Navigation – Plan du site
Thèses ruralistes

Spatio-dynamiques de territorialisation des modes de production et de reproduction identitaires en espace transfrontalier : application à la réalité géographique du Hainaut franco-belge

Thèse de doctorat en géographie sous la direction de Jean-Pierre Renard, Université Lille I, 259 f°, soutenue le 21 décembre 2000 devant un jury composé de Didier Paris (président), Jean-Pierre Renard, Claude Meyzenq (rapporteur) et Patrick Gonin (rapporteur), mention très honorable.
Damien Ratajczak

Entrées d’index

Chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Le Hainaut est un territoire transfrontalier (entre France et Belgique), ayant plus d'un millénaire d'existence politique autour des deux pôles urbains historiques que sont Valenciennes et Mons, pôles qui ont assuré à plusieurs reprises la fonction de “ capitale du Hainaut ”. Il couvre 10 000 km2 et abrite une population de plus de 2 000 000 habitants (1 300 000 Wallons et 700 000 Français). La partie française correspond aux arrondissements de Valenciennes et Avesnes, tandis que la partie belge correspond, dans les grandes lignes, à l'actuel découpage administratif de la province du Hainaut, à laquelle il faut cependant retrancher la partie orientale (est-Tournaisis), intégrée dans la sphère directe de métropolisation lilloise, dans une dynamique territoriale différente ou, pour le moins, différenciée. Il s'agit d'un territoire dominé par le fait urbain et industriel, ce qui accentue dans une large mesure, les difficultés des principaux espaces ruraux s'y trouvant (affirmation identitaire, lutte contre la restriction à la simple fonction d'espace récréatif péri-urbanisé).

2Sa chrono-géographie est marquée par de profonds antagonismes et ruptures, entre territoires ruraux (Tournaisis, Athois, Avesnois), et territoires anciennement industrialisés et urbanisés, profondément marqués par les crises successives, qui en font l'archétype de l'espace en reconversion (sillon anthraxifère transfrontalier supportant le Valenciennois, le Borinage et la région Carolorégienne). Historiquement le Hainaut s'est construit au Moyen Âge (apogée de la puissance des comtes de Hainaut), puis durant le règne de Louis XIV avec les grands traités frontaliers (Nimègue, Ryswick, Utrecht…). La révolution industrielle a été l'époque d'une ré-ordination identitaire majeure pour une grande partie des territoires du Hainaut, suivant une dynamique plus précoce en Belgique (fait qui se perpétue encore aujourd'hui dans d'autres domaines). Les petits bourgs ruraux sont devenus des villes-champignons, artificielles et fragiles.

3Actuellement, les politiques de reconversion tendent vers de nouvelles occurrences identitaires qui se heurtent à des schèmes perceptifs et comportementaux tenaces, issus de ces ruptures (transmission inter-générationnelle des valeurs vectorisées par la culture de crise).

4Le Hainaut est une mosaïque de limites (frontière internationale, limites de pays, de parcs naturels), de populations et de paysages en intime coalescence. S'il existe une identité hennuyère, elle ne peut donc être que plurielle et complexe. D'autant que le Hainaut occupe une position de contact, voire d'interface, entre d'autres ensembles culturellement et identitairement marqués : Cambrésis, Douaisis, Pévèle, Brabant, Flandres, Namurois… Certains de ces territoires lui sont ou ont été rattachés selon des considérations variées. Plusieurs éléments spatiaux occupent des fonctions référentielles majeures (hydrographie, topographie, biogéographie, géographie urbaine…) : les pays de Scarpe, plutôt ruraux, sont opposés à ceux de l'Escaut ou de la Sambre, industriels. Il est habituel de distinguer le Hainaut des plaines de celui des plateaux…

5Le Hainaut combine deux axes d'organisation/structuration qui s'opposent radicalement en termes de paysages voire de territoires : l'axe nord-est/sud-ouest est essentiellement rural (openfield athois et tournaisien, bocage avesnois), tandis que l'axe nord-ouest/sud-est se caractérise par la sur-représentation du fait urbain et industriel (bassins minier, sidérurgique et métallurgique du Valenciennois, du Borinage et de la Vallée de la Sambre). En outre, l'idée d'une identité hennuyère globale est confrontée à une sub-régionalité urbaine et rurale ré-émergente, qui occasionne de nouvelles potentialités identitaires (entités communales, communautés de communes, inter-communales de développement, parcs naturels, agglomérations-régions et surtout, nouvelles communautés d'agglomérations), aux fonctions référentielles de plus en plus complexes, à l'exemple d'une demande récente de départementalisation effective du Hainaut par les élus valenciennois.

