Navigation – Plan du site
Articles

L'environnement, nouveau pré carré des Chambres d'agriculture ?

Hélène Brives

Résumés

Les Chambres d'agriculture jouent aujourd'hui la carte de l'environnement pour réaffirmer leur position dans le champ professionnel. À travers l'application de la « directive nitrates », elles souhaitent prouver leur capacité à cogérer la politique agri-environnementale au même titre que la politique agricole. Par la mise en place d'un « dispositif d'accompagnement et de conseil », elles s'engagent, pour le prochain programme quadriennal, à faire évoluer les pratiques des agriculteurs dans un sens favorable à l'environnement, en contre partie de quoi l'Administration s'engage à ne pas sanctionner les agriculteurs. Les chambres jouent dans cette négociation et dans le succès de l'opération leur identité d'institution publique et corporative. Elles engagent dans le même mouvement la culture et l'identité professionnelle des conseillers agricoles sur lesquels repose la mise en oeuvre de cette opération.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1À l'heure des restrictions budgétaires, l'avenir de l'appareil d'encadrement de l'agriculture, élaboré pour encourager les agriculteurs dans leurs efforts de productivité durant les « trente glorieuses », est mis en question et les agents de ce développement, les conseillers des Chambres d'agriculture, s'interrogent sur leur devenir. Depuis quelques années, les Chambres d'agriculture définissent des fonctions de conseil par référence au monde de l'entreprise et à sa rationalité économique : les Chambres s'organisent en entreprises prestataires de services pour répondre aux attentes de leur clientèle d'agriculteurs devenus entrepreneurs. Les relations agriculteur-conseiller se distendent pour se professionnaliser. L'activité des conseillers est valorisée principalement en tant qu'expertise technique, souvent spécialisée par filière, capable de s'insérer dans une « approche globale » de l'exploitation.

2Aujourd'hui l'enjeu pour les Chambres d'agriculture et leurs agents est d'intégrer à leur activité les nouvelles thématiques de la politique agricole. Une prise en compte des questions environnementales, susceptible de mettre en cause le modèle de production intensif, ne semble pouvoir se faire, a priori, qu'au prix de changements dans les pratiques et les représentations du métier de conseiller agricole d'une part et dans la culture de l'institution qui les emploie d'autre part. Dans ses prises de position et ses négociations autour de l'environnement, de quelle façon l'APCA 1 engage-t-elle la culture institutionnelle des Chambres, culture entendue comme ensemble de références partagées et disponibles pour les conseillers dans l'exercice de leur métier ? Quelle interprétation en feront les conseillers agricoles dans leur pratique quotidienne de conseil ? De quelle façon l'intégration des questions environnementales interroge-t-elle l'organisation et les outils du conseil en agriculture ? Nous faisons l'hypothèse d'une part que la prise en compte de questions environnementales constitue un facteur potentiel de recomposition du métier de conseiller des Chambres et d'autre part, que ces thèmes révèlent de manière particulièrement efficace les ambiguïtés de la notion même de conseil. L'histoire du « groupe professionnel » des conseillers témoigne d'ailleurs d'un certain malaise chronique, d'une perpétuelle quête de légitimation de son activité 2. En effet, entre l'application d'une politique de sélection et une mission de soutien à l'ensemble des producteurs, entre les intérêts divergents de leur employeur représentant légal des agriculteurs et des agriculteurs eux-mêmes, les conseillers ont à gérer, de manière structurelle, les contradictions et les non-dits de la politique agricole.

