Navigation – Plan du site
Thèses ruralistes

Coopératives et industriels laitiers du Nord-Finistère. Évolutions agricoles, diversifications industrielles et emploi local

Thèse de doctorat de géographie sous la direction de J.-P. Peyon, Université de Nantes, 14 novembre 1997.
Eugène Calvez

Entrées d’index

Chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Le 31 mars 1984, l'instauration des quotas laitiers provoque la stupéfaction puis le courroux de l'ensemble de la profession agricole. Prises dès 1977, quelques mesures communautaires de contingentement de la production s'avèrent inefficaces, car des excédents croissants absorbent 30 % du budget du F.E.O.G.A. en 1983.

2Notre démarche a consisté à analyser les effets multiples de cette décision communautaire coercitive en Nord-Finistère. Comment les éleveurs ont-ils franchi ce cap difficile ? Comment les industriels se sont-ils adaptés à cette nouvelle donne et quelles ont été les répercussions en terme d'emploi ? En définitive, comment se présente la filière laitière dans le contexte européen et international ?

3Au long de ce travail de recherche, nous avons opté pour une géographie globale où l'importance du vécu n'est pas négligée.

Une ample restructuration de la production laitière

4En 1995, contrairement à la situation française et plus encore bretonne, la collecte laitière coopérative l'emporte nettement (65,1 %) dans le Nord-Finistère. Cette prépondérance s'explique notamment par l'implantation précoce d'outils industriels. Dès 1930, lassés de passer sous les fourches caudines de négociants locaux, 26 agriculteurs du canton de Lesneven créent la première coopérative laitière bretonne, à Ploudaniel. Au début des années 1960, lors de l'explosion de la collecte de lait en l'état, cette hégémonie se confirme malgré l'émergence de trois industriels privés. Entre 1960 et 1983, le volume des livraisons croît considérablement en Bretagne : chez Even, la collecte est multipliée par plus de 28. Ne réussissant pas à juguler le gonflement du « fleuve blanc », la Communauté économique européenne (CEE) instaure des quotas en 1984.

5En Nord-Finistère, entre 1984 et 1995, la chute de la production (- 13,9 %) est légèrement inférieure au résultat départemental (- 15,3 %). Dans le même temps, quand le Finistère perdait 56,2 % de ses livreurs, Even voyait disparaître 49,9 % des siens contre 62,7 % pour Rolland S.A. Cette mutation aboutit à une concentration des élevages et à une productivité croissante.

6De manière concomitante, comment la Bretagne et l'Ouest ont-il réagi face à cet encadrement coercitif sans précédent ? En 1995, comme à l'instauration des quotas, la région bretonne conserve un même rôle prépondérant dans l'hexagone. Bien qu'elle soit en léger retrait (- 1,1 %) par rapport à 1983, la Bretagne conserve une part importante (20,8 %) de la collecte nationale. De même, l'Ouest a perdu un peu de son avance (- 1,5 %). Désormais Bretagne, Pays de Loire et Basse-Normandie assurent 46,2 % des livraisons françaises.

7Si honni à l'origine, le système des quotas a, semble-t-il, rempli son office. Le secteur laitier ne représente plus un gouffre pour les finances communautaires. La restructuration de la production a pu se réaliser de manière quasi indolore d'autant plus que des aides financières ont accompagné les cessations laitières. Pourtant, cette nouvelle politique n'a pas été sans provoquer de dérives. Cette activité agricole est tellement prisée que, croyant se préserver un avenir serein, quelques éleveurs argentés ont procédé à des achats massifs de terres, s'octroyant, parfois à prix d'or, les quotas laitiers qui y étaient attachés. Toutefois, ces critiques sont versées au trébuchet d'autant que cette activité économique contribue à maintenir, contrairement aux productions hors-sol, un certain maillage dans les campagnes.

8De fait, tant que l'on conservera un certain équilibre des productions par rapport au sol, comme c'est précisément le cas en production laitière, on pourra concilier agriculture performante et environnement de qualité.

9Si le secteur productif a connu une restructuration sans précédent, les sociétés laitières, quant à elles, se sont véritablement métamorphosées sous l'impact des quotas.

Diversification des activités et emploi local dynamisé

10Face à l'instauration des quotas, muselant le développement de leur collecte, les coopératives et les industriels laitiers nord-finistériens choisissent la voie de la diversification industrielle pour soutenir leur expansion. Parfois précocement, cette démarche s'est opérée grâce à des stratégies différenciées.

11Si les coopératives s'affirment plutôt généralistes pour répondre notamment aux besoins de leurs adhérents, les industriels choisissent très tôt la voie de la spécialisation. Even constitue un bon exemple de stratégie coopérative quand Rolland S.A. symbolise bien la démarche en secteur privé.

