Navigation – Plan du site
Articles

Quelle(s) culture(s) de l'environnement ?

Jacques Rémy

Résumés

Les agriculteurs et éleveurs se convertissent-ils peu à peu à une nouvelle « culture environnementale » ? On s'appuie principalement sur des observations conduites dans le cadre de mesures agri-environnementales (Vercors) et de campagnes de sensibilisation (Dijonnais) pour identifier les changements de pratiques de culture et d'élevage et les évolutions des représentations des exploitants agricoles. Dans ces deux régions, et aussi dans le Yorkshire, les pratiques et les discours des actifs agricoles marquent un souci grandissant de préserver l'environnement, dans la mesure où cela leur paraît compatible avec les logiques techniques et économiques auxquelles ils se sentent soumis. On observe parmi les agriculteurs des variations importantes dans l'appréciation de la gravité de la situation et de l'importance des changements de pratique à opérer. Mettant en avant les impératifs économiques tout en revendiquant leur activité d'entretien de la nature, les agriculteurs cherchent à résister à la pression sociale tout en tentant de préserver une image positive d'eux-mêmes chez les autres groupes sociaux. La construction d'une nouvelle culture de l'environnement est un processus lent, contrarié voire empêché par la poursuite du modèle de production intensive toujours dominant aujourd'hui ; elle suppose un débat permanent et direct entre les acteurs sociaux de toutes appartenances.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Cet article n'a pas pour ambition d'examiner la culture des élites ou la pénétration des philosophies environnementales dans le champ politique et scientifique, thèmes qui ont donné lieu à de nombreux ouvrages 1. Ce sont les agriculteurs et éleveurs, « agents de terrain » qui sans cesse modifient le milieu dont ils tirent leur subsistance et la nôtre, dont on cherche ici à connaître et à faire connaître les pratiques et les points de vue sur ces questions d'environnement, conscient de leur absence relative dans le débat, même si leurs organisations professionnelles y prennent une part active. Quelle peut être la réception des inquiétudes de nos sociétés à propos de la qualité du paysage, de l'eau, de l'air, de l'alimentation auprès de ceux qui, précisément, « entretiennent » les paysages, produisent nos aliments et éventuellement portent atteinte à la qualité des eaux que nous buvons ?

2On se propose tout d'abord de présenter quelques unes des observations qui ont été conduites lors de la mise en œuvre de la première mesure agri-environnementale appliquée en France : cette mesure a d'abord fait l'objet d'une expérimentation dans le Vercors et d'un suivi, par les chercheurs des diverses disciplines intéressées, portant en particulier sur l'accueil de cette mesure et les changements qu'elle a pu générer dans la conduite des exploitations.

3En contrepoint de cette toute première expérience menée dans un contexte assez exceptionnel (agriculture de montagne dans le cadre d'un parc naturel régional), il a paru judicieux de rendre compte des discours et du comportement d'exploitants confrontés à une situation significative des problèmes de l'agriculture intensive des grandes plaines productives ; la direction d'un mémoire de diplôme d'ingénieur agricole a fourni l'occasion d'examiner de près comment les agriculteurs du Dijonnais s'impliquaient dans la protection de l'environnement, en l'occurrence en tentant de restaurer la qualité de la ressource en eau, dans le cadre d'une action de sensibilisation et de prévention des pollutions diffuses (Ferti-Mieux).

4Enfin, il a semblé intéressant de confronter ces deux expériences françaises avec un cas étranger afin de mieux percevoir différences et homologies avec les attitudes et pratiques d'autres agriculteurs européens, l'exemple d'éleveurs britanniques paraissant particulièrement éclairant, au regard de l'avance prise par le Royaume-Uni en matière de mesures agri-environnementales. Comment l'agriculture et l'élevage britanniques, dans un pays ouvertement tourné vers une vision libérale de l'activité agricole et en même temps fort soucieux de la protection de son paysage concilient-ils, ou non, les objectifs économiques et environnementaux dans le cadre concret du travail de la ferme ?

5Les trois « terrains » évoqués ici, parcourus par trois « enquêteurs » différents, ont en commun d'avoir été examinés aussi bien sur le plan des pratiques culturales et d'élevage que sur celui des représentations professionnelles de ces « acteurs environnementaux » que sont les agriculteurs et les éleveurs 2.

Production en partie double

6Quelle est la position des actifs agricoles du Vercors confrontés à la demande sociale qui leur est adressée et que l'on peut résumer ainsi : produire un environnement plus sain, plus accueillant à la faune, à la flore et aux touristes, plus « esthétique » ? Quelles réserves les paysans formulent-ils à son égard ? L'adhésion aux mesures agri-environnementales implique-t-elle une « conversion » à la « cause environnementale » ? Voilà ce que l'on se propose d'examiner tout d'abord, en gardant en mémoire le caractère expérimental de cette première opération sur le territoire national.

Un nouveau contrat ?

7Les mesures agri-environnementales décidées à Bruxelles dès 1985 et rapidement appliquées en Grande-Bretagne et en Allemagne ont pu enfin paraître acceptables en France à partir de 1989. La démarche générale de ces mesures ­ dites d'abord « article 19 », puis « article 21-24 » et désormais « mesures locales » ­ vise à obtenir des agriculteurs, sur une base contractuelle, des pratiques culturales plus respectueuses de l'environnement, notamment par la réduction des intrants et le maintien d'un paysage « ouvert ». En échange de primes dont le montant est calculé à l'hectare, le contractant s'engage à respecter un cahier des charges conçu en fonction de la région où est mise en œuvre la mesure ; la puissance publique en contrôle l'application. Dans le Vercors, où les responsables du parc naturel régional ont « monté » et défendu le dossier, l'accent est mis sur la protection de la faune et de la flore et sur l'entretien du paysage plus encore que sur la réduction des intrants et des pollutions, qui n'est pas pour autant négligée. Le choix des 28 communes « éligibles » (sur les 62 dont le territoire constitue le parc régional) fut établi « à la fois sur des critères environnementaux (richesse écologique et paysagère) et sur des critères de risque de déprise agricole » 3. La répartition des surfaces primées répond aux mêmes préoccupations et on distingue quatre volets d'application de la mesure : « Grands ongulés », « Grand site », « Pelouses sèches », « Pâturages d'altitude ».

8En fonction de ces divers cahiers des charges, les agriculteurs et éleveurs du Vercors dont certaines parcelles se trouvent dans les zones éligibles se voient plus particulièrement incités aux missions suivantes : lutter contre la « fermeture du paysage » en débroussaillant les ligneux par trop envahissants (volet « Grand site ») ; veiller à la sauvegarde des couvées de tétras lyre et à la préservation de la flore (volet « Pelouses sèches ») en réduisant ­ ou même en supprimant ­ l'épandage d'ammonitrate, et en s'engageant à ne faucher qu'après une certaine date ; contribuer à l'entretien des cerfs, chevreuils, mouflons, bouquetins, voire chamois (volet « Grands ongulés »), en veillant à supprimer ou abaisser les clôtures durant l'hiver et en laissant cette faune sauvage, avant leurs propres troupeaux domestiques, venir brouter au printemps l'herbe de leurs prairies, quand la neige est encore présente en forêt. En contrepartie de ces contraintes d'exploitation, il leur est proposé une prime allant de 400 francs (« Grand site ») à 1200 francs (« Pelouse sèche ») pour chaque hectare inclus dans la zone éligible et souscrit. Il n'était pas acquis d'emblée que les agriculteurs et éleveurs acceptent ces propositions et signent des contrats qui les engageaient pour cinq ans dans une voie nouvelle, sans référence de production, sans exemple à observer (du type fermes-témoins ou cultures expérimentales, selon une forme classique de pédagogie du changement agricole). Il ne faut pas oublier non plus que les organisations professionnelles agricoles dénonçaient alors avec une grande énergie tout ce qui leur semblait être des tentatives de détournement de leur vocation principale, la production intensive, pour transformer leurs ouailles en « jardiniers de la nature », ou en « cantonniers de la nature » 4. Au reste, les implications techniques comme les implantations spatiales ne manquèrent pas d'être contestées, aussi bien que le sens et la légitimité de telles mesures.