« Une agriculture compétitive et respectueuse de l'environnement »

3Lorsqu'en 1990, lors d'une conférence de presse, le ministre de l'environnement Brice Lalonde dénonce les pollutions d'origine agricole, les organisations professionnelles réagissent violemment à ce qu'elles perçoivent comme une agression. Néanmoins elles font assez rapidement face à cette accusation pour ne pas être exclues d'un débat désormais public 3. En effet, alors que le syndicalisme minoritaire dénonce le modèle de développement intensif de l'agriculture et que la FNSEA 4 nie toute responsabilité, l'APCA en appelle aux agriculteurs entrepreneurs responsables, conscients des conséquences d'une production agricole de type industriel. Cette mise en accusation du secteur est l'occasion de réaffirmer son caractère moderne et industriel. Si l'agriculture pollue, c'est qu'elle est une industrie comme les autres, mais elle est la seule à avoir aussi une action positive sur l'environnement : entretien des paysages, utilisation de boues urbaines, lutte contre les incendies... les exemples invoqués sont nombreux. La responsabilité des agriculteurs est minimisée par la succession exceptionnelle de plusieurs années de sécheresse. Le discours professionnel officiel se veut donc responsable et rassurant. Il semble évident qu'il est de l'intérêt bien compris de tous, et en premier lieu des agriculteurs, de limiter l'utilisation d'intrants chimiques 5. Les initiatives déjà engagées dans ce sens, au premier rang desquelles l'opération Ferti-Mieux, sont mises en avant.

4Au fil des prises de position, s'affirme de plus en plus l'idée d'une « agriculture compétitive et respectueuse de l'environnement » avec en filigrane la certitude que des solutions techniques pourront être mises en œuvre pour régler ces questions. À aucun moment le mode de développement industriel intensif de l'agriculture n'est questionné, et l'identité de producteur des agriculteurs est constamment réaffirmée. Refusant dans le discours une agriculture à deux vitesses, les représentants professionnels l'entérinent de fait en distinguant les producteurs (et les régions) pour lesquels l'environnement est une contrainte supplémentaire à la production et ceux pour lesquels c'est un atout pour valoriser une production de qualité. De manière ambiguë le modèle professionnel demeure, même s'il est reconnu que la compétitivité peut s'exprimer selon plusieurs modes.

Le conseil plutôt que la règle

5Au-delà de ce que la profession veut donner à voir par ses publications, la stratégie des Chambres d'agriculture vis à vis des questions environnementales se dessine aujourd'hui à travers les négociations menées avec l'administration pour l'application de la « directive nitrates » 6. L'APCA a défendu ce dossier qu'elle souhaite être le banc d'essai d'une certaine prise en charge de l'environnement par les Chambres. Elle affirme sa volonté de cogérer le volet agricole des politiques environnementales comme elle cogère la politique agricole et souhaite devenir un partenaire incontournable du ministère de l'Environnement au même titre que du ministère de l'Agriculture 7.

6Le résultat de ces négociations se révèle tout en faveur de l'APCA puisqu'il est désormais acquis que, pour le premier programme quadriennal (1996-2000), les Chambres départementales d'agriculture, en tant qu'établissements publics, seront mandatées par les préfets pour la mise en œuvre des programmes d'action de la « directive nitrates ». La profession s'engage en effet à faire évoluer les pratiques des agriculteurs dans un sens plus favorable à l'environnement. Afin de donner une assise chiffrée à cette évolution, une série d'indicateurs de « bonnes pratiques » a été mise au point en accord avec l'administration. Ces indicateurs concernent un certain nombre de données agronomiques : fertilisation azotée ­ date, forme, dose... ­ pour les principales successions culturales, gestion de l'interculture, etc., à recueillir sur les exploitations et des données concernant la gestion des effluents d'élevage et la mise aux normes des bâtiments disponibles soit directement dans les Chambres soit auprès des ADASEA 8. Les Chambres organiseront donc la collecte des informations nécessaires au suivi de ces indicateurs et les traiteront statistiquement afin d'établir un tableau de bord intégrable au bilan annuel dressé par les préfets. Les coopératives ont souhaité s'associer à la conduite de ces enquêtes afin d'ajouter une préoccupation environnementale à leur pratique de conseil. La difficulté de cette opération consiste au fond à convaincre les agriculteurs de tenir un document d'enregistrement de leurs pratiques de fertilisation azotée, document rendu obligatoire en France en vue de l'enquête. Il est acquis que les données individuelles ne seront pas transmises à l'administration.

