Navigation – Plan du site
Articles

Une méthode d'enquête en question : le jury communal

Josette Debroux

Résumés

La multiplication, dans le champ agricole, de données produites à partir de jurys communaux, où quelques agriculteurs cooptés répondent à des questions portant sur l'exploitation et les projets de chacun des agriculteurs de leur commune, ne doit pas faire oublier que ces données résultent d'un ensemble de « choix » non contrôlés. L'analyse des modalités pratiques de mise en œuvre de la méthode du jury communal, à partir d'un exemple précis, nous a permis de mieux évaluer la place réellement occupée par la connaissance dans cette entreprise. C'est davantage du côté de l'analyse des modes de légitimation (nouveaux ou renouvelés) d'organismes d'encadrement dont l'existence est de plus en plus remise en question par les agriculteurs ­ et qui se trouvent en concurrence pour la gestion des procédures de développement ­ qu'il faut chercher les raisons de la « nouvelle jeunesse » de cette méthode.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologique :

XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Depuis quelques années, la méthode d'enquête par jury communal connaît un nouvel essor avec la multiplication des politiques de développement concernant pour partie ou en totalité le champ de la production agricole. Avant de tomber en désuétude, cette « méthode estimative à dire d'experts » connut son heure de gloire au 19e siècle et figurait parmi les principaux moyens techniques mobilisés par l'observation statistique agricole, à savoir « la déclaration individuelle rédigée par l'exploitant lui-même, l'interview par l'intermédiaire d'enquêteurs, l'observation directe des faits agricoles par des enquêteurs qualifiés » 1. Officiellement, les méthodes d'observation directe, « objectives » restaient la base de la statistique agricole. Faute de temps et de moyen, le recours aux connaissances « de propriétaires éclairés », de notables ruraux ou du personnel technique était fréquent. Un des grands enjeux de la statistique agricole résidait alors dans sa capacité à saisir les quantités produites 2. Du fait de leur situation d'extériorité, les notables et autres experts étaient supposés à même de prendre un point de vue objectivant, leurs déclarations jugées plus crédibles que celles faites par les exploitants eux-mêmes toujours suspectés de vouloir minimiser l'importance des récoltes pour des raisons fiscales. Du fait de leur position sociale, de leur légitimité, ils étaient censés appréhender de manière panoptique la situation agricole de leur commune ou de leur canton à un moment où l'unité de base privilégiée était l'unité administrative (commune ou canton selon les recensements).

2On peut s'interroger aujourd'hui sur les raisons du renouveau de ce type de méthode alors que les données produites sur le monde agricole sont innombrables. En effet, différents organismes officiels aux logiques propres de catégorisation et de classement (INSEE-SCEES 3, MSA 4...) fournissent périodiquement des données statistiques sur différentes dimensions de l'activité agricole, structures de production, volume, caractéristiques de la population active agricole etc., données statistiques faciles d'accès dans leur présentation agrégée.

3La spécialisation de certains organismes dans la production de données chiffrées du monde social, en les détachant de l'action, contribue à les rendre moins sensibles aux pressions en tout genre. La statistique officielle présente, en effet, « deux garanties d'objectivité : sa transparence et sa réplicabilité » 5. L'accès aux dimensions les plus codifiées du travail statistique, choix de la population, structure du questionnaire... est aisé. En garantissant le secret statistique, ces institutions offrent une condition favorable à la déclaration de réponses authentiques, l'authenticité étant entendue comme la congruence entre la pratique ou l'opinion effective et son expression publique 6. Il s'agit d'une condition favorable mais non suffisante bien sûr : il ne suffit pas de dire que les réponses sont sans conséquence pour l'enquêté pour que celui-ci se livre en toute confiance 7. Les données statistiques restent un produit social, la normalisation et la standardisation de la chaîne statistique ne gommant ni les multiples interprétations faites par les enquêteurs, enquêtés et chiffreurs, ni les enjeux sociaux portant sur la définition des catégories, ni la situation d'interaction et les stratégies de figuration 8. Aucune méthode, quelque soit son raffinement technique, ne peut prétendre rendre compte du réel, il s'agit toujours d'un réel construit et non d'un réel ontologique.

4Que gagne-t-on, en terme de connaissance du monde agricole, par le biais de cette méthode ? Qu'est-on en droit d'attendre des résultats compte tenu des conditions de leur production ? Interroger cette méthode à partir des exigences de l'enquête scientifique c'est prendre au sérieux le point de vue revendiqué par ses utilisateurs, une meilleure connaissance des exploitations, de leur dynamique, des projets des agriculteurs. En nous intéressant aux différentes opérations majeures de la construction des données, nous pourrons être mieux à même d'évaluer la place réellement occupée par la connaissance dans cette entreprise. L'analyse des modalités pratiques de mise en œuvre de cette méthode permettra de mettre au jour quelques éléments explicatifs de sa nouvelle jeunesse.

5Nous nous appuierons sur la manière dont quatre agents d'une Association départementale d'aménagement des structures des exploitations agricoles (ADASEA) 9 de la région Rhône-Alpes 10 qui, à l'occasion de la préparation d'une OGAF 11, ont eu recours à cette méthode sur une grande partie des communes du département. Il s'inspirèrent d'une enquête impulsée par le CNASEA 12 sur le devenir des terres ayant pour objectif de « connaître les opinions et les projets des agriculteurs en matière de succession, de reprise et d'abandon des terres » 13, reposant sur le postulat : « les agriculteurs connaissent très bien leur milieu, assez bien les espérances et les attentes des uns et des autres. C'est ce gisement des uns et des autres qu'il s'agissait de mobiliser » 14.

Produire une enquête par jury communal : une tâche parmi d'autres

6Les quatre agents ADASEA chargés de former et d'animer les jurys communaux ont reçu de leur directeur la même consigne pour préparer un dossier de candidature à cette procédure : constituer un jury communal en invitant quelques agriculteurs « connaissant bien leur commune » désignés par le président du syndicat local FNSEA ainsi que des représentants de divers organismes para-agricoles et des élus de la commune concernée. Il revient à l'agent ADASEA de remplir un questionnaire pour chaque exploitation de la commune à partir des indications fournies par les experts et un questionnaire pour la commune, le but affiché étant de réactualiser les inventaires communaux et faire esquisser un scénario de sa probable évolution.

