Navigation – Plan du site
Articles

La distinction aux champs. Les décorés du Mérite agricole (Rhône, 1883-1939)

Gaëlle Charcosset

Résumés

Cette étude prosopographique analyse les deux dimensions accordées à la décoration du Mérite agricole. Professionnelle, la distinction témoigne des critères de l’excellence agricole formulés par le ministère de l’Agriculture nouvellement créé : apparaît alors la volonté de structurer une filière agricole en récompensant les acteurs de progrès scientifiques ou techniques et d’un enseignement spécifique, en mesure de rendre l’agriculture française plus performante. Au sein des producteurs, elle érige en modèle d’une part les spécialisations agricoles répondant aux attentes du marché et fondées sur la qualité, d’autre part le dévouement au tissu associatif agricole et plus largement rural. Les détracteurs de la décoration expliquent l’importance de ses effectifs par la distinction de soutiens politiques. L’instruction des dossiers de candidature permet de mettre en évidence l’acceptation de la pratique des recommandations et une utilisation circonstanciée par l’administration, en partie en fonction des opinions politiques des élus locaux. De plus, quoique l’opinion des impétrants soit prise en considération, elle n’empêche pas la distinction de membres actifs de syndicats agricoles affiliés à l’Union du Sud-Est.

Haut de page

Entrées d'index

Chronologique :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1L’installation de la Troisième République est marquée par la création de plusieurs décorations : médailles d’honneur 1, médailles commémoratives et, en 1883, ordre du Mérite agricole. Bien qu’il s’inspire des deux distinctions qui ont traversé le siècle — Légion d’honneur et Palmes académiques —, le Mérite agricole est peu considéré ; sitôt créé, “ le poireau ” — ruban vert et étoile blanche — est tourné en dérision. Ses nombreuses promotions donnent des armes à ses détracteurs : quels sont les mérites de ces décorés étrangers à toute production agricole ? Cependant c’est sur son modèle que sont créées les distinctions des années 1930 et du lendemain de la Seconde Guerre mondiale 2 et il fait actuellement partie des cinq décorations qui, en raison de l’ampleur de leurs effectifs, n’ont pas été réorganisées au sein de l’ordre national du Mérite 3. Seul l’ouvrage publié à l’occasion du centenaire du grade d’officier par Jean-Pierre Rousseau, secrétaire du conseil de l’Ordre du Mérite agricole 4, lui est consacré. L’Histoire de la France rurale le signale pour sa part uniquement comme une des œuvres de Jules Méline 5, Pierre Barral soulignant que “ le “poireau” récompensa autant le dévouement politique que l’activité professionnelle ” 6. La Légion d’honneur exceptée, les décorations ont suscité peu de travaux. Fait exception une réflexion sur la pratique décorative sous la Troisième République, avec deux articles récents consacrés l’un à la Légion d’honneur, l’autre à la médaille du travail 7. Cet article propose une approche prosopographique des décorés : étude préliminaire 8, il s’inscrit dans la ligne des travaux consacrés à l’excellence agricole et aux élites rurales 9.

Reconstituer le corpus des candidats et des décorés

2Ce travail prosopographique se heurte immédiatement aux lacunes archivistiques : aucun document ne donne pour tout ou partie de la période la totalité des noms des chevaliers, officiers et commandeurs, encore moins ceux des candidats déboutés. Le cheminement pratiqué pour reconstituer le corpus permet d’évoquer les réglementations relatives à cette décoration.

3Comme toutes les autres décorations françaises, les nominations — arrêtées par le ministre de l’Agriculture pour les chevaliers, décrétées par le président de la République sur présentation du même ministre pour les officiers et commandeurs — ont lieu lors de promotions soit semestrielles soit spéciales qui doivent être mentionnées dans le Journal officiel 10. Ce document peut donc être considéré comme exhaustif, les décorés faisant tous l’objet d’une notice plus ou moins détaillée — cinq à six lignes dans les années 1880 et 1890 puis une très laconique formulation “ nom (prénom), profession ou fonction, commune (département) ” dans les années 1920 et 1930. L’exploitation de cette source n’en est pas moins problématique : les listes sont à la fois multiples 11 et dispersées, même pour les promotions semestrielles publiées à des dates assez éloignées des 1er janvier et 14 juillet 12, ce qui implique un dépouillement systématique, les tables annuelles étant en partie erronées jusqu’en 1923. Ce n’est qu’à partir du premier semestre 1914 qu’un numéro d’ordre à l’intérieur de chaque grade est attribué, donnant ainsi la certitude de cerner la globalité des effectifs 13. Or ceux-ci connaissent un accroissement exponentiel qui dépasse les contingents fixés 14. Un nouveau décret entérine en 1896 cette évolution et tente de la limiter en assignant un nouveau quota, qui n’est respecté que l’année de sa mise en application pour le grade de chevalier, et seulement pendant deux ans pour celui d’officier 15. L’équilibre n’est obtenu que dans l’Entre-deux-guerres 16, avec la multiplication par près de dix des promotions de chevaliers, par quatre pour celles des officiers et par deux pour celles des commandeurs 17, puis à la faveur de réajustements en 1925 et 1930 18.

Figure 1 : Évolution des promotions du Mérite agricole, 1883-1911 19

Figure 1 : Évolution des promotions du Mérite agricole, 1883-1911 19

4L’ampleur des effectifs est lourde de conséquences tant au plan archivistique que pour le chercheur : elle explique sans doute la non-conservation des dossiers individuels au ministère de l’Agriculture 20, ce qui oblige à recourir aux fonds départementaux. Elle justifie également la restriction géographique de l’étude, l’emploi d’une base de données informatique et la mise en place d’une procédure de vérification propre à réduire, voire à combler les lacunes.

5La délimitation géographique semble plus pertinente que des coupes à intervalles réguliers à l’échelle de la France. En effet, ce n’est pas par l’histoire de ses promotions que la décoration nous semble devoir être abordée, mais par l’étude des individus qu’elle distingue puisqu’elle est acquise à vie 21 et qu’elle fonctionne en grades successifs accessibles seulement après un stage au grade inférieur d’une période minimale déterminée 22. Au regard d’autres fonds d’archives, le choix du département du Rhône n’est pas des plus satisfaisants : les trois cotes de la série M 23 font piètre figure — mais ne sont pas exceptionnelles 24 — face aux trente recensées dans la Vienne 25 pour la même période. Elles sont complétées par un carton émanant de la sous-préfecture de Villefranche 26. Deux types de documents ont été trouvés, mais à l’état lacunaire : des listes collectives de candidats proposés lors de diverses cérémonies et promotions (entre 1887 et 1904 27, à l’occasion de trois des promotions spéciales d’après-guerre 28 pour la totalité du département ; de 1935 à 1939, pour l’arrondissement de Villefranche) et des dossiers individuels de décorés, de 1883 à 1914 et de 1926 à 1939, avec de nombreuses lacunes. Le choix de ce département ne repose donc pas sur la richesse de ses fonds d’archives , mais sur la grande variété de situations, tant au niveau des productions agricoles 29 que des structures agraires 30. La présence de Lyon n’est d’ailleurs pas sans conséquence sur les campagnes alentour : le poids traditionnel de la propriété citadine ne se dément pas avant la Seconde Guerre mondiale et sa croissance démographique implique une forte demande en produits maraîchers et en viandes. Enfin, ce département apparaît comme un observatoire privilégié en raison du grand nombre des études d’histoire sociale fine déjà menées ou en cours sur les campagnes lyonnaises et beaujolaises : la confrontation de fichiers informatiques nominatifs s’y trouve possible 31.

6L’élaboration d’une base de données informatique 32 a permis le croisement des trois sources de départ — les notices individuelles publiées dans le Journal officiel, les listes collectives de candidats et les dossiers individuels — ainsi que la mise en place d’une procédure de vérification. Dans une première table ont été réunies les informations fournies à l’occasion de chaque candidature, nomination ou promotion, quelle que soit la source. Bien que plus difficile à gérer lors de la synthèse, la complémentarité a été retenue au détriment de la fusion des données. Par un travail d’interprétation puis de codification, toutes les fiches se sont vues attribuer un code, permettant dans une seconde table de réaliser une chronologie pour chaque individu : nombre de candidatures, intervalle entre l’obtention de chaque grade, proportion de chevaliers impétrant les grades d’officier puis de commandeur, etc. peuvent ainsi être établis pour la totalité des candidats et des décorés par simple lien avec la première table. Avant de créer des tables propres à l’analyse temporelle et géographique, à l’étude des professions et à celle des fonctions exercées, des vérifications ont été nécessaires. Outre le contrôle de la codification, celles-ci sont fondées sur le croisement entre les renseignements et le cadre législatif de la décoration ; ainsi, les officiers du Mérite agricole doivent figurer dans la première table à travers deux fiches relatives à leur nomination, une pour chaque grade, et les commandeurs trois. Un résultat contraire signifierait soit que le décoré est légionnaire du même grade, soit une erreur relevant de la codification ou de la non-saisie d’un grade inférieur. Dans ce dernier cas de figure, des recherches complémentaires peuvent être opérées dans le Journal officiel, une notice d’officier ou de commandeur comportant la date de nomination au grade inférieur. Cette procédure de vérification présente de nombreux défauts puisqu’elle porte uniquement sur les individus devenus au moins officiers avant 1939. Néanmoins elle est suffisante pour détecter la fiabilité du travail, un examen plus détaillé ne s’imposant qu’en cas d’erreurs trop nombreuses.

