Navigation – Plan du site
Thèses ruralistes

La patrimonialisation des fêtes, des foires et des marchés classés « sites remarquables du goût » ou la mise en valeur des territoires par les productions locales

Thèse de doctorat de sociologie et anthropologie, sous la direction de Jean-Baptiste Martin, Université Lumière-Lyon 2, 2 volumes, 511 f°, soutenue le 31 janvier 2003 devant un jury composé de Joël Candau (rapporteur), François Laplantine (président), Jean-Baptiste Martin, Michel Rautenberg (rapporteur) et Françoise Sabban, mention très honorable.
Nathalie Bétry

Entrées d’index

Chronologique :

XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Face à l'essor de la grande distribution dans les pratiques de commercialisation et d'approvisionnement, beaucoup de fêtes, foires et marchés ont disparu ou sont passés pour archaïques voire anachroniques. Pourtant, ils font actuellement l'objet d'un regain d'intérêt de la part des municipalités, des producteurs, des populations, des associations locales et des touristes-consommateurs. Cette tendance s'explique par deux motifs essentiels : la demande de face à face direct producteur/consommateur et l'essor du tourisme gastronomique. Le premier s'exprime dans un contexte d'homogénéisation et de standardisation des productions et des goûts. Le second est conçu à travers une quête du local, du rural et de ce qu'ils évoquent de bien-vivre et de bien-manger.

2Cette thèse de doctorat prend pour objet l'étude des fêtes, des foires et des marchés en milieu rural qui ont été désignés « sites remarquables du goût » (SRG). En 1994, le Conseil national des arts culinaires a attribué ce label à une centaine de sites répartis sur l'ensemble de la France et choisis pour leur intérêt esthétique (environnemental ou architectural) associé à un intérêt gastronomique. J'ai considéré l'appellation « Sites remarquables du goût » comme un label touristique et une marque collective dans la mesure où elle n'est pas à confondre avec un label qualité tel qu'une appellation d'origine contrôlée et qu'elle a vocation touristique puisqu'elle désigne une qualité d'accueil équivalente sur l'ensemble des sites.

3Parmi les 33 places marchandes désignées « sites remarquables du goût », j'ai décidé d'en étudier précisément neuf : la fête du Charolais à Saulieu (Côte-d'Or), le marché aux bovins et la fête du pot-au-feu à Saint-Christophe-en-Brionnais (Saône-et-Loire), le marché aux volailles à Louhans (Saône-et-Loire), les Quatre glorieuses de Bresse, représentées par les sites de Louhans, Pont-de-Vaux, Bourg-en-Bresse et Montrevel (Ain et Saône-et-Loire), la fête de la raviole et de la pogne à Romans (Drôme), la fête de l'ail à Billom (Puy-de-Dôme), le marché au gras de Sarlat (Dordogne), la fête du pruneau à Saint-Aubin (Lot-et-Garonne) et la fête du piment à Espelette (Pyrénées-Atlantiques).

4Aujourd'hui, contrairement à ce qui avait été annoncé dans les années 1980 par de nombreux chercheurs (économistes, historiens, géographes, ethnologues, etc.) qui se sont empressés de les étudier, les foires et les marchés n'ont pas disparu, et même si la grande distribution occupe une place dominante, ils ont mieux résisté que les petits commerces, puisqu'ils ont su évoluer, s'adapter, se moderniser et donc se transformer. Non seulement les foires et les marchés restent des lieux de rencontre essentiels pour le maintien des liens sociaux, mais on observe qu'ils entrent dans des préoccupations plus larges. Ils permettent à de nombreuses communes de témoigner de leur dynamisme, de proposer une animation attractive, voire de participer à la mise en valeur touristique. Les chalands viennent chercher une certaine « ambiance », déguster de « bons » produits et s'imprégner d'une culture locale. Par ailleurs, depuis 20 ou 30 ans, on voit aussi se développer les fêtes à thèmes qui mettent en scène un produit ou une activité rurale, telle la transhumance. Ces fêtes font moins office de places marchandes que de vitrines des produits, des savoir-faire et des régions. Elles participent souvent à la valorisation ou à la relance des productions. C'est le cas, par exemple, à Boccognano, en Corse, avec la création de la fête de la châtaigne qui a accompagné la relance de l'exploitation des châtaigneraies et de la production de farine.

