Navigation – Plan du site
Thèses ruralistes

Structuration et désagrégation du communisme français (1920-2002). Usages sociaux du parti et travail partisan en milieu populaire

Thèse de doctorat de science politique sous la direction de Marc Lazar, École des hautes études en sciences sociales, Paris, 2 volumes, 1077 f°, soutenue le 17 décembre 2002 devant un jury composé de Gérard Grunberg (rapporteur), Marc Lazar, Pierre Rosanvallon (président), Frédéric Sawicki (rapporteur) et Jean-Pierre Terrail, mention très honorable avec les félicitations du jury à l'unanimité.
Julian Mischi

Entrées d’index

Chronologique :

XXe siècle, XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Ce travail doctoral porte sur l'implantation et la décomposition du communisme français au sein de territoires contrastés et vise à souligner, selon une démarche sociologique privilégiant un regard « par en bas » et une visée anthropologique sensible aux appropriations ordinaires du politique, les usages sociaux du parti et l'institutionnalisation du politique en milieu populaire. Après un travail d'initiation à la recherche consacré au marais de Brière 1, nous avons élargi nos terrains d'étude et adopté une perspective comparative afin d'échapper à l'écueil monographique. Contre la vision réductrice et uniquement urbaine du communisme ramené essentiellement à la figure des banlieues rouges parisiennes, l'élaboration de notre stratégie de recherche accorde en outre une grande importance au monde rural.

2Cette étude de sociologie politique comparative s'appuie ainsi sur une analyse de l'implantation du Parti communiste français (PCF) dans quatre sites socialement et politiquement diversifiés (bocage bourbonnais dans l'Allier, Pays-Haut lorrain en Meurthe-et-Moselle, bassin d'emploi de Saint-Nazaire en Loire-Atlantique, agglomération grenobloise en Isère) et entend analyser la genèse et la crise du modèle partisan communiste. Elle associe une sociologie du travail organisationnel à une analyse des usages sociaux des institutions, et insiste sur l'historicité des objets sociaux par une continuelle contextualisation des observations.

3La stratégie de recherche repose sur un travail historique d'archives avec la consultation de documents inédits internes à l'organisation communiste (correspondance entre le centre et la périphérie, questionnaires biographiques) ainsi que sur une enquête sociologique de terrain (réalisation de 127 entretiens semi-directifs, observation participante, élaboration de questionnaires) qui a nécessité une longue installation dans les sites étudiés. Notre résidence pendant quatre mois dans un foyer de jeunes travailleurs de la banlieue de Montluçon nous a permis, par exemple, de côtoyer quotidiennement des fils et des filles de paysans du bocage bourbonnais, en stages de formation ou à la recherche d'emploi, en rupture sociale et parfois politique avec leur milieu d'origine, souvent communiste.

4Dans l'objectif de contribuer à une sociologie historique des pratiques politiques en milieu populaire, ce travail multiple donc les techniques d'enquête et adopte une grille de lecture pluridisciplinaire qui combine lecture sociologique des faits, démarche historique et questionnement anthropologique 2.

Construction de l'objet et enjeux de la recherche

5En étudiant l'emprise ou l'échec du communisme au sein de sites géographiques, nous voulions mettre l'accent sur les conditions sociales de la structuration du politique et montrer l'importance des sentiments d'appartenance, professionnels et territoriaux, dans le rapport qu'entretiennent les classes populaires vis-à-vis des acteurs politiques, de la compétition électorale et des institutions politiques et administratives. Dans cet objectif d'interprétation des phénomènes de politisation en milieu populaire, le choix des cadres géographiques d'observation est primordial, il conditionne la valeur et la généralité des résultats obtenus.

6Loin de se donner à voir directement, l'espace local de recherche est relatif et évolutif : il existe une pluralité de façons de construire un terrain d'enquête en fonction de la problématique de recherche adoptée. Alors qu'il n'est souvent pas questionné, le cadre d'analyse détermine pour une grande part les orientations interprétatives des résultats d'enquête. Nous avons donc insisté sur l'importance de la construction des échelles d'observation et les critères de définition des sites d'étude sélectionnés répondent au souci de ne pas réduire l'investigation à une simple description de particularismes locaux. À l'inverse de la plupart des travaux de géographie politique, nous avons refusé de prendre une unité spatiale d'analyse construite par l'administration (département, commune) pour nous tourner vers le « local pré-construit » par les pratiques économiques (aire d'emploi) et partisanes (organisation spatiale de l'institution politique) ainsi que par les représentations des agents (lieux d'identification) 3.