7En contrepartie de ce travail mené sur les pratiques, l'administration s'engage à ne pas sanctionner en fin de premier programme si l'évolution des pratiques est positive. Ces pratiques plus favorables à l'environnement, en particulier la tenue du document d'enregistrement, sont donc, selon l'expression d'un responsable de l'APCA, « obligatoires mais non sanctionnables ». Les Chambres s'engagent donc sur des pratiques à améliorer et sur des moyens pour y parvenir (personnels mobilisés, opérations de conseil, sessions de formation, campagnes d'information, etc.), l'arsenal classique du développement étant mobilisé, mais elles ne s'engagent pas sur une diminution des taux de nitrates dans l'eau. Les agences de bassin, de leur côté, effectueront des dosages de nitrates afin d'évaluer le résultat de ces opérations. Aucun moyen scientifique ne permettant de déterminer avec certitude la provenance des nitrates mesurés dans l'eau, il semble difficile de calculer une redevance de type « pollueur-payeur » à partir de telles analyses. La profession craignait que la sanction frappe alors en amont sur les pratiques agricoles. Elle a écarté ce risque pour les quatre prochaines années en obtenant d'assurer elle-même le suivi des pratiques à l'abri de la sanction administrative. En effet, un dispositif de formation, d'information, de conseil et de suivi a été inventé pour éviter le contrôle et la sanction de l'administration. Ce dispositif « de conseil et d'accompagnement » affiche des ambitions pédagogiques et préfère des indicateurs qualitatifs plutôt que quantitatifs pour évaluer les pratiques agricoles. L'APCA a mis en avant l'avantage que représentait une agriculture responsable de son impact sur l'environnement, qu'il serait donc très maladroit et même contre-productif de sanctionner. Elle prouve ainsi à ses mandants sa capacité à remplir sa mission d'organisme corporatif.

8Mais pouvait-on imaginer que l'APCA ait été mise hors-jeu de ces négociations ? Par leur ancrage sur le terrain et leur proximité avec les agriculteurs, les Chambres départementales étaient sans doute les plus à même de mener une telle opération de suivi (pour ne pas dire de contrôle) des pratiques. L'engagement à long terme des Chambres sur le terrain les contraint à la réussite et les rend crédibles auprès des agriculteurs. Si la coopération des agriculteurs dans cette opération n'est pas encore acquise aux Chambres, elle le serait encore bien plus difficilement aux représentants de l'administration. On peut penser que si l'administration avait du intervenir directement sur le terrain, le dispositif de mise en œuvre de la directive aurait été radicalement différent.

9Les Chambres jouent dans cette négociation et dans la réussite de l'opération leur identité et leur place dans le champ professionnel. Elles engagent dans le même mouvement l'identité professionnelle des conseillers agricoles sur lesquels repose la mise en œuvre de cette opération. D'ailleurs, cette belle réussite politique de la profession n'a pas manqué de provoquer quelques interrogations. Il a pu sembler à certains représentants syndicaux des conseillers agricoles, qu'il y avait là risque de confusion des genres, les conseillers étant transformés en « flics de l'administration ». L'ambiguïté de la notion de conseil apparaît dans ce glissement de l'accompagnement vers le contrôle.

10Dans ce pari, l'APCA mise gros sur le pouvoir de persuasion et de négociation des conseillers des Chambres : ces derniers ont pour mission de convaincre les agriculteurs d'enregistrer leurs pratiques de fertilisation azotée et de gestion des effluents en vue d'un suivi/contrôle et d'améliorer sur quatre ans leurs pratiques. Cette capacité de négocier, cette volonté d'expliquer, de convaincre, nous paraissent fondamentalement indissociables de l'activité de conseil 9, même si elles ne sont ni reconnues ni valorisées institutionnellement. Il semble néanmoins que ce soit aujourd'hui sur ces fonctions aux contours un peu flous que les Chambres jouent leur avenir.

11Le travail de mise en œuvre de la « directive nitrates » à proprement parler ne fait que débuter pour les conseillers, mais déjà de multiples questions environnementales, et en tout premier lieu les problèmes de pollution de l'eau, les mobilisent quotidiennement dans leur pratique de conseil.

