Navigation – Plan du site
Articles

Les complicités multiples de l’agriculture et de l’industrie dans le bassin de la Rance au XIXe siècle

Maogan Chaigneau-Normand

Résumés

Le bassin versant de la Rance est, au XIXe siècle, une entité essentiellement rurale et dont l'économie s'appuie pour une grande part sur l'exploitation de la terre. Celle-ci se fait selon les critères “ traditionnels ” du monde agricole français, mais revêt également quelques particularités qui tiennent à la longue survivance de la propriété nobiliaire ainsi qu'à la place qu'occupe l'activité maritime dans l'économie de toute la portion nord du bassin. L'agriculture est le support tout trouvé d'une industrie para-agricole diversifiée, dont la nature, l'ampleur et le rythme sont révélateurs des enthousiasmes et des réticences, des forces et des faiblesses, du monde paysan. Tout comme elles échangent leurs productions, agriculture et industrie partagent souvent les mêmes hommes, en une démarche pluri-active à laquelle s'associe également la mer et qui a permis le maintien au pays d'une communauté rurale forte.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Bretagne

Chronologique :

XIXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Le bassin de la Rance : de la terre à la mer

2La Rance, petit fleuve côtier qui prend sa source à Collinée (Côtes-d’Armor) et se jette dans la Manche entre Dinard et Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), est le déterminant d’un bassin hydraulique de 1 084 kilomètres carrés. Celui-ci peut se diviser en trois entités bien déterminées. Les zones amont et intermédiaire, tantôt ingrates (austérité pédologique et climatique des Monts du Méné), tantôt généreuses (douceur et fertilité des collines et des plaines de la région dinannaise), s’étendent de la source jusqu’à Dinan. À celles-ci s’ajoute une zone estuarienne dont les richesses naturelles furent maintes fois chantées.

3Il s’agit d’un milieu à dominante rurale. Les trois petites villes rassemblent à peine 15 % de la population en 1836, 16 à 17 % en 1856 et 25 % en 1911. L’une, Dinan, située au cœur même du bassin est, depuis le Moyen Âge, un point de passage de première importance entre la Bretagne et la Normandie ou le Bassin parisien. Elle est dotée d’un port qui est le point de jonction de la Rance navigable et du canal d’Ille-et-Rance ouvert en 1832. L’autre, Saint-Servan, est ancienne par la cité gallo-romaine d’Alet, mais en plein renouvellement au XIXe siècle et elle réussit à se tailler une bonne place face à Saint-Malo. Si la cité corsaire est plus résolument tournée vers le large, Saint-Servan en revanche assure la liaison entre la mer et la terre. La dernière ville, Dinard, émerge à partir du Second Empire, sous l’impulsion des bains de mer. Son développement est lié aux loisirs plus qu’au travail. La présence des “ étrangers ” en fait un lieu vecteur de nouveauté.

4Au XIXe siècle, l’agriculture est le pan principal de l’économie. Les paysans propriétaires et salariés constituent la majeure partie de la population, notamment dans les zones amont et intermédiaire, mais également en zone estuarienne malgré la concurrence des activités maritimes. L’industrie ne bouleverse pas ce schéma existentiel ayant pour base la terre et la mer. Elle s’y insère au contraire sans violence et trouve son identité dans les complicités établies.

Profil général d’une agriculture omniprésente

5Le monde agricole se révèle multiple et il est bien souvent celui des contraires. Aisance et misère, notabilité et marginalisation, sédentarité et itinérance, archaïsmes et modernités s’y côtoient.

Des propriétaires de divers horizons

6Parmi les propriétaires, détenteurs d’un simple lopin de quelques ares ou d’un grand domaine de plusieurs dizaines ou centaines d’hectares, on recense, et ce pendant tout le siècle, d’anciens nobles tel Achille Normant des Salles, né en 1791 et décédé en 1873. Militaire de carrière, demeurant en son château du Lattay à Guenroc, il figure au cadastre d’au moins trois communes : Guenroc, Plouasne et Tréfumel. Ses possessions foncières sont multiples et variées : prés, pâtures, labours, courtils, landes, taillis. Il s’y ajoute un important patrimoine immobilier, dont plusieurs moulins. Achille Normant des Salles est président du comice agricole du canton de Saint-Jouan-de-l’Isle de 1859 à 1873. De même, Marie Julienne de la Frugalaye, veuve du sieur du Rocher afferme à partir du 29 septembre 1827 la métairie de la Vieuville, à Brusvily, à Jean Manivel, laboureur, et à Marie Manivel, son épouse. Anne Marie de Plouay de Chanteloup, veuve de Charles Antoine de Guéhenneuc loue, pour le 29 septembre 1840, la métairie de l’Ozier située à Plumaugat à Pierre Guillard, cultivateur.

7On rencontre également parmi les propriétaires des membres de la bourgeoisie citadine ou rurale. Christophe Restif, avocat, demeurant à Dinan, loue et afferme pour neuf ans à partir de la Saint-Michel 1828, à Jean Ménard et Félix Macé, laboureurs, une pièce de terre située à Quévert. En 1844, Jean-Baptiste Huart, imprimeur-libraire à Dinan, loue sa métairie de la Petite Villée, en Guitté, à Jean Chevestrier, laboureur. En 1875, François René Piéguen, négociant demeurant à Dinan, afferme sa métairie de la Griponnière, située à Yvignac. Paul Larère, médecin à Dinan ou Ernest Dutertre, juge au tribunal de première instance de Dinan, conseiller général du canton d’Evran, sont également détenteurs de nombreuses terres. Le second est président du comice agricole du canton d’Evran de 1863 à 1870. Il s’occupe avec “ [...] zèle, tant dans les réunions cantonales qu’au Conseil général, d’augmenter le bien-être des cultivateurs en les engageant à marcher dans les voies d’un sage progrès, en excitant l’émulation dans une juste mesure ” 1.

8Des cultivateurs de diverses conditions figurent enfin parmi les propriétaires. À partir du 29 septembre 1863, François Chauvel, propriétaire laboureur à Trélivan, loue et afferme sa métairie de Veaudaniel, à Trévron, à Pierre Jacques, laboureur. À Lanvallay, en 1851, Antoine Esnault, 30 ans est inscrit comme “ laboureur propriétaire ” sur les listes nominatives. Jean Rucay, 72 ans est “ propriétaire cultivateur ”. À Caulnes, en 1861, Pierre Chouet, 39 ans, est “ propriétaire fermier ”, Joseph Henry, 29 ans, est “ propriétaire journalier ”.

9Dans la zone estuarienne, les rentrées d’argent générées par les activités maritimes sont à l’origine d’une distribution originale de la propriété. Les capitaines et les armateurs placent en effet leurs dividendes en acquisitions territoriales et certains marins, après avoir constitué quelques économie grâce à leurs campagnes au Banc, les emploient à acheter de la terre. Les matrices cadastrales anciennes confirment la présence de marins parmi les propriétaires. Entre 1873 et 1877, Pierre Fouérit, marin, demeurant à Plouër, est propriétaire de quatorze pièces de terre : labours, prés, pâtures, courtils et châtaigneraies, situées sur les sections D, E et F du cadastre. Les différentes parcelles appartenaient auparavant à Félix Fouérit, dont la profession n’est pas précisée 2. Les archives notariales comprennent un certain nombre d’actes ayant pour protagonistes des marins et les stratégies d’achat ou de vente semblent assez complexes. Le 3 juillet 1850, François Terier, marin et Marie Lalory, ménagère, demeurant à Plouër, vendent pour 242,18 francs une pièce de terre labourable de 4 ares 63 centiares à Hyppolite Bourges, capitaine au long cours, demeurant à Plouër. Marie Lalory avait reçu la parcelle de sa mère. Le 24 novembre 1860, Célestin Bernard, marin et Victorine Cloutier, marchande, demeurant à Dinan, cèdent pour 295 francs une parcelle de terre de 32 ares 55 centiares (héritée du grand-père maternel de Célestin) à François Hébert, marin 3.