7Au total, 998 postulants et/ou décorés du Mérite agricole ont été recensés entre 1883 et 1939 dans le département du Rhône 33. Pour 108 d’entre eux, des recherches complémentaires ont été menées ; il s’est avéré que dans 78 % de ces cas, la nomination manquait parce qu’elle avait été obtenue dans un autre département. Pour 13 individus, les notices livraient une date de nomination au grade inférieur erronée. Enfin, les 10 % restant (soit 1 % de la totalité de l’effectif) sont des lacunes dues à la saisie. Loin de suffire pour une étude prosopographique, les premiers éléments ainsi recoupés autorisent toutefois une analyse préliminaire dans le but de dégager les pistes de recherche à venir.

La (recon-)naissance d’une élite de l’agriculture ?

8Jules Méline justifie la création de l’ordre du Mérite agricole par le contraste entre la faible part des décorations civiles de la Légion d’honneur échue à la proposition du ministère de l’Agriculture (1/25e) et l’importance de la population agricole, qu’il évalue à 18 millions. Cette nouvelle décoration doit donc pallier au profit des acteurs du progrès agricole la faiblesse du contingent du plus prestigieux des ordres français — voulu par Napoléon Bonaparte comme “ un corps d’élite destiné à réunir le courage des militaires aux talents civils, formant ainsi la base d’une nouvelle société au service de la nation ” 34 — : “ en dehors, ou plutôt à côté de cette armée de travailleurs [la population agricole] où toutes les classes sont représentées, nous trouvons des sociétés nombreuses qui travaillent au progrès agricole en vulgarisant les bonnes méthodes et en excitant le zèle des agriculteurs, un corps de vétérinaires qui compte actuellement plus de trois mille praticiens et rend de très utiles services ; enfin, un corps enseignant qui s’accroît sans cesse et qui se compose aujourd’hui d’un grand nombre d’hommes d’élite. Dans cet immense personnel d’agriculteurs, d’agronomes, de professeurs, de savants, le labeur est incessant, les dévouements nombreux et les récompenses rares. Il appartient à la République de réparer cette injustice et de prouver à tous ceux qui, par leurs travaux, concourent au développement du progrès agricole, qu’elle s’intéresse à leurs efforts et qu’elle est résolue à les signaler à l’estime et à la reconnaissance publiques ” 35.

9L’ordre du Mérite agricole se veut donc avant tout récompense de compétences professionnelles. Aussi ne peut-il être décerné qu’après l’exercice, “ pendant quinze ans au moins, [et] avec distinction, [de] fonctions se rattachant à l’agriculture ou […] de pratique agricole ” 36, les arrêtés et décrets de nomination exposant sommairement les services rendus 37. Les circulaires ministérielles et préfectorales ne cessent d’ailleurs de réclamer des notices aussi détaillées que possible 38. Ces dernières permettent donc d’analyser les professions exercées par les promus ainsi que leur répartition géographique. En outre, la création de l’ordre accompagne la mise en place en 1881 d’un ministère de l’Agriculture indépendant, qui se constitue autour de deux divisions, l’enseignement agricole et les services vétérinaires d’une part, les encouragements à l’agriculture d’autre part, les services de l’hydraulique agricole, dépendants jusqu’alors des Travaux publics 39, s’y trouvant rattachés. Bien que le terme soit anachronique, Jules Méline semble placer la production agricole au sein d’une filière en cours de structuration. L’analyse socio-professionnelle, encore succincte, suggère cette logique, mais seule sa réinsertion dans le contexte socio-économique et politique de la France lui donne tout son sens.

En amont et en aval : améliorer et promouvoir la production agricole

10Nombreuses sont les décorations accordées à ceux qui concourent au progrès agricole par leurs travaux scientifiques, leurs applications techniques (1/3 de celles qui sont attribuées au secteur amont) et la vulgarisation de ces nouvelles connaissances (un autre tiers). Ainsi sont reconnues les découvertes faites dans les laboratoires de l’Université de science et de médecine de Lyon. Ce sont surtout les progrès techniques générés par l’industrie chimique et les constructeurs de machines agricoles qui forment le gros du bataillon (20 % des décorations du secteur amont). La renommée mondiale des machines Vermorel vaut ainsi à l’entreprise familiale deux commandeurs — Benoît-Victor Vermorel, le fondateur, et Léon-Camille Michaut, directeur des laboratoires —, deux officiers — l’épouse, première des trois femmes du département décorées avant la Première Guerre mondiale, et le fils, qui postule au grade de commandeur lorsque la Seconde Guerre mondiale éclate —, enfin cinq chevaliers parmi les employés, entre 1883 et 1939 40. Notons, aux côtés des dynasties Vermorel, Plissonnier et Marmonier, les apparitions plus sporadiques — et uniquement parmi les chevaliers — de “ bricoleurs de village ”, dont les améliorations du matériel existant sont vantées. Ainsi, Philibert Aucagne, à Chambost-Allières, est décoré au titre des services qu’il rend tous les jours aux agriculteurs en exerçant avec compétence son métier de maréchal ferrant 41 et Joseph-Jérôme Dupont, à Lozanne, “ pour la fourniture et surtout les réparations habiles des outils agricoles et harnais de culture ” 42. Enfin, rares sont les vétérinaires qui ne sont pas décorés : sur 50 que compte le département en 1922 43, quinze seulement n’ont pas été distingués avant la fin de l’Entre-deux-guerres ; cinq d’entre eux, d’ailleurs, ont obtenu leur diplôme en 1920 ou ont quitté le département alors qu’ils exerçaient depuis moins de 20 ans.

1138,2 % des décorations du secteur amont sont attribuées à la vulgarisation des progrès agricoles, particulièrement à l’enseignement (30 %). Les écoles spécialisées cumulent la plus grosse part de ces récompenses et leur palmarès est à l’échelle de leur réputation. Ainsi, l’envergure nationale de l’École vétérinaire de Lyon est illustrée par les 92 décorations décernées — 30 au grade d’officier et 5 à celui de commandeur — sur 203 enseignants. L’École pratique d’agriculture d’Écully, établissement départemental, est présente avec 24 décorations. Les écoles municipales, quant à elles, apparaissent plus irrégulièrement, telles l’école de maréchalerie fondée par Jules Liabeuf 44 ou l’école ménagère. En revanche, le cadre géographique de la recherche occulte les distinctions accordées à l’école de Cibeins qui, dépendant de la municipalité de Lyon, est située dans le département de l’Ain, ainsi que l’école d’agriculture d’hiver de Villefranche. Pour cette dernière, le personnel promu n’a pas été signalé comme tel, l’activité étant saisonnière : il apparaît néanmoins parmi les professeurs départementaux d’agriculture et les professeurs du lycée de Villefranche chargés de l’enseignement dispensé en son sein. Enfin, l’investissement dans les cours postscolaires agricoles, l’organisation de conférences et de champs d’expériences expliquent les décorations accordées aux instituteurs.

12Aussi restreint que puisse sembler ce premier groupe tant en pourcentage des décorations qu’en valeurs absolues, il est le plus récompensé. En effet, le constat dressé par Ronald Hubscher au sujet des vétérinaires peut être élargi aux constructeurs de matériel agricole et aux professeurs : “ le poireau est le bâton de maréchal du petit peuple vétérinaire des campagnes et des bourgs ” 45. Si l’Ordre donne la part belle aux enseignants, il n’oublie pas pour autant les autres moyens de vulgarisation et accueille nombre de publicistes agricoles dans ses promotions (7,3 % des décorations de la partie amont).

13Dans sa déclaration d’intention, Jules Méline n’envisageait pas de décorer les activités placées en aval de la production agricole. Elles le sont néanmoins, mais dans de faibles proportions — à peine 5,7 % des décorations —, en particulier le commerce et le négoce (environ les trois quarts des décorations de ce groupe), la transformation des produits, telle la fabrication de pâtes alimentaires, mais aussi le monde de l’inspection et de la répression des fraudes. Le ravitaillement et les subsistances, enfin, se présentent comme un enjeu majeur des premières années du XXe siècle.

L’excellence de la production

Récompenser les agriculteurs

14Près des trois quarts des décorations reviennent à la production agricole. Entre la création de l’Ordre et la Seconde Guerre mondiale, la part respective des trois secteurs s’est toutefois profondément modifiée. L’analyse des effectifs dans la durée semble donc plus pertinente que celle des parts de chaque secteur. Elle montre une première rupture en 1896 : alors qu’auparavant le nombre d’agriculteurs décorés est sensiblement équivalent à celui du secteur amont, il est inférieur cette seule année puis demeure supérieur. Entre 1896 et 1914, les trois secteurs profitent à quelques années près de la même manière de l’inflation des promotions. Les secteurs amont et aval culminent en 1912, avec respectivement 48 et 30 décorations, tandis que dans l’Entre-deux-guerres, ils sont limités entre 10 à 20 décorations par an pour le premier et moins de 10 pour le second. Aussi les fluctuations des promotions se font-elles au seul profit des agriculteurs durant cette dernière période.

