Navigation – Plan du site
Articles

Scatophobie des villes, scatophilie des champs. Gestion et utilisation des fèces à Lyon à la fin du 19e siècle

Jean-Pierre Aguerre

Résumés

Au milieu du 19e siècle, la campagne suburbaine absorbe les matières fécales que produit Lyon. Cette relation symbiotique permet une agriculture sur un sol pauvre et règle, en partie, un grave problème d'hygiène urbaine. Les vidanges lyonnaises mettent en scène différents acteurs : agriculteurs, propriétaires urbains de fosses d'aisances, entrepreneurs et municipalité qui s'efforcent de tirer profit du commerce des « matières ». La modernisation du système et les solutions imaginées par les pouvoirs publics et par l'UMDP (Union mutuelle des propriétaires lyonnais pour les vidanges), compagnie qui règne sur les vidanges urbaines, amènent une redistribution des profits. Ces transformations lèsent des intérêts solidement établis et suscitent en retour la création d'alliances nouvelles qui éclairent les liens complexes que tissent la ville et sa périphérie rurale.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologique :

XIXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1À la fin du 19e siècle, Lyon et sa périphérie rurale entretiennent d'étroites relations. Chaque jour, dans un vaste mouvement semblable à la marée, la ville aspire son lot d'hommes et de matières premières qu'elle reflue le soir venu. L'organisme urbain, structure complexe et vivante ingère, digère et secrète. Ses fonctions vitales sont insérées dans un véritable cycle biologique qui l'arrime à l'espace rural. Sous-produit de l'activité humaine, la ville doit stocker puis évacuer le flot incessant des matières excrémentielles. L'activité digestive des 400 000 habitants qui peuplent la ville au tournant du siècle, la propulse au rang de puissante productrice de matières premières. En l'espèce les statistiques ne font pas défaut. Dans un opuscule édité en 1874, au lendemain d'une épidémie de fièvre typhoïde à Lyon, le vétérinaire Quivogne évalue cette production alvine à plus de 162 millions de kilogrammes par an qui correspondent à 162 000 mètres cubes, le volume étant un aspect aussi important que le poids 1. Or, comme rien ne se perd mais que tout se transforme, les matières stercoraires constituent un engrais exceptionnel que recherchent avidement les maraîchers de l'Est lyonnais. Le cycle symbiotique qui unit la ville et la campagne est ainsi bouclé : les excréments et les ordures de la ville sont l'or des champs. La première sécrète des déchets vitaux pour la seconde qui les recycle sous forme de productions végétales vendues sur les marchés de la ville. Ainsi par nécessité la ville est scatophobe et la campagne scatophile.

2À partir des années 1870, cette complémentarité fonctionnelle entre l'espace urbain et suburbain est progressivement remise en cause par deux évolutions majeures. En premier lieu, le système traditionnel des vidanges est de plus en plus contesté par la population : une sensibilité nouvelle aux perceptions olfactives rend progressivement intolérable ce qui était auparavant supporté comme une fatalité de la vie urbaine 2. L'odeur entêtante des matières fécales et le capharnaüm des nuits d'allège et de vidange provoque des réactions indignées. En réglementant de manière énergique le service des vidanges, la municipalité réaménage le partage des compétences, des responsabilités et des gains entre propriétaires urbains, agriculteurs et compagnies. En second lieu, la distribution croissante de l'eau à domicile et la généralisation des water-closets diminuent par dilution, la valeur agronomique du contenu des fosses d'aisances. Cette évolution de fond est lourde de conséquences car elle implique à terme l'abandon du système de l'enlèvement au profit du système de l'écoulement, le tout-à-l'égout. Or, une compagnie de vidanges, l'UMDP (Union mutuelle des propriétaires lyonnais pour les vidanges), parvient à maîtriser ces deux contraintes et maintenir globalement la cohérence du système : elle organise à la fois l'évacuation des matières alvines en les canalisant vers la périphérie et la distribution de matières nettement moins fertilisantes. Restée seule en lice au début des années 1880, elle impose, avec l'appui bienveillant de la municipalité, sa loi d'airain aux propriétaires et aux cultivateurs. Son hégémonie et la forte personnalité de son directeur, Pierre-Louis Burelle, suscitent des oppositions de plus en plus vives et la constitution d'un front ruralo-citadin qui laisse entrevoir les différentes lignes de clivage qui partagent l'espace urbain. Face à l'UMDP émanation de la presqu'île, la rive gauche « dauphinoise » et la Croix Rousse réactivent les réseaux qui les unissent à leur immédiate périphérie rurale.

3Des sources assez variées permettent d'approcher ce thème relativement peu étudié. En marge des polémiques où tonnent les ténors de l'hygiénisme, il existe une production locale faite de libelles, de brochures, d'ouvrages et de compte rendus de diffusion plus restreinte. Cette littérature spécialisée a été en partie conservée dans les dossiers de l'administration et dans la volumineuse bibliothèque qu'Alexandre Lacassagne a léguée à la ville de Lyon 3. Elle permet de cerner en partie les spécificités des débats lyonnais. La production administrative des services de la voirie conservée aux archives municipales de Lyon, centralise les relations qu'entretiennent entre eux les acteurs de l'économie des vidanges. Il faut y ajouter la publication annuelle des documents relatifs à la préparation du budget municipal. Les archives départementales livrent quant à elles d'utiles informations : les statistiques agricoles décennales, spécialement celles de 1892, conservées pour les départements de l'Isère et du Rhône, renseignent sur l'utilisation agricole des eaux de vidange ; les actes de société de la série 6 U apportent un éclairage sur la création des entreprises du secteur. Par ailleurs, le dépouillement de la presse quotidienne et de la presse spécialisée permet de retrouver l'écho, au jour le jour, des inquiétudes et des colères de la population. Enfin, le recours aux témoignages oraux est encore possible parmi les agriculteurs et les maraîchers de la périphérie suburbaine.

Les odeurs de Lyon

Écouler ou enlever ?

4À Lyon, la réflexion sur l'utilisation des égouts et la réorganisation du système des vidanges prend progressivement corps au début des années 1870. L'ébauche du tout-à-l'égout mise en œuvre par l'ingénieur Bonnet en 1855, lors du percement de la rue impériale, est abandonnée. Le 19 septembre 1871, Hénon, le maire de Lyon, prend un arrêté qui restreint l'usage des égouts. L'article premier stipule que « sont révoquées toutes les autorisations accordées aux particuliers et ayant pour objet d'écouler dans les égouts, les matières fécales liquides ou autres ». Cette interdiction, exécutoire dès le 1er décembre de la même année, soulève des protestations véhémentes de la part des centaines de propriétaires de la rue impériale 4. Ils sont sommés de doter leurs immeubles de véritables fosses d'aisances et de boucher toutes les communications qui pourraient permettre l'écoulement des matières dans les égouts. Le sort réservé à cet embryon de tout-à-l'égout est très représentatif d'un débat qui dépasse les limites de la presqu'île et que l'ingénieur Leger présente de la manière suivante dans un opuscule publié à Paris en 1875 : « à côté d'une école qui préconise l'enlèvement des matières et déjections alvines, il s'en trouve une autre qui prêche l'écoulement totale aux égouts » 5. Ces deux systèmes servent de point d'ancrage aux polémiques virulentes qui se développent pendant plus d'un quart de siècle jusqu'à l'adoption de la loi de 1894 imposant le tout-à-l'égout à Paris 6. Il existe toutefois en marge de cet affrontement d'autres méthodes. La première est une sorte de compromis qui prêche l'installation de tinettes mobiles retenant le solide et laissant filer le liquide aux égouts ; la seconde est le système de l'aspiration pneumatique imaginé par le Néerlandais Lienur au début des années 1870 et dont s'inspire une décennie plus tard le Lyonnais Jean-Baptiste Berlier. Pierre-Louis Burelle en fait une présentation succincte dans un opuscule paru en 1887 : « Lienur a créé un réseau de canalisation en fonte dans lequel il reçoit les vidanges produites dans la journée et qu'il vide chaque matin » 7. À Lyon, édiles et hygiénistes qui s'activent au conseil municipal, à l'instar du vétérinaire Quivogne, où à la commission d'hygiène, comme le pharmacien Ferrand, martèlent sans relâche leur préférence pour le système de l'enlèvement.

5Le débat entre partisans du tout-à-l'égout et partisans de l'enlèvement est d'autant plus âpre que les deux systèmes s'appuient sur des logiques qui s'excluent de manière radicale. L'écoulement apparaît comme une solution essentiellement urbano-centriste. Elle n'envisage aucun lien organique avec la périphérie. La fosse d'aisance, qui résulte de la nécessité de stocker les matières en vue d'une utilisation agricole ultérieure, n'est perçue que comme un « empoisonnement à domicile ». Cette solution est contestée parce que le monde urbain n'a nulle vocation à être un producteur d'engrais au service de la périphérie rurale. Ainsi la modernité de la presqu'île, où de nombreux immeubles sont dotés de la distribution d'eau à domicile, est tout simplement niée au seul profit du monde rural. Dans la vie de tous les jours, la diffusion des water-closets et le lavage des lieux d'aisance par l'irruption salvatrice de l'eau sont remises en cause. En effet, sans écoulements dans les égouts, le lavage des lieux d'aisance, illustration la plus accomplie de l'hygiène dans la sphère privée, n'est guère possible. Cela pour deux raisons essentielles : d'une part, les fosses d'aisances ­ même de grande contenance ­ sont très rapidement remplies par l'utilisation systématique de l'eau et d'autre part, les matières trop diluées n'ont plus qu'une faible valeur fertilisante. Plus nombreuses, les vidanges sont aussi plus onéreuses. Supprimer l'écoulement revient à pérenniser le système traditionnel des plombs.

6Les propriétaires des quelques 300 immeubles de la presqu'île qui bénéficient à la fois des travaux exécutés par la Compagnie de la rue impériale et de l'eau à domicile amenée par la Compagnie des eaux, demandent le maintien de la situation existante. Ils l'obtiennent jusqu'en 1882. À partir de cette date il ne subsiste plus que 107 fosses rue de la République et rue et place de la Bourse 8. Mais, le statu quo qu'ils parviennent à arracher aux autorités municipales et la modernité dont ils se prévalent ne règlent aucun problème. Les odeurs pestilentielles qui envahissent la rue de la République dès que surviennent les beaux jours en sont une preuve irréfutable. Les partisans de l'écoulement en conviennent mais l'un d'entre eux fait valoir que cette gêne, pour réelle qu'elle soit, ne survient qu'avec les grandes chaleurs « pendant quinze ou vingt jours, au plus, sur trois cent soixante cinq » 9. Il n'empêche que les excréments, que les riverains des rues du centre ville entassent à profusion sous leurs pieds, posent de redoutables problèmes qui dépassent les crises ponctuelles. De fait, sous la chaussée les infrastructures ne suivent pas. Les services de la voirie notent que l'eau ne coule pas en quantité suffisante pour enlever toutes les matières fécales que déversent les immeubles riverains. En 1873, l'ingénieur Gobin, directeur de la voirie municipale, décrit les égouts de la presqu'île comme un espace de non droit et de délinquance. Rendant compte au préfet du Rhône de ses pérégrinations dans les entrailles de la ville il écrit : « Je fais rechercher avec soin les communications assez nombreuses qui ont été clandestinement établies entre les fosses d'aisances et les canaux au moyen de conduites en poterie. Ces communications donnent beaucoup de mauvaises odeurs dans les égouts et leur suppression constituera certainement une très notable amélioration. [...] Ainsi, il existait sous le quartier compris entre le quai et la place de la Charité, la rue de la Barre et la rue des Marronniers, un véritable labyrinthe de canaux privés qui n'avaient jamais été curés et qui étaient tellement encombrés de matières fécales que l'accès en était tout à fait impossible » 10. En 1880, la situation a encore empiré. Dans une communication présentée à la Société nationale de médecine, le docteur Joseph Teissier témoigne de ses visites dans les égouts de la presqu'île : « [...] nous avons acquis la triste conviction que la mauvaise réputation de nos conduits souterrains était encore au-dessous de la réalité. Nous avons vu dans maints endroits des conduites circulaires déversant directement les matières de vidange, et cela dans certains égouts absolument secs, comme celui de la rue Grenette. Nous avons constaté, de plus, le mauvais état des diviseurs fixes de la rue de la République : bon nombre de barreaux ont été sciés pour éviter le curage » 11. Ainsi, la presqu'île est condamnée à vivre enveloppée dans les effluves nauséabonds 12. L'observation attentive de la presse quotidienne montre à l'évidence que la nuisance ne peut être sous-estimée 13.

7À l'opposé, l'enlèvement relève d'une conception plus traditionnelle puisqu'elle maintient un lien fonctionnel entre les deux espaces, la ville restituant aux champs ce qu'elle reçoit sous forme d'aliments. Cette complémentarité, entérinée par la pratique, relève du bon sens. Elle s'avère moins onéreuse que l'hypothétique constitution d'un réseau étendu à toute la ville et capable d'absorber les eaux de pluie, les eaux ménagères et les matières stercoraires. D'ailleurs la déperdition dont souffrirait l'agriculture est montrée du doigt. La gestion rationnelle du patrimoine s'étend jusqu'au fond des fosses d'aisance 14. Rien ne semble rebuter cette passion des comptes bien tenus. Quivogne, encore lui, estime le produit des fosses lyonnaises à plus de cinq millions de francs. Serait-il raisonnable de les jeter à l'eau ? Au-delà de ces aspects matériels, les tenants de l'enlèvement redoutent que l'expulsion des matières excrémentielles dans les égouts ne multiplie les dangers de la contagion : elle « aurait pour résultat non seulement d'entretenir et de promener sans relâche des causes incessantes de maladie et de mort à travers [les] rues mais encore de charger [les] deux grands et beaux fleuves de poursuivre cette lugubre tâche sur toutes les populations situées en aval de Lyon » 15. L'argument a la vie dure. Le 10 mars 1884 dans une conférence à l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Lyon, le docteur Xavier Delore s'effare du tout-à-l'égout et dresse la comptabilité des microbes. Vertige des chiffres : « les 167 grammes de substances solides que l'homme rend chaque jour en moyenne, contiennent 12 milliards de microbes ; de telle sorte que journellement il serait émis dans la ville de Lyon 5 400 000 milliards de microbes. Quelle effroyable pullulation ! » 16

8Les plaidoyers pour l'enlèvement associent salubrité publique et défense de l'agriculture suburbaine. Les arguments employés sont-ils vraiment recevables, ne s'agit-il pas de simples effets de rhétorique ? Sur le premier point, l'optimisme des partisans de l'enlèvement se heurte à l'état des fosses. Les contemporains ne sont pas dupes. Les mieux au fait de la question s'en émeuvent. On sent une certaine réticence chez les ingénieurs. En 1882, dans le rapport du service des vidanges la condamnation du tout-à-l'égout se double d'une critique voilée contre le système des fosses : « il est certain que le maintien des fosses expose à des dangers permanents dans les grandes agglomérations » 17. Ces dangers permanents sont pour l'essentiel les risques de contamination de la nappe phréatique par les infiltrations et les puits perdus. Au début des années 1890, alors que la rénovation des fosses est déjà bien avancée, le docteur Victor Despeignes, un observateur attentif de la qualité de l'eau à Lyon, ne se prive pas d'en faire le constat : « Si l'on entre aux Brotteaux dans une maison quelconque possédant un puits, et c'est là un fait très commun, et que l'on étudie la disposition des bâtiments situés dans la cour, on verra dans la plupart des cas que le puits est à 1 mètre ou 2 à peine des latrines de la maison ; [...] souvent même le puits et la fosse ont une maçonnerie commune et ne sont séparés que par le mur très étroit, dont la moindre fissure permettra la communication des deux réservoirs, et par suite la contamination » 18.