7Aucune spécificité n'est conférée à cette tâche, elle n'a donné lieu à aucune formation particulière. Implicitement, la construction d'une enquête est à la portée de tous, la vulgarisation de l'enquête n'étant pas étrangère à cette représentation. En l'absence de formation commune, condition nécessaire mais non suffisante à l'homogénéisation des points de vue et des manières de faire, on peut s'attendre à des rapports au travail d'enquête divers, à la mobilisation de compétences techniques et relationnelles variables de la part d'agents qui n'occupent pas les mêmes positions dans l'association au moment de l'enquête bénéficiant de plus ou moins d'ancienneté et des niveaux de formation et expériences professionnelles antérieures divers.

8L'importance accordée à ce travail d'enquête distingue ceux qui ont contribué à sa mise en place au niveau de l'association de ceux qui n'ont pas eu à discuter de sa pertinence. Ainsi, à l'adhésion sans limite d'un agent ayant participé à l'élaboration de cette méthode affirmant qu'elle allie rapidité, économie et fiabilité 15 s'oppose la réserve de deux autres agents, embauchés pour réaliser ce travail d'enquête. Ces derniers le considèrent comme « un petit peu un passage obligé » ou comme « la marotte du directeur » acceptée à défaut d'autres méthodes : « En fait j'ai pas eu le choix mais en fait ça me convient assez bien, comme principe [...], j'ai été embauché pour faire ça, y'avait l'hiver pour le faire donc j'ai foncé tête baissée, j'ai plus pompé ce qu'avait fait x [un autre agent arrivé plus tôt à l'ADASEA] plus qu'autre chose ».

9Peu expérimentés dans le domaine de l'enquête 16, fraîchement arrivés dans leur poste, ces agents pouvaient difficilement interroger la pertinence de la démarche et moins encore la remettre en cause. Prétendant à une reconnaissance au sein de l'ADASEA, ils acceptèrent le travail qui leur avait été confié, travail qui paraissait d'autant plus valorisant qu'il pouvait être apparenté à un travail de réflexion, de production de connaissances. Se soumettre au travail demandé, ne pas le remettre en question peut relever, pour un novice, d'une stratégie visant à montrer que l'on occupe bien son poste, que l'on est bien inscrit dans la « culture » de l'organisme employeur.

10Pour un autre agent, ce travail d'enquête a été l'occasion de revendiquer une position singulière au sein de l'association, de non subordination au directeur : « j'ai proposé quelque chose, je savais que ça n'était pas ce que préconisait le directeur, lui c'était la méthode jurys communaux, pour moi jurys communaux où on invite que quelques personnes et ensuite le recueil des données, je ne l'ai pas fait de la même façon ». La familiarité avec le terrain d'enquête acquise lors de l'animation d'une procédure d'installation avant son arrivée à l'ADASEA, les liens établis à cette occasion avec des représentants agricoles locaux et départementaux, le même niveau de formation que le directeur de l'association (ingénieur agronome) expliquent en partie, (en partie, en effet, car on ne peut réduire le type de rapport à la directive au seul effet de la position dans l'institution, s'y trouvent actualisées des dispositions liées à leur socialisation 17) la liberté prise par le quatrième agent à l'égard de la démarche préconisée.

11Faute d'un cadre commun bien établi susceptible de servir de référence, chaque agent appréhenda ce travail d'enquête à partir de ses propres catégories de perception, ces manières de voir retentissant immanquablement sur les façons de faire.

Une conception singulière de l'enquête

12Si l'un des buts affiché de ce travail d'enquête est de remplir pour chaque exploitant de la commune un questionnaire, la manière de procéder n'a pas grand-chose à voir avec les façons de faire mises en œuvre dans les enquêtes quantitatives. Dans celles-ci, l'individu, choisi de manière raisonnée en fonction de l'enquête et de ses objectifs qui accepte d'être enquêté suite à la présentation faite par l'enquêteur, répond lui-même au questionnaire de préférence dans une situation de face à face pour limiter les influences de tiers. L'enquêté est supposé mieux à même de dire ce qu'il fait, ce qu'il pense que quiconque.

13Dans l'enquête par jury communal, les questionnaires sont remplis à partir d'informations données par des experts convoqués à un jury. Autrement dit, les vrais enquêtés s'avèrent être non pas l'ensemble des agriculteurs de la commune, comme le laisserait penser le nombre de questionnaires remplis et leur traitement, mais quelques experts. L'expert n'est pas un enquêté ordinaire choisi pour des questions de représentativité statistique mais, par définition, un individu doté d'un capital spécifique qui le met en position d'extériorité. L'expert se révèle en fait un informateur institué, un agriculteur qui, par sa fonction, sa charge, est mandaté par les agriculteurs pour parler en leur nom et/ou reconnu comme porte-parole par les agents de l'encadrement. Finalement, il s'agit d'un intermédiaire entre les agents ADASEA et l'organisme qu'ils représentent et les agriculteurs.

14En effet, parmi les experts pressentis pour participer à ces jurys, figurent, outre le maire de la commune, systématiquement invité, des agriculteurs s'étant distingués positivement par leur investissement dans des procédures antérieures, ayant déjà fait preuve sinon de dévouement, d'ardeur au moins d'un intérêt pour « l'agriculture et son avenir » et donc susceptibles d'investir la nouvelle action OGAF. Familiers de telles actions, ces agriculteurs sont à même de décoder rapidement les enjeux qu'elles représentent et d'en tirer le meilleur profit. À défaut, le responsable syndical local, souvent le représentant FDSEA 18, est chargé d'établir la liste des agriculteurs à solliciter, parfois de les contacter lui-même. Dans ce cas, les agents ADASEA privilégient l'argument du responsable soucieux de son image de « responsable », ils en appellent à son sens des responsabilités, à son autorité, à son pouvoir de conviction. Il lui revient alors de répondre aux éventuelles questions de la part des agriculteurs cooptés qui veulent par là même s'assurer de leur légitimité à être présents dans le jury quand celle-ci ne semble pas, pour eux, aller de soi (il peut s'agir aussi d'un moyen utilisé pour se défausser) : « alors c'est vrai que parfois on arrive au jury les gens se demandent pourquoi ils ont été désignés, pourquoi ils sont là et pas untel, alors nous on les renvoie au président de syndicat » (agent ADASEA).

