Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Pierre Lamaison (1948-2001)

Joseph Goy

Entrées d’index

Mots-clés :

nécrologie
Haut de page

Texte intégral

1Pierre Lamaison, anthropologue et historien, nous a quitté prématurément à l'âge de 52 ans après avoir beaucoup souffert pendant ces dernières années. Isac Chiva, dans Le Monde, Françoise Héritier et Philippe Descola dans le dernier numéro d'Études rurales, ont déjà dit quelle place il tenait dans les études sur la parenté et sur les sociétés rurales en Europe. Son intelligence exigeante, sa très large culture, son souci de l'érudition et une exceptionnelle liberté d'esprit lui ont permis de toucher à de nombreux domaines et, en même temps, de s'intéresser à la définition et à la gestion de la recherche.

2Ce chercheur du CNRS, en effet, à plusieurs reprises, a contribué à préciser la définition du patrimoine ethnologique national et européen aux côtés d'Isac Chiva et à consacré du temps, dans les années 1980, au Conseil et à la Mission du patrimoine ethnologique. À la même période il fut, auprès de Françoise Héritier, directeur adjoint du Laboratoire d'anthropologie sociale et, en même temps, pendant plusieurs années, co-directeur d'Études rurales. Je me dois de citer les mots de Françoise Héritier et de Philippe Descola à propos de Pierre : « être solaire qui irradiait de générosité et de vie, toujours disponible pour chacun d'entre nous et toujours constructif » ; « homme généreux de son temps et de son amitié, ouvert au dialogue et aux échanges, prêt à rendre service à chacune de ces occasions, et Dieu sait si elles sont nombreuses dans la vie d'un laboratoire, où l'intervention d'une personne estimée de tous permet de débloquer une situation ou d'empêcher le surgissement d'un différend ».

3C'est sa thèse consacrée à la parenté, au patrimoine et aux stratégies matrimoniales dans une paroisse du haut Gévaudan du XVIIe siècle au début du XIXe siècle qui attira, en 1977, l'attention des anthropologues et des historiens, non seulement à cause de ce qu'il avait trouvé mais aussi parce que, l'un des premiers, il avait créé un fichier informatisé sophistiqué. Mais ce que beaucoup d'entre nous ignoraient, c'est qu'il conduisait avec Élisabeth Claverie une recherche de longue haleine sur un petit village de Lozère, Ribennes, mais aussi et plus largement sur le Gévaudan. Tous les deux avaient décidé, d'emblée, de s'intéresser aux archives criminelles et aux enquêtes de gendarmerie et d'instruction, sans négliger les documents administratifs, ecclésiastiques ou notariés. Analysant quinze cents affaires et se livrant à l'étude très fine des archives concernant la paroisse de Ribennes, ils ont pu reconstituer les généalogies et les stratégies matrimoniales sur trois siècles, XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles. Mais ils ont aussi pratiqué l'enquête de terrain, ce qui les a aidés à montrer que la parenté en Gévaudan est « affaire importante », qu'elle se définit aussi bien par les femmes que par les hommes et que, si des stratégies de filiation et de transmission sont tout à fait perceptibles, elles échappent au discours local : on n'en parle guère, en Gévaudan comme ailleurs. Il fallait donc en chercher les mécanismes en croisant toutes les archives disponibles.

4Ils ont pu ainsi établir que pour les parents du Gévaudan l'essentiel était d'assurer une bonne transmission du bien familial, de l'ousta, en désignant un héritier unique, garçon ou fille, aîné ou cadet, et en veillant à ce que son mariage soit le meilleur possible et à ce que les autres enfants soient dotés, chaque fois qu'on le pouvait, et, sinon, sacrifiés. Ils ont aussi admirablement montré que ces mécanismes et ces stratégies se déroulaient dans un climat de violence psychologique ou sociale caractéristique de ce type de société marquée par la faiblesse du niveau de vie, voire par la pauvreté.

