Navigation – Plan du site
Articles

La défense des intérêts locaux face à l'intérêt général. La cohésion villageoise à l'épreuve de l'aménagement des barrages de Tignes et de Serre-Ponçon

Virginie Bodon

Résumés

EDF, société issue de la nationalisation de l'électricité en 1946, construit les barrages de Tignes (1946-1953), puis de Serre-Ponçon (1952-1960), qui nécessitent la submersion de la quasi-totalité de villages alpins. Or, les populations touchées par ces aménagements se comportent différemment, selon le site, face au bouleversement pourtant similaire auquel elles sont confrontées.

Ces dissemblances sont alors inhérentes au fonctionnement interne des communautés. Ce n'est ainsi pas leur culture politique ou institutionnelle qui entraîne ces différences, mais l'usage qu'elles en font. Ces micro-sociétés ont alors recours à des méthodes adaptées à leur environnement. Le degré de cohésion de la communauté et l'équilibre socio-économique villageois du moment semblent déterminer la nature des démarches entreprises.

Haut de page

Texte intégral

1En 1946, le secteur électrique français nationalisé est placé sous la responsabilité d'une entreprise publique, Électricité de France (EDF). Les dirigeants de cette société, désireux de développer la production hydroélectrique du pays, lancent des projets de barrages, dont celui de Tignes (1946-1953), et plus tard celui de Serre-Ponçon (1952-1960) qui nécessitent tous deux la submersion de la quasi-totalité de villages alpins. Le barrage de Tignes entraîne ainsi la disparition de 248 hectares, dont le chef lieu et plusieurs hameaux de la commune, et le départ de 384 habitants sur une population totale de 467 personnes 1. Celui de Serre-Ponçon réserve un sort similaire aux villages de Savines, dans les Hautes-Alpes, et d'Ubaye, dans les Basses-Alpes 2. Il implique la disparition de 2825 hectares dont 660 de terres cultivables et le déplacement d'environ un millier d'habitants pour la plupart savinois. Dans tous les cas, le chef-lieu de la commune doit être submergé, la majorité de la population déplacée.

2À Tignes, les submersions condamnent les terres cultivées, situées en bordure de la haute Isère et n'épargnent que les alpages. Elles risquent en outre de compromettre le développement de la station de sports d'hiver prévue sur le site du futur barrage. Le barrage de Serre-Ponçon implique, à Savines, la disparition du pôle industriel qui s'y est développé depuis le début du siècle. Il prive en outre les paysans des terres les plus fertiles et les plus accessibles. Enfin, il suppose la submersion des terres cultivées du petit village d'Ubaye.

3Ainsi, l'aménagement de ces barrages entraîne la submersion de communautés qui, à l'exception d'Ubaye, bénéficient ou doivent bénéficier d'une activité complémentaire à celle de l'agriculture. Ces équipements hydroélectriques concernent donc des micro-sociétés « protégées », ou privilégiées dans ces espaces ruraux de montagne. À l'image de nombreuses communes des hautes vallées savoyardes, Tignes trouve dans le développement du tourisme les moyens de limiter l'exode, alors que Savines est parvenue depuis le début du siècle à conserver une population stable dans un département dont les zones rurales ont été fortement touchées par les mouvements migratoires.

4Pourtant, les responsables d'EDF parviennent à obtenir les autorisations nécessaires à ces aménagements et œuvrent afin d'aboutir à un consensus local au sujet de leur nécessaire construction. Ainsi, ils gagnent à leur cause, outre le pouvoir exécutif et législatif, les responsables politico-administratifs 3 des régions concernées. Ceux-ci, quel que soit le site, admettent alors la nécessité de ces barrages, malgré leurs conséquences humaines. Néanmoins, l'entreprise doit encore venir à bout des résistances des communautés touchées par les submersions. Elle doit ainsi acquérir les terres nécessaires à ces aménagements, fixer le montant des indemnités dues aux particuliers et aux collectivités. Elle affirme devoir procéder à l'édification de ses équipements hydroélectriques pour servir la grandeur et l'essor économique du pays, et demande aux communautés de se sacrifier au nom de l'intérêt national.