7Dans une optique sensible aux effets de territoires, il était d'autre part essentiel de prendre particulièrement en compte les zones rurales : trois des quatre sites au cœur de ce travail de sociologie comparative ont ainsi une identité rurale. Il s'agit du bocage bourbonnais, de la région de Saint-Nazaire avec le marais de Brière et du Pays-Haut Lorrain avec le canton semi-rural d'Audun-le-Roman caractérisé par une implantation minière dans un environnement rural. Seul le quatrième lieu d'enquête, la région de Grenoble, est spécifiquement urbain.

8Contre toute une tradition d'études du PCF centrées uniquement sur les terres industrielles et reprenant la figure ouvriériste que l'organisation partisane met en avant, nous voulions montrer l'importance de l'implantation de ce courant en milieu rural. Il s'agissait notamment de décrire les différences de sociabilité militante en milieu rural et en milieu urbain, d'interroger la spécificité des usages sociaux du parti et du travail partisan en milieu rural. La mise en relation de régions urbaines et rurales permet en effet de dévoiler la singularité du militantisme et des modalités d'ancrage de l'institution en fonction de son environnement social. Un des objectifs était ainsi d'étudier la promotion différentielle des militants ruraux et des militants urbains ­ notamment ouvriers ­ au sein des hiérarchies partisanes et électives : quelle place le PCF accorde-t-il à ses adhérents ruraux ? Bénéficient-ils du même accès aux écoles de formation, aux postes partisans et aux charges électives que les militants ouvriers des industries urbaines ?

9Nous souhaitions également évoquer les rapports entre les périphéries rurales à l'égard des centres urbains, thème qui nous est apparu central pour la compréhension de la structuration des comportements politiques depuis notre travail sur le marais de Brière. L'implantation du PCF dans cette zone renvoie en effet à une double opposition des ouvriers briérons à la menace touristique de La Baule ancrée à droite d'une part, et aux classes moyennes de Saint-Nazaire marquées par le socialisme et l'écologie d'autre part.

La rencontre entre des milieux sociaux et une organisation politique

10La première partie du travail décrit l'alchimie de la rencontre entre un milieu et une entreprise partisane. Produit historique d'une adaptation réciproque dont les deux partenaires font preuve, ce « précipité » mêlant demandes sociales et offre politique est déconstruit. L'observation des modalités locales d'ancrage de la culture politique dans les réseaux constitués et les groupes sociaux mais aussi les mémoires collectives témoignent à la fois du travail d'accommodation de l'institution au milieu et des logiques d'acculturation politique des terroirs investis. S'attacher à la structuration locale du PCF, c'est offrir une description fine des liens qui fondent une relation partisane, ramenée à ses logiques de fabrication et de reproduction. Contre la chosification du parti, risque objectiviste renforcé dans le cas de l'étude du PCF car la réification du parti entre dans la stratégie de l'acteur et constitue un ressort essentiel de son déploiement populaire, il s'agit de comprendre l'identité partisane non comme la sécrétion endogène d'une organisation pré-constituée mais comme le produit de concurrences sociales. Le parti n'est pas réductible à des règles institutionnelles de fonctionnement mais est un amalgame politique de rencontres sociales, à la fois producteur d'identité et réceptacle d'investissements symboliques qui peuvent être contradictoires.

11Cette constitution du parti dans ses interactions sociales ne peut s'observer qu'au niveau local, cadre où s'instaurent les échanges entre l'organisation politique et la population et où s'observe la diversité des liens qui font tenir ensemble un parti politique. L'échelle locale d'analyse permet de comprendre comment se construit et se vit la relation partisane en axant la focale sur les conditions de réception et d'appropriation d'une offre politique. En quoi les sympathisants et les militants s'approprient-ils la culture communiste pour y trouver des réponses à leurs demandes sociales et symboliques ? Quelles sont les dispositions sociales à la sensibilité communiste, à l'adhésion politique et à l'engagement partisan ? Les rapports sociaux à l'institution partisane sont en effet pluriels et renvoient à l'acquisition et à la mobilisation de différents types de ressources sociales ainsi qu'à une stratégie organisationnelle socialement ciblée.

Homogénéisation organisationnelle, symbolique et anthropologique

12Dans une seconde partie, nous interrogeons les processus d'homogénéisation du corps partisan qui, en dépit de l'hétérogénéité de l'adhésion au PCF, assurent l'unité du communisme. La consolidation sociale du parti communiste repose sur trois principes, d'ordre organisationnel, symbolique et anthropologique.

