Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Jean-Luc MAYAUD [dir.], Clio dans les vignes. Mélanges offerts à Gilbert Garrier, collection du Centre Pierre Léon, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1998, 554 p.

Olivier Faure

Entrées d’index

Chronologique :

Toutes périodes
Haut de page

Texte intégral

1Lors de la remise solennelle de ce volume, Gilbert Garrier s'était livré à l'un de ses exercices favoris : faire subir à ce volume les épreuves qu'un œnologue impose au vin qu'il va déguster. Néanmoins, malgré le brillant de la démonstration, il avait simplement péché par modestie. Ce volume n'est pas un vin, aussi grand soit-il, mais une sorte d'œnothèque historique et portative dont on peut s'abreuver, soit à petites gorgées espacées, soit en buvant le tout d'un trait. Le dégustateur n'a pas à craindre les effets pervers du mélange. Il résulte seulement de l'opération une légère et bienfaisante ivresse.

2On insistera peu sur les grands crûs les plus sûrs, comme le Daniel Roche, toujours fin et documenté comme ici dans la brève synthèse qu'il livre sur l'histoire de l'alimentation. Il évoque ces aliments qui ne sont pas seulement bons à manger mais aussi à penser et à imaginer. Chemin faisant il met en garde contre les risques des interprétations trop littérales des statistiques caloriques qui évacuent la possibilité des redistributions au personnel ou à d'autres. À côté, je ne dis pas derrière, toute une série de boissons fortement charpentées. Elles émanent de la cuvée des historiens nés dans les années 1930 et 1940. Jeunes retraités ou enseignants chercheurs confirmés, on sent qu'ils ont été tôt abreuvés aux sources de l'histoire quantitative et ils prouvent combien cette austère technique peut fournir de belles grappes. L'article de Robert Estier sur les relations entre l'évolution démographique et la proto-industrialisation en région roannaise est un modèle d'histoire statistique à la fois fine, prudente et convaincante. Aussi consacré aux Roannais, mais d'avant la Révolution, l'article de Serge Dontenwill sur les vignerons et la viticulture de la côte roannaise (une production à découvrir… avec prudence) et du Brionnais (vignoble en timide et moins convaincante renaissance) ne le cède en rien au précédent quant au sérieux et à la finesse de l'analyse. Issue du même tonneau, la contribution de Pierre Goujon renseigne sur les mobilités géographiques (fortes mais courtes) et sociales (réduites) des vignerons du Chalonnais-Mâconnais. L'école quantitative fournit aussi d'intéressantes synthèses. Qui aurait cru que les Grecs n'étaient guère buveurs de vin mais beaucoup plus de bière (depuis le roi Othon) sans parler bien sûr de l'Ouzo ? C'est, entre autres, ce que nous apprend Michel Sivignon dans un panorama précis de la viticulture grecque depuis au moins deux siècles. En attirant l'attention sur les oppositions de comportements politiques entre les vignobles de riches (le Bordelais) et les vignobles populaires, de travail et de coopératives, l'article d'Yves Rinaudo ne manque pas d'intérêt sur une question apparemment résolue. Ces générations d'historiens ne cultivent pas l'austérité. On le voit déjà avec Marie-Thérèse Lorcin qui fait la part du symbolique dans les dons de vignes prévus dans les testaments médiévaux. On le voit encore mieux avec Georges Durand qui préfère renoncer au vignoble du Beaujolais de l'Ancien Régime qu'il connaît parfaitement pour se faire témoin et analyste des comportements autonomes des populations rurales de Kabylie, prises, lors de la guerre d'Algérie, entre le marteau de l'armée française et l'enclume du FLN. Le géographe Maurice Allefresde choisit délibérément « la seule vérité de l'émotion et de l'humeur », dans un très beau texte tout entier consacré à l'éloge du Clinton, ce cépage mal aimé dont l'assassinat signe aussi l'arrêt de mort de toute une société, celle de la Cévenne de son enfance. Le Massif central attirerait-il l'émotion ? D'une autre génération que Maurice Allefresde, Pierre Cornu a aussi de beaux accents pour évoquer cette même région et le rôle qu'y jouait la vigne « symbole de la propriété » et le vin dont la dégustation était pour le vigneron l'occasion de littéralement « goûter sa terre ». L'humeur n'exclut pas l'humour. Dans un texte véritablement jubilatoire, évoquant la vie quotidienne de Kant et même sa mort, le philosophe Roland Brunet nous apprend que c'est bien cet austère philosophe qui a dit : « celui qui n'aime ni le vin, ni les femmes, ni le chant, celui-là reste un fou ». On est tout rassuré, mais les surprises ne s'arrêtent pas là. Son fameux dernier mot : « es ist gut » ne signifierait pas « c'est bien ainsi », mais, plus humainement « c'est bon ». Parole prononcée après avoir bu une dernière gorgée de vin mélangé d'eau sucrée. C'est du moins l'interprétation, un peu différente de celle de l'auteur, que je donne de ces quelques mots d'allemand apparemment faciles à traduire. Les lecteurs se précipiteront sur ce passage pour juger par eux-mêmes. Bref on imagine presque la vie de Kant en bandes dessinées. C'est tout dire. Tout aussi réjouissante, l'évocation du vin dans l'œuvre d'un Boccace de deuxième ordre où l'on voit que les femmes buvaient dru et même faisaient bien plus encore.