9Quant au second argument, centré sur la liaison organique entre la ville et la campagne périurbaine, il mérite lui aussi d'être observé de plus près. L'enlèvement des vidanges est une réalité supportée au quotidien. À la tombée de la nuit, les rues de la ville sont envahies par les tonneaux des agriculteurs et maraîchers. Au printemps et à l'automne ce mouvement prend des allures de cataclysme. Les odeurs de tant de fosses débouchées en même temps provoquent le haut-le-cœur. Le battage de tout ce monde de vidangeurs ajoute au désarroi : « leur personnel bruyant envahissait les cours des maisons, troublait le repos des habitants et les malheureux obligés de rester chez eux étaient empoisonnés sur place » 19. En sens inverse, les théories de tonneaux qui emmènent leur chargements vers les champs encombrent voies suburbaines et chemins vicinaux. On découvre cette intense activité de roulage au gré des faits divers égrenés par les quotidiens. Le Salut public du 8 janvier 1882 signale qu'un certain Guicher, domestique chez M. Guérin, entrepreneur de vidanges, est victime d'un accident mortel route de Vienne alors qu'il conduisait un tonneau faisant partie d'un convoi. L'occupation intense de la voie publique provoque également des tensions évoquées dans le Journal de Villeurbanne. Les tramways électriques qui desservent la Croix-Luizet, aux limites de Villeurbanne, circulent difficilement parmi les tonneaux qui acceptent mal la présence de ces nouveaux véhicules. Le témoignage d'un lecteur est révélateur : « On n'ignore point que les voituriers vidangeurs qui pullulent sur la route de Vaulx-en-Velin, ont de tout temps eu la prétention d'accaparer la route pour eux seuls » 20. Dans son courrier, le lecteur indigné dénonce cette entrave à la libre circulation : « Ces messieurs se prétendent les maîtres de la voie publique ; particuliers et tramways doivent plier devant leur omnipotence : assis sur leurs voitures, enveloppés jusqu'au cou de la limousine traditionnelle, ils tiennent le haut pavé de la route et ne se dérangent pour personne » 21.

10Dans leur intensité, les flux entre la ville et sa périphérie sont prouvés mais que représentent-ils au juste ? En d'autres termes, les communes du canton de Villeurbanne, puisqu'il s'agit essentiellement d'elles, ont-elles la capacité d'absorber toutes les vidanges de la ville ? La réponse est loin d'être acquise. Les quelques données chiffrées disponibles font état de l'utilisation d'environ 60 000 mètres cubes. Ils correspondent à la fertilisation de 4 000 à 5 000 hectares au plus. Ces chiffres prouvent qu'il existe une limite structurelle à la diffusion de l'engrais de ville. Au-delà d'une d'un rayon de douze kilomètres, son utilisation diminue au fur et à mesure qu'augmente la distance. Il faut en effet une vingtaine de voyages pour fumer correctement un hectare de céréales, soit 600 kilomètres, en comptant les allers-retours, pour un trajet situé à quinze kilomètres de la ville. Or, si l'on reprend les chiffres de Quivogne, le volume des matières alvines utilisées à des fins agricoles ne représente qu'un peu plus du tiers de la production totale, et bien moins les décennies suivantes. Qu'advient-il alors du reste ? Ce reste qui représente plus de 60 % des vidanges potentielles de Lyon est en partie coulé dans les fleuves lorsque les agriculteurs refusent la matière ou n'en ont pas l'emploi. Toutefois, la part la plus importante s'écoule dans les profondeurs du sous-sol. Un seul chiffre suffit à éclairer l'ampleur du phénomène : en 1881, le rapport du service des vidanges précise que sur 14 700 fosses d'aisances, 5 400 n'ont jamais été curées et d'ajouter : « sur ce dernier nombre il y en a 292 qui sont en communication avec les égouts et le reste fonctionne comme puits perdus » 22. Cette réalité sans fard montre à la fois les limites du discours et l'hypocrisie des tenants de l'enlèvement.

11Les avantages supposés et les effets redoutés des deux systèmes n'intéressent que médiocrement la grande majorité des citadins. Ils constatent que la ville pue et souhaitent que cela cesse. L'unanimité se réalise pour une fois sur ce point précis. Les habitants de la presqu'île veulent davantage d'eau dans les égouts puisque l'arrêté du 19 septembre 1871 est la conséquence directe des odeurs pestilentielles qui envahissent la rue de la République, la plus prestigieuse artère de la ville. De son côté, le camp de l'enlèvement se sait confronté à un défi majeur, puisque les vidanges sont par excellence une source de pollution olfactive. La totalité des mémoires relatifs à la question, qu'ils émanent des autorités publiques ou de personnalités indépendantes, relayées par la presse quotidienne, formulent la même exigence : supprimer les odeurs. Dans le Salut public des années 1880, les articles relatifs à la question ont un titre que l'usage élève au rang de véritable rubrique, « les odeurs de Lyon ». Les opérations de vidange s'accompagnent en effet de très graves nuisances pour le voisinage. La puanteur qu'elles génèrent atteint des niveaux inouïs. Pourtant, la description technique de cet authentique supplice olfactif est presque anodine. Une brochure lyonnaise de 1874, ventant les mérites d'un système de vidange inodore en énumère les étapes : « La vidange d'une fosse comprend l'extraction de ce qu'elle contient : matière claire et matière épaisse appelée bourbasse ; le remplissage des récipients transporteurs et enfin la circulation, dans la ville et jusqu'à destination, des récipients remplis » 23. Or, chacune de ces étapes provoque les plus acerbes récriminations. L'extraction proprement dite, telle qu'elle est présentée dans le rapport de la commission chargée de réformer le service des vidanges, laisse songeur : « Les matières fécales des fosses d'aisance sont extraites au moyen de pompes à bras et conduites dans des tonneaux en bois. [...] Lorsque les matières sont épaisses on les puise directement dans la fosse au moyen de seaux qu'on vide ensuite dans un entonnoir adapté au tonneau. Les gaz méphitiques qui se dégagent, soit du tonneau pendant le remplissage, soit de la fosse pendant l'enlèvement des matières épaisses (opération dite baquetage) se répandent librement dans l'atmosphère qu'ils infectent et pénètrent dans les appartements jusqu'à une distance considérable de l'opération » 24. Ces méthodes que l'ingénieur Gobin qualifie de barbares jettent le discrédit sur un processus indispensable à la survie de la ville.

Le triumvirat des vidanges

12Jusqu'à sa réorganisation complète dans la seconde moitié des années 1870, le monde des vidanges est entre les mains d'une sorte de triumvirat formé par les agriculteurs, les propriétaires de fosses d'aisances et les compagnies. Face aux pouvoirs publics qui disent les règles du jeu, les trois acteurs du système entretiennent des relations complexes et instables qui les placent successivement en position de force, le marché étant tantôt acheteur tantôt vendeur. C'est précisément pour éviter ces fluctuations que chaque groupe tente de capter à son profit l'essentiel des gains potentiels générés par les vidanges. Les agriculteurs de la périphérie offrent une remarquable illustration des stratégies mises en œuvre pour s'adapter aux conditions changeantes du marché et de sa réglementation.

13Jusqu'au milieu du 19e siècle, la ville est grande ouverte aux agriculteurs. Les vidanges sont activement recherchées. Si l'on en croit Émile Burelle, « il arrivait que les agriculteurs revenaient de la ville, après l'avoir parcourue dans tous les sens, pendant toute la nuit, des Terreaux à Perrache, de Saint-Georges à l'Homme de la Roche, sans avoir rempli leurs petits tonneaux » 25. Ils sont ainsi vraisemblablement un millier voire davantage à vidanger les fosses urbaines et payer la matière emportée. Les véritables fosses, celles qui ne fonctionnent pas comme des puits perdus, encore exemptes d'eau, sont une source de revenus. Le rapport de force est à l'avantage de la ville puisque la matière est un engrais difficile à remplacer. Chaque propriétaire passe un traité de gré à gré avec quelques agriculteurs sur lesquels il sait pouvoir compter. Cette période marque l'âge d'or du cultivateur vidangeur. Peu de contraintes restreignent sa présence en ville, la nuit urbaine lui appartient : il est le grand maître de la matière. Malgré le tintamarre et l'infection nocturnes qui accompagnent ses faits et gestes, il est celui qui permet à la vie de suivre son cours. Non seulement il sauve la ville de l'asphyxie mais il réalise en outre la délicate transsubstantiation des matières stercoraires. Par sa médiation, les fèces synonymes de pollution se muent en auxiliaires de vie. Thaumaturge malgré lui, l'agriculteur ne subit aucun dommage de son commerce incessant avec les matières. Les miasmes et les effets délétères des gaz méphitiques, si dangereux pour le tout venant des villes, le laissent indemne de toute contagion. Cette humanité rustique qui vient si providentiellement au chevet de la ville est insérée dans l'ordre des choses. L'agriculteur qui charrie à bout de bras l'excrément d'autrui, n'éveille pas la moindre curiosité scientifique parmi les hygiénistes lyonnais, d'ordinaire si soucieux de l'état sanitaire de la ville. Qui plus est, en quittant les limites administratives de l'espace urbain, les déjections cessent d'être dangereuses. Ainsi le docteur Delore, après avoir constaté l'innocuité des fermentations stercoraires en milieu rural, s'enthousiasme de la complémentarité quasiment organique entre le stercus et le peuple des champs : « Loin de se plaindre du voisinage de la matière, les paysans voudraient les précieux réservoirs d'engrais sur la place de leurs villages ! ». Admirables Dauphinois.

14Sur le plan symbolique, l'agriculteur-vidangeur de la périphérie joue un rôle de premier plan. Véritable bouc émissaire, il endosse les nuisances de la défécation urbaine. C'est lui qui déchaîne la pestilence. En ouvrant la fosse, en s'appropriant la matière, il devient l'unique coupable du désordre olfactif. Ainsi en quelques instants, le contenu de la fosse cesse d'appartenir aux occupants de l'immeuble. Grâce aux vidangeurs, la puanteur n'est plus recluse sous l'immeuble mais dans le tonneau. La vidange permet en quelque sorte un transfert de type cathartique sur l'agriculteur et son attelage, d'où la condamnation sans appel « de ces batteries de tonneaux sordides et répugnants qui colportent partout l'infection exhalée de leurs flancs mal joints et saturés de matières décomposées » 26. La matière en perdant son caractère privé peut devenir un objet de scandale public.

15À partir de 1853, la situation change de manière radicale. L'arrêté pris cette même année impose des règles plus strictes aux agriculteurs et maraîchers de la périphérie. Leurs allées et venues en ville sont désormais encadrées par des compagnies. Cette mesure a pour but de discipliner la pratique des vidanges en procurant aux autorités des interlocuteurs clairement identifiés. L'enlèvement des matières est en effet devenu plus compliqué par la diffusion de l'eau à domicile. Elle crée une distinction entre bonnes et mauvaises fosses, ces dernières étant vidangées au prix fort. Or loin de subir cette nouvelle réglementation, la périphérie la retourne à son avantage. L'arrêté de 1853 prévoit, dans une clause assez restrictive, l'obligation pour toute entreprise agréée de fournir un minimum de 500 attelages. Cette disposition suppose un puissant enracinement rural et l'existence de véritables relais dans le vivier des communes suburbaines. La mobilisation de la périphérie rurale se manifeste dès l'automne 1855, par la constitution de la Compagnie lyonnaise des agriculteurs pour les vidanges. Le monde rural gère la nouvelle donne en se recommandant d'un patronage où figurent des notables : on compte parmi les membres fondateurs Jean-Claude Bonnet, maire de Vaulx-en-Velin et Jean-Louis François Richard-Vitton, conseiller d'arrondissement. Définitivement constituée le 17 novembre 1855, la Compagnie lyonnaise des agriculteurs a pour objet la vidange des fosses d'aisances de toute l'agglomération lyonnaise 27. Son principe de fonctionnement est d'une extrême simplicité puisque « chaque sociétaire fait apport à la société de l'usage et de l'emploi de son matériel en harnais, chevaux et voitures ». La compagnie qui démarre ses activités sans capitaux ou presque, compte 508 adhérents domiciliés dans une quinzaine de communes de la périphérie. Ils peuvent mobiliser 537 voitures et 856 chevaux. Les ressources de la société proviennent des services de vidange facturés aux propriétaires urbains et des cotisations que paient les adhérents pour l'enlèvement de chaque mètre cube de matière. En avril 1856, le procès-verbal d'une assemblée générale révèle que le total des voix s'élève à 890 28. Elles correspondent au nombre de voitures, chaque adhérent ayant autant de voix que de véhicules. Le flux des inscriptions s'est donc poursuivi depuis la création de la société. La nouvelle compagnie rencontre néanmoins de « sérieuses difficultés » car la Société des propriétaires urbains pour les vidanges, menée par Pierre-Sébastien Caillat, s'efforce d'obtenir des conditions préférentielles. Le 9 avril 1856, lors d'une assemblée générale tenue à Villeurbanne les agriculteurs entérinent un pacte avec les propriétaires urbains. Cette disposition subsiste jusqu'en avril 1859.

16En avril 1859, Jean Marduel, un entrepreneur de vidanges de la Pape (Rillieux, Ain), prend le contrôle de la Compagnie lyonnaise des agriculteurs et crée sur le même principe une nouvelle société. Cette prise de pouvoir a dû susciter des tensions et des luttes d'influence puisqu'une vingtaine d'agriculteurs dont l'inscription est initialement acceptée sont expulsés de la société. Deux ans plus tard, la Société des agriculteurs lyonnais rebaptisée Compagnie générale des vidanges de la ville de Lyon est forte de 800 sociétaires. La société Marduel témoigne d'un moment privilégié où la périphérie, loin d'être dominée par le centre lui impose un rapport de force victorieux. Dans ses rapports au conseil d'hygiène, Etienne Ferrand constate d'ailleurs que les agriculteurs ont « la haute main sur le service » 29. De son côté, la Commission des intérêts publics dénonce dans son rapport « cette espèce de monopole » 30. Les statuts de la société renseignent sur l'organisation du pouvoir et la cohérence territoriale de ce véritable syndicat des vidanges : « chacune des communes de Rillieux, Caluire, Villeurbanne, Vaulx, Bron et Vénissieux aura la nomination d'un membre ; les communes de Saint-Priest, Corbas et Feyzin en nommeront un seul entre elles. Celles de Décines, Genas et Chassieu un autre. Enfin toutes les communes de la rive droite de la Saône nommeront un neuvième membre » 31. À quelques exceptions près, les cultivateurs fournissent un seul attelage. Les tonneaux de vidange, tous en bois, ont des contenances variables qui s'échelonnent de huit à 18 hectolitres, la moyenne étant un peu supérieure à 12,5 hectolitres. Au milieu des années 1870, la compagnie qui traite environ 70 000 mètres cubes par an, possède en propre une douzaine de voitures et a pu réduire à 1,50 franc la cotisation par mètre cube d'engrais.