9Ainsi, les opérations de zonage, sur les communes concernées, ont-elles suscité de fortes critiques, faute d'avoir été conduites dans toute la clarté et la publicité souhaitables. Méconnaissant les règles habituelles d'attribution de primes aux agriculteurs et leurs principes formellement égalitaires, ne prenant pas en compte les réseaux d'information légitimes, les modes d'élaboration des décisions et le fonctionnement de la démocratie communales, et plus encore ignorant les représentations de l'espace des agriculteurs-éleveurs-chasseurs du Vercors et les logiques spatiales de fonctionnement des exploitations, les responsables de ces zonages ont agi comme s'ils avaient affaire à des individus isolés, définis par leur seul rapport à telle ou telle parcelle, alors qu'ils intervenaient dans un espace fortement socialisé relevant de groupes humains, et donc de rapports familiaux, de rapports de voisinage, de rapports entre hameaux et entre groupes professionnels et sociaux...

10Cependant les éleveurs du Vercors, s'ils ont critiqué avec force les conditions de réalisation et les contours du zonage, ne se sont guère opposés au principe des mesures agri-environnementales elles-mêmes, pas plus qu'à la forme contractuelle que leur mise en œuvre impliquait. Ils ont néanmoins déploré la rupture du principe de l'égalité de traitement entre tous introduite par la constitution de zones d'éligibilité, réservant l'accès au droit de contracter à ceux-là seuls qui disposent de parcelles situées dans ces zones. Ils se sont également interrogés sur la cohérence de ces mesures dans l'espace local (effet de patchwork des parcelles ayant fait l'objet effectif de contrats) aussi bien que dans le cadre global de la politique agricole commune (effet symbolique de la prime au défrichage des pentes du Vercors mis ironiquement en parallèle par nos interlocuteurs avec la mise en jachère obligatoire en plaine). Ils ont aussi vivement contesté la pertinence de certaines prescriptions (dates de fauche) et la compétence des experts, en particulier naturalistes, auxquels ils ont opposé leur propre compétence de praticiens 5.

11En fin de compte, et notamment grâce à l'action incessante d'explication du technicien agricole en place dans le Vercors, la mesure a été adopté par assez d'exploitants agricoles pour épuiser les crédits prévus à cet effet 6. Au-delà de cette indéniable réussite se pose la question des effets de la confrontation des prescriptions des cahiers des charges avec les pratiques et les représentations des agents. L'application de ces mesures induit-elle de réels changements dans les pratiques de culture et d'élevage et peut-on mettre en évidence le passage d'une culture technique issue du mouvement d'intensification de la production qui caractérise les quarante dernières années à une autre culture, plus respectueuse de l'environnement ?

Révolution culturelle ou conversion culturale ?

12Au-delà des discours critiques ­ dont certains relèvent d'un réflexe défensif bien compréhensible dès lors que se trouvent remises en cause les conduites d'exploitation usuelles ­, qu'en est-il des pratiques agricoles et d'élevage ? Nous disposons d'observations et de suivis, en particulier de suivis agronomiques à la parcelle conduits sur certaines exploitations contractantes ; ils permettent de mieux apprécier l'ampleur réelle des transformations opérées dans les systèmes de production et dans la conduite des exploitations que les vérifications, assez sommaires, opérées par les agents chargés du contrôle administratif du respect des cahiers des charges 7.

13L'hypothèse ­ toute rhétorique ­ d'une vaste reconversion des exploitations et de la « conversion » des exploitants ne résiste pas aux observations conduites par les agronomes du CEREF-ISARA de Lyon qui notent : « Les agriculteurs ont gardé libres de toute contrainte les parcelles clés de leur système de production. En effet, près de 55 % des surfaces non signées sont soit proches de l'exploitation, en lien avec l'intensité de pâturage, soit fauchables ou labourables et leur conduite doit rester intensive pour la constitution des stocks et les facilités de gestion des matières organiques. En outre, il y a très peu de surface labourable ou fauchable dans les secteurs d'application de l'article 19, et le pourcentage de non signature est beaucoup plus important en zone labourable (69 % contre 25 % en zone pâturée) ». Ils concluent donc que « les modifications induites par les changements de pratiques liées à l'article 19 seront moins importantes que nous le pensions à la mise en place du suivi » 8. Qui plus est, les superficies souscrites, si elles représentent 37 % de la surface totale des exploitations contractantes, ne recouvrent que 18 % de la surface agricole utilisée et « les surfaces souscrites représentent rarement des surfaces importantes et contiguës » 9. En effet, le zonage « effectué à l'échelle de la parcelle cadastrale, l'a été exclusivement à partir de critères environnementaux et non pas à partir des parcellaires des exploitations présentes et de leurs logiques de fonctionnement » 10.

14Cette dernière observation nous renvoie aux interrogations sur le zonage et à certaines particularités de la conception et de l'élaboration des mesures agri-environnementales et des cahiers des charges, tout particulièrement dans le Vercors où la dualité du parrainage des mesures est particulièrement mise en lumière, ainsi que les contradictions qui en découlent. En effet, si le parc naturel régional a contribué à mettre l'accent sur la partie « naturaliste » de la mesure lors de l'élaboration des cahiers des charges, conformément à sa vocation et aux compétences de ses agents, la mise en œuvre proprement dite de cette même mesure a été confiée à une Association de promotion de l'agriculture dans le parc (APAP) et à son technicien, constituée au moment de la création du parc, avec son aval, et dépendant largement de sa logistique 11. Tout au long des cinq années de la mise en œuvre de cette mesure contractuelle la question de la logique dont relève la mesure agri-environnementale n'a cessé de faire l'objet de discussions, parfois vives, entre ces deux pôles de l'appareil d'encadrement local, l'environnemental et l'agricole, comme en témoignent par exemple les documents rédigés par les uns comme par les autres, et équitablement publiés par le parc 12.

15Qu'en est-il de la logique de cette mesure ? On ne peut prétendre qu'elle soit d'abord agricole, puisque, comme le déplorent les agronomes, le zonage a privilégié les critères environnementaux, si bien que les changements de pratique ne touchent que des parcelles relativement marginales dans la conduite de l'exploitation : le suivi agronomique « lourd » d'une douzaine d'exploitations met en évidence que la fertilisation des parcelles pâturées, qui constituent l'essentiel des parcelles situées à l'intérieur de la zone, était inférieure aux normes admises dès avant l'adhésion à la mesure, alors que les agriculteurs n'ont pas souscrit pour leurs parcelles « stratégiques » qui risquaient de poser problème. Mais si la logique est environnementale, elle ne va pas au bout de ses objectifs : si les parcelles souscrites ne forment pas un continuum, comment espérer de véritables effets sur la faune et la flore ?