6La thèse présente donc la configuration chrono-géographique initiale sur laquelle reposent les potentialités identitaires du Hainaut franco-belge (terme préférable à celui de “ transfrontalier ” qui implique une logique de proximité). À partir de cette identité territoriale, la recherche débouche alors sur la délimitation d'une identité territorialisée ou en territorialisation. La problématique y est donc de savoir s'il existe une identité hennuyère territorialisée, et dans l'affirmative, si elle est transfrontalière. Le plan de recherche repose sur trois moments : analyse des modes de production identitaires (avec un cadrage épistémologique sur l'identité comme concept géographique et transdisciplinaire), puis différenciation pratique entre espace social et espace socialisé (champs associatifs), pour aboutir aux modes de partition du Hainaut à travers les spatio-dynamiques actuelles. Mais comment mesurer objectivement et scientifiquement, les occurrences identitaires ? Si le territoire est un rapport d'appropriation entre une population et un espace, l'identité peut être appréhendée comme le rapport d'appropriation entre une population et son territoire.

7L'auteur s'est donc intéressé aux associations “ loi 1901 ” (et autres ASBL belges), pratiquant deux recensements personnels. Le premier (janvier-mars 1997), porte sur près de 12 000 unités, tandis que le second (juin 2000), avec 4 500 unités, permet une vérification partielle. Les associations sont considérées comme des tiers territorialement actifs, jouant un rôle majeur dans les topologies inter-urbaines et dans les modalités de structuration de l'espace. La thèse démontre comment masse démographique et masse associative communales sont corrélées et augmentent la lisibilité des hiérarchies spatiales parfois sous-jacentes (cas des relations centre-périphérie).

8Le classement des villes en fonction de leur masse démographique confirme dans les grandes lignes, les topologies urbaines envisagées selon d'autres critères. Valenciennes, Mons et Charleroi restent les pôles dominants. Arrivent en seconde position les communes qui occupent une fonction de relais et de dynamisation sub-régionale (Ath, Tournai, Soignies, Thuin, Maubeuge). Il existe en tout sept classes au dernier rang desquelles se trouvent des communes rurales de moins de 200 habitants et disposant de moins de cinq associations (parfois aucune), dont les actions n'en sont pas moins importantes. Le réseau urbain hennuyer est, de ce point de vue, clairement hiérarchisé. Des calculs statistiques simples ont donc été opérés à partir de la masse démographique et de la masse associative : le ratio permet de circonscrire un taux de vitalité associative, valeur complémentaire qui définit une illustration des dynamiques d'attraction et de gravitation (suivant une sorte de loi rang/taille dérivée). Ainsi Charleroi, métropole régionale wallonne ne dispose pas d'un fichier officiel en adéquation avec sa position. À l'opposé, Avesnes domine complètement la vie associative des deux cantons ruraux qui sont sous sa dépendance administrative et territoriale. C'est une modalité de relecture des structurations administratives et comportementales en espaces ruraux comme urbains, même si la lisibilité est plus discrète dans une conurbation comme celle du Borinage, comme dans l'explicitation des centralités. Ce taux délimite aussi les communes où la masse associative n'est pas corrélée à la masse démographique. Il existe des éléments qui peuvent localement induire des modifications sensibles : c'est le cas des communes disposant d'une manne financière importante, liée le plus souvent aux ressources de la taxe professionnelle, phénomène accentué par les opportunités d'implantation liées aux politiques locales ou globales de reconversion. À terme, les solidarités entre rural et urbain sont mises à mal. À l'inverse, les grandes villes comme Charleroi arrivent à un seuil de saturation au-delà duquel les fichiers associatifs n'augmentent plus.

9Les incidences identitaires sont lisibles sur plusieurs plans : des replis s'opèrent au sein des communes les mieux dotées, qui opèrent des formes de discrimination géographique sur les offres et les potentialités de développement. Les structures inter-communales sont partiellement remises en cause du fait de centralités mal perçues : les débats et les délibérations dans les conseils montrent une exaspération réciproque entre des communes “ pompes à finances ” et des communes “ en dévitalisation ”. Ainsi les communes rurales sont peu opérationnelles pour répondre à la demande infra-structurelle que réclament les associations sportives spécialisées. Le passage des solidarités mécaniques à des solidarités organiques s'accomplit difficilement.

