Navigation – Plan du site
Articles

Le processus de recomposition agricole : enjeux et défis pour le développement des localités rurales fragiles.

Le cas des milieux en restructuration de la région Chaudière-Appalaches au Québec
Majella Simard

Résumés

À l’instar des autres sociétés avancées, l’espace rural québécois a subi, au cours du dernier siècle, d’importantes mutations économiques. La recomposition du secteur agricole constitue certes, l’un des changements les plus importants que le Québec a connu depuis les 50 dernières années. L’objectif de cet article est d’identifier et de caractériser les principales transformations qui ont affecté l’activité agricole dans les localités fragiles de la région Chaudière-Appalaches. L’analyse, qui porte sur la période 1951-1996, est effectuée sur le base de quatre indicateurs : le nombre d’agriculteurs et les emplois reliés à l’agriculture, le nombre et la taille des fermes, l’écoumène et le capital agricole. Ce processus de restructuration a favorisé l’émergence d’une agriculture parallèle dont les retombées sont peu significatives pour les milieux en restructuration en raison des nombreuses difficultés auxquelles ils sont confrontés. En guise de conclusion, l’auteur propose quelques pistes de réflexion afin de réorienter l’agriculture dans ce segment de l’espace rural québécois. Elles concernent notamment le développement de nouveaux créneaux et l’élaboration d’une politique agricole orientée vers la correction des problèmes structurels de ces milieux fragiles.

Haut de page

Entrées d'index

Géographique :

Canada

Chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Le développement socio-économique des zones rurales occupe une place de plus en plus importante dans l’élaboration des politiques agricoles des pays de l’OCDE. Par ailleurs, force est de constater qu’il existe peu ou prou d’analyses approfondies des interrelations qui se manifestent entre le secteur agricole et l’économie rurale. Comment les mutations structurelles à l’œuvre depuis plus de 50 ans dans le secteur agricole se traduisent-elles dans les milieux ruraux fragiles ? Quelles ont été les conséquences de ces mutations ? Les politiques agricoles existantes sont-elles adaptées à la réalité et au contexte de ces milieux ? Les ressources agricoles peuvent-elles être mieux utilisées ? Ont-elles donné leur maximum de rendement ? Sont-elles en mesure de relancer l’économie des localités à problème ? Quelle place les petites localités occupent-elles dans la croissance économique globale ? Voilà autant de questions qui nourriront notre argumentation et qui serviront de fil conducteur à cet article.

2L’objet de la présente contribution est double. Il consiste, d’une part, à exposer la problématique du développement agricole dans les milieux en restructuration de la région Chaudière-Appalaches au Québec (carte 1) et, d’autre part, à proposer des pistes de solution afin de favoriser son expansion. Pour bien comprendre la dynamique agricole, il est nécessaire, au préalable, de connaître les structures agricoles et leur évolution. Les principaux éléments de la problématique agricole et agro-alimentaire des milieux en restructuration sont traités en trois points. Le premier est consacré à la présentation générale du territoire à l’étude. Le cadre physique, la qualité des sols, l’organisation spatiale et l’évolution de la population, la nature de l’économie, la composition des structures occupationnelles et la scolarisation sont successivement abordés sous l’angle des disparités régionales et intra-régionales. Afin de connaître les principaux facteurs d’évolution, ces différents éléments sont considérés par rapport à la localisation géographique et à un certain nombre de variables socio-économiques. Les principales manifestations de la restructuration agricole en Chaudière-Appalaches font l’objet du second point. Notre analyse, qui porte sur la période 1951-1996, est effectuée sur la base des variables suivantes : le nombre d’agriculteurs et les emplois reliés à l’agriculture, le nombre et la taille des fermes, l’écoumène agricole, le revenu et le capital agricole 1. Le cadre territorial retenu a été déterminé à partir d’une typologie élaborée en 1995 par le CRCD de Chaudière-Appalaches. Un indice global de développement, défini en regard d’un ensemble de variables socio-économiques 2, a permis de diviser la région en quatre grandes zones qui reflètent des écarts de développement considérables entre les différents territoires de MRC (municipalités régionales de comté). Ces zones sont respectivement constituées d’un secteur dit en restructuration (quintiles 1 et 2), d’un segment en développement (quintiles 3 et 4) et de localités dites développées (quintile 5, voir carte 2) 3. En raison de la faiblesse de leurs effectifs démographiques et/ou de l’absence de données, certaines municipalités n’ont pas été classifiées. C’est le cas de Saint-Hilaire-de-Dorset et du Lac-Poulin dans la MRC Beauce-Sartigan, de Saint-Jacques-le-Majeur-de-Wolfestown, Saint-Fortunat et Sainte-Anne-du-Lac dans la MRC de l’Amiante ainsi que Saint-Antoine-de-l’Isle-aux-Grues et du Lac-Frontière dans celle de Montmagny.

3Pendant des décennies, les forces externes et internes se sont mobilisées pour atteindre un modèle d’exploitation fondé sur une triple dynamique : intensification, spécialisation et concentration. Parce qu’il ne semble plus assurer ni la préservation à long terme des ressources agricoles ni la qualité des produits agro-alimentaires, ce modèle de type productiviste est de plus en plus remis en question. Parallèlement à cette triple dynamique, nous observons, depuis quelques années, l’apparition d’un phénomène nouveau qui tranche résolument avec le modèle dominant. Ce phénomène, qui se caractérise par l’émergence de nouvelles formes d’exploitations agricoles, se manifeste par tout un arsenal d’initiatives et de micro-projets qui témoignent du sens de la créativité, de l’imagination, de la participation et du fort sentiment d’appartenance qui animent les ruraux 4. L’émergence de cette nouvelle économie agricole éveille en nous un certain nombre de questions. S’agit-il d’un phénomène marginal, transitoire ou est-ce le signe d’une mutation profonde du modèle post-fordiste ? Ces micro-projets peuvent-ils contribuer à remettre sur les rails l’économie des milieux en restructuration ? Ne constituent-ils pas, à tout le moins, « le début d’un temps nouveau » pour ces territoires en difficulté ? La réponse à ces questions viendra clôturer le point deux.

4Enfin, les principaux enjeux et défis du maintien et des possibilités de développement de l’activité agricole dans les milieux en restructuration font l’objet de la section 4. Le développement de la pluri-activité et de la multi-fonctionnalité 5 constitue l’une des principales pistes de solution pour atténuer les disparités territoriales entre les milieux en restructuration et les espaces mieux nantis. Après avoir identifié les principales composantes et règles qui régissent le concept de multi-fonctionnalité, nous examinons les diverses possibilités de son application dans les milieux en restructuration. En ce qui concerne plus spécifiquement la notion de pluri-activité, une attention particulière est portée aux produits du terroir, à l’agro-tourisme ainsi qu’à la revalorisation de l’agriculture familiale. Nous concluons cette première partie en esquissant quelques lignes directrices en vue de l’élaboration d’un nouveau modèle de développement agricole orienté sur la correction des problèmes structurels des milieux en restructuration.

Présentation générale du territoire à l’étude

5En dépit de son statut de région centrale, le territoire chaudière-appalachien se caractérise par la persistance de nombreuses disparités propres aux milieux périphériques, notamment en ce qui concerne sa structure de peuplement et la nature de son économie. Dans cette région de peuplement ancien, l’occupation du territoire s’est d’abord effectuée le long de l’estuaire du Saint-Laurent pour ensuite gagner les vallées des rivières Chaudière et Etchemins où l’on retrouve les sols les plus fertiles. Le territoire se rattache à deux unités physiographiques. La première, le plateau appalachien, s’étire d’est en ouest. Elle longe la frontière américaine et occupe approximativement la moitié de la région. Son altitude moyenne se situe autour de 400 mètres et elle augmente graduellement depuis la plaine du Saint-Laurent vers les États-Unis. Elle regroupe la plus forte concentration des fermes laitières et porcines, bien que la qualité des sols diminue sensiblement au fur et à mesure que l’on avance vers l’intérieur des terres. Ces dernières, qui se sont développées sur des dépôts d’origine morainique fluvio-glaciaire ou alluviale, présentent des limitations très sévères liées soit à la pente, à la pierrosité ou aux mauvaises conditions de drainage, qui ne conviennent qu’à la production de plantes fourragères vivaces. De vastes superficies, situées plus au sud, sont même inutilisables et ce, tant pour la culture en général que pour la production de graminées. Des sols organiques et quelques marécages occupent les dépressions peu étendues mais fréquentes dans ce secteur. La seconde unité physiographique est constituée des basses-terres du Saint-Laurent. Formées par des sédiments argileux ou sableux qui se sont déposés sur le vieux socle ordovicien et que le retrait de la mer de Champlain a mis au jour, ces terres s’étendent, en s’élargissant de l’est vers l’ouest, entre le Saint-Laurent et les premières crêtes appalachiennes. Constitués d’une surface généralement unie, les sols de ces basses-terres sont visiblement étagés en forme de gradins en direction des plateaux. Il s’agit, pour l’essentiel, de sols lourds de nature geysolique dont les limitations sont relativement mineures en raison de leur consistance plastique et de l’imperméabilité de l’eau. C’est dans cette unité physiographique que l’on retrouve les plus grandes exploitations agricoles de la région.

Carte 1 : La région Chaudière-Appalaches dans le Québec méridional, ses MRC, ses chef-lieux

Carte 1 : La région Chaudière-Appalaches dans le Québec méridional, ses MRC, ses chef-lieux

6La région Chaudière-Appalaches est découpée en onze MRC (carte 1) lesquelles regroupent 171 municipalités 6. Elle couvre une superficie de 14 980 km2 qui abrite quelque 380 496 individus. Majoritairement urbaine (56,1 %), le tiers de la population se concentre dans les MRC Desjardins et les Chutes-de-la-Chaudière dont les densités par unité de surface représentent respectivement 201,8 et 180,2 habitants au km2. Un autre quart des résidents de la région se retrouvent dans les MRC Beauce-Sartigan et l’Amiante. Enfin, le reste de la population se distribue dans sept MRC à caractère rural. L’éparpillement de la population en de nombreuses localités et la dimension relativement grande de celles-ci compte tenu de leurs effectifs laissent entrevoir une population dispersée. La densité moyenne de la population est de 50,2 habitants par km2, ce qui place la région au 8e rang à l’échelle du Québec. Cette dispersion de la population a des implications majeures sur les formes d’aménagement, l’économie régionale et les fonctions.

7La structure hiérarchisée du peuplement a comme principale caractéristique d’être asymétrique et déséquilibrée. Ce déséquilibre tient à une organisation différentielle de l’espace et surtout à une répartition géographique inégale des villes. La faiblesse des densités humaines et la nature de l’économie ont empêché la formation de villes importantes. Ainsi, à l’instar de la plupart des régions périphériques du Québec, celle de Chaudière-Appalaches se distingue par l’absence d’un véritable pôle de développement capable d’impulsion et de polarisation économique.