Figure 2 : Évolution des effectifs de décorés du Mérite agricole, par secteurs de la filière agricole (Rhône, 1883-1939)

Figure 2 : Évolution des effectifs de décorés du Mérite agricole, par secteurs de la filière agricole (Rhône, 1883-1939)

15Cette évolution coïncide avec celle de la législation réglementaire et des réactions qu’elle a suscitées. Ainsi, le décret du 7 janvier 1896 réserve la promotion du 1er janvier “ aux agriculteurs et aux personnes exerçant des professions utiles à l’agriculture ” et celle du 14 juillet aux “ fonctionnaires et agents de tous ordres relevant tant du ministère de l’Agriculture que des autres administrations publiques et qui auront été l’objet de propositions en raison des services agricoles qu’ils auront rendus ” 46. Il ne fait qu’entériner la situation des deux dernières années et n’est en définitive pas appliqué : à son arrivée au ministère de l’Agriculture, Jules Méline propose une réforme abrogeant le dernier décret qui, du fait du retard de la promotion du 14 juillet, est appliquée immédiatement 47. En revanche, en 1913, une nouvelle intervention de Méline, alors sénateur, dénonce l’augmentation des effectifs 48 et conduit à l’élaboration du décret du 30 juillet 1913. Mais ce dernier semble avoir moins pesé que la Grande Guerre sur les choix des années 1920 et 1930. La répartition des effectifs témoigne de la volonté de récompenser avant tout les agriculteurs. Elle est appuyée par une série de promotions spéciales hors contingent qui leur sont réservées. Deux d’entre elles sont une réaction immédiate à la guerre : la première, dite “ de guerre ”, décore les “ agriculteurs, femmes et enfants, vieillards, qui, pendant la guerre, ont réussi, dans des conditions particulièrement difficiles, à suppléer, pour la direction ou l'exécution des travaux agricoles, les hommes appelés sous les drapeaux, de manière à obtenir de meilleurs rendements ” 49 ; la seconde, les “ agriculteurs, exploitants ou ouvriers agricoles, mutilés ou réformés de guerre qui, ayant au moins 30 % d'invalidité, se sont rééduqués ou réadaptés dans l'agriculture ” 50. Les autres font écho à la lutte contre la dénatalité des campagnes et l’abandon des exploitations, en distinguant “ les mères de famille nombreuse, cultivatrices ou ouvrières agricoles, dont les enfants sont demeurés à la terre ” 51 ou les “ exploitants dont la famille est sur la même exploitation [depuis plus de 100 ans] ” 52 et parfois depuis au moins trois siècles 53. Hors de ces promotions, les dossiers de candidature des années 1930 insistent sur les distinctions militaires et sur le nombre d’enfants des postulants, en spécifiant le nombre d’entre eux restés à la terre. Madeleine Brouilly et Claudius Rivoire sont alors les prototypes du chevalier idéal. La première, cultivatrice de 75 ans, mère de huit enfants, tous restés à la terre — dont cinq fils mobilisés — a continué à diriger l’exploitation pendant la guerre 54. Le second “ appartient à une famille attachée depuis le dix-huitième siècle sans interruption à la même exploitation agricole. Deux de ses enfants sont demeurés à la terre ; un troisième est mort pour la France. Pendant la guerre, [il] a réussi sans négliger sa propre exploitation à faire valoir les terrains de son fermier mobilisé […] ” 55. Enfin, sont précisées les ascensions de journaliers parvenus au statut de vigneron ou de petit propriétaire.

16Néanmoins, la supériorité numérique des cultivateurs dans l’Ordre doit être nuancée par des promotions plus restreintes aux grades d’officier (52 à 60 % 56) et de commandeur (la moitié). L’obtention de ces grades apparaît d’ailleurs très souvent comme le couronnement d’une carrière administrative ou professorale.

La spécialisation, signe de l’excellence agricole

17Si dans les années 1880 l’expression de “ politique agricole ” n’émerge pas encore des documents officiels, la perception de ce que devrait être l’agriculture française est assez vive pour entraîner des tentatives pour rejoindre cet idéal. Aussi les décorations remises soulignent-elles les critères de l’excellence agricole et les représentations de l’agriculture “ moderne ” préconisée par le ministère de tutelle : elles s’inscrivent dans la continuité de la “ pédagogie par l’exemple ” insufflée par les comices et concours généraux agricoles 57. Les spécialisations réalisées sous le signe de la qualité semblent être le critère essentiel et, chronologiquement, le premier.

Figure 3 : Décorations du Mérite agricole et spécialisations agricoles (Rhône, 1883-1939)

Figure 3 : Décorations du Mérite agricole et spécialisations agricoles (Rhône, 1883-1939)

18Le poids écrasant de Lyon (1 042 décorations, soit 35,3 % du total) ne s’explique pas seulement par les décorations remises aux fonctionnaires et aux commerçants. En effet, 35 % des décorations lyonnaises distinguent des producteurs. À celles-ci s’ajoutent celles des cantons limitrophes de Limonest, Vaugneray, Saint-Genis-Laval et Villeurbanne qui représentent 20,69 % du total. Cet espace, qui concentre 43 % des décorations accordées à des producteurs, correspond à la ceinture maraîchère de Lyon : il alimente les marchés de la ville et doit répondre aux attentes des consommateurs en produits spécifiques de grande qualité. Il bénéficie également de l’émulation suscitée par l’active Société d’horticulture pratique du Rhône et de l’impulsion des associations d’envergure nationale originaires de Lyon que sont la Société pomologique de France, la Société des rosiéristes français et la Société française des chrysanthémistes. Parce qu’elles sont des plus prestigieuses dans leur profession, les familles Rivoire et Guillot cumulent les motifs de décoration qui caractérisent les horticulteurs de Lyon et sa banlieue : les trois générations de chevaliers, d’officiers voire de commandeur 58 récompensent la pérennité assurée par le caractère familial des entreprises ; ce sont également le développement de techniques spécifiques et l’obtention de nouvelles roses qui retiennent l’attention sur Antoine-Isaac Rivoire et Jean-Baptiste Guillot 59. Enfin, l’énoncé de leur participation aux expositions internationales prouve l’ampleur de leur renommée professionnelle et de leurs produits : Antoine-Isaac et Philippe Rivoire se partagent ainsi les places de jury des expositions européennes des années 1890 60 ; 40 ans plus tard, Philippe et son fils Antoine sont décorés lors de la promotion spéciale au titre des expositions agricoles internationales depuis 1900.

19Le Beaujolais viticole, formé des cantons de Beaujeu, Belleville, Bois-d’Oingt et Villefranche, constitue le deuxième foyer du département par le nombre de décorations (18,45 % du total). Là, sont récompensés la précocité de la monoculture de la vigne et les dispositifs de reconstitution des vignobles détruits par le phylloxéra, tant par les vignerons sous contrat de métayage et les petits propriétaires viticulteurs que par les propriétaires qui se transforment en représentants des exploitants, constituent des pépinières de plants américains et multiplient les expériences. Ainsi, Édouard Moreau dédie à Emmanuel Bender, juge de paix, propriétaire du domaine de Garanche à Odenas et chevalier du Mérite agricole depuis un an 61, son poème intitulé Le Vigneron, composé à l’occasion du banquet de l’exposition des vins de Belleville le 7 novembre 1886 :

“ Mon vigneron, Bender, je l’ai créé pour toi,

Oh ! c’est un grand cœur à l’ouvrage !

Tous deux vous avez en partage,

La volonté qui dompte et la robuste foi.

Tous nos vrais vignerons ne piochent pas la terre,

Et ceux-là, je le sais, sont ici fort nombreux,

Allons ! que d’un vieux vin l’on remplisse mon verre,

Car en buvant pour toi, je bois aussi pour eux ” 62.

20En revanche, dans les monts du Beaujolais et du Lyonnais, en bordure nord et ouest du département, où les conditions de production sont rendues difficiles par l’altitude et la pauvreté des sols, les activités textiles, à la ferme puis en usine, assurent le complément de revenus indispensables aux cultivateurs. Entre 1883 et 1939, le nombre de décorations est inférieur à 60 par canton. Leur attribution a très majoritairement eu lieu pendant l’Entre-deux-guerres 63, alors que les exploitants, qui pratiquaient auparavant l’élevage — bovin au nord (cantons de Monsols, Lamure et Thizy), porcin au sud (cantons de Tarare, Saint-Laurent-de-Chamousset et Saint-Symphorien-sur-Coise) — dans le cadre d’une polyculture de montagne s’orientent plus nettement vers la spéculation herbagère exclusive 64. Cependant, celle-ci reste incomplète, et la mauvaise qualité du bétail, les conditions d’élevage et les épidémies sont dénoncées 65.

21L’excellence agricole ne s’observe pas uniquement sous l’angle des spécialisations : les dossiers insistent sur le palmarès des comices et des concours agricoles régionaux et généraux, signe d’une reconnaissance par les pairs de la qualité des produits. Dans les années 1920 et 1930, apparaissent les mentions de modernité de l’exploitation exprimée en termes de rationalité, d’emploi d’engrais et de nouveaux procédés culturaux et de pérennité.

Une excellence au service des autres

22Enfin, le Mérite agricole distingue les services rendus à la collectivité : les cultivateurs qui ont accepté les prélèvements de sang sur les bovins convalescents de la fièvre aphteuse en 1938 66 sont proposés par le préfet. Il en est de même pour ceux qui ont dirigé des écoles de greffage, tenu des conférences ou se sont prêtés aux démonstrations de matériels. À l’inverse, Jean-Marie Cartillier, qui a participé à l’invention d’un treuil de culture, voit sa candidature reportée : le maire de Liergues signale que celui-ci “ n'est pas l'inventeur de cet appareil, [qu’] il a pu y apporter quelques perfectionnements de détail, mais [qu’] il a su tirer parti au mieux de ses intérêts du travail initial d'un terrien de Liergues et [affirme être] certain que la population verrait avec étonnement M. Cartillier décoré […] ”. D'autant plus, poursuit le maire, que : “ M. Cartillier n'a jamais fait preuve d'aucune initiative de dévouement au profit de la collectivité et [que], par opposition, [sont présents] à Liergues pas mal de coopérateurs dévoués qui se dépensent sans compter au profit de la collectivité et qui n'ont été l'objet d'aucune décoration ” 67. Est spécifiée ici l’une des destinations du Mérite agricole : récompenser le dévouement, le bénévolat, voire la participation financière à titre de membres souscripteurs des présidents, secrétaires et trésoriers des associations agricoles tant nationales, régionales que locales, d’autant que les engagements sont généralement multiples. Claude-François Debaux, commandeur en 1936, appartient ainsi à 18 sociétés d’horticulture 68. Aux promoteurs des associations, des syndicats et des comices agricoles de la fin du XIXe siècle se joignent au début du XXe les initiateurs des mutuelles agricoles puis des coopératives qui fleurissent dans les années 1930, tel André Bérat, propriétaire viticulteur, décoré pour son investissement dans trois coopératives et dans la société mutuelle agricole de Belleville 69. La décoration est dans certains cas d’autant plus une nécessité que, lors des concours organisés par les comices, les candidats n’ont pu concourir du fait de leurs fonctions ou de leur désignation comme membres du jury.

