Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Christian BOUGEARD, Tanguy Prigent, paysan ministre, Rennes, Presses universitaire de Rennes, 2002, 363 p.

Édouard Lynch

Entrées d’index

Chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Parmi les figures politiques de la France du XXe siècle, Tanguy Prigent occupe incontestablement une place originale. Il est sans doute le seul cultivateur cultivant, titulaire de son certificat d’études, à accéder à la tête de l’agriculture française, poste plus naturellement dédié aux notables conservateurs ou républicains, et autres agriculteurs “ aux mains blanches ”, cible privilégié d’un socialisme agraire dont il est une des personnalités emblématiques.

2Paradoxalement, c’est sa nomination au ministère de l’Agriculture par le Général de Gaulle, et son maintien à cette fonction pendant plus de trois ans qui le projette dans une autre dimension, celle de l’homme d’appareil, au sein d’un parti socialiste ébranlé par la Seconde Guerre mondiale et qui ne résiste pas à l’exercice d’un pouvoir gouvernemental plus subi que réellement voulu, tout au moins pour Tanguy Prigent. Devenu un responsable politique national, le député du Finistère va lier sa destinée à celle de Guy Mollet, jusqu’au paroxysme de la crise algérienne et surtout de son ralliement au gaullisme. Son refus viscéral du 13 mai, en dépit de son admiration pour la figure historique du général, le conduit à participer aux tentatives d’élaboration de la nouvelle gauche, mais de manière de plus en plus passive. De fait, un regard d’ensemble sur la carrière politique de Tanguy Prigent montre qu’en dépit d’une ascension exemplaire et rapide, le “ paysan ministre ” ne parviendra pas à relancer véritablement sa carrière.

3La première partie relate l’ascension d’un très jeune militant paysan, dans une région et une famille de forte tradition rouge et laïque. Son itinéraire reflète la stratégie d’un parti socialiste lancé contre toute attente à la rencontre des milieux ruraux et qui, dans cette période de crise et de montée en puissance de nouvelles générations paysannes, parvient à séduire et à rassembler une frange de la paysannerie républicaine. Même s’il est difficile d’échapper à la source unique, celle des souvenirs personnels et familiaux, pour reconstituer son engagement précoce, il est incontestable que le jeune Tanguy Prigent bénéficie à la fois d’un caractère bien trempé et de solides appuis locaux. Comme d’autres militants socialistes, il profite de la crise économique et de l’enjeu nouveau que représentent les exploitants agricoles dans les affrontements politiques pour s’imposer sur le devant de la scène. Son action dans la lutte contre l’agitation dorgériste et la défense des intérêts des fermiers, doublée sur le plan local du développement de structures corporatives, lui offrent une très grande visibilité, relayée au plan national par le développement de la Confédération nationale paysanne (CNP). Son élection comme conseiller général mais surtout comme député face à des notables radicaux pourtant bien implantés localement rappelle l’importance prise par les enjeux agricoles lors des élections de 1936. Son succès le place au cœur de la dynamique gouvernementale du Front populaire et de son ministre de l’Agriculture, Georges Monnet, avec le vote de l’Office du blé. Néanmoins, les résistances conservatrices sont très fortes et la réforme du fermage, pourtant votée à une large majorité par la chambre, ne franchira pas l’étape du sénat. Tanguy Prigent, de plus en plus investi dans les débats internes du parti doit gérer ces contradictions sur le terrain, où les mécontentements renaissent.

4Le jeune député du Finistère est un homme d’action mais aussi de devoir. Son attitude durant la drôle de guerre, où il obtient de pouvoir combattre directement l’ennemi, reflète sa conception du rôle de député. Ayant combattu la guerre, puis l’ayant acceptée, il estime impossible de ne pas partager le sort de ceux qui lui ont fait confiance. S’il fait l’expérience cruelle de la débâcle, il n’en reste pas moins fidèle à la République, lors du vote du 10 juillet 1940. Une position qu’il confirme par un engagement sans réserve dans la Résistance, une résistance qui est aussi une résistance paysanne, dans la lutte pour le maintien de l’autonomie des syndicats et des coopératives menacées par les projets corporatistes. Cette attitude est d’autant plus évidente qu’elle se réalise contre les ennemis d’avant guerre, Dorgères et de Guébriant. Le combat mené par Tanguy Prigent est représentatif des espaces de contestation laissés vacants durant la première partie du régime, la présence allemande contrecarrant un temps la répression vichyste. Quant à l’engagement au sein de Libération Nord, il confirme la permanence des convictions idéologiques.