5Or, les populations de ces communes condamnées à la submersion adoptent des attitudes dissemblables selon le site, le village, voire au sein même des communautés concernées. Comment se manifestent ces différences ? Quels facteurs déterminants ont permis d'aboutir à ces situations ?

La diversité des formes de réaction

6Les communautés concernées par ces aménagements aux conséquences pourtant similaires adoptent cependant des positions dissemblables. Selon le site ou la communauté concernés, les modes de réactions des populations et le rôle qu'elles accordent à leurs élus varient, aboutissant à des résultats opposés selon les sites.

7À Tignes, les habitants du village font en premier lieu usage de la violence. Celle-ci s'exerce à l'encontre des équipements de l'entreprise chargée des travaux, mais également des représentants de l'entreprise ou du pouvoir central. Le 10 mai 1946, un décret déclare d'utilité publique et urgents les travaux d'aménagement du barrage de Tignes. Des travaux préliminaires sont alors engagés, provoquant la colère de quelques habitants. En juillet 1946, le représentant de l'administration chargée du secteur électrique et le préfet se rendent à Tignes afin d'y tenir une réunion d'information. Ils sont alors conspués, la serviette du premier contenant les documents relatifs à la procédure d'expropriation est subtilisée 4. Au cours du mois d'août de la même année, des habitants bloquent la route nationale, empêchant la traversée du hameau des Brévières à Tignes 5. Des sondeuses sont détruites, des baraquements incendiés, la ligne à haute tension alimentant le chantier rompue. L'année suivante, le 24  août 1947, a lieu une manifestation à Tignes groupant environ 150 personnes au cours de laquelle le maire et un Tignard parisien 6 prennent la parole. Le directeur du chantier qui traverse alors le village est bousculé, sa voiture endommagée. Des ouvriers du chantier se rendent dans le centre du village pour se livrer à des représailles et il faut l'intervention des gendarmes pour que Tignes retrouve le calme. Enfin, le 10 mai 1948, le géomètre-expert qui se rend au village afin d'évaluer les terrains tombant sous une ordonnance d'occupation temporaire, est menacé de coups de fusil par les habitants de Tignes s'il exécute son travail. Jusqu'en 1948, la violence est ainsi présente au village. Elle trouve alors son origine dans l'idée selon laquelle le décret permettant la construction du barrage est illégal 7, et entraîne par là même l'illégalité des travaux et de toutes les autres décisions de justice découlant de l'acte du 10 mai 1946. La commune de Tignes et 122 de ses habitants décident alors de porter plainte au mois de juin 1948 8. Ceux-ci ne nient pas l'existence d'un intérêt supérieur de la nation, mais ils considèrent que l'aménagement du barrage de Tignes n'y est pas rattaché. Ils tentent donc, par la dénonciation du vice de forme juridique dont est entachée la démarche légale d'EDF, d'en empêcher la construction. Cependant, cette affaire renvoyée devant le conseil d'État ne peut rapidement trouver une issue. La municipalité affirme alors sa volonté de défendre les intérêts de la commune au cas où cette bataille juridique ne serait pas gagnée. Elle décide donc en octobre 1948 d'adopter le principe de la conciliation avec EDF et engage des experts chargés de défendre les intérêts de la commune et des habitants de Tignes qui le désireraient dans les négociations avec l'organisme expropriant. Deux années sont ainsi nécessaires pour que la municipalité adopte la politique choisie par les communes de Savines et Ubaye dès le lancement du projet.