5À travers l'analyse fine des procès à laquelle ils se sont livrés, on sent bien que les juges ont beaucoup de mal à s'y retrouver dans ces affaires qui, presque toutes, relèvent d'une logique locale et familiale inconnue des services de police et de justice. Pendant toute la période étudiée, l'économie est restée fondée sur la production domestique et l'autosubsistance et il faudra attendre les premières décennies du XXe siècle pour que les hommes et les femmes de Lozère partent vers les villes et que la pression sur la terre commence à s'estomper, faisant diminuer de ce fait, les motifs de tension et de conflit. Ainsi s'achèvent, pour le Gévaudan comme pour le Vivarais ou le Velay, trois siècles au cours desquels les défis et les vengeances étaient intimement liés à l'alliance et organisés autour du couple : une insulte, une bagarre pouvait conduire au meurtre ou à une dénonciation conduisant le dénoncé devant les juges. Le fait, pour les hommes, de porter deux couteaux, l'un pour l'usage de la table et l'autre pour les ennemis, ne relevait pas seulement du symbolique, mais aussi du vécu.

6Tout au long des années suivantes on retrouve, dans une trentaine d'articles publiés ou co-publiés, les préoccupations principales de Pierre Lamaison concernant les stratégies matrimoniales et de succession, la notion de maison mais aussi la déprise des terres arables, les paysages ruraux ou encore la politique agricole. Il m'appartient d'insister particulièrement sur les pages qu'il a données en 1988 à la revue Études rurales, n° 110-112, intitulées : « la diversité des modes de transmission : une géographie tenace ». À une date que je ne saurais préciser, Pierre Lamaison vint me rencontrer alors que je dirigeais le Centre de recherches historiques de l'EHESS pour me proposer une recherche en commun. Il s'agissait, pour essayer d'aboutir à une cartographie des modes de transmission successorale, de procéder à une enquête nationale auprès des notaires ruraux. Plusieurs de nos collègues, anthropologues ou historiens étaient très sceptiques sur ce type de démarche, mais Pierre et moi décidâmes d'aller de l'avant. Un questionnaire de trente questions fut établi. Il comportait trois rubriques principales : le partage effectif en nature, le maintien de l'indivision, la transmission en totalité à un seul héritier avec versement de soultes. Il fut longuement testé avec lui dans mon séminaire et auprès de notaires intéressés par notre démarche. Alors que le questionnaire était fort long et détaillé, 378 réponses furent obtenues assurant une couverture départementale assez correcte, complétée par des enquêtes sur les départements non ou mal couverts, soit un total de 403 fiches.

7Nous avions, Pierre Lamaison et moi, la quasi certitude que la France successorale paysanne avait gardé les traits principaux de la diversité régionale d'avant 1789. La douzaine de cartes, qui accompagnaient l'article, montraient, de façon très nette, la permanence des comportements régionaux d'avant le Code civil, en dépit des transformations juridiques, économiques et sociales ; mais aussi la pérennité de la ligne de partage entre pays de droit écrit et pays coutumiers, même s'il existe de nombreuses variantes du principe égalitaire et des zones partiellement ou totalement inégalitaires en France du Nord ; tout comme l'utilisation de l'indivision au titre de solution temporaire en attendant que soient trouvées les « bonnes solutions » de dédommagement des co-héritiers. Les résultats de cette recherche validaient, au plan national, les résultats contenus dans une quinzaine de monographies régionales et soulignaient la réussite du « bricolage » du Code civil suffisamment souple pour pousser à l'égalitarisme, tout en permettant la variété des attitudes et des jurisprudences locales relevant de conceptions différentes de la parenté, de la famille, de l'exploitation et de la transmission des statuts et des biens.

8Il n'est pas possible d'achever ce rappel de l'itinéraire de Pierre Lamaison sans évoquer son évolution scientifique des toutes dernières années dont rend compte avec clarté sa bibliographie. Dès 1994 il avait conçu et réalisé sous sa direction une très originale Généalogie de l'Europe. De la préhistoire au XXe siècles, mais c'est surtout, à partir de 1997, qu'il est devenu un anthropologue des arts plastiques et de la création. C'est en lisant Le dévoilement, la nature de/et la création que l'on découvre un autre Pierre Lamaison, enquêteur auprès de groupes d'artistes internationaux, de critiques, de galeries, d'expositions et d'institutions. Ces recherches lui ont permis de « tenir » quand il était aux prises avec la maladie. Elles viennent de s'interrompre.

