Navigation – Plan du site
Thèses ruralistes

La mise à l'épreuve d'une profession. Le travail de redéfinition du métier d'éleveur charolais

Thèse de doctorat en sociologie sous la direction de Philippe Fritsch, Université Lumière Lyon 2, soutenue le 25 septembre 2001, devant un jury constitué de Philippe Fritsch, Dominique Jacques-Jouvenot, Bruno Lemery, André Micoud (président) et Jacques Rémy, mention très honorable avec les félicitations du jury à l'unanimité.
Béatrice Degrange

Entrées d’index

Chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Ma thèse porte sur les processus sociologiques en jeu dans la “ transformation de rôle ” à laquelle les agriculteurs se voient conviés du fait du ré-agencement et de la diversification des demandes qui leur sont aujourd'hui adressées (montée des préoccupations relatives à la qualité et à la sécurité des produits alimentaires, à la protection de l'environnement, nouvelles logiques de développement des espaces ruraux...). Elle vise plus précisément à étudier les relations existant entre les modalités de cette transformation et la manière dont les agriculteurs interprètent, investissent et utilisent ces nouvelles demandes ­ socialement construites ­ pour donner un sens à leur métier et traduire ce sens en pratiques, compte tenu de la diversité des positions qui sont les leurs dans le “ champ professionnel agricole ”.

2Pour expliciter l'intérêt de mon objet de recherche, j'ai procédé à une présentation du contexte dans lequel se pose la question des transformations du métier d'agriculteur en la situant au regard des processus de constitution d'une “ professionnalité ” en agriculture. Pour cela, j'ai d'abord cherché à éclairer mon questionnement en proposant une analyse de la constitution et des évolutions de la profession agricole et de la manière dont cette constitution et ces évolutions ont été appréhendées dans les travaux de politologues et de sociologues français. Cette analyse aboutit à la mise en évidence du développement, relativement récent et encore peu exploré, d'un champ de recherche très directement centré sur une thématique de la crise d'identité professionnelle des agriculteurs. Face à ce constat et pour resituer cette thématique dans un cadre théorique approprié, j'ai ensuite effectué un détour pour examiner plus largement comment est traitée en sociologie la question de la professionnalisation. Je me suis ainsi efforcée de rendre compte des principales approches auxquelles cette question a donné lieu en sociologie du travail, et notamment de la place qu'occupe dans ce domaine la problématique de l'identité professionnelle, mais également ce que la sociologie des professions peut apporter à l'étude de la transformation du métier d'agriculteur.

3Au regard de cette analyse des travaux portant sur la professionnalisation, j'ai délimité mon sujet de recherche en privilégiant deux axes de recherche : celui de m'intéresser à la transformation en “ cours ” du métier et celui de me centrer sur le secteur particulier de l'élevage charolais pour mener ce travail. Concernant la transformation “ en cours ” du métier, une première orientation aurait été de considérer que les agriculteurs sont pris dans des changements auxquels ils doivent s'adapter. Cette piste de recherche nécessiterait alors que l'on se penche sur cette adaptation. Mais j'ai fait le choix de privilégier une autre orientation, qui vise plutôt à s'intéresser aux processus en jeu dans cette transformation. Dans ce cadre, ma thèse vise donc à éclairer ce que changer veut dire pour les agriculteurs qui font l'objet d'une mise en cause. En définitive, le travail de recherche que j'ai ainsi mené a été motivé par un intérêt particulier porté à ce que peut signifier être agriculteur aujourd'hui, compte tenu des nouvelles demandes adressées au secteur d'activité agricole.

4J'ai ensuite considéré que le secteur de l'élevage charolais en Bourgogne constituait un terrain particulièrement intéressant pour aborder la question de la transformation du métier d'agriculteur pour au moins deux raisons. La première est liée au fait que lorsque j'ai entrepris ce travail, l'élevage était fortement et publiquement mis en cause notamment du fait de la crise dite “ de la vache folle ”. Je pouvais alors supposer que dans ce contexte de forte remise en cause du métier, les débats sur ce qu'il convient de faire devaient être plus intenses que d'ordinaire. La seconde raison est que le monde de l'élevage charolais est à la fois considéré comme dépassé au regard de la modernisation de l'agriculture développée en France depuis les années 1950 et en même temps porteur d'une certaine alternative face à la mise en cause progressive du modèle productiviste.