15Ce mode de sélection repose sur une connaissance antérieure, des affinités, une reconnaissance réciproque, autant de conditions favorables à l'établissement de relations pacifiées qui permettent de limiter autant que faire se peut toute réaction imprévisible et de se retrouver « entre soi » comme le résume un agent ADASEA : « ce sont toujours les mêmes qu'on voit partout ». Autrement dit, le système de cooptation conduit à reconstituer le champ de la représentation locale de l'agriculture et à pré-construire les informations et les représentations auxquelles accédera l'agent ADASEA.

16En déléguant au responsable syndical le choix des membres du jury, l'agent ADASEA ne prend guère de risques, convaincu que cet élu partage la même représentation des « qualités » attendues de l'expert, la même représentation cognitive de l'agriculteur, que leurs points de vues s'avèrent sinon identiques au moins objectivement ajustés. Ainsi, un agent ADASEA affirmant ignorer les critères sur lesquels s'appuie le président du syndicat local pour « choisir » les autres agriculteurs, membres du jury, brosse en quelques traits le portrait de l'expert « idéal » et/ou de ses préférences idéologiques rappelant celui de l'agriculteur « professionnel » : « celui qui a moins de quinze hectares et qui est double actif, il n'est pas dans la liste déjà parce que pour lui il n'est pas exploitant, donc c'est des gens qui ont déjà une certaine surface... ». Réalisant, après coup, la sélection qu'il opère et son fondement inégalitaire (dans un contexte où la position hégémonique de l'agriculture dite professionnelle est remise en question), il affiche une gêne ­ « ça nous dérange pas trop » ­, puis trouve une justification pratique à cette sélection : « donc nous, après, à la limite, ça nous dérange pas trop parce que, souvent après, nous on travaille sur le foncier alors on se dit "plus un exploitant a de parcelles plus il connaît les gens qui travaillent autour de lui, plus il sort de chez lui" donc il pourra nous donner des renseignements plus que celui qui a peu d'hectares et qui ne sort pas de chez lui... ». Comme le laisse entendre un autre agent, sortir de ce mode commode de sélection, renoncer à une pratique bien instituée, économe en termes de justifications, suppose de prendre des risques, de devoir argumenter pour convaincre, « c'est pas évident à dire je vais chez untel », elle s'impose donc avec évidence, « c'est un peu la facilité, voire la logique, de partir déjà d'une liste toute faite ».

17La proximité entre agents ADASEA et syndicalistes FDSEA se traduit par des schèmes de perception communs. Il en va ainsi des oppositions structurantes entre « jeunes et aînés », une des modalités de classement en usage à la FNSEA où, selon son âge, on appartient soit au Centre national des jeunes agriculteurs (pour les moins de 35 ans) soit à la FNSEA (pour les plus de 35 ans chefs d'exploitation) ; de même la prééminence accordée au découpage spatial est-elle affirmée : « mon souci c'était qu'ils représentent un peu la commune, au niveau géographique, que tous les hameaux soient représentés ».

18Ne pas présélectionner les experts ne suffit pas à anéantir l'effet socialement sélectif de l'entreprise. Un agent ADASEA, qui connaissait le terrain d'enquête et bénéficiait du soutien de représentants agricoles locaux soucieux d'élargir le nombre des adhérents d'une association de développement qu'ils avaient fondée a invité tous les agriculteurs figurant sur la liste de la Mutualité sociale agricole à une « réunion » et non à un jury. Reposant, a priori, sur un principe d'équité (absence de sélection laissée à la diligence du représentant syndical local), cette méthode s'est révélée sélective puisque peu d'agriculteurs ont participé aux réunions.

19L'échantillon d'agriculteurs présents, composé (pour une part) 19 d'agriculteurs et d'élus mobilisés lors de la procédure précédente 20 ne relevait pas de l'aléa statistique. En effet, il ne suffit pas, en vertu du spontanéisme démocratique, d'offrir à tous les agriculteurs le droit de s'exprimer pour que tous s'en saisissent. Il faut également travailler la présentation et la situation d'enquête, l'adapter aux types d'enquêtés pour que ces derniers se sentent autorisés à parler. On retrouve ici un mécanisme d'autocensure analogue à celui décrit par Pierre Bourdieu au sujet des sondages d'opinion avec les non-réponses aux questions d'ordre politique : « sorte de réalisation expérimentale de la démocratie électorale, le sondage montre que l'antinomie entre le spontanéisme démocratique, qui accorde à tous, sans distinction de sexe ni de classe, le droit et le devoir d'opinion, et l'aristocratisme technocratique, qui le réserve aux seuls "experts", élus pour leur "intelligence" et leur "compétence" trouve sa solution pratique dans les mécanismes qui portent ceux que la sélection technocratique exclurait en tout cas à s'exclure "librement" du jeu démocratique » 21.

20La représentativité politique et la représentativité cognitive remplacent donc la représentativité statistique au principe des choix en matière de description statistique d'un univers hétérogène. Il y a de bonnes raisons de penser que représentativité politique et représentativité statistique ne coïncident pas : la représentativité politique d'un représentant ne signifie pas conformité avec les représentés mais d'abord conformité à l'image des représentants des agriculteurs, la représentativité devenant enjeu de concurrence au sein des organisations professionnelles agricoles et du champ des représentations 22. La représentativité cognitive (l'image mentale de l'agriculteur) exclut de l'enquête une partie des agriculteurs qui ne s'y conforme pas 23. Si ces experts, informateurs institués ou probables, ne sont pas statistiquement représentatifs de la population de référence, ils sont accessibles aux agents ADASEA. Familiers des services de l'encadrement agricole, ils sont rompus à ce type d'exercice.