16En outre, on ne peut manquer de s'interroger sur la possibilité de conduire une même exploitation selon deux approches aussi diverses, celle de l'intensification poursuivie comme avant sur la partie productive de l'exploitation, et celle de la production de paysage sur la partie menacée d'embroussaillement. Certains considèrent qu'il faudra, à brève échéance, que les exploitants qui aspirent à adhérer à de telles mesures les adoptent, non sur telle ou telle parcelle, mais sur l'ensemble de leur exploitation. Cependant, combien d'agriculteurs s'engageraient-ils s'ils devaient mettre la totalité de leur exploitation en conformité avec le cahier des charges ? C'est parce qu'il permet de répartir son exploitation en deux parts (la part de l'environnement et la part de l'agriculture, conformément à l'intitulé de la mesure, mais peut-être pas à son esprit) que l'article 19 a pu être promu avec un tel taux de réussite, en dépit des contradictions entre les deux cultures professionnelles présentes au sein de l'appareil d'encadrement actif dans le Vercors 13 ­ ou peut-être grâce à elles.

17Moins qu'une révolution culturelle, mais sans doute plus qu'un simple compromis cultural, l'intégration de ces mesures agri-environnementales, dans leurs formes actuelles, semble exiger de l'agriculteur plus de travail sur ses propres représentations du métier que de transformations de ses pratiques techniques. Qu'en sera-t-il si, selon le vœu du gouvernement, la prochaine loi d'orientation agricole qui doit venir en octobre 1998 devant le parlement met en place le contrat territorial d'exploitation (CTE), qui s'inspire notamment de l'expérience des mesures agri-environnementales et de celle des premiers plans de développement durable (PDD) ? Cette mesure conduira-t-elle à une prise en compte globale de la question environnementale dans les itinéraires techniques des actifs agricoles qui contracteront ? Ou bien légitimera-t-elle la dualité et l'ambiguïté des pratiques comme des représentations que l'on observe actuellement dans le Vercors... et en bien d'autres lieux ?

Petits arrangements avec la nature

18Depuis leur mise en cause directe en 1990 par Brice Lalonde, alors secrétaire d'État à l'Environnement, « l'implication » des agriculteurs dans la lutte contre les pollutions a fait de réels progrès. Au-delà des grandes indignations du syndicalisme majoritaire 14, la profession organisée s'engage dans une voie nouvelle, explorée en particulier par la structure nationale qui rassemble les chambres d'agriculture, l'APCA (Assemblée permanente des chambres d'agriculture).

19L'organisme consulaire a obtenu des pouvoirs publics que lui soit confiée la gestion de l'application en France de la directive européenne Nitrates 15. Formée dans les mêmes écoles d'ingénieurs agronomes ou de sciences politiques que les fonctionnaires de l'appareil d'État et consciente de la réalité des problèmes de pollution d'origine agricole, l'administration de cet appareil d'encadrement professionnel a réussi à convaincre nombre de responsables professionnels agricoles qu'il valait mieux prendre la tête du mouvement que d'en subir les conséquences ; en d'autres termes gérer ou cogérer les programmes de maîtrise des pollutions d'origine agricole (PMPOA), plutôt que de subir la mise en place et les contrôles d'un appareil d'encadrement environnemental extérieur à la profession.

20La consultation de la presse professionnelle agricole locale met en évidence sans équivoque les changements considérables qui sont intervenus en un très bref laps de temps : incontestablement, un certain « tournant environnemental » a gagné la profession, la rhétorique de la dénégation cohabitant avec un acquiescement technique. Les premières pages de la presse spécialisée ont pu ainsi accoler des titres représentatifs de la diversité de ces points de vue : « Non les agriculteurs ne sont pas les pollueurs ! Ils sont des professionnels responsables et ne reçoivent de leçon de personne en matière de respect de la nature ». Sur la même page, un titre plus petit indiquera : « DEXEL : comment s'inscrire et bénéficier du financement, voir page 5 » 16 ; et en page 6, on mettra l'accent sur la nécessaire vérification des réglages des appareils de traitement... Durant cette première phase, s'ils semblaient avancer à reculons, les responsables se sont incontestablement rapprochés de la prise en compte de la question environnementale. Les agriculteurs sont de grands lecteurs de la presse spécialisée (et décryptent parfaitement la langue de bois syndicale), et ces périodiques ont contribué puissamment, pensons-nous, à une véritable prise de conscience de leur rôle dans la pollution en nitrates des nappes d'eau souterraines, même si l'on ne s'est guère étendu sur l'histoire de cette pollution progressive qui se confond avec celle de l'intensification et du développement agricole, et si l'on a préféré aborder de manière pragmatique les techniques à mettre en œuvre pour éviter à l'avenir de tels effets néfastes 17.

21Ce sont donc des agriculteurs avertis qui furent enquêtés en 1997 par un étudiant de l'ENESAD, Laurent Pasquier 18 ; d'autant plus avertis qu'ils avaient fait l'objet d'une campagne de sensibilisation dans le cadre d'une opération Ferti-Mieux engagée en 1994 dans le bassin de la Tille, à l'est de Dijon 19. La démarche préconisée par ce type d'opération demeure « douce », puisqu'elle suppose le volontariat des agriculteurs et qu'elle ne doit pas impliquer de perte de revenu pour eux 20.

22Ainsi, les agriculteurs bourguignons enquêtés en 1997 ne nient-ils plus toute implication de leur profession dans les dégradations de l'environnement mais peu d'entre eux se désignent eux-mêmes comme pollueurs et beaucoup s'empressent de citer également les sources de pollution hors agriculture, en insistant sur les responsabilités des villes : « ma conviction personnelle est qu'un citadin pollue plus qu'un campagnard ». Ils admettent toutefois, en particulier s'agissant de la pollution de l'eau par les nitrates, que « les paysans sont responsables puisqu'ils travaillent sur la nappe », et nuancent immédiatement en précisant que s'ils ont forcé la dose alors que personne ne les mettait en garde, « maintenant, on prend quand même plus de précautions », et évoquent spontanément un certain nombre de pratiques fautives. Ils se situent eux-mêmes parmi les principaux acteurs de la protection de la nappe d'eau et de l'environnement, et quelques uns, en réponse à une question directe sur ce point, s'attribuent le rôle d'entretien du paysage : « S'il n'y avait plus d'agriculteurs, qu'est-ce que ça deviendrait la nature ? » 21

23Si, pour la plupart, ils reconnaissent la réalité du problème, les agriculteurs enquêtés n'en saisissent pas toujours l'ampleur (certains confondent les taux indiqués en mairie pour l'eau de consommation ­ après mélange ­ et les taux de la nappe) mais un tiers d'entre eux ­ ce qui paraît élevé pour cette catégorie socio-professionnelle ­ achète de l'eau de source, et un autre tiers doute de la qualité de l'eau du robinet qu'il consomme 22. Si quelques agriculteurs ne s'étonnent pas d'être désignés comme pollueurs, car ils considèrent eux-mêmes que certains de leurs collègues ne portent pas assez attention au problème (« Le gars qui se promène en VTT 23, il voit bien ce qui se passe... »), d'autres considèrent que le grand public en reste à une image dépassée (« Y'a des gens qui n'ont plus confiance en l'agriculteur, alors que depuis 4-5 ans on fait plus attention, on pollue moins ») ou qu'il ne comprend pas l'agriculteur, et de dénoncer l'action néfaste des médias, en particulier dans la crise de la vache folle.