Problématique et hypothèse

5À travers le regain d'intérêt dont ces manifestations font l'objet, on relève que ce sont avant tout leurs fonctions non-marchandes qui sont sollicitées. Partant du constat que l'échange économique n'est plus l'intérêt premier des fêtes, des foires et des marchés, je me suis interrogée sur le rôle que ces places marchandes jouaient aujourd'hui. Plus particulièrement, j'ai analysé comment ils sont appelés à participer à des processus de valorisation d'un produit gastronomique, d'une part, et d'un lieu, d'autre part, favorisant ainsi le développement local et touristique. Aussi, ma thèse propose de mener une réflexion sur les discours collectifs qui tendent à inscrire les places marchandes dans le champ patrimonial et d'en cerner le sens et les intérêts locaux, nationaux, politiques, économiques ou sociaux.

6Cette étude décrit comment des éléments appartenant aux dimensions historique ou culturelle sont mis en exposition ou en valeur afin de caractériser des productions, d'identifier des lieux et de requalifier des territoires. Elle met en évidence la manière dont se constitue un lien étroit entre une place marchande, un produit et un territoire qui permet de légitimer une spécificité. Celle-ci est convoquée pour garantir l'« authenticité » des productions alimentaires et pour proposer une image valorisante et attractive d'un lieu. C'est pourquoi je propose comme hypothèse centrale qu'aujourd'hui les fêtes, les foires et les marchés sont traités comme des objets patrimoniaux.

7La notion de patrimoine est à comprendre non comme un « donné » mais comme le résultat d'une construction, que l'on appelle « processus de patrimonialisation ». Ce terme désigne l'acte qui consiste à donner un sens, une valeur à un objet. Il résulte d'interprétations et procède par exclusions et inclusions. Ouvert à toutes sortes d'interprétations, le patrimoine est parfois amené à légitimer des crispations identitaires et des discours d'exclusion. La recherche anthropologique dans laquelle s'inscrit ce travail rappelle combien l'identité est en mouvement et combien elle doit à un échange avec l'Autre. La notion d'identité qui ressort de mon travail se rapproche de celle de « production artificielle d'identité » proposée par Marc Augé. En effet, la production d'identité telle que j'ai pu l'observer au cours de cette recherche ne se pose pas comme revendication, mais comme marqueur qui permet de caractériser ou « d'identifier » un produit ou un lieu en lui associant des images positives et attractives. Elle s'inscrit dans une demande sociale de produits de qualité et de « lieux anthropologiques », définis par Marc Augé comme « identitaires, relationnels et historiques ».

Méthodologie

8Comprenant le processus de patrimonialisation comme la réinterprétation d'un passé par des problématiques contemporaines, nous pouvons déduire qu'il exprime les préoccupations du groupe dont il émane et que par là même, il répond à un objectif. C'est pourquoi, à l'instar de Michel Rautenberg, je considère qu'il est plus pertinent d'observer le processus de patrimonialisation plutôt que l'objet patrimonialisé.

9Aussi les fêtes, les foires et les marchés ne sont pas étudiés comme une fin en soi mais comme les vecteurs de discours. Ces derniers, envisagés en tant que constructions sémantiques et interprétations, sont révélateurs des attentes des individus qui les élaborent. En effet, loin de n'être que résurgences nostalgiques, les places marchandes répondent, au contraire, à des préoccupations contemporaines et passent par là-même comme étant parfaitement adaptées au monde actuel. Ma thèse vise à comprendre en quoi ces manifestations présentent aujourd'hui un réel intérêt, en quoi elles sont bien intégrées dans notre société et comment elles se révèlent en prise avec des attentes actuelles.

