Navigation – Plan du site
Thèses ruralistes

Détournements et créations de matériels agricoles. Étude d'anthropologie sociale de l'utilisation non conforme de matériels agricoles standards et de créations de machines au sein des communautés de producteurs de cassis de Côte-d'Or et de cerises de l'Yonne.

Thèse en anthropologie sociale et ethnologie sous la direction de François Sigaut, École des hautes études en sciences sociales, Paris, 1475 f°, 12 février 1998, jury constitué de Christian Bromberger, Isac Chiva, Jean-Pierre Deffontaines, François Sigaut et Jean-Pierre Warnier, mention très honorable et félicitations du jury, à l'unanimité.
Anne Marie Guénin

Entrées d’index

Chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Cette thèse rend compte d'utilisations non conformes (c'est-à-dire non prévues par les concepteurs et les fabricants) de matériels agricoles et de créations ex nihilo de machines agricoles au sein de deux communautés de producteurs de petits fruits de Bourgogne : les producteurs de cassis de Côte-d'Or et les producteurs de cerises de l'Yonne. L'importance actuelle de la production sérielle des matériels agricoles les plus divers, allant de l'outil le plus rudimentaire à la machine à commande numérique en passant par tout un continuum de machines à énergie humaine et de machines-outils 1, nous laisse présumer une utilisation normalisée et donc uniforme de ceux-ci. En concevant et produisant des machines standards, les industriels n'ont pas ­ ou très peu ­ le souci des conditions réelles de leur utilisation. À leurs yeux, les matériels qu'ils produisent ne peuvent être utilisés que dans des contextes précis de productivité. Au regard de cette logique de production, les progrès en machinisme agricole se concrétisent par une plus grande capacité, une plus grande puissance, ou encore une plus grande « concrétisation » de la machine. La concrétisation se définit par la « condensation de fonctions multiples sur la même structure » 2, ces fonctions étant toutes « positives, essentielles au fonctionnement d'ensemble » 3. Le semoir à semis direct entre tout à fait dans la catégorie des machines concrètes. Il permet la réalisation, sur une même séquence de réalisation, de trois opérations essentielles : la préparation du sol, les semailles proprement dites et le recouvrage des graines.

2La production sérielle débouche sur une standardisation de l'outillage agricole qui pousse à une normalisation de son utilisation : à tel outil doit correspondre telle fonction. À la très grande différence de l'artisan qui « ajuste son produit à la demande de son client » 4, l'industriel « met sur le marché des produits pré-déterminés » 5. Et c'est bien le dimensionnement fonctionnel (ou cotation fonctionnelle) qui distingue le plus l'artefact industriel de celui artisanal. De fait, la production industrielle se démarque de la fabrication artisanale par une très grande uniformité dans toute la panoplie d'un type de matériel proposé aux agriculteurs. De cette uniformisation découle ipso facto une moindre diversité technique.

3Toutefois, si l'obéissance technique caractérise l'utilisation actuelle des matériels agricoles, il peut exister des rapports à l'outil tout autres, insolites pour la plupart, déclinant même dans certains cas le suivi de l'évolution technique. Il s'agit de choix « peut-être insignifiants au regard de l'évolution des techniques humaines, mais ils sont un élément clef pour la compréhension de la vie quotidienne et de la culture des groupes concernés » 6. C'est précisément cette vie quotidienne de deux groupes de producteurs bourguignons qui a été observée. Les producteurs de cerises de l'Yonne sont localisés dans l'Auxerrois, zone viticole au sud-est d'Auxerre et à l'ouest du Chablisien ; les producteurs de cassis de Côte-d'Or demeurent dans les hautes-côtes et la plaine de la Saône, deux zones couronnant la célèbre côte viticole. Tous ces producteurs assurent une polyculture, et si l'obéissance technique est très souvent de règle pour la (ou les) production(s) principale(s) ou pivot(s) de l'exploitation, pour les productions secondaires du cassis et de la cerise des rapports aux outils et machines tout autres transparaissent à travers les détournements et créations de matériels. Ces inflexions sont hétérogènes : récupération d'un outillage suranné adapté à de nouvelles fonctions, création ex nihilo et/ou fabrication d'un matériel, détournements de machines standards dans le but de réduire les coûts de production ou de pallier des « lacunes de consommation » 7. Dans tous les cas, ces rapports insolites aux matériels agricoles standards comme ces créations entrent dans une logique de moindres coûts. Chez les producteurs de cerises, cette logique se traduit surtout par la récupération de tout un matériel d'après-guerre, et donc suranné, qui a été adapté aux cerisaies. Chez les producteurs de cassis, elle se manifeste essentiellement par un nouveau type d'alliance et une logique de gestion du matériel tout à fait nouvelle, dont la règle se résume à la multiplication des lignes de production d'un élément du capital, à « l'économie de variété » 8.

