Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Gilles Sautter (1920-1998)

Rolande Bonnain

Entrées d’index

Mots-clés :

nécrologie
Haut de page

Texte intégral

1Gilles Sautter nous a quitté à la fin du printemps après une longue maladie qui l'avait immobilisé pendant plus de cinq ans, lui qui n'aimait rien tant que les voyages, les escalades en montagne et les découvertes pédestres des pays lointains. Avec lui, le monde des sciences humaines perd un chercheur infatigable. Gilles Sautter laisse derrière lui plus de cent publications et une thèse monumentale, De l'Atlantique au fleuve Congo, une géographie du sous-peuplement, modèle du genre où il a montré avec rigueur pourquoi et comment une partie de l'Afrique centrale, non dénuée d'atouts, s'est trouvée si pauvre en habitants. Élevé strictement dans une famille protestante alsacienne auquel il devait son goût des efforts personnels et le rejet des idéologies, si à la mode du temps de sa jeunesse, pendant plus de trente ans, il n'a cessé de consacrer une partie considérable de ses activités à coordonner des recherches au sein de l'EPHE 6e section devenue l'EHESS où il était entré comme directeur d'études à plein titre en 1961, à l'ORSTOM et au CNRS, de baliser des domaines mal connus et de tendre des passerelles vers les disciplines voisines. C'est à son travail et à celui de Georges Balandier qu'il avait rencontré à Brazzaville lorsqu'ils étaient tout deux jeunes chercheurs à l'ORSTOM, que l'on doit la création du Centre d'études africaines du CNRS. Toutes ces occupations ne l'ont pas empêché de prêter une oreille attentive et de dispenser une disponibilité d'esprit aux nombreux jeunes chercheurs dont il avait éveillé la vocation par son enthousiasme, son honnêteté et sa rigueur intellectuelles. Arrivait-on dans son bureau avec un projet informe qu'il en entrevoyait aussitôt les potentialités, l'ordonnait et l'inscrivait dans une direction qui allait se révéler longtemps porteuse.

2Gilles Sautter n'a pas été seulement un tropicaliste qui aurait compris très tôt l'intérêt heuristique des études comparatives dans son domaine. On doit à ce grand chercheur, tant captivé par les vastes horizons, d'avoir su montrer la richesse des études fines de terroirs et de s'être impliqué dans de multiples recherches appliquées sur le développement rural. Grand amateur de paysages qu'il savait mieux que tout autre dans sa discipline analyser, interpréter et faire aimer, dès la fin des années 1970, il a montré leur importance dans le fonctionnement des sociétés locales dans un article au titre, ô combien évocateur, « Le paysage comme connivence » (Hérodote, n° 16, 1979).

3Par l'ensemble de son œuvre, il a mérité mieux que quiconque le titre de ruraliste. Aujourd'hui, les membres de l'ARF ressentent douloureusement la perte d'un collègue remarquable et d'un ami très proche. Ils adressent à sa famille leurs plus sincères condoléances.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rolande Bonnain, « Gilles Sautter (1920-1998) », Ruralia [En ligne], 02 | 1998, mis en ligne le 01 janvier 1998, consulté le 24 mars 2017. URL : http://ruralia.revues.org/36

Haut de page

Auteur

Rolande Bonnain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page