Navigation – Plan du site
Thèses ruralistes

Conflit d'aménagement et légitimités territoriales. Recherches sur les identités territoriales des expropriés de l'Autoroute A 20.

Thèse de doctorat en géographie sous la direction de Laure Ortiz, Université de Toulouse-Le Mirail, 15 janvier 1998, jury composé de Marie-Claude Cassé, Guy Di Méo, Jean-Paul Laborie, Laure Ortiz, Jacques Palard et Bernard Poche.
Fabienne Cavaillé

Entrées d’index

Chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Il s'agit dans cette recherche d'approfondir la question du lien entre identité et territorialité à partir de l'expérience d'une population rurale expropriée (suite à la construction d'une autoroute). La situation conflictuelle et l'élaboration de revendications de la part des expropriés offrent un contexte spécifique pour analyser comment la territorialité constitue ­ encore ­ une base physique et symbolique aux identités individuelles et collectives. Il s'agit plus particulièrement de comprendre comment les identités territoriales sont justifiées et légitimées par les individus face à une « raison supérieure », celle de l'utilité publique, du bien commun, de l'État. C'est donc plus fondamentalement la question des communautés territoriales légitimes qui est posée dans ce travail. À quel(s) collectif(s) territorial(iaux) les individus font-ils et veulent-ils faire prioritairement allégeance ?

2Dans une première partie, c'est la problématique générale de la territorialité, de l'identité et du collectif qui est posée. La pertinence de continuer à travailler sur les concepts de territoire et de territorialité est précisée dans le cadre d'une géographie sociale renouvelée et enrichie. Mais face à ce projet, la nécessité se fait sentir de reconsidérer la question de l'identité et du collectif. Les liens entre territoire, territorialité et identité, communauté sont trop complexes (parfois très violents) pour qu'une réflexion ne soit pas menée sur les rapports particuliers qu'ils entretiennent. Les revendications territoriales se révèlent être très souvent des revendications identitaires (et pas seulement des revendications économiques) et les revendications identitaires s'appuient très souvent sur des revendications territoriales. Tout au long de l'étude et en particulier lors de l'enquête de terrain, une approche résolument compréhensive et interprétative est adoptée pour saisir les représentations territoriales des individus.

3Dans la seconde partie sont expressément repris les résultats de l'enquête de terrain. Il ressort des entretiens prolongés avec les expropriés que leur identité est profondément et durablement liée à la relation qu'ils entretiennent avec leur espace quotidien. Leur colère et leur douleur en sont la première expression. Le rapport entre territorialité et identité se décline sous trois modalités ou catégories. D'une part, c'est par le rapport de propriété, l'accession ou la pérennité d'une propriété (terres et/ou maison) que se fait l'accession ou la pérennité d'une identité sociale, culturelle, économique, politique. D'autre part et plus précisément, c'est par le rapport de patrimonialité (le rapport au temps, l'inscription dans la durée, dans une histoire locale) que s'effectue la prise de conscience de l'identité. Enfin, c'est l'autochtonéité (l'appartenance à un lieu et aux codes et normes qui y règnent) qui fonde la reconnaissance de l'appartenance identitaire.

4La troisième partie s'attache à généraliser le rapport entre identité et territorialité à partir de l'étude de cas. Il apparaît clairement que le territoire et la territorialité participent de la totalité de l'identité d'un individu (personnalité, identités collectives diverses, identité nationale, politique). Cependant, il faut également faire l'hypothèse que pour une part les identités territoriales se construisent lors du conflit (la prise de conscience se fait face à l'expropriateur). Aussi, la participation de la population locale aux modifications de son environnement (et donc aux décisions d'aménagement) doit être reconsidérée. Il s'agit de confronter véritablement les registres de légitimités en cause. Car il s'avère que pour la population locale intérêt local et national, privé et commun sont intrinsèquement liés. La population rurale locale a foncièrement conscience de participer à l'édification du territoire national. Les catégories juridiques habituellement utilisées doivent être repensées à l'aune des données de la géographie sociale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabienne Cavaillé, « Conflit d'aménagement et légitimités territoriales. Recherches sur les identités territoriales des expropriés de l'Autoroute A 20. », Ruralia [En ligne], 03 | 1998, mis en ligne le 25 janvier 2005, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://ruralia.revues.org/69

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page