13La fétichisation du parti provient d'abord de l'activation partisane de différents canaux institutionnels. L'encadrement, la formation et la promotion des militants visent en particulier à inculquer et à contrôler cette culture partisane. La fabrique sociale d'un militant type selon des normes nationales homogénéisatrices est vérifiée par l'épreuve biographique. Les écarts sont sanctionnés par différentes mesures disciplinaires allant du blâme à l'exclusion, et doivent être reconnus par le fautif lui-même lors de séances d'autocritique. Le militantisme local est régi par des règles nationales définies par le centre, scandé par des rituels d'institution calqués sur le modèle parisien. Le centralisme démocratique est ainsi la technique par excellence d'unification des « milieux partisans » locaux, il est le garant de l'uniformité de la « contre-société » communiste. La domination du centre sur la périphérie, du comité central sur les fédérations s'exerce par des relations partisanes verticales strictement codifiées selon le principe de la primauté de la structure supérieure, ainsi que par la formation d'une élite partisane locale sur le modèle national.

14La deuxième dynamique constitutive de la cohésion partisane provient de technologies politiques d'ordre symbolique. La célébration des héros communistes (fusillés, licenciés, pionniers du mouvement ouvrier), des épisodes de l'histoire de France (Révolution française, Résistance) et des pays socialistes, soude idéologiquement les rangs militants. Les commémorations renforcent l'unité de la communauté partisane et empêchent la constitution de groupements à l'identité singulière. La diffusion d'une culture commune assure l'harmonisation des segments locaux et sociaux de l'institution politique et permet un effacement de l'inscription régionale et professionnelle du communisme.

15Troisième dimension de l'objectivation partisane, la fonction anthropologique de réassurance identitaire est le cœur du principe homogénéisateur du communisme. Par ses actions de valorisation communautaire, de protection collective, il répond à une déstabilisation de groupes sociaux et locaux fragilisés, il leur apporte une stabilité identitaire qui n'est plus assurée par des conditions sociales et économiques d'existence. Le PCF est le vecteur politique, idéologique d'une permanence du sentiment communautaire lorsque les bases sociales de celui-ci s'effritent.

Crise de l'implantation communiste et « néo-communisme »

16La dernière partie montre comment les processus d'homogénéisation partisane perdent progressivement leur efficacité sous l'impact d'une stratégie politique en porte-à-faux avec les populations visées, mais surtout de mouvements sociaux généraux destabilisant les classes populaires. Les communautés de travail et de vie favorables au communisme périclitent : elles sont détruites ou intégrées socialement et culturellement à la société de consommation.

17La crise du PCF se manifeste au niveau de son implantation (tarissement de son audience électorale et de ses effectifs) mais également dans les formes du militantisme. L'encadrement partisan se fissure et l'unicité de la « contre-société » communiste est remise en cause. Les différents éléments du modèle partisan communiste (syndicalistes, élus, cadres locaux) se disloquent et le rôle unificateur du parti devient inefficace. La décomposition de l'entreprise de mobilisation communiste entraîne son alignement sur la scène politique française, sa banalisation partisane. L'institution politique se transforme pour perdre la spécificité de son rapport au territoire et aux milieux populaires : les activités militantes proprement dites deviennent secondaires, le parti tend à être au sommet une instance de représentation électorale et, à la base, l'organisateur d'une sociabilité de moins en moins politique.

18Les fédérations sont désormais tenues par des techniciens du politique, moins issus de milieux populaires que secrétés par l'institution elle-même. Le soubassement idéologique de ces transformations est une perte des pivots identificateurs du parti (centralisme démocratique, modèle soviétique, idée d'avant-garde révolutionnaire, rôle primordial de la classe ouvrière...) sans que d'autres référents alimentent le « nouveau communisme ». Peu intégrés au parti dont les technologies d'incorporation partisane ont perdu de leur efficacité, les nouveaux adhérents formulent ainsi des attentes idéologiques qui se heurtent à la réduction de l'offre institutionnelle de sens politique. Le PCF perd son label militant et, plus généralement, la singularité populaire de son modèle partisan qui le caractérisait au sein de la vie politique française.