23Les dossiers évoquent également le rôle public des impétrants au conseil municipal et dans des associations qui ne concernent pas directement l’agriculture — sociétés musicales, compagnies de sapeurs-pompiers, œuvres scolaires, sociétés de secours mutuels —, rôle qui souligne leur engagement mais aussi l’estime dont ils jouissent au sein de la communauté villageoise. La mise en évidence de ces fonctions, notamment municipales, laisse supposer que ce sont là des arguments de premier ordre dans l’attribution de la décoration. Y aurait-il volonté politique d’encourager la création d’un tissu rural associatif destiné à soutenir le maintien à la terre et la viabilité des exploitations ? Plus certainement, cet argument a renforcé la représentation d’une décoration plus politique que professionnelle.

Le Mérite agricole, décoration politique

24En effet, à chaque publication des nouvelles promotions semestrielles dans le Journal officiel, la presse ne manque pas de souligner les décorations abusivement accordées — comme ces “ croix du mérite agricole dont beaucoup de titulaires ignorent hélas ! la différence qui existe entre l’avoine, le blé et l’orge ” 70 — et à quel point elles servent essentiellement à remercier les fidèles soutiens de tel homme politique. Feuille satirique lyonnaise, le Guignol n’échappe pas à ce discours, comme en témoigne cette caricature :

Figure 4 : “ Édouard décore ”, dans Guignol, 3 septembre 1927

Figure 4 : “ Édouard décore ”, dans Guignol, 3 septembre 1927

“ Ne sais bien que note Édouard [Herriot] est pas mal décoratif, que persente ben et que n’est pou les décorances, pisque n’a déjà décoré les becs de gaz de la Rue de la Répiblique acque des corbeilles à fleurs ; mais j’aurai jamais pensé que décorerait tous ses conseillers. […] C’est tout à fait canant de voir les socialisses que critiquent toujou et pour tout le Governement de l’ognon sucré accepter les honneurs et la paye. Ben pou s’excuser y sont sarcher à nous faire accroîre qu’on leur a donné la croix de force. Mais faudrait raconter çà à d’autres et pas à nous, car pou avoir une décoration, même le mérite abricole, faut la solliciter et signer la demande ” 71.

L’instruction du dossier de candidature

25Si les opinions politiques sont prises en considération lors de la nomination, elles doivent apparaître dans les dossiers de candidature. Le suivi de ceux-ci se révèle délicat ; en effet il laisse rarement une trace avant son arrivée et son examen à la sous-préfecture et à la préfecture. Il semble néanmoins que la candidature doive être formulée auprès du sous-préfet ; celui-ci charge alors le maire dans les petites communes, le commissaire de police en ville, de constituer un dossier suivant un formulaire. Outre les informations d’état civil indispensables à la demande d’extrait de casier judiciaire sont consignés les titres justifiant la demande du postulant : carrière professionnelle, appartenance à des associations agricoles, publications, participations à des concours et récompenses obtenues. L’instructeur conclut par un avis sur la candidature. Cette dernière étape est répétée à chaque échelon administratif. Elle permet aux services de la sous-préfecture puis de la préfecture de hiérarchiser les dossiers retenus avant leur transmission au ministère de l’Agriculture. Les promotions spéciales dites de guerre et celle qui récompense les exploitants dont la famille est sur la même exploitation depuis plus de 100 ans relèvent d’une logique quelque peu différente puisque les maires sont invités par circulaire préfectorale à dresser la liste des ayants droit de leur commune dont les dossiers seront examinés. En sens inverse cheminent les diplômes de Mérite agricole émis par le ministère de l’Agriculture, transmis à la préfecture et remis aux intéressés par les maires.

26Quoique non exhaustives, les archives du bureau de la sous-préfecture de Villefranche chargé d’examiner les candidatures du Mérite agricole présentent une série relativement continue entre 1926 et 1939. Certes, elles mettent au jour un système qui a pu très largement se perfectionner depuis le début de la Troisième République et qui paraît très bien rôdé. Néanmoins, des traces disparates mais similaires ont été relevées dans les années 1880 et 1890. Des recommandations émanent parfois d’associations, ayant ou non vocation agricole, en faveur de l’un de leurs membres et particulièrement de leur président, mais surtout d’élus, tant cantonaux que parlementaires. L’action de ceux-ci est légitimée par le rôle de représentant que leur confère leur élection : défenseur des intérêts de leurs électeurs, ils les connaissent et sont donc à même de vanter leurs mérites dans leur correspondance avec le sous-préfet 72. L’acception de la recommandation est cependant bien plus large qu’une simple intercession en faveur d’un candidat : les élus réclament des notices afin de compléter eux-mêmes les renseignements propres à chaque impétrant. De même, l’administration sollicite les élus pour l’établissement d’une liste de candidats et pour se prononcer sur les demandes déjà reçues : “ Monsieur le conseiller d’arrondissement, j’ai l’honneur de vous prier de bien vouloir me faire parvenir les propositions que vous pourriez avoir à faire en vue de l’attribution du Mérite agricole et des Palmes académiques, à l’occasion de la promotion du 1er janvier 1928. Vous voudrez bien trouver ci-joint quelques imprimés pour l’établissement des notices de renseignements à produire pour chaque candidat. […] PS. Je vous signale que je suis saisi d’une proposition pour le Mérite agricole en faveur de M. Lapierre Jean-Claude à Gleizé ” 73. Et que dire du veto que pose Louis Leschelier, conseiller général du canton de Monsols, à la candidature de Jean Buffin : “ Cher Monsieur le sous-préfet, ne vous occupez pas jusqu’à nouvel ordre du Mérite agricole demandé par M. Buffin, de Saint-Mamert ; tous renseignements utiles vous seront donnés à ce sujet à première entrevue, j’espère que ce sera bientôt. M. Couturier doit être au courant d’autres demandes concernant plusieurs agriculteurs de mon canton, veuillez donc je vous prie examiner leurs dossiers avec bienveillance ” 74. Dans ce système-là, la candidature déposée par un particulier n’a pas de chance d’aboutir sans l’aval d’un ou de plusieurs élus ; aussi, les postulants prennent-ils soin d’avertir un de leurs représentants. Les listes hiérarchisées de propositions remises au préfet pour les promotions semestrielles de 1933 à 1939 en témoignent : à chaque candidat sont associés les noms de ses soutiens 75. La rareté des lettres de candidature relevée plus haut s’expliquerait par l’absence de démarches des intéressés eux-mêmes auprès de l’administration, les élus remplissant leur rôle d’intermédiaire. Bien maigres sont les preuves de telles requêtes, souvent formulées oralement lors des permanences tenues 76, ou consignées dans des lettres restées dans le domaine privé : toutefois, la comparaison de deux lettres relatives à la candidature de Jean-Marie Duvernay, l’une émanant de son frère Claudius, l’autre d’Édouard Herriot, en fournit une, les termes et la formulation des titres étant rigoureusement identiques 77.

Les dimensions politiques de la décoration

27Jusqu’à présent, l’intervention des élus a été conçue comme étant le résultat de leur rôle de représentant. Si tel est le cas, ne peuvent intervenir que les élus dont la circonscription est comprise dans l’arrondissement de Villefranche et, inversement, tous doivent être consultés. Or Justin Godart et Édouard Herriot, de Lyon, interviennent régulièrement. Mais surtout, la comparaison de la liste des élus consultés en vue de la promotion du 14 juillet 1927 78 et de celle des élus cantonaux et parlementaires à la même date permet de constater la partialité du recours. Un seul des deux députés 79 est appelé à présenter ses candidats ; selon les cantons, le sous-préfet fait appel aux conseillers généraux — deux d’entre eux étant également sénateurs — ou aux conseillers d’arrondissement, à l’exception de ceux de Tarare et de Lamure, circonscriptions pour lesquelles il s’adresse aux maires du chef-lieu. Tous ces élus se disent radicaux ou radicaux-socialistes alors que sont soigneusement écartés Laurent Bonnevay et ses amis politiques, républicains modérés, et les conseillers généraux SFIO des cantons d’Anse et Villefranche. La relative stabilité de la situation politique de l’arrondissement de Villefranche et la quasi-corrélation avec la carte précédemment établie soulèvent dès lors la question des moyens restant à la disposition des élus qui n’appartiennent pas à la majorité pour s’exprimer et défendre les intérêts de leurs électeurs.

