Navigation – Plan du site

Éditorial

Jean-Luc Mayaud

Entrées d’index

Mots-clés :

Editorial
Haut de page

Texte intégral

1Numéro deux de Ruralia... La revue de l'Association des ruralistes français existe bien (j'aime à citer, de mémoire, ces quelques mots de Marx : « la preuve du pudding, c'est qu'on le mange »). Mieux, devant l'accueil favorable réservé à la première livraison de Ruralia, le comité directeur a décidé de rendre immédiatement la revue semestrielle.

2Dix articles sont ici publiés, ainsi que dix résumés ou exposés de soutenance de thèses ruralistes. Le manque de place (en fait, la nécessité de rester dans les limites budgétaires fixées pour chaque livraison de Ruralia) nous oblige à reporter au numéro 3 la rubrique comptes rendus.

3Les articles ont pour objet commun une approche des cultures en milieu rural. L'ARF et l'Établissement national d'enseignement supérieur agronomique de Dijon (ENESAD) avaient abordé ce thème lors du colloque de Dijon, colloque qu'ils avaient co-organisé les 30 septembre, 1er et 2 octobre 1996. « Les cultures en milieu rural : inventions, usages, transmissions » avaient été abordées à travers quatre ateliers croisant ce thème dans une approche pluridisciplinaire, à la fois sociale, spatiale, thématique et inscrite dans une perspective historique : Cultures techniques et cultures économiques ; Cultures savantes et cultures populaires ; Cultures politiques et cultures des institutions ; Cultures du quotidien. Nous nous interrogions alors : Quelle est, aujourd'hui, la validité de l'assimilation des cultures en milieu rural aux cultures populaires ? Existe-t-il encore des différences dans les pratiques culturelles entre ruraux et citadins ? Était dressé le constat des évolutions rapides et contradictoires des cultures en milieu rural : mobilité géographique et sociale, brassage des groupes sociaux et des générations, impact des média qui provoquent un changement d'échelle dans les pratiques culturelles, suscitant de nouvelles représentations du rural et de l'urbain et posent en termes nouveaux le problème de l'accès des ruraux à la culture légitime. Les multiples imbrications entre cultures produites par le milieu rural et modalités d'accès aux biens culturels légitimes forment un réseau complexe de relations que nous ne pouvons réduire à l'opposition constitutive culture savante/culture populaire.

4Nous avons demandé à quinze des intervenants (pour dix textes nouveaux) de revenir sur le thème des cultures en milieu rural. Le sujet est loin d'être épuisé et il convient toujours d'examiner et de réexaminer les rapports que les ruraux entretiennent avec les différentes formes de culture à un moment où les changements d'échelle spatio-temporels et les moyens de communication jouent de la proximité et de la distance pour créer ou recréer une pluralité de formes de mobilité sociale et culturelle. Il est vrai que l'effacement et la réactivation des ancrages territoriaux font jouer à nouveau l'opposition entre le local et le national et conduisent à une redéfinition du local dans les systèmes culturels du passé et du présent. Ces voyages dans le temps et dans l'espace produisent des transferts et des chocs avec d'autres cultures, lointaines ou proches, en sorte que s'articulent sous forme de « bricolage » culturel des inventions, des transmissions, des emprunts ou des rejets. L'éclatement des cultures traditionnelles impose d'historiciser les connotations sociales et générationnelles des pratiques. Ainsi, le milieu rural se construit à travers ce va-et-vient permanent et complexe entre le local, le national et la mondialisation de la culture, et c'est de cette circulation que rendent compte quelques-uns des articles publiés. Reste que le milieu rural ne constitue pas un tout homogène ; la pluralité des cultures qui y sont présentes varie selon les espaces et les classes sociales en sorte que des liaisons transversales s'opèrent entre le rural et l'urbain, attestant une fois encore des liens entre culture urbaine et culture locale. Dès lors, de quelle manière des cultures plus spécifiques à tel territoire ou à telle classe sociale viennent-elles s'encastrer dans d'autres cultures venues d'ailleurs ? En dépit de leur apparent éclectisme, les dix articles de ce numéro de Ruralia constituent ainsi une première contribution à notre interrogation commune. Il convient donc de remercier les auteurs et Rose-Marie Lagrave, qui a accepté de participer à la coordination de cette livraison de notre revue.

