Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Champignons, myrtilles, plantes médicinales : du nouveau sur la cueillette

Martin La Soudière (de)

Texte intégral

1Les cueillettes des végétaux spontanés ont, depuis longtemps, connu un développement important dans les zones de montagne françaises. Situé dans le sud du Cantal, près de Saint-Flour, l'écomusée de Margeride­Haute-Auvergne était bien placé pour monter, en juin 1997, l'une des premières expositions exclusivement consacrées à cette pratique et à la culture qui la sous-tend (auparavant l'écomusée du Mont Lozère avait déjà réalisé une plus petite exposition sur ce thème, et, à la fin des années 1980, le Conservatoire ethnologique de Salagon (Alpes-de-Haute-Provence), à l'instigation de Pierre Lieutaghi, mais surtout sur les plantes médicinales et les savoirs naturalistes).

2Parallèlement, une table ronde a réuni, le 11 octobre 1997, cueilleurs, chercheurs, responsables d'associations nationales et fonctionnaires territoriaux autour de ces pratiques. Témoignages, bilans économiques, approches botaniques se sont succédé, montrant en quoi la cueillette se redéploie aujourd'hui sous un jour nouveau, en particulier du fait de la concurrence étrangère. En même temps que se ralentissent les pratiques connues (ramassage principalement familial par les agriculteurs les moins fortunés de tous les végétaux demandés par le marché : cèpes, grisets, tricholomes, myrtilles, gentiane, narcisses, lichen du pin sylvestre), se développent des initiatives individuelles et collectives : réseaux regroupant des cueilleurs d'Auvergne, de Mageride et des Cévennes, etc. Rationalisation de la cueillette, essais de mise en culture, innovations techniques, spécialisation caractérisent ces nouvelles modalités d'une pratique ancienne, qu'on peut de moins en moins considérer comme marginale. Certains cueilleurs vont même jusqu'à revendiquer un véritable statut, une reconnaissance professionnelle. Autre phénomène évoqué lors de cette rencontre (une cinquantaine de participants) : celui de l'accès et de l'appropriation de ces produits dits « sauvages » et « naturels », qui posent un problème social, engendrant localement des conflits comme en Corrèze par exemple, autour des cèpes.

3L'écomusée de Margeride­Haute-Auvergne souhaite, dans un avenir proche, élargir ce premier état des lieux et poursuivre la réflexion au-delà du contexte français, et à plus forte raison margeridien ! Par ailleurs, toutes informations et témoignages sur l'évolution de cette pratique seront les bienvenus dans le cadre d'un centre d'information et de documentation qui devrait voir le jour à l'écomusée.

4Contacts : Écomusée de Margeride, « La Tour », 15320 Ruynes-en-Margeride, tél. : 04 71 23 42 96

5Attaché de conservation : Laurent Védrine

6Autre contact : Martin de la Soudière, CNRS, tél. : 01 44 08 51 78

7L'Exposition « Au pays des cueillettes : la Margeride » est ouverte jusqu'au début 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martin La Soudière (de), « Champignons, myrtilles, plantes médicinales : du nouveau sur la cueillette », Ruralia [En ligne], 02 | 1998, mis en ligne le 01 janvier 1998, consulté le 23 mai 2017. URL : http://ruralia.revues.org/38

Haut de page

Auteur

Martin La Soudière (de)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page