Petite exploitation et bail à ferme en argent

10La quantité de terre exploitée est variable. Dans l’arrondissement de Dinan, en 1840, les fermes comptent rarement plus de 40 hectares. Les exploitations les plus importantes se composent de 31 hectares de terre labourable, 4 hectares de prés et 5 hectares de lande. Dans l’arrondissement de Loudéac (qui compose pour partie la zone amont du bassin), quelques fermes comptent jusqu’à 60 hectares, soit 43 hectares de terre labourable, 5 hectares de prés et 12 hectares de lande 4. Une étude précise de la contenance des exploitations reste à réaliser ; toutefois il semble que le bassin de la Rance ne sorte pas du cadre établi pour les Côtes-du-Nord et l’Ille-et-Vilaine. En 1882, 80 à 84,99 % des fermes comptent moins de 10 hectares. En 1892, leur superficie moyenne est de 5 à 6,99 hectares dans les Côtes-du-Nord et de 7 à 8,99 hectares en Ille-et-Vilaine 5.

11Quand les propriétés sont mises en location, les baux sont dans une forte proportion établis pour six ou neuf ans. En 1842, Mathurine Aubry, fille majeure demeurant à Quédillac, conclut toutefois un bail à ferme de 27 ans avec Mathurin Bigours, laboureur à Quédillac. Les contrats sont fréquemment renouvelés entre les parties, nombreux preneurs déclarant “ bien connaître les lieux désignés pour en avoir déjà la jouissance ”. Les baux, qui commencent et finissent de manière traditionnelle à la Saint-Michel, sont le plus souvent négociés à prix d’argent : 160 francs par an pour la métairie de la Vieuville, 130 francs pour les terres de Christophe Restif, 1 100 francs pour la métairie de l’Ozier, 300 francs pour la Petite Villée, 400 francs pour le Veaudaniel et 1 400 francs pour la Griponnière. Les loyers sont versés en “ pièces d’or et d’argent ”, en “ monnaie métallique ”, en “ pièces de six livres pour six francs sans appoint tant qu’elles auront cours dans le commerce ”. Ils sont plus souvent acquittés en deux termes égaux : à Noël et à la saint Jean-Baptiste ou à la saint Michel et à Pâques. Certains propriétaires, tels Jean-Baptiste Huart ou Mathurine Aubry, exigent d’être payés en un seul terme. Il est assez rare que les preneurs aient à fournir des prestations en nature en plus du loyer en argent. Mathurin Bigours doit toutefois élever une vache, dont le lait et les veaux reviennent en totalité à la bailleresse, et fournir 150 fagots par an à celle-ci. Les preneurs ont droit à une coupe de bois émondable par an, ainsi qu’à une coupe de bois piquants. Certains propriétaires fournissent à leurs locataires un chêne à feu par an. Les preneurs doivent bien entendu jouir des biens affermés en “ bons pères de famille sans y faire ni souffrir qu’il y soit fait aucune anticipation, dégradation ni détérioration ” ; ils doivent “ cultiver, marnisser et ensemencer les terres en temps et en saison convenables ”, entretenir les chemins et les talus, “ curer les douves, relever les fossés et les tenir à défense des bestiaux ”. Ils entretiennent les bâtiments et les couvertures, le propriétaire leur fournissant tout ou partie des matériaux nécessaires. À la fin du bail, les sortants laissent foin et paille “ de toutes espèces, bien et dûment coupés, séchés et logés dans les lieux ordinaires ou en mulons en lieux ordinaires si c’est l’usage ”.

12Les baux à moitié fruit ou à titre partiaire sont moins fréquents. Le 4 décembre 1862, Gilles Lehoux, propriétaire, marchand, demeurant à Léhon, donne à ferme à moitié fruit pour neuf années à François et Perrine Viot, cultivateurs, trois pièces de terre, l’une de 12 ares, l’autre de 24 ares et la dernière de 1,40 hectare. Les revenus et produits de toute nature seront partagés de moitié entre le bailleur et les preneurs, ces derniers étant tenus de les amasser correctement et de les transporter au domicile du propriétaire. Les semences de toute nature seront fournies par moitié. Tous les travaux de culture, labour, ensemencement, sarclage et récolte seront faits par les preneurs. Le 27 décembre 1862, Joseph Lesage, avocat à Dinan donne en bail à titre partiaire à Henry Rouxel, laboureur demeurant à Lanvallay, la métairie de Lecomat située à Corseul et ce pour six ans. Le propriétaire fournira une charrue Dombasle au locataire, ainsi qu’un coupe-ajonc. Un moulin à pomme sera acheté en commun. Semences, récoltes, bétail, impôts, bois émondable et non émondable seront partagés à parts égales entre les deux parties. Le preneur transportera les produits destinés au bailleur à son domicile, ou au lieu qui lui sera indiqué.

13À la ferme travaillent le paysan et sa famille, parfois aidés de journaliers, de journalières et de domestiques, largement présents à toute époque sur les listes nominatives. Il arrive fréquemment que deux générations exploitent en commun la même terre. À l’occasion d’un inventaire après décès réalisé le 1er octobre 1862, on apprend ainsi que “ les époux Joseph Gauvin ont continué après leur mariage à demeurer chez Charles Gauvin, père du mari, et à travailler en commune collaboration avec lui ” 6.

14Dans la zone estuarienne, le rôle des femmes est accru sur un grand nombre d’exploitations en raison du départ régulier de leurs maris, pères ou frères pour la pêche à Terre-Neuve. En 1836, par exemple “ la population de Plouër est en grande partie formée de marins. On ne peut en évaluer le nombre à moins de 900 sur 1 700 hommes de tous âges. Presque tous naviguent pour la pêche de la morue et s’occupent d’agriculture pendant leur séjours à terre ; mais, dans l’été, les travaux de la récolte doivent être en grande partie exécutés par les femmes ” 7.

La longue confrontation de l’ancien et du moderne

15La consultation des différents rapports, émanant des sous-préfets et surtout des sociétés d’agriculture et des comices agricoles 8, montre que l’évolution des méthodes de travail ou des habitudes en matière d’hygiène de la ferme est lente. Les outils restent longtemps rudimentaires. La charrue perfectionnée du type “ Dombasle ” n’est adoptée, et encore souvent que parce qu’elle est distribuée en guise de prime par les comices agricoles, que dans la seconde moitié du XIXe siècle. Le problème du fumier et de la nécessaire création de fosses pour son stockage est récurrent. Les rapports des ingénieurs agricoles donnent l’impression qu’ils se livrent à une véritable croisade pour le progrès agricole. Deux univers culturels s’affrontent. D’un côté le cartésianisme des ingénieurs, de l’autre l’empirisme des paysans.

16Des exploitants “ progressistes ” sont pourtant présents dans le bassin de la Rance. Entre 1818 et 1825, les rapports sur les travaux de la Société d’agriculture de Dinan mettent en exergue l’action des sieurs de Lorgeril, du Mottay et de Querhoënt, qui ont choisi de vivre sur leurs terres et d’en superviser personnellement la mise en valeur. Le premier s’est occupé en priorité de l’amélioration du bétail à cornes en élevant sur les prairies de son château de la Motte-Beaumanoir, à Plesder, des taureaux étalons du Cotentin qui ont “ largement contribué à relever les races dans le canton d’Evran ” 9. Le second “ plein de zèle pour les bonnes méthodes ”, les pratiquait sur son domaine, et “ ne laissait jamais échapper une occasion de les recommander aux cultivateurs et aux fermiers ” 10. Lors de son décès en 1821, le canton d’Evran lui est “ redevable des progrès que la culture, et particulièrement celle des pommes de terre, a fait depuis 20 ans ” 11. Quant au troisième, lui aussi décédé en 1821, initialement lieutenant-colonel d’infanterie, il a pratiqué l’agriculture en Angleterre pendant son exil. Il a eu peu de temps pour mettre ses acquis en pratique en France, mais s’est révélé farouche défenseur des cultures nouvelles, telles les plantes et racines fourragères : trèfle, rutabaga et choux-raves ou “ turneps ”.

