Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

François PLOUX, Guerres paysannes en Quercy. Violences, conciliations et répression pénale dans les campagnes du Lot (1810-1860), Paris, Éditions de la Boutique de l’Histoire, 2002, 376 p.

Laurent Le Gall

Entrées d’index

Chronologique :

XIXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Dans la riche production historiographique concernant le XIXe siècle français, la parution du livre de François Ploux est une excellente nouvelle. Pour plusieurs raisons : parce que l’auteur nous livre ici une analyse magistrale de la violence et de ses formes dans une société rurale, pour sa clarté d’exposition, pour le parti pris méthodologique nuancé et mesuré appliqué à une démonstration savante, rigoureuse et jamais ennuyeuse. À l’heure où l’histoire culturelle fourbit ses paradigmes, une monographie, qui plus est, au socle social affirmé, pourrait avoir le charme de ces études un peu surannées, prisonnières d’un modèle d’interprétation hésitant entre l’espoir d’une histoire totale et un localisme anecdotique, parfois, et souvent pesant. Il n’en est rien. Seul le regard neuf de l’historien construit un objet digne du plus grand intérêt. Et l’on conviendra que la violence dans le Quercy vaut bien la nuit à Paris.

2François Ploux aborde donc une société provinciale du XIXe siècle par la bande. En la décomposant sous nos yeux pour mieux la recomposer, en articulant le territorial et le judiciaire, les normes étatiques et les valeurs villageoises, il nous convie à entrer dans un monde qui ne peut que fasciner le lecteur contemporain par son étrangeté. Une société si proche de nous — cet enchantement français pour son vieux pays de paysans —, mais si éloignée surtout. Le Lot de François Ploux, c’est celui de la rixe au quotidien, du conflit intercommunal, de la disharmonie ; c’est aussi celui d’une société qui entend régler ses propres comptes à l’abri d’un regard et d’une intervention étatiques jugés par trop coercitifs et exogènes ; c’est donc le terrain d’une enquête qui, tournant le dos aux préoccupations sérielles et au primat du chiffre, entend concilier examen des faits, étude de la production normative des discours, démarche anthropologique. D’emblée, la couleur est annoncée. La violence dans cette société d’honneur est un prisme à travers lequel une collectivité se donne à lire, à la fois dans ce qui fait sa texture, son épaisseur — les formes du conflit —, et dans le système de représentations qu’elle secrète. Elle est aussi, dans cette première moitié du XIXe siècle, le baromètre de l’affrontement entre deux “ idéologies ” antagonistes : d’un côté, celle d’une société rurale quercynoise soucieuse de reproduire un modèle sociétal qui avait fait ses preuves au cours des siècles passés ; de l’autre, celle d’un État qui, par sa présence et ses coups de boutoir, espérait transformer des pratiques, unifier des comportements, bref régler et réguler le social sous l’égide de la loi. La violence, dans le livre de François Ploux, dépasse donc, de beaucoup, le strict cadre de son analyse pour dériver vers un modèle interprétatif global d’une société et de ses idiosyncrasies. Sept chapitres méticuleusement ciselés s’insèrent dans trois parties générales — “ Violence et reproduction sociale ”, “ Les logiques de la foule ”, “ La résolution du conflit ” — et permettent de faire le tour de la question. Ils abordent et complètent deux très grandes questions historiographiques qui traversent l’ensemble du livre.

3L’Autre. Les écueils sont nombreux pour qui tente d’aborder, de manière frontale, un thème qui suscite les plus vives interrogations et de très nombreuses interprétations parmi les chercheurs en sciences sociales. L’Autre est pourtant au cœur de l’étude menée par l’historien. Figure de la concorde ou, au contraire, de la discorde, c’est le frère, le voisin du hameau, l’étranger à la commune. Suivons-le, ici, en nous appuyant sur les emboîtements socio-spatiaux, du plus proche au plus lointain. En premier lieu, l’Autre prend souvent les traits d’un membre de la famille. Et pour cause ! Le Lot appartient, en effet, à une France du Sud-Ouest où la maison (l’ostal) constitue l’unité de base du système social ; sa perpétuation, rendue possible grâce à la succession unique et à l’héritage préciputaire, devant en assurer la reproduction. La maison, modèle d’inclusion familiale dominé par la figure paternelle puis par celle de l’aîné, peut être source d’exclusion dès lors que l’ordre de la succession est contesté. Il en va alors de conflits intrafamiliaux dont le règlement, parfois long, se fait le plus souvent possible, à l’abri d’une intervention de la justice officielle ; la reproduction de ce modèle social et sa pérennité étant, aux yeux des membres de la cellule économique et familiale, à ce prix-là.