4Alors que les producteurs de cerises transforment essentiellement du matériel suranné, les producteurs de cassis modifient surtout du matériel non obsolète mais qui le devient très vite. Ici, le qualificatif obsolète s'applique aux outils et machines qui, une fois amortis, peuvent être revendus sur le marché de l'occasion. Y. Deforge 9 distingue la durée socio-économique de la durée technologique d'un objet, et précise à propos de la seconde que « le long usage fait apparaître des usures, puis des faiblesses et des pannes, c'est l'obsolescence plus ou moins brutale (la brisure), l'autodestruction plus ou moins programmée (la péremption incorporée) ». Notre quotidien est effectivement rempli d'objets caractérisés par la brisure ou la péremption incorporée (qu'il s'agisse de la cafetière, du fer à repasser, du réfrigérateur, de la cuisinière, de la voiture) devant laquelle nous restons remarquablement passifs et impuissants en tant que consommateurs. Toutefois, nous nous trouvons ici devant des cas de consommation à des fins non productives. Or, la situation est très différente dans les cas de consommation d'un matériel à des fins productives. Si l'agriculteur peut rester passif devant la brisure de son chauffage au gaz, il ne peut en aucun cas tolérer la brisure ­ et encore moins la péremption incorporée ­ pour ses moyens de production. Le fabricant de matériels agricoles joue alors sur un autre plan plutôt efficace : l'obsolescence technique telle que la définit Bertrand Gille 10 qui, en fait, correspond à la durée socio-économique de Y. Deforge. Si la brisure ou la péremption incorporée frappe d'une façon rapide et tranchée nos objets de consommation courante, l'obsolescence technique est plutôt subtile et subreptice. « L'obsolescence selon A. Hayek se produit partout où l'utilité d'un élément de capital diminue plus vite qu'il ne s'altère au sens physique du terme. L'apparition de techniques plus perfectionnées abrège par là même la "vie économique" d'un équipement qui correspondait à une technique antérieure » 11. Seule la durée socio-économique importe ici ; bien que non altérés physiquement (il n'y a pas de brisure, tout juste un peu d'usure), les outils et machines se trouvent chassés par l'apparition de moyens plus perfectionnés et performants. Ils peuvent, cependant, être revendus sur le marché de l'occasion. En effet, si la vie économique d'un élément du capital prend fin dans un contexte de production par la venue d'un élément techniquement plus performant (sous condition qu'il soit amorti bien évidemment), une autre vie économique de l'élément dans un autre contexte de production (au sein duquel la rentabilité est évaluée différemment) peut s'observer. Le marché de l'occasion est le « lieu » (bien qu'il n'ait pas de réalité physique ; les liens se font le plus souvent par téléphone et n'ont d'existence que le temps de la transaction) privilégié de ces passages de matériels de contextes de monoculture ou productions spécialisées aux contextes de polyculture. Ce marché permet de saisir facilement quels sont les éléments perçus comme obsolètes à un moment donné par certaines catégories d'agriculteurs (essentiellement ceux pratiquant la monoculture, mais des ventes-achats entre des agriculteurs pratiquant la polyculture s'observent également), et quels outils et machines les remplacent.

5À l'opposé, le terme suranné est réservé aux outils et machines dont l'âge bien avancé les transforme en matériel handicapant dont plus personne ne veut et que personne n'achèterait sur le marché de l'occasion (en attendant le marché de la collection et des musées, mais nous ne sommes déjà plus dans le même registre) : c'est le cas du petit tracteur Renault d'après guerre, de la petite rampe de traitement à céréales de quatre mètres, du vieux rotavator, du vieux canadien... Personne n'en voudrait, personne n'utiliserait ces outils et machines surannés, personne, sauf les producteurs de cerises de l'Yonne. Se retrouvant avec ce matériel suranné sur les bras, et devant mécaniser la plupart des opérations de mise en culture du cerisier, ces derniers ont adapté ces vieux moyens à ces nouvelles fins, et ce sont ces adaptations qui sont décrites dans la dernière partie du travail. La réussite de ces adaptations démontre à elle seule que la brisure comme la péremption incorporée ne sont pas plus caractéristiques du matériel suranné que de celui obsolète. Bien sûr, certains producteurs de cerises cultivent la cerise avec du matériel moderne qui devient obsolète, et qui se trouve revendu sur le marché des occasions. Il s'agit avant tout d'arboriculteurs dont le souci de rentabilité est plus accentué que chez les autres producteurs. De la même façon, certains producteurs de cassis conservent du matériel suranné. Il s'agit d'outils et machines, déjà acquis, la plupart du temps, sur le marché de l'occasion. Et non revendu, ce matériel finit alors en tas de ferraille dans lequel sont prélevées régulièrement des pièces pour les adaptations des machines actuelles. Tel est le triste sort de la seule machine à récolter les baies de cassis créée en France, et qui n'a même pas fini en tant « qu'objet de consommation culturelle » 12 dans un Écomusée (voir chapitre XV). En quelques années, cette machine passa de l'état de moyen exceptionnel (première ­ officiellement ­ et dernière machine à récolter les baies de cassis créée en France en 1977) à celui de tas de ferraille, témoin de moins en moins indélébile d'un passé vite oublié (voir chapitre XV), cela en raison de sa seule vie économique, de son caractère obsolète puis suranné. Amortie, elle fut conservée encore quelques années pour sortir complètement du circuit de production au début des années 1990. La récupération d'outils surannés ou de pièces de ferraille prises ça et là sur de vieilles machines, comme la vente et l'achat d'outils et de machines obsolètes sur le marché de l'occasion démontrent bien la non passivité des producteurs de cassis et de cerises.