Faire venir les « experts »

21Reste alors à faire venir ces membres « pressentis » à partir de dispositions sociales présupposées : capacité d'objectivation liée à la position d'intermédiaire, communauté de points de vue avec les enquêteurs, esprit de service, dévouement..., caractéristiques des responsables locaux 24 et des liens d'interconnaissance et de reconnaissance réciproque.

22Formellement, rien ne peut obliger un expert pressenti à participer au jury : d'ailleurs, le nombre de présents est toujours bien inférieur à celui des invités et il arrive que le jury soit annulé faute d'experts... Ne pas réussir à réunir un jury c'est faire montre d'une incapacité à établir le dialogue avec le public qu'on est censé servir, c'est être désavoué, n'avoir aucun crédit en tant qu'individu mais aussi en tant que représentant d'une institution. L'enjeu est donc de taille et l'on comprend que les stratégies éprouvées dans le travail de mobilisation politique soient préférées aux recommandations des ouvrages de méthodologie d'enquête en sciences sociales.

23Convaincus que leur légitimité ne suffira pas à faire déplacer les experts pressentis, les agents ADASEA jouent tout à la fois de la distance et de la proximité avec les enquêtés pour emporter leur adhésion. Plutôt que de chercher à atténuer le plus possible la dissymétrie de la relation pour établir une communication « non violente » avec les enquêtés ils utilisent cette dissymétrie comme il est d'usage dans les enquêtes administratives 25. Les experts pressentis sont convoqués, par courrier, pour la tenue du jury. On sait que la dénomination a un effet proprement symbolique, que les mots font les choses 26. En choisissant les termes de « jury » et d'« expert », les agents ADASEA confèrent à cette manifestation un caractère officiel, solennel. Le lieu de la réunion n'est pas anodin. Choisir la mairie, c'est se parer des prestiges de l'autorité municipale et se doter d'un moyen susceptible de renforcer leur position : c'est aussi afficher une distance avec les organisations professionnelles agricoles (OPA) et revendiquer une neutralité. Faute d'un capital symbolique suffisant pour convaincre de l'intérêt de leur démarche, ils cherchent à multiplier le nombre de signataires de l'invitation. Il est alors très difficile de leur en attribuer l'initiative.

24Les arguments figurant dans les lettres d'invitation s'avèrent à première vue hétérogènes. Ils renvoient aux spécificités des contextes locaux et aux transactions entre acteurs. Au-delà de la diversité de contenu, on trouve néanmoins comme élément commun la place, toujours secondaire, accordée à l'enquête. Sans aucun doute, pour leurs auteurs, la production de données statistiques, trop souvent associée à l'idée de contrôle, d'usages à fins fiscales et plus largement de craintes liées à toute entreprise d'objectivation ne constitue pas un argument attractif, motivant. La multiplication des investigations de type statistique rend leurs justifications de plus en plus délicates. Par ailleurs, cette demande émane d'un organisme para-agricole supposé posséder tous ces renseignements, les agriculteurs invités ayant eu maintes fois l'occasion de décliner leur identité et les caractéristiques de leur exploitation.

25C'est dans un cadre administratif contraignant que s'inscrit la rhétorique de la consultation. Le jury est présenté comme un lieu d'écoute des revendications des agriculteurs où règnent empathie, compréhension de l'autre, disponibilité. Il est rappelé que les agents ADASEA attendent des experts qu'ils fassent part de leurs besoins comme si les « besoins » pouvaient s'exprimer de manière autonome. Parfois, les auteurs de certaines lettres, anticipent déjà les « besoins » : le but de la réunion est de « mieux cerner les problèmes existants et surtout de répertorier les souhaits des agriculteurs du plateau : [...] (nécessité d'irriguer, de diversifier les productions, de développer des activités telles que le tourisme, le bois, nécessité de mettre en place une politique pour les terres en voie d'abandon, etc.) ». Ce type d'anticipation montre combien la procédure prédétermine les « besoins » qui pourront être satisfaits et présélectionne, de fait, les experts et les bénéficiaires potentiels. Les avantages liés à la procédure peuvent servir d'appât, de « carotte » selon l'expression d'un agent : « en général on met toujours une carotte... ».

26Lorsque, plus rarement, figurent des informations sur l'enquête, ces dernières mettent l'accent sur le type de questions auxquelles les participants auront à répondre : « Le but de la réunion est de collecter des renseignements en répondant à un questionnaire sur chaque exploitation (production, morcellement des terres, pourcentage des terres labourables, friches, vente directe, succession, etc.) ». En creux, apparaissent les compétences supposées des experts tout à la fois informateurs et porte-parole. Considérés comme des informateurs, ils sont censés, d'une part, connaître les caractéristiques des autres exploitations et se révéler capables de pénétrer les stratégies et les états d'âme des exploitants et, d'autre part, être prédisposés à en faire état sans aucune réticence ou autocensure. Par un effet circulaire, se nourrissent mutuellement présupposés de la méthode et ceux de la vision toujours vivace du monde agricole comme monde d'interconnaissance où tous les agriculteurs d'une commune se meuvent dans le même espace de relations. En effet, pour que les experts puissent parler des uns et des autres, il faut qu'existe, au niveau local, une communauté agricole d'interconnaissance au sens défini par Henri Mendras : « [...] j'entends par interconnaissance le fait que, dans une collectivité, chaque membre connaisse personnellement tous les autres membres sous tous les aspects de leur personnalité sociale et individuelle » 27. La question de l'existence même de ce type de communauté, toujours pensée dans une société pré-capitaliste, a été déjà largement débattue 28 : une telle conception du monde social oublie que les relations qui se nouent entre des individus situés dans un espace géographique bien circonscrit sont fonction de leurs caractéristiques sociales, de leurs intérêts plus ou moins convergents et peuvent prendre des formes diverses 29. L'interconnaissance n'est pas un attribut « naturel » et trans-historique de cette catégorie socioprofessionnelle socialement diverse. L'existence d'un fond commun, condition aux rapports sociaux doit être démontrée et non postulée, car le seul fait de voisiner dans la même catégorie statistique 30 ne suffit pas à créer un « ressort commun ». Cela dit, la circulation « d'informations » glanées sur un éventuel « marché aux ragots » 31 local peut toujours servir à justifier la méthode d'enquête.