8L’éloignement par rapport à la ville constitue une autre caractéristique de la structure de peuplement en Chaudière-Appalaches. Pour l’ensemble du territoire, la densité moyenne des localités par rapport à un centre de services de 2 500 habitants et plus s’établit à 15,5 kilomètres. Cette distance grimpe à 22,8 kilomètres pour les localités en restructuration par rapport à 13,2 kilomètres pour celles en développement et à 5,9 kilomètres pour les milieux dits développés. Ces chiffres témoignent de la très grande dispersion qui singularise les milieux en restructuration et, par conséquent, de la mauvaise polarisation de cet espace géographique. Certaines localités comme Lac-Frontière, Sainte-Lucie-de-Beauregard et Saint-Fabien-de-Panet, souffrent carrément d’enclavement géographique, parce que situées à plus de 48 kilomètres d’une petite ville.

9Mais ce ne sont pas seulement l’éloignement par rapport aux villes et la faiblesse des densités humaines qui distinguent la région sur le plan géographique. Il y a aussi son degré d’accessibilité, la dispersion de la population entre la partie agglomérée des localités (le village) et les rangs, l’éloignement des principaux axes de communication, l’étirement du tissu de peuplement et des constructions, la prédominance des espaces non bâtis, la longueur du réseau routier, la distance qui sépare les localités les unes par rapport aux autres, autant de facteurs qu’il importe de considérer dans l’élaboration d’une politique de développement rural.

10En dépit des nombreux éléments d’homogénéité qui caractérisent la structure de peuplement en Chaudière-Appalaches, celle-ci comporte également plusieurs particularismes locaux. Ces particularismes, qui contribuent à faire de chaque localité des entités spatiales fortement individualisées, ne s’expriment pas seulement du point de vie de la géographie. Ils se reflètent également au niveau de la démographie et de l’économie. Le tableau 1 est révélateur de la persistance des disparités qui se manifestent d’une part entre la région et la province et, d’autre part, entre les milieux en restructuration et la région.

Tableau 1 : Principales caractéristiques socio-économiques des milieux en restructuration en Chaudière-Appalaches en comparaison avec celles de la région administrative et de la province en 1996 7

Caractéristiques

Les milieux en

restructuration

La

région

Le

Québec

Évolution de la population (1971-1996)

-8,8

-5,1

18,4

Densité de population (par km2)

30,1

50,2

5,3

% de la population de 0 à 24 ans

33,4

34,5

33,7

% de la population de 65 ans et plus

15,1

11,9

11,2

% d’individus dont le niveau de scolarité est inférieur à la 9e année

36,7

24,3

18,1

% d’individus détenteurs d’un diplôme d’études universitaires

2,0

3,8

6,4

Taux d’activité

54,1

61,4

62,3

Taux de chômage

14,6

10,0

11,8

% des travailleurs du secteur primaire

17,8

10,3

3,7

% d’agriculteurs parmi la population active

9,8

6,2

2,5

% des travailleurs du secteur secondaire

42,5

35,0

26,1

% des travailleurs du secteur tertiaire

39,7

54,7

70,2

Revenu moyen des familles (en $)

35 218

43 557

49 261

% du revenu provenant d’un emploi

64,6

72,4

74,2

% du revenu provenant de transferts gouvernementaux

27,9

19,6

16,2

% du revenu provenant d’autres sources

7,5

8,0

9,6

11Les différences dans les structures occupationnelles et la répartition inégale de l’appareil de transformation et de services entre sous-régions et entre localités figurent parmi les principaux facteurs de disparités. L’exploitation des ressources naturelles (en particulier l’agriculture, les mines et la forêt) occupe une place importante dans la structure occupationnelle de la région Chaudière-Appalaches. Le secteur primaire occupe, en effet, beaucoup plus d’emplois (10,3 %) que la moyenne québécoise (3,7 %), ce qui témoigne incontestablement de la contribution des ressources au sein de l’économie régionale. Avec ses 11 250 travailleurs (qui représente 6,2 % de la main-d’œuvre active régionale), l’agriculture constitue le plus important fournisseur d’emplois en ce qui concerne la mise en valeur du potentiel biophysique. Les travailleurs du secteur primaire représentent un fort contingent de la population active au sein des milieux en restructuration 8. En général, ce pourcentage élevé n’indique pas nécessairement la présence de ressources exceptionnelles. Il ne reflète pas non plus une plus grande intensité en ce qui a trait à leur mise en valeur. Au contraire, il matérialise plutôt la faiblesse et la grande fragilité de l’économie. Il y a néanmoins quelques localités qui affichent une spécialisation dans un domaine particulier. Mentionnons, à titre d’exemple, Saint-Édouard-de-Lotbinière, Cap-Saint-Ignace, Saint-Adalbert, Saint-Raphaël-de-Bellechasse et Saint-Martin en agriculture, Saint-Zacharie et Sainte-Perpétue en forêt ainsi que Saint-Joseph-de-Coleraine et Disraëli dans les mines. Mais dans la plupart des cas, la forte proportion occupée par le primaire reflète en partie la faiblesse des autres grandes branches de l’activité économique.

Carte 2 : Regroupement des municipalités de la région Chaudière-Appalaches, par quintiles, selon leur indice de développement

Carte 2 : Regroupement des municipalités de la région Chaudière-Appalaches, par quintiles, selon leur indice de développement

12La région Chaudière-Appalaches se distingue par un secteur secondaire relativement dynamique. En effet, 35 % de la main-d’œuvre régionale occupe un emploi au sein de ce secteur d’activité comparativement à 26,1 % pour la province. Ce dynamisme est notamment attribuable à l’esprit d’entrepreneurship qui caractérise particulièrement la sous-région beauceronne. Située dans la vallée de la Chaudière regroupant les villes de Saint-Georges, Sainte-Marie et Beauceville, la Beauce connaît la plus grande proportion d’entreprises manufacturières du Québec. En fait, à l’exception de l’industrie du tabac, tous les secteurs d’activité y sont représentés. Par ailleurs, on remarquera, avec un certain étonnement, que le pourcentage des travailleurs du secondaire est plus élevé dans les milieux en restructuration que pour l’ensemble de la région, voire de la province. En réalité, une telle situation n’a rien de surprenant. Trois motifs peuvent la justifier. Premièrement, pour bon nombre d’individus, la transformation des ressources constitue un secteur refuge qui ne procure que des emplois saisonniers. Ainsi, dans bien des cas, les durées de travail sont ponctuées par de fréquentes périodes de chômage. Scieries, tourbières et petites entreprises opérant dans les secteurs des aliments, des boissons, de l’équipement agricole, de la transformation du bois constituent l’essentiel des activités. Ensuite, les emplois que génère le secteur secondaire sont généralement occupés en ville mais comptabilisés dans la localité de séjour. Enfin, des problèmes de définition des activités secondaires 9 et diverses lacunes inhérentes au recensement peuvent contribuer à augmenter la proportion des travailleurs du secondaire en faveur des localités de petite taille.

13De son côté, le secteur tertiaire souffre de nombreuses carences. Ce dernier ne représente que 54,7 % de la structure occupationnelle régionale par rapport à 70,2 % pour la province. Ces carences, dont l’ampleur devient particulièrement considérable dans les milieux en restructuration, résultent en bonne partie de l’inégale répartition des villes dans l’assiette socio-spatiale. En outre, une part importante des travailleurs de ce secteur d’activité occupe un emploi dans la région de Québec. Les activités du secteur tertiaire sont peu nombreuses dans les milieux en restructuration. Elles se limitent, de façon générale, aux principaux services de proximité de première ligne (école, dépanneur, salon de coiffure, garage, église, caisse populaire, bureau de poste). Seulement 39,7 % de la main-d’œuvre de cette catégorie de localités occupe un emploi au sein de ce secteur d’activité comparativement à 47,3 % dans les localités en développement et à 56,5 % dans celles dites développées. Dix municipalités ont plus de la moitié de leur population active affectée au tertiaire. Hormis Sainte-Lucie-de-Beauregard, Saint-Magloire-de-Bellechasse et Saint-Philémon, ces municipalités gravitent toutes autour d’une agglomération plus importante, qui procure l’essentiel des emplois en milieu rural. Ailleurs, la proportion des travailleurs du tertiaire exerce une fonction marginale dans l’économie locale, qui accueille davantage des emplois saisonniers, irréguliers et peu spécialisés liés aux ressources naturelles et au tourisme.

14Le revenu constitue un excellent indicateur pour mesurer le niveau économique d’une région. En 1996, le revenu moyen des familles de recensement, en Chaudière-Appalaches, se situe à 88,4 % de celui du Québec s’établissant à 43 557 $. Il passe graduellement de 35 218 $ pour les localités en restructuration à 42 713 $ pour celles en développement et à 4 650 $ pour les milieux développés. Les revenus moyens englobent toutes les catégories de revenus, y compris les transferts gouvernementaux. Ces derniers contribuent à donner une bonne image de l’ampleur des disparités qui prévalent en Chaudière-Appalaches. Ils permettent également de refléter la marginalité et la grande dépendance de l’économie. Alors qu’ils forment 16,2 % des revenus moyens des ménages québécois, les transferts gouvernementaux constituent 19,5 % revenus régionaux. Dans les milieux en restructuration, ils composent 27,9 % du revenu total.

15La région Chaudière-Appalaches apparaît nettement sous-scolarisée si on la compare à l’ensemble de la province. Cette sous-scolarisation se manifeste à deux niveaux. Premièrement, la proportion d’individus détenteurs d’un diplôme d’études universitaires n’atteint que 3,8 % contre 6,4 % pour le Québec. Ensuite, la région dispose d’un pourcentage relativement élevé d’individus n’ayant pas atteint le seuil de la 9e année. À ce chapitre, les milieux en restructuration apparaissent particulièrement défavorisés. En effet, plus du tiers de leur population ne détient pas de diplôme d’études secondaires. Par ailleurs, 32 localités, pour la plupart en restructuration, n’abritent aucun détenteur de diplôme universitaire. Cette sous-scolarisation est souvent le corollaire d’un autre phénomène, à savoir l’exode des jeunes provenant de ces milieux. Celui-ci, associé au vieillissement naturel de la population, contribue à affaiblir la structure sociale et à imposer un surcroît de travail à ceux qui investissent temps et énergie pour le maintien de leur communauté. Fatigue, découragement et démobilisation sont autant de sentiments qui alimentent le syndrome du TLM (toujours les mêmes) dont souffrent de nombreuses organisations locales.

16Cette brève description de la région Chaudière-Appalaches, effectuée sous l’angle des disparités territoriales, traduit, dans une certaine mesure, la très forte hétérogénéité du territoire. Cette hétérogénéité, qui se caractérise par une multitude de paysages, de formes d’aménagement, de mise en valeur des ressources, d’activités socio-économiques et de niveaux de vie, commande l’élaboration de mesures de soutien spécifique à ces différents milieux de vie. Elle est aussi tributaire des nombreuses caractéristiques qui distinguent le semis de peuplement et l’économie régionale. À certains endroits, la persistance des disparités est telle qu’elle contribue à créer des zones de malaises chroniques. À d’autres, elles sont davantage attribuables aux fluctuations et aux aléas de la conjoncture nationale et internationale. Mais qu’elles soient d’ordre structurel ou conjoncturel, de telles disparités pèsent lourdement sur l’avenir de certains milieux, particulièrement en ce qui concerne les milieux en restructuration.