10Dans le même temps, certains espaces se socialisent sous l'action d'un regain identitaire, principalement dans les communes rurbaines et péri-urbaines. Les populations se prennent en main et recréent une vie culturelle autonome. Cette autonomie est aussi un critère de différenciation transfrontalière, dans le domaine des procédures administratives. Les Wallons sont portés sur les associations “ de fait ”, structures ne faisant pas l'objet de déclaration et donc extrêmement mobiles (comités de fêtes en milieu rural, comités de fêtes foraines). Les Français sont plus axés sur une logique de pérennisation, ce qui suppose une certaine inertie face aux éventuelles mutations. L'identité des associations hennuyères se marque aussi à la fois par une sectarisation et une sectorisation, suivant une tendance remarquée à l'échelon national, comme le vieillissement des assemblées générales des amicales culturelles, ou encore des effets de centralité urbaine dans la composition des conseils d'administration. C'est aussi à ce niveau que peut être mesurée l'implication des populations immigrées ou non-hennuyères dans le devenir associatif et identitaire du Hainaut. La raison sociale des associations assure une fonction différentielle quant au franchissement de la frontière. Les associations sportives fonctionnent depuis longtemps en réseaux transfrontaliers (même dans les sports traditionnels comme la crosse en rue ou le jeu de paume). Depuis quelques années on assiste à l'émergence d'une dynamique similaire dans le domaine culturel, mesurable par rapport aux campagnes de communication ou de promotion qui sont orchestrées.

11Associativement, l'inter-communalité ne prend pas la même acception entre Nord et Wallonie. En effet les diverses procédures de fusion des communes ont engendré une inter-communalité organique : il y a une rationalisation lente mais certaine des fichiers, notamment pour une optimisation des financements. L'identité devient alors un outil politique (au sens ancien du terme), économique, social et culturel. La commune (ou entité communale en Belgique) a été retenue comme l'échelon de base d'analyse de la vie associative dans le Hainaut. Mais il est évident que ces modalités de recherche peuvent être retranscrites à d'autres échelles : inter-communalité, communautés de communes, agglomération, pays au sens régional… Seuls les moyens de recensement disponibles limitent les opportunités de recherche.

12La classification des associations hennuyères fait apparaître 150 types répartis sur 10 groupes dont les deux plus importants restent le sport et le social. Mais la combinaison entre le total par commune et la composition intra-communale des fichiers associatifs permet une classification de toutes les unités urbaines et rurales, allant du petit village disposant de moins de cinq associations, jusqu'à la ville-centre d'agglomération disposant de 250 unités déclarées. La vocation politique et territoriale des associations peut être mise au jour et envisagée dans un cadre identitaire : attachement au patrimoine, valorisation identitaire ou simplement touristique, promotion ou revitalisation…

13Les conclusions de la thèse sont simples : il n'existe pas d'identité territorialisée en Hainaut franco-belge ; tout au plus voit-on les frémissements d'une prise de conscience ponctuelle au travers des réseaux trans-nationaux ou trans-régionaux voire trans-associatifs qui se mettent en place. Les associations hennuyères impliquent des dynamiques géographiques et sociales très précises : accompagnement des procédures de reconversion ou de requalification, mais aussi parfois des dynamiques de repli dans les quartiers sensibles, lutte contre la désertification ou dynamisation des espaces périurbains… L'atomisation du tissu associatif et l'individualisme qui le caractérise, tels qu'ils ont été démontrés au niveau national, se vérifient parfaitement à l'échelle hennuyère, malgré quelques tentatives locales. Les associations ont un impact différentiel quantifiable, quant au rapport des populations à leurs territoires : composition des bassins de recrutement des assemblées générales, cycles d'intervention…

14D'un point de vue purement méthodologique, cette thèse pose des ouvertures en termes de questionnements à venir sur les cycles ou les temporalités associatives et plus généralement identitaires. La construction d'une analyse diachronique se révèle être particulièrement périlleuse : comment prendre en compte les mutations rapides des associations pour circonscrire des mouvements identitaires dans le temps long ? Elle montre la nécessité d'une approche trans-disciplinaire dans un concept aussi complexe que celui de l'identité. Sans parler de l'accès aux sources et aux fichiers et à la fiabilisation des données recueillies. Enfin elle pose plus ou moins implicitement la problématique de l'adaptation de l'outil cartographique à une géographie sociale toujours plus complexe : l'auteur s'est refusé à certaines pratiques ­ études d'échantillons, de récits, de cognitions environnementales plus ou moins formalisées, abusivement appelées “ cartes mentales ”. La partie purement technique de cette thèse (recensement des associations, analyse quantitative) a fait l'objet d'un rapport publié par l'auteur sous l'égide du Conseil national de la vie associative (juin 2001), portant notamment sur les modes d'évaluation statistique des fichiers communaux et entitaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damien Ratajczak, « Spatio-dynamiques de territorialisation des modes de production et de reproduction identitaires en espace transfrontalier : application à la réalité géographique du Hainaut franco-belge », Ruralia [En ligne], 09 | 2001, mis en ligne le 25 septembre 2002, consulté le 29 mars 2017. URL : http://ruralia.revues.org/279

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page