27Mais les experts peuvent aussi être vus comme des porte-parole, autrement dit comme ceux qui ont le pouvoir d'imposer une représentation du groupe. Dans le jury se construit une image négociée de l'agriculture et des agriculteurs mêlant description et prescription. Sur fond d'objectivation à prétention scientifique avec la construction de statistiques est dessiné l'avenir probable de l'agriculture et l'avenir de chaque agriculteur (ceux qui sont considérés comme tels par les experts). La représentation statistique négociée, avalisée par les experts permet de prévoir l'avenir, ces projections légitimant à leur tour les actions présentes. Comme le rappelle Luc Boltanski, la prospective « est le terrain d'élection du discours performatif sur le présent qui est défini et, par là, déterminé en fonction de l'avenir qu'il enferme. La prospective est le terrain d'élection du discours performatif destiné à faire advenir ce qu'il énonce sur le mode du constat » 32.

28L'ambivalence de l'opération pour les agents chargés de la mettre en œuvre (tout à la fois « vendre une procédure », mieux connaître les agriculteurs, repérer certains agriculteurs qui légitimeront la procédure...) trouve sa traduction pratique dans les lettres de convocations mêlant différents registres : « savant » avec la production de statistiques, « politique » dans le sens de la consultation, « offre de services » en répondant aux « besoins ».

Faire répondre

29Si les lettres de convocation mettent l'accent sur l'aspect « recueil des avis, des demandes des agriculteurs », bref sur le « lieu de parole » que constitue le jury, l'analyse de ce qui est dit de son fonctionnement effectif révèle une inversion de l'ordre des priorités. Les préoccupations et les doléances des agriculteurs sont recueillies en fin de réunion : « on leur fait comprendre qu'on a besoin de leurs préoccupations à la fin de la réunion, finalement ça passe et on finit par travailler » (agent ADASEA). Parce que cet aspect occupe une place secondaire, aucun espace ne lui est, a priori, réservé : les discussions ont lieu « s'il reste du temps ». Pour évacuer tout rapport passionné à l'objet et requalifier la situation (une situation de production de connaissances et non de discussions), le travail d'enquête est présenté comme « un recensement pareil au RGA mais qui a pour but de connaître une situation précise qui est nécessaire pour faire une demande d'OGAF ou autre » (agent ADASEA). Pour pouvoir bénéficier d'aides, les agriculteurs ont, au préalable, à répondre aux questionnaires. Certains agents ADASEA saisissent cette occasion pour établir un rapprochement avec les « experts » et afficher une complicité de position en rappelant que cette obligation d'enquête s'impose tout autant aux agents (exécutants) de l'ADASEA qu'aux agriculteurs experts : « on leur dit que ça nous amuse pas mais qu'il faut le faire quand même s'ils veulent avoir quelque chose » (agent ADASEA) 33.

30Si dans la présentation, la fin opératoire et la dimension de production de connaissances sont toutes deux mêlées pour rendre l'enquête et son principe acceptables, ces précautions oratoires ne suffisent pas toujours à amener les agriculteurs présents à jouer le rôle d'experts, à se soumettre à l'arbitraire d'une telle demande et à livrer leur connaissance supposée du terrain. Dans ce cas, l'agent ADASEA use de sa dernière arme, rappelant de manière explicite les termes de l'échange (contre-don « monétaire » au don d'informations consenti) : « moi je suis arrivé, à des réunions, à remballer mes affaires en disant : "bon vous voulez pas, vous serez pas dans la zone", bon à revenir parce que y'en a qui m'accrochent en disant : "aller, on le fait" » (agent ADASEA). La violence symbolique, habituellement plus censurée et euphémisée, s'exprime ici de façon brutale : la coopération est obtenue non au prix d'un patient travail de levée des réticences mais bien par l'expression directe de la domination.

31Une fois le jury réuni (et nous avons vu que cette partie n'était jamais gagnée d'avance), les agents ADASEA endossent leur rôle d'administratifs assurés de la légitimité de leur demande. Ils utilisent un questionnaire « standard » qui du même coup, parce que « standard » et donc adapté à une situation purement théorique, trouve ses limites dès lors qu'il est confronté à la réalité empirique. Le questionnaire « standard » pétri de légitimisme, indexé sur les pratiques dominantes apparaît ainsi inopérant pour rendre compte de bon nombre de cas : « on s'est rendu compte qu'il y avait des questions qui avaient aucun sens, on les pose plus ». Au cours du jury, ils perçoivent leur rôle comme un rôle d'arbitre, ils sont là pour rappeler le cadre avec plus ou moins de directivité : « c'est vrai qu'il faut cadrer ». Comme dans toute situation d'enquête, les experts ne restent pas captifs de la situation : ils oublient rapidement le cadre artificiel dans lequel ils sont mis comme ils oublient (temporairement) le rapport de domination pour converser entre eux comme le font des individus ayant coutume de se rencontrer. Les diversions sont autant d'occasions de sortir de la relation d'enquête et d'y importer d'autres enjeux. « Cadrer », pour l'agent ADASEA, c'est d'abord rappeler sa présence et le questionnaire constitue un excellent outil pour recentrer les « débats » et les limiter compte tenu des contraintes de temps exigées par l'enquête elle-même qui impose un rythme soutenu 34. De façon également rapide, les agents ADASEA doivent procéder à une synthèse de multiples points de vue (synthèse dont on ignore les mécanismes qui se trouvent à son principe), afin de répondre au questionnaire. C'est à eux que revient le dernier mot qui met fin aux interminables débats déclenchés par les questions d'âge, de superficie d'exploitation : « oui on tranche, on est bien obligé de les laisser discuter un peu, on arrive à une fourchette mais on tranche à cinq hectares près, sinon on ne s'en sort pas ».