5Ce parcours exemplaire éclairci, la nomination de Tanguy Prigent comme ministre de l’Agriculture du général de Gaulle est finalement moins surprenante qu’elle a pu sembler l’être, y compris au principal intéressé. Une promotion qui n’est pourtant pas de tout repos, étant donné l’état d’épuisement du pays et l’hostilité latente vis-à-vis d’une paysannerie accusée d’avoir profité de la guerre et des difficultés du ravitaillement. Initié aux questions agricoles dans la crise de surproduction chronique des années trente, le ministre doit désormais gérer la pénurie, dans un contexte politique où l’agriculture s’efface devant les contraintes du ravitaillement. S’il parvient à mener assez rapidement la réforme tant attendue du fermage, la tentative de lancer un grand mouvement syndical républicain et unitaire est un échec sans appel. La CGA ne résiste pas à la pression des élites syndicales traditionnelles pour qui la période de la guerre et de la Corporation a été vécue non en terme de rupture et de continuité.

6Mais la participation au gouvernement, pendant plus de trois années, de la Libération jusqu’à l’éclatement du tripartisme, transforme désormais Tanguy Prigent en homme d’appareil. Par delà les solidarités nées de la Résistance, et de la rupture profonde qu’a entraîné l’assassinat de son “ mentor ”, Guy Le Normand, c’est derrière Guy Mollet que s’engage résolument le député du Finistère, dans une politique de participation puis de défense républicaine. Une collaboration qui le conduit à nouveau au gouvernement, en 1956, mais de manière quelque peu marginale, dans un poste sans véritable envergure et loin de ses compétences agricoles. Le piège de la guerre d’Algérie se referme inexorablement et Tanguy Prigent reste sourd aux contestations croissantes qui monte à l’intérieur du parti et au sein de la gauche. Le sursaut est provoqué par le retour au pouvoir du général de Gaulle. Si la nécessité de défendre la République contre les assauts gaullistes et communistes avait justifié bien des renoncements, Tanguy Prigent ne peut accepter que les socialistes cautionnent le retour au pouvoir d’un de Gaulle complice des putschistes. Après avoir tenté quelques mois de résister de l’intérieur, Tanguy Prigent rejoint le parti socialiste autonome (PSA). Cette rupture brutale, sans en avertir sa fédération, pourtant fidèle du Finistère, traduit le désarroi d’un homme de plus en plus coupé des réalités du terrain. La maladie, le délabrement physique, l’expliquent pour une part. En dépit de ces difficultés, Tanguy Prigent reste un élu enraciné. Battu aux législatives de 1958, il est réélu député en 1962, et conserve la mairie de Saint-Jean-du-Doigt. Toutefois, de plus en plus fatigué, il préfère passer la main en 1967. S’il participe encore aux différentes péripéties de la refondation de la gauche, c’est de manière de plus en plus détachée, consacrant ses derniers instants de lucidité à écrire ses souvenirs.

7Cette biographie du premier “ paysan ministre ” offre donc une vue d’ensemble sur une figure politique quelque peu tombée dans l’oubli, notamment en raison de son attitude durant la IVe République finissante. Reposant sur une utilisation systématique des travaux existants, elle juxtapose parfois des problématiques un peu différentes : qu’il s’agisse du militantisme socialiste dans les campagnes avant guerre, de l’organisation de la Résistance socialiste, puis de la vie intérieure du parti socialiste sous la direction de Guy Mollet. Ces juxtapositions, rendues le plus souvent nécessaires par la trajectoire même du député du Finistère, laissent dans l’ombre certains questionnements qui, appuyés sur des recherches inédites, auraient contribué à éclairer des points encore obscurs du personnage. C’est le cas en particulier de tout ce qui touche à l’action agricole de Tanguy Prigent dans la SFIO de l’après guerre, où il occupe une place tout de même décisive, ou de son activité de parlementaire sous la IVe République. L’exercice de la synthèse a parfois laissé subsister quelques erreurs de détails : Calvayrac, le leader socialiste de la CNP ne s’appelle pas Henri mais Élie. Quant à la loi qui fixe un prix minimum du blé, le 10 juillet 1933, elle est votée par la majorité de gauche et non par Flandin qui, revenu au pouvoir après 1934, appliquera au contraire une politique de déflation.

8Mais ces quelques remarques n’enlèvent rien à l’intérêt d’un ouvrage qui offre une première synthèse, claire, bien documentée et plaisante à lire, sur un parcours politique complexe et emblématique de l’émergence de nouvelles élites issues de l’agriculture. Comme le souligne l’auteur, il importait de proposer une “ vue d’ensemble de toutes les facettes de la carrière du jeune Finistérien ” et c’est tout le mérite de cette biographie que d’y être parvenue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Édouard Lynch, « Christian BOUGEARD, Tanguy Prigent, paysan ministre, Rennes, Presses universitaire de Rennes, 2002, 363 p. », Ruralia [En ligne], 10/11 | 2002, mis en ligne le 22 janvier 2005, consulté le 23 mai 2017. URL : http://ruralia.revues.org/316

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page