Un conseil agricole et environnemental ?

12Une Chambre d'agriculture d'un des départements où nous menons des observations affiche le thème de l'environnement comme sa priorité 10. Il est vrai que cette région de la Bretagne présente une des plus fortes concentrations d'élevages industriels et les problèmes de pollution de l'eau y sont sévères. De très nombreux cantons sont en zone d'excédents structurels, ce qui signifie qu'ils n'ont pas les surfaces suffisantes pour épandre les effluents d'élevage qu'ils produisent. Redoutant à terme la mise en place de normes environnementales de type industriel, la Chambre s'engage dans la lutte contre les pollutions d'origine agricole, afin de conserver le potentiel de production local et les industries de transformation qui lui sont associées. Les conseillers chargés d'une mission environnementale, se trouvent ainsi engagés dans les actions prioritaires de la Chambre et en phase avec les préoccupations actuelles des éleveurs. Chaque Chambre départementale organise, de manière parfaitement automne, la prise en charge des questions environnementales par ses différents services et ses différents personnels ­ des « personnes ressources » aux « conseillers de terrain » ­ et répartit ainsi les crédits qui y sont associés. L'environnement est perçu comme un thème valorisant par les conseillers qui avouent souvent un besoin de se renouveler dans leur travail.

13L'équipe des conseillers, coordonnée par un animateur de région a la charge d'un CRDA 11 regroupant trois cantons. Depuis la réforme du service de développement de la Chambre en 1992, les fonctions d'animation et de conseil d'entreprise ont été distinguées dans l'activité des conseillers, plusieurs conseillers assurant cependant les deux fonctions. Bien que dans la pratique ces deux fonctions ne soient pas toujours séparables, l'animation concerne plutôt les actions collectives ­ notamment au sein des Groupements de vulgarisation agricole (GVA) ­ et le conseil d'entreprise regroupe plutôt les prestations individuelles sur les exploitations, principalement auprès des jeunes agriculteurs ou des agriculteurs en période de restructuration. Les conseillers d'entreprise sont spécialisés par production (lait, volailles, porc) pour l'ensemble du CRDA alors qu'avant 1992 les conseillers-animateurs avaient chacun la responsabilité d'un groupe de développement c'est-à-dire d'un territoire (souvent un canton). Un conseiller en agronomie complète le travail de ces collègues dans cette zone d'élevage où les questions relatives aux cultures étaient secondaires avant la prise en compte des problèmes de pollution.

14En tant que priorité d'action politiquement affichée par la Chambre, les thèmes environnementaux concernent le travail de l'ensemble de l'équipe mais de manière plus ou moins directe selon les conseillers. Le conseiller agronomie, traditionnellement responsable des cultures, est des plus concernés : il a en charge des actions de démonstration en plein champ sur des thèmes comme l'épandage de lisier sur des cultures autres que le maïs ou le réglage de pulvérisateur. Il réalise les plans d'épandage communaux à la demande de certaines communes et organise des sessions de formation pour la réalisation de plans d'épandage, sessions auxquelles participe un large public d'agriculteurs. Il intervient également avec l'animateur de région dans les « opérations bassin versant » mises en place par le programme régional « Bretagne eau pure ». Ces opérations réunissent à l'échelle d'un bassin versant, agriculteurs, mais aussi industriels et collectivités locales pour mettre en œuvre un programme d'amélioration de la qualité des eaux. Enfin il diffuse une information sur les problèmes d'environnement au sein des « groupes d'échange cultures » des GVA. Un conseiller d'entreprise spécialisé en production laitière a été formé spécifiquement pour établir des DEXEL 12 et des plans de fumure. Le conseiller en production porcine n'a pas de fonction environnementale particulière, les groupements de producteurs monopolisant le marché des DEXEL au sein de cette filière. Cependant les normes agri-environnementales conditionnent complètement aujourd'hui la gestion des dossiers d'installation des jeunes agriculteurs, les contraintes foncières engendrées par les exigences des plans d'épandage étant parfois insurmontables. Enfin, deux conseillères de vulgarisation féminine animent des sessions d'embellissement des exploitations et d'intégration des bâtiments d'élevage dans le paysage. Elles organisent à l'échelle communale des plans de plantation de haies bocagères.