17Hormis les châtelains, de simples cultivateurs se montrent entreprenants et figurent parmi les lauréats des concours agricoles. Celui ayant pour objet l’assolement quadriennal organisé par la Société d’agriculture de Dinan, initialement en 1818, prorogé en 1823, a intéressé douze concurrents, dont huit se font remarquer. Pierre Guillard, cultivateur au Hinglé, et François Costuas, de Trévron, ont “ suivi avec discernement les conseils de la Société ” ; Nicolas Langlamet s’est distingué par la qualité de ses labours ; les efforts notoires de Mathurin Méheut, de Taden, n’ont malheureusement pas abouti en raison d’une mauvaise terre, humide, argileuse et exposée au nord. Ces bons candidats, s’ils ont été reconnus pour leurs initiatives, n’ont toutefois pas reçu de prix. Ceux-ci sont revenus au sieur Marteville, d’Evran, qui a “ parfaitement cultivé ” ses dix hectares de terre, qui a écrit un excellent mémoire sur sa pratique et surtout a tenu des comptes précis, permettant de bien comparer les résultats à la dépense. La dame de Péan, à Saint-Samson, qui avait déjà été félicitée précédemment pour la qualité de son bétail, a obtenu de très belles cultures sur sept hectares, mais avec beaucoup d’engrais, ce qui rend l’expérience un peu coûteuse. Le sieur Gagon, à Dinan, ancien capitaine d’infanterie en retraite, a travaillé de bonne façon 80 ares de terre légère et sablonneuse en faisant usage, comme les précédents, d’instruments perfectionnés.

18Sur les vingt cultivateurs participant au concours de charrues organisé par le comice agricole d’Evran le 30 septembre 1863, 19 étaient munis de charrues perfectionnées, dont la Dombasle, et les labours furent exécutés d’une manière “ très remarquable ”. En 1864, le premier prix pour les labours avec charrues Dombasle ou anglaises n° 1 attelées chacune de cinq chevaux et conduites par deux hommes et “ autres charrues de toutes sortes pourvu qu’elles soient en rapport pour les dimensions avec la charrue Dombasle n° 1 ”, revient à Joseph Legallais, de Tréfumel, déjà récompensé l’année précédente par le deuxième prix. Ce cultivateur reçoit également le troisième prix pour le concours des vaches laitières, le premier prix pour la façon des beurres et pour la tenue des fermes. Les premiers prix pour les charrues Dombasle n° 2, 4 et 5 et autres modèles sont attribués aux cultivateurs Louis Ganache, de Saint-Judoce, et Jean-Baptiste Rioche, de Plouasne. En 1865, Joseph Neveu, laboureur à Plouasne, Auguste Frein, cultivateur à Saint-Judoce remportent les premiers prix des trois sections du concours de charrues 12.

Des préférences culturales marquées

19Les céréales restent les cultures dominantes tout au long du siècle. Le froment est présent partout, mais de manière un peu moins significative dans la zone amont, où les terres sont ingrates. L’avoine et le seigle se rencontrent en tous les points du bassin. L’orge est surtout présente dans les zones intermédiaire et amont. Le méteil est recensé en zone intermédiaire. Le sarrasin est présent sur toutes les communes. Dans la zone amont, le froment est situé au dernier rang des productions céréalières jusqu’en 1870. À partir de 1880, il gagne peu à peu les rangs supérieurs, d’abord la troisième place puis la seconde à partir de 1900, reléguant en fin de liste l’avoine et surtout le seigle. Dans les zones intermédiaire et estuarienne, le nombre d’hectares consacrés au blé augmente jusque dans les années 1890-1895, puis il fléchit un peu et se stabilise. Le sarrasin se maintient à une place honorable jusqu’en 1865-1870, contrairement à ce qui s’est produit ailleurs en France suite à la désaffection du Second Empire à son égard. Ici, les préparations à base de farine de blé noir restent très longtemps le pain du pauvre et celui des campagnes.

20Les plantes textiles se rencontrent dans tout le bassin, mais leur culture n’est réellement significative qu’en zone intermédiaire. Ailleurs, ces plantes ne sont cultivées qu’en petite quantité et peu au-delà de ce qui est nécessaire aux besoins familiaux. La culture diminue progressivement à partir de 1836. Dans l’arrondissement de Dinan, 521 hectares de chanvre sont cultivés à cette date et 110 en 1900. Il en est de même pour le lin : 1 026 hectares sont ensemencés en 1836 et seulement 375 à la fin du siècle 13.

21Les plantes fourragères et les prairies artificielles furent longtemps boudées. En 1860, les prairies naturelles sont encore majoritaires et peu optimisées, les racines fourragères peu répandues bien que le sol et le climat y soient en de maints endroits favorables. En 1861, René Ménard et Charles de Guéhenneuc reçoivent le premier prix pour la culture des racines et plantes fourragères lors du concours du comice agricole du canton de Saint-Jouan-de-L’Isle. Le deuxième prix est accordé à Jean-Marie Daviel, de Plumaugat, le troisième à Jean-Baptiste Barbé, maire de Caulnes. François Danix à Guitté, Joseph Delalande, à Plumaugat et Pierre Teffaine à Caulnes obtiennent les autres récompenses.

22La betterave à sucre ne fut que peu cultivée. Pendant le Premier Empire, les encouragements du ministre de l’Intérieur, inquiet de la rébellion de Saint-Domingue et des offensives anglaises répétées sur la Martinique qui compromettaient l’approvisionnement en sucre de canne, autant de soucis augmentés par le blocus continental, restent lettre morte, ou presque. Quelques cent hectares seulement sont mis en culture. L’initiative se heurte à une méfiance tenace de la part du monde paysan, dérouté par cette plante qui demande une bonne préparation du sol, une fumure abondante et des soins nombreux. Par la suite, la situation ne progresse guère. En 1873, 25 hectares de betterave à sucre sont cultivés dans le canton d’Evran. En 1912, 222 hectares sont ensemencés dans l’arrondissement de Dinan et 139 en 1913, dont 13 hectares dans le canton de Dinan ouest, 1 hectare dans le canton d’Evran, 14 dans le canton de Matignon et 10 dans le canton de Ploubalay. Quant aux plantes oléagineuses, elles sont encore moins représentées que la betterave à sucre et n’apparaissent dans les statistiques agricoles que de manière sporadique. En 1852, il en est cultivé dans les cantons de Combourg et de Tinténiac pour la zone intermédiaire et dans ceux de Châteauneuf, de Saint-Servan et de Dinard pour la zone estuarienne. Le nombre d’hectares va de 27 à 379. Il s’agit de navette, d’œillette et de colza. En 1858, “ il n’y a pas de vente de graines oléagineuses sur les marchés locaux ” 14, en l’occurrence ceux de la zone estuarienne. En 1900, 43 hectares de navette sont cultivés dans l’arrondissement de Dinan, soit 23 hectares à Evran et 20 à Plancoët.

23Des bovins, des porcins et des ovins sont élevés dans le bassin de la Rance. Il s’agit au départ de races locales, dont les représentants sont des bêtes petites et trapues, résistantes et se satisfaisant d’une nourriture frugale. Des races “ perfectionnées ” furent introduites ponctuellement, tels les taureaux du Cotentin ou du Poitou, les porcs “ anglo-chinois ” et les béliers beaucerons et mérinos. Mais l’amélioration et l’augmentation du cheptel se sont heurtées au problème de l’alimentation du bétail et au manque de plantes fourragères, donc à la question plus large du progrès des cultures.

Eau et rails sollicités pour des marchés proches ou lointains

24Les céréales, les pommes et le cidre, les graines de lin et de chanvre, la filasse, le foin, la paille, sont vendus par les cultivateurs à des négociants en grains qui étaient en même temps marchands de pommes, d’engrais et de graines fourragères, ou sur les marchés et les foires qui se tiennent dans plusieurs communes. Au milieu du XIXe siècle, les douze entrepôts de Charles et François Moncoq, marchands de grains, situés sur le port de Dinan, rive gauche, sont décrits ainsi par leurs propriétaires : “ sans contredit les mieux achalandés du port, recevant chaque année des grains de toute espèce et des charbons de terre par des milliers de tonneaux ” 15.