9Pierre, tu nous manques. Adieu l'ami !

Joseph Goy

Bibliographie de Pierre Lamaison

101977

11­ Parenté, patrimoine et stratégies matrimoniales sur ordinateur : une parenté du haut Gévaudan du XVIIe au début du XIXe siècles, Paris, Université Paris 5, thèse de 3e cycle de sociologie, sous la direction de Raymond Boudon, 1977, 328 f°

121979

13­ « Les stratégies matrimoniales dans un système complexe de parenté : Ribennes en Gévaudan (1650-1830) », dans Annales, économies, sociétés, civilisations, tome 34, n° 4, juillet-août 1979, pp. 721-743.

141980

15­ « Des foires et des marchés en haute Lozère », dans Foires et marchés ruraux en France.­ Études rurales, n° 78-79-80, avril-décembre 1980, pp. 199-230.

161981

17­ « Le référent et le face à face. D'un "ousta" à l'autre en Gévaudan, XVIIe-XIXe siècle », dans Parenté et alliance dans les sociétés paysannes.­ Ethnologie française, n° 4, tome 11, octobre-décembre 1981, pp. 339-342.

181982

19­ L'impossible mariage. Violence et parenté en Gévaudan, XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles, collection La mémoire du temps, Paris, Hachette, 1982 (réédition, 1987), 363 p. (en collaboration avec Élisabeth Claverie).

201983

21­ Ethnologie et protection de la nature. Pour une politique du patrimoine ethnologique dans les parcs naturels. Rapport au ministère de l'Environnement. Direction de la protection de la nature, Paris, Éditions de l'École des hautes études en sciences sociales, 1983, 67 p. (en collaboration avec Denis Chevallier).

22­ « En Gévaudan au temps de la bête : des affaires de famille », dans Géo-Magazine, n° 7, 1983 (en collaboration avec Élisabeth Claverie).

23­ « Le Village est-il un bon objet ethnologique ? », dans Annali Veneri, 1983 (en collaboration avec Élisabeth Claverie).

241984

25­ « L'anthropologie des sociétés européennes », dans Encyclopædia Universalis, 1984, pp. 434-438.

26­ « Anthropologie appliquée et anthropologie fondamentale », dans Ethnologie et développement.­ Nouvelles brèves, juillet-avril 1984, pp. 5-10.

27­ « "Adieu veaux, vaches..." Évolution de la paysannerie en Lozère à travers la production et la commercialisation des bovins (1985) », dans Économies des vivres. Transformations contemporaines des systèmes vivriers.­ Études rurales, n° 99-100, juillet-décembre 1984, pp. 135-156.

281985

29­ « Généalogies, alliances et informatique », dans Terrain. Carnets du patrimoine ethnologique, n° 4, 1985, pp. 3-14 (en collaboration avec M. Selz-Laurière).

30­ « La transmission des propriétés agricoles », dans Terrain. Carnets du patrimoine ethnologique, n° 4, 1985, pp. 91-92 (en collaboration avec Joseph Goy).

31­ « Entretien avec Pierre Bourdieu. De la règle aux stratégies », dans Terrain. Carnets du patrimoine ethnologique, n° 4, 1985, pp. 93-100.

32­ [dir.], Histoire des gens, Paris, Hachette, 1985 (co-direction avec Élisabeth Claverie).

331986

34­ « Un pieux enracinement. Le pouvoir en Lozère depuis l'Ancien Régime », dans Claude Henri BRETEAU et Nello ZAGNOLLI [dir.], Pouvoir, production, parenté, Paris, 1986 (en collaboration avec Élisabeth Claverie).

351987

36­ « Filiation et alliance », dans Isac CHIVA et Utz JEGGLE [dir.], Ethnologies en miroir. La France et les pays de langue allemande : essais, collection Ethnologie de la France n° 7, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l'homme, 1987, pp. 109-123.