10Cette recherche a ainsi consisté à décrire et à analyser la manière dont sont instrumentalisées les caractéristiques propres aux fêtes, foires et marchés pour répondre à des fins économiques, sociales ou de « marketing », en réinvestissant ou en reformulant un lien au temps et au lieu. Ces places marchandes ne sont pas des lieux « neutres » puisque par divers artifices, par le jeu de l'illusion et de la mise en scène, ils sont susceptibles de transformer la réalité perçue. Je décris ainsi comment les éléments, les caractéristiques propres aux fêtes, aux foires et aux marchés permettent des interprétations qui, en combinant les notions de « local », de « savoir-faire », d'« identité », d'« histoire locale », de « bien-vivre », de « bien-manger », permettent de valoriser des produits et des lieux. Ils semblent refléter une certaine convivialité et un art de vivre propres aux sociétés rurales « traditionnelles ». Ces propriétés, renforcées par le discours des agriculteurs, permettent de mettre en scène, de manière valorisante, des productions locales en soulignant leurs liens au lieu et aux savoir-faire « traditionnels » présentés comme garants de leur qualité. Par ailleurs, il a s'agit de voir comment, à travers la rencontre entre monde agricole et monde urbain se mettait en place une forme de médiation culturelle. Lieux de rencontres, d'apprentissage…, ils réunissent une communauté qui se ressoude, se redéfinit, et représentent une mémoire collective vécue ou imaginée.

Résultats principaux

Mise en exposition des identités locales

11Les fêtes, les foires et les marchés servent de support à la valorisation des produits et des lieux parce qu'ils permettent de mettre en scène une identité et un patrimoine local. Sur les places marchandes, l'exposition d'une identité s'exprime par la redéfinition d'une mémoire collective locale qui est élaborée à partir de l'interprétation d'un passé vécu, d'un passé nostalgique ou d'un passé imaginé. C'est plus particulièrement une vie rurale du passé qui est exposée ou que l'on croit retrouver. Les fêtes, les foires et les marchés sont perçus comme représentant une communauté rurale. Celle-ci n'a d'existence que de manière virtuelle puisqu'elle est recomposée, imaginée et idéalisée. Dans tous les cas il s'agit d'une vision déformée, tronquée. Avec l'exemple de la mémoire individuelle, nous savons que nous avons tendance à ne conserver que certains souvenirs. Il en va de même pour la mémoire collective qui, parmi l'ensemble des souvenirs communs, ne retient que les éléments les plus valorisants ­ de manière parfois exagérée ­ ou ceux qui font sens pour la communauté, alors que d'autres sont occultés ou minimisés, contribuant à faire émerger de l'identité. La notion d'appartenance est ainsi récurrente : on se dit gardien d'une identité, on affirme son identité ou on la désigne de l'extérieur. À Louhans, par exemple, il existe deux groupes importants en nombre qui ne viennent ni dans l'intention d'acheter, ni dans celle de vendre : les retraités agricoles et les touristes. Interrogeant un petit groupe de retraités agricoles sur la raison de sa venue, il m'a été répondu comme une évidence : « on vient parce qu'on est Bressans ! ». Les touristes, quant à eux, viennent comme s'ils visitaient un musée, et parce qu'on leur a dit que ce marché était typique et bressan. Eux aussi contribuent à définir une identité.

12L'identité est désignée autant de l'intérieur que de l'extérieur. Les populations locales redéfinissent leur identité et les populations touristiques viennent « observer » ces populations, leur identité. Pour les retraités agricoles, le marché ou la foire fonctionne comme un lieu de mémoire qui leur permet de retrouver des gestes, des savoirs et des savoir-faire qui composent leur culture, leur « identité » en même temps qu'ils en soulignent la désagrégation. Les touristes eux-mêmes viennent retrouver cette mémoire. Il ne s'agit pas, dans ce cas, de recomposer une mémoire vécue, mais de rencontrer un passé imaginé, idéalisé. Celui-ci est saisi à travers un croisement entre les idées de « tradition », de « passé » et de « naturel ». Les fêtes, les foires et les marchés sont interprétés dans un rapport supposé ou réel, à un temps, à un lieu et à une identité transposée, emblématisée par un produit. Si un produit est l'emblème d'une communauté, d'une identité, les fêtes, les foires et les marchés lui donnent vie, la mettent en scène et la rendent « saisissable ».