32La manière dont se déroulent les jurys est analysée à partir d'une personnalisation des rapports sociaux, (traits psychologiques des agriculteurs présents, de leurs plus ou moins grandes dispositions à coopérer), jamais à partir de la structure de la relation sociale entre des agents et des institutions : « c'est dans la personnalité des gens, t'as des gens qui sont au courant de tout et puis qui veulent dire, celui qui est au courant de tout et qui ne veut pas dire, t'as celui qui s'en fout mais ça discute beaucoup : "ben oui, lui, le fils est à l'usine et qui ne reviendra pas" » ou « ça se passe différemment selon la constitution du jury, certains jouant très bien le jeu, et puis d'autres [exprimant], comment dire, certaines réticences sur certaines réponses à certaines questions... ».

33Les « vieux sages » incarnent l'expert idéal : « on a toujours dans les communes des vieux sages, qui connaissent tout le monde, tout ce qui se passe, alors ces gens quand on les a c'est une aubaine ». L'existence de ces « vieux sages » relève davantage du fantasme, du rêve éveillé que de la réalité. Comment, en effet, imaginer un informateur hors du jeu (donc porteur d'un regard objectif, sans parti pris) mais néanmoins au fait de ce qui s'y passe, acceptant de manière désintéressée d'en rendre compte ?

34Le doute sur l'authenticité des réponses fournies par les experts constitue la toile de fond de certains jurys. Comment interpréter le fait que certains agents ADASEA qui, disposant, par exemple, des dates de naissance des agriculteurs relevées sur des fichiers auxquels officiellement l'accès leur est interdit, posent néanmoins la question aux « experts » ? Veulent-ils s'assurer de l'exactitude de leurs « données » ? S'agit-il de vérifier si les agriculteurs experts jouent bien le jeu puisqu'ils sont supposés avoir la « vraie réponse » ? Déroulent-ils chaque questionnaire, d'une façon automatique, sans s'interroger davantage sur la pertinence d'une telle question ou voient-ils dans cette question un moyen de mettre en confiance les experts, de maintenir la situation d'enquête puisqu'il s'agit d'une question qui « fait beaucoup discuter » comme l'affirment plusieurs animateurs ? On peut d'ailleurs se demander si, de leur côté, les « agriculteurs-experts » ne saisissent pas ce type de questions, sans grand enjeu, pour montrer leur bonne volonté, leur souci de « jouer le jeu » et d'honorer le contrat tacite passé avec l'agent ADASEA. Glisser d'une question sur la date de naissance à des reconstructions généalogiques c'est « déraper » de la question initiale, c'est « faire avec » la situation. Prendre du temps pour répondre à des questions sans conséquence conduit aussi à en avoir moins à consacrer aux autres, voire à les éluder.

35L'ethnocentrisme induit par le mode de sélection des « agriculteurs-experts » trouve ses limites quand les agents ADASEA souhaitent faire sortir les membres du jury du prisme à partir duquel la situation des autres est appréhendée et tentent de les amener à se décentrer pour envisager la reproduction d'exploitation avec d'autres systèmes de production que le leur : « oui, quand ça discute beaucoup, je tranche, je mets "inconnue", je mets "succession inconnue" ; souvent ils disent que c'est pas reprenable, ils conçoivent pas, ils disent que c'est trop petit et ils conçoivent pas que quelqu'un d'autre peut venir ». Les digressions, « bavardages » pointés par les animateurs peuvent s'interpréter autant comme une impossibilité pratique à répondre aux questions posées 35 que la manifestation d'une résistance à la situation d'enquête à laquelle certains, on l'a vu, hésitent à se soumettre. Ce serait soutenir une représentation misérabiliste des agriculteurs-experts que d'associer mécaniquement leur participation à l'enquête à une adhésion. Leur statut d'expert leur permet de s'acquitter de leur charge avec désinvolture.

36La façon dont les questionnaires ont été remplis renseigne sur l'interprétation qui a en été faite 36. Ce qui surprend, c'est la forte présence de non-réponses à propos desquelles on peut échafauder quelques hypothèses 37 : les experts n'ont pas su ou n'ont pu se mettre d'accord, ils n'ont pas voulu répondre, par « attention oblique » par détachement et faible intérêt pour ce type d'exercice qui n'est pas pris au sérieux. Les non-réponses peuvent révéler des stratégies de résistance, d'évitement de certaines questions. Les agriculteurs membres du jury préservent ainsi le « quant à soi », le « territoire du moi » 38 des autres agriculteurs, autant de raisons qui ne sont pas équivalentes. « Contraint » d'accepter une relation sociale qui s'apparentait parfois à un interrogatoire, ils s'y sont opposés en s'abstenant de répondre. Mais les experts ont pu ne pas répondre parce que l'agent ADASEA n'a pas posé la question. Parce que chaque agent ADASEA, en fonction de ses préoccupations du moment, privilégie de façon plus ou moins consciente un aspect particulier de l'enquête (ici la surface agricole effectivement travaillée, là l'absence ou la présence de successeurs...), il va chercher à obtenir des réponses à ce qu'il estime être important, laissant de côté le reste. Bien sûr, la priorité accordée à un aspect plutôt qu'à un autre n'est pas sans incidences directes sur la façon de présenter le travail aux membres du jury et la façon de négocier les réponses.

