Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Jean-François BLANC, Terrasses d’Ardèche. Paysages et patrimoine, Lumbin, publication à compte d’auteur, 2001, 155 p.

Pierre Cornu

Entrées d’index

Chronologique :

Toutes périodes
Haut de page

Texte intégral

1Saluons comme elle le mérite cette nouvelle version du travail de l’un des meilleurs connaisseurs des paysages de terrasses de culture : fruit d’un travail de longue haleine, elle illustre un renouveau de l’intérêt pour la lecture des paysages qui ne peut que rencontrer les interrogations les plus actuelles des ruralistes.

2L’admiration pour l’ingéniosité et le patient labeur des paysans bâtisseurs de terrasses se retrouve chez tous les observateurs du monde rural méditerranéen, et même les moins suspects d’agrarisme militant ou de romantisme bucolique ne peuvent s’empêcher d’être surpris et touchés par la vision d’un versant abrupt à la roche dénudée par les orages et, cependant, assailli jusqu’à des hauteurs improbables par des rangées de murettes en pierre sèche, retenant de leur mieux de minces planches de terre arable. Dans les vallées de l’arc cévenol, sculptées par des générations de paysans-jardiniers jusqu’à l’apogée du milieu du XIXe siècle, puis brutalement abandonnées — les terrasses les plus précaires d’abord, puis celles, admirablement ouvragées, qui entouraient les mas ensuite —, cette admiration confine même à la piété.

3Témoin de l’ultime étape de la ruine de ces paysages de pierre et, comme les Ardéchois de sa génération, désireux d’effacer le sentiment de culpabilité vis-à-vis de leur abandon par le travail de la mémoire au moins, Jean-François Blanc se lance dès la fin des années 1970 dans un labeur tout aussi acharné et minutieux que celui des bâtisseurs des terrasses : celui de leur recension, de leur classification et de la mise en lumière de tout ce qu’elles peuvent révéler des modalités de l’anthropisation du paysage. Géographe de formation, disciple de Pierre Bozon, il soutient au début des années 1980 une thèse 1 sur l’agriculture en terrasses dans le département de l’Ardèche, et en tire en 1984 un premier ouvrage de vulgarisation intitulé Paysages et paysans des terrasses de l’Ardèche 2, à mi-chemin de la géographie agraire et de l’ethnographie, avec un souci de la profondeur historique bien dans la manière de son maître. Quelque vingt ans après ce premier travail, Jean-François Blanc revient donc sur ce même chantier (qu’il n’avait au reste jamais abandonné) et donne cette nouvelle synthèse qui, comme son titre l’indique, se place plus nettement encore dans une optique patrimoniale. C’est que le contexte a changé : l’heure n’est plus à la déploration de la déprise, mais à la revalorisation du “ désert ”. Ce n’est en effet nullement un hasard si la publication de cet ouvrage intervient l’année même de la création du parc naturel régional des monts d’Ardèche, dont les paysages de terrasses constituent, avec le châtaignier, un trait identitaire majeur. Et si bien des faïsses ardéchoises se sont définitivement effondrées au cours de ces deux dernières décennies, un nombre non négligeable a été relevé, préservé, réaménagé tant par la nouvelle génération d’exploitants agricoles, néo-ruraux ou non, que par les résidents secondaires qui détiennent plus de la moitié du patrimoine bâti dans certaines vallées.

4Porté par un tel courant, on s’étonnera que cet ouvrage soit édité à compte d’auteur : fort bien composé certes, et illustré de la meilleure manière par des croquis et des photographies de Catherine Blanc, Terrasses d’Ardèche. Paysages et patrimoine souffre toutefois des inévitables imperfections d’une telle entreprise — coquilles typographiques et, surtout, déficit de références 3. Une édition à compte d’auteur témoigne en effet avant tout du regrettable isolement d’un chercheur : l’Ardèche, trop peu irriguée par les courants de la recherche universitaire, a depuis longtemps tendance à se replier sur elle-même, profitant de la vigueur de son identité, de la force de ses traditions et de ses références propres pour se contenter d’un entre-soi qui valorise peu l’innovation et la remise en cause critique. Essentiellement fondé sur le cadre de la géographie départementale ardéchoise construit par Pierre Bozon dans les années 1960 4, le travail de Jean-François Blanc souffre évidemment de l’obsolescence de ce modèle : quel qu’ait pu être le mérite du “ vieux maître ”, sa conception de la déprise et des dynamiques du monde rural demanderait une sérieuse actualisation, et il n’est pas certain que les délimitations administratives, surtout dans un département composite comme l’Ardèche, soient les plus pertinentes pour une telle recherche.

