Navigation – Plan du site

Éditorial

Jean-Luc Mayaud

Entrées d’index

Mots-clés :

Editorial
Haut de page

Texte intégral

1Les études rurales connaissent un incontestable élargissement que reflète la présente livraison de Ruralia. En témoignent la diversité des 600 références bibliographiques rassemblées dans ce volume et l'annonce de la grosse centaine de communications programmées pour sept des principaux séminaires de recherche ruraliste de l'année universitaire 2003-2004. Surtout, douze articles et dix positions de thèse ou de mémoires d'habilitation à la direction de recherche ont mobilisé 25 auteurs dont les travaux ont été retenus par le comité de rédaction de notre revue. L'ampleur et la variété des textes publiés attestent notre souci de fréquenter, souvent en les renouvelant, les champs déjà labourés et celui de contribuer à l'ouverture de nouveaux chantiers.

2Chacun des textes publiés pose, au moins implicitement, la question des moyens de notre connaissance, interrogeant le protocole de recherche à l'œuvre, la validité des sources utilisées et la pertinence des méthodes développées. Plusieurs auteurs abordent ces aspects frontalement. Pierre Cornu, en historien, revisite l'itinéraire de Lucien Gachon, rencontré lors de ses travaux consacrés à la déprise humaine dans le Massif central 1 : il importait de contextualiser la formation et les productions de cet auteur prolixe ­ et toujours revendiqué localement ­ afin de montrer de façon exemplaire que l'on ne peut « comprendre le géographe sans lire le romancier, et vice versa ». Leçon de méthode et de questionnement encore lorsque Natalie Petiteau construit le sujet de son habilitation à la direction de recherche. Si la légende napoléonienne et la littérature ont souvent campé la figure de l'ancien grognard animateur des veillées villageoises, il convenait d'écrire enfin une histoire la plus « totale » possible de la réinsertion des soldats ayant survécu aux guerres du Premier Empire 2 : la mobilisation des sources « classiques » de l'histoire sociale, et ce jusqu'à la saturation des fichiers, autorise enfin une analyse de ces destinées singulières. Tout aussi pertinente apparaît la démarche de Josette Debroux au sujet de « la nouvelle jeunesse » des jurys communaux : la collecte et la fabrication des données ne sont jamais neutres 3, et les « décideurs » qui les sollicitent autant que les chercheurs qui les utilisent ont tout intérêt à exercer le plus grand sens critique. L'observation des changements contemporains implique encore les économistes du rural, qui posent la question des théories mobilisées. Au sujet de la « flexibilité du travail en agriculture », observée à l'échelle des ménages, Patrick Mundler et Catherine Laurent analysent une récente évolution qui aurait conduit des formes de flexibilité financière et numérique aux flexibilités nettement plus techniques et fonctionnelles. Jeune agro-économiste venu d'Albanie, Djin Biba use lui aussi de pragmatisme pour l'analyse de la « réforme agraire », tout en s'appuyant sur « la théorie du choix public » et « la théorie distributive du changement institutionnel » : certes, « l'Histoire ne se répète pas », mais l'exemple albanais donne à lire une évidente contemporanéité des « institutions sociales » que sont, pour l'auteur, « la communauté villageoise, les réseaux sociaux et la famille ».

3Mêmes réflexions théoriques et mêmes initiatives méthodologiques dans les heureuses tentatives de renouvellement de l'approche du politique. La position de thèse de Dominique Danthieux rend compte de « la formation de l'identité politique » dans le département de la Haute-Vienne, en aval des limites chronologiques que s'était naguère fixé Alain Corbin 4. Le vingtième siècle communiste fait l'objet, quant à lui, de la thèse de sociologie politique comparative de Julian Mischi, jeune auteur qui se positionne « contre la vision réductrice et uniquement urbaine du communisme ramené essentiellement à la figure des banlieues rouges parisiennes » ; il accorde donc « une grande importance au monde rural » du Bourbonnais et du Pays-Haut lorrain. Enfin, l'article proposé par Mélanie Atrux s'inscrit dans le patient renouvellement de l'étude du procès de politisation au village : appliquer au champ du politique les méthodes de l'histoire sociale fine ouvre de séduisantes perspectives et permet, entre autres, de discuter la validité du phénomène de « descente de la politique vers les masses » 5. La « malheureuse affaire de la nouvelle église » de Collonges-au-Mont-d'Or cristallise les tensions et offre un beau terrain pour approcher la politisation dans une commune du département du Rhône. Pour Philippe Grandcoing, les micro-évènements qui s'enchaînent dans un hameau de Haute-Vienne, commune de La Roche-L'Abeille, donnent à lire « une micro-société où l'homme, maître de la terre, impose une domination sociale mais aussi sexuelle », domination cependant contestée lorsqu'enfle la rumeur, qu'intervient la justice et que jouent des rapports de force dont on aimerait mesurer les probables traductions politiques.