25L’étude du trafic des petits ports de l’estuaire, bien souvent résumés à une simple cale comme à Plouër, montre que les différents produits pouvaient être acheminés par bateau, donnant lieu à un petit commerce de proximité ou à des échanges à plus longue distance. À Dinan, des navires chargés de céréales partent ou arrivent régulièrement. Le 23 avril 1837, L’Auguste-Hélène appareille pour Bordeaux chargé de froment. Le 25 avril, c’est au tour du Printemps de partir, chargé de froment, mais pour Bayonne. Le 8 mai de la même année, Le Prudent appareille pour cette même destination, chargé d’avoine et de toiles 16.

26Par la suite, le transport des produits agricoles, se fait également par le train. En 1892, sur le réseau de la Compagnie de l’Ouest, “ le trafic des pommes et des poires ne saurait être comparé à celui des céréales. Le premier en effet n’affecte qu’une période assez courte de l’année ; il ne comporte généralement que de faibles trajets et n’a lieu que dans un seul sens [...]. De plus, ce trafic varie considérablement d’une année à l’autre suivant le rendement très aléatoire des récoltes. [...] Le transport des céréales, au contraire, présente une régularité qui atténue sensiblement la dépense d’exploitation ” 17. En 1913, la gare de Caulnes, station de la ligne Paris-Brest, accuse un trafic de 20 000 tonnes, également partagé entre les arrivages et les expéditions. Au départ, se distinguent majoritairement des céréales et des pommes. À l’arrivée des engrais et des denrées diverses 18. Les tarifs, notamment ceux appliqués pour le transport des pommes, du cidre, du foin, de la paille et des engrais, sont régulièrement l’objet de réclamations. Après la révision générale effectuée en 1888, bien peu aboutissent, ou alors ponctuellement et au cas par cas. En 1897, “ depuis l’ouverture de la ligne de la Brohinière, une grande quantité de sables coquilliers du Quiou et de Tréfumel s’expédie dans toutes les directions, jusqu’à Ploërmel, Lamballe, etc. On sait que, sur la demande de M. de la Bintinaye, la Compagnie de l’Ouest a abaissé son tarif à trois centimes par tonnes et par kilomètre ” 19.

Des complicités multiples avec l’industrie

Des produits pour l’industrie

27L’étude de l’industrie dans le bassin de la Rance montre la prédominance des activités para-agricoles, suivies par celles en relation avec le monde maritime. Les lignes qui suivent donnent un aperçu de l’usage que trouvent certaines productions agricoles “ indigènes ”, en sachant que l’apport local peut être complété par des importations, dans les secteurs de la brasserie, du textile et de la tannerie notamment.

Une affection sans démenti : les céréales

28Les céréales alimentent une activité meunière très développée. Moulins à vent et à eau essaiment sur tout le territoire, essentiellement en milieu rural, plus ponctuellement en ville et leur nombre reste élevé jusque dans les années 1890. Il décline lentement par la suite et l’activité s’éteint définitivement au milieu des années 1980. La typologie des usines hydrauliques est plus variée. On rencontre des moulins de rivière, de canal et à marée, des moulins artisanaux, tous ou presque déjà en place avant la Révolution française, et des minoteries, résultant de la mutation de moulins traditionnels à partir du Second Empire. Ces derniers pouvaient moudre, selon les sites, de un à douze quintaux de grain par jour, pour obtenir de la farine panifiable et à galettes, ainsi que de la farine destinée aux animaux. Les usines pouvaient traiter indifféremment tous les types de céréales disponibles ou se spécialiser dans la mouture de deux ou trois d’entre-elles. La capacité de mouture des minoteries est supérieure. En 1917, elle s’établit entre 58 et 80 quintaux par jour.

29Le meunier est souvent un cultivateur et il exploite, hormis les traditionnels jardin et courtil situés à proximité du moulin, diverses parcelles situées dans un périmètre plus ou moins proche. En 1803, le moulin de Boutron est affermé avec un courtil, trois hectares de bonne terre et un terrain marécageux de 500 mètres carrés planté d’ormes et d’aulnes. En 1848, le moulin de Cameroc, à Saint-Juvat, est donné en location avec deux hectares de terre labourable. En 1887, trois courtils de 3, 15 et 28 ares, un petit jardin de 1,40 are sont associés au moulin des Prés, à Caulnes. Certaines usines, enfin, sont affermées conjointement avec une métairie, tels le moulin du Rouget loué, en 1858, avec la métairie du même nom et, en 1859, le moulin de la Roche, à Guenroc, affermé avec la métairie du Houx. Cette vocation agricole du site meunier s’estompe dans le cas des minoteries. Les critères socio-économiques de l’activité sont autres.

30L’orge, céréale facilement maltéable, est utilisée pour produire de la bière. Cette boisson est consommée par les citadins, étrangers (les Anglo-Saxons sont présents dans les trois villes) et français, ainsi qu’en milieu rural dans les familles aisées, lorsqu’il y a disette de cidre. En 1831, 500 hectolitres de bière circulent dans le périmètre de l’octroi de Dinan qui concerne 9 000 personnes et 1846 hectolitres dans celui de Saint-Servan où l’on compte 9 961 habitants. En 1856, 280 hectolitres de bière forte importée sont consommés dans le périmètre dinannais, ainsi que 100 hectolitres de petite bière fabriquée dans la commune de Dinan. Dans le périmètre servannais, la consommation se situe entre 750 et 800 hectolitres, toutes catégories confondues.

31La petite bière, à faible teneur en alcool, peut être fabriquée à domicile. La bière forte en revanche est la spécialité de véritables brasseries implantées en milieu urbain, à Dinan et à Saint-Servan. Dans la région servannaise, les établissements sont mis en place pour certains dès la fin du XVIIIe siècle. À Dinan, le démarrage est plus tardif et se fait sous la Monarchie de Juillet. La production bat son plein pendant le Second Empire, puis décline dans les années 1890, d’abord à Dinan, puis à Saint-Servan. Ces établissements produisaient des bières blondes ou brunes, des bières françaises (“ façon de Lyon ”, ordinaire, petite bière), allemandes (“ façon de Strasbourg ”) et anglaises (Porter et Ale), ainsi que de la bière inaltérable, obtenue grâce à un procédé mis au point par Pasteur.

Entre belles heures et déclin : le lin et le chanvre

32Le lin et de chanvre furent le support d’une activité toilière particulièrement développée dans la région dinannaise. Pendant le Premier Empire, 300 à 400 métiers à tisser battent à Dinan et aux alentours, 1 400 à 1 600 ouvriers sont occupés à la filature et 700 à 800 autres au blanchiment et à l’apprêt. En 1825, l’industrie de la toile fait vivre environ 1 200 personnes, 559 200 aunes de toiles sont fabriqués par les ouvriers employés à l’année et 311 600 aunes par ceux occupés temporairement. L’activité se maintient à un bon niveau jusque dans les années 1850, puis s’étiole et s’achève en 1865. Par la suite, la production de toiles ne semble qu’à usage familial et non plus à destination commerciale.

33Le travail est effectué à domicile ou en ateliers, à titre indépendant ou pour le compte d’une manufacture. Les formules adoptées pour l’organisation de la production sont diverses et les manufactures, au départ dispersées puis “ semi-concentrées ”, n’ont jamais provoqué l’abandon du travail à domicile, que ce soit pour la filature ou pour le tissage. Les tisserands qui travaillent pour une manufacture disposent d’une matière première fournie par le négociant. En 1828 “ les manufacturiers fournissent aux ouvriers réunis dans les ateliers, ainsi qu’à ceux qui travaillent au dehors, les matières premières... Deux autres personnes de Dinan : Madame veuve Belêtre et Monsieur Duchemin font fabriquer des toiles à voile par des ouvriers auxquels ils fournissent les matières premières. On fabrique encore à Dinan et dans plusieurs communes de l’arrondissement, des toiles Languenan, Combourg et d’emballage. Chaque ouvrier travaille chez lui avec les fils qui lui sont remis par les manufacturiers et fabricants ” 20. Les tisserands livrent ensuite les toiles réalisées aux commanditaires, qui se chargent de les blanchir et de les apprêter.