4Société de maisons dans une campagne quercynoise au maillage de fermes isolées et de hameaux, la société lotoise est aussi une société de la distinction, des hiérarchies, de l’honneur. L’auteur en fait, à juste titre, une description minutieuse. Il y a du braconnier chez François Ploux qui n’hésite pas à nourrir son approche par des lectures puisées aux meilleures sources de la littérature ethnologique et anthropologique. Pour le plus grand intérêt de sa réflexion. L’entraide, les solidarités du territoire, les coups de main réciproques ont ainsi leur contrepartie parfois véhémente. Car l’Autre proche, c’est aussi le voisin. Celui qui connaît parfaitement le finage du hameau, la généalogie de telle ou telle maison, la fortune qu’elles abritent. Celui qui épie, est à l’affût de la nouvelle, n’hésite pas à propager la rumeur. Le bon voisin se fait alors chicaneur, briseur de l’unité communautaire, l’homme par qui le scandale arrive et qui risque de rompre les équilibres silencieux. Les ressorts émotionnels de la micro-société du hameau sont passés au crible. L’historien rappelle alors comment, malgré une homogénéité sociale que le groupe ne cesse de mettre en avant pour assurer sa propre cohésion devant les possibles intrusions extérieures, l’unanimité peut rapidement se lézarder : “ L’opinion publique, perpétuellement à l’affût des moindres faits et gestes des villageois, réaménage à chaque instant la hiérarchie du groupe ” (p. 78). De l’invective au conflit ouvert, il n’y a alors qu’un pas. On se cherche querelle, on s’étrille pour la délimitation d’une parcelle, on se défie verbalement au cabaret ou sur le foirail, on se provoque en duel, on s’affronte entre célibataires au cours d’une rixe pour des femmes. On se fait partisan du maire ou plutôt du curé quand la scission couve, éclate, puis accouche d’une dyarchie. On montre sa force, son courage, on met en valeur sa supériorité physique, dans une sorte de mise en scène publique où vaincre, c’est se distinguer et être reconnu. On réduit surtout l’adversaire au silence pour éprouver sa propre force et réaffirmer son rang et son identité.

5Ce qui vaut pour le voisin vaut aussi pour l’étranger, à une tout autre échelle cependant. L’Autre, c’est alors la commune voisine : entrer en conflit brise momentanément la réciprocité des échanges, les relations tissées de longue date avec les presque semblables. La vigueur des conflits intercommunaux est inouïe ; elle procède de cycles vindicatoires qui mettent brusquement un terme à une période de paix. Pour la période 1800-1860, l’auteur recense ainsi pas moins de 702 rixes entre groupes sociaux à base locale ; et encore, seules les plus graves ont laissé des traces. Quant aux sources de ces inflammations soudaines et brutales, il rappelle : “ L’honneur de la commune est donc en jeu dans chaque conflit impliquant ne serait-ce qu’un seul de ses habitants ” (p. 144). Toutes les occasions sont alors bonnes pour en découdre : lors des danses, au cabaret, au moment de la plantation d’un arbre par la jeunesse d’un village. Les combattants : pour la très grande majorité, des jeunes hommes et, principalement, des célibataires. Les théâtres de l’affrontement : à 70 %, la foire et la fête, quand l’ouverture sur l’extérieur, l’afflux des populations voisines, incitent chacun à faire l’expérience de son particularisme. Le combat : avec des pierres et des bâtons, dans des mêlées à plus de 50 souvent, sur un foirail devenant momentanément une lice populaire. C’est alors le temps de l’hubris et de l’agôn, du déchaînement des passions villageoises, dont les exemples laissent percer les coups des belligérants, les cris des vaincus, la soif de revanche. Ces petites “ guerres ” communales ne laissent pas de surprendre. Et François Ploux de s’interroger sur “ Le paradoxe de la commune quercynoise ” (p. 182). Comment, en effet, comprendre cette débauche de fureurs paysannes intercommunales alors même que la commune apparaît comme un seul cadre juridique, un espace prescrit et loin d’être vécu ? La nouvelle circonscription n’épouse que très imparfaitement l’ancienne géographie paroissiale, s’inscrit difficilement dans un territoire économique clairement structuré, est concurrencé par les sous-unités que forment les sections de la commune. Or, “ celle-ci demeure pourtant l’unité de référence privilégiée du point de vue de l’appartenance et de l’identité collective ” (p. 190). Il faut alors prendre toute la mesure, rappelle l’auteur, du “ capital d’honneur collectif ” (p. 190) qui soude la communauté et lui fait éprouver ses limites et ses frontières au moment de rencontrer ces Autres qui apparaissent alors comme autant d’ennemis potentiels.

6La norme. Ou plus précisément, les normes et ce qu’il en alla de leurs affrontements et de leurs adaptations. La première moitié du XIXe siècle voit, en effet, s’affronter dans le Lot, deux cultures, portant chacune une vision du monde profondément exclusive : celle d’un État cherchant, par l’affirmation de sa présence, à rationaliser des comportements jugés archaïques et à renforcer une nationalisation des masses ; celle d’une société paysanne imprégnée d’un système de valeurs particulier et autonome, soucieuse de ne pas plier devant les torsions que voulait lui imposer cet État. Le Lot appartient à cette France du Sud-Ouest dont on sait, depuis les travaux de “ l’école pyrénéenne ” (Jean-François Soulet, Christian Thibon, par exemple), qu’elle se caractériserait par ses sociétés de dissidence. Dans la cas du Haut-Quercy, dans le cadre de l’étude menée par François Ploux, l’État, en l’occurrence, c’est la justice. Les habitants des campagnes lotoises entretiennent avec elle des rapports complexes. N’hésitant pas à faire appel à ceux qui la servent dès qu’un individu semble avoir rompu le pacte social, ils s’en méfient le plus souvent. Nombreux sont les magistrats qui déplorent le mutisme de la population, la parole maigre des prévenus ou des témoins, lorsqu’une affaire parvient à émerger. Quant aux jurés des cours d’assises, les spécialistes du droit ne cessent de protester contre leur bienveillance, leur indulgence à l’égard de coupables peu ou mal condamnés. L’excuse règne. Un exemple : entre 1821 et 1860, les impossibles jurys lotois examinent le cas de 163 habitants impliqués dans près de 50 rixes dont beaucoup se sont soldées par la mort d’un combattant ; les verdicts sont éclairants de cette clémence qui ne se dément pas puisque, dans 60 % des cas, l’acquittement est prononcé (p. 340).