Caractérisation et principales mutations du secteurs agricole dans les milieux en restructuration

17L’agriculture dans la région Chaudière-Appalaches est très diversifiée tant sur le plan des productions, du potentiel agro-écologique, du genre de fermes, des revenus qu’elle génère que de la superficie des terres en culture. Cette diversification, si elle comporte de nombreux aspects positifs, est également la cause des disparités criantes que l’on observe entre les différentes sous-régions du territoire. Par exemple, l’agriculture pratiquée sur les terres fertiles qui longent d’une part, l’estuaire du Saint-Laurent entre l’Islet et Lotbinière et, d’autre part entre les rivières Chaudière et Etchemin contraste éloquemment avec celle que l’on retrouve plus au sud sur les terres vallonnées et accidentées du plateau appalachien.

Graphique 1 : Répartition des fermes, par type de productions, dans les différentes catégories de localités de la région Chaudière-Appalaches en 1996 10

Graphique 1 : Répartition des fermes, par type de productions, dans les différentes catégories de localités de la région Chaudière-Appalaches en 1996 10

18En 1996, le nombre d’exploitations agricoles dans cette région s’élevait à 6 792, soit 18,9 % de l’ensemble québécois. Quatre MRC concentrent plus de la moitié des fermes régionales. Il s’agit de Bellechasse (1 001 fermes), Lotbinière (953 fermes), l’Amiante (849 fermes) et la Nouvelle-Beauce (821 fermes). La MRC de Bellechasse, qui inclut les municipalités de Saint-Lazare et de Saint-Léon-de-Standon, forme l’épine dorsale de la production agricole en Chaudière-Appalaches. L’agriculture à temps partiel compte pour environ le tiers des exploitations.

19Avec ses 9 480 615 entailles qui se partagent 2 666 érablières, l’acériculture constitue de loin la principale production agricole en Chaudière-Appalaches. Celle-ci se retrouve principalement dans les milieux en restructuration où l’on dénombre quelque 897 érablières (graphique 1) mais aussi en Beauce, soit plus précisément dans les MRC de l’Amiante (2 177 595 entailles), de Bellechasse (1 303 953 entailles) et de Beauce-Sartigan (1 283 927 entailles). Elle constitue l’ossature économique de nombreuses localités telles que Saint-Gervais, Saint-Victor-de-Tring, Saint-Honoré, Saint-Sylvestre, Saint-Éphrem-de-Beauce, Sainte-Marie, Saint-Aubert et Saint-Elzéar, qui comportent toutes plus de 50 érablières, lesquelles représentent 1 112 114 entailles, soit 17,2 % du potentiel régional. Par ailleurs, cette production ne procure que 38 965 000 dollars, ce qui ne correspond qu’à 4,2 % des revenus agricoles régionaux. Ce maigre niveau de revenu s’explique notamment en raison du caractère saisonnier de ce secteur d’activité ainsi que par le faible degré de transformation du sirop d’érable. Bien que les progrès technologiques aient considérablement amélioré quantitativement et qualitativement la production au cours des dernières années, les marchés restent saturés et se limitent presque exclusivement à ceux du Québec, d’une partie de l’Ontario et à l’industrie agro-alimentaire du nord-est des États-Unis. Une deuxième, voire une troisième transformation de ce produit, constituent une condition sine qua non à la pénétration des marchés tant régionaux que mondiaux.

20Au chapitre des autres productions, l’élevage de vaches laitières occupe le second rang, et ce tant à l’échelle de la région (2 067 fermes) qu’à celle des milieux en restructuration (425 fermes). Par ailleurs, des disparités énormes persistent entre les parties nord (qui concentre l’essentiel de la production) et sud du territoire. Cette dernière a vu son cheptel diminuer considérablement entre 1986 et 1996. En outre, cette diminution s’est accompagnée d’une relative stagnation de la productivité alors que celle-ci augmentait dans les MRC du littoral. Des disparités considérables persistent au plan géographique pour ce type de production. Ce sont dans les localités développées (609 fermes) de la MRC de Bellechasse, plus précisément à Saint-Gervais (66 fermes), Saint-Bernard (59 fermes) et Saint-Henri (58 fermes), où les fermes laitières sont les plus nombreuses. On en dénombre en moyenne 27 dans cette catégorie de localités comparativement à 15 pour celles en développement et 7 pour les milieux en restructuration. Les municipalités à vocation laitière forment un espèce de « triangle d’or » dont la base se retrouve dans la partie nord de la MRC de Bellechasse et le sommet dans celle de la Nouvelle-Beauce. Ces deux MRC tendent de plus en plus vers un monopolisation de la production laitière, laissant une place toujours plus réduite aux MRC périphériques. Les fermes laitières ont tendance à se situer à proximité des petites villes et des marchés. Elles détiennent également les capitaux agricoles les plus élevés de la région ce qui en fait de véritables industries. Par ailleurs, 33 localités, pour la plupart en restructuration, n’en comportent aucune.

21L’élevage porcin constitue une production relativement importante au sein de l’économie agricole en Chaudière-Appalaches. Cette production, qui ne cesse de croître depuis les dernières années 11, n’est pas sans entraîner son lot de problèmes notamment au plan environnemental. Au nombre de 940, les fermes porcines occupent majoritairement le centre du territoire. Elles se concentrent surtout dans les localités dites développées de la Nouvelle-Beauce et de Bellechasse où elles représentent respectivement 35,4 % et 25,9 % des exploitations agricoles. À elles seules les municipalités de Saint-Bernard, Saint-Narcisse-de-Beaurivage et Pintendre assurent plus des deux tiers du volume de bêtes produit dans la région.

22La production bovine se taille la quatrième place à l’échelle de la région (1 507 fermes) mais la troisième à celle des milieux en restructuration (418 fermes). Ces fermes se distribuent principalement dans les MRC de Bellechasse (242 fermes), l’Amiante (239 fermes), Lotbinière (228 fermes) et de la Nouvelle-Beauce (205 fermes). Bien que cette production soit présente sur pratiquement tout le territoire, elle diffère considérablement en termes de productivité d’une MRC à l’autre et d’une localité à l’autre. Ainsi, elle est très intensive dans certaines municipalités situées au centre du territoire telles que Saint-Victor-de-Tring, Sainte-Marie et Saint-Bernard alors qu’elle revêt un caractère beaucoup plus familial au sud des MRC de Montmagny, l’Islet et les Etchemins. L’élevage de bouvillons, en Chaudière-Appalaches, représente 16,6 % de la production québécoise.

23La région Chaudière-Appalaches compte 385 fermes horticoles, ce qui représente 5,7 % des exploitations du territoire. En raison de la grandeur des fermes, de la qualité des sols et de la proximité des marchés urbains, l’horticulture se pratique de façon intensive dans plusieurs localités qui longent le littoral entre Saint-Jean-Port-Joli, à l’est et Lotbinière, à l’ouest. On remarquera sans grande surprise que cette catégorie de fermes a tendance à se concentrer dans les milieux à forte densité humaine, soit plus précisément dans la conurbation Bernières/Saint-Nicolas ainsi qu’à Saint-Charles-de-Bellechasse et Saint-Lambert-de-Lauzon. La proximité des marchés joue un rôle décisif dans ce type de production, confirmant ainsi la théorie de la productivité marginale de l’économiste allemand Von Thünen. Par ailleurs, l’horticulture se pratique de façon plus extensive dans certaines localités situées plus au sud de la région.

24Avec ses 51 fermes spécialisées dans l’élevage de poulets, la MRC de la Nouvelle-Beauce arrive bonne première en ce qui a trait à cette production. En effet, cette MRC concentre 38 % de la production régionale de poulet de gril. Cette dernière, qui a connu un léger ralentissement de ses activités entre 1981 et 1986, a enregistré une croissance significative (de l’ordre de 30 %) au cours de la décennie 1986-1996. Quoique relativement peu nombreuses, les fermes avicoles représentent 21 % des poules pondeuses de la province. Outre la MRC de la Nouvelle-Beauce, les fermes avicoles sont également omniprésentes dans le vieux comté de l’Islet, notamment à Saint-Damase. Un troisième noyau parsème le sud-ouest de la MRC Robert-Cliche. Bien que la région possède certains avantages comparatifs (coût inférieur des œufs d’incubation et des poussins) sur sa rivale ontarienne, différents facteurs liés notamment au prix de la moulée et de la main-d’œuvre, la faible proportion des quotas d’importation ainsi que divers irritants relatifs au système de mise en marché contribuent à affaiblir considérablement sa position sur le marché canadien. Au total, les milieux en restructuration ne renferment que 37 fermes avicoles.

25L’élevage de l’agneau représente une production relativement marginale en Chaudière-Appalaches. Seulement 88 fermes, soit 1,3 % des exploitations, se spécialisent dans cette production. Celle-ci, contrairement aux autres catégories de fermes, se distingue par une certaine dispersion des exploitations. En effet, seulement 15 localités possèdent deux exploitations ou plus alors que les 47 autres n’en renferment qu’une seule. Il s’agit, pour l’essentiel, de petits centres de services qui totalisent 15,9 % des fermes ovines. L’élevage de l’agneau se pratique également sur une base familiale et récréative dans la MRC de l’Amiante où l’on retrouve 21,6 % du cheptel ovin. On dénombre 27 exploitations dans les milieux en restructuration et 34 dans les localités dites en développement. La propagation de l’encéphalopathie spongiforme, les difficultés reliées à la mise en marché ainsi que la très forte concurrence néo-zélandaise sont autant de facteurs qui rendent les producteurs de plus en plus prudents et hésitants dans ce type d’élevage.

26Au total, précisons que la région détient le troisième rang à l’échelle des grandes entités administratives du Québec en ce qui concerne sa part de marché dans le secteur de la transformation agro-alimentaire (11 %) après celles de Montréal (31 %) et de la Montérégie (24 %).

La diminution du nombre d’agriculteurs et des emplois reliés à l’agriculture

27La régression du poids des agriculteurs dans la composition de la structure occupationnelle constitue l’une des principales composantes du processus de recomposition territoriale entamé depuis le milieu du XXe siècle. Le recensement de 1956 marque, en effet, une date butoir dans l’histoire socio-économique du Québec. Il laisse apparaître une nouvelle donne : la population rurale agricole, c’est-à-dire, celle qui vit sur les fermes, devient moins nombreuse en milieu rural que celle exerçant d’autres activités. Ce renversement de l’hégémonie de la fonction agricole dans l’espace rural a fait l’objet de nombreuses recherches qui en arrivent toutes à la même conclusion : celle d’un remodelage des milieux ruraux qui se manifeste, entre autres, par une diversification des activités mais aussi par un exode des régions rurales vers les zones urbaines, notamment lorsqu’il y a peu de possibilités d’emploi en dehors de l’agriculture.