15En grande partie les conseils en environnement s'inscrivent donc dans les réseaux classiques du développement agricole : groupes d'échange des GVA, sessions de formation. Les sessions d'embellissement des exploitations, thème traditionnel de la vulgarisation féminine ménagère et agricole, sont bien antérieures aux nouvelles préoccupations environnementales mais suscitent un regain d'intérêt. En revanche, d'autres conseils environnementaux créent de nouveaux lieux d'échange : les bassins versants inaugurent un dialogue entre les organisations professionnelles agricoles et des partenaires locaux ; de même les DEXEL permettent aux conseillers d'intéresser un public nouveau, clientèle potentielle pour d'autres types de prestations.

16Que ce soit en conseil d'entreprise individuel ou au sein de groupe de formation ou d'échange, la réflexion sur la diminution des intrants est déjà largement engagée. Que ce soit les plans d'épandage ou les raisonnements de fertilisation azotée, ces réflexions au nom de l'environnement ne font que prolonger le travail de diminution des charges d'exploitation. La diminution des intrants est pensée dans le cadre d'une gestion des itinéraires culturaux (donc intégrant travail du sol, fertilisation et traitements) pour les différentes cultures ou même les différentes parcelles de l'exploitation. Ces réflexions s'appuient souvent sur des analyses de terre parcelle par parcelle. Par ailleurs, les conseillers sont familiers des bilans d'azote et des analyses de lisier devenus les outils du conseil en environnement. Les mêmes outils d'analyse et les mêmes outils pédagogiques sont utilisés pour atteindre des objectifs économique et environnemental, les conseillers sachant d'ailleurs très bien mêler ces deux objectifs dans leur conseil. Le même niveau d'observation ­ l'exploitation, la parcelle ­ est requis pour des analyses agronomiques ou zootechniques classiques et pour une fertilisation raisonnée au nom de l'environnement (même si certains déplorent les limites d'une telle approche concernant les plans d'épandage). Un conseiller proposant à des agriculteurs de régler leurs pulvérisateurs au plus juste pour limiter les doses de produit apporté, dit : « comme ça vous polluerez un peu mieux », c'est-à-dire peut être un peu moins mais surtout de façon plus « économiquement rationnelle ».

17Finalement, la prise en charge de l'environnement, telle qu'elle est menée par les Chambres, ne semble bouleverser ni l'organisation ni les outils du conseil en agriculture. Cependant il ne faudrait pas oublier qu'il y a seulement dix ans, quand un conseiller a pris l'initiative, avec un responsable de GVA, de faire des analyses de lisier pour en établir la teneur en nitrates, les élus de la Chambre ont crié à la provocation. Aujourd'hui ce sont eux qui soutiennent une politique centrée sur les problèmes d'environnement et ces analyses sont devenues routinières. Ces thèmes font à présent partie de la culture des Chambres, ils appartiennent à l'ensemble des références communes mobilisables par les conseillers dans l'exercice de leur métier. La réappropriation par les conseillers de ces références à l'environnement, en fonction de leur sensibilité personnelle à ces questions et du sens qu'ils donnent à leur activité, constitue de notre point de vue, un important potentiel de recomposition de la pratique de conseil.