34Les tisserands qui travaillent pour leur compte se fournissent eux-mêmes en matière première sur les marchés. Ils vendent leurs toiles brutes ou après blanchiment et ennoblissement. Ceux-ci sont réalisés selon les méthodes “ traditionnelles ” ou d’une manière un peu moins conventionnelle. En 1854, chaque famille de Pleudihen “ fabrique une certaine quantité de toile de chanvre et de lin mais, chose étrange, cette toile ne se vend pas neuve et blanchie, comme partout ailleurs; on l’emploie écrue. On en fait des draps et des chemises, dont on se sert. Lorsque les effets sont devenus d’un beau blanc, [...] on les met dans une armoire en réserve, puis dans les besoins d’argent, on les porte à Saint-Malo, où ils se vendent très facilement pour les Îles. La toile de Pleudihen, on le voit, se blanchit sur le dos des fabricants ” 21.

35Les toiles fabriquées sont diverses. Il peut s’agir de toiles à voile dont certaines, destinées aux grands voiles, sont dites, en 1811, imiter celles de Russie ; de “ rondelettes ”, qui sont des toiles de petites dimensions pour mâts de chaloupe et perroquets ; de toiles à prélart qui sont de grosses toiles imperméabilisées employées principalement par la marine militaire pour la confection de tentes ou de bâches pour la couverture des panneaux de cale ou la protection des chaloupes. Les toiles d’emballage, réalisées en étoupe de lin ou en jute, servent au conditionnement et à la protection des marchandises et des cargaisons ou à la confection des serpillières. Les toiles de ménage sont destinées à la confection des draps, des serviettes, du linge de corps, des vêtements pour les prisonniers et les “ forçats malades ”, des vareuses et des pantalons pour les matelots et les hommes de troupe. D’autres toiles enfin servent à la fabrication de multiples effets de la vie quotidienne du monde civil, militaire ou hospitalier : doublures de sacs à peaux, paillasses, sacs à coucher et effets de campement, poches de hamac, draps de lit et traversins, sacs à farine. Quant aux cajots, ils sont “ employés à Terre-Neuve pour la préparation de l’huile de morue ” 22. Les différentes toiles trouvent preneur dans le bassin de la Rance, ainsi que sur tout le territoire français auprès des arsenaux et dans les colonies. En 1821, le “ cultivateur, qui recueille du lin, s’en sert d’abord pour son propre usage, et ne vend que son superflu ; mais l’exportation des autres sortes de toiles [dont les toiles à voiles] est assez considérable pour encourager la culture des plantes textiles ; et c’est en ce sens que cette branche de commerce est extrêmement utile à notre agriculture ” 23.

36Les plantes textiles sont également le support, mais de manière plus indirecte, de la fabrication du papier. Un établissement fonctionne de 1824 à 1870 en utilisant des chiffons de laine, de chanvre et de lin 24. Les premiers donnent un papier gris de qualité moyenne. Les seconds donnent un papier blanc de très bonne qualité. Les productions sont appréciées dans les communes du bassin et se vendent également à Rennes, où elles sont utilisées pour la publication de la presse locale.

Un enthousiasme très modéré : la betterave à sucre

37Malgré la réticence affichée des cultivateurs pour la culture de la betterave, un homme installe à Dinan, en 1830, une “ fabrique ” de sucre et plaide avec ténacité en faveur du tubercule honni. L’établissement a, semble-t-il, dépassé rapidement le stade expérimental et employé jusqu’à 94 personnes, hommes, femmes et enfants. En 1840, 50 tonnes de sucre sont obtenues par cristallisation lente et réputées avoir les mêmes propriétés que le sucre de canne. Ces sucres sont écoulés auprès d’une clientèle locale ou exportés vers Paris et Rouen. Le “ noir ”, composé des résidus de sucre mélangés à des os carbonisés et pulvérisés ou à du sang d’animaux, est vendu comme engrais, ou utilisé par l’industriel sur ses terres. Cette expérience courageuse ne fut pas pérennisée. L’usine ferme ses portes dans les années 1847-1850, sans descendance. À cette époque, le sucre de canne guadeloupéen et martiniquais arrive à nouveau facilement par bateau à Saint-Malo. Après 1860, des bricks chargent de la houille en Grande-Bretagne, le portent aux Antilles et reviennent dans la cité corsaire chargés de sucre et de rhum 25.

Les produits de l’élevage : les peaux et la laine

38Les peaux fournies par les bovins étaient utilisées par une industrie du cuir représentée tout au long du siècle, connaissant une période florissante entre 1820 et 1850. Le lieu majeur en était Dinan, mais on rencontre également des tanneries dans plusieurs communes rurales, dont Lanvallay et Caulnes. Dans cette localité, la dernière tannerie ferme en 1980. Les matières premières consistent majoritairement en peaux de bovins, qui proviennent du bassin de la Rance, de Bretagne (Rennes), de France (région parisienne, Poitou et Midi de la France) et de l’étranger (Grande-Bretagne, Argentine : Buenos Aires et Uruguay : Montevideo). Les petites tanneries utilisent plutôt des peaux indigènes, les grandes tanneries préparent des peaux de toutes origines, qui sont pour certaines “ vertes ”, d’autres “ salées ”. Certains documents parlent de cuirs “ en poils ”, c’est-à-dire encore dans leur état initial, avec poils, cornes, boue, sang, etc. Les différents établissements produisent, à partir de ces matières premières et selon des procédés divers, des vaches en croûte, des cuirs forts, lissés, anglais, de Hongrie, à semelles et des basanes, produits réputés de très bonne qualité.

39La laine était employée pour la confection de draps et autres tissus : serges, mi-laines ou rayés, berlinges, flanelles. Le travail se fait sur le même mode que pour des toiles, trouvant ses ouvriers en milieu rural comme urbain, pour un travail réalisé à domicile et, à partir du Second Empire, en fabriques, sur des métiers généralement à bras, rarement à vapeur.

Et encore d’autres ressources

40Le monde agricole et le milieu rural en général est bien entendu pourvoyeur d’un certain nombre d’autres produits utilisés par l’industrie, parmi lesquels les pommes servant pour la fabrication du cidre, boisson amplement consommée dans le bassin. Cette activité, d’abord réalisée de manière artisanale à la ferme, ne s’industrialise que lentement, au cours du XXe siècle, principalement à partir de 1920. À Plouër, il y a, pendant tout le XIXe siècle, beaucoup de pommiers et “ leur produit, par son abondance, sa qualité et la facilité d’exportation que procure la rivière, est une des ressources les plus précieuses du pays ” 26. Dans tous les baux, quelle que soit la commune, il est mentionné que “ les pommiers qui tomberont par vétusté ou force majeure appartiendront aux preneurs à charge de les remplacer par de beaux jeunes pieds qu’ils devront greffer en temps opportun et garantir des bestiaux et de la charrue ; ils devront aussi bêcher dans le courant de décembre aux pieds des pommiers ”.

41Par ailleurs, au siècle dernier, la majorité des communes, telles Broons, Caulnes, Dinan, Pleurtuit, Miniac-Morvan, Tinténiac, sont dites “ boisées ”. Ces bois et forêts de feuillus, où l’on rencontre le chêne pédonculé, l’orme, le hêtre et le châtaignier, ont une superficie allant de quelques ares à plusieurs centaines d’hectares et sont sous juridiction privée ou publique. Le bois est mis en œuvre pour la fabrication de meubles, à Dinan par exemple où il existe plusieurs menuiseries-ébenisteries-fabriques de meubles anciens ; pour la confection de sabots et de galoches, un peu partout dans le bassin la population rurale portant “ pendant une grande partie de l’année ce genre de chaussures ” 27. Cette activité est le fait d’individus isolés vivant de manière assez fruste dans une rudimentaire “ hutte de sabotier ” souvent installée à proximité d’une forêt, ou de petits ateliers familiaux. Le travail est réalisé à la main et une bonne équipe peut fournir 80 à 100 paires de sabots par semaine. Enfin, le bois est utilisé pour la construction navale et les grumes transformées en bordages, membrures ou mâts par les scieurs de long et les charpentiers de marine. Cet approvisionnement local est complété par des importations de bois dits “ du Nord ” arrivés par bateau à Saint-Malo ou à Dinan. Il est construit ou réparé dans l’estuaire des navires de toutes sortes, parmi lesquels des goélettes et des terre-neuvas, auxquels les cultivateurs procurent divers approvisionnements au moment de leur départ pour le Banc : vaches, moutons, veaux, cochons, chèvres, volailles ; avoine, sarrasin, légumes secs, légumes verts, pommes de terre ; œufs ; foin et paille.