8De fait, les premières réactions des communautés sont très dissemblables. Les habitants des communes concernées par l'aménagement du barrage de Serre-Ponçon n'emploient pas de méthodes violentes à l'encontre de ce projet, reconnaissent « l'intérêt supérieur de la Nation » 9 dans l'aménagement du barrage de Serre-Ponçon. Cependant, ils réclament un dédommagement à la hauteur du sacrifice demandé. Dans un premier temps, ils confient la défense de leurs intérêts aux élus municipaux. À Ubaye, les habitants décident d'adhérer à l'association de défense des futurs expropriés mise en place par la municipalité savinoise. Ainsi, c'est autour de cette dernière que se structure la défense des populations touchées par l'aménagement du barrage de Serre-Ponçon. L'ampleur des conséquences humaines de l'aménagement entraîne alors la création de groupements secondaires, chargés de défendre la cause de chaque catégorie socio-professionnelle présente sur le site. Les agriculteurs, les industriels, les commerçants et artisans, les ouvriers et salariés, les retraités et les fonctionnaires confient ainsi leur sort à l'un des quatre syndicats les concernant 10. La municipalité savinoise n'est ainsi « que » l'instigatrice de ce mouvement. Dès lors que des associations sont créées, elle reprend son rôle de structure politico-administrative, règle les questions touchant au domaine public et sert parfois de relais des syndicats de défense auprès des autorités supérieures. Le conseil municipal de Tignes a esquissé une politique similaire. Dès 1946, il met en place une délégation chargée de représenter les intérêts de la commune et de ses habitants. Or, celle-ci ne rencontre pas d'écho parmi la population du village. Elle n'entraîne pas la création d'associations susceptibles de défendre les intérêts des divers groupes qui composent la micro-société tignarde. La population ne manifeste pas d'inquiétude quant au devenir de la collectivité, à la différence des habitants de Savines 11.

9Ainsi, la cohésion interne de la communauté tignarde apparaît plus faible ; les habitants interviennent en tant que particuliers et ne se mêlent pas de la défense de la collectivité qui échoit à la municipalité. Or, peu suivie par une partie de la population qui a confié ses intérêts aux avocats, la commune souffre d'un manque de représentativité lors des rencontres avec EDF. Le maire aidé de quelques conseillers tente ainsi d'obtenir des accords globaux au sujet des indemnités, mais ne peut assurer l'entreprise de la bonne volonté des populations dès lors qu'il obtiendra gain de cause. Souffrant des dissensions qui existent dans le village, et au sein même du conseil municipal, le maire réclame à plusieurs reprises l'approbation de la population pour la politique suivie 12. En juillet 1949, il démissionne de son poste de premier élu du village, suivi par plusieurs de ses conseillers. La tenue de nouvelles élections voit la victoire de la liste qu'il a constituée, confirmant la confiance des électeurs. Néanmoins, les dissensions persistent et il ne présente un programme portant sur la fixation des indemnités qu'après avoir organisé un référendum. Or, cette recherche de légitimité des élus ne se produit qu'à Tignes. À Savines, les différentes instances locales impliquées dans la défense des populations collaborent entre elles, mettent en place un réseau de soutien des demandes de chaque catégorie, qui permet d'obtenir gain de cause. La population suit les mots d'ordre. Lorsqu'une manifestation se produit à Savines au mois de mars 1956, elle est organisée par les syndicats de défense et soutenue par les collectivités locales des environs. Ainsi, les populations concernées par l'aménagement de Serre-Ponçon ne se livrent pas à des actes isolés, n'usent pas de la violence. Les habitants agissent en tant que membres de la collectivité ou d'un groupe socio-professionnel. À Tignes, la répartition semble s'effectuer selon une logique particuliers/collectivités. Les habitants réclament un dédommagement pour la perte de leurs biens propres, la municipalité se chargeant du domaine communal.

10Que résulte-t-il de ces différentes formes de réaction et d'organisation  ? La désignation d'interlocuteurs pour chaque catégorie de la population facilite de toute évidence les négociations. À Tignes, la municipalité souffre parfois du manque de cohésion apparent de la communauté. Ces difficultés aboutissent ainsi à un impossible règlement global de la situation, malgré la volonté affichée des représentants locaux du pouvoir central d'obtenir un consensus. Les travaux achevés, EDF décide de procéder à l'évacuation du village afin de permettre la mise en eau de la retenue du barrage. Les habitants sont alors déménagés, certains sont placés dans des habitations provisoires en attendant de parvenir à trouver un nouveau toit. Les archives de la municipalité sont évacuées manu militari, le transfert provisoire du chef-lieu est décidé d'office par le préfet. Le montant des indemnités est alors fixé unilatéralement par une commission arbitrale d'évaluation, suite à l'intervention du tribunal qu'EDF et les représentants du pouvoir central affirment avoir tenté d'éviter jusqu'en dernière limite. Or, dans le cas de l'aménagement de Serre-Ponçon, les négociations menées par les syndicats de défense et les municipalités aboutissent à des accords globaux trilatéraux. Le pouvoir exécutif intervient en dernier ressort, donnant à ces ententes appelées « accords Matignon » un caractère officiel et contractuel. Le départ des populations s'effectue dans de meilleures conditions, et ne nécessite l'intervention de la justice qu'en de très rares occasions.

