Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Henri PITAUD, Paysan et militant. Mes chemins sauvages. Souvenirs 1921-1940, Beauvoir-sur-Mer, Éditions de l’Étrave, 2001, 221 p. (dont 20 pages d’annexes présentant plusieurs textes de l’auteur rédigés dans les années 1930)

Jean-Philippe Martin

Entrées d’index

Chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Une stimulante autobiographie d’un militant paysan passionné, aux convictions fortes, tel est résumé notre point de vue sur ce livre qu’on lit (dévore parfois) avec plaisir.

2Jusque là, il nous faut l’avouer, Henri Pitaud nous était peu connu. Auteur de La terre aux paysans, en 1936, aux éditions Pierre Bossuet, il était brièvement présenté dans l’Histoire de la France rurale (tome IV, p. 410 et p. 417) comme un paysan vendéen, catholique à l’orientation socialisante qui participa au congrès de Moulins (7 et 8 décembre 1935) de la Confédération nationale paysanne (CNP, proche de la SFIO). L’homme pourtant a beaucoup écrit depuis son premier livre, en français comme en espagnol (il vécut longtemps en Amérique latine). Parmi ses travaux, une chronique romancée d’une famille du marais vendéen (Dans les marais s’en vont..., préfacée par Emmanuel Le Roy Ladurie, dont l’auteur connut le père avant-guerre) et le début de son autobiographie (Le pain de la terre) évoquent sa Vendée natale. Nul besoin cependant d’avoir parcouru ces ouvrages pour être séduit par ces chemins sauvages. Armé d’une bonne carte de la Vendée, de travaux sur les syndicats agricoles (en particulier, ceux portant sur les syndicats de cultivateurs-cultivants de Bretagne) et pourquoi pas de quelques biographies de militants paysans passés de la JAC à la gauche politique (afin de mener des comparaisons), le lecteur peut se lancer à l’assaut de ce livre de souvenirs.

3Une rapide chronologie nous présente l’auteur. Henri Pitaud naît en 1899 à Sallertaine dans le nord-ouest de la Vendée, près de Challans, dans une zone de marais à quelques kilomètres de l’océan (au sud de Noirmoutier). Il y vit et travaille jusqu’en 1935, hormis trois années (1918-1921), pendant lesquelles, jeune militaire, il combat en Pologne puis au Levant. C’est en Vendée que ce jeune paysan catholique séduit par les idées de Marc Sangnier et du Sillon impulse des syndicats de paysans indépendants qui suscitent l’hostilité des autorités traditionnelles. Cette expérience se termine par un échec et, au grand dam de l’auteur, ces syndicats sont repris en main. Entre 1935 et 1940, il partage son temps entre Paris où il publie la revue L’Émancipation paysanne et la Dordogne où il tente de s’installer. Il participe à la Résistance durant la guerre, tente après celle-ci de relancer sa revue, n’y parvient pas puis s’installe définitivement au Paraguay en 1951, où il décède en 1991. Dans ce livre Henri Pitaud évoque sa vie entre 18 et 41 ans.

4Le texte a été rédigé vers la fin de sa vie, imprimé en 1988 au Paraguay et repris après quelques modifications par les éditions de l’Étrave en 2001. Le style en est alerte, vivant quoique parfois un peu trop condensé sans que le lecteur sache trop bien si cela est dû à l’auteur (forte personnalité aux jugements un peu rapides parfois) ou à l’éditeur qui a été contraint de recomposer le texte (il avait été mis en forme par des typographes de langue espagnole) et l’a parfois allégé sans, dit-il, “ rien retrancher du contenu ” (p. 10).

5Le point de vue est parfois trop tranché et sans nuances. La guerre d’Espagne apparaît ainsi comme un combat confus et les combattants républicains y sont peints sans complaisance. La présentation des combattants anarchistes de la FAI, “ miliciens aux visages inquiétants ”, dont certains “ étaient des théoriciens fanatisés ” mérite d’être lue avec une attention critique. Henri Pitaud s’y montre acerbe vis à vis des résultats de la tentative de “ collectivisation ” qu’aurait mise sur pied la CNT dans la région de Valence, “ les oranges pourrissaient sous les orangers ! ” (p. 170) sans cependant céder au stalinisme dont il décrit la violence répressive vis à vis des autres courants de gauche. Et c’est peut-être là une des clefs du livre qui en fait sa richesse, son intérêt mais parfois aussi ses côtés agaçants. Henri Pitaud est proche au départ du catholicisme social, il entend implanter la Jeune République en Vendée, puis il se rapproche de la SFIO (sans que ce soit hélas décrit et expliqué suffisamment) et enfin rompt avec celle-ci sans s’aligner sur le PCF dont il se méfie. Il semble hésiter à la fin des années 1930 (parmi bien d’autres, il rencontre Victor Serge ou Jacques Le Roy Ladurie qu’il héberge) et paraît privilégier le combat syndical paysan — “ paysaniste ” dit-il (p. 213) —, mais reste hostile à Dorgères et au “ fascisme vert ”. L’indépendance de jugement est grande, la pertinence des analyses intéressante, mais l’isolement total (tant en Vendée que sur le plan national) sinon tragique, à la différence des militants de la JAC de Loire-Inférieure des années 1960-1970. Est-ce cela qui encourage une trajectoire des plus individuelles (la fréquence du “ je ” est grande dans certaines pages) et qui explique son départ pour le Paraguay ou ses difficultés économiques récurrentes constituent-elles le principal motif ?