37­ « Entretien avec Claude Lévi-Strauss. La notion de maison », dans Terrain. Carnets du patrimoine ethnologique, n° 9, 1987, pp. 34-39.

38­ « Note sur une cartographie des modes de transmission successorale de la France rurale deux siècles après le code civil », dans François LEBRUN et Normand SEGUIN [dir.], Sociétés villageoises et rapports villes-campagnes au Québec et dans la France de l'Ouest, XVIIe-XXe siècles. Actes du colloque franco-québecois de Québec (1985), Trois-Rivières, Université de Québec, 1987, pp. 57-62 (en collaboration avec Joseph Goy).

391988

40­ [dir.], La terre : succession et héritage. Actes du colloque Transmission du patrimoine et problèmes fonciers, 4-6 mai 1987, organisé par la Fédération des parcs naturels de France.­ Études rurales, n° 110-112, 1988, 408 p.

41­ « De la transmission à l'abandon », dans Pierre LAMAISON [dir.], La terre : succession et héritage. Actes du colloque Transmission du patrimoine et problèmes fonciers, 4-6 mai 1987, organisé par la Fédération des parcs naturels de France.­ Études rurales, n° 110-112, avril-décembre 1988, pp. 9-27.

42­ « La diversité des modes de transmission : une géographie tenace », dans Pierre LAMAISON [dir.], La terre : succession et héritage. Actes du colloque Transmission du patrimoine et problèmes fonciers, 4-6 mai 1987, organisé par la Fédération des parcs naturels de France.­ Études rurales, n° 110-112, avril-décembre 1988, pp. 119-175.

431989

44­ La déprise agricole. Réflexions à propos des parcs naturels. I Synthèse. II (1) Données et documents. Parc naturel des Vosges du nord. II (2 ) Données et documents. Parc naturel régional de Normandie-Maine, Paris, Fédération des Parcs naturels de France/Ministère de l'Agriculture, 1989, 69 p. (en collaboration avec Catherine Migault).

45­ « Aspects sociologiques de la transmission », dans Revue du droit rural, n° 169, 1989, pp. 7-9.

46­ « Des processus de déprise dans les zones agricoles fragiles : une évolution inexorable ? », dans Revue du droit rural, n° 176, 1989, pp. 377-384 (en collaboration avec Catherine Migault).

47­ « La Révolution, les paysans et la terre », dans Regards sur le foncier, n° 20, 1989, pp. 1-2.

48­ « Les formes de la transmission », dans Pierre BONTE et Michel IZARD [dir.], Dictionnaire de l'ethnologie et de l'anthropologie, Paris, Presses universitaires de France, 1989.

491990

50­ « Paysage et agriculture », dans Chambres d'agriculture, supplément du n° 790, 1990.

51­ « Une autre agriculture au banc d'essai », dans Parcs. Magazine de la Fédération des parcs naturels de France, n° 11, 1990, pp. 2-3.

521991

53­ « Quelle agriculture, dans quels paysages ? », dans Chambres d'agriculture, supplément au n° 785, 1991, pp. 5-6.

54­ « Les friches agricoles et la "déprise sociale" », dans Fondation de France, n° 65, 1991, pp. 8-9.

55­ « De nouveaux paysages au ministère de la Culture », dans Le Débat. Histoire, société, politique, n° 65, 1991, pp. 129-132 (en collaboration avec Y. Renaudin).

56­ « Les structures complexes ont-elles une unité ? », dans Françoise HÉRITIER-AUGÉ et Élisabeth COPET-ROUGIER [dir.], Les complexités de l'alliance. II : Les systèmes complexes d'alliance matrimoniale, Paris, Éditions des archives contemporaines (Ordres sociaux), 1991, pp. 227-269.

57­ [dir.], De l'agricole au paysage.­ Études rurales, n° 121-124, 1991, pp. 3-251 (co-direction avec Jacques Cloarec).

58­ « Les sociétés exotiques ont-elles des paysages ? débat présenté par Pierre Lamaison et Jacques Cloarec », dans Jacques CLOAREC et Pierre LAMAISON [dir.], De l'agricole au paysage.­ Études rurales, n° 121-124, 1991, pp. 151-159.