17Face à l'organisation suscitée par les agriculteurs de la périphérie, une seule société parvient durablement à s'imposer. Il s'agit de la compagnie Fondère, autorisée en décembre 1861. La perte du registre des actes de sociétés de 1861 ne permet pas de s'en faire une idée précise. Vraisemblablement créée pour une durée de dix ans, la société est dissoute puis reconstituée le 26 juin 1871 32. Elle a pour objet « l'exploitation des vidanges de la ville de Lyon, leur extraction des fosses d'aisances et leur vente à l'agriculture ». Sa durée est fixée à six ans. La société est détenue par trois associés : Jean Fondère qui se déclare négociant à Sète (Hérault), Jean-Baptiste Nau et Victor Fondère demeurant à Lyon. Le premier des trois est de loin le premier actionnaire. Il apporte, outre les droits d'exploitation, 25 000 francs de caution et 15 000 francs pour fond de roulement. Il contribue encore pour un tiers de la valeur du matériel d'extraction évalué à 18 000 francs. Jean-Baptiste Nau est « chargé plus spécialement de la direction générale » : c'est lui le principal animateur de l'entreprise, celui à qui échoit la délicate tâche de mobiliser au moins 500 attelages à Lyon et dans les communes suburbaines. Victor Fondère est quant à lui affecté au contrôle des écritures. Les deux derniers associés participent chacun à hauteur du tiers de la valeur du matériel d'extraction. À nouveau dissoute en juillet 1874, la société est reconstituée pour trois ans en novembre de la même année. Les conditions sont comparables à la reconstitution de 1871 mais le matériel d'exploitation ne vaut plus que 10 000 francs 33.

18Les propriétaires, longtemps en position de force, sont la troisième composante du triumvirat. Jusqu'au milieu du 19e siècle, ils conservent une assez grande latitude d'action et administrent les vidanges sur la base de contrats de gré à gré. Pour toutes les fosses encore exemptes d'eau, la vidange se révèle même une opération profitable. Émile Burelle évoque le souvenir de cette période faste, lors d'une conférence prononcée devant le comice agricole de Villeurbanne le 6 novembre 1887 : « Les anciens propriétaires de Lyon se rappellent ce temps avec plaisir car les agriculteurs payaient alors le droit d'enlever les vidanges à un prix assez élevé pour couvrir les appointements des concierges » 34. À partir de 1853, le recours obligatoire à des compagnies et l'instauration d'un droit de stationnement pour les tonneaux de vidange assèche les profits. Les fosses deviennent une charge dont les propriétaires tentent de s'exonérer. Tout laisse à penser que la destruction des radiers et la pratique des puits perdus ont été des effets pervers de ces nouvelles dispositions. Elles imposent aux propriétaires la mutualisation de la gestion de leurs fosses. Ils ne sont pas les derniers à comprendre l'utilité des coalitions. À l'automne 1854, deux entreprises voient le jour : la Société lyonnaise et mutuelle pour les vidanges et l'Association mutuelle pour les vidanges. En mai 1855, elles fusionnent sous le nom de Société des propriétaires pour les vidanges 35. La société en nom collectif et en commandite dispose d'un capital de 400 000 francs. Pierre-Sébastien Caillat, un entrepreneur en vidanges, en prend la direction. Il livre une rude concurrence à la Société des agriculteurs et, en 1856, lui impose un pacte : les agriculteurs apportent leurs attelages et les propriétaires leurs fosses. Les propriétaires parviennent à négocier un abonnement avantageux qui diminue très sensiblement les frais de vidange. À partir de 1859, confrontée à des difficultés financières et à la concurrence d'autres entreprises, la société des propriétaires ne parvient plus à maintenir son emprise. Néanmoins, jusqu'au milieu des années 1870, la démarche des propriétaires reste identique : trouver un compromis avantageux avec les agriculteurs.

19Le service des vidanges, tel qu'il a été aménagé à la fin des années 1850 reste empreint d'une grande instabilité. Les contraintes imposées aux compagnies et aux agriculteurs permettent le fonctionnement du système mais il n'est pas exempt de blocages. Ainsi à l'automne 1870, dans des circonstances exceptionnelles liées à l'effondrement du régime impérial et à la guerre franco-prussienne, les agriculteurs délaissent le service des vidanges. La ville ploie sous ses excréments et les fosses menacent de déborder. Devant l'incapacité des compagnies à mobiliser leurs réseaux ruraux, le préfet du Rhône, commissaire extraordinaire de la République, est contraint de recourir à la réquisition : « Article 1er. Les agriculteurs immatriculés au service des vidanges sont requis de reprendre immédiatement leur travail. Article 2. MM. les maires de Caluire, Vaulx-en-Velin, Villeurbanne, Bron, Vénissieux, Écully, Tassin, Craponne et 3e arrondissement de Lyon pour les quartiers de Montchat, Monplaisir et Moulin-à-Vent sont tenus d'envoyer tous les jours à Lyon, par voie de réquisition et à tour de rôle, le quart des voitures qui se trouvent dans leur commune et de les mettre à la disposition de l'inspecteur chargé du service des vidanges » 36. Le fonctionnement du système, est également sensible à la conjoncture économique et aux aléas météorologiques. La ville de l'âge industriel n'est pas encore affranchie des contraintes qui pèsent sur le monde rural. Une nouvelle crise en 1876 montre bien ces incidences et leurs répercussions à Lyon. La Commission des intérêts publics s'inquiète du stock de matières fécales qui s'accumule dans les fosses de la ville et « qui n'est pas évalué à moins de 60 000 mètres cubes ». Outre la dilution des matières sous l'effet d'une consommation sans cesse croissante d'eau à domicile, la commission signale deux autres causes : « 1° Les mauvaises récoltes qui se sont succédées en 1874 et 1875 ; elles ont appauvri le cultivateur et ralenti l'emploi assez dispendieux, des matières fécales ; 2°  Les pluies persistantes d'automne qui ont empêché les semailles de s'effectuer et retardé l'emploi de l'engrais ; puis les neiges et glaces qui ont suspendu les travaux de la campagne et entravé la circulation des voitures » 37.

La métamorphose d'un vieux système

20En moins de quatre ans, de février 1876 à août 1879, un ensemble d'arrêtés municipaux et préfectoraux changent en profondeur l'organisation des vidanges. Cette nouvelle approche ne se résume pas aux seuls procédés d'extraction des matières mais englobe tout le cycle excrémentiel. En optant sans réserve pour la voie de l'enlèvement, donc pour le stockage temporaire des matières à domicile, la municipalité prend à bras le corps la question des fosses d'aisances. Elles sont inlassablement répertoriées, classées et inspectées. À quelques exceptions près, le réseau des égouts est déconnecté des fosses. Les branchements clandestins sont activement recherchés et les propriétaires délinquants déférés devant les tribunaux. Pourtant ce nouveau cours, prêché sans relâche par les hygiénistes lyonnais comme une alternative au tout-à-l'égout, induit de redoutables difficultés. En premier lieu, il n'apporte pas de solution au problème des matières trop légères qu'il faut se résoudre à « couler » ; en second lieu, il provoque une crue considérable du volume des vidanges que la périphérie est incapable d'absorber. Le système retenu commande donc l'entrée dans une véritable logique industrielle, celle des usines-dépotoirs, très polluantes, dont ne veulent ni les riverains ni les communes avoisinantes.

21En quelques années, la polémique olfactive abandonne les fosses d'aisance et migre vers les égouts et les banlieues. Les vidanges cessent de hanter la population. Même le Salut public, si prompt à fustiger l'incurie de la municipalité, en convient dans un article d'avril 1882 : « Depuis quelques années notre système de vidanges a été amélioré. On peut aujourd'hui procéder à cette opération désagréable en plein jour sans que nos nerfs olfactifs soient trop désagréablement impressionnés » 38. L'avancée est significative. Comparée à Paris et à nombre d'autres villes de province, la situation de Lyon semble privilégiée 39. C'est dans ce contexte rénové que s'affirme progressivement l'UMDP. Après des débuts difficiles, elle s'impose comme un acteur majeur de la salubrité publique lyonnaise.

Nouveaux systèmes, nouvelles règles

22La réorganisation des vidanges entreprise de 1876 à 1879 est le résultat d'une rencontre entre de nouvelles entreprises disposées à utiliser des procédés modernes d'extraction et la volonté municipale de régler cette délicate question d'hygiène publique. Depuis 1871, la mairie est en effet sollicitée par des inventeurs ou des entreprises qui proposent des formules de vidanges inodores. Entre 1872 et 1874, les constructeurs Bozon et Vachon, fondateurs de la Société Lyonnaise des vidanges inodores se proposent d'utiliser un double système de pompe à bras qui permet d'extraire successivement et sans odeurs les matières liquides des fosses et les matières semi-fluides, les bourbasses. Ce système compliqué requiert un matériel coûteux. Il ne parvient pas à franchir l'étape de la mise en œuvre effective 40. En 1874, Édouard Philippe, directeur de la Compagnie anglo-française de fertilisation bientôt remplacée par la Compagnie générale d'assainissement et de fertilisation, soumet à la municipalité et aux autorités préfectorales un système de vidanges au moyen « de tonneaux en tôle dans lesquels on ferait un vide préalable » 41. Le procédé a l'avantage d'être utilisé à Nîmes. Le 8 juin 1874, une commission dépêchée sur place et conduite par l'ingénieur en chef Gobin constate son efficacité. L'ingénieur Leger, dont la plume est au service d'Édouard Philippe, livre une description détaillée de l'expérience nîmoise : « Le 8 juin 1874, à 11 heures du matin, par une chaleur accablante (35°), sur la place principale de Nîmes, on a vidé une fosse, avec 47 mètres de tuyaux d'aspiration, traversant la grande salle du café le plus fréquenté de la ville, entre les jambes de nombreux consommateurs, qui n'ont éprouvé aucun désagrément ! C'est là une épreuve fort concluante qui laisse peu de choses à objecter... » 42. Le rapport de la commission, rédigé dès le 12 juin 1874, est tout aussi favorable. Édouard Philippe en exploite la teneur, dans un mémorandum adressé au préfet du Rhône le 25 octobre 1874, en vue d'obtenir le droit d'exploiter son système à Lyon : « En résumé, la commission reconnaît que les essais sous nos yeux, à Nîmes, des systèmes de MM. Éd. Philippe et Cie, ont parfaitement réussi ; que la vidange des fosses a été faite sans répandre aucun liquide ni dégager aucune mauvaise odeur ; que le système peut être appliqué à toute heure du jour et en toutes saisons sans compromettre la salubrité, qu'avec un matériel suffisant on peut espérer opérer avec une très grande rapidité puisque les tonnes (de 2 500 litres) se remplissent en moins de deux minutes. Signé : Gobin, Glémard, Ferrand » 43.

23L'efficacité des nouvelles méthodes d'extraction et leur adoption pose d'emblée la question de la réorganisation complète du service des vidanges. C'est à la construction de ce nouveau cadre que s'attelle la commission des intérêts publics, instituée par arrêté préfectoral du 25 février 1876. La commission composée de dix membres représente à la fois les autorités préfectorales et municipales, les ingénieurs du service de la voirie et des membres influents du conseil d'hygiène au nombre desquels figure son vice-président 44. En six séances échelonnées de mars à avril 1876, la commission fait la synthèse des travaux antérieurs et reçoit les entrepreneurs et représentants des sociétés intéressées par le marché des vidanges. Il apparaît très vite qu'il n'est pas possible de laisser coexister les méthodes d'extraction traditionnelles et modernes sans induire de fortes distorsions de concurrence. L'adoption de solutions vraiment inodores impose l'interdiction pure et simple des pratiques antérieures. Il ne s'agit pas d'un simple réaménagement mais d'une nouvelle distribution des cartes, sans laquelle aucune nouvelle société n'est en mesure de distendre la coalition des intérêts qui unissent les membres du triumvirat : « l'administration a maintenant à sa disposition des entrepreneurs qui veulent faire le service des vidanges ; si elle interdit résolument les systèmes imparfaits, les propriétaires seront bien obligés de recourir aux entrepreneurs agréés s'ils ne veulent pas exploiter eux-mêmes des procédés aussi perfectionnés ou s'exposer à voir leurs fosses vidangées d'office, à leurs frais » 45. Les recommandations de la commission sont acceptées le 19 septembre 1876 par une délibération du conseil municipal.

24Trois arrêtés fondamentaux régissent le nouveau régime administratif des vidanges 46. Ils déterminent un cadre juridique à la fois cohérent et contraignant pour les entreprises et les propriétaires. Ils donnent aux autorités les moyens d'exercer une surveillance constante sur toute la chaîne excrémentielle, de la fosse au transport des matières. Le premier en date, l'arrêté préfectoral du 10 octobre 1876 reprend toutes les recommandations de la commission. Il fixe les conditions auxquelles sont soumises les entreprises de vidanges : obligation de mettre en œuvre des techniques d'extraction par le vide à l'aide « d'appareils perfectionnés » préalablement agréés par la commission des vidanges. Les entreprises sont tenues de posséder un matériel permettant l'extraction d'un minimum de 50 mètres cubes par jour. L'autorisation est assortie d'un cautionnement « proportionnel de 300 francs par mètre cube calculé d'après la capacité des tonnes composant leur matériel ». L'arrêté fixe un droit de stationnement d'un franc par mètre cube de matière non coulée et impose un tarif maximum de trois francs par mètre cube extrait. Le 30 janvier 1877, un deuxième arrêté préfectoral fixe les dispositions de détail et de salubrité auxquelles est astreint le service des vidanges. Il comporte 31 articles. Toute opération d'extraction doit être préalablement déclarée et autorisée. Les fosses vidées et balayées sont soumises à l'inspection de l'administration. L'article 13 précise « qu'un rapport sera immédiatement adressé à l'administration sur cette visite pour être ordonné ce qu'il appartiendra ». Toute une série de dispositions déterminent l'identification des véhicules, leur circulation en ville et leur passage aux barrières de l'octroi. Enfin, l'arrêté préfectoral du 8 février 1879 réglementant les conditions d'établissement des fosses d'aisances à Lyon, constitue un élément essentiel de la nouvelle politique. Ses 25 articles uniformisent la construction des nouvelles fosses : toute une série de dispositions précisent l'épaisseur des murs, la nature de leur revêtement, le diamètre de l'ouverture d'extraction, la disposition des tuyaux de chute et d'évent. Le titre II fixe plus précisément les modalités de reconstruction des fosses non conformes. Par ailleurs, toute modification ou construction relative aux fosses est soumise à l'autorisation du service des vidanges. L'article 23 précise qu'il ne pourra être mis aucun empêchement, sous quelque prétexte que ce soit au contrôle des agents du service.