6Paysan, l’homme l’est incontestablement : il est sorti du marais de Sallertaine et y vit jusqu’en 1935. L’endroit peut se révéler des plus hostiles. Ainsi de la métairie la Villate qu’il travaille après avoir été chassé du fait de son soutien à Marc Sangnier de la précédente. À la Toussaint, “ les jours pluvieux et les "grandes aives" arrivent. Le bocage gorgé d’eau se déverse sur le marais ”... En novembre 1926, “ depuis trois jours, le vent soufflait en tempête... Les vagues se formaient sur la route... ”. L’isolement est grand. Le premier hiver, la Villate est coupée pendant deux semaines du reste du monde car le marais est gelé. Pour circuler dans les marais, il faut “ nioler ”, ce que fait l’auteur pour rejoindre ses amis. L’emploi des expressions locales, l’évocation des fêtes ou des chansons de mariage nous font pénétrer dans l’univers de cette région, mais c’est surtout la trajectoire sociale et politique de l’auteur qui retient l’attention. Henri Pitaud est d’abord journalier puis métayer, il subit la domination des nobles locaux, des prêtres conservateurs mais aussi des républicains laïques qui ne cherchent pas, eux non plus, selon l’auteur, l’émancipation des paysans. Il est aussi confronté aux préjugés d’une partie des paysans de la “ Vendée blanche ” et ne réussit qu’un temps à en regrouper une partie. Considérer cette Vendée comme un isolat serait cependant une erreur. Le parrain d’H. Pitaud qui vit, en effet, au Canada, est revenu, l’auteur a combattu en Pologne et au Moyen-Orient. Les journaux comme les hommes circulent et les cafés sont des lieux de réunion. Léon Daudet vient faire un grand discours à proximité et Marc Sangnier se présente à des élections législatives dans le département avec le soutien d’Henri Pitaud. Par ailleurs, l’auteur entretient des relations épistolaires nombreuses et variées.

7C’est son parrain qui le premier lui parle avant-guerre de Marc Sangnier et du Sillon “ mouvement religieux de jeunesse [qui] voulait réconcilier... l’Église avec le Peuple ” (p. 38). Il reçoit un exemplaire du journal La Jeune République en 1925, s’y abonne et prend contact avec d’autres lecteurs. C’est au retour du VIIe congrès de la Jeune République, auquel il assiste, qu’il décide de devenir un militant. Il se sent catholique mais républicain et veut lutter contre les injustices sociales, d’où son opposition à la partie de l’Église qui oppose “ le Christ et la Démocratie ” (p. 48). Son militantisme, il le déploie dans deux directions principales, le syndicalisme paysan et l’action politique.

8Il abonne d’autres personnes au journal (les trois premiers abonnés de Sallertaine ont connu l’expérience de la guerre et parmi eux se trouvent un tailleur et un ouvrier-maçon). Il multiplie alors les contacts, les réunions et les relations. Parmi celles-ci, l’abbé Trochu directeur de l’Ouest-Éclair “ qu’insultaient chaque dimanche les journaux royalistes vendéens ” ou Marc Sangnier dont il soutient la candidature à la députation en Vendée en 1932. Mais, pour l’auteur, “ la candidature de Marc Sangnier constituait un défi inacceptable pour toute la caste réactionnaire ” (p. 109) et fut un échec. Il se rapproche peu à peu de la SFIO, soutient, au départ, le Front Populaire qu’il critique après un temps et se rend même en Espagne aux côtés des combattants républicains. Le texte, un peu trop rapide peut-être pour ces années décisives, montre un Pitaud isolé, un peu désabusé, mais qui continue ses efforts militants en faveur des paysans.