Figure 5 : La représentation des cantons lors de la promotion du 14 juillet 1927, d’après les élus consultés par le sous-préfet de Villefranche

Figure 5 : La représentation des cantons lors de la promotion du 14 juillet 1927, d’après les élus consultés par le sous-préfet de Villefranche

28Les élus, lorsqu’ils ne sont pas sollicités, peuvent adresser leur liste de candidats au préfet, voire au ministre de l’Agriculture lorsqu’ils sont députés et sénateurs. L’administration prend alors en compte ces propositions et demande aux services subalternes d’instruire les dossiers qui ont alors de bonnes chances d’aboutir ; les électeurs de Laurent Bonnevay le savent. Ainsi, Louis Fonbonne remercie ce dernier au nom de Charbonnet, décoré en 1907 : “ Je tiens à vous remercier, en son nom d'abord, puisque vous avez pu faire plaisir à un homme qui méritait la décoration qui lui a été décernée, et au mien, parce que je me réjouis de la tête que doivent faire nos tyranneaux et nos délégués plus ou moins officiels, en apprenant que nous pouvons encore faire quelque chose en dehors d'eux et même malgré eux ” 80. Pareillement, Jean Buffin, de Saint-Mamert, qui se voyait opposer le veto de Louis Leschelier en 1932, adresse ses remerciements au député de la 2e circonscription en 1934 81. Là se tissent donc des relations clientélistes entre élus et électeurs, sans qu’elles soient systématiques, puisque René-Paul Baret, affilié aux Croix de feu, obtient l’intervention de Laurent Bonnevay qui n’ignore rien de sa position politique 82. De plus, la situation n’est pas figée : ce dernier, député et conseiller général depuis le début du siècle, ministre de la Justice en 1921, n’est pas consulté par la sous-préfecture à la fin des années 1920, mais l’est après 1934. Ce revirement de situation semble s’expliquer en partie par les changements fréquents du personnel administratif mais surtout par l’image de fervent défenseur de la République attribuée au président de la commission d’enquête sur le 6 février.

29Enfin, nombreuses sont les contradictions soulevées par l’opinion politique des impétrants : celle-ci est clairement énoncée et semble justifier le rejet de quelques dossiers. Jean-Paul-Nicolas Fayard, de Grigny, en fait les frais : sa première candidature en 1913 n’est pas retenue ; à l’occasion de son renouvellement, en 1920, le conseiller général dresse le portrait d’un homme “ autoritaire, hautain, fortuné, sans sympathies. Réactionnaire prétentieux et avéré, longtemps chantre au lutrin, [il est] encore très manifestement pratiquant. Jouit dans sa commune d'une considération médiocre plutôt malsaine, redouté de par ses influences cléricales plus que respecté de par ses références agricoles. Le dernier du canton, à mon avis, à honorer de la distinction qu'il fait solliciter ” 83. Le préfet donne un avis défavorable et le dossier est classé sans suite. En revanche, la candidature de certains dirigeants de syndicats agricoles affiliés à l’Union du Sud-Est aboutit, déchaînant les foudres de la presse républicaine : “ Au point de vue politique, M. Silvestre est connu, par ses moyens obliques, comme un adversaire redoutable de la République. Ancien élève des Pères Jésuites de Mongré, il fut couvé et poussé par cet établissement dont il n’a point trompé les espérances. Au point de vue agricole, M. Silvestre a des titres indéniables, mais d’une nature toute particulière. Il travaille spécialement pour les Syndicats réactionnaires et les établissements congréganistes. Il n’a rien innové ; il a emprunté, un peu partout, à des auteurs complaisants, la forme et l’aspect de ses ouvrages, et, sur commande, comme un élève soumis, par un labeur considérable, il a adapté l’esprit à la mentalité de sa clientèle cléricale. Il eût donc été juste de le récompenser par une médaille du Pape ou de Saint-Antoine-de-Padoue. M. Silvestre est connu, à juste titre, comme le bras droit de MM. Duport et Châtillon. Avec eux, il a étendu et développé, dans un but politique que les plus aveugles ne peuvent pas nier, cette organisation des syndicats agricoles qui est une machine de guerre contre la République, et une menace permanente à ses institutions. Il a été un des promoteurs de l’enseignement agricole dans les écoles congréganistes ” 84. Quatre ans de patience ont été nécessaires à Claude Silvestre pour voir son nom apparaître dans les colonnes du Journal officiel, mais c’est dans les délais les plus courts possible qu’il obtient sa promotion au grade d’officier 85, sur la recommandation sans doute déterminante de la Société de viticulture de Lyon 86.

Les perceptions de la distinction

30Les motivations de la distinction relèvent également du domaine politique : elles posent la question essentielle de son rôle dans l’idéologie républicaine et de sa réception aux points de vue personnel et social. En effet, ambiguë est la création de l’ordre du Mérite agricole par la Troisième République : Frédéric Caille soulève ce “ problème d’adéquation de la pratique [des décorations] au régime républicain censé correspondre au modèle le plus achevé de la démocratie ” 87. Car le Mérite agricole, comme avant lui la Légion d’honneur et les Palmes académiques, revendique le statut d’Ordre. L’insigne qu’est la médaille est somme toute secondaire, l’intérêt principal étant à l’origine l’entrée dans un groupe restreint, hiérarchisé par des titres, régi par des codes et dont peuvent être exclus les membres indignes 88. C’est à cela qu’aspire l’Association de l’ordre national du Mérite agricole créée aux lendemains de la loi de 1901. Ses objectifs amicaux et mutuels se traduisent concrètement par des secours accordés aux adhérents et à leur famille ainsi que par des bourses à ceux de leurs enfants reçus aux écoles nationales vétérinaires, d’agriculture, d’horticulture et à l’Institut national agronomique 89. Très rapidement, elle dénonce l’ampleur des effectifs 90 et prétend jouer un rôle dans le processus d’attribution 91. Il semble que cette perception de la décoration diffère de celle du gouvernement : Jean-Pierre Rousseau estime ainsi que les effectifs des grades de chevalier et d’officier vont à l’encontre d’une telle conception. Seul, peut-être, le grade de commandeur y répondrait, puisque le contingent a toujours été strictement respecté et limité à 30 puis 64 promotions par an et puisque chaque admission est discutée par le conseil de l’Ordre, composé uniquement de commandeurs 92.

31La médaille semble donc avoir pris une place primordiale, qui pourrait éclairer la construction des représentations individuelles et sociales. Les impétrants, conscients de leurs mérites, réclament une reconnaissance officielle, qui, au-delà de la satisfaction personnelle, doit offrir un statut dans la société par le biais professionnel. Aussi la décoration est-elle citée dans les publicités, au même titre que les nombreux prix obtenus aux concours régionaux et nationaux ou aux expositions internationales. Elle fait partie intégrante de l’identité d’une personne comme en témoignent de nombreuses cartes de visite 93, voire quelques monuments funéraires. Reconnaissance individuelle, elle prend une dimension collective chez les vétérinaires : “ Ce prestige est censé rejaillir également sur la corporation lorsque certaines personnalités emblématiques accumulent les témoignages de considération et les profits symboliques ” 94. De même, le refus d’attribution prend un caractère infamant aux yeux de Maxime Targe, directeur de l’école départementale d’hiver du Rhône, alors que tous ses collègues ont obtenu cette distinction et qu’ils a consenti des sacrifices personnels 95. Le renoncement de François Chabert, premier adjoint de Fleurie, répond également à une logique collective : “ Quant à moi je vous demande à ne pas être proposé pour le Mérite agricole, ayant eu les Palmes académiques il n’y a pas très longtemps ; je préfère voir Messieurs Burgaud et Loron [tous deux membres du conseil municipal] récompensés cette année si possible ” 96. Somme toute, c’est la société qui donne une valeur à la distinction ; inversement, les décorés doivent être irréprochables à ses yeux. La réception supposée de la décoration est donc déterminante dans le dossier de candidature, telle celle du docteur Portal qui, selon le maire de Corcelles, serait “ la risé [sic] de tous les habitants de la commune ” 97.

32* * *

33Au total, quoique dénoncée comme éminemment politique, la décoration récompense avant tout des compétences professionnelles. Couronnement d’une carrière administrative pour les uns, reconnaissance de l’exercice d’une profession pour d’autres, elle reste majoritairement l’apanage des producteurs. Par là, elle exprime la conception ministérielle d’une agriculture dynamique. La comparaison avec les Palmes académiques, décoration au prestige et au fonctionnement analogues sous la Troisième République, permettrait de mieux élucider la spécificité de la décoration agricole. Reste que lacunes des dossiers et imprécisions des notices individuelles invitent à croiser les données avec d’autres sources. Ainsi, la reconstitution des familles de décorés permettra d’établir si les dynasties Rivoire ou Guillot restent une spécificité liée à la forme entrepreneuriale de la production et de sa commercialisation. Associée à une analyse des modes de faire-valoir et des superficies exploitées, elle pourrait préciser le statut de l’exploitation aux yeux des dirigeants 98. La comparaison avec les lauréats des concours agricoles locaux, régionaux et nationaux viendra compléter l’étude des processus de reconnaissance des savoir-faire et de l’excellence des titulaires du Mérite agricole.

34Multiples sont cependant les dimensions politiques du Mérite agricole. Comme distinction, la décoration, à titre personnel ou collectif, correspond à la reconnaissance d’une excellence professionnelle et à la légitimation d’une élite par la société. Aussi conviendrait-il d’étudier la mise en scène des remises de la décoration à partir de la presse et des archives privées. Quant à l’analyse des dossiers de candidature, elle a mis en évidence l’utilisation et l’intériorisation par l’administration de la pratique des recommandations. Sous cet angle, la décoration offre donc un observatoire privilégié des réseaux d’influence dans lesquels s’insèrent les impétrants et sur lesquels peuvent s’appuyer les élus — députés à l’échelle de la circonscription, conseillers généraux et d’arrondissement à celle du canton, maires et conseillers municipaux au sein de la commune — ainsi que les concurrences qui s’exercent en la matière. Une fois ces phénomènes mis au jour dans l’arrondissement de Villefranche, des comparaisons s’imposent avec d’autres circonscriptions administratives afin de dégager les spécificités locales et individuelles — tant des élus que du personnel de la sous-préfecture — des pratiques officieuses des administrations et des interventions des élus auprès de celles-ci. Ont également été soulevées les oppositions que provoque la distinction de membres actifs des syndicats agricoles affiliés à l’Union du Sud-Est. À moins que celle-ci ne soit la résultante de l’appartenance à de multiples réseaux dont certains sont susceptibles de mettre en avant les mérites professionnels de l’impétrant tout en atténuant sa participation à un syndicat agricole affilié à la rue d’Athènes. Cette hypothèse implique d’une part la reconstitution des réseaux 99 dans lesquels s’insèrent les candidats, qui diffèrent parfois de ceux dont ils sollicitent une recommandation, ainsi que l’étude des candidatures maintes fois renouvelées et rejetées pour motif politique. Républicaine de prime abord, la décoration ne s’avérerait-elle pas finalement agrarienne 100 ?