4Un sujet de recherche envisageant des aspects a priori marginaux offre matière à relecture : l'étude des galeries forestières de l'Uruguay, très rares en ces pays de pampa, permet à Pierre Gautreau « de présenter quelques pistes de recherche de biogéographie historique concernant ce type de formations végétales » au tournant des 18e et 19e siècles, grâce à « la relative abondance des sources coloniales traitant des forêts ou des proto-industries liées à l'exploitation du bois ». Une habilitation à la direction de recherche est également l'occasion de donner sens à un itinéraire scientifique : celle de Gilles Brunschwig, au sujet de la « spatialisation des systèmes d'élevage en montagne » rend compte, en les démultipliant, des perspectives comparatives diachroniques entre les Andes centrales du Pérou, l'Altiplano du Guatemala et le Massif central français. La découverte de sources jusqu'alors négligées permet encore à Jean-Pierre Aguerre de traiter, sans trivialité aucune, des « liens complexes que tissent la ville [de Lyon] et sa périphérie rurale » au sujet de l'utilisation des vidanges : « les excréments et les ordures de la ville sont l'or des champs ». Observée durant le dernier tiers du 19e siècle, cette forme de solidarité ville-campagnes 6 rappelle au chercheur les risques de l'enfermement des études rurales dans une acception trop étroite, limitée par exemple aux seules communes de moins de 2 000 habitants… Surtout, les relations n'apparaissent pas toujours aussi « complémentaires ». En témoignent les conflits se rapportant aux usages de l'espace rural : Laurence Thomsin choisit d'observer les mobilités résidentielles et leurs conséquences à travers l'exemple des parcs naturels en Wallonie, insistant sur les « segmentations spatiales » et les « mécanismes de régulation ». À lire la riche thèse que Didier Busca consacre au couple agriculture/environnement dans un « contexte de forte stigmatisation politique et sociale de l'activité agricole », la très lente construction de dispositifs agro-environnementaux induit « l'institutionnalisation d'arènes nationales et locales de négociation qui émergent comme autant de lieux d'expression d'une multitude d'acteurs non agricoles ». Les processus d'adaptation des agriculteurs aux mesures environnementales sont l'un des aspects de l'évolution des métiers de la terre. La question de la formation professionnelle des agriculteurs est posée dans une démarche comparative par Nelly Stephan, qui tente de mesurer et d'expliquer les écarts d'efficacité entre les dispositifs anglais, français, italien et polonais. Cette suggestive approche macro-statistique mériterait à l'évidence d'être complétée et éclairée par des études réalisées à une échelle plus fine. C'est à celle des Coteaux du Lyonnais qu'Annie Dufour, Cécile Bernard et Marie-Alix Angelucci analysent les identités professionnelles d'agriculteurs confrontés aux nouvelles tâches qu'impliquent les formes de multi-fonctionnalité, cette dernière étant pour les auteurs « un nouvel enjeu pour l'agriculture » dans la mesure où elle « interroge le métier d'agriculteur, ses finalités, les normes et les références techniques » et où elle est susceptible « d'offrir de nouvelles dimensions symboliques, mais aussi une légitimité nouvelle à ceux qui exercent une activité agricole sans en faire leur métier ». Mutations du rural, mutations des métiers, mutations des formes de l'engagement des jeunes agriculteurs dans les organisations professionnelles agricoles, tels sont les questionnements mis en œuvre par François Purseigle dans une thèse remarquée (sur laquelle nous reviendrons prochainement 7) : il y campe une « génération [qui se définit] face à une crise identitaire sans précédent » tant au sein du « système exploitation-famille, théâtre conflictuel des schèmes identificatoires » que du « système professionnel agricole ».