6Les détournements de matériels standards comme les créations observés chez les producteurs bourguignons se caractérisent par leur généralité ; et ils sont collectifs chez les producteurs de cassis (mis à part quelques cas plutôt rares), les groupes les plus représentatifs étant alors les coopératives d'utilisation du matériel agricole (CUMA). La généralisation comme le caractère collectif de ces détournements et créations font de ces rapports insolites aux matériels agricoles des faits non anodins, témoins d'une certaine réalité concrète 13 qu'une étude de terrain permit de déchiffrer. Elle permit de saisir notamment « l'univers de pensée » 14 ou « univers de pertinence » 15 de ces producteurs bourguignons, et de comprendre la pertinence de ces rapports insolites aux matériels agricoles comme leur importance pour le maintien et la survie des petites et moyennes exploitations. C'est précisément dans les trois premières parties du travail que sont présentés les univers de pensée des producteurs et la réalité concrète propre à chacune de ces deux productions.

7La thèse se décompose en quatre grandes parties. Les deux premières retracent l'évolution historique de ces deux productions secondaires à partir de 1840. Les deux cultures sont apparues et se sont développées dans deux régions à dominante viticole : l'Auxerrois pour la cerise, et l'arrière-côte à l'ouest de la prestigieuse côte viticole pour le cassis. La première partie explique par quels événements et processus, les deux cultures devinrent, dès le début du XXe siècle, emblématiques de leur région respective. Ces deux cultures connurent un élan important à la fin du XIXe siècle grâce à l'ouverture de deux nouveaux marchés : les Halles de Paris pour la cerise (du fait de l'installation de nouvelles voies ferrées reliant l'Auxerrois à Paris), et la liquoristerie dijonnaise (dont l'instigateur a été Denis Lagoute) pour le cassis (chapitre II). Dès lors, des filières vont se constituer, et elles existent encore de nos jours. Apparaissant respectivement à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, le phylloxéra et la crise viticole ont favorisé la pérennisation de ces deux cultures qui, jusque-là, étaient complantées à la vigne ou restaient des cultures de jardin. À l'origine simples ersatz de la vigne malade, ces deux cultures se sont transformées peu à peu en véritables cultures pérennes occupant les terres viticoles, et emblématiques de leur région respective. L'emblématisation du cassis se fit à partir d'un produit transformé : la liqueur de cassis. Et une dénomination finit par s'imposer : la liqueur de cassis de Dijon, faisant valoir la seule transformation au détriment de la matière à transformer (baies de cassis). L'emblématisation de la cerise, quant à elle, se fit par la découverte d'un mutant qui associa une variété (semis naturel découvert dans un champs) à un terroir (l'Auxerrois) : la Marmotte de l'Yonne (le nom Marmotte n'est autre que celui du propriétaire du champs qui avait pour sobriquet Marmotte du fait de sa nonchalance).

8Au début du XXe siècle, l'agronome Jacques Vercier élabora un modèle de culture du cassissier afin d'aider les viticulteurs des hautes-côtes tout juste sortis du phylloxéra et frappés de plein fouet par la crise du marché viticole. Ces viticulteurs voulaient se lancer dans une culture rentable ­ et non plus de jardin ­ de la baie de cassis. Par ailleurs, la demande en baies par les liquoristeries dijonnaises ne cessait de croître en ce début de siècle. Le modèle de Jacques Vercier permettait de récolter la fois la baie ­ récolte estivale ­ et le bourgeon ­ récolte hivernale ­ sur le même pied, mais en petites quantités. N'étant que le « sous-produit » 16 de la taille hivernale d'entretien, le bourgeon était alors destiné aux pharmacies et liquoristeries.