24Au-delà des discours, le degré d'implication effective dans l'opération Ferti-Mieux et, plus largement, dans la lutte pour la réduction des pollutions est très variable. Les agriculteurs assumant le plus de responsabilités, professionnelles et civiques (certains sont membres du comité de pilotage de Ferti-Mieux), les plus jeunes et ayant les plus hauts niveaux de formation, sont également ceux qui suivent de plus près les prescriptions, tandis qu'à l'autre extrémité les double-actifs, les agriculteurs tardivement installés et sur de plus petites superficies, les moins formés professionnellement et les moins impliqués dans les responsabilités ne se préoccupent guère de se plier aux prescriptions de Ferti-Mieux ; mais ces derniers sont aussi ceux qui, du fait de leur distance à l'appareil d'encadrement, sont les moins bien informés sur les pratiques préconisées ; c'est d'ailleurs sans graves conséquences sur la nappe car ceux-là, peu nombreux, ne pratiquent ni l'élevage ni l'irrigation et n'utilisent que peu d'intrants.

25La typologie de Laurent Pasquier met en évidence deux groupes intermédiaires, dont l'attitude est plus préoccupante, d'autant qu'ils rassemblent près des deux tiers des cas observés. Le plus important de ces deux groupes est constitué d'exploitants bien au fait de l'opération, participant même aux réunions pour la plupart, et conscients de la réalité de la pollution. Cependant, leur souci premier se situe dans l'amélioration de la rentabilité de leur exploitation (pour certains, il s'agit de rattraper un retard technique, et ils s'appuient fortement sur les techniciens, en particulier ceux des firmes ou coopératives livrant des intrants) ; sans refuser systématiquement les recommandations de Ferti-Mieux, ils ne veulent pas s'embarrasser de calculs compliqués et de paperasserie, vont au plus vite (une même dose d'engrais pour toutes les parcelles, le stockage du fumier en bordure de rivière, si cela se révèle plus pratique) et croient, ou affectent de croire que de toutes façons ce sont « ceux qui font 90 quintaux à l'hectare, avec tout ce qu'ils mettent » qui polluent plus qu'eux.

26« Les pollueurs, ce sont les autres », c'est également l'argument de ces agriculteurs d'un autre « groupe » identifié par l'étude, dont les pratiques sont vraiment peu conformes aux prescriptions et qui ne semblent pas songer à changer d'attitude. N'ayant guère de contacts avec les techniciens, installés tardivement et entretenant un faible niveau de relations avec les autres exploitants, ils connaissent peu Ferti-Mieux, admettent la réalité du problème de la pollution mais n'en tiennent guère compte dans leurs actes, commettant eux-mêmes nombre des erreurs qu'ils pointent. Ils le reconnaissent : « Les habitudes sont difficiles à changer », « L'environnement pour moi, c'est que des embêtements ».

27Ces résultats ne sont pas très satisfaisants, quand on sait que les enquêtés se trouvent tous dans la région où est conduite, depuis plusieurs années, une action de sensibilisation en leur direction 24. Faut-il en chercher la cause dans les caractéristiques mêmes des pratiques préconisées par l'opération Ferti-Mieux qui ne sont adoptées que par une minorité d'exploitants ? Qu'en est-il de ces pratiques ?

28­ Ferti-Mieux conseille de mettre en place un couvert végétal après la récolte, afin de limiter les pertes en nitrates, par lessivage, pour les cultures de printemps dont les semis n'interviendront que six mois plus tard environ. La plupart des agriculteurs connaissent le rôle du couvert comme « piège à nitrate ». Cependant, très peu d'entre eux recourent à cette pratique. Il existe des obstacles techniques réels pour certaines productions, des problèmes d'organisation du travail, de jours disponibles au printemps et de coût. Par ailleurs, cette proposition va à l'encontre des conseils traditionnels en matière de façons culturales (action du gel dans la préparation des sols) et des représentations esthétiques de l'espace agricole cultivé en hiver : « ça ne me plaît pas les couverts végétaux, moi j'aime bien voir mon champ propre durant l'hiver ». On retrouve là cette esthétique de la propreté, de la netteté qui caractérise certains groupes sociaux, dont les agriculteurs, et aussi la crainte de passer pour négligent, paresseux : « J'étais le seul à essayer, je me suis fait passer pour un rigolo ».

29­ L'enfouissement des pailles dans le sol après broyage, autre technique préconisée pour éviter le lessivage des nitrates lors des fortes pluies d'automne et d'hiver, est mieux suivi : la moitié des agriculteurs s'y plie, d'autant que la paille se substitue en partie au fumier auprès de ces exploitants qui n'ont plus d'élevage ; certains agriculteurs peu fortunés préfèrent la vendre pour s'assurer un complément de revenu. En revanche, les éleveurs conservent bien entendu leurs pailles pour le bétail.

30­ Le bilan hydrique et l'utilisation du tensiomètre pour éviter l'excès d'arrosage ne sont vraiment maîtrisés par aucun des agriculteurs pratiquant l'irrigation ; cependant, une majorité d'entre eux s'efforce de tenir compte des quelques connaissances acquises, mais préfère dépasser les doses plutôt que de courir le risque de rater une récolte ; de ce fait, tous arrosent plus qu'il ne conviendrait. En outre, Laurent Pasquier note que « l'irrigation a pris un essor considérable dans la région. [...] Elle joue le rôle d'une assurance tous risques indispensable », et il évoque même une « dépendance mentale et technico-économique ». Inquiétante observation, et qui laisse augurer que les tensions suscitées par la gestion de l'eau durant les récents étés secs iront croissantes à l'avenir.

31­ La prise en compte des effluents d'élevage, tant pour les risques que comporte leur stockage que dans le raisonnement de la fertilisation azotée, ne semble être acquise qu'auprès de la moitié des éleveurs. On observe une certaine insouciance de ces éleveurs qui, de façon contradictoire, mettent l'accent sur la richesse de leur fumier mais le stockent sans grande précaution (« s'il y avait un contrôle, on serait embêté », reconnaissent-ils) et l'épandent en trop grande quantité : « on enrichit les sols ». L'auteur de l'étude relève un effet pervers de la réglementation actuelle : « De plus, la tendance qui est de dire “ce n'est pas ce que l'on met” est légitimée par la réglementation européenne. La mise aux normes est limitée aux élevages de plus de 70 UGB 25 (un seul éleveur est concerné dans l'échantillon). Cette mise à l'écart des élevages de plus petite taille influe certainement sur le fait que les éleveurs enquêtés ne se considèrent pas comme polluants » 26.