28Les milieux en restructuration de la région Chaudière-Appalaches ne sont pas demeurés en marge de ce processus dont l’évolution a pris une ampleur insoupçonnée. Dans ce segment de l’espace rural, cette dynamique régressive a fait disparaître pas moins de 12 432 agriculteurs entre 1941 et 1956, ce qui représente une diminution de 83,5 % comparativement à 72,4 % pour l’ensemble de la région (tableau 2). Au total, 129 localités ont été affectées par la régression de leurs effectifs agricoles, 30 ont enregistré une croissance alors que 12 n’en comportent aucun.

Tableau 2 : Principaux indicateurs concernant l’évolution de l’agriculture dans les différentes catégories de localités de la région Chaudière-Appalaches en comparaison avec la province entre 1951 et 1996 12

 

Nbre agriculteurs *

Nbre fermes

Taille moyenne fermes (acres) **

Superficie totale terres (acres)

Superficie terres en culture (acres)

% terres en culture/ superficie totale terres

Capital agricole total fermes ($)

Capital agricole moyen (en $)

Localités en restructuration

1951

n

14 887

7 818

124,2

971 045

232 209

23,9

53 539 913

7 012

1996

n

2 455

2 019

202,0

407 807

114 660

28,1

438 294 775

214 222

1951-96

n

-12 432

-5 799

77,8

-563 238

-117 549

4,2

384 754 862

207 210

%

-83,5

-74,2

62,6

-58,0

-50,6

4,2

718,6

2 955,1

Localités en développement

1951

n

16 092

7 366

123,8

911 844

319 938

35,1

83 026 106

23 594

1996

n

4 855

3 024

202,9

613 713

236 534

38,5

949 472 475

310 543

1951-96

n

-11 237

-4 342

79,1

-298 131

-83 404

3,4

886 446 369

286 949

%

-69,8

-58,9

63,9

-32,7

-26,1

3,4

1 043,6

1 216,2

Localités développées

1951

n

7 757

3 403

109,6

372 935

146 816

39,4

42 832 145

12 830

1996

n

3 495

1 521

162,3

246 908

134 129

54,3

663 282 682

162 537

1951-96

n

-4 262

-1 882

52,7

-126 027

-12 400

14,9

620 450 537

149 707

%

-54,9

-55,3

48,1

-33,8

-8,6

14,9

1 448,6

1 166,9

Localités non classifiées

1951

n

1 571

647

140,0

90 574

27 616

30,5

7 343 839

10 646

1996

n

335

228

204,0

46 519

13 755

29,6

54 727 139

260 385

1951-96

n

-1 236

-419

64,0

-44 055

-13 861

-0,9

47 383 300

249 739

%

-78,7

-64,8

45,7

-48,6

-50,2

-0,9

645,2

2 345,8

Région Chaudière-Appalaches

1951

n

40 307

19 234

122,0

2 346 398

726 579

31,0

186 742 003

14 384

1996

n

11 140

6 792

193,6

1 314 947

499 078

38,0

2 105 777 071

288 868

1951-96

n

-29 167

-12 442

71,6

-1 031 451

-227 484

7,0

1 919 035 068

274 484

%

-72,4

-64,7

58,7

-44,0

-31,3

7,0

1 027,6

1 908,3

Le Québec

1951

n

289 230

134 336

50,5

6 786 405

5 790 359

85,3

1 399 363 121

10 417

1996

n

77 655

35 991

237,3

8 540 488

4 296 697

50,3

15 074 207 414

418 833

1951-96

n

-21 575

-98 345

186,8

1 754 083

-1 493 662

-35,0

14 934 271 093

408 415

%

-73,2

-73,2

369,3

25,8

-25,8

-35,0

977,3

4 010,7

29La dissolution des effectifs agricoles, provoquée par les contraintes nées du fonctionnement du système économique global, s’est particulièrement fait ressentir dans les parties sud des MRC de l’Islet, Montmagny et des Etchemins. Ainsi, le processus de concentration et d’intégration agricole a éliminé quelque 593 cultivateurs à Saint-Magloire-de-Bellechasse, 630 à Saint-Pamphile et 561 à Sainte-Germaine-du-Lac-Etchemin. Du même souffle, Aubert-Gallion (-634), Saint-François-de-Beauce (-482), Saint-Prosper (-476), Armagh (-442) et Sainte-Émellie (-442) emboîtaient également le pas de la dégringolade et ce, en dépit d’un meilleur potentiel biophysique. De fait, dans ces localités, l’agriculture contribue largement à préserver un capital rural, culturel et écologique. À quelques endroits, comme par exemple à Saint-Fabien-de-Panet (-419), Saint-Just-de-Bretonnières (-357), Saint-Théophile (-251), Saint-Joseph-de-Coleraine (-173) et Notre-Dame-du-Rosaire (-169), les diminutions ont été telles qu’il ne reste plus aucun agriculteur. Dans ces milieux à faible potentiel, l’agriculture n’est plus qu’un reliquat d’une activité passée.

30Les motifs qui ont conduit au retrait progressif de l’agriculture dans la composition de la structure socio-professionnelle au sein des milieux en restructuration sont nombreux et variés. Cependant, dans la plupart des cas, ce retrait est en partie imputable au changement de leur vocation économique. C’est notamment le cas de Saint-Aubert, Saint-Victor-de-Tring (une localité non classifiée mais qui possède tout de même les principales caractéristiques d’un milieu en restructuration), Saint-Pierre-de-Broughton et Saint-Adalbert, dont l’économie se tourne maintenant vers l’exploitation acéricole à des fins commerciales et industrielles. À d’autres endroits, qui ne sont pas nécessairement des localités en restructuration mais dont l’économie et le bilan démographique sont plus ou moins chancelants, la présence d’attraits naturels a favorisé l’essor de l’industrie touristique. Il en va ainsi, plus particulièrement, à Berthier-sur-Mer, Saint-Michel-de-Bellechasse, Sainte-Anne-du-Lac, Lac-Frontière, Lac-Poulin et l’Islet. Quelques localités telles que Saint-Joseph-de-la-Pointe-Lévy et Sainte-Hélène-de-Breakyville, se sont transformées en de véritables petits villages de banlieue en raison des phénomènes d’étalement urbain et de ruralisation. Certaines municipalités se sont résolument engagées dans un processus de tertiairisation de leur économie. Saint-Étienne-de-Lauzon, Saint-Lambert-de-Lauzon et Saint-Anselme font partie de cette catégorie. La présence de scieries et de petites usines de transformation du bois a permis de conserver un minimum d’activité économique à Tourville, Saint-Cyrille-de-Lessard et Saint-Martin et ce, malgré leurs problèmes de décroissance démographique et d’insuffisance de services. Enfin, d’autres comme Sainte-Apolline-de-Patton, Saint-Paul-de-Montminy, Saint-Luc et Saint-René ne sont pas parvenues à reconvertir leur économie. La médiocrité de la ressource agricole, en raison de la pierrosité des sols et des nombreux accidents topographiques, et le sous-emploi ont entraîné un exode massif de la population devenue majoritairement vieillissante et inactive. Ces municipalités présentent de sérieux malaises sur le plan socio-économique; malaises qui se doublent d’une marginalité géographique, vue en termes d’isolement, d’accessibilité aux services et d’éloignement des villes.

31En revanche, certaines localités, plus favorisées par la nature des sols, le climat et la proximité des marchés, comportent toujours un nombre relativement important d’agriculteurs. Ces localités se situent majoritairement dans les MRC de Bellechasse, Lotbinière et de la Nouvelle-Beauce dont le pourcentage d’emplois agricoles dans la composition de leur structure occupationnelle dépasse largement la moyenne régionale. Il s’agit, plus précisément, de Saint-Bernard (420), Saint-Nicolas (280), Saint-Isidore (275), Sainte-Marie (235) et Saint- Gervais (200) où l’agriculture domine toujours l’économie locale en tant que principale source de revenu et d’emploi. Seulement cinq localités dites en restructuration possèdent 100 agriculteurs ou plus. Il s’agit de Saint-Édouard-de-Lotbinière (130), Cap-Saint-Ignace (120), Saint-Adalbert (100), Saint-Raphaël-de-Bellechasse (100) et Saint-Martin (100). Hormis Saint-Adalbert, l’agriculture constitue le principal moteur de leur économie et une composante majeure de la vie sociale. Dans le cas précis de Saint-Adalbert, la forte proportion de la main-d’œuvre agricole reflète plutôt la précarité et le manque de diversification de l’économie. Cette réalité est aussi vécue par d’autres localités telles que Saint-Léon-de-Standon, Saint-Damase-de-l’Islet et Saint-Philémon.

32Enfin, les localités qui ont connu un accroissement du nombre d’agriculteurs entre 1941 et 1996 n’ont, pour la plupart, été ouvertes au peuplement qu’après 1941. Ailleurs, cet accroissement est imputable soit à la recrudescence du mouvement écologiste (agriculture à temps partiel), au développement de l’agro-tourisme, à l’essor de l’agriculture bi-familiale ou à des problèmes de recensement. Finalement, la progression de l’emploi agricole à Charny, Lévis et Saint-Georges est attribuable à la présence de nombreuses entreprises qui relèvent du secteur agro-alimentaire.

La régression du nombre de fermes versus l’accroissement de leur taille

33Une conséquence importante de l’évolution structurelle du secteur agricole est le déclin du nombre de fermes ; déclin qui s’est effectué en concomitance avec l’accroissement de leur taille et la contraction des surfaces cultivées. Le tableau 2 montre comment la taille moyenne économique et physique des exploitations agricoles dans les différentes catégories de localités de la région Chaudière-Appalaches a évolué au cours des 45 dernières années.

34Bien que considérable, la diminution du nombre de fermes a été moins importante dans la région (-64,7 %) que pour l’ensemble de la province (-73,2 %). Cette diminution est à mettre en relation avec l’adoption de machineries nouvelles de taille toujours plus imposante, qui réclament des superficies plus grandes afin de pouvoir être rentabilisées dans les meilleures conditions possibles. Ce sont les milieux en restructuration qui, une fois de plus, ont fait les frais de ce vaste processus de recomposition socio-territoriale. Sous l’effet de la modernisation de l’agriculture, ces derniers ont assisté à une perte de 5 799 fermes entre 1951 et 1996, ce qui représente une diminution de l’ordre de 74,2 % par rapport à 58,9 % pour les localités en développement et à 55,3 % pour celles considérées comme étant développées. La diminution des exploitations agricoles a été particulièrement perceptible dans les MRC des Etchemins (-1 940), Beauce-Sartigan (-1 869), Bellechasse (-1 537) et Lotbinière (-1 536). On dénombre 48 localités dont la déprise agricole a provoqué la disparition de 100 fermes ou plus. De ces 48 localités, 30 sont issues des milieux en restructuration. Cette déprise s’est traduite par la disparition de 305 fermes dans la seule municipalité de Saint-Pamphile. Shenley (-263), Sainte-Germaine-du-Lac-Etchemin (-224) et Saint-Prosper (-217) n’ont guère été épargnées par ce phénomène. Sur le territoire Chaudière-Appalaches, 23 localités ne possèdent aucune ferme. De ce nombre, 21 n’en ont jamais eu alors que les deux autres, en l’occurrence Shenley et Saint-Luc, ont perdu la totalité de leurs exploitations au cours de la période à l’étude. Le passage d’une agriculture familiale à une agriculture industrielle a eu pour conséquence de faire disparaître toute forme d’activité agricole dans ces deux dernières municipalités.