11Soutenues par les instances politico-administratives locales, les populations concernées par l'aménagement du barrage de Serre-Ponçon ont ainsi pu obtenir gain de cause sur la plupart de leurs demandes. Or, à Tignes, les relais locaux semblent faire défaut aux Tignards. Dès le lancement des travaux, ces derniers font appel à des hommes de loi parisiens qui prennent alors en charge leurs intérêts. La structure politico-administrative locale n'a pu intervenir aussi efficacement que lors du second aménagement, les avocats usant plus aisément de recours en justice que de tractations avec les différentes instances impliquées dans la défense du projet puis de l'aménagement du barrage de Tignes.

12Pourquoi de pareilles différences se dessinent-elles d'un site à l'autre ? Quel rôle joue la culture politique et institutionnelle dans le mode de réaction et d'organisation des populations ?

Tentative d'explication

13À la lumière des événements qui jalonnent l'histoire de ces aménagements, le mode de fonctionnement de ces micro-sociétés apparaît fort dissemblable. Cependant, le positionnement politique ne semble pas ici intervenir au premier chef. Il existe bien des traditions politiques différentes d'un site à l'autre, mais elles n'expliquent que partiellement les attitudes des populations. Ainsi, l'adhésion aux idéaux d'intérêt général et à l'idée de « sacrifice au nom de la nation » ne semble pas directement commandée par les tendances politiques des communautés. La tradition républicaine savinoise qui date de la fin du XIXe siècle participe probablement à l'acceptation des idéaux mis en avant par EDF. Cependant, la présence d'une équipe communiste à la tête de la commune à partir de 1945 ne peut suffire à expliquer l'attitude des Savinois. En effet, les opposants politiques à la municipalité en place font montre du même respect de ces idéaux. À Tignes, les communistes présents 13 ne se rangent pas à ces idées, et critiquent le projet de barrage au même titre que les autres habitants du village.

14Ainsi, les tendances politiques présentes dans ces communes ne peuvent expliquer les perceptions dissemblables que les habitants ont des aménagements. Le rapport à l'État et à la modernisation occupe de ce point de vue une place plus importante. En 1936, les fonctionnaires et employés des services publics étaient ainsi plus nombreux à Savines et Ubaye qu'à Tignes. Dans les communes concernées par l'aménagement du barrage de Serre-Ponçon ils constituaient 6,4 % des actifs et environ 3,5 % de la population totale. À Tignes, la proportion était réduite à 2,6 % dans le premier cas et 2 % dans le second 14. Cette présence a ainsi pu favoriser le développement des idéaux d'intérêt général et d'utilité publique défendus par EDF. Mais d'autres facteurs doivent être pris en compte. Ainsi, l'entreprise publique emploie l'argument de la nécessaire modernisation du pays afin de justifier de l'utilité des aménagements. Or, cette évolution est alors caractérisée par le développement de l'industrie française. Présent à Savines 15, et dans une moindre mesure à Ubaye par la proximité du premier village, le secteur secondaire ne concerne aucun élément de la population active tignarde. En outre, la présence d'industries à Savines a généré de nouvelles pratiques sociales. Les difficultés rencontrées par la plus importante entreprise ont en effet entraîné la constitution d'un syndicat affilié à la Confédération générale du travail (CGT). Une lutte a alors été engagée contre certaines décisions de la direction, aboutissant à l'intervention du préfet. De fait, les ouvriers ont introduit dans la commune de nouvelles pratiques. Ils ont mis en place une structure officielle chargée de négocier en leur nom. Leurs demandes ont été reconnues par l'État qui a exigé de la direction des dédommagements : ils tendent à employer quelques 20 années plus tard des méthodes qui ont prouvé leur efficacité. Les syndicats de défense mis en place à l'occasion de l'aménagement du barrage de Serre-Ponçon usent de procédés équivalents, négocient, réclament l'intervention de l'État comme arbitre.

