisée Reclus a su féliciter le courage de ceux qui luttent, condamner les oppresseurs et le transcrire dans une abondante œuvre de géographe qu'il s'agisse de sa Géographie universelle, de l'Homme et la Terre ou encore de l'Histoire d'une montagne pour ne citer que quelques uns de ses nombreux écrits.

4Le géographe peut regretter que la démarche scientifique d'Élisée Reclus soit laissée de côté alors que ses conceptions dépassent encore largement celles de bon nombre de géographes contemporains ; là, il peut être reproché à l'auteur de ne pas avoir assez montré l'initiateur de la géographie humaine et les raisons qui font qu'il soit l'ignoré d'une grande partie de la communauté des géographes. Mais, si cette abondante biographie n'a pas la vocation d'un ouvrage scientifique, elle est d'un apport important pour qui veut aborder et approcher la compréhension de l'œuvre d'Élisée Reclus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gisèle Vianey, « Henriette CHARDAK, Élisée Reclus. L'homme qui aimait la Terre, Paris, Éditions Stock, 1997, 592 p. », Ruralia [En ligne], 03 | 1998, mis en ligne le 25 janvier 2005, consulté le 18 août 2017. URL : http://ruralia.revues.org/76

Haut de page

Auteur

Gisèle Vianey

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page