3Grâce à ces intermèdes, on passe imperceptiblement de l'histoire sérielle à l'histoire biographique ou prosopographique. On l'aborde ici avec les contributions d'Olivier Zeller sur un notable lyonnais auteur d'un traité sur le commerce des vins, de Serge Chassagne avec la généalogie sociale d'un grand notable de l'Ouest, de Giuliana Biagioli avec le récit de voyage viticole d'un aristocrate piémontais. À chaque fois l'érudition impeccable se marie parfaitement avec des interprétations plus générales. Avec Maurice Garden, on aborde, grâce aux registres de faillites, le monde des négociants en vins parisiens. On ne quitte pas ce monde avec le texte de Christophe Montez qui nous propulse vers le Sud (Tain-l'Hermitage) et de la malchance vers la réussite. Ces deux contributions fournissent à la fois des aperçus archivistiques (les archives privées des maisons de négoce) et des pistes pour l'étude de milieux peu connus. On y acquiert surtout une clé pour pénétrer le changement qui a depuis longtemps touché le monde viticole et, plus généralement, le monde rural et agricole tout entier. C'est sur l'une des scènes de l'ouverture que nous entraîne Renaud Gratier de Saint-Louis. Avec lui, et grâce aux cahiers de créance qu'il a su retrouver, on pénètre dans la salle d'un café de campagne de la fin du XIXe siècle. On est dans le canton de Monsols, l'un des plus crottés du département du Rhône, lanterne rouge de l'alphabétisation, de la médicalisation, du revenu. Bref, comme le disaient les paysans de l'Ardèche riante de leurs voisins des hautes terres, « un pays de bouse et de catholiques » (cité par Pierre Cornu). En d'autres termes, du rural profond à la sauce IIIe République. Rentrons pourtant dans ce café. Les consommateurs y boivent bien sûr un verre de vin rouge, voici qui est attendu. Mais, de plus en plus souvent, une tasse de café à 25 centimes. Quelle audace pour des campagnards si reculés. Certains n'hésitent même pas à commander une bouteille d'eau minérale de la voisine et roannaise source de Saint-Alban. Dans une région où l'eau naturelle est si abondante et si pure ! Ces paysans ont décidément tous les culots de vouloir battre en brèche l'idée que l'on se fait d'eux. Heureusement, et c'est plus rassurant, certains s'y régalent d'une bonne vieille soupe à 10 centimes. On peut y louer un cheval pour gravir la rude côte du col de Crie. Voilà pour l'archaïsme supposé. Mais voilà qu'en 1879 un de ces ruraux crottés y achète un pantalon Levi's pour neuf francs. Oui, un Levi's, en 1879, à Monsols ! On croit rêver. La « modernité » aurait-elle ainsi subrepticement gagné les campagnes sans que les autorités en aient été prévenues ? On s'arrache donc difficilement à ce cabaret si attachant. Heureusement on peut poursuivre la visite grâce au petit livre de l'auteur consacré à ce thème 1 ou se consoler d'être entraîné par Anne-Marie Granet-Abisset dans les étonnantes et interminables fêtes de Saint-Bernard et Saint-Vincent réunis qui occupent des semaines entières les habitants des villages drômois blottis au pied du Vercors. De la fête à la révolte il n'y a pas loin, comme on le sait depuis les travaux d'Yves-Marie Bercé. Nous voilà donc dans les « goguettes » stéphanoise aux côtés de Jean Lorcin. On y boit du vin rouge, on y chante des chansons qui ne sont ni sucrées, ni à l'eau de rose comme cette « Vierge de l'opprimé » dédiée à Louise Michel. On y identifie (à juste titre ?) les buveurs d'eau aux jésuites et aux cléricaux. Apparemment « sèche » mais violente, la révolte des élèves de l'école vétérinaire de Lyon en 1881 est aussi passionnante à vivre. Ronald Hubscher nous y présente un Chauveau bonapartiste et autoritaire, bien loin de l'image du pastorien aseptisé qu'évoque Louis P. Fischer dans son article sur l'asepsie à Lyon à la fin du XIXe siècle. L'événement en apparence anecdotique (la révolte, bien sûr) est habilement décortiqué pour révéler les conflits qui partagent le monde vétérinaire, la concurrence qui les opposent aux « agros », les problèmes de la République qui ne veut ou ne peut chasser les serviteurs de l'Ancien Régime tellement vilipendé. Bref, un modèle du retour de l'événementiel bien compris.