35À l’inverse, douze localités ont gagné quelque 292 exploitations agricoles entre 1951 et 1996. Pour l’essentiel, ces localités ont été peuplées au cours du dernier grand mouvement de colonisation, soit après 1951. Elles se dispersent, pour la plupart, aux quatre coins de la MRC de l’Amiante. Quelques-unes, principalement des érablières, se retrouvent dans la région beauceronne alors que les trois autres occupent respectivement les MRC Robert-Cliche, Montmagny et l’Islet. Ces trois MRC ont particulièrement profité du reflux de l’écoumène agricole, qui s’est effectué surtout à partir des années 1970, par la concentration des quotas laitiers dans quelques fermes regroupant leur production fourragère à haut rendement sur une proportion de plus en plus étroite de bonnes terres agricoles.

36Bien que le phénomène soit généralisé à l’ensemble de la région, la diminution du nombre de fermes ne s’est pas effectuée partout de la même façon ni avec la même intensité. Ainsi, dans bien des cas, nous observons que ce sont les plus petites qui ont disparu alors, qu’au contraire, les plus grandes ont augmenté à la fois en nombre et en superficie. À titre d’exemple, mentionnons que la taille moyenne des fermes dans les localités dont les pertes ont été supérieures à 150 exploitations entre 1951 et 1996 s’établit à 195,9 acres comparativement à 288,7 acres pour celles qui en ont perdu entre 50 et 99 au cours de la même période. Cela signifie qu’il y a eu consolidation des unités les plus productives, un certain remembrement dans les secteurs dotés des meilleurs potentiels et une ré-affectation des sols les moins bons et les moins bien situés. En dépit de cette dynamique, les comparaisons historiques du rythme de l’évolution du nombre d’exploitations laissent à penser que le déclin s’est ralenti au cours des années 1990, reflétant un ralentissement progressif de la tendance vers un nombre limité de grandes exploitations.

37La diminution du nombre d’exploitations étant plus rapide que la baisse des surfaces cultivées, la taille moyenne des fermes a progressé. Pour l’ensemble de la région, celle-ci est passée de 122 acres en 1951 à 193,6 acres en 1996. Cette évolution est cependant nettement inférieure à celle de la province dont la superficie a pratiquement quadruplé au cours de la même période. Cela confirme le rôle stratégique qu’a toujours exercé l’activité agricole au sein de la région Chaudière-Appalaches. En outre, elle est marquée par des différences considérables. Ainsi, à la lumière du tableau 2, nous remarquons que l’expansion des fermes dans les localités développées (48,1 %) et en restructuration (62,6 %) a été moins importante que celle que nous observons dans les municipalités dites en développement (63,9 %). Par ailleurs, ce dernier groupe comporte des fermes proportionnellement plus grandes (en moyenne 202,9 acres) que celles que l’on retrouve dans les deux autres catégories de localités citées précédemment (respectivement 162,3 acres et 202 acres). En fait, l’expansion de la taille moyenne des fermes n’a été supérieure à la moyenne provinciale (369,3 %) que dans une seule localité : Saint-Damien-de-Buckland qui se spécialise dans l’élevage de vaches laitières et de veaux de grain. L’une des principales raisons qui justifient une telle situation relève du fait suivant : les deux grandes productions agricoles de cette localité, qui s’appuient sur une alimentation fourragère, réclament de vastes superficies en culture. Par ailleurs, six localités soit Saint-Benoît-Labre (-1,7 %), Saint-Joseph-de-la-Pointe-de-Lévy (-18 %), Saint-Agapit (-80,5 %), Saint-Martin (-84,3 %), Sacré-Cœur-de-Jésus (-95 %) et Shenley (-156,1 %) ont enregistré des taux de variations négatifs. Il importe de préciser qu’à ces endroits, l’agriculture ne subsiste plus qu’à l’état résiduel.

38Un autre aspect important concerne l’évolution de la distribution géographique des structures agricoles de grande taille. Ainsi, alors qu’en 1951 ces dernières se disséminaient un peu partout sur le territoire chaudière-appalachien (avec peut-être une légère concentration dans la région de la Beauce), elles ont maintenant tendance à se situer beaucoup plus vers la partie nord-ouest de l’assiette socio-spatiale régionale. Signe manifeste du passage d’une agriculture diversifiée à une agriculture spécialisée, un tel déplacement est en partie imputable aux profondes mutations survenues au cours des cinq dernières décennies en ce qui a trait à la nature et aux modes de production agricoles. Pour survivre, les agriculteurs ont dû abandonner la polyvalence et se spécialiser dans un seul système productif. En outre, les producteurs qui se sont engagés dans un tel virage ont dû moderniser leur exploitation. Par ailleurs, la recomposition de la carte agricole régionale n’implique pas nécessairement une meilleure harmonisation entre les potentialités agricoles et les possibilités économiques. Cette reconfiguration a eu pour effet de libérer de bonnes terres, ce qui a favorisé l’accentuation des disparités territoriales d’où l’émergence d’une agriculture à deux vitesses.

39La diminution du nombre des exploitations agricoles s’est accompagnée d’une réduction des surfaces consacrées à l’agriculture, il s’en est suivi un phénomène de concentration de cette dernière dans les zones les plus propices à son expansion. Dans cette perspective, la question des avantages comparatifs devient essentielle. En bien des endroits, les deux manifestations précédentes se sont renforcées mutuellement, contribuant ainsi à l’accélération du mouvement de spécialisation régionale et, dans certains cas, à la mono-production 13. En fait, la concentration géographique et économique des fermes fait partie intégrante du processus de recomposition agricole. Chaque région tend à se caractériser par un certain type d’exploitation et l’on voit de moins en moins de grandes exploitations jouxter de modestes fermes de survivance. Ce processus remet en cause le maintien de la ferme familiale à dimension humaine. Qui plus est, il n’affecte pas seulement le secteur agricole. Il s’observe également dans les autres maillons de la filière agro-alimentaire. Dès lors, la concentration accrue de la distribution alimentaire a donné naissance à des géants détenant une part très importante de marché et un pouvoir d’achat très élevé. De nombreux facteurs influencent cette concentration à outrance. Ils concernent essentiellement l’introduction des nouvelles technologies, tant dans le domaine agricole que dans celui de l’agro-alimentaire ou des biotechnologies. Ces innovations technologiques se sont notamment caractérisée par la mécanisation et l’automatisation des fermes 14, la découverte de nouveaux procédés (la spectrographie, la cinétique enzymatique, la lyophilisation, la biologie moléculaire, la transgénèse, etc.), l’usage de plus en plus répandue d’antibiotiques, d’hormones de croissance, de fertilisants, d’engrais chimiques, la mondialisation de l’économie, la libéralisation des marchés, etc.

L’écoumène agricole

40L’accroissement de la taille moyenne des fermes s’est accompagnée de profondes modifications des superficies cultivées. La superficie totale des terres couvre 1 314 947 acres ce qui correspond à 34,1 % du territoire chaudière-appalachien et à 15,4 % de la superficie totale des terres de la province. Alors que cette dernière gagnait 1 754 083 acres de terres entre 1951 et 1996, la région en perdait 1 314 947 acres au cours de la même période. Cette contraction du territoire agricole, qui a affecté quelque 127 localités, s’est manifestée avec une plus grande acuité dans les milieux en restructuration. En effet, dans cette catégorie de localités, la superficie totale des terres a régressé de 58 % comparativement à 33,8 % dans les localités développées et à 32,7 % dans celles en développement. Les pertes ont été on ne peut plus significatives dans 22 autres localités dont les diminutions, en valeur relative, ont dépassé le seuil des 75 %. Les grandes cultures (blé, avoine, orge, céréales mélangées, maïs-grain, maïs d’ensilage, fourrages récoltés — à l’exception du maïs et la pomme de terre —) ont particulièrement été touchées par ce processus de recomposition.

41Par ailleurs, quinze localités ont accusé une expansion de leur périmètre agricole. On les retrouve dans la partie nord-ouest de la région. Les gains les plus substantiels ont été enregistrés à Saint-Damien-de-Buckland (14 728 acres) et à Saint-Méthode-de-Frontenac (13 095 acres). Ils représentent respectivement des augmentations de l’ordre de 65,9 % et 2 146,7 %. Dans cette dernière localité, cette expansion est attribuable à l’exploitation de nouvelles érablières totalisant 128 050 entailles.

42Si l’évolution des 45 dernières années se distingue notamment par la réduction du nombre de fermes et par une diminution du territoire régional occupé par celles-ci, la contraction des superficies en culture apparaît beaucoup moins spectaculaire 15. Le rétrécissement du domaine agricole régional (-31,3 %), pour cet indicateur, a pris sensiblement la même tangente que celle que l’on observe à l’échelle du Québec (diminution de 25,8 %) au cours de la même période. L’espace utilisé pour les cultures et les pâturages ne totalise donc que 38 % du périmètre agricole régional. Ce faible taux de mise en culture s’explique en partie par la nature des sols et la topographie. Il constitue également le signe manifeste d’une sous-exploitation des terres dont de vastes segments appartiennent aux marges agricoles en recul. C’est surtout dans la partie sud du territoire que la superficie des terres a régressé.

43Dans les milieux en restructuration, le domaine agricole en culture a décliné de 50,6 %, ce qui témoigne d’un abandon généralisé de cette activité, particulièrement dans les secteurs qui présentent un très faible potentiel. Les localités dites en développement et celles développées ont également été affectées par ce phénomène de contraction. Cependant, ce dernier a été beaucoup moins important dans ces deux catégories de localités (respectivement -26,1 % et -8,6 %) que dans les milieux à problèmes. Ce déclin masque toutefois de profondes disparités entre les diverses catégories de municipalités de la région. Au nombre de 37, il y a d’abord celles qui se sont distinguées par un accroissement de la surface des terres en culture. Règle générale, cet accroissement s’observe particulièrement autour des zones à forte production animale mais aussi végétale. Entrent dans cette catégorie différents sous-groupes d’entités. Dans un premier temps, il y a celles dont l’agriculture n’a véritablement commencé à se développer qu’après 1951. C’est le cas notamment de Beaulac, Robertsonville, Saint-Victor, La Guadeloupe et Saint-Julien. Ensuite, il y a celles qui se caractérisent par un essor considérable d’activités para-agricoles telles que l’agriculture verte, de loisir, à temps partiel, l’agro-tourisme, l’accueil à la ferme, etc. Des municipalités comme, par exemple, Saint-Adrien-d’Irlande et Kinnear Mill’s font partie de cette sous-catégorie. Un troisième sous-groupe est constitué d’entités qui possèdent un potentiel biophysique particulier et dont l’économie repose principalement sur l’agriculture, À cette fin, mentionnons les exemples de Saint-Bernard, Sainte-Agathe, Sainte-Émmelie, Saint-Gervais et Saint-Charles-de-Bellechasse. Enfin, nous retrouvons dans un quatrième sous-groupe des localités abritant des individus qui se définissent comme cultivateurs mais qui tirent une partie importante de leur revenu dans une activité non-agricole. Il s’agit, entre autres, de Saint-Henri, Cap-Saint-Ignace, l’Islet-sur-Mer, Bernières/Saint-Nicolas, Sainte-Louise, Honfleur et Saint-Joseph-de-Beauce.