37Parfois, certains commentaires renseignent sur le sens que des « experts » ont attribué à l'enquête. Ainsi, nous avons relevé le commentaire suivant à propos d'un agriculteur dont les bâtiments sont qualifiés de « traditionnels » : « faut le laisser tranquille, il est heureux comme ça ». Pour les experts (et l'agent ADASEA qui a noté le commentaire), l'enquête n'a pas pour finalité (ou pour seule finalité) la connaissance pour la connaissance mais bien l'intervention. Autrement dit, les agriculteurs « experts » savent que ce qu'ils disent n'est pas sans conséquence et exempt d'effets pratiques, qu'il y a des « risques » et des « bénéfices » à exposer certaines représentations des autres et d'eux-mêmes, qu'ils peuvent y gagner ou y perdre et pas seulement sur le registre symbolique : selon les éléments qu'ils livrent lors du jury, les agriculteurs pourront, par exemple, bénéficier ou non des actions liées à la procédure.

38Selon leur expérience, les enquêteurs laissent ainsi plus ou moins de place à la discussion. On peut opposer la façon de faire d'un agent ADASEA recruté pour réaliser ce travail d'enquête, n'en comprenant pas l'intérêt, posant toutes les questions du questionnaire, y compris celles pour lesquelles il avait les réponses, à la façon de faire d'un animateur ayant pris soin, au préalable, de collecter les renseignements déjà existants sur les agriculteurs (quitte à recourir à des données « confidentielles ») et qui a pu réduire de manière substantielle le temps d'enquête statistique au profit de la discussion qu'il ne redoutait pas, fort de sa connaissance du terrain et de sa reconnaissance locale. On peut, du même coup, se demander si l'importance donnée à l'enquête statistique par les autres agents ADASEA n'était pas aussi une stratégie permettant de limiter l'expression de points de vue divergents et/ou d'oppositions aux organismes d'encadrement, pas toujours faciles à gérer. Le mode de sélection des experts qui exclut les plus extérieurs au jeu ne garantit jamais complètement l'homogénéité parfaite des points de vue des élus.