9En parallèle à l'évolution de ces deux cultures secondaires, l'Appellation d'origine contrôlée (AOC) des vins finit par s'imposer par étapes successives à travers une pléthore de textes dont le plus important correspond à la loi du 30 juillet 1935 appuyée par un organe professionnel (INAO) créé la même année. Cette loi entérina la distinction entre les zones viticoles de prestige (la côte en Côte-d'Or et le Chablisien dans l'Yonne), et les autres zones viticoles qui maintinrent la polyculture en raison des revenus viticoles trop modestes (les hautes-côtes et la plaine de la Saône en Côte-d'Or et l'Auxerrois dans l'Yonne).

10La deuxième partie (chapitres IV, V et VI) rend compte de l'évolution des systèmes de polyculture dans les deux zones bourguignonnes à partir de 1970. Le chapitre IV s'attarde sur les unités géographiques les plus pertinentes pour l'étude de l'évolution des associations de cultures et de productions. Et, aux régions naturelles et agricoles ont été préférées les zones d'AOC. Outre la dynamique sociale, ces zones reflètent, en effet, la distribution géographique des différentes catégories de vin et donc de la rentabilité de l'activité viticole et de son corollaire, la polyculture.

11Le chapitre V met en avant les spécificités de la culture du cassis à partir de 1970. Trois faits ont, en effet, favorisé l'intégration de nouveaux acteurs et bouleversé le modèle de culture (de Jacques Vercier) observé jusque-là : 1°) La mécanisation de la récolte des baies de cassis amenant les viticulteurs des hautes-côtes et de la plaine viticole à ne plus cultiver que la baie. 2°) La spécialisation du cassissier pour le bourgeon : à partir de 1960 les parfumeurs grassois se lancent dans la production de parfums pour hommes, et le bourgeon de cassis intéresse beaucoup ces fabricants en raison de son essence très forte et très particulière ; les premiers à profiter de ce marché ont alors été les producteurs bourguignons. 3°) La crise céréalière et la PAC du 21 mai 1992 qui a favorisé l'intégration des céréaliers de la plaine de la Saône au sein de la communauté des producteurs de cassis.

12La population des producteurs de cassis se modifia et de nouveaux acteurs firent leur apparition : retraités non agricoles, chômeurs, éleveurs dans un premier temps (pour la culture du bourgeon), et céréaliers de la plaine de la Saône dans un second temps (pour la culture de la baie ou du bourgeon). Jusqu'en 1970, le modèle de culture du cassissier était le modèle Vercier. Et, dès lors, les producteurs spécialisent leurs cassissiers pour cultiver de manière intensive la baie ou le bourgeon. Certains maintiennent tout de même la double production sur leurs pieds en conservant le modèle Vercier ou en innovant. La culture de la baie comme celle du bourgeon finissent par ne plus avoir la même finalité d'une exploitation à l'autre. Elles entrent dans des logiques d'amortissement du matériel neuf tout à fait nouvelles à l'époque.

13Le chapitre VI montre l'évolution des associations de cultures et de productions et donc des statuts des producteurs de cassis et de cerises de 1970 à 1988. Les cultures de la cerise et du cassis (baie et/ou bourgeon) sont de moins en moins assurées par des viticulteurs et de plus en plus par des arboriculteurs, des céréaliers ou encore des éleveurs. Cependant, alors que ces catégories de producteurs ont toujours existé au sein de la communauté des producteurs de cerises, elles ne font leur apparition chez les producteurs de cassis qu'à partir de 1980.

14La troisième partie porte sur quelques itinéraires techniques des cultures de la baie et/ou du bourgeon de cassis et de la cerise. Le chapitre VII porte sur les plantes et les milieux. Les différentes zones de culture du cerisier dans l'Yonne présentent une grande homogénéité tant climatique que pédologique, à la grande différence des zones de culture du cassissier en Côte-d'Or. Dans l'Yonne, combinée au caractère manuel de la récolte des fruits, l'homogénéité des sols et des climats explique l'absence de tension entre les différentes catégories de producteurs. La situation est très différente chez les producteurs de cassis. Les différences pédologiques et climatiques, combinées à la disparité des cheptels morts des producteurs (s'expliquant par la diversité des associations de cultures et de productions et la mécanisation de la récolte), n'ont fait que confirmer une opposition entre les hautes-côtes et la plaine de la Saône. Cependant, des associations s'observent à l'heure actuelle entre des producteurs des hautes-côtes aux statuts divers (vignerons, arboriculteurs...) et des céréaliers de la plaine de la Saône, et ont tendance à atténuer ces tensions.