15De fait, l'opposition, qui apparaît entre les habitants de Savines et Ubaye d'une part, et ceux de Tignes d'autre part, est essentiellement liée à la forme que prend la défense de leurs intérêts. Ainsi, l'aménagement du barrage de Tignes génère de fortes réactions dans la population, et aboutit, contre toute apparence, à la mise en place d'un réseau parallèle à celui de la mairie. Cependant, celui-ci n'emprunte pas les circuits classiques utilisés par la population savinoise et ubayenne ; il revêt un caractère « officieux » qui n'aboutit pas à la constitution d'une association ou d'un syndicat de défense. Qui, hors des instances politico-administratives locales, intervient au nom de la communauté ? Selon toute vraisemblance, les Tignards parisiens. Les archives de la préfecture, les fiches des Renseignements généraux, ou encore les courriers du maire au préfet évoquent tous les difficultés engendrées par l'influence qu'exercent les migrants installés à Paris. Le village de Tignes connaît depuis plusieurs siècles déjà des mouvements migratoires. D'abord saisonniers, ils ont peu à peu abouti à une installation à long terme de ces populations hors du village. Au début du XXe siècle, cette pratique tend à se concentrer sur les villes de Paris et Montpellier, puis est marquée par une prédominance des départs à destination de la capitale. Certains Tignards y travaillent alors en tant que commissionnaires à l'hôtel des ventes. Ils gardent néanmoins des intérêts au village 16, reviennent parfois s'y installer pour reprendre l'exploitation familiale ou lors de leur retraite. Or, ce sont ces derniers qui sont accusés de contrecarrer les négociations engagées avec la municipalité. Les deux premiers conflits éclatent au cours des étés 1946 et 1947. Or, les différentes sources qui relatent ces événements font état de l'intervention de Parisiens originaires de Tignes alors en vacances dans le village. Néanmoins cela ne constitue pas la preuve d'une organisation inspirée par ces derniers. L'enquête parcellaire qui se déroule à Tignes en 1950 tend cependant à confirmer l'existence d'un réseau inspiré par les Tignards parisiens et accepté par des membres de la collectivité. Ainsi, ceux parmi les habitants qui participent à cette enquête le font en leur nom propre, mais reprennent deux textes types n'usant pas des mêmes arguments, voire du même vocabulaire. Le premier soutient le programme municipal, le second consiste en une prise de position juridique dont la précision et la complexité ne laissent aucun doute quant à la participation d'hommes de lois. Or, cette seconde lettre-type rassemble à elle seule les deux tiers des Tignards parisiens qui participent à l'enquête. Ainsi, le second réseau dont l'existence est prouvée par l'enquête semble bien être inspiré par des Tignards parisiens. Certains d'entre eux s'impliquent alors dans la lutte contre le barrage, et constituent la frange jusqu'au-boutiste de la population. Ils refusent toutes négociations, optent pour une seule voie : celle de la procédure judiciaire 17.