Haut de page

Notes

1 Médailles d’honneur des PTT (22 mars 1882), des Eaux et Forêts — appelée aussi médaille forestière — (15 mai 1883), Agricole le 31 décembre 1883 pour les ouvriers agricoles, du Travail (1886), de l’Enseignement du 1er degré (1886), des Douanes (1894), de l’Administration pénitentiaire (1896) et des Travaux publics (1897).
2 Création des ordres du Mérite maritime le 9 février 1930, du Mérite social le 25 octobre 1936, de la Santé publique le 18 février 1938, du Mérite commercial le 27 mai 1939, puis du Mérite artisanal le 27 mai 1948, du Mérite touristique le 27 mai 1949, du Mérite combattant le 14 septembre 1953, du Mérite postal le 14 novembre 1953, de l’Économie nationale le 6 janvier 1954, du Mérite sportif (1956), du Mérite du Travail, du Mérite militaire, du Mérite civil du ministère de l’Intérieur, des Arts et Lettres (1957) et du Mérite saharien (1958).
3 La réorganisation qui a eu lieu entre 1962 et 1965 excepte la Légion d’honneur et quatre ordres dits ministériels : les Palmes académiques, l’ordre du Mérite agricole, l’ordre du Mérite maritime et l’ordre des Arts et Lettres.
4 Jean-Pierre ROUSSEAU, Cent ans de Mérite agricole, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1988, 87 p.
5 Gabriel DÉSERT et Robert SPECKLIN, “ L’ébranlement, 1880-1914. Les réactions face à la crise ”, dans Georges DUBY et Armand WALLON [dir.], Histoire de la France rurale. Tome 3 : Apogée et crise de la civilisation paysanne, de 1789 à 1914, collection Points Histoire, Paris, Éditions du Seuil, 1976, p. 391.
6 Pierre BARRAL, Les agrariens français de Méline à Pisani, Cahiers de la Fondation nationale des sciences politiques n° 164, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1968, p. 136.
7 Frédéric CAILLE, “ Une citoyenneté supérieure. L’improbable “fonction” des membres de la Légion d’honneur dans la République ”, dans Revue française de science politique, volume 47, n° 1, février 1997, pp. 70-88 ; Bruno DUMONS et Gilles POLLET, “ Une distinction républicaine : les médailles du travail au tournant des XIXe et XXe siècles. Éclairage sur le modèle républicain de la citoyenneté ”, dans Maurice AGULHON [dir.], Cultures et folklores républicains. Actes du colloque “ Les marques républicaines dans la culture populaire en France ”, Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1995, pp. 69-81.
8 Présentée au séminaire de l’axe rural de l’UMR 5599 le 11 mai 2002, elle s’est enrichie des remarques qui y ont été formulées.
10 Décret du 18 juin 1887, n° 18 301, article 5. La pratique est antérieure, imitant en cela le fonctionnement des autres décorations.
11 En particulier avant 1910.
12 Notons par exemple la publication dans le Journal officiel du 6 mars 1932, p. 2424 de la promotion du 1er janvier 1932, de la promotion complémentaire du 14 juillet 1931 et de la régularisation des solennités diverses du 2e semestre 1931.
13 Décret du 30 juillet 1913, n° 5 849, décret relatif à l’ordre du Mérite agricole, titre 2, article 8.
14 Décret du 7 juillet 1883, article 4 : le nombre des chevaliers est limité à 1 000 avec un maximum de 200 par an ; décret du 18 juin 1887, article 1 : 300 chevaliers et 30 officiers par an jusqu’à atteindre 2 000 chevaliers et 300 officiers.
15 Décret du 27 juillet 1896, article 1 : 700 chevaliers et 75 officiers par an.
16 Du fait de l’interruption des promotions pendant le conflit, le décret du 30 juillet 1913 n’est réellement appliqué qu’à partir de 1920. Plusieurs promotions spéciales sont toutefois supplémentaires au contingent fixé par ce décret.
17 Idem, titre 2, article 9. 6 400 chevaliers, 640 officiers et 64 commandeurs (le décret de création de ce grade en 1900 fixait le nombre à 30 par an), répartis entre la métropole d’une part et l’Algérie, les colonies et les pays de protectorat (400 chevaliers, 40 officiers et 4 commandeurs) d’autre part.
18 Décret du 12 novembre 1925 publié au Journal officiel, 9 décembre 1925, p. 11735 : 6 600 chevaliers, 1 240 officiers (soit une multiplication par deux) ; décret du 13 juin 1930 publié au Journal officiel, 17 juin 1930, p. 6629 : 7 000 chevaliers et 1 260 officiers. En revanche le nombre de commandeurs reste fixé à 64.
19 D’après Jules MARTIN, Les décorations françaises, Paris, H. Floury, 1912, p. 85.
20 En revanche, le ministère détient des registres chronologiques de promotions et a déposé aux Archives nationales contemporaines plusieurs fichiers alphabétiques (environ tous les décorés nés avant le 31 décembre 1891) et les décrets et arrêtés de promotions en cérémonies de 1901 à 1958. Ces documents n’ont pas encore été consultés mais sont, d’après les bordereaux de versement, d’un intérêt limité.
21 “ La qualité de membre de l’ordre du Mérite agricole se perd par les mêmes causes qui font perdre la qualité de citoyen français ” (décret du 27 juillet 1896, titre 3, article 9)
22 Deux ans (décret du 18 juin 1887, article 1), puis quatre ans (décret du 27 juillet 1896, titre 2, article 6) d’ancienneté comme chevaliers sont exigés pour postuler au grade d’officier. Un officier doit attendre trois ans (décret du 3 août 1900, article 3) puis quatre ans (décret du 30 juillet 1913, titre 1, article 5) avant de prétendre au grade de commandeur. Seuls les officiers et commandeurs de la Légion d’honneur en sont exemptés.
23 Arch. dép. Rhône (Archives départementales du Rhône), 1M372-374, Mérite agricole, 1883-1926.
24 Aux Archives départementales de la Loire, seules quatre cotes intéressent une étude sur le mérite agricole : 1M683-686, Mérite agricole, 1883-1961.
25 Frédéric CHAUVAUD [dir.], La société agricole de la Vienne aux XIXe et XXe siècles. Guide de recherche, La Crèche, Geste éditions, 2001, 331 p.
26 Arch. dép. Rhône, Z56.50, Distinctions honorifiques, 1930-1939.
27 Arch. dép. Rhône, 1M272, listes collectives.
28 Arch. dép. Rhône, 1M274, promotion des familles présentes sur la même exploitation depuis plus de 100 ans en 1923 ; promotion spéciale en faveur des agriculteurs, exploitants ou ouvriers agricoles, mutilés ou réformés de guerre qui, ayant au moins 30 % d’invalidité, se sont rééduqués ou réadaptés dans l’agriculture (exécution de la loi du 11 décembre 1922), grade de chevalier en 1923, d’officier en 1926.
29 D’après Gilbert GARRIER, Paysans du Beaujolais et du Lyonnais, 1800-1970, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1973, tome 2, carte 30, “ L’agriculture du Rhône en 1912 ”. Voir infra.
30 D’après Gilbert GARRIER, Paysans du Beaujolais et du Lyonnais,… ouv. cité, tome 1, pp. 535-558 et tome 2, carte 36, “ La répartition de la propriété en 1913-1914 ” : si plus des 3/4 des propriétaires sont exploitants dans l’ouest du département, de nouvelles structures s’implantent dans le Beaujolais viticole où la grande propriété recherche les plus grands rendements par vigneronnage — métayage à mi-fruits — ou par emploi de gagés aux ordres d’un régisseur et le fermage persiste sur la grande propriété citadine.
31 Une base de données des gagnants de concours agricoles est en cours de réalisation sous la direction de Jean-Luc Mayaud : le travail achevé pour le département du Rhône permet d’ores et déjà des recoupements de fichiers. Voir également : Jean-Pierre AGUERRE, Les hommes et les chevaux dans le lyonnais, 1880-1980, Thèse pour le doctorat ès lettres en cours sous la direction de Jean-Luc Mayaud ; Audrey BLANCHON, Arboriculteurs et pépiniéristes dans le département du Rhône aux XIXe-XXe siècles, Diplôme d’études approfondies en cours sous la direction de Jean-Luc Mayaud ; Pierre CHAMARD, L’Union du Sud-Est des syndicats agricoles dans le département du Rhône (1888-1940), Diplôme d’études approfondies en cours sous la direction de Jean-Luc Mayaud ; Nathalie FERRAND, Les rosiéristes à Lyon et à Vénissieux 1840-1950, mémoire de maîtrise sous la direction de Claude-Isabelle Brelot, Université Lumière-Lyon 2, juin 2002, 2 volumes, 211 f° + annexes ; Nathalie FERRAND, Lyon et Vénissieux dans l’espace de production de la rose, XIXe-XXe siècles, Diplôme d’études approfondies en cours sous la direction de Claude-Isabelle Brelot ; Caroline GILBERTE, Approche socio-économique des éleveurs d’animaux de boucherie dans les campagnes rhodaniennes, 1850-1930, thèse d’histoire en cours sous la direction de Jean-Luc Mayaud ; Renaud GRATIER de SAINT LOUIS, La mécanisation agricole dans les campagnes lyonnaises, XIXe-XXe siècle, thèse d’histoire en cours sous la direction de Jean-Luc Mayaud ; Gaëlle CHARCOSSET, Maires et conseillers municipaux dans les campagnes du Rhône, 1800-1945, thèse d’histoire en cours sous la direction de Jean-Luc Mayaud, Université Lumière-Lyon 2.