44Mais pour la majorité des localités de la région, la dynamique évolutive de leur périmètre agricole s’est inscrite dans le sens du modèle productiviste dont la réussite dépend du processus de déstructuration qu’il induit nécessairement. La survalorisation de certains espaces a contribué à la disqualification de plusieurs autres en particulier de ceux dont le potentiel agricole est relativement limité. Des municipalités telles que Shenley, Saint-Léon-de-Standon, Saint-Louis-de-Gonzague, Saint-Pamphile, Saint-Prosper, Sacré-Cœur-de-Jésus, Saint-Martin et Saint-Évariste-de-Forsyth font partie de ces territoires fragilisés où un grand nombre d’exploitations et de bonnes terres ont été remplacées par la concurrence. En conséquence, l’agriculture n’y exerce plus qu’un rôle marginal au sein de leur structure d’emploi. Ailleurs, notamment à la périphérie des principales villes du territoire, le développement de l’urbanisation a accaparé des portions plus ou moins considérables de terres qui jadis étaient utilisées à des fins agricoles. À certains endroits, comme à Saint-Omer, Saint-Adalbert, Saint-Just-de-Bretonnières, Sainte-Sabine et Saint-Luc, ce sont les friches et les boisés qui sont responsables de la contraction du territoire agricole. Bien que le phénomène semble relativement marginal, il a particulièrement affecté le sud des MRC de Montmagny, l’Islet et des Etchemins.

45De manière générale, nous observons que la rationalisation de l’écoumène agricole entraîne une contrepartie : une plus grande mise en culture effective des terres dans chacune des exploitations et un agrandissement spectaculaire des superficies moyennes cultivées, particulièrement dans les localités où l’on retrouve les sols les plus fertiles. Ainsi, contrairement à ce que l’on constate à l’échelon provincial, le rapport entre la superficie totale des terres et celles effectivement mises en culture a augmenté de 7 % dans la région Chaudière-Appalaches au cours de la période 1951-1996. Cette augmentation est indicatrice d’une modernisation et d’une consolidation sans précédent de l’agriculture régionale. Ce sont les localités dites développées qui ont enregistré la plus forte augmentation (14,9 %). Cette dernière a même atteint les 4,2 % dans le segment constitué des milieux en restructuration comparativement à 3,4 % pour les localités en développement. Une seule catégorie, celles regroupant les municipalités non classifiées, présente un ratio négatif (-0,9 %) ce qui est compréhensible en tenant compte du fait que la plupart de celles-ci se situent en marge de l’écoumène agricole en recul.

46À l’échelon local, 91 localités se sont caractérisées par une évolution positive de leur périmètre agricole dont 32 font partie des milieux en restructuration. Ces localités peuvent être découpées en quatre grandes catégories. La première renferme 22 entités qui se localisent dans des MRC à fort potentiel agricole. En règle générale, l’agriculture occupe 20 % et plus de la population active locale. Une seconde catégorie se compose de municipalités très diversifiées quant à la nature de l’agriculture que l’on y pratique. Pour cette raison, nous l’avons subdivisée en trois sous-groupes. Le premier est constitué de localités dont l’économie repose essentiellement sur l’exploitation forestière. Au nombre de quinze, ces entités se distribuent un peu partout sur le territoire régional, bien que la majorité ait tendance à se retrouver sur les terres vallonnées des Appalaches. Quant au troisième, il comprend seize localités où l’agriculture marque fortement l’espace habité et constitue une importante composante de la vie socio-économique. Dans ces milieux, les travailleurs agricoles représentent 10 % et plus de la main-d’œuvre locale. On retrouve dans une troisième catégorie des localités où le secteur agricole est jouxté par d’importantes municipalités urbaines et des territoires pluri-fonctionnels. En raison de leur statut de ville ou encore de leur relative proximité par rapport à celle-ci, l’économie de ces 22 localités s’oriente davantage vers le secteur des services que vers l’agriculture. Par ailleurs, force est de constater que l’on retrouve dans ces milieux, plusieurs fermes horticoles. Enfin, une quatrième catégorie est formée de douze entités dont l’économie gravite principalement autour des activités de transformation. Dans ces milieux, l’agriculture n’a plus le caractère prédominant qu’elle avait par le passé. En somme, l’évolution positive du pourcentage des terres en culture traduit des caractéristiques relativement semblables en terme d’organisation spatiale, mais n’implique pas nécessairement une homogénéité socio-économique. En mettant en culture une fraction plus importante des terres qu’ils détiennent, les agriculteurs semblent faire un usage plus rationnel et, d’une certaine manière, plus efficace (dans le sens économique du terme), de la ressource agricole. C’est surtout la structure de peuplement, le relief, la topographie, la nature des sols, la proximité des marchés et certaines caractéristiques liées au climat telles que le nombre de jour sans gel, le régime pluvial, le bilan thermique et la quantité de rayonnement solaire qui servent de dénominateur commun, tout en constituant les principaux éléments de spécificité du monde rural agricole.

47Par ailleurs, 48 localités s’inscrivent en faux à cette dynamique. Quelques-unes, comme Kinnear Mill’s, Saint-Jean-de-Brébeuf, Saint-Adalbert, Saint-Séverin, Saint-Victor-de-Tring et Saint-Jacques-de-Leeds, comportent une proportion très élevée (supérieure à 30 %) d’agriculteurs. En revanche, ce fort pourcentage traduit davantage la médiocrité de l’économie locale qu’une mise en valeur intensive des ressources agricoles. D’autres, comme Sainte-Apolline-de-Patton, Saint-Prosper, Sainte-Perpétue, Saint-Zacharie et Saint-Cyprien Ouest, se situent à la périphérie de l’écoumène. Leur économie se tourne vers l’exploitation forestière. Elles présentent, pour la plupart, des niveaux de revenu très bas (en moyenne 38 105 $), Dans bien des cas, le secteur secondaire est faible et l’armature de services, réduite à la fourniture de biens de première nécessité. En occurrence, la forte spécialisation dans le primaire forestier apparaît comme la manifestation d’un sous-développement économique puisqu’elle présente en contrepartie des carences majeures dans les autres secteurs d’activités. Par ailleurs, trois autres se spécialisent dans l’extraction minière. Il s’agit de Disraëli, Irlande et Saint-Pierre-de-Broughton. Enfin, les autres se définissent soit comme des localités périurbaines, des petits centres de services ou des isolats qui se retrouvent en marge de l’écoumène. Mais dans tous les cas, l’agriculture imprime davantage sa marque aux paysages qu’à l’économie.

48En somme, le rétrécissement de l’écoumène agricole constitue un aspect pour le moins important du processus de recomposition en cours depuis les 50 dernières années. Cette situation est le résultat de l’intégration de l’économie agricole régionale au marché, qui disqualifie l’agriculture polyvalente au profit de l’agriculture spécialisées. Dans la section suivante, nous nous attardons sur une autre manifestation de ce processus, à savoir l’évolution du capital agricole.

Le capital agricole

49Le capital agricole est l’un des meilleurs indicateurs permettant de déceler l’ampleur des disparités agricoles qui prévalent dans les différentes catégories de localités d’une région. Ces disparités, nous l’avons vu, sont imputables à de multiples facteurs parmi lesquels la qualité du potentiel agro-climatique, les habitudes culturales, les politiques gouvernementales, les règles du marché et même certaines considérations d’ordre culturel, exerçant un rôle majeur sur la distribution spatiale des activités économiques.

50Si, en Chaudière-Appalaches, le revenu agricole a suivi des évolutions comparables à celles du revenu disponible par habitant depuis 1970, force est de constater que des disparités criantes se manifestent entre les différents types d’exploitations, les diverses catégories de localités et les productions. Ces disparités sont en grande partie liées à l’hétérogénéité en ce qui a trait à la dimension économique des fermes ainsi qu’aux effets des modes et des mesures de soutien des différentes productions, qui sont généralement proportionnels à cette dimension. En outre, elles ont tendance à s’accentuer en fonction de la réduction de la taille démographique des localités et de l’élévation en altitude.

51Ainsi, à la lumière du tableau 2, il apparaît que le capital agricole moyen des milieux en restructuration en 1996 ne correspond qu’à 51,1 % de celui de la province. Il s’agit d’un écart nettement supérieur à celui que l’on pouvait observer en 1951 (67,3 %). Cet élargissement des disparités, que l’on observe surtout au cours de la seconde moitié du XXe siècle, constitue un signe éloquent de déprise qui a particulièrement affecté les milieux en restructuration. En outre, un tel écart n’est pas sans refléter des différences majeures entre les genres de ferme, que l’on retrouve au sein de ce segment de l’espace régional. Seulement 17 localités, en Chaudière-Appalaches, disposent d’un capital agricole supérieur à celui de la province en 1996. Il s’agit de municipalités à très fort potentiel qui abritent majoritairement des fermes porcines et avicoles. Dans ces 17 localités, 22,8 % de la main-d’œuvre occupe un emploi relié à l’agriculture, ce qui témoigne incontestablement du rôle majeur de cette activité dans leur économie. Par ailleurs, certaines, comme Saint-Jean-de-Chrysostome (1,8 %) et Sainte-Marie-de-Beauce (4,2 %), comportent peu d’agriculteurs. Cependant, elles disposent de fermes imposantes dont la plupart sont dotées des plus récentes technologies 16. Pour cette raison, elles ont une très forte valeur capitalistique. En tête de liste, figurent les municipalités de Saint-Bernard, Saint-Nazaire-de-Dorchester, Saint-Elzéar, Saint-Henri, Saint-Ansleme et Saint-Patrice-de-Beaurivage, six entités dont le capital agricole moyen dépasse le cap du demi million de dollars. Soulignons qu’aucune des localités faisant partie des milieux en restructuration ne possède un capital agricole supérieur à celui du Québec. Ces derniers s’inscrivent dans une fourchette de capitaux qui s’établit entre 24,4 % et 97,5 % de la moyenne provinciale. Ce sont des ordres de grandeur qui expriment une très forte variabilité en ce qui concerne la tenure des fermes et la nature de la fonction agricole. En effet, dans ces milieux, cette dernière occupe soit une position très marginale à l’intérieur d’une structure économique diversifiée, soit une place plus importante dans une économie fragile. Quelques-unes, comme Saint-Janvier-de-Joly (398 172 $), Saint-Édouard-de-Lotbinière (392 867 $) et Saint-Octave-de-Dosquet (363 189 $) présentent des capitaux agricoles relativement élevés. Ceux-ci sont davantage attribuables à la qualité des sols qu’à leur position géographique. Ces municipalités se spécialisent principalement dans les productions porcines et bovines dont le rendement est directement proportionnel à leur taille.