Cadre de l'analyse

5Une fois mon objet de recherche précisé, et compte tenu de l'orientation directrice de ma thèse tournée vers ce que font les individus dans un contexte de “ crise ”, c'est à partir d'une perspective compréhensive du travail que j'ai construit le cadre d'analyse de la transformation du métier d'éleveur. De cette perspective, j'ai retenu l'importance qu'elle accorde aux points de vue des individus et à la façon dont ils élaborent et ajustent ce point de vue au travers de leur expérience sociale.

6J'ai alors formulée l'hypothèse que la transformation du métier renvoie à tout un travail de redéfinition de rôle de la part des éleveurs et que l'issue de ce travail est conditionné par la capacité de ceux qui y sont engagés à faire valoir leur point de vue et à provoquer des déplacements dans la structure établie de leur champ professionnel. Pour rendre compte de ce travail de redéfinition, j'ai alors cherché à répondre à deux exigences. La première renvoyait à la volonté de comprendre le monde professionnel étudié en mettant l'accent sur la subjectivité des acteurs. La seconde visait à intégrer à mon étude la structuration de ce monde professionnel à partir des “ dispositions ” des agents qui y appartiennent.

7Je me suis alors appuyée sur deux approches distinctes pour construire mon cadre d'analyse. Sur la base de cette perspective compréhensive, c'est d'abord une approche interactionniste que j'ai mobilisée afin d'aller voir le travail que les agriculteurs opèrent pour redonner un sens à ce qu'ils font. J'ai ainsi considéré que le travail de redéfinition du métier d'éleveur renvoyait à une activité de mise en cohérence de différentes dimensions de l'exercice de l'activité agricole ­ des itinéraires professionnels, des pratiques matérielles, des conceptions de métier et des systèmes de relations professionnelles ­, qui se voient diversement affectées par la “ crise" que connaît ce secteur et qu'il s'agit alors pour eux de réajuster. À partir des notions interactionnistes de carrière, d'arc de travail, de segment professionnel, et de dynamique de profession j'ai ainsi cherché à rendre compte du fait que, dans une situation critique, certaines idées sur ce qu'il convient de faire, selon quels types de réseaux de relations, avec quels types de ressources économiques et techniques ne vont plus de soi et nécessitent d'être reconstruites et réajustées. Cette première clé d'entrée pour approcher la transformation du métier d'agriculteur permet bien de rendre compte du travail de négociation opéré par les acteurs pour redéfinir leur rôle professionnel.

8Cependant, une deuxième clé d'entrée dans mon cadre d'analyse m'a semblé indispensable pour renforcer la manière dont les points de vue que les agriculteurs pouvaient produire quant aux changements nécessaires dans leur métier se traduisait au niveau des positions dans le champ professionnel agricole. C'est alors en me tournant vers une conception du social plus attentive au caractère situé de l'activité, telle qu'elle est présente dans la théorie des champs (Bourdieu) que j'ai cherché à rendre compte du cadre dans lequel s'opère cette transformation. À partir d'une référence faite à la double transaction identitaire présentée par Claude Dubar, et de l'attention qu'il porte aussi bien à la dimension biographique qu'à la dimension relationnelle de l'identité ou encore à la dimension à la fois individuelle et sociale que renferme cette notion, j'ai cherché à appréhender la dynamique et la structuration de ce champ professionnel, et plus précisément la manière dont cette structuration s'impose aux agriculteurs.

9En résumé, c'est donc à partir d'un cadre de recherche multidimensionnel combinant deux entrées distinctes renvoyant à différents types d'ancrages conceptuels, que j'ai imaginé et entrepris de caractériser le travail de redéfinition de rôle en jeu dans les transformations du métier d'agriculteur.

Le dispositif de recherche

10Concrètement, c'est alors à partir de trois opérations de recherche distinctes que j'ai entrepris d'accéder à mon terrain de recherche et d'explorer comment pouvait se traduire une telle conception de la transformation “ en actes ” dans le cas du monde de l'élevage charolais.

11Une première opération de recherche visait à retracer les grands traits de l'histoire de l'élevage charolais dans son rapport à la professionnalisation du métier d'agriculteur. L'analyse socio-historique du monde de l'élevage charolais m'a notamment été utile pour dégager une première vue d'ensemble de l'organisation de ce monde et des principaux événements qui l'affecte. La deuxième opération de recherche visait à caractériser ce que pouvait précisément recouvrir la “ crise ” de cette profession et à identifier les éleveurs à partir desquels mener mes observations de terrain. Elle a consisté en une enquête exploratoire auprès d'informateurs privilégiés impliqués, de part leurs fonctions “ d'encadrement ” de ce secteur, dans les débats relatifs à la situation et aux perspectives du monde de l'élevage charolais. Cette enquête exploratoire m'a permis de dégager les principaux axes de perturbations et les principaux éleveurs représentatifs de la diversité de type de rapport au changement à enquêter. Elle a ainsi abouti à définir le genre d'information à collecter et les différents types d'éleveurs à rencontrer. La troisième opération de recherche a consisté en une enquête par entretiens réalisée auprès des éleveurs choisis comme “ figures-types ” des différentes positions sociales en jeu dans le changement mis au jour lors de l'opération précédente.

