Navigation – Plan du site
Thèses ruralistes

Mettre en ordre et discipliner les tropiques : les sciences du végétal dans l'Empire français, 1870-1940

Thèse de doctorat en histoire des sciences sous la direction de Dominique Pestre, Université Paris VII, 2 volumes, 563 f°, 30 mai 1997, jury constitué de Marie-Noëlle Bourguet (présidente), Marc Michel (rapporteur), Patrick Petitjean (rapporteur), Pierre Brocheux et Dominique Pestre, mention très honorable et félicitations du jury, à l'unanimité.
Christophe Bonneuil

Entrées d’index

Chronologique :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1À l'interface de l'histoire sociale des sciences et de l'histoire de l'expansion française, ce travail explore les modalités par lesquelles les colonisateurs se sont efforcés de se rendre scientifiquement « maîtres et possesseurs de la nature » tropicale. Les principaux thèmes abordés par cette ethnographie des experts de la « mise en valeur » sont :

2- La caractérisation de trois « micromondes » où se forgent des pratiques de mise en ordre et des représentations de la nature tropicale et de son bon usage, et où s'élaborent des modes d'intervention sur le milieu naturel et humain : l'herbier (chapitres l et 2), le jardin botanique (chapitres 3 et 4) et la plantation ou la station agronomique (chapitres 5 et 6).

3- Le Muséum national d'histoire naturelle comme une institution impériale de la Troisième République, et la constitution, au temps de la conquête, d'une culture coloniale de la curiosité (chapitres 1, 2 et 3).

4- Le rôle du transfert de plantes et des jardins d'essais dans le remodelage de la carte agricole des tropiques, et leur contribution à la formation dans les villes coloniales (ici Conakry) d'une tropicalité urbaine, cosmopolite et standardisée (chapitres 3 et 4).

5- La plantation comme micromonde produisant à la fois des rendements accrus, un ordre social (contesté) et des savoir agronomiques. Dans les années 1930 émerge dans les plantations d'hévéas en Indochine un nouveau régime de discipline productive, caractérisé notamment par l'organisation scientifique du travail (chapitre 5).

6- En suivant pas à pas la conception (dans la station de Bambey) et la vulgarisation (par les Sociétés de prévoyance) de semences « améliorées » d'arachides au Sénégal, on souligne le contraste entre les logiques scientifiques et les logiques paysannes (sereer et wolof), et on explore la façon dont, à travers l'intervention semencière, les paysanneries sont rendues plus perméables à l'investigation et l'intervention des « développeurs » (chapitre 6).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Bonneuil, « Mettre en ordre et discipliner les tropiques : les sciences du végétal dans l'Empire français, 1870-1940 », Ruralia [En ligne], 02 | 1998, mis en ligne le 25 janvier 2005, consulté le 19 août 2017. URL : http://ruralia.revues.org/43

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page