25Ce cadre nouveau permet l'établissement d'un véritable parc de fosses d'aisances. D'année en année, les rapports du service constatent l'amélioration de leur qualité :

Année

qualité des fosses

bonnes fosses

fosses passables

fosses médiocres

1882

15 %

40 %

45 %

1884

48 %

19 %

33 %

1890

69 %

8 %

23 %

1895

75 %

10 %

15 % 47

26Entre février 1879 et décembre 1895, 11 970 fosses sont construites ou réparées. Les branchements clandestins sur les égouts sont activement recherchés. En 1890, 30 communications illicites sont détruites. En 1895, le service n'en signale plus que quatre. Sans disparaître, cette délinquance devient résiduelle. La conséquence immédiate de cette entreprise est la crue très significative des volumes vidangés : 1885 : 195 471 mètres cubes ; 1890 : 222 765 ; 1895 : 276 816. En dix ans, le volume de vidanges à traiter progresse de plus de 40 %.

27La première conséquence de la réorganisation des vidanges est le renouvellement complet des entreprises du secteur. Entre 1876 et 1879, la situation qui y prévaut se caractérise par une grande fluidité. Les abandons, les fusions et les regroupements se succèdent à un rythme élevé. Les entreprises les plus anciennes trop faiblement capitalisées ou trop attentistes sont rapidement mises hors jeu. Les propriétaires sont les premiers à tirer toutes les conséquences de la réflexion entreprise sur la transformation du service des vidanges. À l'automne 1875, ils mettent sur pied une société commerciale anonyme à capital variable, l'Union mutuelle des propriétaires lyonnais pour les vidanges, l'UMDP 48. L'objet de cette société est le curage des fosses d'aisances par « les procédés qui seront jugés les plus perfectionnés et les plus dynamiques ». La formule est dans l'air du temps. La société est initialement constituée grâce à la souscription de 500 actions de 50 francs, ce qui est somme toute fort modeste au regard des transformations qui s'annoncent. L'avenir est toutefois préservé puisque l'article 6 des statuts stipule qu'une action ne donne droit qu'au curage d'une seule fosse dont la contenance n'excède pas 12 mètres cubes. La liste des premiers actionnaires montre que l'engagement des sociétaires semble guidé par des choix essentiellement utilitaires qui se démarquent des manœuvres et des montages financiers qui prévalent à la constitution d'autres sociétés.

28Certains investisseurs se proposent de mettre immédiatement en service un matériel considérable puis disparaissent aussitôt des négociations. D'autres entreprises pour lesquelles l'affaire semblait bien engagée ne parviennent pas à concrétiser leur programme. C'est le cas pour la Société anglo-française de fertilisation d'Édouard Philippe, la première à prévoir le tournant industriel de la filière : elle doit faire face à un contentieux juridique qui l'empêche d'exploiter à Lyon le procédé d'extraction par le vide préalable : Vernaison, le propriétaire du brevet, est en effet engagé un temps dans une nouvelle compagnie, la société Le Progrès, constituée par Léon Moïse Crémieu, un négociant d'Avignon. Quant à l'entreprise de Jean-Baptiste Caillat et Rodolphe Laligant, autorisée dès 1874 et dont le projet consistait à exporter les vidanges urbaines par la voie ferrée, elle se heurte à des difficultés administratives et vraisemblablement à un manque de capitaux. Les deux entrepreneurs cèdent l'ensemble de leurs activités à une nouvelle société, la Compagnie lyonnaise des vidanges créée en 1877 par Jean-Baptiste Mignot-Morel. La cession qui se monte à 106 000 francs comporte le droit d'exploiter le brevet d'une pompe effectuant le vide sur place, des dépotoirs situés à Villeurbanne et à Heyrieux (Isère) ainsi que les droits concédés par la Compagnie Paris-Lyon-Méditerranée.

29La création de la Compagnie lyonnaise des vidanges est une opération d'envergure. Le capital social d'abord fixé à 1 500 000 francs est manifestement surdimensionné. Il est ramené à 760 000 francs. Son fondateur est membre du conseil d'administration de la Banque lyonnaise, elle-même création de la Banque parisienne. La souscription activement menée par la Banque lyonnaise est couverte sans difficulté. L'essentiel du capital est d'ailleurs entre les mains de quelques gros actionnaires. Huit d'entre eux détiennent 84 % des 1 520 actions. Mignot-Morel contrôle à lui seul plus de la moitié du capital de la nouvelle société. Les perspectives et les résultats attendus sont présentés lors de l'assemblée générale des actionnaires, le 22 mai 1877. Les données chiffrées proposées à cette occasion sont les seules qui permettent d'estimer les marges bénéficiaires escomptées. Les deux projections proposées soumises aux actionnaires promettent de substantiels bénéfices qui représentent de 31 à 53 % du chiffre d'affaires. La première hypothèse, sans doute la plus raisonnable, est exposée de la manière suivante : « Recettes : Extraction journalière de 260 mètres cubes à 3 francs : 780 ; Vente de 90 mètres cubes à 5 francs : 450 ; Total : 1 230. Dépenses : Travaux d'extraction estimés à 2,50 francs le mètre cube : 650 ; Machines, main-d'œuvre, combustible : 100 ; Impôts à la ville, 90 mètres cube à un franc : 90 ; Total : 840. Reste pour bénéfice net : 390 ».

30La seconde hypothèse, plus ambitieuse que la première, constitue un morceau de bravoure que n'aurait pas renié Saccard, l'emblématique financier de L'Argent. Il est vrai qu'elle émane du fondateur qui cherche à se faire attribuer plusieurs centaines d'actions : « [...] je ne doute pas, lorsque je vous aurai fait entrevoir les bénéfices que je vous apporte, que vous me votiez unanimement les 200 000 francs que je demande ; veuillez bien suivre mon raisonnement, actuellement avec une seule machine on gagne 239 francs par jour, cela résulte des livres et est incontestable. Avec trois machines vous admettrez bien qu'on fera le double soit 474 francs par jour ou pour 300 jours 142 000 francs. De ce revenu je déduis pour amortissement du matériel et les frais de premier établissement qui s'élèvent en chiffres ronds à 300 000 francs (200 000 que vous allez voter ; 50 000 frais divers ; 50 000 francs de matériel à commander). L'amortissement de cette somme en 20 années, durée de la société, donne par année 15 000 francs. Locations diverses 6 000 francs, frais généraux, total 24 200 francs. Reste 118 000 francs pour bénéfice net. De ces 118 000 francs, je déduis 5 % d'intérêt des actions ce qui donne pour le capital versé 19 000 francs ; 5 % à la réserve. Total 24 900. Reste 93 100 francs. 10 % au directeur, 8 380, reste 75 410 francs pour dividendes des 1 520 actions de la société ou pour action de 250 francs, 49,60 francs. Ces 49,60 francs représentent 20 %. Ajoutez-y les 5 % d'intérêt cela fait 25 % que vous rendra l'argent placé dans notre société. Voilà messieurs ce que je vous apporte, 25 % » 49.

31À l'automne 1878, Lyon compte trois entreprises de vidanges en activité : l'UMDP dont le démarrage est laborieux, Le Progrès et la Compagnie lyonnaise des vidanges. Toutes réunies, elles emploient 84 personnes, des directeurs aux garçons d'écurie. Le Progrès, 31, l'UMDP et la Compagnie lyonnaise respectivement 29 et 24. Ces effectifs peu nombreux comprennent pour l'essentiel des préposés aux pompes, des mécaniciens et des voituriers 50. Le secteur des vidanges ne trouve provisoirement son équilibre qu'en juillet 1879 avec une dernière grosse fusion qui dépasse d'ailleurs le cadre local. Le 1er juillet 1879, la Compagnie lyonnaise des vidanges où s'activent Jean-Baptiste Mignot-Morel et Jean-Baptiste Berlier fusionne avec la société Le Progrès et constituent la Compagnie départementale des vidanges et engrais 51. La nouvelle société qui réunit diverses entreprises de province cache en fait une vaste et douteuse entreprise spéculative. Confrontée dès le départ à de sérieuses difficultés financières, l'affaire périclite 52. En 1883, la succursale lyonnaise est mise en liquidation. L'UMDP rachète alors les droits et le matériel de la Départementale. Pourtant malgré son échec final, l'entreprise a fière allure. De loin la première entreprise du secteur, elle aligne un matériel considérable : une demi-douzaine de pompes à vapeur, cinq bateaux, une soixantaine de véhicules de toute sorte et une cavalerie de 53 chevaux.

32Entre la fin octobre 1875 date de sa création et décembre 1883, date à laquelle elle rachète les droits et le matériel de sa rivale, l'UMDP effectue un parcours heurté mais finalement victorieux. Un double écueil explique les difficultés initiales auxquelles est confrontée l'UMDP : en premier lieu celui de l'hostilité déclarée de la Commission des intérêts publics qui redoute en effet « que les propriétaires cherchent à faire vidanger leurs fosses à bon marché et sacrifient au besoin les intérêts de la salubrité » 53. Pour l'administration, l'exclusion des agriculteurs et des propriétaires comme acteurs directs du système est une des clefs de la réorganisation du service. La commission rappelle comment une première association de propriétaires organisée autour de la société Caillat « s'opposait à ce que le prix payé pour l'enlèvement des matières fût suffisamment rémunérateur » 54. En second lieu, l'Union mutuelle peine à proposer un procédé d'extraction performant. De fait, les systèmes existants, le vide préalable fait à l'usine ou le vide fait sur place, sont accaparés par des compagnies rivales et protégés par des brevets. Insuffisamment capitalisée l'UMDP n'est pas en mesure de faire un service satisfaisant. Dans son rapport du 22 juin 1876, la Commission des intérêts publics dresse un constat accablant : « L'Union mutuelle des propriétaires qui s'est constituée il y a quelques mois pour vidanger au moyen d'une pompe locomobile à vapeur et des tonneaux de la campagne n'a donné que des résultats si défectueux qu'il n'y a guère lieu de la distinguer des compagnies Marduel et Fondère dont les procédés sont si imparfaits » 55. La Commission recommande même de « ne pas renouveler en l'état l'autorisation donnée à l'Union mutuelle pour faire des essais sur un nouveau système de vidanges ». Le 28 novembre 1876, l'assemblée générale des actionnaires est informée de l'acquisition d'une « nouvelle machine qui extrait en peu de temps les matières et ne donne durant son fonctionnement aucune odeur » 56. L'UMDP fait le choix du système par refoulement que l'ingénieur Gobin présente de la manière suivante : « [il] ne repose ni sur le vide fait sur place ni sur le vide fait d'avance ; il pourrait être désigné par les mots : système par aspiration directe et refoulement pour le distinguer des autres » 57.

33Les deux premières années de l'Union mutuelle sont marquées par d'incessants changements de direction : directeurs, administrateurs délégués et présidents du conseil d'administration changent au gré des assemblées générales. La correspondance administrative a conservé en partie ce véritable florilège de responsables successifs. L'un des premiers noms à apparaître est celui du président Lachat qui en avril 1876 peine à défendre les intérêts de la société devant les membres de la Commission. Quelques mois plus tard, Fleury, un autre membre du conseil d'administration, semble prendre provisoirement la direction des affaires. Il anime l'assemblée générale du 28 novembre 1876 devant plusieurs centaines d'actionnaires. Président du conseil d'administration, il entretient des relations tendues avec la municipalité dont il conteste la préférence pour les systèmes d'extraction par le vide. Dans une lettre adressée au préfet le 12 décembre 1876, il écrit : « pour tout homme compétent, tout ingénieur pratique, pomper de l'air est une opération difficile, délicate et peu pratique et qui ne peut séduire qu'à un premier coup d'œil » 58. La remarque est peu appréciée par le directeur de la voirie qui s'en entretient au préfet quelques jours plus tard : « le demandeur aurait dû se borner à exposer les avantages de son système sans chercher à déprécier le système par le vide qui a fait ses preuves et qui n'est plus discuté aujourd'hui » 59. Les préventions de la commission des vidanges sont suffisamment fortes pour que l'UMDP se propose de présenter deux systèmes d'extraction en vue de leur homologation : celui par refoulement et celui par le vide 60. C'est d'ailleurs ce système qui est présenté par Charasse le nouveau directeur de l'Union mutuelle et agréé par la Commission fin février 1877 61.

34Lors de l'assemblée extraordinaire du 23 avril 1877, le bilan présenté est globalement négatif : « À l'ouverture de la séance, M. Borgat, président de l'assemblée et du conseil d'administration a donné lecture de son rapport sur la situation à ce jour de l'actif et du passif de la société. [Il constate] un passif de 92 639,60 francs et un actif de 68 874 francs avec un déficit de 23 765,60 francs occasionné par les frais généraux et par l'absence des bénéfices d'extraction pendant une période de près de six mois par suite de l'arrêt, à diverses reprises, du fonctionnement du service » 62. Pourtant au cours de la même séance, le destin de l'UMDP prend un tour nouveau. Après lecture du bilan, le président du conseil d'administration annonce l'adhésion d'un groupe de 42 régisseurs. Ils souscrivent au nom de leurs mandants 1 017 actions de cent francs. L'accroissement du capital qui en découle équivaut à une véritable refondation qui impose quelques modifications statutaires auxquelles pousse le président : « [...] le président fait ressortir l'opportunité et les avantages du concours apporté à l'Union mutuelle par les régisseurs sous le rapport de l'importance du capital qui [vient] accroître celui de l'Union » 63. L'entrée en force de ces nouveaux actionnaires signifie vraisemblablement la mobilisation de puissants intérêts locaux enfin conscients du cours irréversible impulsé au secteur des vidanges. Les nouveaux venus obtiennent quatre des neuf sièges du conseil d'administration. En quelques semaines, le changement est patent : l'UMDP recapitalisée et dotée d'une nouvelle direction est désormais en ordre de marche. Cette évolution n'échappe pas à l'ingénieur adjoint de la voirie qui diligente pour le préfet une enquête sur l'état du matériel mis en œuvre par la compagnie. La livraison prévue au 1er août 1877 de deux pompes supplémentaires et de 29 tonneaux de fer doit lui permettre d'assurer une extraction quotidienne de 170 mètres cubes. L'ingénieur ajoute : « cet accroissement du matériel n'est dû qu'à la nouvelle direction que vient de recevoir la compagnie l'Union mutuelle depuis le 1er mai dernier » 64.