19Le « néo-communisme » tel que nous l'entendons n'est pas simplement la survivance de l'organisation communiste dans la période contemporaine, dans un contexte de crise du système communiste international, comme l'envisagent nombre d'études de la transition démocratique des pays de l'ancienne sphère soviétique ou d'enquêtes sur les « nouveaux communistes » français, qui emploient cette expression en la naturalisant. Il renvoie au contraire à des logiques propres marquées par le changement social et se définit par une différenciation interne de l'institution partisane dont les segments sociaux s'autonomisent et dont les référents identitaires se recomposent autour d'un humanisme multiforme. De la même façon, les « néo-communistes » ne sont pas simplement des communistes « survivants » du déclin mais se caractérisent par une relation singulière au parti marquée par la distanciation et la négociation. Ainsi d'un point de vue sociologique, le groupe « néo-communiste » se définit-il d'abord par son hétérogénéité, par la pluralité des formes d'engagement de ses membres.

En quoi ce travail éclaire l'ancrage rural d'une institution politique ?

20L'absence des soutiens ruraux du PCF, spécialement dans le grand Ouest, est souvent rapportée à l'absence locale de tradition communiste régionale tandis que son ancrage paysan est associé à un héritage de la Résistance, en particulier dans le centre du pays, ou à l'activisme des ouvriers ruraux et à la présence de foyers industriels, notamment dans le Midi. Or le cas bourbonnais dépeint un communisme rural endogène aux logiques de constitution et de fonctionnement spécifiques. Il n'est pas importé de la ville et, antérieur à la période de l'Occupation, son établissement participe d'une tradition communiste départementale dont il est même la principale fondation 4. Alors que sa stratégie partisane néglige les ruraux, en donnant priorité à la lutte en terre ouvrière et à la concurrence avec les socialistes dont l'implantation est surtout urbaine, les campagnes centrales de l'Allier appuient fortement et continuellement le PCF depuis 1920. Ce peu d'attention organisationnelle semble être profitable à une adhésion rurale au communisme qui bénéficie, par la marginalité de la question paysanne au sein du dispositif idéologique marxiste, d'une autonomie dans ses formes d'actualisation. À certaines conditions politiques, un relatif déviationnisme paysan est toléré : la direction fédérale du parti vérifie l'identité partisane des responsables agricoles pour ne pas perdre son monopole sur le syndicalisme bourbonnais 5, mais les militants ruraux jouissent d'une certaine marge d'action, symbolisée par la conduite d'une ligne syndicale de compromis.

21Par rapport aux militants des zones urbaines qui monopolisent les postes dirigeants du PC bourbonnais, les communistes du bocage maintiennent depuis la Libération des caractéristiques socio-politiques distinctives : ils sont plus masculins, plus âgés, davantage dépourvus de titres scolaires, revendiquent une ancienneté partisane importante et font preuve d'une fidélité politique plus durable. En revanche, les militants des agglomérations urbaines sont relativement plus jeunes, plus instruits, et se recrutent davantage dans les milieux féminins et ouvriers 6. Les sections rurales sont essentiellement paysannes, avec une majorité d'exploitants agricoles côtoyant une minorité d'ouvriers agricoles, mais les artisans et les commerçants y occupent souvent des positions importantes. À l'exception des milieux minier de Buxières-les-Mines et cheminot de Saint-Germain-des-Fossés, tous deux situés au cœur de zones très paysannes, les foyers ouvriers du bocage ne sont pas spécialement favorables au communisme. Les communes ouvrières à la périphérie rurale du centre industriel de Montluçon-Commentry restent ainsi sous influence socialiste.

22Initialement centrée autour de petits villages, l'implantation communiste dans le bocage s'urbanise au cours des années 1970 et se tourne vers les chefs-lieux de canton avec l'adhésion de nouvelles catégories sociales appartenant aux classes moyennes, notamment des enseignants jusque là peu nombreux dans le parti. L'ancrage professionnel du PCF dans le canton emblématique de Bourbon-l'Archambault, détenu par le PCF depuis 1920, symbolise la triple dimension du communisme articulé autour de trois pôles sociaux : ouvrier à Buxières-les-Mines, paysan à Ygrande et salarié de la fonction publique dans le chef-lieu.

23Malgré l'importance du ressort paysan de son implantation et le déploiement d'une sensibilité communiste proprement rurale à l'échelon local, il n'y a cependant pas d'acculturation paysanne de l'organisation partisane en Bourbonnais, qui reste, par son encadrement fédéral, un parti ouvrier à dominante urbaine.

Comment se manifeste la crise du politique dans les espaces ruraux ?