5Le champ du rural est aujourd'hui élargi aux travaux relevant de la question de l'alimentation. Stéphane Ravache engage une comparaison sexuée entre les pratiques culinaires des urbains et celles des ruraux et cherche à différencier les préférences alimentaires de chacune et de chacun : le sujet est d'une grande complexité tant les facteurs sont nombreux dès lors que l'on s'interroge, par exemple, sur le « genre », mais encore sur les types de milieux considérés. Catégories, pratiques et représentations alimentaires sont discutées par deux thèses récemment soutenues devant l'Université Lyon 2. Delphine Balvet s'intéresse à « la consommation de productions locales en Bresse de l'Ain », faisant « l'hypothèse que plus la proximité avec le produit et son système de production est forte, plus l'attention du consommateur vis-à-vis de ce qu'il mange est soutenue et plus l'aliment est appréciable ». Nathalie Bétry, quant à elle, travaille sur les « sites remarquables du goût » mêlant « municipalités, producteurs, populations, associations locales et touristes-consommateurs » et discute « la mise en valeur des territoires par les productions locales » dans neuf des places marchandes ainsi labellisées. Du produit alimentaire à la mise en patrimoine, l'itinéraire est donc fréquenté : après une thèse consacrée à la France fromagère et une série de belles études sur les « produits de terroir » et les liens aux lieux, Claire Delfosse, géographe, a soutenu une habilitation remarquée pour laquelle elle met en perspective « les rôles que jouent la culture et le patrimoine dans la dynamique et dans la recomposition des territoires ruraux » : il s'agit de « considérer les relations entre culture et patrimoine, la place qui leur est accordée dans les politiques de développement, dans les pratiques associatives, étatiques et des collectivités territoriales ». Parallèlement, Claire Delfosse a guidé Olivier Rialland pour sa thèse, consacrée aux Parcs et jardins des châteaux dans l'Ouest de la France : cette foisonnante étude tente ainsi de saisir l'évolution longue de la place de ces parcs et jardins dans les paysages ruraux, d'analyser le « processus de mutation et de reconnaissance patrimoniale » qu'ils connaissent et d'étudier leur ouverture récente « à la demande touristique et récréative ».

6Telle nous apparaît être la richesse de la présente livraison : nous espérons que notre appréciation sera partagée. Certes, pour la seconde année consécutive, Ruralia paraît avec retard et sous la forme d'un seul volume double. Nous prions nos lecteurs de bien vouloir nous pardonner. On l'aura compris, la petite équipe qui anime la revue et organise sa fabrication est trop sollicitée : le bénévolat de chacun de ses membres connaît d'inévitables limites dès lors que croissent les tâches professionnelles ou que s'affirment les contingences de la vie privée. Les bonnes volontés sont donc les bienvenues afin de nous aider à livrer dans les meilleurs délais les deux numéros de l'année 2004.

Jean-Luc Mayaud

Rédacteur en chef

Haut de page

Notes

1 Pierre CORNU, Une économie rurale dans la débâcle, Cévenne vivaraise, 1852-1892, Paris, Larousse/Sélection du Reader's digest, 1993, 189 p. ; Pierre CORNU, La forteresse vide. Une histoire des hautes terres du Massif central entre déprise humaine et emprise symbolique (19e-20e siècles), Thèse pour le doctorat en histoire, Université Lumière-Lyon 2, 2000, 3 volumes, 865 f° et 189 f°, publication annoncée. [voir position de thèse, parue dans Ruralia n°7, 2000]
2 Aujourd'hui publiée : Natalie PETITEAU, Lendemains d'Empire. Les soldats de Napoléon dans la France du 19e siècle, Paris, La Boutique de l'histoire, 2003, 400 p.
3 Voir, entre autres : Alain DESROSIÈRES et Laurent THÉVENOT, Les catégories socio-professionnelles, Repères, Paris, Éditions la Découverte, 1988, 127 p. ; Alain DESROSIERES, « Comment faire des choses qui tiennent : histoire sociale et statistique », dans Histoire et mesure, volume 4, n° 3-4, 1989, pp. 225-242 ; Robert CASTEL, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1995, 490 p.
4 Alain CORBIN, Archaïsme et modernité en Limousin au 19e siècle. 1845-1880, tome 1, La rigidité des structures économiques, sociales et mentales, tome 2, La naissance d'une tradition de gauche, Paris, Marcel Rivière, 1975, 2 volumes, 1168 p.
5 Maurice AGULHON, La République au village. Les populations du Var de la Révolution à la Seconde République, Paris, Plon, 1970, 543 p. Réédition : Paris, Éditions du Seuil, 1979.
6 Parallèlement à la rédaction de cet article, Jean-Pierre Aguerre traite de son sujet dans la perspective des solidarités ville-campagnes : Jean-Pierre AGUERRE, « Le lien excrémentiel : les vidanges de Lyon et leur utilisation par la périphérie rurale (1860-1914) », dans Pierre GUILLAUME [dir.], Les solidarités 2. Du terroir à l'État. Colloque de Bordeaux, 20-21 juin 2002, Pessac, Publications de la Maison des sciences de l'homme d'Aquitaine, 2003, pp. 457-467.
7 François PURSEIGLE, « Du texte aux variables. Contribution de l'analyse textuelle à la compréhension de l'engagement professionnel des jeunes agriculteurs », dans Ruralia, n° 14, 2004, à paraître.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Mayaud, « Éditorial », Ruralia [En ligne], 12/13 | 2003, mis en ligne le 05 juillet 2004, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://ruralia.revues.org/323

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page