5Cette réserve, qui touche principalement la mise en contexte géographique et historique du travail de Jean-François Blanc, n’ôte rien à la qualité de ses observations sur les paysages de terrasses et à l’intérêt extrême que l’on trouve à découvrir, avec lui, l’adaptabilité étonnante de cette technique aux contraintes du milieu montagnard méditerranéen et de la micro-propriété. Fondée sur une collecte de témoignages oraux et un travail de terrain de plus de vingt ans, la connaissance des terrasses et de leur aménagement acquise par l’auteur force l’admiration. Fort didactique, l’ouvrage permet au profane de visualiser parfaitement les contraintes et les trouvailles techniques, l’héritage du passé et les réemplois contemporains. C’est une véritable éducation du regard qui est proposée ici, et une incitation irrésistible à prendre le livre sous le bras pour aller découvrir, dans le dédale de vallées de l’Ardèche méridionale, ce monument colossal que constituent les paysages de terrasses.

6Aux aménageurs et décideurs publics, le livre de Jean-François Blanc fournit un diagnostic très détaillé de l’état de conservation des terrasses et des dynamiques de leur destruction : paysages fragiles, les terrasses disparaissent relativement rapidement une fois abandonnées, et peuvent dans leur ruine amener des conséquences fâcheuses. Pour l’historien également, ce travail recèle un grand nombre de pistes de recherches : comme l’auteur le déplore à de nombreuses reprises, aucun travail d’ampleur n’a été réalisé sur l’histoire longue de l’agriculture sur terrasses, et bien des questions restent ouvertes, notamment sur les liens entre ce mode de culture, les problèmes de l’irrigation et le morcellement du foncier. Quelles étaient les dynamiques du marché de la terre au temps de la pression démographique ? Comment s’est recomposée (ou décomposée) la propriété foncière durant la longue déprise ? Doit-on analyser les paysages de terrasses comme une structure facilitant ou bloquant l’innovation ? Il y a là un terrain d’enquête passionnant pour la micro-histoire du monde rural.

7On saura gré à l’auteur, malgré son attachement évident pour le monde bien menacé de la petite paysannerie ardéchoise, d’éviter dans cet ouvrage toute forme de passéisme ou de sacralisation stérilisante des paysages : tourné vers l’avenir, son propos est bien au contraire de faire prendre conscience aux acteurs locaux de la richesse patrimoniale des paysages de terrasses, non seulement pour la mise en valeur touristique du département, mais encore en termes de savoir-faire agricole : les techniques modernes d’irrigation donnent en effet une nouvelle jeunesse à l’agriculture sur terrasse — en terrain viticole particulièrement — et les leçons des vieux bâtisseurs doivent être mises à profit.

8L’Ardèche apparaît ainsi comme un laboratoire d’observation privilégié des dynamiques complexes de la néo-ruralité, qui font du neuf avec du vieux et contraignent à s’interroger sur les modèles simplistes du “ progrès ” légués par les Trente glorieuses. Quant à savoir si le monde des terrasses et la figure du raïol constituent effectivement des modèles du “ vivre bien ” 5, on se gardera d’émettre un jugement sur ce point : quand le paysage cesse d’être objet d’étude pour devenir référence identitaire, là s’arrête le discours des sciences sociales. Mais jusque dans sa subjectivité, le travail de Jean-François Blanc est riche d’enseignement : la dialectique anthropisation/ensauvagement, lien d’exploitation/lien affectif et identitaire est bien une clé essentielle pour comprendre l’évolution de la ruralité.

Haut de page

Notes

1 Jean-François BLANC, Un paysage en crise : les versants à terrasses en Ardèche, thèse de doctorat, Université Lyon III, 1983, 320 f°
2 Publication à compte d’auteur, 312 p.
3 La bibliographie en fin d’ouvrage (pp. 149-151) compte fort peu d’ouvrages postérieurs à 1980.
4 Pierre BOZON, La vie rurale en Vivarais, Étude géographique, Valence, Imprimeries réunies, 1963, 641 p.
5 Louant l’enracinement des Raïols, l’auteur écrit (p. 128) : “ Ils comprennent ce que signifient pour le pays tout entier, ces vastes amphithéâtres à qui les lignes horizontales et verticales donnent une allure de paysage construit, d’une synthèse savante mais fragile entre le passé et le présent, entre la nature sombre et silencieuse des chênes et des châtaigniers accrochés au versant, et l’esprit constructeur des hommes. [...] Il y a là plus que le désir de vivre, il y a celui du vivre bien ”.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Cornu, « Jean-François BLANC, Terrasses d’Ardèche. Paysages et patrimoine, Lumbin, publication à compte d’auteur, 2001, 155 p. », Ruralia [En ligne], 10/11 | 2002, mis en ligne le 22 janvier 2005, consulté le 29 juin 2017. URL : http://ruralia.revues.org/311

Haut de page

Auteur

Pierre Cornu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page