13Par ailleurs, on observe une volonté de donner une image valorisante aux fêtes et de les inscrire dans un territoire et une culture afin d'identifier le produit, la fête et le village. L'identité collective qui s'en dégage est saisie par les populations touristiques mais aussi, d'abord, par la population locale qui se retrouve dans l'image de la fête. Chacune à sa manière et avec des objectifs un peu différents, les fêtes de Saint-Aubin et d'Espelette revendiquent ou construisent une identité en replongeant dans ce qui la constitue et en jouant fortement sur l'aspect traditionnel qui devient le signe visible de leur réussite. Saint-Aubin et Espelette diffèrent pourtant car l'une invoque la tradition pour ressouder l'intérieur, l'entre soi, tandis que l'autre recrée la tradition pour se donner à voir, se faire connaître, se donner une image attractive. Si celle-ci semble d'abord élaborée dans une démarche esthétique, elle sert aussi à identifier le produit au lieu, à l'inscrire dans le terroir, l'histoire et les pratiques locales. Elle donne ou souligne une image du territoire. Les fêtes participent ainsi à l'élaboration d'une identité à travers la démonstration d'une singularité.

14Qu'il s'agisse de valoriser les caractéristiques d'un produit ou celles d'un lieu, on observe un même processus de sélection/désignation. On assiste plus particulièrement à la mise en exposition d'éléments qui composent une image du rural, du traditionnel et du local. On enregistre fréquemment un discours sur l'authenticité, mais on peut signaler qu'à Louhans, par exemple, le marché est plus authentique pour les touristes que pour les Bressans qui eux l'ont vu profondément se transformer. On trouve ainsi des discours « mythologisants » comme à Saint-Christophe-en-Brionnais où on rappelle que le marché aux bovins, qui date du Moyen Âge, se trouve près du berceau originel de la race. Si les manifestations les plus anciennes occupent une place importante dans l'histoire de la ville et dans la constitution d'une mémoire collective, les fêtes les plus récentes recourent largement à une mise en scène de la tradition et de l'identité locale.

15En 1986, le syndicat d'initiative, composé de nombreux producteurs de prunes crée la fête aux pruneaux, à Saint-Aubin. Après avoir trouvé, dans les archives municipales, la trace de l'existence d'un marché aux prunes, qui se déroulait de fin août à début septembre ­ période de récolte ­ et qui se serait arrêté en 1939, ils décident non seulement de faire revivre un marché d'autrefois, mais ils cherchent aussi à retrouver l'esprit des fêtes « traditionnelles » occitanes. Cette fête rappelle les félibrées, ces congrès annuels qui réunissent les félibres, poètes occitans, afin de promouvoir la langue et la culture occitanes. Ces poètes organisaient des spectacles de poésie et de théâtre en langue occitane, ils animaient des concours littéraires et ils célèbraient les figures célèbres de l'histoire du félibrige (dont le fondateur Frédéric Mistral). À Saint-Aubin, sont également organisés des concours de chansons, de poèmes et de slogans, en français ou en occitan, qui ne célèbrent plus une figure célèbre, mais… le pruneau. Par ailleurs, on observe une démarche esthétisante qui vise à présenter une belle fête traditionnelle en recommandant le port du costume folklorique, en sollicitant la présentation de beaux étaux et en demandant de cacher les sacs en plastique d'emballage. L'ensemble du village est décoré par des guirlandes de fleurs en papier crépon confectionnées par la population locale qui les renouvelle chaque année. Grâce à cette fête, Saint-Aubin, petit village de 430 habitants, qui n'est pas situé sur de grandes voies de passage et qui ne possède pas d'attrait particulier, se fait connaître par le touriste comme « valant le détour ». La préparation de la fête, tout au long de l'année, permet à la population locale d'entretenir un lien social très fort.

16Ce discours, cette construction d'une spécificité est convoquée pour valoriser d'un côté un faire-savoir, de l'autre, un faire-image.