4On ne saurait réduire les paysans à des sortes d'êtres folkloriques allant de fêtes en cabarets et d'auberges en révoltes. Toute une série d'articles nous les montrent précocement ouverts aux nouveautés techniques et bien au fait des subtilités du marché. Le cas le plus frappant est celui des viticulteurs roussillonnais dont Geneviève Gavignaud retrace le savoir faire technique, ancien et sans cesse amélioré, mais plus encore le savoir faire politique avec leur capacité à faire reconnaître et protéger leur production, le tout avant l'aube du siècle qui finit. Chez eux, les conduites dites rationnelles n'évacuent pas le symbolique. Pour s'en persuader, il suffit de se rendre à Mont-Louis, à la sortie du bourg, en direction de la Cerdagne. On peut y admirer un stupéfiant et peu discret monument érigé à la mémoire du député Brousse ici héroïsé en « défenseur de la viticulture », en « ministre intègre » en « député mort pauvre » (je cite de mémoire). Une simple mise en garde à l'usage des amateurs s'impose à l'issue de la lecture de ce dernier article. Il leur faudra prolonger leur voyage jusqu'en Comtat pour déguster le Muscat de Beaumes-de-Venise et le Rasteau auxquels l'auteur fait allusion. Ils ne regretteront pas le détour, même s'il peut paraître long. Les producteurs du si original vin jurassien de l'Étoile (je conseille aussi) dont Jean-Luc Mayaud décrit les avatars de la coopérative, tentent une aventure de même nature, même si c'est avec moins de succès (encore qu'ils obtiennent en 1937 le classement en AOC). Leurs moindres succès, ils ne le doivent pas à une quelconque arriération (dès 1855 les 4/5 de la production sont exportés), mais à des conflits politiques, sociaux et familiaux largement emmêlés. Comme quoi la technique n'est pas tout et le social beaucoup. Le dilemme n'est guère différent pour les éleveurs de chevaux de trait toujours évoqués par Jean-Luc Mayaud, décidément spécialiste de l'excellence agricole, et la fille de Gilbert Garrier. Il a fallu à ces éleveurs « éclairés » mener d'homériques combats pour promouvoir leurs animaux à la dignité de chevaux aptes à disposer de stud-book. Cette dignité était jusque-là monopolisée par les chevaux de selle et de course sous la haute protection de l'administration des haras. La modernisation ne serait elle pas toujours du côté où l'on s'attend à la trouver ?

5Dans cet éloge du vin, il fallait que quelqu'un se dévoue pour donner la parole aux méchants. Didier Nourrisson présente donc une originale pléiade d'uvalistes assez proches du délire, même si celui-ci ne pouvait bien sûr être d'origine alcoolique. Obsédés par les méfaits de l'alcool et même du vin, fascinés par le courant prohibitionniste américain, mais point ignorant des intérêts économiques (y compris des leurs), ils rêvent de convertir les Français au raisin dans lequel ils aperçoivent l'arme absolue contre l'obsédante dégénérescence de la race. « Uvalisons notre race, elle sera sauvée », tel est le slogan du chantre de l'abstinence totale, le docteur Legrain. Un slogan pas entièrement convaincant malgré la timide percée des marques de jus de fruits.

6Comme dans tout volume de mélange qui se respecte, d'autres textes, de grand intérêt mais sans relation forte avec les autres, risquent, hélas, de passer inaperçus. Sans être exhaustif, on citera en particulier celui de Claude Lévy sur la réception des tirades de Philippe Henriot dans le monde rural rhônalpin. Au-delà de l'intérêt scientifique évident de ce volume, on redira combien il est appréciable et rare de trouver un aussi beau rassemblement d'historiens si manifestement heureux dans leur travail et chaleureux dans l'hommage qu'ils rendent à un collègue. Sans doute, le sujet n'y est-il pas étranger. À moins qu'il ne s'agisse aussi d'une alchimie élaborée par Gilbert Garrier, un peu à l'image de celle du vin.

Haut de page

Notes

1 Renaud GRATIER de SAINT-LOUIS, Auberges et cabarets dans le Haut-Beaujolais, Lyon, Cesura, (51 rue de la Rébublique, 69330 Meyzieu), 208 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Faure, « Jean-Luc MAYAUD [dir.], Clio dans les vignes. Mélanges offerts à Gilbert Garrier, collection du Centre Pierre Léon, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1998, 554 p. », Ruralia [En ligne], 05 | 1999, mis en ligne le 07 décembre 2002, consulté le 26 mai 2017. URL : http://ruralia.revues.org/284

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page