24Le succès populaire du communisme renvoie à l'existence de conditions sociales spécifiques et, à partir de la fin des années 1970, l'entreprise communiste de mobilisation des classes populaires perd progressivement de son efficacité sous l'impact d'une crise de reproduction des groupes ouvriers et paysans 7. L'étude contextualisée de la désagrégation des systèmes communistes locaux montre ainsi que les retraits sont progressifs et expriment une distanciation populaire autant avec la ligne politique du PCF qu'avec l'action collective elle-même.

25Générale, la décrue militante prend néanmoins des visages particuliers en fonction des histoires sociales locales : la désertion militante des terres industrielles est brutale, le retrait rural est silencieux et plus lent. Dans les campagnes, les cultivateurs retraités continuent à cotiser plus longtemps car ils restent insérés au sein de réseaux villageois alors que l'ouvrier, qui avait pour consigne de militer dans l'entreprise, est souvent isolé lorsque son usine ferme, lorsqu'il part en retraite ou quitte la cité pour accéder à la propriété. Le maintien d'une sociabilité populaire est ainsi un facteur de préservation du militantisme communiste : ses zones de résistance, à l'image des villages miniers de Meurthe-et-Moselle, mais surtout du bocage bourbonnais et de la Brière ouvrière, ont la particularité de conserver de forts liens intra-communautaires grâce notamment à leur enclavement géographique. Dans les campagnes de l'Allier, le communisme perdure ainsi comme expression d'une fidélité populaire au double héritage de la Résistance et du système économique traditionnel de la petite propriété. Les militants communistes y prennent la défense de la ruralité « traditionnelle », comme en Brière, où ils se posent en garants de la chasse populaire et de la tranquillité ouvrière face à la menace bourgeoise et touristique.

Haut de page

Notes

1 Julian MISCHI, Entre le marais et l'usine. Mise en scène briéronne du communisme dans la communauté ouvrière et rurale de Saint- Joachim, Mémoire sous la direction d'Olivier Ihl, Institut d'études politiques de Grenoble, 2 volumes, 138 f°. Voir notre article : Julian MISCHI, « La Brière rouge : l'utilisation identitaire d'une marque politique », dans Communisme, n° 51-52, 1997, pp. 51-72.
2 Suivant les travaux de Jean-Claude Passeron qui estime que grille de lecture sociologique, démarche historique et investigation anthropologique peuvent se mêler à condition de respecter les règles propres à chacune des disciplines car elles entretiennent les mêmes rapports avec les procédures d'administration de la preuve et ont la même « base empirique » : Jean-Claude PASSERON, Le raisonnement sociologique, l'espace non poppérien du raisonnement naturel, Paris, Éditions Nathan, 1991, pp. 57-86.
3 Voir : Frédéric SAWICKI, « Questions de recherches. Pour une analyse locale des partis politiques », dans Politix, n° 2, 1988, pp. 13-28, ainsi que : Jean-Louis BRIQUET et Frédéric SAWICKI, « L'analyse localisée du politique. Lieux de recherche ou recherche de lieux ? », dans Politix, n° 7-8, octobre-décembre 1989, pp. 6-16.
4 Voir : Julian MISCHI, « Les campagnes rouges du Bourbonnais dans l'entre-deux-guerres », dans Cahiers d'histoire, tome 46, n° 1, 2001, pp. 143-165.
5 Julian MISCHI, « Le contrôle biographique à l'échelon fédéral : le Bourbonnais (1944-1962) », dans Claude PENNETIER et Bernard PUDAL [dir.], Autobiographies, autocritiques, aveux dans le monde communiste, Éditions Belin, 2002, pp. 157-188.
6 Pour la Drôme, Alain Chaffel dresse le même constat : Alain CHAFFEL, Les communistes de la Drôme de la Libération au printemps 1981. De l'euphorie à la désillusion, Paris, Éditions L'Harmattan, 1999, 323 p.
7 Pour le monde paysan, voir : Patrick CHAMPAGNE, L'héritage refusé. La crise de la reproduction sociale de la paysannerie française 1950-2000, collection Point essai, Paris, Éditions du Seuil, 2002, 336 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julian Mischi, « Structuration et désagrégation du communisme français (1920-2002). Usages sociaux du parti et travail partisan en milieu populaire », Ruralia [En ligne], 12/13 | 2003, mis en ligne le 09 juillet 2004, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://ruralia.revues.org/351

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page