9Il avait rencontré l’abbé Mancel et tenté, dans son sillage, d’implanter en Vendée des syndicats paysans. Le premier est créé en septembre 1929, un an plus tard, 25 sont recensés et une fédération de Vendée est mise en place. En 1933, cette fédération paysanne présente même des candidats aux élections aux chambres départementales d’agriculture qui affrontent dans un climat tendu des grands propriétaires — deux de la “ réaction blanche ” et deux “ soi-disant "rouges" ”, la liste du “ beau monde ”, (p. 111). La fédération paysanne échoue, de peu certes, puis est confrontée à des manœuvres qui lui portent un coup fatal. Découragé par cet échec, et confronté à des difficultés, H. Pitaud tente de s’installer dans le Périgord tout en rejoignant la CNP animée par Tanguy Prigent et Calvayrac dans laquelle, laisse-t-il supposer, son indépendance politique l’empêche d’obtenir des responsabilités. L’homme aime travailler seul et n’est pas toujours commode semble-t-il. Sa grande réalisation, c’est en plus du livre publié en 1936, le journal Les cahiers de l’émancipation paysanne. Journal du Prolétariat paysan qui paraît à partir d’avril 1934. Le manifeste, dans le premier numéro, s’adresse aux “ camarades paysans ”, affirme la fierté d’être paysan et déclare : “ nous ne voulons pas être des citoyens de deuxième catégorie. Nous proclamons notre droit au bien-être, à la culture, aux loisirs ” (p. 124). Dans Le pain de la terre, il s’oppose au corporatisme : le syndicalisme qu’il appelle de ses vœux doit se faire dans la démocratie et la liberté. D’où son opposition au “ fascisme vert ”, à Dorgères, et son appui au Rassemblement populaire. Ce journal voit des personnalités différentes y écrire. Un numéro spécial, avec la participation de Le Corbusier, sur la “ ferme radieuse ” est publié. Mais, certains écrits peuvent choquer les partis de gauche. “ Si nous luttons contre la duperie du "Front paysan", ce n’est pas pour monter la garde près des coffres-forts de "gauche"‘, car il y en a aussi ”, écrit-il en janvier 1936 (p. 207). H. Pitaud, n’est décidément pas alors un homme de parti.

10Sa trajectoire a d’ailleurs quelque chose de pathétique, malgré un ego assez marqué. Son militantisme, ses articles, sont parfois des cris lancés avec justesse mais que personne n’entend ou ne veut entendre. Il semble un temps capable de mettre en œuvre une petite dynamique militante en Vendée, mais il subit un échec comme s’il avait eu raison trop tôt et était trop seul dans cette région. A contrario, les enfants de l’Ouest, ont réussi dans les années 1950-1960 à plaider pour la modernisation des campagnes ou, pour ceux qui plus tard se sont rapprochés des gauches, à privilégier l’action revendicative car ils ont pu constituer des équipes militantes. Il ne parvient pas non plus à développer son exploitation (quoiqu’il ne semble pas dans la misère) et change à plusieurs reprises de lieu de travail en Vendée comme en Périgord. La fin, trop rapide, de l’ouvrage témoigne de ce sentiment d’échec, conforté par la marche à la guerre. Le chapitre 27 (“ Dans les tranchées de Huesca ”) porte sur la répression sanglante menée vis à vis des militants du POUM par les staliniens en Espagne. Le chapitre 28 est intitulé “ Déçu du Front Populaire ”, le chapitre 30 évoque “ le rêve d’une internationale paysanne ” qu’il ne peut mettre sur pied et le suivant (et dernier) a pour titre “ Les peuples sont toujours vaincus ”. Seuls son installation en Dordogne, son journal, les liens qu’il tisse par lui ou “ l’éclatante ” Ileana semblent lui apporter de la joie (chapitre 29).

11L’indépendance d’esprit d’Henri Pitaud, son franc-parler, font de son livre, justement sous-titré mes chemin sauvages, un ouvrage riche. Il évoque le militantisme syndical parmi les paysans sans langue de bois, sans sacrifier à une quelconque tendance et sans masquer les difficultés rencontrées, ce qui en fait tout l’intérêt. Il donne en tout cas envie qu’un chercheur s’intéresse de plus près à son parcours, à ses activités et à ses ouvrages afin d’enrichir et de nuancer cette autobiographie passionnée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Philippe Martin, « Henri PITAUD, Paysan et militant. Mes chemins sauvages. Souvenirs 1921-1940, Beauvoir-sur-Mer, Éditions de l’Étrave, 2001, 221 p. (dont 20 pages d’annexes présentant plusieurs textes de l’auteur rédigés dans les années 1930) », Ruralia [En ligne], 10/11 | 2002, mis en ligne le 22 janvier 2005, consulté le 21 mai 2017. URL : http://ruralia.revues.org/317

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page