Principaux éléments de résultats

12C'est à partir de cette troisième opération de recherche que j'ai pu mettre en évidence les principaux résultats de ce travail dont je propose de reprendre les grandes lignes. Cette troisième opération de recherche m'a permis de constituer un corpus d'enquête issu de 21 entretiens semi-directifs menés auprès des éleveurs. À partir de ces entretiens entièrement retranscrits, j'ai procédé à une double lecture menée séparément. J'ai effectuée une première lecture afin d'analyser la diversité des positions prises par les éleveurs par rapport aux transformations en cours dans leur métier. J'ai ainsi construit une typologie des rapports au changement, à partir de la manière dont les éleveurs décrivent et “ racontent ” les transformations auxquelles ils sont confrontés. C'est alors trois “ récits-types ” distincts que j'ai mis en évidence : celui de la fin du métier, celui d'un métier devenu enfin professionnel, celui d'une revalorisation possible du métier, et que j'ai présentés comme autant de “ modèles de mise en scène ” de la transformation du métier 1. J'ai ensuite effectué une deuxième lecture de ce corpus afin de caractériser les identités professionnelles dont étaient porteurs les éleveurs enquêtés. Cette deuxième phase d'analyse m'a permis de dégager une diversité de formes identitaires, celles d'une identité de “ métier ”, celle d'une identité “ entrepreneuriale ”, celle d'une identité “ civique ”. Ces formes identitaires rendent compte de la manière dont les conceptions relatives au changement renvoient à une diversité de manière de se présenter et de positions dans le champ professionnel de l'élevage 2. À partir de la mise en relation de ces deux lectures, j'ai enfin cherché à rendre compte de la dynamique d'ensemble du monde professionnel étudié. C'est donc à partir d'une troisième phase d'analyse que j'ai pu dégager les principaux éléments de résultats essentiels de ma thèse et m'interroger sur les aboutissements de ce travail.

13De ce croisement entre la typologie en termes de rapport au changement et de la typologie en termes de formes identitaires, j'ai tiré deux idées principales permettant de donner une vue d'ensemble du champ professionnel de l'élevage et de proposer une interprétation quant au genre d'évolution dans lesquelles le monde de l'élevage charolais est susceptible de s'engager.

14Un premier élément de résultat est marqué par la superposition qui résulte du croisement des deux analyses précédentes et qui fait apparaître trois groupes d'éleveurs distincts. C'est alors à une vision fragmentée en trois segments relativement isolés qu'aboutit cette analyse. On peut ainsi retracer succinctement ce qui leur est spécifique lorsque l'on reprend le type de vision d'avenir possible du métier qui caractérise chacun de ces groupes. Un premier groupe caractérise des éleveurs porteurs d'une vision pessimiste de l'évolution du métier d'éleveur, qui ne voient pas finalement comment ils pourraient s'impliquer dans un avenir possible et reconquérir une légitimité professionnelle, même s'ils ont néanmoins un point de vue sur ce que devrait être l'élevage et qui ne manque pas d'intérêt à l'heure actuelle. Un deuxième groupe caractérise des éleveurs porteurs d'une vision optimiste de l'avenir, pour qui l'important est d'accorder une visée professionnelle à leur métier, qu'ils présentent à partir de leur capacité d'adaptation, mais qui se traduit également par le fait que les éleveurs de ce groupe se posent en définitive peu de questions sur l'avenir de leur profession. Un troisième groupe caractérise des éleveurs porteurs d'une idée de “ refondation ” possible du monde de l'élevage charolais. Ils se présentent souvent en référence à leur rôle de porte-parole de la contestation et produisent un discours sur le métier qu'il n'est pour autant pas évident de traduire dans de nouvelles pratiques.