12Entre 1970 et 1995, trois stratégies de développement se succèdent chez Even. Entre 1970 et 1984, le groupe léonard commence à organiser son expansion. En 1969, il adhère à un G.I.E. qui présente l'avantage de commercialiser ses produits sous une marque déjà connue dans l'hexagone (Nova). Dès 1973, un secteur de production de viande s'oriente vers les veaux de boucherie et les vaches de réforme. En 1978, commence une production d'emmental. Ces diversifications se développent nettement après l'instauration des quotas, mais sans véritable ligne de conduite. Entre 1985 et 1992, le groupe s'intéresse à toutes les opportunités du marché. Cette démarche le conduit à développer des activités parfois très éloignées de ses métiers d'origine. En 1988, il crée la Salmor, spécialisée dans l'élevage et la vente de saumons, sans véritable savoir-faire. En février 1997, cette filiale dépose définitivement son bilan. Depuis 1993, Even se recentre sur ses métiers de base. Cette même année, en association avec la C.A.N.A. (Ancenis ) et Coopagri-Bretagne, il crée la fromagerie de l'Iroise, spécialisée dans la fabrication d'emmental. Avec ce type de fromage, jusqu'ici symbole de l'économie montagnarde, le Finistère occupe, avec 13 % de la production nationale, la première place départementale quand la Bretagne tient le premier rang régional. Enfin, le groupe coopératif n'oublie pas de développer, souvent en partenariat, quelques activités novatrices : la nutrition clinique avec la multinationale suisse Sandoz ou la branche des « alicaments » avec Juvamine.

13À la suite d'une réflexion précoce, Rolland S.A. développe, dès 1977, une production de glaces alimentaires relayée, en 1982, par le « home service ». En 1995, ces deux diversifications représentent 79,1 % du chiffre d'affaires de la société. Si le « home service » voit ses résultats stagner, le développement fulgurant de l'activité de crèmes glacées propulse au contraire cette entreprise au quatrième rang français de ce secteur, en 1997. Cette position très avantageuse n'a pu être obtenue que par la mise en place d'un nouvel outil industriel, inauguré avec faste, le 19 mai 1995. Cette usine ultra-moderne est servie par des machines permettant d'obtenir une productivité exceptionnelle. En 1995, l'OMNI 3 000 était capable de produire jusqu'à 10 000 bâtonnets de glace par heure. Depuis février 1997, un équipement appelé « Straighliner », dont il n'existe qu'une dizaine d'exemplaires au monde, est capable de sortir 18 000 glaces à l'heure. À l'exception d'un d'entre eux, les autres industriels ont multiplié les activités nouvelles (jus de fruit, potages, légumes frais et surgelés, ovoproduits, traitement des algues, etc.).

14Comme Protée, ces entreprises laitières nord-finistériennes présentent globalement une faculté étonnante à s'initier rapidement à de nouveaux métiers jusqu'à se muer en de véritables professionnels. En secteur coopératif ou privé, cette stratégie de diversification des activités, s'appuyant sur une recherche constante d'une meilleure qualité et la promotion de leurs marques telles que « Mamie Nova » ou « Flagrant Délice », a contribué à augmenter considérablement la valeur ajoutée, longtemps traditionnellement faible en Bretagne. Cette démarche n'a pas été sans contribuer à développer l'emploi local.

15En 1994, une enquête commune de la Chambre d'agriculture du Finistère et du C.E.R. avait montré que la collecte et la transformation de lait de vaches représentaient 1 041 emplois en Nord-Finistère, soit respectivement 58,2 % et 16,8 % des effectifs départementaux et bretons.

16Que ce soit en structure privée ou coopérative, la croissance du nombre de salariés a été importante, à la suite de l'élaboration d'activités de diversification. Très récemment, la signature d'accords dits « de Robien » a conforté cette évolution favorable.

17En 1973, Rolland S.A. comptait 32 salariés et seulement 42 en 1977, date à laquelle commence la production de crèmes glacées. Entre 1977 et 1990, sous l'impulsion décisive des activités de diversification, les effectifs progressent de 100 unités. À partir de cette dernière année, le succès grandissant des glaces alimentaires aidant, le nombre d'employés passe de 142 à 292 en 1995, pour culminer, en 1997, à 384 salariés permanents. On retrouve cette même évolution favorable en secteur coopératif ; chez Even, de 1 537 employés en 1989, nous en étions à 2 252 en 1997.