32 Le logiciel File Maker Pro 3 a été utilisé.
33 Pour 4 136 candidatures, nominations ou promotions.
34 Anne de CHEFDEBIEN et Bertrand GALLIMARD-FLAVIGNY, La Légion d’honneur. Un Ordre au service de la Nation, collection Découvertes, Paris, Librairie Gallimard, 2002, p. 25.
35 Ordre du Mérite agricole, Annuaire de l’Ordre du Mérite agricole, Paris, Alphonse Desaide, graveur-éditeur et au Bureau de la Maison de Campagne, 1885, 108 p. Publié d’après les documents officiels parus entre le 17 juillet 1883 et le 30 mars 1885.
36 Décret du 27 juillet 1896, titre 2, article 4 ; le décret du 30 juillet 1913 (article 4) ramène la durée exigée à 10 ans.
37 Décret du 27 juillet 1896, titre 2, article 8.
38 Arch. dép. Rhône, Z56.50, lettres circulaires du préfet au sous-préfet, 28 octobre 1931, 9 avril et 14 octobre 1932, etc.
39 Gabriel DÉSERT et Robert SPECKLIN, “ L’ébranlement, 1880-1914… ”, art. cité, pp. 390-392.
40 Journal officiel, 19 juillet 1885 (Benoît-Victor Vermorel, chevalier), 28 juillet 1890 (Benoît-Victor Vermorel, officier), 15 septembre 1898 (Pierre Migeon, contremaître de la maison Vermorel, chevalier), 17 août 1900 (Léon-Camille Michaut, directeur des laboratoires de la maison Vermorel, officier), 23 mai 1905 (Benoît-Victor Vermorel, commandeur), 23 octobre 1905 (Émile-Jean-François Howiler, fondé de pouvoir de la maison Vermorel, chevalier), 30 juillet 1906 (Georgette-Marguerite Vermorel, chevalier), 23 janvier 1910 (Léon-Camille Michaut, commandeur), 18 juillet 1911 (Georgette-Marguerite Vermorel, officier), 19 février 1922 (Édouard Vermorel, chevalier), 28 janvier 1933 (Édouard Vermorel, officier ; Eugène Wipf — chef comptable des Établissements Vermorel (d’après le dossier individuel trouvé dans Arch. dép. Rhône, Z56.50) —, chevalier), 28 janvier 1934 (Jules Boireaux — inspecteur commercial aux Établissements Vermorel (d’après le dossier individuel, ibidem) —, chevalier) et 5 août 1934 (Charles-Jean-Pierre Devant, — directeur général des Établissements Vermorel (d’après le dossier individuel, ibidem) —, chevalier) ; Arch. dép. Rhône, Z56.50, dossier individuel de candidature au grade de commandeur d’Édouard Vermorel en vue de la promotion du 14 juillet 1939.
41 Ibidem, dossier de candidature de Philibert Aucagne, 1934 ; Journal officiel, 5 août 1934.
42 Arch. dép. Rhône, Z56.50, dossier de candidature de Joseph-Jérôme Dupont, 1937 ; Journal officiel, 18 août 1937 : décoré du grade de chevalier par arrêté du 12 août 1937. Notons toutefois les limites de la notice publiée qui le signale uniquement comme “ cultivateur ”.
43 Recueil des actes administratifs du département du Rhône, n° 9, 6-13 mai 1922, pp. 134-135 : liste des vétérinaires établis dans le département du Rhône.
44 Journal officiel, 18 juillet 1911.
45 Ronald HUBSCHER, Les maîtres des bêtes. Les vétérinaires dans la société française (XVIIIe-XXe siècle), Paris, Éditions Odile Jacob, 1999, p. 153.
46 Décret du 7 janvier 1896, paru au Journal officiel, 9 janvier 1896, p. 137.
47 Décret du 27 juillet 1896, paru au Journal officiel, 15 août 1896 : titre IV, article 14, abrogeant “ le décret du 7 janvier 1896 et toutes autres mesures concernant l’organisation et la répartition des croix du mérite agricole en ce qu’elles ont de contraire aux dispositions du présent décret ” ; arrêté et décrets du 7 août 1896 relatifs aux promotions du 14 juillet, paru au Journal officiel, 15 août 1896.
48 Jean-Pierre ROUSSEAU, Cent ans de Mérite agricole, ouv. cité, p. 27.
49 Décrets de janvier et juin 1920, parus au Journal officiel, 21 et 23 janvier et 9 juin 1920 ; promotion complémentaire au titre des colonies, parue au Journal officiel, 1er octobre 1920. Exceptionnellement l’âge minimum de 30 ans n’est pas nécessaire.
50 En exécution de la loi du 11 décembre 1922, arrêté du 5 juin 1923, paru au Journal officiel, 22 juin 1923 ; promotion au grade d’officier exceptionnellement accordé dans un délai inférieur à 4 ans, par décret du 3 novembre 1926, paru très symboliquement au Journal officiel, 11 novembre 1926.
51 Journal officiel, 17 novembre 1922.
52 Journal officiel, 1er janvier 1923.
53 Journal officiel, 2 décembre 1923.
54 Journal officiel, 17 novembre 1922 (promotion des mères de famille nombreuse).
55 Journal officiel, 1er janvier 1923.
56 60 % si l’on estime que la seule qualification de “ propriétaire ” suffit à désigner des cultivateurs.
57 Jean-Luc MAYAUD, 150 ans d’excellence agricole en France. Histoire du concours général agricole, Paris, Éditions Belfond, 1991, 195 p.
58 Armand-Maurice Rivoire est fait chevalier en 1893 (Journal officiel, 23 juillet 1893) puis officier en 1899 (Journal officiel, 5 novembre 1899) ; ses deux fils, Antoine-Isaac et Philippe, obtiennent respectivement les grades de chevalier en 1895 (Journal officiel, 8 mai 1895) et 1898 (Journal officiel, 15 septembre 1898) et d’officier en 1902 (Journal officiel, 13 juillet 1902) et 1904 (Journal officiel, 14 janvier 1905). Philippe Rivoire est promu commandeur en 1931 (Journal officiel, 25 janvier 1931). Claudius, fils d’Antoine-Isaac, est chevalier lors de la promotion de janvier 1930 (Journal officiel, 16 février 1930), ses cousins, Maurice et Antoine, respectivement en 1927 (Journal officiel, 23 juillet 1927) et en 1931 (Journal officiel, 25 janvier 1931). Enfin Maurice est promu officier en 1936 (Journal officiel, 20 mars 1936). De même, le rosiériste Jean-Baptiste Guillot est décoré chevalier en 1888 (Journal officiel, 8 novembre 1888). Son fils Pierre, chevalier en 1895 (Journal officiel, 8 mai 1895), est promu officier cinq ans après (Journal officiel, 28 octobre 1900). Décédé, sa veuve, puis son fils Marc sont distingués (Journal officiel, 19 février 1922 et 6 août 1933). Voir Nathalie FERRAND, Les rosiéristes à Lyon…, ouv. cité, vol. 1, f° 145, figure 19 et vol. 2, annexe 18 document 4.
59 Arch. dép. Rhône, 1M273, dossiers de candidature de Jean-Baptiste Guillot, 1888 et d’Antoine-Isaac Rivoire, 1895 ; Journal officiel, 8 novembre 1888.
60 Édouard MARGAILLAN, Le Livre d’or des Décorés lyonnais. Ouvrage biographique de grand luxe dédié à M. Armand Fallières, Président de la République française, Lyon, Imprimerie nouvelle lyonnaise, 1911, pp. 240-241 et p. 272 : Antoine-Isaac est notamment membre du jury à Paris (1895), Gand (1896), Hambourg (1897) et Saint-Pétersbourg (1899) ; Philippe, quant à lui, siège à Dresde en 1896, Florence en 1897 et Paris en 1898.
61 Journal officiel, 19 juillet 1885 ; il est promu officier à peine trois ans plus tard : Journal officiel, 8 novembre 1888.
62 É[douard] MOREAU, Mon vigneron. Poème lu au banquet de l’Exposition des Vins à Belleville le 7 novembre 1886 dédicacé à son ami Emmanuel Bender, Belleville, Imprimerie A. Vaubourg, 1886, 3 p. : hommage et toast.
63 Sur tout le département, 54,5 % des décorations ont été remises durant cette période. Dans ces cantons, excepté celui de Saint-Laurent-de-Chamousset (46,4 %), les années 1920 et 1930 représentent entre 59 et 77 % du total des décorations qui leur sont attribuées.
64 Gilbert GARRIER, Paysans du Beaujolais et du Lyonnais,… ouv. cit., tome 1, pp. 447-448.
65 L’agriculture du Rhône, 1926, articles de J. GUICHERD et E. FORGEOT. Cité dans Gilbert GARRIER, Paysans du Beaujolais et du Lyonnais,… ouv. cit., tome 1, pp. 610-611.
66 Arch. dép. Rhône, Z56.50, lettre circulaire du sous-préfet au(x) maire(s), 20 juin 1938.
67 Ibidem, lettre du maire de Liergues au sous-préfet, 25 avril 1932. Il finit par être décoré lors de la promotion du 1er janvier 1939 (Journal officiel, 9 février 1939), après plus de dix ans de candidature.