52Mais de façon générale, la fragilité des milieux en restructuration se traduit notamment par la faiblesse de leur capital agricole moyen. Ce sont dans les MRC des Etchemins, l’Islet et Montmagny où la valeur des fermes est la plus faible. En effet, ces trois MRC renferment onze localités, pour la totalité des milieux en restructuration, dont le capital agricole moyen est inférieur à 140 000 $, ce qui ne correspond qu’au tiers de celui du Québec. Situées à plus de 300 mètres d’altitude, ces localités, en plus d’être de petite taille, présentent de faibles densités humaines 17. Elles se localisent loin des villes et des centres de services et certaines souffrent même d’enclavement et de problèmes d’accessibilité 18. L’activité économique y dépend non seulement de l’agriculture (qui exerce un rôle plus ou moins marginal), mais aussi de la forêt et des transferts gouvernementaux. Bref, elles constituent les parents pauvres d’une mauvaise conjoncture, d’une base d’emplois insuffisamment diversifiée et mal adaptée au contexte actuel et d’une localisation géographique dans un espace à l’économie anémiée, à forte dispersion de population et à dépeuplement rapide 19. La taille démographique des localités, la topographie, la nature de l’économie, le potentiel biophysique et certaines caractéristiques liées à la structure de peuplement apparaissent donc à la fois une conséquence de la qualité de l’économie agricole et un facteur économique. Elles sont une conséquence lorsque le dynamisme agricole se révèle créateur d’emplois ou encore une cause d’augmentation de la population. Elles sont un facteur économique dans la mesure où elles favorisent la création, la diversification et la spécialisation des activités agricoles. Bien que les fermes des milieux en restructuration soient généralement moins rentables que celles que l’on retrouve dans les localités en développement et dans celles dites développées, leur contribution à la richesse foncière est indéniable. Ainsi, huit localités parmi les 35 dont l’agriculture représente plus du tiers de l’évaluation foncière municipale font partie des milieux en restructuration.

53L’examen de l’évolution du capital agricole moyen sur une période de 45 ans fait apparaître le constat général suivant : les fermes à forte valeur capitalistique en 1996 figuraient également parmi les plus rentables en 1951 20. À ce constat général, viennent se greffer quelques exceptions. C’est le cas notamment de Saint-François-de-la-Rivière-du-Sud, Sacré-Cœur-de-Jésus, Saint-Nazaire-de-Dorchester, Saint-Henri, Saint-Narcisse-de-Beaurivage, Saint-Patrice-de-Beaurivage et Saint-Pierre-de-Broughton. De fait, ces municipalités ont considérablement amélioré leur position au cours de la période 1951-1996. Le pourcentage de variation moyen de leur capital agricole est de l’ordre de 9 207 % ce qui est plus du double de celui de la province. Cette amélioration substantielle est due à la disparition des fermes marginales qui a entraîné son corollaire, c’est-à-dire, l’agrandissement des fermes restantes. L’expansion de l’industrie porcine, l’essor de l’horticulture ornementale dans les localités agricoles situées près des villes et le développement du secteur agro-alimentaire ont également contribué à cette amélioration.

54Autre constat intéressant à signaler : ce sont les milieux en restructuration qui ont accusé l’augmentation la plus importante de leur capital agricole moyen et ce, toutes catégories de localités confondues, entre 1951 et 1996. À l’échelle de la région, on dénombre 51 localités dont la variation du capital agricole a été supérieure à la moyenne québécoise au cours de la même période. De ce nombre, 19 s’inscrivent dans les milieux en restructuration. Les fermes que l’on y retrouve constituent de véritables entreprises commerciales.

Émergence d’une nouvelle économie agricole et développement local

55Dans le but d’atténuer les effets de la déprise agricole, on a vu se développer une agriculture dite parallèle, qui se distingue par l’émergence de nouvelles formes d’exploitation (agriculture verte, de qualité, de loisir, à temps partiel, biologique, intégrée au développement local, etc.). Nous avons recensé quelque 771 produits et services relevant des secteurs agro-alimentaire ou agro-touristique dans la région Chaudière-Appalaches (tableau 3). De ce nombre, seulement 133 (soit moins du cinquième) sont issus des milieux en restructuration. Ce constat est en lui-même très révélateur de l’absence d’initiative, de dynamisme, d’entrepreneurship et de l’esprit défaitiste qui caractérisent ce segment de l’espace rural. Les problèmes de ces localités sont tellement nombreux qu’ils contribuent à annihiler toutes initiatives de développement. Ces dernières se heurtent à de nombreux obstacles : au plan structurel (ou exogène), anémie démographique, hétérogénéité sociale, particularités de la structure de peuplement, politiques gouvernementales, lois et mécanismes de l’économie, nature du potentiel biophysique, etc. ; au plan conjoncturel, évolution de la conjoncture régionale, nationale et internationale ; au plan local (ou endogène), défaitisme alimenté par l’esprit de clocher mais aussi par une approche d’assistance étatique paternaliste, perceptions négatives liées à ces territoires, absence de leaders et d’outsiders, etc.

Tableau 3 : Initiatives issues des secteurs agro-touristique et récréo-touristique dans les MRC de la région Chaudière-Appalaches en 2001 21

MRC

Localités en restructuration

Autres localités

Total de la MRC

n

%

n

%

n

%

Beauce-Sartigan

11

19,0

47

81,0

58

100

Bellechasse

11

13,4

71

86,6

82

100

Desjardins

0

0,0

25

100

25

100

L’Amiante

18

29,0

44

71,0

62

100

L’Islet

27

16,0

142

84,0

169

100

La Nouvelle-Beauce

0

0,0

72

100

72

100

Les Chutes-de-la-Chaudière

0

0,0

29

100

29

100

Les Etchemins

20

34,5

38

65,5

58

100

Lotbinière

9

14,1

55

85,9

64

100

Montmagny

33

28,4

83

71,6

116

100

Robert-Cliche

4

11,1

32

88,9

36

100

La région

133

17,3

638

82,7

771

100

56Les quelques micro-projets qui émergent de ces milieux en restructuration sont souvent très modestes, ponctuels et à faible valeur ajoutée 22. Par conséquent, ils peuvent difficilement faire contrepoids aux nombreuses difficultés liées notamment à l’insuffisance de services, à éloignement des villes, aux politiques gouvernementales sectorielles et centralisatrices, au dépeuplement, au sous-emploi chronique, etc.

Enjeux et potentiels spécifiques de développement agricole et agro-alimentaire

La multi-fonctionnalité et la diversification des activités agricoles

57La multi-fonctionnalité 23 nous apparaît une approche intéressante pour relancer l’agriculture dans certains milieux en restructuration. Ce constat général s’appuie sur un postulat élaboré par le Conseil agro-alimentaire de Beauce-Appalaches dans son Portrait et opportunités de développement du tourisme rural en région Chaudière-Appalaches 24 selon lequel l’entreprise agricole ne se définit pas uniquement par la seule fonction de production de matières premières alimentaires mais aussi par la fonction de commercialisation et de transformation des produits ainsi que par des fonctions sociales, territoriales, sociétales et environnementales : la fonction de production fournit au consommateur des produits sains et de qualité dont l’origine et les conditions de fabrication sont connues ; la fonction territoriale favorise une occupation dynamique du territoire dans une perspective de gestion et de préservation de l’espace, des paysages et des ressources ; la fonction sociale contribue au maintien de la population agricole et de l’emploi en milieu rural ; la fonction environnementale encourage la préservation et la sauvegarde de l’environnement dans une perspective de développement durable ; la fonction sociétale recherche l’équilibre via une meilleure répartition des richesses entre les milieux rural et urbain.

58À partir de ce postulat, il devient indispensable d’imaginer des fonctions et perspectives « nouvelle » pour relancer l’agriculture dans les milieux en restructuration en Chaudière-Appalaches. Ainsi, il importe d’encourager les exploitants à diversifier leurs productions ou leurs activités dans un objectif de lutte contre les disparités et pour le maintien de l’emploi rural : la réalisation de plusieurs activités complémentaires permet de mieux rentabiliser l’utilisation des terres. Mentionnons à titre d’exemples les productions locales, la transformation à la ferme, les saveurs locales, les fermes pédagogiques, agro-forestières, etc. Cet encouragement passe nécessairement par l’élaboration de mesures de soutien spécifiques aux problèmes géographiques, économiques, environnementaux et sociaux des milieux en restructuration ainsi que par l’octroi d’aides ponctuelles et individuelles portant sur les services collectifs aux filières de production (mise en place des produits AOC, certification, signes de qualités, valorisation fermière et directe, lancement d’activités touristiques et récréatives, nouvelles productions, marchés de proximité, etc.). « Il est temps que les exploitations qui peuvent en effet être considérées comme marginales du point de vue de la production de denrées soient considérées comme significatives du point de vue des services et des équilibres généraux » 25. En outre, la reconnaissance, par les différents paliers de gouvernement, de la multi-fonctionnalité de l’agriculture; reconnaissance qui doit se traduire par les aides financières (CTE) appropriées, comme par exemple la mise sur pied d’un fonds d’intervention spécifique aux milieux en restructuration qui prend en considération l’espace, le peuplement, les métiers et les filières dans une vision globale du développement.

Les nouvelles productions possibles

59Lors du colloque tenu en octobre 1999 au Lac-Etchemin et intitulé L’agriculture, un choix pour le développement de Chaudière-Appalaches, quelques spécialistes en sociologie et en économie agricoles proposaient huit grands créneaux potentiellement porteurs de développement. Il s’agissait de l’acériculture, l’élevage caprin à des fins laitières et fromagères, la culture de choux et de framboises de transformation, de lin de provende, du maïs nain, de seigle et triticale d’automne et de plantes médicinales. Ces productions devaient créer quelques 430 nouveaux emplois et générer un chiffre d’affaire de 13 millions de dollars. Des produits associés à une aménité rurale (paysage particulier, patrimoine culturel, ressources naturelles) et de nouvelles formes de mise en valeur des ressources locales peuvent être également développés à plusieurs endroits. Nous pensons notamment à : la culture de plantes sauvages comestibles (ginseng, quenouilles, carcajous, têtes de violon, bourgeons d’épinette et autres plantes indigènes) qui constitue un marché en pleine expansion (croissance annuelle de 35 % au Québec depuis 1998) ; la promotion des aménités des milieux en restructuration, particulièrement en ce qui concerne les filières « produits du terroir » et « produits de qualité » ; la revalorisation de l’agriculture familiale ; au développement de l’agro-tourisme (hébergement à la ferme, activités relatives à la découverte de productions locales, recettes et savoir-faire anciens, etc.) particulièrement dans les milieux situés à proximité des centres urbains ; l’élevage de cerfs rouges, d’oiseaux (bécasses, perdrix, faisans) et de petits gibiers généralement appréciés pour leur viande et qui s’allie facilement avec le tourisme (activité de chasse en enclos) ; la promotion du concept « table-champêtre » et des pâturages communautaires ; au développement de la ferme équestre dans les localités en restructuration faisant partie de la MRC de Lotbinière en raison de la situation géographique privilégiée de cette dernière.