32­ La fertilisation azotée raisonnée, enfin, dernier point sur lequel porte l'opération de sensibilisation Ferti-Mieux, a fait l'objet de discussions techniques précises avec les agriculteurs durant l'enquête, en prenant l'exemple de deux types de culture, le blé et l'oignon (les pratiques effectives de fertilisation n'ont pu être observées in situ). Il en ressort que, si un seul exploitant effectue sa fumure par la méthode des bilans, environ un tiers des agriculteurs s'inspire du même principe, simplifié par eux, et en utilisant des valeurs de référence recueillies auprès des techniciens. Dans ce premier groupe, presque tous réalisent sur les parcelles de cultures à risque (orge de brasserie, oignons, betteraves) des prélèvements permettant d'ajuster la fumure (RSH, reliquat sortie hiver), tout en appelant à la mise au point d'une méthode plus simple permettant la mesure instantanée de la teneur en azote de chaque parcelle. Les bilans azotés semblent tous ajustés, voire négatifs et ces mêmes exploitants morcellent leurs apports (trois pour presque tous) et s'efforcent de limiter la quantité de leur premier apport. Un deuxième groupe, un peu plus important en nombre, se caractérise par de fortes lacunes de raisonnement, conduisant à sous-estimer la fourniture en azote du précédent cultural, à mal interpréter ou même à comprendre à l'envers certaines préconisations, et à ne pas tenir assez compte du potentiel de rendement des parcelles (et donc à épandre des quantités quasi équivalentes sur une parcelle qui obtiendra 65 quintaux et une autre qui en obtiendra 80 à l'hectare), si bien que les agriculteurs de ce groupe ont des bilans azotés fréquemment mal équilibrés, passant tantôt au-dessous, tantôt au-dessus de la norme, certains se trouvant toujours au-dessus. Un autre groupe, représentant le sixième de l'effectif total de l'enquête, ne maîtrise pas ou très peu sa fertilisation : « Je raisonne à l'ancienne école », « on fait au pif, la fertilisation varie peu ». Ces agriculteurs fractionnent peu leurs apports, se méfient des conseils des techniciens et indiquent que « pour savoir exactement ce qu'il faudrait faire, il faudrait des analyses, on ne veut pas s'embêter », si bien que les bilans azotés sont toujours positifs, et parfois considérablement. Un dernier groupe, enfin, de quelques agriculteurs, pratique des raisonnements sommaires, fractionne plus ou moins ses apports, certains effectuant des RSH, et est surtout soucieux d'économie d'intrants, ne cherchant pas le rendement à tout prix, si bien que les bilans azotés sont ajustés, voire négatifs.

33On ne saurait traiter les agriculteurs « en bloc », comme le met bien en évidence la typologie proposée, et considérer qu'ils adoptent une attitude identique face aux risques de pollution auxquels ils se trouvent confrontés ; aussi les recommandations d'individualisation du conseil formulées par Laurent Pasquier, ou de constitutions de groupes plus homogènes techniquement, économiquement et socialement, semblent d'autant plus pertinentes que l'on est en droit de se demander si les conflits, les concurrences et les systèmes d'opposition au sein de la profession qui transparaissent ici ou là dans les entretiens ne viennent pas brouiller le message des agents de l'opération de sensibilisation, considérés comme proches des agriculteurs qui détiennent les présidences des organismes auxquels appartiennent ces techniciens et ingénieurs. Il en va ainsi lorsque ceux qui disposent des plus grandes surfaces et épandent donc de bien plus grande quantité d'azote sont également ceux qui président les opérations d'incitation à la réduction des intrants ; même s'ils se conforment eux-mêmes aux règles de prudence qu'ils préconisent, ils demeurent, aux yeux des autres agriculteurs, les plus grands consommateurs d'engrais et donc, à leurs yeux, plus responsables qu'eux-mêmes des taux de nitrate observés dans la nappe.

« We haven't done such a bad job » 27

34Les discours contradictoires que tiennent et les compromis pratiques que réalisent les éleveurs d'une paroisse située dans le Parc national des Yorkshire Dales fait l'objet de la recherche d'une anthropologue australienne 28. On sait que les mesures agri-environnementales furent mises en œuvre plus précocement dans le Royaume-Uni (leur élaboration même, au plan européen, se fit à l'instigation de la Grande-Bretagne, en 1984-1985), pour des raisons qui tiennent à de nombreux facteurs : un attachement esthétique marqué et ancien au paysage (landscape) et à la campagne (countryside) rejoint ici les intérêts patrimoniaux et économiques liés aux formes de possession de la terre. Si, en Grande-Bretagne comme en France, la montée de la préoccupation environnementale n'a guère recueilli l'assentiment des organisations agricoles, en revanche, en Grande-Bretagne comme un peu plus tard en France, l'application des premières mesures a suscité l'intérêt des chercheurs : le « tournant environnemental » 29 a été pris avec célérité par les sociologues, géographes et économistes ruraux, qui ont sans doute trouvé là une nouvelle vigueur, et le moyen de renouveler concepts et modes d'approche, phénomène également mis en évidence aux États-Unis 30. On dispose donc aujourd'hui d'excellents travaux sur les conditions de l'adoption de ces mesures chez nos voisins et au-delà.

35Relevant tout d'abord les appréciations bien différentes que suscite un même paysage (qui procure aux éleveurs plaisir et auto-satisfaction alors que les agents du Parc national le considèrent comme « ruiné » par les pratiques agricoles modernes) 31, Charmaine McEachern rappelle les étapes d'une indéniable dégradation : intensification, mécanisation, agrandissement des uns et disparition des autres ne permettent plus, faute de temps l'entretien du paysage, des murets, des haies, cela aux dépens de la faune et de la flore sauvages. Elle décrit l'action de lobbying des organisations professionnelles, la National Farmer Union (NFU) et le Country Landowner's Association (CLA), dont l'alliance avec le ministère de l'Agriculture a permis de limiter les contrôles demandés par les protecteurs de la nature (conservationists), et de mettre en avant deux principes : celui du volontariat et celui des compensations. Au-delà du discours et des stratégies des organisations professionnelles agricoles britanniques qui expliquent que seuls des exploitants responsables et autonomes peuvent, hors des contraintes et contrôles indésirables, trouver l'équilibre entre les nécessités de la protection et celles de la production, et doivent donc être indemnisés pour les manque à gagner qu'entraîne leur prudente gestion (stewardship), l'auteur s'attache à examiner comment ces deux exigences s'inscrivent dans les représentations de l'environnement et les identités professionnelles des éleveurs qu'elle étudie.

36En fait, dans leur vie quotidienne, les éleveurs des Dales ne perçoivent pas de conflit entre protection et exploitation de la nature. Ce mélange inséparable de l'esprit d'entreprise (business) et du souci de la gestion en bon père de famille (stewardship) qui façonne leurs conduites et leurs discours trouve son origine, découvre l'auteur, dans la culture technique (the culture of farmwork) propre à ces formes d'élevage familial de propriétaires-exploitants, où les statuts de travailleur et d'entrepreneur ne sont pas séparables. L'analyse porte sur les arbitrages (accommodation) auxquels procèdent les éleveurs entre ces deux pôles dans la conduite de leurs troupeaux (il s'agit principalement d'élevage ovin) et de leurs cultures, avec les implications sur le paysage que comportent les choix auxquels ils sont conduits. Ces compromis entre objectifs et contraintes économiques d'une part et le souci de ménager leur cheptel et leurs sols d'autre part font partie du quotidien, et sont parfaitement intégrés dans la conduite de l'exploitation. La contradiction entre rendement et préservation n'apparaît que dans la confrontation à l'extérieur, plus particulièrement représenté par les agents et les règles qui régissent le Parc national où sont situées leurs exploitations 32.