35L'expansion de l'UMDP se confond avec la vie et l'œuvre de Pierre-Louis [dit Émile] Burelle. Né à Moulins le 26 novembre 1848 dans une famille de notables originaires du Bourbonnais, ce jeune ingénieur diplômé de l'École des mines de Paris, n'a pas encore 29 ans lorsqu'il prend en main les destinées de l'UMDP. En moins de dix ans il ancre solidement l'entreprise dans le paysage industriel lyonnais. Les sources disponibles montrent à l'évidence une personnalité hors du commun. C'est en premier lieu un remarquable organisateur. La correspondance administrative le montre attentif aux détails. Son empreinte est visible du sommet à la base de l'entreprise. Il est aussi bien capable de redessiner les tonnes destinées à la collecte des résidus solides des fosses auxquelles l'usage donne le surnom de « burelles » que d'engager une longue bataille contre les droits de stationnement prélevés par la municipalité ou contrer une campagne de presse d'une plume acérée 65. Cette capacité tactique à occuper tous les créneaux, à démultiplier sa présence, ne lui fait pas pour autant perdre de vue l'environnement global dans lequel évolue l'UMDP. Très impliqué dans le tour industriel que prend le secteur des vidanges, il sait surmonter les blocages qui en découlent. Dans les années 1880, prenant conscience des limites inhérentes aux réservoirs ruraux alimentés depuis Lyon par une cavalerie coûteuse et les profits incertains de la production des sels ammoniacaux, il a l'idée lumineuse de canaliser la plaine dauphinoise. Cette activité débordante ne se limite pas au monde de l'entreprise. Il sait être présent hors de l'entreprise et accroître son envergure sociale en participant à de nombreuses associations. La diversité de ses engagements n'exclut pas, loin de là, la recherche d'une véritable synergie où les préoccupations agronomiques, agricoles et industrielles se côtoient et se complètent. La notice biographique que lui consacre le dictionnaire des notabilités lyonnaises publié en 1899 est révélatrice : « Ancien président de la société d'agriculture du Rhône ; vice-président de la société régionale de viticulture, président de l'association des industriels de France pour prévenir les accidents dans les usines, président du conseil d'administration et de perfectionnement de l'école d'agriculture d'Écully, membre du jury et rapporteur du jury de l'exposition universelle de Lyon de 1894, président du comité départementale à l'exposition de 1900, groupe de l'agriculture » 66.

L'économie des vidanges

36L'accélération des fusions dans la deuxième moitié des années 1870 et les rachats d'installations ou de brevets sont rendus nécessaires par les exigences techniques des systèmes d'extraction et par la gestion de l'écoulement des matières vidangées. Sans capital suffisant aucune activité n'est plus possible. Cette logique de fonctionnement voulue par les nouveaux entrepreneurs a été pleinement assumée par les autorités publiques. Cet aspect est explicité de manière très claire dans un rapport du directeur de la voirie en date de juillet 1878 : « Les appareils de vidange par le vide ont été les seuls autorisés par les arrêtés du 19 octobre 1876 et 30 janvier 1877. Cette mesure a été inspirée par les compagnies parce que les appareils par le vide sont coûteux et que c'était le meilleur moyen d'éloigner les petits entrepreneurs qui auraient pu leur faire concurrence ; elle a été subie par l'Administration dans la crainte, sans doute, de décourager les compagnies et de compromettre les services de vidange qui, sans leur concours, auraient pu tomber en souffrance » 67. Au printemps 1877, la constitution de la Société lyonnaise des vidanges se fait sur la base d'un capital de 760 000 francs. Même si les apports du fondateur Jean-Baptiste Mignot-Morel sont surévalués, le montant des capitaux levés reste néanmoins considérable à l'échelle locale 68. Les apports du fondateur sont très révélateurs des charges générées par le nouveau système. Mignot-Morel apporte en effet à la société les pompes hydropneumatiques Duvergier et leurs droits d'exploitation, rachetés à la société Caillat, tout comme divers droits consentis au même entrepreneur. Le monopole de fait institué par les procédés d'extraction semble une solide garantie pour les souscripteurs qui n'ont rien de spéculateurs.

37La commercialisation des matières vidangées pose des problèmes beaucoup plus délicats. En premier lieu, les compagnies doivent être en mesure de stocker une production en constante augmentation : le choix de l'enlèvement, à l'exclusion de tout autre, la réfection méthodique des fosses d'aisances augmente mécaniquement le volume des vidanges. Or, les capacités d'absorption de la périphérie restent stables. Les compagnies ont donc développé un réseau de dépotoirs dans les communes suburbaines en vue d'élargir la zone de chalandise de l'engrais humain. C'est la politique qu'adoptent l'UMDP et la Compagnie lyonnaises des vidanges. Cette dernière dispose, en 1879, d'un réseau de quatre dépotoirs sis à Caluire, Villeurbanne, Vénissieux et Heyrieux et s'apprête à en ouvrir un cinquième à Pied Chardon dans la commune de Caluire 69. En second lieu, le rythme très saisonnier de la consommation d'engrais, confronté à la production constante des matières fécales, impose très vite une véritable solution industrielle. Étienne Ferrand, dans ses rapports généraux au conseil d'hygiène retrace l'économie du système : « Le dépotoir, en définitive, était une nécessité ressortissant de l'impossibilité où l'on se trouve de faire immédiatement et constamment emploi des quantités énormes de produits extraits journellement des fosses de la ville et Lyon en fournit 4 à 500 mètres cubes ». Deux usines-dépotoirs sont effectivement exploitées à partir de 1878. La première, située dans le faubourg industriel de la Mouche, à 1 700 mètres de l'avenue des ponts du Midi, a été autorisée dès 1874 au profit d'Édouard Philippe. Elle est acquise en 1878 par l'UMDP ; la seconde, un kilomètre en contrebas, aux Brotteaux Rouges, appartient à la société Le Progrès (raison sociale : Desfond et  Cie) puis passe à la Compagnie départementale des vidanges et engrais. L'usine de l'UMDP est alimentée par une noria incessante de véhicules qui saturent l'unique chemin de la Vitriolerie ; celle du Progrès reçoit les vidanges par une flottille de trois bateaux-citernes capables de transporter 190 mètres cubes de matière, un quatrième étant aménagé pour transporter les matières épaisses. C'est pour éviter les inconvénients de ces transports qu'en 1880 Jean-Baptiste Berlier, directeur de la Départementale, imagine une canalisation aspirante. Dans un rapport de novembre 1886 adressé au procureur de la République à Lyon, le directeur de la voirie municipale fait la description du système : « La compagnie départementale de vidanges dont M. Berlier était directeur, demanda l'autorisation d'établir sur la voie publique une conduite en fonte destinée à transporter par des moyens pneumatiques les matières vidangées entre l'extrémité avale du quai Claude-Bernard et son usine située à 2 700 mètres de distance environ » 70. En mai 1883, après le rachat des installations de la Départementale par l'UMDP, « cette conduite a été prolongée [...] jusqu'aux entrepôts de la compagnie ». Le directeur conclut son historique en soulignant qu'elle « fonctionne encore actuellement dans des conditions très satisfaisantes » 71

38Au début des années 1880 les deux dépotoirs usines de la périphérie sud de Lyon traitent chaque jour environ 400 à 500 mètres cubes d'eaux de vidanges. L'usine de l'UMDP est installée dans les bâtiments d'une ancienne fonderie, les ateliers Chevalier-Granier, chemin de la Vitriolerie. L'usine, modernisée en 1882, comporte quatre bassins de stockage clos mesurant chacun 60 mètres de long par 20 de large. Ils ont une contenance de 2 484 mètres cubes 72. Des regards permettent de vérifier à tout moment le niveau des cuves 73. En 1891, alors que la canalisation de la plaine dauphinoise est déjà largement entamée, il ne subsiste plus que deux cuves ou bâches totalisant 80 mètres cubes 74. L'usine de la Départementale, de loin la plus active puisqu'elle traite les deux tiers de la production urbaine, est aussi beaucoup plus rudimentaire avec ses bassins non couverts et son vaporium à l'air libre. Avant toute transformation, le contenu des vastes cuves est titré à l'aréomètre Baumé. Si le titrage est inférieur à 1,5° le contenu est coulé au Rhône par le biais d'une canalisation. Si la matière titre 1,5° elle peut être transformée en sulfate d'ammoniaque. Les produits de vidange sont chauffés dans des bacs et distillés pour l'obtention de sels. Cette opération génère une part notable des nuisances olfactives. D'après les rapports du conseil d'hygiène et de salubrité publique « dans l'opération de la sulfatisation des vapeurs ammoniacales, il y a, quel que soit le procédé suivi, de Marguerite ou autre, des émanations horriblement fétides qui se répandent dans l'atelier et de là, au dehors de l'usine » 75. Dans son rapport, Étienne Ferrand ajoute que le barbotage dans l'acide sulfurique ne retient pas tout l'ammoniaque : « [...] les pertes ammoniacales elles-mêmes ne sont pas évaluées à moins de 20 % ; aussi les ouvriers sont-ils souvent affectés d'ophtalmie plus ou moins grave » 76. L'usine de la Départementale exploite huit appareils de distillation qui permettent de produire 2 000 à 2 400 kilogrammes de sulfate d'ammoniaque par jour soit vraisemblablement plus de trois tonnes pour les deux usines. Les résidus calciques de la distillation sont soit directement vendus aux agriculteurs soit incorporés à une autre production opérée à partir des bourbasses, les matières épaisses des fosses, qui sont cuites, « c'est-à-dire concentrées jusqu'à siccité » pour l'obtention d'un « engrais de première qualité ». Les installations sont périodiquement arrêtées pour des opérations d'entretien : « Tous les trois mois environ, la fabrication des sels et ammoniaque est interrompue pendant trois ou quatre semaines, pour permettre de procéder à des réparations périodiquement nécessaires. Pendant cet intervalle [...] ce ne sont plus seulement les mauvaises matières qui sont déversées dans le Rhône mais encore celles qui pourraient être utilisées pour l'agriculture » 77.

39Les usines dépotoirs suscitent dès leur création des protestations qui vont crescendo. Elles sont à la fois mal tenues et intrinsèquement polluantes 78. La désinvolture des compagnies, face aux prescriptions de l'administration, s'explique par un rapport de force qui leur est favorable : les usines ne peuvent être ni déplacées parce qu'aucune commune riveraine n'en voudrait, ni supprimées parce que consubstantielles au système de l'enlèvement. Il faut des années de patientes procédures, des actions en justice gagnées de manière systématique, la mobilisation permanente de la population, des élus et enfin, de véritables campagnes de presse pour atténuer le scandale. Le conseil général et même le ministère des Travaux publics, assaillis de nombreuses pétitions, ont toutes les peines du monde à imposer un degré de nuisances juste acceptable 79. Au vrai, la pollution engendrée par les usines pose une question de fond qui embarrasse la commission d'hygiène. En effet, malgré des aménagements successifs, les émanations fétides restent insupportables. Dès que souffle le vent du sud, les communes riveraines et une partie de la presqu'île sont enveloppées d'une puanteur révoltante. Certains jours, la pestilence confine à l'absurde : les progrès de l'extraction inodore des vidanges sont pour ainsi dire annihilés par les bouffées stercoraires que charrie le vent. Qui plus est, l'aérisme, dont les membres de la commission sont tous peu ou prou des tenants, est habilement retourné contre la commission. Elle a beau multiplier les rapports et souligner les améliorations obtenues, elle est en mal d'arguments convaincants : l'enlèvement s'avère aussi polluant que le système honni du tout-à-l'égout.

40Les eaux de vidanges qui ne sont pas transformées dans l'usine de la Mouche sont livrées à l'agriculture suburbaine. Cette activité se caractérise par de fortes variations saisonnières marquées notamment par un profond étiage estival. Les pics de l'activité correspondent au printemps et à l'automne. Ils sont étroitement liés aux façons culturales comme le rappelle Étienne Ferrand dans un ouvrage déjà cité : « notre banlieue pour ses cultures dans un sol de cailloux roulés à peine revêtu de terre se réclame surtout de l'action intensive de la vidange lyonnaise, à ce point qu'elle enlève journellement pendant quatre mois de l'année jusqu'à 200 mètres cubes de matière » 80. Au cours des vingt dernières années du 19e siècle, l'UMDP met en œuvre plusieurs procédés de commercialisation qui permettent de retrouver des logiques de fonctionnement disposées par strates successives. Le système de commercialisation le plus ancien est celui de la vente effectuée au pied même de la fosse d'aisance. La compagnie distribue la matière aux agriculteurs munis d'une tonne en fer. Cette pratique reste en vigueur tout au long de la période. La presse quotidienne laisse entrevoir cette présence régulière en ville. La vente de l'engrais au pied de la fosse comporte deux limites. D'une part elle ne concerne que les agriculteurs domiciliés dans un rayon de dix à douze kilomètres des limites de la ville ; d'autre part, le poids des tonneaux métalliques les rend peu manœuvrables dans les champs. L'agriculteur est soit contraint de transborder la matière dans un tonneau de bois plus léger soit de renforcer l'attelage, ce qui n'est pas à la portée de tous. En tout état de cause, l'engrais ainsi obtenu reste assez onéreux car il suppose l'acquisition d'une tonne appropriée ou sa location et n'exonère pas l'agriculteur de longs voyages. En revanche ce système est avantageux pour la compagnie puisqu'elle est déchargée de toute tâche de transport. La vente directe s'applique vraisemblablement aux fosses les plus titrées et cela au moins jusqu'à la fin des années 1880.

41Le deuxième procédé de commercialisation consiste à vendre l'engrais dans un réseau de dépotoirs suburbains. Un dépotoir se compose d'une ou plusieurs cuves généralement couvertes dont la capacité peut atteindre plusieurs milliers de mètres cubes. Il est approvisionné par les tonneaux de la compagnie. L'UMDP hérite du réseau mis en place par ses devancières. Il forme un arc de cercle de Caluire à Vénissieux avec un avant-poste dauphinois à Heyrieux. Le dépotoir suburbain découle d'une double nécessité : stocker le flux ininterrompu de la production alvine qui n'est pas immédiatement commercialisé ; élargir la zone de chalandise de l'engrais de ville. Ce ne sont plus les agriculteurs qui vont vers les vidanges mais les vidanges qui se rapprochent des champs. Les agriculteurs ne sont plus astreints à de longs déplacements mais la matière est plus chère car la compagnie est obligée de répercuter le coût du transport dans le prix de l'engrais.