42Les forêts fournissent également des écorces de chêne et de châtaignier utilisées par les tanneries. La production indigène est importante et les écorces excellentes. L’écorçage, pratiqué de manière indépendante par des individus de diverses conditions parmi lesquels de nombreuses femmes, se fait d’avril à fin juin. Les écorces sont ensuite réduites en fragments de deux à six centimètres avec des hachoirs à main ou mécaniques, puis éventuellement pulvérisées, par des moulins à pilons ou à meules, actionnés par la force hydraulique ou animale. Dans les tanneries, en fonction des étapes du travail, sont utilisées soit des écorces hachées, soit des écorces pulvérisées. Plus les matières végétales sont de petites dimensions, plus grande est la facilité avec laquelle elles se prêtent à l’action de leurs dissolvants et plus forte est leur action tannante.

Des industries pour l’agriculture

43En même temps qu’elle en consomme les productions, l’industrie fournit un certain nombre de produits à l’agriculture, pour l’amendement et le drainage des terres par exemple, lui permettant d’améliorer ses performances. Les établissements qui travaillent pour l’agriculture le font toutefois rarement pour elle seule et se montrent souvent “ aussi profitables à l’agriculture qu’à la construction du bâtiment ” 28.

La lente émergence de la chaux

44Les différents types d’amendement mis en œuvre sont d’abord le fumier et la cendre, en usage dans toutes les communes. La marne est principalement utilisée autour de Dinan et en zone estuarienne. Elle est ramassée de mars à septembre sur les rives du fleuve, dans les marnières de la Pétrole, des Baschamps, de Lessart, de Mordreuc en Pleudihen et de Livet en Saint-Samson. Les cultivateurs veillent soigneusement à ce que l’accès à cet amendement si prisé soit possible même quand les parcelles sur lesquelles se trouvent les dépôts sont devenues des propriétés privées. Toute tentative d’appropriation particulière ou de restriction fait aussitôt l’objet d’une mobilisation générale et tenace de la population paysanne. En 1854, l’exhaussement du déversoir de l’écluse du Châtelier, réalisé afin de permettre l’accès au port de Dinan des navires de plus de 100 tonneaux, devient une source de conflit car il induit l’ennoyage de la marnière de la Pétrole. Des intérêts contradictoires s’affrontent, ceux des cultivateurs qui refusent de voir supprimé un site important pour leur activité, et ceux des marchands et négociants qui souhaitent une extension des possibilités de fret.

45Le sablon calcaire est disponible spontanément et en abondance sur les communes de Saint-Juvat, de Tréfumel, du Quiou où l’on rencontre une enclave de caractère falunier, contemporaine des bassins de l’Anjou. La couche supérieure des dépôts, allant de 2 à 8 mètres d’épaisseur, est de faible adhérence et en conséquence appelée sable. Elle couvre un dépôt inférieur qui forme des bancs assez solides, de 6 à 8 mètres de hauteur, qui se subdivisent en couches inégales variant de 1,5 à 3 ou 4 décimètres. De ces bancs, on extrait une pierre, la jauge, utilisée en construction, et que l’on préfère même au granit pour les cheminées, corniches, angles, fenêtres et pour toutes les parties devant recevoir un décor sculpté. Les dépôts sont recouverts par des couches de terre, compactes et solides, pouvant atteindre 4 à 5 mètres d’épaisseur à certains endroits, comme à Saint-Juvat. L’exploitation de ces richesses se fait en carrières souterraines, plus rarement à ciel ouvert. Dans le premier cas, les modalités d’exploitation varient selon les sites. Au Quiou, les galeries ont de 3 à 4 mètres de large et une longueur maximale de 20 à 25 mètres. Elles sont étançonnées avec des grumes de 15 à 20 centimètres de diamètre. Les ouvriers descendent dans les galeries grâce à une simple corde attachée à un tour de bois sommaire, en plaçant les pieds dans des trous creusés dans la paroi et formant échelle. Le sable est enlevé avec des seaux ; la jauge est taillée en pierres courtes ou en moellons de 3 à 8 décimètres de long sur 14 centimètres d’épaisseur. À Saint-Juvat, les galeries ont de 3 à 3,50 mètres de largeur, on y accède par des puits carrés ayant 1,20 à 1,30 mètre de côté et qui ne sont jamais foncés à plus de 15 mètres car sinon ils seraient envahis d’eau. Autour du puits d’extraction, on perce plusieurs galeries qui s’avancent quelquefois à une distance de 50 mètres dans le gisement. Le sablon très friable est enlevé avec des pelles et remonté dans des paniers. Le sablon compact est taillé en banquettes avec des pics et des hachettes.

46L’existence de fours à chaux est attestée dans le bassin de la Rance dès le Premier Empire, mais il semble alors que l’agriculture n’en soit pas consommatrice. En 1833 encore, “ la chaux a été essayée comme engrais, mais son prix élevé l’a fait abandonner. M. Bonnier seul emploie le résidu des fournées de son four à chaux dans les landes près de Dinan ” 29. L’industrie chaufournière connaît un fonctionnement maximum pendant la seconde moitié du XIXe siècle, et notamment sous le Second Empire. En 1917, il est fait, pour l’amendement des terres du “ pays ”, une grande consommation de chaux, provenant des fours du Quiou. Entre ces deux dates, de nombreux encarts publicitaires, parus dans la presse locale, incitent les cultivateurs à se procurer le précieux engrais conditionné en barriques ou en sacs, soit directement sur les sites existants, soit auprès des revendeurs. En 1897, dame veuve Bougeard, propriétaire du site du Quiou, vend la barrique de chaux grasse prise sur place 3 francs, celle de menue chaux vive 2,25 francs et celle de menue chaux éteinte 1,60 franc 30. La chaux hydraulique est vendue 1,25 franc le sac. La chaux est produite dans de petits fours, comptant généralement une unique cuve. Seul celui installé au Quiou en 1893, dont les quatre cuves à cuisson continue courte flamme sont inscrites dans un imposant massif en pierre de jauge formant une barre en dos de terre, a un aspect véritablement industriel. C’est le seul site à avoir mis en œuvre le calcaire local. Les fours de l’estuaire et ceux de Dinan fonctionnent avec le calcaire venu de Régneville, acheminé par bateau. En 1840, 1500 tonnes de pierre normande ont été utilisées par les fours de Lanvallay. Tout comme la pierre, la chaux utilisée dans le bassin de la Rance n’est pas seulement d’origine locale. En 1847, Daniel Prudent, fabricant de chaux à Rennes, donne avis dans Le Dinannais, qu’un dépôt de chaux grasse, provenant “ du marbre de Régneville ” va être établi au Pont, à Dinan, et que la barrique en futaille sera vendue 8 francs. En 1884 et 1885, de grands encarts publicitaires de la Compagnie chaufournière de l’Ouest paraissent toute l’année dans l’hebdomadaire L’Union libérale et sont libellés en ces termes : “ vente de chaux réalisée avec du calcaire plus pur que celui de Régneville et chaux supérieure à celle fabriquée à Dinan. Dépôt chez Pimor jeune, route Neuve à Dinan. 46 médailles en or argent et bronze dans les Expositions internationales et concours régionaux. 3,75 francs la barrique de 2 hectolitres de chaux à Dinan (soit 40 % moins cher que la chaux du pays), 4,90 francs sur les chantiers. Transport à prix modéré dans les environs ”.