18Ainsi, lors d'une session de GVA dont le thème était la fertilisation du maïs, le conseiller agronomie, jeune ingénieur agronome nouvellement embauché à la Chambre, femme, choisit de parler des problèmes de santé fréquents chez les agriculteurs, (notamment des cancers provoqués par les traitements de semences sous forme de poudres très volatiles) plutôt que du choix de la variété de semence, malgré les injonctions de son collègue plus ancien. À travers l'itinéraire technique d'une culture de maïs sont abordés des problèmes nouveaux : son exposé relatif aux ravages causés par les pesticides sur les poissons et aux précautions à prendre en conséquence avec un pulvérisateur (ne pas vidanger dans la cour, ne pas capter l'eau directement dans un étang, etc.) retient l'attention de son auditoire. Bien que les agriculteurs ne soient pas venus à cette réunion de GVA spécialement pour entendre parler d'environnement, ils manifestent néanmoins un grand intérêt pour les explications du phénomène d'eutrophisation. Son collègue, conseiller d'entreprise semble regretter toutefois que la discussion n'en vienne jamais au choix des doses d'engrais, des produits phytosanitaires ou de la variété de semence. Le jeune conseiller préfère mettre l'accent sur le travail du sol et les vertus fertilisantes des effluents animaux. Cette situation met en évidence les différences de culture entre deux générations de conseillers ayant chacune des trajectoires professionnelles et des formations différentes à deux moments de l'histoire de l'agriculture. Les conseillers recrutés par les Chambres depuis quelques années sont le plus souvent des ingénieurs. N'y a-t-il pas, pour une part, expression d'une certaine sensibilité écologique dans le choix d'une orientation vers l'agronomie ou l'agriculture, de même que certains de leurs aînés ont adopté le métier dans d'autres perspectives militantes ?

19Avec l'intégration des questions environnementales et plus particulièrement des questions de pollution de l'eau dans le conseil agricole, l'agronomie et la gestion des cultures, longtemps reléguées au second plan, retrouvent leur place dans cette région d'élevage. En effet un premier bilan montre que la mise aux normes des bâtiments d'élevage ne règle pas la question des effluents, comme le fait remarquer un conseiller : « c'est pas la peine de faire une fosse si c'est pour tout mettre sur le maïs ». C'est pourquoi la Chambre fait un effort d'information sur l'utilisation des effluents d'élevage dans la conduite des cultures. Des démonstrations d'épandage de lisier sur des cultures autres que le maïs sont l'occasion de réunir dans un champ des agriculteurs autour de ces questions. Un agriculteur responsable d'une CUMA 13 équipée d'une rampe d'épandage fait une démonstration mais demeure sceptique quant à la réceptivité de ses spectateurs : « Je les entends les gars, ils veulent pas donner du lisier à leur voisin, ils préfèrent passer quatre fois sur leur maïs ». L'échelle de l'exploitation est en effet tout à fait insuffisante pour raisonner efficacement un plan d'épandage, surtout lorsque l'ensemble du canton est en zone d'excédent structurel. Cette contrainte de la négociation collective paraît souvent plus difficile à surmonter que l'investissement dans les nouvelles techniques d'épandage. De même, au sein des réunions de bassin versant, la réflexion sur la pollution d'une rivière implique non seulement de penser à une échelle supérieure à celle de l'exploitation individuelle mais encore de se confronter à des représentants d'intérêts non agricoles : la gestion des pollutions agricoles ne peut se penser à l'intérieur de l'agriculture seule. Enfin si l'idéologie de l'entreprise conduit ces dernières années à valoriser un conseil individuel « techniquement pointu », les questions de pollution, de par leur ancrage territorial, redonnent de l'importance à une réflexion de groupe, même si le groupe n'est plus forcement professionnel mais attaché à un territoire.

Un « verdissement » des Chambres d'agriculture ?

20La stratégie de l'APCA pour s'assurer une position solide dans l'application des politiques environnementales, ainsi que l'activité quotidienne des conseillers des Chambres d'agriculture, semblent témoigner, selon l'expression de Marc Mormont, d'un certain « verdissement de l'encadrement agricole » 14. Pour les quatre prochaines années au moins, la profession est assurée qu'un appareil d'encadrement environnemental de l'agriculture ne viendra pas doubler son propre appareil d'encadrement agricole puisque le ministère de l'Environnement délègue en quelque sorte le travail de proximité avec les agriculteurs aux Chambres départementales d'agriculture. Non seulement dans cette négociation l'APCA réussit à défendre les agriculteurs de la sanction administrative, mais de plus elle protège le domaine de compétence des conseillers des Chambres, qui demeurent avant tout des techniciens de la production agricole. Leur expertise n'est pas directement confrontée à celle d'écologues, chacun étant sollicité dans son champ d'intervention traditionnel : aux conseillers les techniques agricoles et aux agences de bassin la gestion de l'eau. Parallèlement le rôle des Chambres d'agriculture dans le champ professionnel est préservé, voire renforcé si elles remportent leur pari. En définitive, loin d'affaiblir la gestion corporative du secteur agricole 15, la prise en compte de l'environnement par les Chambres d'agriculture à travers l'application de la « directive nitrates », pourrait au contraire entamer une nouvelle phase de la cogestion.