16Pourquoi une partie de la population s'en remet-elle à eux ? Le désaccord avec la politique adoptée par la commune ne peut à lui seul expliquer cette attitude. À Savines, le maire rencontre, à la fin des négociations, des oppositions au sein de la commune sans que cela n'occasionne l'intervention de tiers 18. Est-ce le signe d'une difficulté à s'organiser ? Pourtant, certains membres de la communauté tignarde ont fait, font preuve, d'une capacité organisationnelle certaine. À la fin des années 1920 une fruitière est constituée. Cette association rassemble alors, sous une forme coopérative, 45 membres 19. En 1952, elle ne compte plus que 32 sociétaires, mais est néanmoins parvenue à se maintenir. La capacité organisationnelle de cette catégorie professionnelle est confirmée par les réactions de la Corporation paysanne lors de l'annonce du projet du barrage, avant 1946. En mai 1941, un groupe de cultivateurs de la commune adresse une pétition au ministre de l'Intérieur pour protester contre le projet, ce que renouvelle le 15 juillet 1944 le syndicat corporatif agricole de Tignes dans un courrier destiné au préfet de la Savoie 20. Cependant, à Tignes, les démarches collectives ne sont pas l'apanage des actifs agricoles. En 1948, EDF, soucieuse de ramener le calme dans la commune, s'engage à favoriser l'emploi de Tignards pour le transport sur le chantier 21. Certains saisissent alors l'occasion, achètent des camions et travaillent sur le chantier du barrage. Or, en janvier 1950, l'entreprise choisie par EDF pour mener à bien les travaux décide de ne plus utiliser les transporteurs tignards. Ces derniers constituent alors un syndicat afin de lutter, avec l'aide du maire, contre cette décision. Bien qu'éphémère, cette association professionnelle infirme un rejet des formes associatives de la part de la population tignarde. Si l'occasion se présente, en cas de nécessité, des membres de cette communauté se regroupent. Pourquoi l'aménagement du barrage n'engendre-t-il pas de défense commune ? Selon toute probabilité, en raison du manque de cohésion dont souffre alors la communauté. Dès le milieu des années 1930, des dissensions au sujet des projets d'aménagement de la commune sont apparues. Jusqu'alors, l'activité économique du village est fondée sur l'agriculture, essentiellement l'élevage laitier. Or, au début des années 1930, l'activité touristique tend à se développer dans le village. Les actifs agricoles, qui représentaient en 1931 plus de 90 % de la population active n'en constituent plus que 73 % en 1936. Le changement est alors dû à la forte croissance du secteur tertiaire qui voit sa part d'actifs s'accroître de 5 à 22 % pour les mêmes dates 22. Or, cette mutation socio-économique n'est pas du goût de tous. Une partie des agriculteurs accepte mal ce changement 23 ; ces tensions retardent le plan d'aménagement touristique de la commune de Tignes, qui ne peut être appliqué avant la reprise du projet de barrage par EDF. La communauté n'a ainsi pu aboutir à un consensus au sujet de son devenir économique. Les changements en cours, associés aux conflits internes qu'ils génèrent, mettent à mal la cohésion du village. Ainsi, certains Tignards qui adhèrent au texte juridique de la première enquête adoptent une position inverse quelques semaines plus tard, lors de la seconde 24. Cette confusion favorise donc la mise en valeur de la position de certains Parisiens tignards défenseurs de l'ancien ordre socio-économique. Elle atteste cependant des difficultés de la collectivité à se rassembler autour d'un nouveau consensus. L'absence d'associations propres à la commune d'Ubaye tendrait à prouver que cette dernière souffre des mêmes maux. Cependant, aucun élément extérieur n'intervient pour s'opposer aux décisions prises par la municipalité. Les habitants adhèrent aux associations qui correspondent à leurs intérêts, laissant le conseil municipal gérer les affaires du domaine public.

17Les collectivités concernées par l'aménagement du barrage de Serre-Ponçon mettent alors à profit leur maîtrise du fonctionnement politico-administratif local. Ils obtiennent le soutien du préfet, du conseil général, et de certains services administratifs du département. À Tignes, la municipalité tente d'agir de même. Mais ses démarches sont contrecarrées par l'intervention de personnes désormais extérieures à la collectivité. Deux réseaux concurrents se mettent donc en place, l'un parisien l'autre local. Or, seul ce dernier permet de mener des négociations avec le service d'EDF chargé de l'aménagement de ces barrages. Les représentants du service de l'Équipement EDF agissent en interaction avec la structure politico-administrative locale. Issus pour la plupart du service des Ponts et chaussées, ces derniers ont acquis une expérience de terrain. Ils ne font appel qu'en dernier recours à l'instance supérieure, usent de rapports personnels et tentent d'éviter l'intervention d'un tiers ignorant de leurs pratiques. Or, la méthode procédurière employée par les Tignards parisiens et une partie de la population s'oppose aux pratiques des responsables du service de l'Équipement EDF.