Faire-savoir : la réappropriation de la commercialisation et de la consommation

17L'essor de la grande distribution a imposé un nombre important d'intermédiaires qui a éloigné les producteurs des consommateurs (urbains, mais aussi ruraux). Si ce réseau commercial assure aux producteurs la possibilité d'écouler leurs marchandises, il les contraint aussi fortement. Par ailleurs, face à l'augmentation des « objets comestibles non identifiés » selon l'expression de Claude Fischler, à l'industrialisation de la production et à l'angoisse du risque alimentaire, les consommateurs sont demandeurs de produits sur lesquels peut leur être garantie une qualité sanitaire et organoleptique.

18Aussi, producteurs comme consommateurs souhaitent-ils un face à face direct afin d'obtenir ou de délivrer des informations sur les caractéristiques et la qualité des produits. La rencontre avec les producteurs, « certificateurs » d'authenticité et de singularité, marque une recherche d'éléments prouvant une qualité. Les fêtes, les foires et les marchés remplissent en eux-mêmes un rôle de garantie, leur perception, mêlée d'imaginaire social, les ayant définis comme temples des « bons » produits. À ce titre, les fêtes, les foires et les marchés sont privilégiés, et l'on observe que, de plus en plus, les supports favorisant l'échange se développent. Ainsi à Saulieu, lors du concours des bovins gras, manifestation qui s'adresse avant tout aux professionnels (éleveurs, bouchers et marchands de bovins), se développent les animations en direction des consommateurs. Outre des visites du concours qui permettent d'obtenir des informations sur l'élevage bovin et la qualité de la filière, ont lieu depuis quelques années « Les Rencontres charolaises ». Il s'agit plus précisément d'une dégustation commentée. Sous un chapiteau, sont présents des éleveurs, des bouchers et des restaurateurs qui proposent plusieurs préparations culinaires de différentes parties du bœuf, tout en expliquant les phases d'élevage, d'abattage, etc. et qui répondent aux questions éventuelles. Non seulement ils informent sur les méthodes d'élevage mais ils apprennent aussi à déguster la viande de bœuf, à la préparer et à l'accompagner au niveau des saveurs. Au cours de ces rencontres, les professionnels expliquent aux consommateurs-novices les savoirs et les savoir-faire afin qu'ils aient une connaissance avisée des produits qu'ils consomment (ce qui est particulièrement demandé, aussi bien par les consommateurs que par les producteurs) et ils leur transmettent des pratiques culinaires. La vente directe est un moyen de se réapproprier la phase de commercialisation en se ressaisissant du produit dans son intégralité, c'est-à-dire en le suivant de sa conception à ­ quasiment ­ sa consommation.

19Dans l'objectif de valoriser la consommation d'un produit ou d'une partie de produit, les places marchandes deviennent les supports de discours pédagogiques. Par cette démarche les producteurs parlent tout autant de leur produit que d'eux-mêmes et de leur manière de travailler, en particulier au moment de la démonstration de leur qualité : en même temps qu'ils justifient la valeur de leur produit, ils présentent leur travail en apportant la preuve d'une recherche d'excellence par la sélection de plants ou de races, par les concours, par la traçabilité et par la définition de chartes consignées dans des appellations de protection. En même temps qu'ils se réapproprient la commercialisation de leurs produits, ils se réapproprient leur propre image. Ils se mettent en scène, ce qui contribue simultanément à rassurer le consommateur. En reprenant la maîtrise de la commercialisation à des fins économiques, les producteurs se rendent visibles. Ils réapparaissent dans le schéma de perception du consommateur qui réintègre le produit dans son processus d'élaboration : on sait d'où il vient et comment il a été réalisé. La présence du producteur procure une plus-value économique et symbolique au produit. Leur métier, touché d'une image négative découlant de l'utilisation massive de la mécanisation, de produits chimiques… est revalorisé. La filière s'expose et satisfait à la demande de traçabilité des consommateurs, même si tout ne peut être montré.