21Dans cette négociation, il n'est pas question non plus pour les conseillers de devenir des sortes de médiateurs entre les agriculteurs et différents experts (chimistes, agronomes, pédologues, écologues, etc.). Les conseillers des Chambres refusent cette position d'intermédiaire, de relais. Ils estiment en effet, que ce sont leurs « fonctions d'expertise » qui permettent la reconnaissance de leur activité (par les agriculteurs notamment) et qui donne un sens à leur travail. En revanche ils souhaiteraient sans doute plus de dialogue sur le terrain avec les autres experts, plus que leur institution ne le leur permet vu la situation de concurrence dans laquelle elle se trouve. En effet, au moment où tous les budgets rétrécissent, les Chambres d'agriculture ne sont pas seules à convoiter les fonds publics de l'environnement : ADASEA, conseils régionaux, cabinets privés, groupements de producteurs, coopératives... veulent aussi leur part.

* * *

22Les engagements nationaux autour de la « directive nitrates » comme nos observations dans une Chambre bretonne montrent que l'institution consulaire choisit surtout de s'engager sur les questions environnementales à travers des opérations de type réglementaire définissant une norme et donc une sanction (comme la mise aux normes des bâtiments d'élevage). Dans le cas de la « directive nitrates », le caractère normatif de l'opération s'exprime, de manière plus subtile, par un système de conseil plutôt que par une sanction immédiate. Le respect des normes ou des « bonnes pratiques » retire aux agriculteurs la responsabilité des pollutions 16. Ce type de prise en compte de l'environnement semble, jusqu'à présent, compatible avec la culture technico-industrielle de l'appareil d'encadrement. L'environnement est assimilé à une contrainte supplémentaire à la production. Ce refuge derrière la norme et la technique évite l'engagement dans une réflexion susceptible de mettre plus radicalement en cause l'identité de la profession. Les mesures agri-environnementales de type contractuel, plus favorables à l'invention locale et à la recomposition des rapports de force n'ont d'ailleurs pas fait l'objet du même engagement politique. Il est vrai qu'en s'attaquant au problème des nitrates, la profession répondait de manière urgente à de vives accusations noircissant l'image des agriculteurs. On peut toutefois se demander si l'avenir n'est pas à une prise en compte de l'environnement duale, avec d'un côté des mesures réglementaires dans lesquelles les Chambres s'investiraient, auprès d'agriculteurs pour lesquels l'environnement serait seulement une contrainte supplémentaire à la production, et d'un autre côté, des mesures contractuelles dont les Chambres se désintéresseraient plus ou moins, dans des zones où l'ambition et de maintenir ou d'inventer d'autres types d'agriculture.

23Quoi qu'il en soit, les thèmes de l'environnement font à présent partie de la culture institutionnelle des Chambres et les conseillers peuvent légitimement les prendre en compte dans leur pratique de conseil. De notre point de vue, nul ne peut dire aujourd'hui quelles seront les conséquences de la réappropriation par les conseillers de ces références à l'environnement. Le métier de conseiller ne va-t-il pas se transformer sous l'effet des nouvelles rencontres, confrontations, négociations que les questions environnementales sollicitent plus encore que par les innovations techniques qu'elles nécessitent ?