42La canalisation des vidanges constitue le troisième et dernier procédé de commercialisation des engrais. Imaginé vers 1886-1887, ce moyen offre une solution inédite aux blocages techniques et financiers inhérents au système de l'enlèvement. Il règle en effet deux problèmes de fond, qui constituent le point de mire de tous les adversaires du système lyonnais, au moment même ou le camp du tout-à-l'égout marque des points à Paris. Elle supprime d'abord la pollution olfactive de l'usine dépotoir contre laquelle il est si difficile de lutter ; elle supprime, ensuite et surtout, les coulages sans cesse plus nombreux des matières impropres à l'agriculture. La canalisation sauve d'un point de vue théorique et pratique le procédé de l'enlèvement de plus en plus malmené par la diffusion de l'eau dans les fosses. La canalisation passe en effet par une première phase de stockage, qui permet d'obtenir un titrage acceptable de la matière, en assemblant les bonnes et les mauvaises fosses. En proposant un produit standard, la distribution par canalisation permet la commercialisation des matières trop diluées des mauvaises fosses jusqu'alors vouées au coulage pur et simple. Par ce biais, les intérêts de la ville et de l'Union mutuelle sont sauvegardés. La technique même de la canalisation refoulante n'est pas nouvelle puisqu'elle fonctionne déjà entre la rue Sébastien Gryphe et l'usine de la Mouche. L'idée simple qui en fait toute l'originalité consiste à la prolonger au loin, vers la plaine dauphinoise et distribuer l'engrais de ville dans un périmètre considérablement élargi 81. Cette solution s'est de surcroît imposée comme la seule manière de surmonter l'accroissement exponentiel des volumes vidangés et les profits incertains de leur transformation massive en sels ammoniacaux. En somme, le nouveau procédé d'évacuation des matières stercoraires est un aboutissement inespéré pour les tenants de l'enlèvement. Il devient aussi une vitrine de la technologie lyonnaise. Le système est présenté à l'exposition universelle de Paris en 1889 : « Les canalisations de refoulement de la plaine dauphinoise [...] desservent les réservoirs de Parilly, Vénissieux, Saint-Priest, Heyrieux, Bron, Décines, Meyzieu, Janneyrias et Saint-Romain. Une autre branche alimente les réservoirs de Caluire et de Rillieux sur le plateau de la Croix Rousse. Les réservoirs peuvent emmagasiner un approvisionnement de 45 000 mètres cubes : ils sont distribués de telle sorte que les terrains à pourvoir d'engrais ne sont jamais à plus de quatre kilomètres de l'un d'eux ; ces terrains répartis sur un territoire de forme rectangulaire et d'une contenance d'environ 50 000 hectares, sont limités dans une zone qui s'étend jusqu'à 30 kilomètres de Lyon » 82.

Les résistances de l'agriculture périurbaine

La vidange, un engrais vital

43L'hostilité des cultivateurs de la périphérie, la rapidité de leur réaction et la constitution d'une société de vidanges concurrente mettent en évidence l'importance vitale de l'engrais de ville pour cette agriculture périurbaine. Il existe en premier lieu un lien indissoluble entre les engrais et les systèmes de cultures qui prévalent aux portes de Lyon. L'Est lyonnais est entièrement nourri et façonné par l'épandage des matières fécales. L'ouvrage de M. Bleton, Les environs de Lyon, dont le Journal de Villeurbanne publie un extrait en octobre 1898, présente l'Est lyonnais comme « une espèce de Sahara cultivé qui s'étend à l'infini, et qui serait pour décourager le plus intrépide si le terrain, par endroits, plus haut et plus touffu ne refermait pas des îlots vivants au milieu de cette mer de cultures mornes » 83. Cette intensification des cultures sur des sols médiocres d'un point de vue agronomique n'est possible que grâce au recours massif aux vidanges urbaines. Les statistiques agricoles décennales disponibles du Rhône et de l'Isère en montrent l'usage massif. D'après l'enquête agricole décennale de 1862, les communes du canton de Villeurbanne utilisent plus de 600 000 hectolitres de vidange par an dont un tiers pour la seule commune de Vaulx-en-Velin. C'est de loin l'engrais le plus employé. Le rédacteur de l'état cantonal note qu'il « fait produire plus que tout autre en paille et en grains sans pouvoir préciser un chiffre parce que la récolte réussi selon l'atmosphère et il faut répéter cet engrais tous les ans » 84. Le canton de Neuville dans lequel est incluse la commune de Caluire-et-Cuire utilise 175 000 hectolitres de vidange. Trente ans plus tard, l'enquête décennale de 1892 répercute les transformations des modes de distribution de l'engrais : Vénissieux, située à proximité du dépotoir de la Mouche occupe la première place du canton de Villeurbanne avec l'utilisation de 280 000 quintaux métriques de vidange. Elle est suivie de Vaulx-en-Velin et de Caluire-et-Cuire qui utilisent respectivement 150 000 et 100 000 quintaux métriques. La même enquête, dans le département voisin de l'Isère, permet de cerner les cantons dauphinois qui bénéficient de l'engrais lyonnais : celui de Saint-Symphorien-d'Ozon arrive en tête avec une consommation de 137 000 quintaux métriques suivi de loin, il est vrai, par les canton de Meyzieu (24 795 q.m.) et d'Heyrieux (15 200 q.m.) 85. Les statistiques de l'engrais, qu'il convient de prendre comme des ordres de grandeur, montrent le poids des communes de la rive gauche du Rhône. En 1892, seule Pierre-Bénite avec une consommation de 50 000 quintaux métriques semble recourir sur une large échelle à la vidange lyonnaise. Cet usage empirique de la matière fécale est avalisé et encouragé par les institutions qui accompagnent la modernisation de l'agriculture locale. En septembre 1886, dans une conférence au comice agricole de Villeurbanne, Deville, professeur à l'école d'agriculture d'Ecully, exhorte les agriculteurs à utiliser de manière encore plus massive la matière que l'UMDP s'apprête à canaliser à travers la plaine dauphinoise : « Oh ! Messieurs, je vous en conjure [...] faites usage sur une vaste échelle de cet excellent engrais ; [...] restituez au sol les principes que vous lui enlevez pour les récoltes et vous agirez sagement » 86. Les vidanges apportent en effet, sous forme parfaitement assimilable, l'azote nécessaire aux cultures. C'est ce que résume très bien un agriculteur de Saint-Fons dans une lettre adressée en novembre 1890 au Cultivateur progressiste : « En un mot, la vidange et les phosphates sont les deux grands principes nourriciers des céréales de notre région » 87. D'après les calculs du professeur Deville, un mètre cube de vidange titrant 2° à l'aréomètre Baumé fournit plus de 3 kilogrammes d'azote ammoniacal, 0,15 kilogramme d'acide phosphorique et une quantité similaire de potasse. La vidange urbaine est donc un engrais indispensable. Dans ces conditions, la commercialisation de matières moins riches au même prix, ne pouvait que susciter une violente opposition.

44La composition chiffrée des eaux de vidange et la statistique des quantités absorbées ne révèlent qu'incomplètement les liens étroits qui unissent les agriculteurs à la matière fécale. Son odeur qui incommode tant la population urbaine fait partie intégrante de l'univers olfactif de la périphérie. Au printemps et à l'automne, à raison de 25 à 30 mètres cubes de vidange par hectare, les effluves stercoraires enveloppent et imprègnent les habitations et les hommes. La campagne est piquetée de dépotoirs de vidange situés à proximité « des parcelles en culture pour parer aux besoins » 88. Les fermes elles-mêmes sont fréquemment dotées de fosses assez importantes. La matière est donc omniprésente et personne ne s'en offusque puisqu'elle est la promesse des moissons à venir. Les techniques d'épandage mettent d'ailleurs les agriculteurs en étroite communion avec les déjections urbaines. Le tonneau amené sur la parcelle est progressivement transvasé dans un baquet quadrangulaire en bois, le bagnon. Ce dernier est vidé à l'aide de pelles en bois, les agotios, qui servent à asperger le champ 89. Des milliers d'hectares sont ainsi méticuleusement fumés avant les labours. Cette tâche difficile qui demande une certaine dextérité, coûteuse en temps et en énergie requiert une matière de qualité : trop épaisse elle ne peut être appliquée ; trop fluide elle n'est pas assez riche. Ainsi, la qualité fertilisantes et les techniques d'épandages de la vidange expliquent en partie l'attention que les agriculteurs lui accordent avant de s'en porter acquéreurs 90. Le procédé utilisé explique que la matière imprègne autant la terre que les hommes dont la peau et les vêtements sont soumis aux éclaboussures provoquées par les pelletées inlassablement répétées. L'intimité entre l'engrais et ses utilisateurs est encore plus étroite que cela : certains n'hésitent pas à tester la qualité de la matière en la goûtant pour en vérifier le titrage 91.

La fronde rurale

45C'est au cours de l'année 1888 que les agriculteurs du canton de Villeurbanne commencent à s'organiser et songent à créer un syndicat capable d'assurer la pérennité de leurs approvisionnements en engrais. Ils renouent ainsi avec une vieille tradition. L'opération débouche en 1889 sur la création de la société coopérative des propriétaires des troisième et sixième arrondissements et l'année suivante, sur celle du syndicat des agriculteurs indépendants de la rive gauche. De fait, propriétaires et agriculteurs de la rive orientale du Rhône ont tout intérêt à s'unir contre l'hégémonie de l'UMDP qui peut compter, de son côté, sur la bienveillance de l'administration municipale. Pour l'Union mutuelle, alors engagée dans la phase terminale de la canalisation du bas Dauphiné, la menace est sérieuse. Elle compte en effet sur la qualité des fosses de la rive gauche pour équilibrer le titrage médiocre des secteurs de la presqu'île. Des sources administratives signalent déjà au début des années 1880 l'acuité du phénomène. Dans un rapport de novembre 1882, l'ingénieur adjoint de la voirie constate que « la Compagnie départementale de vidanges et d'engrais a une clientèle différente de celle de la compagnie La Mutuelle. Cette dernière, en effet, effectue principalement les vidanges des maisons situées dans les quartiers les plus riches et dans lesquelles l'eau n'est point ménagée ; il en résulte que la proportion des matières impropres à l'agriculture est beaucoup plus grande dans l'Union mutuelle que dans la Compagnie départementale (elle est en 1881, de 40,4 % pour l'une et de 28,1 % pour l'autre). Aussi, bien qu'en 1881, les quantités de matières extraites par l'une et l'autre de ces compagnies aient été presque égales, la Compagnie départementale a payé 58 773,30 francs, tandis que l'Union mutuelle n'a versé que 49 535,70 francs » 92. La disparition ultérieure de la Départementale a sans doute changé la donne mais il n'en demeure pas moins que les actionnaires de l'UMDP, débarrassés de toute concurrence, n'ont rien fait pour diminuer le prix des vidanges. Les propriétaires du centre ville paient plus cher le curage des fosses mais ils récupèrent leurs débours dans les dividendes qui leurs sont distribués. En somme, les bonnes fosses paient pour les mauvaises. De leur côté, le service des vidanges et la municipalité voient d'un mauvais œil la création d'une nouvelle société. Il existe en effet depuis 1883 un système d'abonnement qui associe la ville et la compagnie. En échange d'un abonnement annuel de 108 000 francs, la vérification des matières impropres à l'agriculture, celles qui ne donnent pas lieu au versement d'un droit de stationnement, est supprimée 93. Ce système permet la disparition des contrôleurs dont la charge diminuait d'autant le revenu tiré des vidanges. L'abonnement permet en outre de limiter la moins-value des matières impropres à l'agriculture. Le service sait mieux que quiconque le danger d'un système qui distinguerait bonnes et mauvaises fosses. Or, les rumeurs d'une fronde rurale arrivent au plus mauvais moment, puisque l'abonnement vient à expiration le 31 décembre 1888. Dans une note, vraisemblablement destinée au rapporteur de la commission municipale chargée de la renégociation du traité d'abonnement, l'initiative rurale est fort mal acceptée : « Si l'on fait de si pressantes démarches auprès de quelques membres du conseil municipal en vue de faciliter la création d'une nouvelle société de vidange, ce n'est pas que l'intérêt général soit en jeu. Non, il ne s'agit que de l'intérêt particulier » 94. Le rédacteur de la note poursuit : « Les propriétaires ruraux ne veulent pas acheter leur engrais à la Compagnie l'Union mutuelle et veulent venir le prendre directement à Lyon. C'est très bien, mais ne doit-on pas craindre que les propriétaires ruraux une fois en possession d'une autorisation régulière, essaient de se soustraire aux obligations des règlements ou des ordres qu'ils recevront de l'administration pour faire de préférence le curage des fosses dans lesquelles l'eau n'arrive pas ? ».

46Dans ce contexte, bien que les règlements en vigueur n'empêchent nullement la création d'une société concurrente, l'UMDP tente d'étouffer la révolte qui menace à l'est de la ville. Elle refuse la matière aux agriculteurs qui font mine de s'inscrire dans le nouveau syndicat. L'épreuve de force est alors engagée. Des agriculteurs de Vaulx-en-Velin et de Villeurbanne parviennent à mobiliser un certain nombre de conseillers municipaux. Le compte rendu de la séance du conseil municipal du 27 décembre 1888, que le Cultivateur progressiste publie in extenso dans plusieurs numéros, permet de découvrir les positions en présence 95 : « M. Deschamps : Il se passe quelque chose d'anormal avec cette compagnie. J'ai reçu différentes réclamations des cultivateurs de Vaulx-en-Velin et d'autres communes qui se plaignent, avec raison, de ce que cette compagnie aurait refusé de leur livrer de la matière, sous prétexte qu'il n'y en a pas, mais en réalité, parce que les cultivateurs auraient adhéré à la formation d'une nouvelle société. De cette manière, les cultivateurs sont privés d'un engrais qui est nécessaire pour leur culture. [...] Est-ce que l'on veut créer un monopole en faveur de cette société ? Si non, il est nécessaire d'introduire, dans le traité, un article stipulant que la compagnie est tenue de délivrer la matière à ceux qui la demanderont. M. Bedin : Je joins ma demande à celle de mon collègue, M. Deschamps. J'ai reçu la visite de plusieurs agriculteurs du canton de Villeurbanne qui ont l'intention de former un syndicat. Ils m'ont déclaré que, pour les mêmes raisons qui viennent de vous être indiquées, la Société de l'Union mutuelle leur refusait la matière » 96.