68 Ibidem, dossier de Claude-François Debaux, 1936 : il est membre de la Société nationale d'horticulture de France depuis mai 1905, de l’Association lyonnaise d'horticulture et de la Société pratique d'horticulture du Rhône depuis 1906, de la Société d'acclimatation du golfe de Gascogne depuis 1908, membre honoraire de la 271e société de secours mutuels des jardiniers du département du Rhône depuis 1909, de la Société des jardiniers de Vichy-Cusset (Allier), membre de la Société française des rosiéristes, de la Société française des chrysanthémistes, de la Société pomologique de France, de la Société française du dahlia, membre honoraire de la Société de prévoyance “ Union commerciale et économique ”, membre de la Chambre syndicale des maraîchers de la ville de Lyon, de la Chambre syndicale des horticulteurs de la région lyonnaise, du Syndicat national des horticulteurs de France, de la Chambre syndicale des cultivateur grainiers français, du Syndicat des marchands-grainiers de Lyon et région, membre fondateur et vice-président de la Société française du dahlia biarritz 1928, président de la Section lyonnaise et du sud-est de la Société française du dahlia.
69 Ibidem, dossier d’André Bérat, 1937 : il est secrétaire de la coopérative fruitière depuis 1924, président de la mutuelle agricole depuis 1925, vice-président de la distillerie coopérative depuis 1925, membre du conseil d'administration de la caisse de crédit agricole depuis 1929 et de la cave coopérative depuis 1930.
70 Le Guignol. Journal hebdomadaire satirique, 17 janvier 1925.
71 Le Guignol. Journal hebdomadaire satirique, n° 674, samedi 3 septembre 1927, “ Édouard décore ”.
72 Arch. dép. Rhône, Z56.50.
73 Ibidem, brouillon de la lettre du sous-préfet à Maurice, conseiller d’arrondissement et maire de Blacé, 4 octobre 1927.
74 Ibidem, lettre de Louis Leschelier, conseiller général du canton de Monsols au sous-préfet, 2 novembre 1932.
75 Ibidem.
76 Marc ABÉLÈS, Jours tranquilles en 89. Ethnologie politique d’un département français, Paris, Éditions Odile Jacob, 1989, p. 82 ; Marc ABÉLÈS, Un ethnologue à l’Assemblée, Paris, Éditions Odile Jacob, 2000, pp. 22-23.
77 Arch. dép. Rhône, Z56.50, lettre de Claudius Duvernay au sous-préfet de Villefranche, 6 octobre 1927 et lettre d’Édouard Herriot, 13 octobre 1927.
78 Ibidem, brouillons de lettres du sous-préfet à divers élus, 25 mars 1927.
79 Bien que le scrutin proportionnel ait été employé lors des élections législatives de 1924, Émile Bender et Laurent Bonnevay qui représentent respectivement les première et deuxième circonscriptions de Villefranche depuis le début du siècle doivent être considérés comme particulièrement attachés à leur circonscription d’origine. Ils y obtiennent d’ailleurs la majorité des voix. Remarquons enfin que ce mode de scrutin est abandonné en 1928 et que le sous-préfet ne modifie en rien sa manière de procéder après cette date.
80 Arch. dép. Rhône, 10J22, lettre de Louis Fonbonne de Theizé à Laurent Bonnevay, 2 février 1907.
81 Arch. dép. Rhône, 10J25-1, lettre de Jean Buffin à Laurent Bonnevay, 28 janvier 1934.
82 Arch. dép. Rhône, 10J26, lettre de Baret à Laurent-Bonnevay, 27 août 1937 : “ Je vous remercie beaucoup de l'aide que vous avez apporté à ma nomination dans le Mérite agricole. Je vous en suis d'autant plus reconnaissant que vous n'êtes pas sans ignorer que mes idées, tout au moins de chose publique, ne s'accordent pas toujours avec les vôtres et suis de ce fait très sensible à la largeur de vos idées ”. Laurent Bonnevay a ajouté au crayon de papier “ Croix de feu ”.
83 Arch. dép. Rhône, 1M273, dossier de Jean-Paul Nicolas Fayard : lettre du conseiller général de Givors au préfet, 12 juillet 1920.
84 Le Beaujolais Républicain, n° 6, 19 janvier 1903, “ Une décoration ”.
85 Arch. dép. Rhône, 1M273, dossier de Claude Silvestre ; Journal officiel, 9 janvier 1898 : nomination au grade de chevalier ; Journal officiel, 14 janvier 1903, promotion au grade d’officier.
86 Arch. dép. Rhône, 1M272, liste collective pour les propositions du 1er semestre 1903.
87 Frédéric CAILLE, “ Une citoyenneté supérieure… ”, art. cité, p. 72.
88 Voir supra.
89 Bulletin mensuel de l’Association de l’Ordre du Mérite agricole, n° 1, octobre 1901 : discours de Marcel Vacher prenant la présidence lors de l’assemblée générale constitutive le 3 juillet 1901.
90 Bulletin mensuel de l’Association de l’Ordre du Mérite agricole, n° 3, mars 1902 ; n° 3, mars 1903 ; n° 4, avril 1903.
91 Bulletin mensuel de l’Association de l’Ordre du Mérite agricole, n° 5-6, mai-juin 1907, compte rendu de la réunion de Lyon du 17 mai 1907, discours de Burelle lors du dîner amical : “ Il a l’espoir qu’un jour le gouvernement fera appel à elle pour lui désigner de vrais agriculteurs méritants, parmi lesquels il choisira exclusivement les décorés du Mérite agricole ”.
92 Jean-Pierre ROUSSEAU, Cent ans de Mérite agricole…, ouv. cité, pp. 24-25.
93 Arch. dép. Rhône, Z56.50, carte de visite de P. Décolle, 13 février 1934 : “ P. Décolle, instituteur, capitaine de réserve au 13e bataillon de Chasseurs alpins, Officier de la légion d’honneur, croix de guerre (9 citations), médaille des évadés, chevalier du Mérite agricole, Médaille d’honneur en argent de l’Éducation physique — Saint-Étienne-la-Varenne ”. Un protocole précis régit l’ordre d’inscription des décorations et des médailles militaires et civiles.
94 Ronald HUBSCHER, Les maîtres des bêtes…, ouv. cité, p. 154.
95 Ibidem, lettre de Maxime Targe au sous-préfet, 17 avril 1926.
96 Ibidem, réponse de Chabert à une lettre du sous-préfet l’informant qu’il fait l’objet d’une proposition pour la croix du Mérite agricole, 13 juin 1932 ; Arch. dép. Rhône, 3M1505, procès-verbal du renouvellement intégral du conseil municipal de Fleurie, 5 mai 1929 : Charles Loron et Antoine Burgaud sont élus conseillers municipaux ; Arch. dép. Rhône, 3M1553, procès-verbal d’élection pour compléter la municipalité de Fleurie, 14 décembre 1929 : Antoine Burgaud est élu 2e adjoint.
97 Arch. dép. Rhône, Z56.50, lettre du maire de Corcelles au sous-préfet, s.d. [décembre 1929]. La candidature semble immédiatement abandonnée.
98 Jean-Luc MAYAUD, La petite exploitation rurale triomphante. France XIXe siècle, Paris, Éditions Belin, 1999, 278 p.
99 À l’instar de la démarche entreprise par Maurizio Gribaudi pour les ouvriers turinois : Maurizio GRIBAUDI, Espaces et groupes sociaux à Turin au début du XXe siècle, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1987, 264 p.
100 Pierre BARRAL, Les agrariens français…, ouv. cité.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Évolution des promotions du Mérite agricole, 1883-1911 19
URL http://ruralia.revues.org/docannexe/image/294/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 2 : Évolution des effectifs de décorés du Mérite agricole, par secteurs de la filière agricole (Rhône, 1883-1939)
URL http://ruralia.revues.org/docannexe/image/294/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 3 : Décorations du Mérite agricole et spécialisations agricoles (Rhône, 1883-1939)
URL http://ruralia.revues.org/docannexe/image/294/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 4 : “ Édouard décore ”, dans Guignol, 3 septembre 1927
Légende “ Ne sais bien que note Édouard [Herriot] est pas mal décoratif, que persente ben et que n’est pou les décorances, pisque n’a déjà décoré les becs de gaz de la Rue de la Répiblique acque des corbeilles à fleurs ; mais j’aurai jamais pensé que décorerait tous ses conseillers. […] C’est tout à fait canant de voir les socialisses que critiquent toujou et pour tout le Governement de l’ognon sucré accepter les honneurs et la paye. Ben pou s’excuser y sont sarcher à nous faire accroîre qu’on leur a donné la croix de force. Mais faudrait raconter çà à d’autres et pas à nous, car pou avoir une décoration, même le mérite abricole, faut la solliciter et signer la demande ” 71.
URL http://ruralia.revues.org/docannexe/image/294/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 5 : La représentation des cantons lors de la promotion du 14 juillet 1927, d’après les élus consultés par le sous-préfet de Villefranche
URL http://ruralia.revues.org/docannexe/image/294/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaëlle Charcosset, « La distinction aux champs. Les décorés du Mérite agricole (Rhône, 1883-1939) », Ruralia [En ligne], 10/11 | 2002, mis en ligne le 20 juin 2002, consulté le 25 juillet 2014. URL : http://ruralia.revues.org/294

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page