37Confrontés aux critiques ou aux exigences dont sont porteurs les groupes auxquels ils s'affrontent, les fermiers mettent l'accent tantôt sur un aspect de leur activité (farming is business) pour opposer le mur de la fatalité économique aux règles de protection de la nature, tantôt ils affirment que c'est leur action qui a construit le paysage et qu'ils savent donc mieux que quiconque comment l'entretenir et en prendre soin, et ils dénoncent l'incompétence de leurs adversaires, stigmatisés comme urbains. Face aux autres groupes sociaux, en mettant ainsi l'accent sur leur fonction nourricière (nurture), sur la dureté et les astreintes de leurs conditions de travail, les fermiers se présentent comme différents, et en rappelant les contraintes économiques qui pèsent sur eux comme sur tout un chacun, ils se présentent comme semblables aux autres professions. Charmaine McEachern note que lors des débats portant sur l'avenir des campagnes, la focalisation sur l'un seulement des deux pôles qui commandent l'activité de ces fermiers se fait souvent à l'initiative des participants extérieurs à l'agriculture. Ajoutons que, si c'est dans cette dialectique du différent et du semblable que se constitue l'identité de chaque individu et de chaque groupe social face à autrui, les agriculteurs se montrent particulièrement sensibles à l'image d'eux-mêmes que leurs renvoient les autres groupes, et éprouvent des difficultés particulières à maintenir l'équilibre entre ces deux pôles, se réfugiant souvent dans le particularisme identitaire, tout en reprochant aux autres groupes de les traiter en boucs émissaires ou en parias, ce qui n'est pas toujours inexact. Cette ancienne caractéristique de la construction de l'identité paysanne subsiste de manière sensible dans l'image de soi que se forgent les agriculteurs, individuellement et collectivement, et rend d'autant plus problématique le changement de pratique en matière environnementale qui suppose ­ pour être véritablement efficace ­ un dépassement de ces attitudes strictement défensives.

* * *

38Si la reconnaissance par les agriculteurs de l'existence d'un problème véritable est acquise, une véritable culture professionnelle de l'environnement ­ ensemble de pratiques et de représentations cohérent et faisant sens aux yeux des membres du groupe ­ reste à construire. On doit s'attendre à ce que le processus de construction de cette nouvelle culture de l'environnement ­ et qui ne serait donc pas une simple science de l'environnement ­ soit long, difficile et contradictoire. La mise en œuvre d'une agriculture environnementale demeure donc fort hypothétique 33.

39On est d'ailleurs en droit de se demander si elle est même possible dans le cadre économique actuel. La protection de l'environnement n'entre-t-elle pas inévitablement en conflit avec l'agriculture moderne, même raisonnée ? Charmaine McEachern a bien mis en évidence le conflit récurrent entre business et conservation. Les agriculteurs semblent ne pouvoir échapper à cette double posture, très significative de leur situation ; en témoigne la forme particulièrement explicite d'une « séparation » de leur exploitation en deux parties comme on l'a vu dans le Vercors, l'une consacrée à la protection sous la pression de l'offre agri-environnementale et l'autre à l'intensification sous la pression du marché ; en témoigne également le système de défense qu'ils opposent aux critiques en faisant valoir tantôt les indéniables contraintes qu'ils subissent et tantôt les réelles aménités qu'ils apportent. Placés devant une nature qu'ils doivent à la fois transformer et protéger, les agriculteurs conduisent, pas toujours avec les meilleurs instruments et souvent sans carte, une navigation délicate ; ils ne sauraient en tout état de cause la mener à bien dans l'indifférence, la résignation ou l'incompréhension des autres groupes sociaux, et ils ont d'ailleurs des arguments à faire valoir pour rendre compte des difficultés qu'ils éprouvent à emprunter cette voie : s'ils n'ont pas eux-mêmes une vision claire de la « bonne pratique environnementale », ils sont loin d'être les seuls à se trouver dans cette incertitude.

40En effet, ce n'est pas une « demande sociale » explicite, cohérente, fondée scientifiquement qui s'exprime à leur égard (ou à leur encontre) mais des attentes ou exigences fort diverses, parfois incompatibles entre elles selon les groupes sociaux ou les administrations ­ on a vu le cas ici ­ dont elles émanent. Les modèles de la nature souhaitable, du « bon environnement » différent et évoluent également dans le temps et dans l'espace. On ne saurait oublier ou passer sous silence que les anciennes pratiques et conceptions paysannes des rapports à la nature, ces cultures de l'environnement de naguère, si elles n'étaient pas exemptes de dégradations (en particulier par déboisement et surpâturage) ou d'atteintes sévères à la biodiversité (par extermination des espèces jugées nuisibles), ne conduisaient pas à la pulvérisation dans l'air de dangereux pesticides et à l'abondant épandage sur le sol ­ et donc dans l'eau ­ d'énormes quantités d'azote.

41Ces pratiques ont été prescrites, ces cinquante dernières années en particulier, par l'industrie et la recherche, les économistes, les agronomes et les techniciens, tous pestant contre l'arriération et le « retard » historique de cette paysannerie sur le monde moderne et ses exigences de productivité. Et la prudence comme les réticences de certains paysans face à cette « chimie » qui allait « forcer » la plante, dénaturer le bétail et empoisonner la terre ont été assez moquées et tournées en dérision ­ quand elles n'étaient pas analysées comme « frein au progrès » dans de savants et distants travaux ­ pour qu'il soit temps de reconnaître que cette histoire des transformations de l'agriculture et de ses conséquences négatives doit être assumée par l'ensemble de la société. S'agissant de la rationalité des comportements, de la cohérence entre discours et pratique, il faut bien admettre également que les agriculteurs ne sont pas seuls, là non plus, à vivre de façon contradictoire leur rapport à l'environnement, et à identifier clairement une source de pollution, de nuisance, tout en persistant dans des pratiques reconnues comme néfastes : quel automobiliste leur jettera la première pierre ?

42Le travail d'acculturation à entreprendre pour conduire à l'élaboration de cultures renouvelées de l'environnement ne peut faire l'économie de cette réflexion sur une histoire partagée, sur les mécanismes qui ont entraîné un tel aveuglement sur les conséquences de la mise en œuvre de cette agriculture et de cet élevage fortement polluants 34. En outre, cette construction du sens, ces transformations des « mentalités » et des façons de faire impliquent la société dans son ensemble et non l'agriculture seule et ne devraient pas être une fois de plus plaquées, assénées, imposées du haut vers le bas. On ne saurait espérer de véritable et d'efficace « conversion » à la « cause environnementale » des agriculteurs en faisant peser sur eux l'entière responsabilité de cette considérable dégradation des milieux « naturels ». Les errements des actifs agricoles doivent être resitués dans le cadre d'ensemble d'un système économique qui privilégie le profit à court terme, l'individualisme et l'irresponsabilité.