15Un deuxième élément de résultat peut être proposé pour relativiser l'idée d'une vision d'un champ professionnel de l'élevage charolais segmentée en différents mondes isolés. Malgré cette segmentation, qui laisse apparaître certaines difficultés à reconstruire une vision partagée de ce que pourrait être le métier d'éleveur, certaines convergences semblent en effet pouvoir se réaliser, même si elles sont problématiques et n'excluent pas pour autant la possibilité d'éclatement du champ professionnel de l'élevage. Un premier point d'articulation peut être considéré autour de la défense de la spécificité du métier “ d'éleveur charolais ”. Il renvoie à des points de discussion possible entre le groupe 1 et le groupe 3. Un second point d'articulation peut-être considéré autour de la volonté de professionnalisation du métier d'éleveur et du souci de modernité partagé par le groupe 2 et le groupe 3. Finalement, il ressort de cette analyse de la transformation en cours du monde de l'élevage charolais certaines propositions pour rendre compte des convergences possibles mais également des points d'oppositions que de possibles négociations entre ces groupes sont susceptibles de renforcer.

En guise de conclusion

16Au regard de ces résultats, j'ai également mis en évidence comment mon analyse mériterait d'être consolidée pour affiner les interprétations sociologiques proposées sur le genre d'évolutions vers lesquelles pourraient s'engager le monde de l'élevage. J'ai montré en quoi une réflexion sur certaines limites de mon travail, mises en exergue lors de la présentation des résultats, peuvent alors être utilisées pour suggérer certains réaménagements du dispositif de recherche et conforter, en définitive, une approche de la transformation en “ actes ” du métier d'éleveur charolais. J'ai ainsi proposé un premier type de réaménagement pour assurer un recueil plus fin de l'information que nécessite mon approche multidimensionnelle de la transformation du métier. J'ai ensuite proposé un deuxième type de réaménagement, afin d'accéder à un meilleur repérage des cas de figure à enquêter.

17Au delà de ces réaménagements et pour conclure cette présentation, j'ai proposé de revenir sur deux éléments de mon travail qui de mon point de vue peuvent contribuer à alimenter le débat scientifique en sociologie. Le premier concerne la manière dont ma thèse s'inscrit dans un champ de recherche relativement nouveau, portant sur la crise des identités professionnelles agricoles et dans lequel je propose de mettre l'accent sur une vision constructiviste de la transformation du métier d'agriculteur. Dans ce cadre, ma thèse contribue à mettre en évidence le fait que si le secteur d'activité agricole a souvent été considéré comme devant faire l'objet d'analyses spécifiques, il semble être particulièrement intéressant pour analyser les capacités d'un groupe professionnel à répondre aux pressions de changement auxquels il est soumis. Le deuxième élément de résultat concerne la construction de mon cadre multidimensionnel de recherche pour appréhender la transformation “ en actes ” du métier d'agriculteur. C'est en effet bien l'idée de rapprocher les contours d'une profession avec ce qui s'y fait dedans qui constitue le fil directeur de cette recherche. Pour traiter des processus en jeu dans la transformation du métier d'agriculteur, j'ai en effet entrepris de montrer comment il pouvait être opportun, voire indispensable, d'opérer certains rapprochements en sociologie afin de rendre compte aussi bien des significations produites par les travailleurs sur leur métier que de la structuration même d'un groupe professionnel. En définitive, c'est bien l'idée de s'interroger sur la possibilité et l'intérêt de combiner différents niveaux d'appréhension du social qui fonde, selon moi, le deuxième point d'originalité du travail mené sur la transformation “ en actes ” du métier d'éleveur charolais.

Haut de page

Notes

1 Le premier récit renvoie à des éleveurs qui se référent à ce qui se faisait “ dans le temps ” et pour qui ce qui se fait aujourd'hui est insensé, et qui s'interrogent sur la fin du métier d'éleveur. Le deuxième récit renvoie à des éleveurs qui sont intéressés par ce qui se fait aujourd'hui et pour qui ce qui est important c'est d'être capable de s'adapter en permanence, pour être reconnu comme un vrai professionnel. Le troisième récit renvoie a des éleveurs développant un argumentaire critique sur certains dysfonctionnement actuels de l'élevage et pour qui il est essentiel de prendre en compte de nouvelles exigences pour envisager une revalorisation possible du métier d'éleveur.
2 La première forme identitaire renvoie à des éleveurs qui insistent sur la spécificité de leur travail. La deuxième forme identitaire renvoie à des éleveurs qui se présentent comme de véritables chefs d'entreprise. La troisième forme identitaire renvoie à des éleveurs qui se définissent avant tout en référence aux responsabilités qu'ils estiment avoir en tant que professionnels de l'agriculture, voir de paysan, à l'égard de la société.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrice Degrange, « La mise à l'épreuve d'une profession. Le travail de redéfinition du métier d'éleveur charolais », Ruralia [En ligne], 09 | 2001, mis en ligne le 25 septembre 2002, consulté le 26 avril 2017. URL : http://ruralia.revues.org/277

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page