18Cependant, les difficultés rencontrées par la collectivité dans ses rapports avec la sphère politico-administrative locale sont dues à d'autres facteurs. Les débats internes qu'engendrent la construction du barrage ne sont pas représentatifs de la situation des communes alentours, voire du département. La commune de Val-d'Isère a ainsi effectué depuis quelques années le passage d'une économie agricole à une économie touristique. Le département n'est quant lui guère touché dans son ensemble par des difficultés similaires à celles de Tignes. Or, la situation socio-économique des communes de Savines et d'Ubaye est représentative de celle de leur région. Les problèmes de reconversion agricole et industrielle, de limite de l'exode rural touchent ainsi les départements des Hautes-Alpes et des Basses-Alpes. Les communes concernées partagent une même analyse de la situation avec les collectivités environnantes ou les administrations départementales, ce qui favorise leur interaction. Les relations que ces communes entretiennent avec l'environnement politico-administratif local découlent ainsi moins de leur culture institutionnelle que de leur représentativité de la situation de la région à laquelle elles appartiennent.

19L'aménagement du barrage provoque dans les deux cas un changement d'équipe municipale et l'émergence de nouveaux responsables politiques. À Tignes, la perte de cohésion interne et l'impossibilité pour les membres de la communauté d'aboutir à un consensus au sujet du devenir du village engendrent l'intervention d'un tiers, étranger à ces débats 25. À Savines, le nouveau maire qui est un agriculteur 26 appartient au groupe socio-professionnel qui reconquiert sa prédominance par la disparition des usines et le départ des ouvriers.

* * *

20Au total, le fonctionnement interne de ces communautés, d'un bout à l'autre de l'aménagement des barrages, a été commandé par leur situation socio-économique et le degré de leur cohésion interne. Les choix politiques prudents voire conservateurs des populations répondent alors à l'incertitude de ces dernières quant au devenir de la communauté. Les nouveaux responsables politiques assurent ainsi la transition entre l'ancien et le futur village. La priorité est dans l'immédiat accordée à la mise en place d'un nouvel équilibre économique et à la tentative de reconstitution d'une communauté.