Faire-image : l'appropriation locale du label SRG

20Ce qui fait l'intérêt des places marchandes pour les populations locales et touristiques tient pour partie dans la valeur symbolique et patrimoniale qu'elles leur attribuent. Le territoire mis en scène à cette occasion permet d'identifier, de symboliser une ville ou une région de manière positive, susceptible de participer au développement touristique et, par extension, au développement local. Si pour certaines communes la manifestation ne représente qu'une animation attractive, pour d'autres, elle en constitue l'emblème. Ainsi, bien que le marché de Louhans conserve un réel intérêt pour la vie sociale et économique locale, il est perçu par les populations et exposé par les élites locales comme représentant d'une identité bressane, ce qui en fait un facteur attractif pour le développement touristique. Pour la ville, il est emblème revendiqué pour se caractériser, se définir et se singulariser.

21Parce qu'ils véhiculent des notions attractives et qu'ils ont un caractère identifiant, les fêtes, les foires et les marchés deviennent des instruments de valorisation et de publicisation des lieux. Sur les places marchandes, ce sont non seulement des produits, des filières qui s'exposent mais ce sont également des communes qui se mettent en scène, faisant de leur place marchande leur emblème. Les fêtes, les foires et les marchés deviennent en quelque sorte l'image de marque des communes et ils sont définis comme des lieux « à voir ». Pour entrer dans le champ touristique, de plus en plus perçu comme une ressource économique, chaque commune devient concurrentielle et doit donc se démarquer. Elle propose son originalité en promouvant un élément caractéristique, symbolique, ce qui peut dériver vers la caricature. Les marques et les labels touristiques façonnent la personnalité et l'identité d'un espace en lui permettant d'exposer une spécificité propre et valorisante qui le distingue des autres. En l'occurrence, la gastronomie française, composée de « spécialités locales », sert d'atout pour la mise en valeur touristique des sites. Le danger est de conforter des stéréotypes et, en suggérant un modèle d'accueil et de mise en exposition, d'entraîner une homogénéisation des sites.

22Le label SRG légitime cette emblématisation et la renforce. Il repose en effet fortement sur la renommée du lien entre un produit et une commune possédant un intérêt touristique. Tous les produits ne sont pas retenus pour être SRG, mais seulement ceux qui sont emblématiques de la zone de production, voire même de la gastronomie française, tels le foie gras et les canards gras, pour désigner Sarlat, alors que le Périgord noir produit également truffes, fraises, noix, châtaignes. Si ces derniers appartiennent au patrimoine gastronomique local, ils ne sont pas pour autant choisis car ils ne composent pas la renommée du lieu. Ce n'est pas tant le passé historique local du produit ou sa place dans l'économie qui compte pour la désignation SRG, mais bien plutôt sa participation à la renommée du lieu. C'est pourquoi, alors même que la sélection des sites avait pour ambition de valoriser la richesse et la diversité de la gastronomie française, on assiste à sa cristallisation autour de quelques produits emblématiques.

23L'appellation SRG, accordée par un organisme interministériel, est d'abord ressentie par les représentants des sites comme une récompense. L'observation des modes d'appropriation de cette marque, au niveau local, témoigne de la manière dont chacun négocie sa place au niveau national et comment chaque site envisage son devenir. L'adhésion à l'association SRG relève du choix stratégique de mise en valeur touristique du site. Comme le label a été attribué, il n'a pas été perçu de la même façon par tous les sites. À Sarlat, par exemple, les élus se sont demandés ce qu'il pouvait apporter, l'image de la ville ayant plus de notoriété que celle du label. Néanmoins, ils ont interprété cette désignation comme la reconnaissance et la légitimation de leur notoriété, et ils ont accepté d'associer leur image à celle du label. Ainsi, des sites bénéficiant d'une moindre notoriété ont eu une certaine fierté à dire : « on a été reconnu SRG au même titre que "Sarlat" ou d'autres sites prestigieux ». D'autres sites n'ont vu aucun intérêt à ce label. C'est pourquoi parmi l'ensemble des SRG on distingue aujourd'hui les sites dits « dormants » des sites actifs qui sont au nombre d'une soixantaine et qui adhèrent à l'association des SRG créée en 1996. Ceux-là se sont appropriés le label puisqu'ils ont décidé d'en porter la marque.