Des tuyaux pour l’assainissement

47Plusieurs briqueteries mécaniques sont mises en place à partir des années 1850. Parmi les produits proposés par certaines usines figurent des tuyaux de drainage destinés aux cultivateurs. C’est le cas à la briqueterie de la Courbure, installée en 1857 sur la rive droite de la Rance, en aval du port de Dinan. Le site appartient d’abord à des banquiers, puis à des négociants dinannais, dont certains sont en parallèle propriétaires de fours à chaux. La terre employée pour la confection des produits est d’origine locale et dans certains cas extraite à proximité immédiate de l’usine. L’extraction se fait en automne puis la terre, laissée à l’extérieur, pourrit en tas tout l’hiver. Le malaxage est réalisé dans une grande cuve ou un bassin maçonné, soit par un humain, qui foule aux pieds la terre augmentée d’eau, soit grâce à une mécanique (malaxeur en bois ou pierre de meule) actionnée par des chevaux. Le site de la Courbure dispose d’un manège circulaire de 8 à 9 mètres de diamètre, situé à l’extrémité nord-ouest du séchoir et celui du Vaugrès d’un malaxeur installé dans la cour de l’établissement. L’eau nécessaire à la préparation de la pâte argileuse, vraisemblablement une pâte molle, est puisée dans la Rance dans le cas des sites installés à proximité du fleuve, ou dans des puits et des réservoirs. À la briqueterie de Pleurtuit, deux citernes et un puits d’une profondeur de 13 mètres sont installés dans la cour.

Des hommes en commun

48Hormis l’échange de produits, la complicité de l’agriculture et de l’industrie porte aussi sur celui des hommes. L’économie familiale est parfois entièrement fondée sur la terre ou sur le travail manufacturier, mais elle peut également reposer sur une double activité agriculture-industrie 31. Celle-ci est particulièrement repérable dans le domaine textile, où l’on recense des tisserands-paysans, qui travaillent pour leur compte ou pour une manufacture, d’une manière plus ou moins soutenue dans l’année. En 1836, il existe dans l’arrondissement de Dinan “ 1 000 métiers de toile de lin qui ne cessent d’être occupés que pendant le temps de la récolte ” 32. Les tisserands-paysans peuvent être soit locataires, soit propriétaires des terres qu’ils cultivent. Le 3 février 1812, Toussainte Grignard loue et afferme à Jean Flageul, tisserand et cultivateur, la moitié du clos Loizel situé au Bas Bourgneuf à Dinan, ainsi qu’une quantité de terre située près des Bas Villots, à Léhon. Le 24 juin 1854, François Ménage, cultivateur, afferme pour neuf ans à Joseph Suas, tisserand à Saint-André-des-Eaux, une maison et plusieurs quantités de terre situées à proximité du hameau de la Villevain. En 1851, Pierre Pellé, tisserand à Plouasne, est propriétaire d’une maison avec ses dépendances et de plusieurs parcelles de terre. Le 24 juin 1854, Jean Gérard, tisserand, se rend acquéreur d’un four et fournil et d’une quantité de terre de 972 mètres carrés, situés au hameau de Rufflai, sur la commune d’Evran.

49La filature du lin et du chanvre était souvent assurée par les femmes des cultivateurs, et parfois par ces derniers eux-mêmes puisque l’on recense quelques filandiers perdus au milieu de nombreuses filandières. Le travail était effectué au rouet ou à la quenouille, à domicile, pendant la morte-saison, lors des veillées (les “ fileries ” ou “ renderies de poupées ”) ou en gardant les troupeaux. En 1810, 1 600 femmes sont occupées à la filature du chanvre dans l’arrondissement de Dinan. Elles travaillent à cette activité pendant cinq à six mois dans l’année. En 1813, ce sont 1 400 personnes qui travaillent “ isolément pour leur compte ” à la filature de cette fibre. Pour ce qui est du lin, il est filé dans toutes les communes par 6 000 personnes. “ Les filandières habitent les communes rurales, il y en a peu dans les villes. On calcule que la plupart peuvent filer pendant cinq mois de l’année, à raison de 7 kilogrammes de fil filé par mois par filandière, à 3 francs le kilogramme ” 33.

50La complémentarité des activités est encore observée dans d’autres secteurs. À partir de 1841, date à laquelle il installe une tannerie au bourg de Caulnes, Jean-Baptiste Barbé est recensé comme “ propriétaire cultivateur et tanneur ” par les listes nominatives. Par la suite, il n’y figure plus qu’en tant que “ marchand tanneur ”, ou que “ maire ”. Pourtant, en 1861, il reçoit, nous l’avons vu précédemment, le troisième prix au concours du comice agricole du canton de Saint-Jouan-de-L’Isle, pour les racines et plantes fourragères. En juin 1883, la nécrologie parue dans L’Union libérale indique qu’il appartenait à “ l’une des plus estimables familles du pays [...], sa mort est, non seulement pour la grande commune qu’il administrait si bien, mais aussi pour le parti républicain dans l’arrondissement, une perte qui ne peut manquer d’être douloureusement ressentie ” 34. Décrit comme un homme d’initiative et d’action, alliant intelligence et esprit pratique, d’une infatigable ténacité, il avait une sollicitude particulière pour l’instruction populaire et pour la voirie vicinale. Le journaliste ne tarit pas d’éloge à son égard et loue l’“ honorabilité de son caractère ”, l’“ intégrité de sa vie privée ”, ses “ habitudes laborieuses et modestes ”, l’“ homme de bien ” et le “ patriote éprouvé ”.

51Quand, en 1849, Félix Allouët, 39 ans, marié et résidant au bourg de Caulnes, installe un petit atelier de tannerie sur des terres lui appartenant, il se dit “ propriétaire cultivateur et tanneur ” et il semble effectivement qu’il mène de front les deux activités 35. Son fils, auquel la tannerie revient en 1875, apparaît en revanche comme davantage concerné par l’activité manufacturière. Il figure de 1875 à 1886 sur la liste des notables commerçants de l’arrondissement de Dinan électeurs à la chambre de commerce de Saint-Brieuc.

52Les ouvriers occupés aux fours à chaux le sont rarement à plein temps. En 1812, sur les sites de Saint-Servan, ils ne travaillent que 50 à 60 jours dans l’année. En 1860, les fours de la Ville-aux-Oliviers à Lanvallay chôment d’octobre à mars. Dans les années 1890, les fours Bougeard, au Quiou, sont arrêtés en été. Pendant cette vacance des fournaises les ouvriers, bien souvent issus du monde agricole, retournent aux champs. Il en est de même pour d’autres métiers et ce tout au long du siècle. En 1906, Ernest Ravard, 48 ans, marié, est encore inscrit en tant que “ cultivateur et carrier ” sur la liste nominative de la commune rurale d’Evran.

53Plusieurs types d’organisation sont possibles pour la pratique de la double-activité, les lignes qui précèdent le laissent déjà entrevoir. Les différents statuts : cultivateur-propriétaire, cultivateur-locataire, journalier, salarié d’une manufacture, travailleur indépendant, à domicile ou en atelier, peuvent s’associer de multiples manières. En fonction des branches industrielles, des tendances se dégagent. Certaines sont plus que d’autres concernées par le phénomène de pluri-activité, de même que celle-ci varie en fonction de la catégorie de personnel. Pour l’industrie de la chaux par exemple, contrairement à ce qui a pu être observé pour la tannerie, les patrons ne semblent pas avoir eu d’attaches directes avec le monde agricole. Ils sont “ conducteur des Ponts et chaussées ”, “ négociant ”, “ menuisier-entrepreneur ”, “ entrepreneur en travaux publics ”, “ garde du Génie ”, “ femme d’un chirurgien major de la Marine Royale ”, “ capitaine au long cours ”. Aucun d’entre eux n’est cultivateur. En revanche, ils peuvent être en possession d’un patrimoine foncier plus ou moins important.

* * *

54Le bassin de la Rance : un bricolage industriel entre terre et mer ?

55Le bassin de la Rance se caractérise au XIXe siècle par un maintien têtu du lien à la terre, qui est le fait de tous, certains en la cultivant, d’autres en s’en rendant propriétaires, les derniers en la faisant complice d’une petite industrie et tous étant potentiellement les mêmes. De cette attitude, découle le maintien d’une communauté rurale forte. L’exode rural n’est pas ici d’actualité avant la Première Guerre mondiale. On assiste plutôt à une redistribution de la population au bénéfice de certaines communes et des villes du bassin, qu’à de véritables départs pour des destinations plus lointaines.