Haut de page

Notes

1 Arch. dép. Savoie (Archives départementales de Savoie), M 281, Recensement de la population de 1946.
2 Aujourd'hui Alpes-de-Haute-Provence.
3 La notion de système politico-administratif local est développée dans l'ouvrage de : Pierre GREMION, Le pouvoir périphérique, bureaucrates et notables dans le système politique français, Paris, Éditions du Seuil, 1976, 478 p.
4 José REYMOND, Tignes, mon village englouti, Paris, Payot, 1992, p. 205.
5 L'historique des premières réactions des Tignards a été retracé grâce à la revue de presse élaborée par le GRPH Savoie (EDF) à Annecy, 15 Dc 901.
6 La commune de Tignes connaît au cours de la première moitié du XXe siècle un courant migratoire important vers la capitale.
7 Le décret du 10 mai 1946 découle en effet de l'application du décret-loi du 30 octobre 1935 relatif à l'expropriation et à l'occupation temporaire des propriétés nécessaires aux travaux militaires. Or, il est contestable puisqu'il intervient postérieurement à la date légale de la cessation des hostilités.
8 Arch. dép. Savoie, CAB 69 n° 57, archives confidentielles du cabinet du préfet, Déclinatoire de compétence de la cour d'appel de Chambéry du 12 juillet 1948.
9 La déclaration d'utilité publique entraîne en effet la tenue d'enquêtes dans les communes concernées. Des dossiers sont alors déposés en mairie, mis à la disposition des habitants qui souhaitent émettre leur avis au sujet de l'aménagement. C'est au cours de cette enquête que les populations de Savines et Ubaye font état de cette notion à plusieurs reprises, position réitérée par les conseils municipaux des deux villages. Arch. dép. Hautes-Alpes (Archives départementales des Hautes-Alpes), 1111 W 3 et 4, Registre de l'enquête du 11 juin au 11 juillet 1952.
10 Arch. dép. Hautes-Alpes, 1111 W 3 et 4. Ces syndicats professionnels interviennent lors de l'enquête.
11 Arch. dép. Hautes-Alpes, 1111 W 3 et 4.
12 Arch. dép. Savoie, S 147. Historique de l'affaire notamment dans le dossier « Historique du barrage ».
13 Tignes abrite alors une cellule communiste.
14 Étude des listes nominatives du recensement de la population. Pour Tignes : Arch. dép. Savoie, M 281. Pour Savines : Arch. dép. Hautes-Alpes, 6  M 358.
15 Le secteur secondaire rassemble ainsi plus de 30 % des actifs savinois au cours des années 1930 ; étude des listes nominatives du recensement de la population de 1930 et 1936 : Arch. dép. Savoie, M 281 et Arch. dép. Hautes-Alpes, 6  M 358.
16 Arch. dép. Savoie, S 141. La liste constituée pour l'envoi de l'avis d'enquête parcellaire aux propriétaires du village en 1950 est constitué à 23 % de personnes domiciliées en dehors de la commune, dont plus de la moitié à Paris.
17 Il semble ainsi que le choix d'un avocat parisien de renommée leur incombe en 1948. La municipalité s'en remet à lui pour le procès de juin 1948 visant à obtenir l'interruption des travaux. Mais elle choisira plus tard un avocat attaché au barreau de Bourg-Saint-Maurice lors de la procédure engagé en 1950 : Registre des délibérations du conseil municipal de Tignes, en mairie.
18 Le syndicat des industriels, commerçants et artisans s'oppose en 1958 au maire accusé d'adopter une attitude trop conciliante à l'encontre d'EDF. Ils l'empêchent alors de se rendre à une réunion qui doit avoir lieu à Paris, bloquant le départ du train en gare de Savines : Dauphiné libéré, 22 janvier 1958.
19 Cette fruitière est créée en 1927. Chaque sociétaire s'engage à y porter tout le lait de ses vaches hormis celui strictement réservé à la consommation familiale ainsi qu'à l'élevage des veaux de son troupeau. Le fromage est ensuite vendu à des commerçants ou rendu aux sociétaires : Arch. dép. Savoie, CAB 69 n° 61, archives confidentielles du cabinet du préfet, dossier au sujet de la Société la Fruitière.
20 Faits relatés notamment dans un « Mémoire pour la commune de Tignes » : Arch. dép. Savoie, 105 S 22, Dossier « groupement d'urbanisme de Tignes­Val-d'Isère ; plan d'aménagement et d'extension (dont Tignes), 1936-1952 ».
21 Arch. dép. Savoie, CAB 69 n° 60, archives confidentielles du cabinet du préfet, Note d'information des RG du 13 janvier 1950.
22 Arch. dép. Savoie, M 281. Étude des listes nominatives du recensement de la population.
23 Arch. dép. Savoie, 105 S 22, Enquête publique au sujet du projet d'aménagement et d'extension du 31 août 1938.
24 La première enquête est annulée pour vice de forme ; une seconde est donc organisée en août-septembre 1950 : Arch. dép. Savoie, S 141, Expropriation : affaires de Tignes, enquêtes, pourvoi en cassation... 1950-1956.
25 Il s'agit d'un industriel lyonnais, propriétaire d'une résidence secondaire dans le village : Arch. dép. Savoie, Z 137, Information sur les candidats, 21 mars 1952.
26 Responsable du syndicat de défense agricole, il a participé à la signature des « accords Matignon ».
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginie Bodon, « La défense des intérêts locaux face à l'intérêt général. La cohésion villageoise à l'épreuve de l'aménagement des barrages de Tignes et de Serre-Ponçon », Ruralia [En ligne], 02 | 1998, mis en ligne le 01 janvier 2003, consulté le 28 juin 2017. URL : http://ruralia.revues.org/28

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page