24Par ailleurs, j'ai souligné que la manière dont le label était approprié dépendait des attentes et des projets pré-existants. En effet, des observations de terrain, il ressort que les acteurs locaux entrent dans la démarche SRG quand ils perçoivent leur intérêt, quand le label est interprété comme pouvant répondre à leurs besoins et quand il est adapté, c'est-à-dire quand il est introduit dans les pratiques et l'identité locales. Pour ce faire, les acteurs locaux doivent s'y retrouver et estimer que leurs projets peuvent s'y réaliser. Le label sera approprié par son adaptation au local et par la personnalisation de la démarche globale. Ainsi, contrairement à ce que j'imaginais au départ, on n'observe pas d'homogénéisation des sites, le label étant adapté à un contexte et à des attentes locales. À Saulieu, par exemple, il renforce la campagne de communication à destination du grand public engagée par le comice agricole depuis quelques années. Alors qu'à Louhans, où le marché est considéré comme un atout du développement local et touristique, la municipalité projette de créer un « Festival du goût ».

25Le label a donc été approprié de manière individuelle, ce qui explique sans doute son manque de visibilité auprès du grand public. En effet, jusqu'à présent, l'association des SRG ne s'était pas constituée d'identité propre, reconnaissable par tous. Aussi, les nouveaux projets de l'association qui s'inscrivent dans une démarche collective et qui voient émerger un vrai réseau d'échanges, semblent donner son sens au label. Malgré ses potentiels, le label SRG a tardé à être approprié localement, conduisant à un manque de visibilité et de lisibilité par les populations touristiques et locales alors même que les manifestations comme les salons SRG sont attractives. Ceux-ci reformulent une certaine idée des fêtes, des foires et des marchés en proposant une version qui se veut essentiellement pédagogique.

26Pour conclure, cette étude me semble souligner comment des éléments relevant des dimensions historiques et culturelles sont mis en valeur et en exposition pour symboliser un lien entre des lieux, des places marchandes et des produits. Elle met en évidence que cette forme de symbolisation, qui va parfois jusqu'à une emblématisation, est sollicitée à plusieurs reprises, révélant des enjeux économiques, sociaux et politiques. L'argument patrimonial est en effet convoqué pour requalifier la valeur des produits. Il participe à la constitution d'un bien commun par la définition d'une mémoire collective. Et il devient un atout de valorisation ou de publicisation des lieux.

27Il apparaît ainsi que non seulement les fêtes, les foires et les marchés sont encore bien vivants mais, qu'en plus, ils sont parfaitement adaptés pour répondre à des préoccupations contemporaines. Toutefois, s'ils conservent une fonction économique, essentiellement en ce qui concerne l'approvisionnement en produits frais, c'est bien plutôt leurs fonctions non marchandes qui sont sollicitées. Plus particulièrement, ils deviennent les supports de discours pédagogiques.

28On peut alors reposer la question de leur devenir, non plus par crainte de leur disparition, mais pour étudier l'évolution de leurs fonctions et de leurs rôles dans notre société. En effet, à propos du marché de Saint-Christophe-en-Brionnais, par exemple, on observe qu'en même temps qu'il perd de son intérêt économique, il acquiert une valeur symbolique auprès des populations locales et touristiques, ce qui a conduit à sa muséification.

29Cette étude a montré en quoi des identités, des singularités étaient révélées, mises en scène pour participer à la valorisation des produits et des lieux. Une nouvelle piste de recherche s'ouvre avec le contexte actuel. Après avoir relevé une emblématisation de la gastronomie française, il serait intéressant d'analyser l'émergence d'une gastronomie européenne en interrogeant plus particulièrement sa participation éventuelle dans la définition d'une Europe culturelle, convoquée pour légitimer l'Europe économique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Bétry, « La patrimonialisation des fêtes, des foires et des marchés classés « sites remarquables du goût » ou la mise en valeur des territoires par les productions locales », Ruralia [En ligne], 12/13 | 2003, mis en ligne le 09 juillet 2004, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://ruralia.revues.org/346

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page