47Simultanément, l'offensive rurale contre l'UMDP en appelle directement au maire de Lyon. Dans une lettre adressée fin décembre 1888 à la mairie de Lyon, Louis Foray, adjoint au maire de Vaulx-en-Velin, synthétise tous les griefs de l'immédiate périphérie à l'encontre de l'Union mutuelle 97. Agissant en tant que président du Syndicat des propriétaires du canton de Villeurbanne et fort de l'appui « de toute la population agricole de la banlieue de Lyon », il demande que la discussion de la nouvelle convention entre la ville de Lyon et l'UMDP prenne en considération les intérêts de l'agriculture. Il développe un réquisitoire en quatre points : il conteste la situation de monopole qui découle de la canalisation ; il s'insurge de la qualité des matières : « nous trouverons un mélange d'eau et de bonne matière à des prix fabuleux ; bannis de la ville nous serons obligés de subir toutes les exigences, quelque dures qu'elles soient ». Louis Foray assimile cet échange inégal à une véritable escroquerie : « Avec justice on punit les fraudeurs de lait, avec non moins de justice on doit aussi réprimer la fraude des matières ». Enfin, il proteste contre les méthodes brutales de l'UMDP : « Le directeur de la société mutuelle, dans le but d'étouffer cette société en formation, société qui prenait les intérêts des propriétaires des Brotteaux et de la Guillotière, ainsi que ceux des agriculteurs ruraux, a refusé complètement la matière aux titulaires du syndicat agricole, et menacé d'en priver tous ceux qui y adhéreraient d'une manière quelconque. Il était certain de jeter de cette façon la terreur 98 chez les agriculteurs ruraux et de les éloigner à jamais des propriétaires de la ville ». Après avoir énuméré tout ce que l'agriculture périurbaine apportait à la ville, il termine ainsi : « Nous désirons conserver notre indépendance, être libres de nous entendre au mieux de nos intérêts, pouvoir les défendre ».

48Le maire et ses adjoints refusent de s'engager dans un amendement contraignant pour l'Union mutuelle. Quivogne souligne les efforts de la compagnie et les « 600 000 à 700 000 fr. en travaux d'installation » qu'elle a consenti 99. L'éloignement des matières même s'il se fait au détriment de la proche banlieue rurale est un progrès : « De cette façon nous ne [serons] plus incommodés par l'usine de la Mouche. L'intérêt de la compagnie est d'expédier les vidanges hors de Lyon et c'est aussi le nôtre ». L'adjoint Quivogne constate en outre que « l'administration ne peut pas intervenir dans une affaire particulière [...]. Quant à imposer à la compagnie l'obligation de livrer sa marchandises à tous ceux qui la réclament, c'est son affaire » 100. Au cours du débat le maire ajoute : « Je ferai remarquer en passant que dans ces histoires de campagnards, il doit y avoir des dessous que nous ne connaissons pas et des torts réciproques qu'il nous est bien difficile de pouvoir apprécier exactement ». Ainsi, les protagonistes du conflit sont renvoyés dos à dos sans autres considérations. En revanche, le débat du 27 décembre 1888 règle une question pratique relative aux droits de stationnements payables par toute nouvelle compagnie de vidange exerçant sur la place de Lyon. Il est clairement stipulé que le montant des droits payés vient en déduction de l'abonnement consenti par l'UMDP. En l'espèce, le paragraphe 2 de l'article 5 prévoyait initialement que l'abonnement de l'Union mutuelle serait augmenté ou diminué de manière à être rendu égal à celui de toute nouvelle compagnie. Cette disposition est supprimée car elle aurait contraint toute société concurrente à payer la moitié de la redevance totale. Rien ne s'oppose plus au retour d'une situation concurrentielle.

49Entre l'automne 1889 et le printemps 1890, les propriétaires de la rive gauche du Rhône et les agriculteurs de la périphérie se constituent en syndicats malgré les réticences de l'administration de la voirie 101. Les premiers déposent le 10 novembre 1889 les statuts de la Société coopérative des propriétaires des troisième et sixième arrondissements de Lyon pour les vidanges 102 ; les seconds s'organisent dans le Syndicat des agriculteurs indépendants de la banlieue lyonnaise qui est constitué le 26 mai 1890 et dont le siège est à la mairie de Villeurbanne. La fiche signalétique adressée le 10 juillet 1890 au ministre du Commerce et de l'industrie résume le but de ces deux nouvelles associations : « La société a été formée dans le but exclusif de procurer à ses adhérents l'engrais humain nécessaire à leurs exploitations rurales, sans passer par l'intermédiaire coûteux et tracassier de la Compagnie lyonnaise des vidanges dénommée "Union mutuelle des propriétaires". À cet effet, il a été traité avec le syndicat des propriétaires des 3e et 6e arrondissements de Lyon, qui de son côté, s'est constitué en cette ville pour assurer le curage des fosses d'aisances des maisons des sociétaires à des conditions moins onéreuses que celle de "l'Union mutuelle des propriétaires" » 103.

50Il semble bien que la jonction entre propriétaires et agriculteurs de la périphérie relève de l'activité du comice agricole de Villeurbanne. En septembre 1890, lors du concours de Saint-Fons, M. Faure, le président en exercice, l'affirme sans détours dans son discours inaugural : « Je rappellerai que c'est sous le patronage du comice que s'est fondée la nouvelle société de vidanges. Nous avons par là contribué à l'abaissement du prix d'un engrais dont les cultivateurs de notre région font un si grand usage » 104. Cette réalité est confortée par les critiques voilées des services de la voirie contre les « intérêts ruraux » qui ne sont jamais nommément désignés mais qui s'adressent de toute évidence à une force constituée.

51La société coopérative, émanation de la chambre syndicale des propriétés immobilières des 3e et 6e arrondissements de Lyon, se développe sans difficultés notables dans les deux arrondissements où son activité a été autorisée. Les statuts de la société révèlent d'emblée le caractère spatialement très marqué et délimité « afin d'éviter que [la] société ne soit livrée à la spéculation » ou qu'elle puisse être investie de l'intérieur par les puissants intérêts financiers massés derrière l'UMDP. Ainsi, les actions de la société coopérative ne peuvent être acquises que par les seuls adhérents de la chambre syndicale et aucun actionnaire ne peut disposer de plus de deux voix. Ce luxe de précautions en dit long sur les suspicions que nourrissent les propriétaires de la rive gauche.

52Entre 1890 et 1900, sans jamais atteindre le volume traité par l'UMDP, les extractions effectuées par la société coopérative passent de 10 896 à 45 272 mètres cubes soit une croissance supérieure à 400 % qui est d'autant plus remarquable qu'elle est régulière 105. Entre ces deux dates, la société étoffe régulièrement son matériel d'extraction : elle met en œuvre une pompe locomobile et 98 tonnes ou tombereaux en tôle la première année d'exploitation ; deux pompes et 190 tonnes en 1900. Un document de 1899 montre qu'une partie notable du matériel utilisé par la coopérative est fournie directement par les agriculteurs et cela, dans des proportions nettement supérieures à celles que l'on rencontre à l'UMDP : 80 % contre à peine 38,2 % pour cette dernière 106. On devine derrière ces chiffres deux stratégies radicalement différentes : la société coopérative fonctionne sur un mode traditionnel en étroite symbiose avec le monde rural. La vidange est directement livrée à l'agriculteur au sortir de la fosse tandis que l'UMDP, par le système de la canalisation, fournit les clients dans ses entrepôts qui jalonnent la plaine dauphinoise. La modernité du procédé compense la faiblesse relative du titrage des matières. C'est à l'évidence la qualité des fosses qui marque la spécificité de la société coopérative. Dans un courrier adressé au maire de Lyon, Jules Vally, président du conseil d'administration, demande l'autorisation d'écouler les matières impropres à l'agriculture mais il affirme « qu'un très petit nombre de fosses de nos 960 adhérents sont des fosses dites d'eau, et la quantité de matière légère à écouler au Rhône sera par suite peu considérable » 107.

53Il existe peu de documents sur le syndicat agricole. Il ne compte que 80 adhérents en 1890, année de sa création et 273 à la veille de la Grande Guerre. On dispose toutefois d'une liste datée de juin 1891, où figurent les noms des agriculteurs syndiqués qui acceptent de mettre des dépotoirs à la disposition de la société coopérative des vidanges 108. Les 87 noms du document représentent selon toute vraisemblance la majeure partie des adhérents. L'essentiel des effectifs est centré sur les communes de l'immédiate périphérie : Vaulx-en-Velin, Villeurbanne et Vénissieux arrivent en tête. En tout, moins d'une douzaine de communes forment le noyau dur des utilisateurs de l'engrais urbain. Ces agriculteurs sont proches de la ville, ils s'y rendent de manière quotidienne à l'occasion de leurs tournées de lait ou pour vendre leurs productions sur les marchés des quais. Ils connaissent de longue date la localisation des meilleures fosses et sont d'autant moins enclins à suivre la stratégie de l'UMDP, qu'ils utilisent massivement et sans contraintes particulières l'engrais de ville. Pour tous ces utilisateurs, la canalisation ne présente aucun avantage, ni en temps ni en prix ni en qualité.

54Le faible nombre des adhérents au syndicat et l'accroissement régulier des matières extraites des fosses par la société coopérative pose la question du statut des agriculteurs syndiqués. Il semble bien, sans qu'on puisse le prouver, qu'un certain nombre d'entre eux agissent comme des revendeurs de matière. Cela explique la présence d'adhérents dans les communes où les agriculteurs semblent peu nombreux à prendre le chemin des fosses urbaines. Il n'est pas impossible que derrière chaque adhérent au syndicat se profilent des utilisateurs locaux d'engrais qui s'approvisionnent chez lui. Cette hypothèse permettrait de comprendre le réseau initial des dépotoirs qui apparaît alors comme une contrepartie à un accès privilégié à l'engrais. Ainsi en avril 1900, un incident survenu sur une voiture de vidange rue Servient dans le 6e arrondissement, révèle qu'elle est conduite « par M. Meunier, au service de M. Bourchalat, cultivateur à Décines » 109. En l'espèce, rien n'interdit de voir là un commerce local d'engrais, par un revendeur employant un ouvrier pour ses charrois. Cette pratique expliquerait la permanence d'un flux d'engrais au-delà de l'immédiate périphérie. Rendu possible par le titrage élevé de la matière, ce commerce local permet au revendeur de mutualiser le coût du transport en échange d'un gain de temps appréciable pour l'ensemble des utilisateurs.