15Le chapitre VIII expose quelques aspects de la recherche agronomique, et plus précisément de la prospection et de la création variétales et de l'expertise agronomique pour l'aide à la décision. La création variétale n'est pas neutre : elle répond aux besoins et aux attentes des producteurs de certaines régions françaises (Pays de la Loire pour le cassis et sud de la France pour la cerise) et des agents de l'aval (industriels pour le cassis et mandataires de Rungis pour la cerise). À partir de là, les producteurs bourguignons évaluent par eux-mêmes et pour eux-mêmes (producteurs de cerises et certains producteurs de cassis de la plaine de la Saône), ou par des experts locaux et pour des groupes (producteurs de cassis des hautes-côtes et de la plaine de la Saône), les cultivars étudiés, créés ou sélectionnés pour ces régions françaises prioritaires.

16Dans le chapitre IX, il est précisé pourquoi le concept d'itinéraire technique (concept d'agronomie) a été préféré à celui de chaîne opératoire. R. Cresswell 17 définit la chaîne opératoire comme le « chemin technique parcouru d'un matériau depuis son état de matière première jusqu'à son état de produit fabriqué fini ». Mais, dans la mise en culture du cerisier ou du cassissier à baies (ou d'une autre plante), quel est le matériau ? Est-ce l'inflorescence en formation ? Est-ce le bourgeon à l'état de dormance ? Est-ce la fleur ? Est-ce le pollen d'une variété qui doit être déposé sur le stigmate d'une autre variété ? Est-ce l'ovule fécondé particulièrement fragile ? Est-ce le fruit noué qu'il faut amener à maturité ? En fait, le matériau évolue constamment, et change de nature à chaque stade phénologique. Il n'y a donc pas passage de la matière première au matériau fini mais une suite d'étapes au cours desquelles l'élément important change de nature : inflorescence, bourgeons, fleur, pollen/stigmate, fruit non noué, fruit noué. Le producteur ne peut transformer l'élément vivant. Il peut tout juste assister et protéger celui-ci à certains moments clefs en intervenant au niveau de la mise en culture, sur les « états du milieu » 18 (installation de ruche, fertilisation des terres, traitements phyto-sanitaires...). Le concept d'itinéraire technique, qui se définit comme « une suite logique et ordonnée de techniques culturales appliquées à un espèce végétale cultivée » 19, est plus approprié. En effet, les techniques culturales jouent sur les états du milieu qui, à leur tour, en interaction avec le climat, influent sur le développement de la plante et donc sur son rendement. Il s'agit d'un rapport à deux niveaux, réalisé en deux étapes, entre l'acte technique et l'élément vivant, et en aucun cas d'une relation causale. L'agriculture serait si simple si tel était le cas…

17Les chapitres X, XI et XII présentent quelques itinéraires techniques des cultures de la baie et/ou du bourgeon de cassis et de la cerise. Pour chaque cas présenté apparaissent alors deux informations clefs pour la suite de l'analyse : la hiérarchie des finalités propre à chaque exploitation, et les rapports entre ces finalités et les moyens (dont principalement les matériels) mobilisés pour leur réalisation. Ces chapitres permettent de comprendre les raisons des usages détournés et des créations présentés dans la quatrième partie. Les systèmes de production décrits dans ces trois chapitres mettent en évidence une logique de moindres coûts. Si, pour les producteurs de cerises, cette logique se traduit avant tout par la récupération de tout un matériel suranné qui a été adapté aux cerisaies, pour les producteurs de cassis elle se traduit essentiellement par de nouvelles logiques de gestion du matériel. Les faits ethnographiques exposés tout au long des chapitres X et XI mettent en évidence le rôle prépondérant des groupes et de la sous-traitance chez les producteurs de cassis en raison notamment des coûts de plus en plus élevés des matériels spécialisés. Nous n'avons plus affaire à de simples exploitations agricoles isolées mais à des groupes, à des réseaux, à des rapports d'agents (sous-traitance), qui ne sont autres que des réponses économico-sociales face à l'obsolescence technique, et qui ne font que complexifier les appartenances collectives 20.

18Adaptation du matériel suranné chez les producteurs de cerises (mais aussi pour certains producteurs de cassis), et partenariats d'un genre tout à fait nouveau ­ en vue d'augmenter les lignes de production d'un moyen de production ­ autour de machines détournées ou créées chez les producteurs de cassis : nous avons là les deux lignes de conduite expliquant les utilisations non conformes de certaines machines agricoles ainsi que les créations de machines.