43La redéfinition des métiers d'agriculteur et d'éleveur qu'appelle la situation présente suppose indéniablement que soit exercée continûment une pression des autres groupes sociaux sur les exploitants agricoles dont les pratiques conditionnent la qualité de vie de chacun aujourd'hui comme celle des générations futures. La réglementation en matière environnementale et le soin mis à vérifier son application effective constituent l'un des outils par lesquels cette pression sociale se révélera efficace ; les médias constituent un autre moyen fort de transmission des messages et des sollicitations des autres groupes sociaux, tout comme l'action des associations de protection de la nature, nécessaire face aux opérations de retardement menées par certaines organisations agricoles manquant de courage ou tentées par le corporatisme étroit et les facilités du populisme ; ces demandes doivent aussi et surtout s'exprimer par le débat direct sur le terrain et par l'exercice incessant et exigeant de la démocratie au plan local, permettant ainsi aux agriculteurs et éleveurs d'exposer eux-mêmes leurs points de vue, de faire comprendre à tous la complexité des problèmes auxquels ils se trouvent confrontés 35 ; un tel dialogue permanent entre groupes sociaux et usagers de la nature s'impose : l'éthique environnementale ne se prescrit pas, elle se partage.

Haut de page

Notes

1 Pour un exposé critique de ces débats, on pourra consulter notamment les deux ouvrages suivants : Pierre ALPHANDÉRY, Pierre BITOUN et Yves DUPONT, L'équivoque écologique, Paris, La découverte, 1991 ; Catherine LARRÈRE et Raphaël LARRÈRE, Du bon usage de la nature. Pour une philosophie de l'environnement, Paris, Aubier, 1997, 355 p.
2 La première partie de ce texte, portant sur le Vercors, reprend certains éléments d'une communication présentée au congrès de l'Association des ruralistes français (ARF) à Dijon, en 1996, colloque consacré aux « cultures en milieu rural ».
3 Jean-Claude JAUNEAU, Michel BUISSON, Bernard FABRE et allii, Suivi scientifique du programme expérimental agriculture-environnement article 19 dans le Vercors Volet technique et socio-économique. Premiers résultats (1991-1992), Lyon, DRAF Rhône-Alpes/PNRV, 1993, 92 f° ; Agnès FORTIER, Suivi scientifique de l'article 19 dans le Parc naturel régional du Vercors. Volet sociologique, Lyon, CEREF-ISARA, PNRV, 1993, 30 f°
4 Il s'agit d'une expression vernaculaire, lourde du mépris teinté d'envie que portait traditionnellement la paysannerie aux cantonniers dont on jalousait secrètement les horaires fixes en moquant ouvertement leur supposé manque d'ardeur au travail.
5 Jacques RÉMY, « Le manant, le savant et l'esthète : identités professionnelles et mesures agri-environnementales », dans Natures, sciences, sociétés , tome 3, n° 3, 1995, pp. 252-257.
6 L'enveloppe disponible au titre de la mesure article 19 stricto sensu était de 1,5 million de francs par an que se sont partagés 132 exploitations, dont 108 individuelles avec une moyenne d'âge de 44 ans, une dimension moyenne des troupeaux de 24 UGB pour 88 hectares moyens, dont 56 de SAU, la surface primée étant de 22 hectares pour une prime atteignant en moyenne 11 100 francs : Guënaelle LEMAIRE, L'application de l'article 19 dans le PNR du Vercors. Étude statistique et typologie des bénéficiaires, Lyon, ISARA, 1993, 42 f°
7 Dans le Vercors, toutes les exploitations contractantes furent suivies dans le cadre de l'opération expérimentale pluridisciplinaire (durant les cinq années où le financement en fut assuré), ainsi qu'un certain nombre d'exploitations-témoins (non contractantes). Certains contractants ont accepté un suivi agronomique dit « lourd » de leur exploitation, parcelle par parcelle, assuré par le CEREF-ISARA de Lyon.
8 Voir : Bernard FABRE, dans Jean-Claude JAUNEAU, Michel BUISSON, Bernard FABRE et allii, Suivi scientifique du programme expérimental agriculture-environnement article 19..., ouv. cité, f° 10.
9 Idem, f° 20.
10 Ibidem.
11 Jusqu'à présent, l'APAP bénéficiait de l'hospitalité de la maison du parc à Lans-en-Vercors.
12 Jacques RÉMY, « La culture de l'environnement dans le Vercors. Paysans, buissons et ongulés », dans Monique BARRUE-PASTOR, Jean-Paul BILLAUD, Christian DEVERRE et Pierre ALPHANDÉRY [dir.], Agriculture, protection de l'environnement et recomposition des systèmes ruraux : les enjeux de l'Article 19, Paris, CNRS-INRA, 1995, pp. 263-363.
13 Jacques RÉMY, « Agriculture, environnement et démocratie. Du Vercors à Natura 2000 », dans Francis AUBERT et Jean-Pierre SYLVESTRE [dir.], Écologie et société, Dijon, Educagri éditions-CRDP, 1998, pp. 115-131.
14 Une partie du syndicalisme d'opposition s'engage au contraire, suivant la logique de sa critique du productivisme, dans la voie d'une alliance avec les associations de protection de la nature et du consommateur, en compagnie desquelles il mène, en Bretagne en particulier, un difficile combat contre l'élevage industriel.
15 Voir, dans cette même livraison, l'article de : Hélène BRIVES, « L'environnement, nouveau pré carré des Chambres d'agriculture ? », Ruralia, revue de l'Association des ruralistes français, n° 2, 1998.
16 DEXEL : diagnostic environnemental de l'exploitation d'élevage, ou comment identifier et éliminer les effluents, dans la perspective de la future mise aux normes obligatoire des dits bâtiments d'élevage. Le succès a été tel auprès des éleveurs que le syndicalisme a pu s'offrir le plaisir de dénoncer à pleines pages l'incapacité de l'administration à assurer le financement de ces opérations, selon le calendrier d'application prévu initialement.
17 Sans doute nombre des techniciens et conseillers auteurs d'articles dans cette presse professionnelle ne tiennent-ils pas à s'attarder sur une histoire dont ils furent également les acteurs, avec leurs responsables professionnels et après les chercheurs et les industries chimiques, en préconisant allègrement épandages d'azote, et aussi les pulvérisations répétées de fongicides, de pesticides et autres traitements.
18 Dans le cadre d'un mémoire de fin d'études d'ingénieur des techniques agricoles encadré par Jean-Pierre Sylvestre, enseignant à l'ENESAD, Anne Hermant de la Chambre d'agriculture de la Côte-d'Or, et Jacques Rémy de l'INRA.
19 Marque déposée par l'ANDA (Association nationale pour le développement agricole) qui labellise l'opération locale, pourvue qu'elle soit conforme à un cahier des charges élaboré par le CORPEN (Comité d'orientation pour la réduction de la pollution des eaux par les nitrates). Ce type d'approche, conduit par la profession agricole organisée depuis 1991 (en application d'un accord conclu avec les pouvoirs publics), vise des régions de production intensive, choisies pour leur sensibilité à la pollution par les nitrates. En l'occurrence, le syndicat des eaux de la Tille profonde avait fait réaliser une étude hydrologique du bassin en 1992, alerté par les concentrations en nitrates de 80 à 100 milligrammes par litre de l'eau des captages effectués dans l'une des nappes d'eau souterraine du bassin de cette rivière.
20 « Faire évoluer les pratiques susceptibles d'être polluantes en admettant que leur transformation constitue une étape décisive pour la réduction des pollutions, et qu'elle n'ait pas de répercussion sur le revenu des agriculteurs », telle est la prudente philosophie de l'opération Ferti-Mieux. Le but fixé à Laurent Pasquier n'était pas de décrire les mécanismes de l'opération, mais d'examiner pratiques et discours d'agriculteurs (N=25) installés en différents points de la zone couverte par l'action de sensibilisation.