Haut de page

Notes

1 F. QUIVOGNE, Examen d'une question d'hygiène publique à propos de l'épidémie de fièvre typhoïde qui sévit à Lyon, Lyon imprimerie administrative de veuve Chanoine, 1874, 24 p.
2 Alain CORBIN, Le miasme et la jonquille, Paris, Aubier-Montaigne, 1982, réédité : Paris, Champs Flammarion, 1986, 336 p. ; Roger-Henri GUERRAND, Les lieux, histoire des commodités, collection Poche Essais, Paris, Éditions La Découverte, 1997 (1ère édition 1985), 203 p.
3 Claudius ROUX, Catalogue du fonds Lacassagne, Lyon, Imprimerie nouvelle lyonnaise, 1922, 222 p.
4 Louis ACCARIAS, Voirie urbaine. Assainissement des égouts, Lyon, Imprimerie typographique Bellon, 1873, 16 p.
5 Alfred LÉGER, Notice sur les grandes villes. La salubrité publique et la richesse agricole de la France, Paris, Imprimerie et librairie Jules Boyer, 1875, 28 p.
6 Gérard JACQUEMET, « Urbanisme parisien : la bataille du tout-à-l'égout à la fin du 19e siècle », dans Revue d'histoire moderne et contemporaine, octobre-décembre 1979, pp. 505-548.
7 Émile [Pierre-Louis dit] BURELLE, Application des canalisations en fonte au transport des vidanges de la ville de Lyon, Lyon, Éditions Storck, 1887, 8 p. (p. 3).
8 Arch. mun. Lyon (Archives municipales de Lyon), 400 065, Lyon, Documents relatifs à la préparation du budget de Lyon, rapport du service des vidanges, année 1882, p. 163.
9 Louis ACCARIAS, Voirie urbaine..., ouv. cité, p. 12.
10 Arch. mun. Lyon, 1140 WP 121, Rapport de l'ingénieur directeur de la voirie municipale au préfet du Rhône, 6 février 1874.
11 Joseph TEISSIER, Égouts et fosses d'aisance de la ville de Lyon au point de vue de l'hygiène, Lyon, Association typographique, 1881, 24 p. (p. 5).
12 Sur la situation des égouts de Lyon au début des années 1880 voir la remarquable mise au point de l'ingénieur Gobin : André Michel GOBIN, Note sur les égouts de Lyon au point de vue de l'assainissement de la ville, Lyon, imprimerie Pitrat, 1881, 12 p.
13 Même une dizaine d'années après la publication de la brochure, alors que les fosses d'aisance de la rue de la République ne déversent plus que leurs seules matières liquides, la situation n'a guère changé. La lecture du Salut public permet de suivre les relents des égouts en fermentation. Parmi d'autres, l'été et l'automne 1883, chauds et humides, livrent une brassée d'exemples. À en croire le quotidien, la population craint le retour du choléra : « hier d'un bout à l'autre de la rue de la République, nous avons entendu parler du choléra dans onze groupes différents » (22 juillet). La ville procède à des chasses d'eau mais sur les quais, les déversoirs des égouts empoisonnent l'atmosphère : « hier au soir, le quai de la Charité était absolument empesté. Dans chaque bouche d'égout s'exhalaient des miasmes fétides, et les habitants des quais et des rues qui y aboutissaient étaient obligés de fermer leurs fenêtres et de se calfeutrer dans leurs appartements, ne pouvant respirer un air empesté » (4 août). En septembre, ayant cessé les chasses d'eau, la mairie est aussitôt assaillie de plaintes : « Il est inadmissible qu'une ville comme Lyon entre deux rivières, soit infectée comme elle l'est par les matières impures que ses égouts ne rendent pas parce qu'ils ne sont pas suffisamment lavés » (13 septembre). L'infection ne faiblit pas : « journellement on signale des rues où ces odeurs sont très prononcées ». La crise se prolonge jusqu'à la fin du mois de novembre : « l'incurie de la municipalité en ce qui concerne le service des égouts se fait sentir à chaque instant, et malheureusement nous ne parlons pas au figuré » (22 novembre).
14 Sur ces questions d'« arithmétique stercologique », voir : Dominique LAPORTE, Histoire de la merde, Paris, Éditions Christian Bourgeois, 1993 (1ère édition 1978), 119 p. (pp. 97 et suivantes).
15 F. QUIVOGNE, Examen d'une question d'hygiène publique..., ouv. cité, appendice non paginé.
16 Xavier DELORE père, Des vidanges à Lyon au point de vue de l'hygiène et de l'agriculture, Lyon, Imprimerie Rey, 1885, 15 p. (p. 1).
17 Arch. mun. Lyon, 400 065, Documents relatifs au projet de budget..., doc. cité, service des vidanges, année 1882, pp. 160-161.
18 Victor DESPEIGNES, Étude expérimentale sur les microbes des eaux avec applications à l'hygiène sanitaire de la ville de Lyon, Paris, Librairie J.-B. Baillière et fils, 1891, 126 p. (p. 100).
19 Étienne FERRAND, Vidanges à Lyon de 1856 à 1886, rapports généraux au Conseil d'hygiène, Lyon, éditions Storck, 1887, 69 p. (p. 5).
20 Journal de Villeurbanne, 4 février 1900.
21 Ibidem.
22 Arch. mun. Lyon, Documents relatifs au projet de budget..., doc. cité, service des vidanges, année 1882, p. 100.
23 Historique de la vidange et des différents systèmes justifiant la valeur de celui proposé par la Société lyonnaise des vidanges inodores, Lyon, Imprimerie H.Storck, 1873, 9 p.
24 Service des vidanges, rapport de la commission des intérêts publics, M. Chavanne, rapporteur, Lyon, typographie et lithographie de J. Gallet, 1876, 29 p. (p. 10).
25 Émile [Pierre-Louis dit] BURELLE, Utilisation directe et transport par canalisation des vidanges de la ville de Lyon, Lyon, Imprimerie Mougin-Rusand, 1888, 22 p. (p. 10).
26 Alfred LÉGER, Notice sur les grandes villes..., ouv.cité, p. 4.
27 Arch. dép. Rhône (Archives départementales du Rhône), 6 UP, Actes des sociétés, constitution de la Compagnie lyonnaise des agriculteurs pour les vidanges, 16 novembre 1855.
28 Ibidem, Actes des sociétés, procès verbaux des assemblées générales de la Compagnie lyonnaise des agriculteurs pour les vidanges, 24 mars et 9 avril 1856.
29 Etienne FERRAND, Vidanges à Lyon de 1856 à 1886,ouv. cité, p. 5.
30 Service des vidanges, rapport de la commission..., ouv. cité, p. 12.
31 Arch. dép. Rhône, 6 UP, Actes des sociétés, statuts de la Compagnie générale des vidanges de la ville de Lyon, 11 mai 1859.
32 Ibidem, 6 UP, Actes des sociétés, création de la société Jean Fondère et Cie, 26 juin 1871 ; dissolution de la société, 25 juillet 1874.
33 Ibidem, 6 UP/1, Actes des sociétés, création de la société Jean Fondère et Cie, 13 novembre 1874.
34 Émile [Pierre-Louis dit] BURELLE, Utilisation directe..., ouv. cité, p. 7.
35 Arch. dép. Rhône, 6UP, Actes des sociétés, mai 1855, création de la société des propriétaires pour les vidanges.
36 Arch. mun. Lyon, 1140 WP 121, Copie conforme de l'arrêté préfectoral du 15 novembre 1870.
37 Service des vidanges, ouv.cité, p. 16.
38 Salut public, 17 avril 1882.
39 Roger-Henri GUERRAND, Les lieux..., ouv. cité, pp. 143-145 ; Georges DUBY [dir.], Histoire de la France urbaine, tome 4, La ville de l'âge industriel, Paris, Éditions du Seuil, 1983, pp. 322-323.
40 Arch. mun. Lyon, 1140 WP 121, Mémoire. Historique de la vidange, ouv. cité, une planche illustrée présente les procédés mis en œuvre.
41 Service des vidanges, rapport de la commission des intérêts publics, ouv. cité, p. 13.
42 Alfred LÉGER, Notice sur les grandes villes..., ouv. cité, p. 18.
43 Arch. mun. Lyon, 1140 WP 121, Demande d'autorisation de la Compagnie anglo-française de fertilisation représentée par MM. Édouard Philippe & Cie, de Nîmes, Nîmes, typographie Clavel-Balllivet, 1874, 4 p.
44 La composition de la commission est la suivante : MM. de Saint-Charles, conseiller de préfecture, président ; les docteurs Chavanne et Gailleton respectivement président et membre du conseil municipal, Vézu, pharmacien, adjoint au maire du 6e arrondissement, Jacquet et Delocre, ingénieurs en chef des Ponts et chaussées, Gobin, ingénieur-directeur du service municipal ; trois membres du conseil d'hygiène : Glénard, directeur de l'École de médecine et vice-président du conseil d'hygiène, Loir, professeur à la faculté des sciences et Ferrand, pharmacien.
45 Service des vidanges, rapport de la commission des intérêts publics, ouv. cité, p. 23.
46 Arrêtés réglementant le service des vidanges, Lyon, Imprimerie Léon Delaroche et Cie, 1890, 26 p.
47 Arch. mun. Lyon, 400 065, Documents relatifs au projet de budget de la ville de Lyon, rapport du service des vidanges, années 1882, 1884, 1890, 1895.
48 Arch. dép. Rhône, 6 UP, Actes des sociétés. Statuts de l'UMDP, 25 octobre 1875.
49 Arch. dép. Rhône, 6 UP, Actes des sociétés, 2e trimestre 1877, registre n° 37.
50 Arch. mun. Lyon, 1140 WP 121, État du personnel des compagnies de vidanges, rapport de l'ingénieur-adjoint au préfet du Rhône, 4 septembre 1878.
51 Arch. dép. Rhône, 6 UP, Actes des sociétés, Compagnie départementale des vidanges et engrais, registre n° 47, 1er juillet 1879.
52 Gérard JACQUEMET, « Urbanisme parisien... », art. cité, pp. 532-533.
53 Service des vidanges, rapport de la Commission..., ouv. cité, p. 18.
54 Idem, p. 11.
55 Idem, p. 3.
56 Arch. mun. Lyon, 1124 WP 20, Rapport du commissaire de police du quartier de la bourse relatif à l'assemblée générale de l'UMDP le 28 novembre 1876.
57 Arch. mun. Lyon, 1140 WP 121, Rapport du directeur de la voirie au préfet du Rhône, 14 juillet 1876.
58 Arch. mun. Lyon, 1124 WP 20, Lettre de Fleury au préfet du Rhône, 12 décembre 1876.
59 Ibidem, Lettre de l'ingénieur Gobin au préfet du Rhône, 21 décembre 1876.
60 Ibidem, Lettre de Fleury au préfet du Rhône, 24 janvier 1877.
61 Ibidem, Sservice des vidanges, nouvel essai de la machine présentée par la société dite l'Union mutuelle, rapport de la commission, 27 février 1877.
62 Arch. dép. Rhône, 6 U, Actes des sociétés, registre n° 37, 2e trimestre, 12 mai 1877.
63 Ibidem.
64 Arch. mun. Lyon, 1124 WP 20, Rapport de l'ingénieur adjoint de la voirie municipale au préfet du Rhône, 22 mai 1877.
65 Voir à cet égard, dans le Salut public du 13 février 1885, la réponse du directeur de l'UMDP à la protestation des habitants d'Oullins contre l'usine de La Mouche.
66 Dictionnaire et Album. Rhône, Paris, Henri Jouve éditeur-imprimeur, 1899, 2 volumes, volume I, Achard-Jacqueau, s.p.
67 Arch. mun. Lyon, 1140 WP 121, Rapport de l'ingénieur en chef directeur de la voirie au préfet du Rhône, 15 juillet 1878.
68 Arch. dép. Rhône, 6 UP, Actes des sociétés, versements du tribunal de commerce de Lyon, registre n° 37, 12 juin 1877, constitution de la Société lyonnaise des vidanges.
69 Ibidem, registre n° 47, 1 juillet 1979, constitution de la Société départementale des vidanges.
70 Arch. mun. Lyon, 1124 WP 18, Rapport du directeur de la voirie municipale au procureur de la République à Lyon, 10 novembre 1886.
71 Ibidem.
72 Étienne FERRAND, Les vidanges à Lyon..., ouv. cité, p. 35.
73 Salut public, 23 octobre 1883. L'opération n'est pas sans danger car les cuves produisent des gaz hautement inflammables.
74 Arch. mun. Lyon, 1124 WP 20, Rapport du service des vidanges, 19 mai 1891.
75 Arch. mun. Lyon, 1124 WP 18, Rapport du Conseil d'hygiène, dépotoir de la Mouche, séance du 2 juin 1881.
76 Ibidem.
77 Arch. mun. Lyon, 1124 WP 20, Rapport du service des vidanges, 19 mai 1891 ; Salut public 13 février 1885.
78 Arch. mun. Lyon, 1124 WP 18, Rapport du conseil d'hygiène publique et de salubrité, dépotoirs de la Mouche, 2 juin 1881 : « les débordements, suite du remplissage des tonneaux de la campagne, avaient converti le sol détrempé des cours non pavées en bourbiers de fiente dans lequel piétinaient hommes et chevaux [...]. L'on se plaignait donc de la compagnie le Progrès comme on s'est plaint à bon droit et de la Cie la Départementale et de la Mutuelle. L'infection était générale et permanente ».
79 La presse quotidienne met en exergue la révolte des riverains. L'un d'eux, le docteur Paillon, médecin des ateliers PLM d'Oullins est à la pointe du combat. Il dénonce dans le Salut public du 12 février 1885 « les émanations de cet actif et immortel foyer d'infection, placé sous le patronage d'importants capitalistes plus soucieux de leurs intérêts financiers que des intérêts moraux du public ». La mobilisation débouche sur des pétitions couvertes de centaines de signatures d'habitants de Sainte-Foy, de la Mulatière, d'Oullins, de la Mouche et de la partie sud de Lyon. Voir sur ce point le Salut public du 21 février 1885.
80 Étienne FERRAND, Vidanges à Lyon..., ouv. cité, p. 28.
81 Arch. dép. Ain, 38 M 1, Compte rendu au préfet de l'Ain du système Kennedy, 3 avril 1858. Si l'on excepte l'échelle à laquelle est mise en œuvre le réseau de l'UMDP, il faut souligner que le système dans son principe a déjà été testé avec succès plus d'un quart de siècle auparavant dans le comté de Warwick. C'est ce qui ressort d'un mémorandum adressé au préfet de l'Ain par un ingénieur du service départemental des Ponts et chaussées. Au terme d'un voyage d'étude, le rédacteur de la note propose d'établir partiellement à Bourg-en-Bresse, un réseau de transport des vidanges liquides sur le modèle de celui qui existe à Rugby, ville de 8 000 habitants. Les 721 mètres cubes de vidanges quotidiennes (eaux ménagères et matières alvines) sont directement conduites dans un seul et unique réservoir de « 15 mètres de diamètre et de 3,60 mètres de profondeur ». De là, une pompe refoulante alimente un réseau tubé de 9 900 mètres qui quadrille les 180 hectares de prairie d'une vaste exploitation agricole.
82 Lyon à l'exposition universelle de 1889, Lyon, Éditions Storck, 1891, pp. 231-233.
83 Arch. dép. Rhône, PER 498, Journal de Villeurbanne, 2-9 octobre 1898.
84 Arch. dép. Rhône, 6 MP, Enquête agricole décennale de 1862, département du Rhône.
85 Arch. dép. Isère, 137 M 34/35, Enquête agricole décennale de 1892, département de l'Isère.
86 Arch. dép. Rhône, PER 225, Le Cultivateur progressiste, 20 septembre 1886, n° 18, Compte rendu du concours de Vénissieux.
87 Ibidem, 15 novembre 1890, n° 118.
88 Association française pour l'avancement des sciences, Lyon et la région lyonnaise en 1906, Lyon, Rey et Cie, 1906, 2 tomes, 664 p. (p. 100).
89 Entretien François Peysson, maraîcher à Vaulx-en-Velin, 10 juillet 2001.
90 Entretien Albert Crozy, maraîcher à Vaulx-en-Velin, 22 octobre 2001.
91 Entretien Maurice Perrin, ancien président du syndicat agricole de Vaulx-en-Velin, 8 juillet 2001 ; entretien François Peysson, 10 juillet 2001.
92 Arch. mun. Lyon, 1124 WP 20, Rapport de l'ingénieur adjoint de la voirie, 29 novembre 1882.
93 Ibidem, Renouvellement du traité passé entre la ville de Lyon et la compagnie l'Union mutuelle des propriétaires lyonnais, rapport du directeur du service municipal, 17 octobre 1885.
94 Ibidem, Note explicative sans date ni auteur spécifié.
95 Le Cultivateur progressiste, numéros n°78-82 du 15 mars au 15 mai 1889.
96 Ibidem, n°  78, 15 mars 1889.
97 Arch. mun. Lyon, 1124 WP 20, Lettre de Louis Foray au maire de Lyon, 25 décembre 1888.
98 On retrouve une trace de cette inquiétude dans un compte-rendu publié dans Le Cultivateur progressiste, n° 77, 1er mars 1889 : « La séance du Comice terminée, M. Godard prend la parole, et dit qu'il croit intéresser l'assemblée en lui donnant quelques renseignements sur le syndicat des agriculteurs de Villeurbanne qui s'est fondé dans le canton pour l'exploitation de la matière dans les 3e et 6e arrondissements de Lyon [...]. Arrivant à la panique qui s'était emparée un moment de quelques-uns des membres de ce syndicat au sujet des mesures prises envers eux par la Compagnie actuelle, je puis leur affirmer, dit M. Godard, qu'aucune liste n'a été remise au directeur, du moins par un des membres du bureau du syndicat ».
99 Le Cultivateur progressiste, n° 79, 1er avril 1889.
100 Ibidem, n° 81, 1er mai 1889.
101 Arch. mun. Lyon, 1124 WP 21, Rapport de l'ingénieur chef de la voirie municipale, 9 février 1889 : « L'administration municipale et le public ne gagneront rien à voir se multiplier par trop dans l'intérieur d'une grande ville comme Lyon des exploitations de vidanges qui semblent organisées surtout en vue de satisfaire à des besoins agricoles ».
102 Ibidem, Statuts de la société coopérative des propriétaires des 3e et 6e arrondissements de Lyon (rive gauche du Rhône) et de sa banlieue pour les vidanges, Lyon, Imprimerie et lithographie F. Demaison, 1890, 19 p.
103 Arch. dép. Rhône, 7 MP 43, Syndicats dissous, Syndicat des agriculteurs indépendants de la banlieue lyonnaise.
104 Le Cultivateur progressiste, 15 septembre 1890, n° 114.
105 Arch. mun. Lyon, 400 065, Documents relatifs au projet de budget de la ville de Lyon, service des vidanges, rapports de 1890 et 1900.
106 Arch. mun. Lyon, 1124 WP 20, Rapport du maire de Lyon au conseil municipal, cautionnement des compagnies de vidange, 8 novembre 1899.
107 Arch. mun. Lyon, 1124 WP 21, Exploitation des vidanges par la compagnie des propriétaires de Lyon et sa banlieue, 24 juin 1891.
108 Ibidem.
109 Journal de Villeurbanne, 1er avril 1900.
110 Ibidem, 10 septembre 1899. Lors du concours agricole de Vaulx-en-velin, en septembre 1899, le président du comice agricole de Villeurbanne rappelle aux agriculteurs « leur attention sur le tout-à-l'égout que doit pratiquer la ville de Lyon ; après avoir jeté ce premier cri d'alarme, il les engage à prendre des mesures pour remplacer ces précieux engrais ».
111 Arch. mun. Lyon, 923 WP 340, Lettre de l'Union du Sud-Est des syndicats agricoles au maire de Lyon, 15 février 1908.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Aguerre, « Scatophobie des villes, scatophilie des champs. Gestion et utilisation des fèces à Lyon à la fin du 19e siècle », Ruralia [En ligne], 12/13 | 2003, mis en ligne le 01 juillet 2007, consulté le 27 juin 2017. URL : http://ruralia.revues.org/329

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page