5Les activités de l'Association des ruralistes français continuent. Le 22e colloque de l'ARF, co-organisé avec la Bergerie nationale, se déroulera à Rambouillet du 28 au 30 octobre : le programme est arrêté (voir le programme définitif dans la rubrique « Varia »), et tous sont priés d'en assurer la publicité ; un dépliant fixant les modalités pratiques ­ inscription, hébergement, horaires et itinéraires ­ est disponible au secrétariat de l'ARF. Deux « journées » régionales se tiendront dans les prochains mois. Celle de Rennes (responsable : Ali Aït Abdelmalek), le 25 novembre 1998, aura pour thème « La ruralité : regards croisés. Transformation de la réalité et de l'objet d'étude » (l'appel à participation figure dans le numéro 9 d'ARF-Info). Celle de Lyon (responsable : Jean-Luc Mayaud), co-organisée avec le Réseau européen et l'axe rural du Centre Pierre Léon, se déroulera au printemps 1999 et portera sur « Politiques agraires, politiques agricoles dans l'Europe du sud aux XIXe et XXe siècles ». La manifestation lyonnaise permettra, entre autres, de célébrer les trente ans de l'ouvrage de Pierre Barral, Les agrariens français de Méline à Pisani : publié en 1968, ce livre fait toujours référence. Activité éditoriale, encore, avec le prochain achèvement de la publication des actes du colloque de l'ARF « Les violences rurales au quotidien », qui rassemblent les papiers de la vingtaine de communicants qui ont remis leur texte après l oir revu. Enfin, le site Web de l'ARF est en préparation, malgré un léger retard dû aux difficulté techniques et juridiques de son hébergement. Élaboré et géré par Marin Dacos, il sera ouvert avant la fin de l'année civile. Mais d'ores et déjà fonctionne une « liste », qui permet à chaque membre de l'ARF d'être en contact direct interactif et de recevoir sur son ordinateur les informations concernant l'association et la revue. L'abonnement est gratuit, il suffit d'indiquer à Marin Dacos ses coordonnées de courrier électronique (Email) : son adresse est « Marin.Dacos@wanadoo.fr ».

6Reste à solliciter chacun de nos lecteurs. Ruralia en est encore à ses balbutiements, et l'aide de tous est indispensable : la rédaction attend des articles plus nombreux et souhaite que se manifestent davantage d'offres de collaboration pour les comptes rendus d'ouvrages et de manifestations ruralistes. Ruralia a également besoin de lecteurs en plus grand nombre. Or tous les adhérents de l'ARF ne sont pas à jour de leur cotisation et tous ne sont donc pas abonnés. Surtout, il est vital que chacun fasse l'effort d'abonner les bibliothèques, centres de recherche et institutions qu'ils fréquente ou auxquels il appartient. Une campagne d'abonnement à Ruralia est en cours : les prospectus sont disponibles au secrétariat de l'ARF ; un compte bancaire spécifique a été ouvert et l'informatisation des fichiers est en cours. Les aides sollicitées auprès du CNRS, du ministère de l'Agriculture et de celui de l'Éducation nationale, de la recherche et de la technologie, si elle sont obtenues, ne peuvent garantir seules la viabilité de notre revue. Comme son contenu, le sort financier de Ruralia est entre les mains de chacun.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Mayaud, « Éditorial », Ruralia [En ligne], 02 | 1998, mis en ligne le 01 janvier 1998, consulté le 23 août 2017. URL : http://ruralia.revues.org/25

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page