21 Sauf exception, ce thème ne vient pas spontanément ; cette réticence n'est-elle pas à mettre au compte de la grave erreur de stratégie des organisations syndicales qui ont clamé pendant des années que les agriculteurs n'avaient pas vocation à être les « jardiniers de la nature » ?
22 « Ma copine aime bien avoir sa bouteille, alors parfois je lui en prends ». La prise de conscience comme consommateur, en particulier en présence d'enfants en bas âge et sous l'influence du conjoint, ne doit pas être sous-estimée chez les agriculteurs et éleveurs. La consommation d'eau en bouteille des agriculteurs est la plus faible des groupes socioprofessionnels (excepté celle des ouvriers agricoles) ; en 1993, selon SECODIP, la moyenne nationale se situait à 85 litres d'eau par an, et à 33 litres pour les agriculteurs exploitants ; cependant, on observe de fortes variations régionales en fonction de l'acuité des problèmes de pollution et de leur perception par les consommateurs.
23 VTT : vélo tout terrain.
24 Parmi les faiblesses de cet effort de communication, Laurent Pasquier relève une moindre couverture des agriculteurs situés au sud de la zone, et des agriculteurs double-actifs.
25 UGB : unité gros bétail.
26 Laurent PASQUIER, Contribution à l'évaluation de l'opération Ferti-Mieux dans le bassin de la Tille. Une approche sociologique des représentations et des pratiques des agriculteurs, Mémoire de fin d'études d'ingénieur des techniques agricoles, ENESAD, Dijon, 1997, 85 f°. De son côté, la Confédération paysanne a beaucoup bataillé pour que les « petits » élevages que néglige la réglementation cessent de « bénéficier » de cette douteuse indulgence, car ils sont écartés du même coup du bénéfice des primes, subventions, aides et prêts préférentiels attachés à la mise aux normes des bâtiments d'élevage des plus grosses exploitations, à commencer par le financement de l'opération de diagnostic initial, le DEXEL.
27 « The farmer had been checking on some of his sheep and their new-born lambs. Closing the gate he turned to survey the landscape; his neighbours'adjoining fields with their flocks or milk herds merging into a patchwork of similar fields marked out by stone walls with the fells of the Yorkshire Dales rising above the whole. “We haven't done such a bad job”, he remarked with pleasure and satisfaction ».
28 Charmaine McEACHERN, « Farmers and Conservation: Conflict and Accommodation in Farming Politics », dans Journal of Rural Studies, tome 8, n° 2, 1992, pp. 159-171.
29 On lira avec profit l'excellente introduction à ce (déjà) vaste sujet que constitue l'article de Pierre Alphandéry et Jean Bourliaud « L'agri-environnement, une production d'avenir ? », paru dans le numéro spécial d'Études rurales consacré aux mesures agri-environnementales et opportunément intitulé « Cultiver la nature » : Pierre ALPHANDÉRY et Jean BOURLIAUD, « L'Agri-environnement, une production d'avenir ? », dans Pierre ALPHANDÉRY et Jean-Paul BILLAUD [dir.], Cultiver la nature.­ Études rurales, n° 141-142, janvier-juin 1996, pp. 21-43.
30 Frederick H. BUTTEL, « Environmental and Resource Sociology: Theoretical Issues and Opportunities for Synthesis », dans Rural Sociology, 61 (1), 1996, pp. 56-76.
31 « Dales farmers seemed to conceptualise the land in ways which are akin to eighteenth-century views in which neatness predominated. Neatness reconciled a perceived separation of nature and culture in farming and, with symmetry, demonstrated the fertility of the land and its fulfilment in being productively utilised » écrit Charmaine McEachern : Charmaine McEACHERN, « Farmers and Conservation... », art. cité, p. 165.
32 Si elle manifeste de bout en bout une certaine sévérité envers les organisations agricoles et les forces politiques qui les soutiennent, l'auteur de ce travail (qui a donné lieu à une thèse) laisse percer que ses quatorze mois de terrain auprès des éleveurs des Dales ont sérieusement modifié l'image qu'elle pouvait avoir du travail de la ferme et des éleveurs eux-mêmes, qu'il s'agisse des rapports aux animaux, des stratégies pour surmonter les aléas météorologiques, ou des satisfactions esthétiques qu'ils éprouvent.
33 On n'oublie nullement le courant de l'agriculture biologique qui a connu un beau développement et acquis une véritable légitimité ces dernières années, y compris auprès des organismes officiels et professionnels, après y avoir été décrié et moqué ; de même une approche nouvelle de l'activité agricole prend de l'importance, aux États-Unis en particulier, c'est la sustainable agriculture ; d'autres démarches sont comparables dans d'autres pays, comme, en France, les plans de développement durables (PDD) soutenus par les pouvoirs publics. Mais, pour intéressants et importants qu'ils soient, ces exemples ne sauraient cacher ­ au contraire ils les rendent plus manifestes ­ la grande difficulté que rencontre l'agriculture moderne « traditionnelle » à produire sans porter préjudice au sol, à l'eau, à l'air, à la faune et à la flore...
34 On ne peut que souhaiter le développement en France d'une histoire de l'environnement (ou d'une histoire environnementale, et plus généralement des « environmental studies »), discipline qui ne semble pas connaître encore dans notre pays une activité comparable à celle qu'on observe ailleurs (aux États-Unis en particulier).
35 La question des pollutions d'origine agricole, pour grave qu'elle soit, n'est pas forcément celle qui soulève le plus les passions partisanes et l'incompréhension entre groupes sociaux : on a pu voir combien la première tentative ­ incontestablement maladroite ­ de mise en œuvre de la directive Habitats (« Natura 2000 ») avait suscité de vives réactions chez les agriculteurs, chasseurs, pêcheurs, non sans efficacité au travers d'une action de lobbying rondement menée (Jacques RÉMY, « La parcelle et la lisière », dans Pierre ALPHANDÉRY et Jean-Paul BILLAUD [dir.], Cultiver la nature.­ Études rurales, n° 141-142, janvier-juin 1996, pp. 85-108). Après un si mauvais départ, il est bien difficile de renouer les fils d'un dialogue serein... Une autre affaire se révèle fort délicate, celle du retour du loup (de la réintroduction disent les éleveurs ovins qui assurent que cette réapparition ne s'est pas faite spontanément), qui témoigne de la profondeur du sentiment d'incompréhension que ressentent les éleveurs, et de la méfiance, du soupçon, du ressentiment que suscite chez eux cette impression d'être isolés, encerclés, manipulés, marginalisés, y compris dans l'espace même de leur activité professionnelle traditionnelle, celui des alpages. Il faut bien reconnaître que la cohabitation entre le loup et l'agneau n'est pas chose simple : la présence du loup remet en cause les modes de conduite du troupeau pratiquées depuis de longues années dans le sud-est et ces problèmes ne se régleront pas simplement avec des compensations financières comme affectent de le croire certains amis du loup : il est particulièrement contre-productif de considérer que la vénalité humaine explique tout et vient à bout de tout.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Rémy, « Quelle(s) culture(s) de l'environnement ? », Ruralia [En ligne], 02 | 1998, mis en ligne le 01 janvier 2003, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://ruralia.revues.org/31

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page