18Toutefois, la qualité de l'emploi apparaît toute relative dans cette activité, en Nord-Finistère comme en Bretagne. Malgré une automatisation croissante, nombre d'ouvriers n'exécutent que des gestes répétitifs, les exposant à des troubles musculo-squelettiques (T.M.S.) : ils y représentent plus de 90 % des maladies professionnelles. Par ailleurs, ce secteur est peu exigeant en main-d'œuvre qualifiée. Or, en Finistère, les excellents taux de scolarisation, de réussite au baccalauréat et à l'université contribuent à former des éléments très performants, souvent peu retenus sur place. Cette approche quelque peu restrictive, concernant ce type d'emploi, ne manque pas d'interroger : en Bretagne, il est prépondérant dans l'agro-alimentaire, première activité industrielle régionale.

19Malgré ces aspects limitatifs, il n'en demeure pas moins que la production laitière et la transformation tirent leur épingle du jeu, malgré de multiples sujétions.

La filière laitière : entre contraintes et développement

20L'organisation mondiale du commerce (O.M.C.) milite en faveur d'une libéralisation des marchés qui pourrait déboucher sur une chute des prix des produits laitiers dans l'Union européenne, vu leur faible niveau international actuel. Cette menace latente pourrait provoquer, à moyen terme, une réduction accentuée du nombre d'exploitations. Déjà, celles-ci subissent de nombreuses contraintes (mise aux normes, quotas, etc.) sans oublier, toutefois, que quelques aides sont octroyées au plan communautaire (mesures agri-environnementales) ou nationales (aide à la reconversion dans la production biologique).

La filière laitière : entre contraintes et développement

21À partir d'une matière première unique (lait ) mais plus diversifiée depuis les années 1970, les industries laitières ont démultiplié leurs activités non sans subir également des contraintes croissantes. La transformation doit fréquemment passer sous les diktats tarifaires de la distribution, dont le pouvoir est d'autant plus considérable que leur nombre tend à régresser actuellement. Dans le même temps, le développement de contraintes environnementales n'est pas sans incidence sur les coûts de production. Après avoir décroché un marché au Japon, une société léonarde s'est vu imposer, par l'importateur, l'utilisation pour ses crèmes glacées, d'une eau dont la teneur en nitrates (10 mg/l) est très nettement inférieure à la norme européenne (50 mg/l).

22La coopération continue à développer des fabrications traditionnelles parfois avec beaucoup de bonheur : c'est le cas des beurres moulés de marque « Paysan breton » produits par l'U.C.L.A.B. (Landerneau). De manière concomitante, coopératives et industriels ont pris le chemin de la diversification. Au départ, cette voie ne s'imposait nullement d'elle-même, dans une Bretagne spécialisée dans les productions de beurre et de poudre de lait, pourtant faiblement rémunératrices.

23Aujourd'hui, c'est un truisme d'affirmer que les sociétés laitières nord-finistériennes ont fait le bon choix en s'éloignant partiellement de ces fabrications de base. Ces nombreuses productions contribuent avec l'émergence du partage du travail (du fait, notamment de la signature d'accords dans le cadre de la loi Robien) à dynamiser l'emploi local. En définitive, production et transformation laitières contribuent à maintenir voire à renforcer le maillage des structures rurales.

Conclusion

24Au travers de cette étude, nous avons tenté de cerner les effets multiples des quotas notamment sur les industries laitières nord-finistériennes. En diversifiant leurs activités, celles-ci n'ont pas été sans engendrer d'impacts notables sur l'emploi local.

25Tout en continuant à porter intérêt au monde laitier, nous nous attacherons, maintenant, à mieux étudier les aspects environnementaux notamment en milieu rural mais également littoral. La pollution des eaux et des sols (nitrates, phosphore, etc.) s'accroît inexorablement. Réclamées avec insistance par une partie croissante de l'opinion publique, quelques mesures, visant à la reconquête de la qualité de l'eau, se mettent timidement en place (interdiction de nouveaux élevages en Z.E.S., P.M.P.O.A., etc.). Dans le cadre de mon travail de recherche, au travers d'une évocation de la préoccupation environnementale des industries laitières nord-finistériennes, ces problèmes ont été évoqués.

26En définitive, l'objectif, pour les acteurs de la filière agricole, semble bien identifié. Au-delà d'une forte productivité, si longtemps exclusivement recherchée, il s'agit, aujourd'hui, de s'engager plus rapidement dans une vraie dynamique de développement durable, souvent évoquée dans le discours mais encore trop rarement observée sur le terrain.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://ruralia.revues.org/docannexe/r2r-img-45-1.gif
Fichier image/gif, 327k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eugène Calvez, « Coopératives et industriels laitiers du Nord-Finistère. Évolutions agricoles, diversifications industrielles et emploi local », Ruralia [En ligne], 02 | 1998, mis en ligne le 25 janvier 2005, consulté le 23 mai 2017. URL : http://ruralia.revues.org/45

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page