19C'est sur ces créations et ces utilisations non conformes que porte la quatrième et dernière partie. Le chapitre XIV porte sur les créations et détournements individuels, observés essentiellement chez les producteurs de cerises, et qui témoignent avant tout d'une « économie de la récupération » 21. Les chapitres XV et XVI rendent compte des créations et des détournements incombant à des groupes (essentiellement CUMA) et non plus des individus isolés : le chapitre XV porte sur l'évolution de la machine à récolter les baies de cassis. Dans le chapitre XVI il est question de la culture du bourgeon et il est montré comment, en quelques années, les producteurs de bourgeons de cassis bourguignons en sont arrivés à une situation de quasi-monopole sur le marché du bourgeon. Seuls le détournement d'une machine à arracher les poireaux transformée en machine à tailler les tiges de cassissier à bourgeons et une invention (protégée par un brevet) mise sur pieds par un passionné de la mécanique ont permis ce scénario. Dans le chapitre XVII, il est question de recyclages et de transformations de matériels utilisés pour la production de liqueur de cassis. Enfin, le chapitre XVIII porte, dans une première partie, sur les rapports entre des termes très génériques (« truc », « machin », « chose »...) et des pièces, pour la plupart insolites, apportées ou modifiées sur les outils et les machines et, dans une seconde partie, sur les différents types de groupes co-actifs observés sur le terrain.

20Les modifications faites sur les matériels standards se concrétisent par l'ajout et/ou la modification d'éléments (allant de la pièce la plus simple, la moins déterminée à la machine semi-automatique comme la botteleuse) sur des corps techniques neufs, obsolètes ou encore surannés. L'une des modifications observées se réalisa même par la dé-concrétisation ou la rupture de la synergie aux niveaux moteur et hydraulique de la machine : c'est le cas de la machine à arracher les poireaux transformée en machine à tailler les cassissiers à bourgeon de la CUMA des Arômes de Bourgogne (chapitre XVI). À l'opposé, se réalisa une concrétisation ou synergie hydraulique d'un genre tout à fait spécial car, par souci économique et grâce à un savoir-faire autant déclaratif que procédural 22, l'opérateur participe lui-même à la synergie hydraulique du tracteur pour les deux fonctions de relevage et de direction assistée. Il s'agit là d'une installation très originale (pour ne pas dire exceptionnelle), par le producteur lui-même, d'un kit de direction assistée sur un très vieux tracteur d'après-guerre (chapitre XIV).

21Deux différences fondamentales distinguent les modifications observées chez les producteurs de cerises et quelques producteurs de cassis (chapitre XIV) de celles incombant aux producteurs de baies et/ou de bourgeons de cassis (chapitres XV et XVI). 1°) À la différence des premières, les secondes rendent compte de stratégies collectives. Les choix techniques ne sont pas seulement déterminés par une rationalité économique : ils « sont en outre liés aux stratégies sociales » 23 des acteurs. Les modifications relevées sur les machines à vendanger, sur la machine à arracher les poireaux comme la création de la machine à ébourgeonner témoignent vraiment de stratégies collectives ayant « une réalité sociale locale » 24. La création d'une CUMA comme celle des Arômes de Bourgogne, dont l'objectif premier était la sauvegarde du marché du bourgeon, s'inscrivait dans une stratégie économique et sociale on ne peut plus claire : les producteurs bourguignons devaient conserver leur statut de partenaires auprès des parfumeurs grassois en obtenant le quasi monopole de la production française de bourgeons de cassis. Et, pour cela, il leur fallait s'associer. 2°) Alors que chez les producteurs de cerises les modifications n'incombent qu'à eux, pris isolément, chez les producteurs de cassis elles sont très souvent le fait de personnes extérieures. Ce partage des tâches a plusieurs explications dont principalement deux : l'investissement collectif et le niveau de compétences. Ainsi, certaines modifications résultent de relations entre les agriculteurs locaux et les fabricants de machines et d'autres résultent de relations entre les producteurs et des artisans et inventeurs locaux 25.