Haut de page

Notes

1 APCA : Assemblée permanente des Chambres d'agriculture
2 Jacques RÉMY, « Le malaise des conseillers », dans Éducation permanente, n° 37, janvier-février 1977 ; Catherine PARADEISE, « Rhétorique professionnelle et expertise », dans Sociologie du travail, n° 1, 1985, pp. 17-31.
3 En 1990 et 1991, l'environnement fait les titres de nombreux numéros de la revue Chambres d'agriculture. Les numéros d'avril 1990 et de novembre 1990 sont consacrés à des enquêtes d'opinion publique sur les agriculteurs et l'environnement, montrant la prise de position responsable de la profession face à sa mise en accusation. Viennent ensuite les numéros de décembre 1990 et de janvier 1991 où des experts extérieurs au monde agricole, cautions scientifiques ou politiques, font des propositions de réflexion et d'action pour la prise en compte de l'environnement en agriculture. Ce n'est qu'après le second fascicule de janvier 1991, présentant des expériences étrangères que l'APCA exprime ses propres réflexions et propositions dans les trois numéros de mars, juin et octobre 1991. Par la suite l'environnement n'apparaît plus en tant que thème mais seulement sous forme de problèmes techniques ou d'opérations précises telles que les Plans de développement durable ou Ferti-Mieux.
4 FNSEA : Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles.
5 Dans L'Opinion agricole de mai 1991, le président de l'APCA affirme que les agriculteurs « font de l'économie et de l'écologie depuis longtemps comme Monsieur Jourdain ».
6 La directive européenne « nitrates » vise à réduire la pollution des eaux par les nitrates d'origine agricole. Adoptée en 1991, elle prévoit la définition de zones vulnérables, l'établissement d'un code de bonnes pratiques agricoles et l'adoption d'un programme de formation. Cette année, doivent être mis en place les programmes d'action qui seront évalués par des rapports quadriennaux établis par les États membres.
7 Voir le compte rendu de la Journée nationale directive nitrates de l'APCA (14 mai 1996) et le compte rendu de la session APCA de décembre 1995 consacrée à l'environnement, paru dans le numéro de juin 1996 de la revue Chambres d'agriculture. Les paragraphes qui suivent doivent également beaucoup à un entretien avec un responsable de l'APCA.
8 ADASEA : Association départementale d'amélioration des structures d'exploitations agricoles.
9 L'activité de conseil étant comprise comme transaction sociale, voir : Maurice BLANC et allii, Pour une sociologie de la transaction sociale, Paris, Éditions L'Harmattan, 1992, tomes 1 et 2.
10 Nos observations de terrain sont conduites, de manière comparative, dans deux départements. Les observations présentées ici rapidement ont été recueillies dans un département de la région Bretagne, en suivant une équipe de conseillers dans son travail, en particulier auprès des agriculteurs.
11 CRDA : Centre régional de développement agricole, regroupant les Groupements de vulgarisation agricole (GVA).
12 DEXEL : Diagnostic environnemental d'exploitation élevage, préalable à la mise aux normes des bâtiments d'élevage et à la réalisation d'un plan d'épandage.
13 CUMA : Coopérative d'utilisation de matériel agricole.
14 Marc MORMONT, Vers un encadrement environnemental des agriculteurs ?, rapport au ministère de l'Environnement, 1994.
15 Pierre COULOMB et Henri NALLET, Le syndicalisme agricole et la création du paysan modèle, Paris, INRA-ESR, 1980.
16 Marc MORMONT, Vers un encadrement environnemental..., ouv. cité.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Brives, « L'environnement, nouveau pré carré des Chambres d'agriculture ? », Ruralia [En ligne], 02 | 1998, mis en ligne le 01 janvier 2003, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://ruralia.revues.org/30

Haut de page

Auteur

Hélène Brives

Articles du même auteur

  • Thèse de doctorat en sociologie sous la direction de Nicole Eizner, Université Paris X-Nanterre, 356 f°, soutenue le 29 octobre 2001 devant un jury constitué de Nicolas Dodier (rapporteur), Nicole Eizner, Bruno Lémery, Marc Mormont (rapporteur) et Jacques Rémy, mention très honorable et félicitations du jury, à l'unanimité.
    Paru dans Ruralia, 09 | 2001
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page