7Deux normes cohabitent qui ne s’influencent que peu ou pas du tout. Car, la société quercynoise essaie encore de régler ses conflits, en cette première moitié du XIXe siècle, comme elle le faisait jadis. Malgré le Code civil, malgré le renforcement de l’appareil judiciaire, malgré une volonté étatique de faire de tous les Français des justiciables égaux en droits et en devoirs. Dans le Lot, l’arrangement, la conciliation entre les parties, la compensation, continuent de perdurer. En marge de la justice officielle. Qu’il s’agisse d’une querelle à l’intérieur d’une famille, d’une mésentente prolongée entre deux maisons, d’une rixe intercommunale, le procédé est le même : il consiste en une résolution extrajudiciaire du conflit. Seules les modalités changent : un accord financier entre l’auteur d’un délit et sa victime, un traité de paix entre deux communes pour célébrer la fin de l’affrontement et le retour de la bonne entente. François Ploux évoque une “ véritable culture, hautement élaborée, du compromis et de la médiation ” (p. 232) et on le suit volontiers. Le tribunal est alors l’ultime recours, une fois les dernières tentatives de conciliation épuisées.

8Confrontée à une norme qu’elle ne s’était pas choisie, la société rurale lotoise a donc continué de fonctionner jusque vers 1860 — époque charnière — selon son propre système de valeurs. Sur la pérennisation de cette norme autochtone, l’auteur avance plusieurs raisons : le désir d’éviter une procédure judiciaire longue et coûteuse, la volonté de rétablir au plus vite une harmonie rompue, la possibilité d’évaluer la gravité des délits en fonction de canons qui avaient fait depuis longtemps leurs preuves. Mais, pour que le système survive, encore fallait-il qu’il fût défendu par ceux qui faisaient figure d’intermédiaires entre l’État et les communautés dont ils avaient plus ou moins la charge. Or, ces notables locaux ont participé pleinement à la résolution négociée des conflits. N’hésitant pas à jouer un rôle d’émissaire pour conforter davantage leur légitimité, les élites communales ont contribué ainsi activement à la perpétuation d’un organicisme communautaire, et partant, à la résistance d’une société rurale aux attentes d’un État qui semblait devenir de plus en plus envahissant.

9On l’aura compris : en écrivant une histoire de la violence au quotidien dans le Lot, François Ploux a écrit une histoire sociale d’un certain refus de l’État. En mettant en lumière la capacité d’une société provinciale à contourner la norme extérieure, voire à l’instrumentaliser pour en tirer profit, il a mis en valeur les apories de la construction d’un État-nation. En s’attachant à démêler l’écheveau des conflits, il a montré toute la pertinence d’une démarche qui n’omet jamais l’espace dans lequel ils s’inscrivent, un espace qui les détermine mais qu’ils fabriquent aussi 1. Le Quercy de François Ploux est exemplaire de cette histoire du rapport si complexe qui lie un État à sa société et inversement : une histoire de séduction et de coercition, de possibles compromis et de résistances plus ou moins actives, d’adaptations réciproques. Une histoire faite de temps sociaux qui échappent à cette linéarité d’un seul temps partout et pour tous, insufflé par un État-superstructure, grand horloger du social, grand ordonnateur du comput des gens, omnipotent et omniscient. Un beau travail, une réflexion salutaire et le début d’une œuvre que l’on imagine volontiers prometteuse.

Haut de page

Notes

1 Sur cet étroit rapport entre le social et le spatial, voir l’analyse très pertinente, à l’échelle micro, de Mélanie ATRUX, La politisation des campagnes lyonnaises au XIXe siècle : l’exemple de Collonges-au-Mont-d’Or, Mémoire de maîtrise sous la direction de Jean-Luc Mayaud, Université Lumière-Lyon 2, 2002.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Le Gall, « François PLOUX, Guerres paysannes en Quercy. Violences, conciliations et répression pénale dans les campagnes du Lot (1810-1860), Paris, Éditions de la Boutique de l’Histoire, 2002, 376 p. », Ruralia [En ligne], 10/11 | 2002, mis en ligne le 22 janvier 2005, consulté le 18 août 2017. URL : http://ruralia.revues.org/312

Haut de page

Auteur

Laurent Le Gall

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page