22Ce que la quatrième partie met en évidence, c'est l'importance du bricolage à des fins professionnelles. Y Deforge 26 établit une distinction intéressante entre l'œuvre et le produit. Pour lui, il y a « œuvre quand un créateur et/ou un réalisateur mettent en œuvre des processus originaux (pour eux) avec affectivité ; il y a produit quand des concepteurs et/ou producteurs appliquent des processus formalisés, sans affectivité ». Qu'ils soient créés ou tout simplement détournés, la plupart des outils et machines dont se servent les producteurs de cerises et de cassis bourguignons ne sont autres que des œuvres, élaborées à partir de produits, et qui témoignent de l'importance des écarts par rapport à la norme pour la survie de certaines exploitations d'une part, et du bricolage à des fins professionnelles d'autre part. Le bricolage est perçu avant tout comme une passion 27, comme une activité relevant du seul « système de production privé » 28 qui ne peut être réalisé qu'en dehors de l'activité professionnelle. « Les matériaux du bricoleur », nous dit Deforge 29, « sont souvent récupérés ou détournés de leur fonction première, les outils sont “universels” ce qui fait que le produit, l'objet bricolé, a souvent un air de compromis. Ce compromis entre le vouloir et le pouvoir, entre le projet et les moyens de réalisation est perçu comme une victoire sur la difficulté par le bricoleur et comme une excessive dépense d'énergie pour un résultat discutable pour l'observateur extérieur. Mais cela n'a pas d'importance car la vraie finalité du bricolage est expressive, expression de soi, de son pouvoir créatif, de sa capacité de dialogue avec la matière rébarbative, de son besoin de s'investir dans une œuvre personnelle ». Cette définition sied tout à fait à nos observations de terrain. Les modifications effectuées par les producteurs relèvent toutes du bricolage tel que le définit Deforge ; et elles n'apparaissent pourtant bien que dans le domaine de l'activité professionnelle. Les producteurs ont bien détourné des matériels standards ou créé de nouvelles machines à partir d'éléments standards actuels ou de matériaux de récupération (de série ou non). Ces éléments pouvaient être des pièces déterminées (socs) ou non, des outils (vieux canadien) ou même des machines à part entière (vieux tracteur d'après guerre, vendangeuse actuelle). Par ailleurs, les outils et machines obtenus présentent tous un air de compromis. Si le résultat peut être discutable au regard de certains critères esthétiques (uniformité des couleurs, des matières…), ou technique (rupture de la synergie), il ne l'est pas du tout au regard de l'efficacité (peut-être au niveau de la performance). Dans tous les cas, il y a bien un sentiment de victoire (la sauvegarde du marché du bourgeon en témoigne). Enfin, le caractère expressif du bricolage n'est pas antithétique avec une activité professionnelle. Les producteurs de cassis et de cerises nous montrent que des agriculteurs peuvent encore de nos jours s'exprimer au travers du bricolage de leurs moyens de production, et faire de très belles démonstrations de leur pouvoir créatif, perdu ou oublié dans le monde de la monoculture ou de la production agricole très spécialisée. En distinguant l'artiste du concepteur, Y. Deforge 30 insiste sur le fait que le premier se donne un espace de liberté « au détriment, certes de la fonctionnalité d'utilité ». Les producteurs de cassis ou de cerises se donnent bien des espaces de liberté, mais cela précisément pour la seule fonctionnalité d'utilité. Autrefois, la conception comme la production du matériel agricole incombaient en grande partie au maréchal-ferrant villageois qui avait une fonction adaptatrice 31. De nos jours, la standardisation poussée à l'extrême semble inciter des producteurs à solliciter les artisans et les mécaniciens locaux pour qu'ils adaptent le matériel standard aux contingences locales. Leur fonction adaptatrice, d'un genre tout à fait nouveau, témoigne non pas de l'« impact des technologies sur la société » 32, mais de l'impact des contingences locales sur les modalités d'insertion d'une technologie, et de « son fonctionnement en situation locale qui la spécifie simultanément dans sa nature et dans ses effets » 33.