Haut de page

Notes

1 Maurice ALFROY, La statistique agricole française, Collections de statistique agricole. Étude n° 140, Paris, Service central des enquêtes et études statistiques du ministère de l'Agriculture, 1976, p. 73
2 Jacques RÉMY, « La crise de professionnalisation en agriculture », dans Sociologie du travail, n° 4, 1987, pp. 415-433.
3 INSEE : Institut national de la statistique et des études économiques ; SCEES : Service central des enquêtes et études statistiques.
4 MSA : Mutualité sociale agricole.
5 Christian BAUDELOT et Michel GOLLAC, « Faire avec », dans Genèses, n° 29, décembre 1997, p. 115.
6 François de SINGLY, « Questionnaire et figuration », dans Revue de l'institut de sociologie, n°3-4, 1983, pp. 312-325.
7 Comme le montre François de Singly, les ressorts des « réserves d'informations » sont multiples. Garantir l'anonymat ne suffit pas à lever les « réticences à dire ». François de SINGLY, « La gestion sociale des silences », dans Consommation, revue de socio-économie, n° 4, octobre-décembre 1982, pp. 37-62.
8 Dominique MERLLIÉ, « Une nomenclature et sa mise en œuvre, les statistiques sur l'origine sociale des étudiants », dans Actes de la recherche en sciences sociales, n° 50, 1983, p. 10.
9 Face à une pénurie d'offres d'installations, cette ADASEA a été amenée à interroger ses propres données en matière d'installation et les modalités de leur production. Les données proviennent, pour une part, d'études préalables à des opérations locales, (OGAF, PLI, PDZR, Contrat global de développement). Nous avons travaillé plus particulièrement sur la production des données par jurys communaux constitués à l'occasion de la préparation de l'Opération groupée d'aménagement foncier (OGAF).
10 À la demande des responsables de cette ADASEA, nous ne la nommerons pas précisément.
11 Pour bénéficier des avantages liés à cette procédure d'OGAF qui concerne une zone géographique, un dossier de candidature doit être présenté. Cet article s'appuie sur des entretiens réalisés auprès des quatre agents ADASEA qui ont participé à la production de données statistiques dans le cadre de la préparation d'OGAF, (chaque agent a organisé de nombreux jurys communaux couvrant la quasi totalité du département de la fin des années 1980 au milieu des années 1990). On a également dépouillé des documents qui rendaient compte de certains éléments du travail produit dans quelques zones : lettres d'invitation aux jurys communaux, notes prises pendant les réunions, questionnaires vierges, quelques questionnaires remplis, rapport final. Pour chaque zone concernée par une procédure OGAF, nous ne disposions pas systématiquement de tous ces éléments, ce qui montre déjà que tous les agents ADASEA n'avaient pas le même rapport au travail d'enquête ou tout au moins qu'ils n'avaient pas tous la même préoccupation de laisser des traces écrites de leur démarche.
12 Le CNASEA (Centre national de l'aménagement des structures des exploitations agricoles) dispose dans chaque département d'une antenne. L'ADASEA est une association sous le régime de la loi de 1901 créée par les Organisations professionnelles agricoles (OPA) représentatives, liée au CNASEA qui est un établissement public placé sous tutelle du ministère de l'Agriculture par « convention pour la mise en œuvre des actions confiées par les pouvoirs publics ». Voir : Jean TRUFFINET, « L'enquête sur le devenir des terres agricoles menée par le CNASEA », dans Comptes rendus de l'Académie d'agriculture de France, volume 75, n° 2, 1989, pp. 38-39.
13 Édouard VALETTE, « L'évolution des exploitations agricoles, une enquête auprès de 32 départements », dans Comptes rendus de l'Académie d'agriculture de France, volume 75, n° 2, 1989, pp. 40-62, p. 41.
14 Idem, p. 40.
15 « Au niveau financier de faire les enquêtes individuelles ça revenait un peu cher et ces premières enquêtes nous ont permis de voir que réunir un jury c'était pas une mauvaise solution, on avait des résultats relativement fiables parce que ça nous arrivait ensuite de comparer les résultats des jurys à la réalité, voir ce que les gens disaient sur eux et c'était proche sur certains domaines sur les successions, globalement ils étaient pas très loin mais y'avait quand même beaucoup de réponses non connues ».
16 Un seul de ces agents a suivi un BTS agricole non achevé, un autre est titulaire d'un DEUG B et le troisième d'un BTS de biologie.
17 Cet agent se différenciait aussi des autres agents ADASEA par son capital scolaire (ingénieur agronome). Le niveau d'étude « n'explique » pas en soi un rapport différent à la consigne mais constitue un indicateur (imparfait certes) de la position sociale de la famille.
18 FDSEA : Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles. Compte tenu de sa structuration, à tous les niveaux des découpages territoriaux, chaque commune bénéficie d'un délégué communal. Les prétendants au titre ne se bousculent pas, compte tenu du faible enjeu de ce niveau de responsabilité.
19 Nous ne disposons pas des éléments (listes de présents) nous permettant d'être plus précis.
20 Selon cet agent, l'ancienne procédure aurait permis de constituer un groupe d'agriculteurs différents de ceux habituellement convoqués dans les comités de pilotage des procédures de développement. La mobilisation autour des procédures locales de développement pourrait servir de tremplin pour accéder à des postes de porte-parole.
21 Voir notamment le chapitre 8, « Culture et politique » de : Pierre BOURDIEU, La distinction, Paris, Éditions de Minuit, 1985, pp. 464-541.
22 Voir : Sylvain MARESCA, Les dirigeants paysans, Paris, Éditions de Minuit, 1983, 256 p.
23 En confrontant les résultats d'une enquête par jury communal avec un travail de terrain, nous avons pu constater qu'étaient exclus de l'enquête, les agriculteurs ayant de petites exploitations (mais néanmoins agriculteurs) et les agriculteurs dont les modèles de production ne correspondaient pas au modèle local dominant (numériquement et politiquement).
24 Sylvain MARESCA, Les dirigeants paysans, ouv. cité.
25 Pierre BOURDIEU [dir.], La misère du monde, Paris, Éditions du Seuil, 1993, et notamment, « Comprendre », pp. 903-938.
26 Pierre BOURDIEU, Ce que parler veut dire. L'économie des échanges linguistiques, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1982, 243 p. Le « pouvoir des mots » ne tient pas uniquement à leur nature intrinsèque mais est lié à l'autorité de ceux qui les prononcent, au contexte dans lequel l'énonciation a lieu et aux catégories de perception de ceux à qui le discours est destiné.
27 Henri MENDRAS, « Un schéma d'analyse de la paysannerie française », dans Marcel JOLLIVET [dir.], Les collectivités rurales françaises. Tome 2 : Sociétés paysannes ou lutte de classes au village ?, Paris, Librairie Armand Colin, 1974, 266 p. (p. 29).
28 Voir : Nicole EIZNER, « Communauté ou collectivité ? », dans Marcel JOLLIVET [dir.], Les collectivités rurales françaises. Tome 2 : Sociétés paysannes..., ouv. cité, pp. 129-154.
29 Claire Bidart travaillant, il est vrai, sur les liens particuliers que sont les liens d'amitié, montre combien l'opportunité et le type de sociabilité sont dépendants de la structuration des contextes (et notamment du contexte professionnel) de rencontre. Claire BIDART, L'amitié, un lien social, Paris, Éditions La Découverte, 1997, 402 p.
30 Jean-Claude CHAMBOREDON et Madeleine LEMAIRE, « Proximité spatiale et distance sociale. Les grands ensembles et leur peuplement », dans Revue française de sociologie, volume 11, n° 1, 1970, pp. 3-33.
31 Patrick CHAMPAGNE, « La restructuration de l'espace villageois », dans Actes de la recherche en sciences sociales, n° 3, 1975, p. 52.
32 Luc BOLTANSKI, Les cadres, la formation d'un groupe social, Paris, Éditions de Minuit,1982, p. 245.
33 Comme l'enquêteur-sociologue, l'agent ADASEA doit parvenir à convaincre des agriculteurs à jouer le jeu d'experts, il doit donner de son temps, de son attention, jouer sur différents registres (proximité ou distance avec « l'enquêté »), « manipuler ». Voir : Olivier SCHWARTZ, « Une méthode ethnographique », dans Le monde privé des ouvriers : hommes et femmes du Nord, Paris, Presses universitaires de France, 1990, pp. 35-57.
34 Il faut préciser ici que le jury se réunit en soirée après 20 heures 30, et que la réunion se termine généralement très tard.
35 Comment en effet peuvent-ils évaluer les unités de main-d'œuvre, distinguer entre activité extérieure, principale ou secondaire, évaluer le morcellement des exploitations à partir de critères constants etc. À une question portant sur la « possibilité d'installer un jeune sur l'exploitation », les « experts » peuvent répondre en se référant à la « viabilité » supposée de l'exploitation (les seuils de viabilité varient sans doute très fortement selon les normes de rentabilité des répondants) ou s'appuyer essentiellement sur « l'état d'esprit » des propriétaires : s'agit-il de leur point de vue, d'agriculteurs prêt à accepter cette alternative ? Ils peuvent ne retenir que l'absence de succession familiale...
36 Imparfaitement, certes : il faudrait pour cela davantage d'éléments sur l'attention portée par l'animateur au « débat » qui en dernier ressort décide de noter ou ne pas noter telle ou telle information faisant ou non l'objet d'un consensus.
37 L'observation compléterait utilement cette approche en permettant l'analyse des signes non-verbaux (regards, gestes, postures corporelles...) qui soutiennent toute participation silencieuse à une interaction.
38 Voir : François de SINGLY, « La gestion sociale des silences », art. cité.
39 Charles SUAUD, « Le mythe de la base, les états-généraux du développement agricole et la production d'une parole paysanne », dans Actes de la recherche en sciences sociales, n° 52-53, juin 1984, p. 58.
40 Bernard LACROIX, « Contrebande et contrefaçons », dans Critiques sociales, n° 8-9, juin 1996, p. 7.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Josette Debroux, « Une méthode d'enquête en question : le jury communal », Ruralia [En ligne], 12/13 | 2003, mis en ligne le 01 juillet 2007, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://ruralia.revues.org/331

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page