591992

60­ « Terrain : la mémoire des identités », dans Initiatives rurales, n° 11, 1992, pp. 36-37 (en collaboration avec António Guerrero).

61­ « Coopération et sciences humaines. Exemple d'enquêtes anthropologiques », dans Territoires, n° 326, 1992, pp. 43-49.

621993

63­ « La politique agricole », dans René CARRON [éd.], Pour une politique d'aménagement des territoires ruraux, collection Alternatives paysannes, Paris, Éditions L'Harmattan, 1993.

64­ « L'urgence », dans L'Administration, n° 159, 1993, pp. 22-23.

651994

66­ « Tous cousins ? De l'héritage et des stratégies matrimoniales dans les monarchies européennes à l'âge classique », dans Pierre BONTE [éd.], Épouser au plus proche : Inceste, prohibitions et stratégies matrimoniales autour de la Méditerranée, collection Civilisations et sociétés, Paris, Éditions de l'École des hautes études en sciences sociales, 1994, pp. 341-367.

67­ « Introduction », dans Organisation communautaire et individualisme dans le monde rural. Ethnologie du Portugal : unité et diversité, Paris, Centre culturel Calouste Gulbenkian, 1994, pp. 137-138.

68­ [dir.], Généalogies de l'Europe. De la Préhistoire au XXe siècle, Paris, Éditions Hachette, 1994 (réédition : Atlas de la civilisation occidentale : généalogie de l'Europe, Paris, France Loisirs, 1995).

69­ « Avant-propos », dans Pierre LAMAISON [dir.], Généalogies de l'Europe. De la Préhistoire au XXe siècle, Paris, Éditions Hachette, 1994, pp. 6-7.

70­ « De l'empire romain à nos jours, politiques et territoires », dans Pierre LAMAISON [dir.], Généalogies de l'Europe. De la Préhistoire au XXe siècle, Paris, Éditions Hachette, 1994, pp. 76-77.

71­ « La France 987-1500 : l'affirmation de l'autorité monarchique », dans Pierre LAMAISON [dir.], Généalogies de l'Europe. De la Préhistoire au XXe siècle, Paris, Éditions Hachette, 1994, pp. 104-107.

72­ « La généralisation des conflits : la guerre de trente ans », dans Pierre LAMAISON [dir.], Généalogies de l'Europe. De la Préhistoire au XXe siècle, Paris, Éditions Hachette, 1994, pp. 206-209.

73­ « La généralisation des conflits : la guerre de succession d'Espagne », dans Pierre LAMAISON [dir.], Généalogies de l'Europe. De la Préhistoire au XXe siècle, Paris, Éditions Hachette, 1994, pp. 210-211.

74­ « La généralisation des conflits : les successions de Pologne et d'Autriche », dans Pierre LAMAISON [dir.], Généalogies de l'Europe. De la Préhistoire au XXe siècle, Paris, Éditions Hachette, 1994, pp. 212-215.

75­ « Les arts et les sciences », dans Pierre LAMAISON [dir.], Généalogies de l'Europe. De la Préhistoire au XXe siècle, Paris, Éditions Hachette, 1994, pp. 246-247.

761997

77­ Des trous dans le réel. Connections implicites, Paris, Éditions de l'École nationale supérieure des Beaux-Arts, 1997.

78­ Regards à travers les grilles et les monochromes. Quand l'identité de l'artiste contemporain tient lieu d'œuvre, Paris, École nationale des Beaux-Arts, 1997.

79­ « Le dévoilement », dans Études rurales, n° 145-146, 1997, pp. 35-43.

802000

81­ Le dévoilement. La nature de/et la création, Paris, Aya éditions, 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joseph Goy, « Pierre Lamaison (1948-2001) », Ruralia [En ligne], 09 | 2001, mis en ligne le 14 septembre 2002, consulté le 26 mai 2017. URL : http://ruralia.revues.org/253

Haut de page

Auteur

Joseph Goy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page