Haut de page

Notes

1 T. INGOLD, « Tools, minds, and machines : an excursion in the philosophy of technology », dans Techniques et culture, n° 12, 1988, pp. 151-176.
2 G. SIMONDON, Du mode d'existence des objets techniques. Alençon, éditions Aubier, 1989, p. 34.
3 Ibidem.
4 Y. DEFORGE, Technologie et génétique de l'objet industriel; Paris, Maloine, 1985, p. 34.
5 Ibidem.
6 p. LEMONNIER, « Leroi-Gourhan, ethnologue des techniques », dans Les nouvelles de l'archéologie, n° 48-49, 1992, pp. 13-17.
7 Y. DEFORGE, Technologie et génétique, ouv. cité.
8 P. COHENDET, « Questions sur le changement technique. Progrès technique et micro-économie », dans Cahiers d'économie et de sociologie rurales, n° 6, 1988, pp. 117-138.
9 Y. DEFORGE, Technologie et génétique, ouv. cité, p. 27.
10 Bertrand GILLE, Histoire des techniques. Paris, Éditions Gallimard, 1978.
11 Ibidem, p. 52. Le Petit Larousse ne propose pas une définition très différente : « Dépréciation d'une machine, d'un équipement, qui le rend périmé du seul fait de l'évolution technique (et non de l'usure résultant de son fonctionnement) ».
12 Y. DEFORGE, Technologie et génétique, ouv. cité, p. 78.
13 Marcel MAUSS, Sociologie et anthropologie, Paris, Presses universitaires de France, 1983 ; Christian BROMBERGER, « Introduction », dans Christian BROMBERGER [dir.], Passions ordinaires. Du match de football au concours de dictée, Paris, Bayard éditions, 1998, pp. 5-38.
14 J.-P. DARRÉ, La parole et la technique, Paris, L'Harmattan, 1985.
15 C. LIMOGES et P. DORAY, « Le débat public comme apprentissage social et comme régulation constituante : le cas de l'environnementalisation », dans B. SCHIELE et al. [dir.], Quand la science se fait culture. Communication Actes II (livre électronique), Montréal, UQAM-éditions Multimonde, 1994.
16 François SIGAUT, « Identification des techniques de conservation et de stockage des grains », dans M. GAST et François SIGAUT [dir.], Les techniques de conservation des grains à long terme. Leur rôle dans la dynamique des systèmes de cultures et de sociétés, Paris, Éditions du CNRS, 1981, pp. 156-180 ; François SIGAUT, « Des idées pour observer », dans Techniques et culture, n° 10, 1987, pp. 1-12 ; B. LANTIN, « Le point sur une production peu connue : culture des cassissiers pour la production de bourgeons », dans Bulletin petits fruits, n° 27, 1985, pp. 23-27.
17 R. CRESSWELL, « Transferts techniques et chaînes opératoires », dans Techniques et culture, n° 6, 1983, pp. 145-175.
18 Michel SÉBILLOTTE, « Itinéraires techniques et évolution de la pensée agronomique », dans Académie d'Agriculture de France, tome 64, n° 11, 1978, pp. 906-914.
19 Ibidem, p. 906.
20 Christian BROMBERGER, « Du grand au petit », dans Isac CHIVA et U. JEGGLE [dir.], Ethnologies en miroir. La France et les pays de langue allemande, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l'homme, 1987, pp. 67-94.
21 Martine SEGALEN et Christian BROMBERGER, « L'objet moderne : de la production sérielle à la diversité des usages », dans Ethnologie française, tome XXVI, n° 1, 1996, pp. 5-16.
22 T. WINOGRAD, « Frame representation an the declaration. Procedural controversy », dans D.G. BOBROW et A. COLLINS [dir.], Representation and understanding, New-York, Academic Press, 1975 ; J.R. ANDERSON, The architecture of cognition, Cambridge (Ma)/Londres, Harward University Press, 1983.
23 J.-P. DARRÉ, « Fond commun et variantes dans un système local de connaissance technique, Lauragais, France », dans G. DUPRÉ [dir.], Savoirs paysans et développement, Paris, Karthala, 1991, pp. 333-345.
24 Ibidem.
25 R. BASANT, « Indigenous knowledge and technology diffusion. A case of agro-mechanical technology in Gujarat, India », dans G. DUPRÉ [dir.], Savoirs paysans..., ouv. cité, pp. 439-460.
26 Y. DEFORGE, L'œuvre et le produit, Seyssel, Champ Vallon, 1990, p. 33.
27 Joëlle DENIOT et François-Xavier TRIVIÈRE, « Le bricolage ou la passion réfutée », dans Christian BROMBERGER [dir.], Passions ordinaires..., ouv. cité, pp. 95-115.
28 Y. DEFORGE, Technologie et génétique, ouv. cité.
29 Ibidem, p. 33.
30 Ibidem, p. 78.
31 G. GUILLE-ESCURET, « La variabilité des pratiques techniques comme indicateur sociologique dans les Hautes-Corbières viticoles (Aude) », dans Techniques et culture, n° 5, 1985, pp. 111-123.
32 M. AKRICH, « L'analyse socio-technique », dans D. VINCK [dir.], Gestion de la recherche. Nouveaux problèmes, nouveaux outils, Bruxelles, De Boeck-Wesmael sa, 1991, pp. 339-353.
33 C. LIMOGES et A. CAMBROSIO, « La valutazione sociale delle tecnologie punti di rifemento e prospettive di ricerca », dans L. CANNAVO [dir.], Studi sociali della tecnologia. Metodologie integrate di valutazione, Rome. Euroma, 1991, pp. 39-170 (ou L'évaluation sociale des technologies : points de repère et perspectives de recherche, Montréal, CIRST-Université du Québec à Montréal).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Marie Guénin, « Détournements et créations de matériels agricoles. Étude d'anthropologie sociale de l'utilisation non conforme de matériels agricoles standards et de créations de machines au sein des communautés de producteurs de cassis de Côte-d'Or et de cerises de l'Yonne. », Ruralia [En ligne], 03 | 1998, mis en ligne le 25 janvier 2005, consulté le 20 août 2017. URL : http://ruralia.revues.org/72

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page