56C’est la notion de “ bricolage ” qui ressort de l’étude. Chacun s’organise à sa manière, à la ville ou à la campagne, en indépendant ou en relation avec des marchands-négociants citadins, en faisant une part plus ou moins importante à l’activité agricole, maritime ou industrielle, en ayant un statut socio-économique plus ou moins favorable, pour continuer à vivre (parfois simplement survivre) au pays. Il n’y a pas de modèle constitué, ni réellement de notion de système dans ce petit monde du bassin de la Rance, marqué par la générosité de la terre et de la mer. Et c’est bien, semble-t-il, la prégnance de ces deux éléments qui donne un tour particulier à l’histoire, économique et sociale.

Haut de page

Notes

1 Arch. dép. Côtes-d’Armor (Archives départementales des Côtes d’Armor), 7M34, compte rendu du concours agricole tenu à Plouasne le 8 septembre 1869, Dinan, imprimerie Bazouge, 1869, p. 5.
2 Arch. dép. Côtes-d’Armor, non coté, matrices des propriétés foncières, Plouër, folios 319 et 1912.
3 Arch. dép. Côtes-d’Armor, 3E35/119 et 150.
4 Arch. dép. Côtes-d’Armor, 7M3, quelques renseignements de statistique agricole sur les Côtes-du-Nord, par Bourel-Roncière, secrétaire de la Société d’agriculture de Saint-Brieuc. Rapport dactylographié, non daté mais estimé vers 1840-1843.
5 Voir à ce sujet l’étude de : Jean-Luc MAYAUD, La petite exploitation rurale triomphante, France, XIXe siècle, Paris, Belin, 1999, 278 p., “ Dossier cartographique 1 ”, p. 56 et p. 59.
6 Arch. dép. Côtes-d’Armor, 3E44/315, inventaire réalisé à l’occasion du décès d’Émilie Brosse, épouse de Joseph Gauvin, cultivateur à Trévron.
7 Arch. dép. Côtes-d’Armor, HP24, Annuaire dinannais, 1836 : “ Statistique. Canton de Dinan (ouest) ”, p. 177.
8 Des comices agricoles furent fondés dans les différents cantons du bassin entre 1850 et 1863. La Société d’agriculture de l’arrondissement de Dinan (d’abord société Royale...) avait vu le jour le 4 juin 1818.
9 Arch. dép. Côtes-d’Armor, 7M26, rapport sur les travaux de la Société d’agriculture, de commerce et d’industrie de l’arrondissement de Dinan, pendant l’année qui finit le 30 juin 1824, p. 15.
10 Arch. dép. Côtes-d’Armor, 7M26, rapport sur les travaux de la Société d’agriculture, de commerce et d’industrie de l’arrondissement de Dinan, pendant l’année qui finit le 21 juin 1821, p.17.
11 Idem.
12 Arch. dép. Côtes-d’Armor, 7M34, rapport d’activité du comice du canton d’Evran pour l’année 1865.
13 Arch. dép. Côtes-d’Armor, 6M866 et 869, statistiques des productions agricoles, arrondissement de Dinan, 1836 et 1900.
14 Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 6M1004, statistiques industrielles. États récapitulatifs annuels et semestriels pour le département d’Ille-et-Vilaine, 1857-1859. États trimestriels par arrondissements, 1857-1859.
15 Arch. dép. Côtes-d’Armor, 5M39, dossier Lenouvel. Rapport de l’enquête de commodo/incommodo ouverte en mairie de Dinan en août 1861 à propos de l’établissement d’un four à chaux dans la propriété Lenouvel, mitoyenne de celle des Moncoq. L’affaire fut compliquée, ces derniers s’opposant fortement à la mise en place du four, qui finit néanmoins par être installé.
16 Arch. dép. Côtes-d’Armor, JP97, Le Dinannais, éditions du 30 avril et du 14 mai 1837, rubrique “ Mouvements du port ”.
17 Arch. dép. Côtes-d’Armor, 32S1, courrier du ministre des Travaux publics au préfet des Côtes-du-Nord, 3 décembre 1892.
18 Ministère de la Guerre. Comité d’action économique de la Xe région, Le développement économique des Côtes-du-Nord. Agriculture. Industrie. Commerce, Saint-Brieuc, Guyon, 1919, 301 p., p. 54.
19 Arch. dép. Côtes-d’Armor, JP97A, L’Union libérale, édition du 25 mai 1897.
20 Arch. dép. Côtes-d’Armor, 9M11, lettre du sous-préfet de Dinan au préfet de Côtes-du-Nord, 11 octobre 1828.
21 Benjamin JOLLIVET, Les Côtes-du-Nord. Histoire et géographie de toutes les communes du département, tome 5, Guingamp, Imprimerie Rouquette, p. 70.
22 Benjamin JOLLIVET, Les Côtes-du-Nord..., ouv. cité, p. 44.
23 Arch. dép. Côtes-d’Armor, 7M26, “ Rapport sur les travaux de la Société d’agriculture, de commerce et d’industrie de Dinan pendant l’année qui finit le 21 juin 1821 ”, p. 4.
24 La fabrication du papier, en France, se fit à partir de chiffons jusqu’en 1875, avant que ne soit adopté le “ papier de bois ”.
25 Jean LE BOT, Les bateaux de la Bretagne nord aux derniers jours de la voile, Grenoble, Éditions des Quatre seigneurs, 1976, 222 p.
26 Arch. dép. Côtes-d’Armor, HP24, Annuaire dinannais, 1836. “ Statistique. Canton de Dinan (ouest) ”, p. 169.
27 Ministère de la Guerre. Comité d’action économique de la Xe région, Le développement économique des Côtes-du-Nord..., ouv. cité, p. 202.
28 Arch. dép. Côtes-d’Armor, 5M39, dossier Lenouvel. Rapport de l’enquête de commodo/incommodo, août 1861.
29 Arch. dép. Côtes-d’Armor, HP24, Annuaire dinannais, 1833. Travaux de la société d’agriculture de Dinan à propos de l’amendement des terres.
30 Arch. dép. Côtes-d’Armor, JP97A, L’Union libérale, 1897, dont éditions du 21 février et du 6 mai.
31 La pluriactivité dans les familles agricoles. Colloque de l’Association des ruralistes français, L’Isle-d’Abeau, 19-20 novembre 1981, Paris, ARF Éditions, 1984, 343 p. ; Gilbert GARRIER et Ronald HUBSCHER [dir.], Entre faucilles et marteaux. Pluriactivités et stratégies paysannes, Lyon/Paris, Presses universitaires de Lyon/Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988, 242 p.
32 Arch. dép. Côtes-d’Armor, HP21, Annuaire des Côtes-du-Nord, 1836.
33 Arch. dép. Côtes-d’Armor, 6M938, statistique industrielle et manufacturière (dressée par le maire), filatures de chanvre et de lin, 1813.
34 Arch. dép. Côtes-d’Armor, JP97 A, L’Union libérale, édition du 17 juin 1883.
35 Arch. dép. Côtes-d’Armor, 3E54/586.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maogan Chaigneau-Normand, « Les complicités multiples de l’agriculture et de l’industrie dans le bassin de la Rance au XIXe siècle », Ruralia [En ligne], 10/11 | 2002, mis en ligne le 10 juillet 2006, consulté le 29 juin 2017. URL : http://ruralia.revues.org/293

Haut de page

Auteur

Maogan Chaigneau-Normand

Articles du même auteur

  • Thèse pour le doctorat en histoire et histoire de l'art sous la direction de Jean-Yves Andrieux, Université Rennes 2, 5 volumes, 464 f°, 264 f°, 800 f° et 309 f°, soutenue le 26 février 2001 devant un jury constitué de Jean-Yves Andrieux, Louis Bergeron, Jean-Luc Mayaud (président) et Frédéric Seitz (rapporteur), mention très honorable et félicitations du jury à l'unanimité.
    Paru dans Ruralia, 09 | 2001
Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page