60Le développement de nouvelles alternatives et de créneaux spécialisés orientés sur l’expansion d’une agriculture parallèle à haute valeur ajoutée ne sera possible qu’à condition que cette nouvelle offre soit arrimée à des politiques de soutien adaptées spécifiquement à ces milieux fragiles. Ces politiques doivent s’attaquer à la correction des problèmes structurels qui affectent les petites localités. Par conséquent, celles-ci doivent faire l’objet d’une attention particulière afin de pouvoir attirer l’activité économique. Cela exige d’abord une certaine prise de possession des ressources par ceux qui veulent en être les gestionnaires. L’élaboration d’une telle politique nécessite une difficile mais nécessaire concertation entre les différents acteurs impliqués en matière de développement rural. À plus long terme, elle implique l’ébauche d’un nouveau modèle de développement qui privilégie une approche intégrée de l’agriculture au niveau économique, social, sociétal, environnemental et territorial, dont l’objectif premier consiste à placer la personne humaine (et non les États) au centre des préoccupations en vue d’une meilleure distribution de la richesse collective. La recherche de ce modèle commande une nouvelle régulation de l’économie qui enlèvera au marché l’usurpation du piédestal qu’il occupe afin de le ramener à son rôle de service. Cette nouvelle approche prend appui sur la richesse des petits milieux et met en relation ceux qui désirent contribuer à leur développement (concertation). Il s’agit de partir de cette richesse pour créer de nouvelles activités relevant d’une approche plus éthique du développement. La création de ces activités, qui permettraient à la fois une inscription économique et une insertion sociale, exige toutefois un nouveau mode d’articulation entre la société civile et l’intervention étatique. Mieux adapté aux réalités locales, ce nouveau modèle pourrait dessiner les traits d’un monde plus juste, plus humain et plus solidaire.

* * *

61La restructuration agricole en cours depuis les 50 dernières années a contribué à accentuer les disparités et ce, à tous les échelons géographiques. Les milieux en restructuration ont particulièrement été affectés par cette dynamique en raison de leur grande fragilité notamment sur les plans démographique, économique et spatial et de leur vulnérabilité à l’égard de la conjoncture économique nationale et internationale. La logique de la rente foncière, qui s’est manifestée dans la production agricole, a contribué à l’élargissement de ces disparités. Celles-ci se traduisent d’un côté par la concentration des fermes, des capitaux et des facteurs de production dans les localités et les régions dotées de conditions biophysiques exceptionnelles et situées près des grands marchés et de l’autre, par l’émergence d’une agriculture parallèle dont les retombées sont davantage observables au plan socio-territorial qu’économique.

62Cette dynamique questionne la capacité de l’agriculture moderne à assurer un usage optimal du sol à potentialité agro-écologique et à répartir équitablement la richesse collective. Les orientations essentiellement productivistes prises par le secteur agricole depuis les 50 dernières années ne devraient-elles pas s’infléchir pour intégrer d’autres dimensions et ainsi mieux répondre aux attentes de la société ? De toute évidence, il appert que, dans son mode de fonctionnement actuel, le marché s’avère incapable d’assurer le rééquilibrage de la richesse. C’est pourquoi, une volonté politique s’impose. Cette volonté devra prendre appui sur des mesures de soutien efficaces et spécifiques aux milieux en restructuration afin d’encourager les initiatives qui émergent de ces milieux et de maintenir un minimum d’activité agricole pour une occupation dynamique du territoire.

Haut de page

Notes

1 Le capital agricole, au sens où l’entend Statistique Canada, comprend l’ensemble des terres, des bâtiments, de la machinerie, du matériel et de l’équipement agricole (y compris les véhicules servant au transport des passagers), du bétail et de la volaille. Il ne comprend pas les cultures récoltées ou stockées ni celles des intrants agricoles en main, ces engrais et les graines de semences.
2 Il s’agit du taux de variation de la population (1986-1996), du pourcentage de la population de 15 à 24 ans ne fréquentant pas l’école à temps plein, du pourcentage de la population de 15 ans et plus n’ayant pas atteint la 9e année, du pourcentage de la population de 15 ans et plus ayant un emploi, du taux de chômage pour la population de 15 ans et plus, du pourcentage des personnes n’ayant pas travaillé à plein temps toute l’année, du pourcentage des transferts gouvernementaux dans le revenu des ménages, du revenu moyen des personnes de 15 ans et plus ayant un emploi, de la fréquence des unités à faible revenu dans les ménages privés et du revenu moyen des ménages privés.
3 Les milieux en restructuration se concentrent principalement dans la zone appalachienne des MRC de l’Islet, Montmagny, les Etchemins et Bellechasse. Pour leur part, celles en développement se retrouvent, de manière préférentielle, dans la plaine du Saint-Laurent, dans les vallées des rivières Etchemin et Chaudière ainsi que dans la partie ouest du territoire. Elles englobent 39 % de la population régionale. Bien que cette catégorie de localité représente plus du double de celle des milieux en restructuration, elle est également aux prises avec de sérieux problèmes de décroissance démographique. Enfin, les localités de la zone développée longent le littoral de l’estuaire du Saint-Laurent. On en dénombre également quelques-unes dans les vallées de la rivière Chaudière. Cette zone est constituée de 35 localités qui correspondent essentiellement aux principaux secteurs urbains de la région excluant toutefois le pôle de Montmagny. Ce groupe renferme la plupart des entités situées sur la rive sud de Québec, l’axe urbanisé de la Beauce et les principales enclaves de la MRC de l’Amiante. Il totalise 42 % de la population régionale laquelle est en croissance continue depuis 1981.
4 Pour Bernard Kayser, ces caractéristiques constituent les principaux éléments de spécificité du monde rural. Une relecture de ses travaux démontre, à juste titre d’ailleurs, que la ruralité se distingue, d’un point de vue sociologique, par un mode de vie de ses habitants marqué par des rapports étroits à leur localité ainsi que par une identité et une représentation spécifique fortement connotées par la culture paysanne.
5 Nous désignons par pluri-activité (on retrouve aussi dans la littérature le terme « multi-activité »), une forme moderne d’adaptation et de diversification de l’exploitation agricole regroupant diverses activités (accueil des touristes, transformation à la ferme, agro-tourisme, etc.) généralement pratiquées par la même personne ou la même famille. Quant au concept de multi-fonctionnalité, il réfère à l’ensemble des contributions de l’agriculture à un développement économique et social considéré dans son ensemble, sa reconnaissance officielle exprimant la volonté que ces différentes contributions puissent être associées durablement et de façon cohérente.
6 Notre étude ne tient pas compte des regroupements municipaux réalisés après 1996, dernière année où les statistiques socio-économiques sur la base des subdivisions de recensement sont disponibles.
7 Sources : Statistique Canada,. recensements de 1971 et de 1996.
8 Cette proportion est encore plus élevée dans les autres catégories de localités. Ces dernières sont constituées d’entités territoriales qui possèdent les mêmes caractéristique que celles des milieux en restructuration (instabilité démographique, faiblesse des revenus, insuffisance de services, précarité de l’économie, etc.).
9 Il arrive par exemple que les activités reliées à l’acériculture fassent simultanément partie des secteurs primaire et secondaire.
10 Sources : Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec, fiches d’enregistrement des fermes, 2001.
11 Ce phénomène est notamment attribuable à la croissance de la demande européenne en raison de la fièvre aphteuse qui affecte une partie du cheptel porcin. En outre, plusieurs chaînes de restaurants spécialisées dans la préparation des côtes levées, qui s’alimentent habituellement au Danemark, se tournent maintenant vers les fournisseurs québécois pour assurer leur approvisionnement.
12 Sources : Statistique Canada, recensements agricoles de 1941, 1951 et 1996 et fiches d’enregistrement des fermes, MAPAQ, 2001. * Cette variable n’était pas disponible sur la base des subdivisions de recensement en 1951. Pour cette raison, nos données proviennent du recensement de 1941. ** Étant donné que notre analyse porte sur une longue période (1951-1996), il nous est apparu plus approprié, dans un but d’uniformité, d’utiliser le système impérial.
13 Des facteurs tels que l’amélioration des infrastructures, de la commercialisation et des voies de communication, qui ont fait progressé les échanges inter-régionaux, ont également favorisé la concentration des productions dans les régions avec l’avantage comparatif le plus important.
14 Nous pensons plus particulièrement à la mise en place des réservoirs laitiers réfrigérés et des salons de traite qui ont « révolutionné » la ferme laitière.
15 Ces dernières constituent d’ailleurs l’une des approches les plus couramment utilisées pour déterminer la taille réelle des exploitations.
16 À Saint-Jean-de-Chrysostome par exemple, on dénombre treize fermes qui se spécialisent dans l’élevage de vaches laitières. Ces fermes génèrent plus du tiers du revenu agricole de la MRC des Chutes-de-la-Chaudière pour cette production.
17 Leur taille démographique moyenne est de 936 habitants. Elle varie entre 394 à Notre-Dame-du-Roaire et 2 180 à Saint-Zacharie. Quant à leur densité par unité de surface, elle n’est que de 7,2 habitants par km2 ce qui indique qu’il y a relativement peu d’habitants eu égard à l’espace municipal disponible.
18 Leur distance moyenne s’établit à 22,6 kilomètres.
19 Hormis Saint-Zacharie dont la croissance de la population a atteint 64,5 % entre 1971 et 1996, ces localités se distinguent par une décroissance démographique soutenue au cours de la même période. Leur évolution fluctue entre –16,6 % à Saint-Eugène et –35,7 % à Notre-Dame-du-Rosaire.
20 Ainsi, parmi les 35 localités qui détiennent les capitaux agricoles moyens les plus élevés, 19 se retrouvent à la fois sur la liste de 1996 et sur celle de 1951.
21 Sources : SOLIDARITÉ RURALE DU QUÉBEC, Mémoire des terroirs. Étude pour un premier inventaire sélectif des produits du terroir, collection Études rurales, Nicolet, Solidarité rurale du Québec, 1999, 80 p. ; CONSEIL AGRO-ALIMENTAIRE BEAUCE-APPALACHES, Portrait et opportunités de développement du tourisme rural en région Chaudière-Appalaches, Saint-Georges, Conseil agro-alimentaire Beauce-Appalaches, mai 1997, 72 p. et annexes ; CONSEIL AGRO-ALIMENTAIRE BEAUCE-APPALACHES, Découvrez et adoptez les produits alimentaires de Beauce-Appalaches, Saint-Georges, Conseil agro-alimentaire Beauce-Appalaches, sans date, 234 p. ; Bernard VACHON, Les pages vertes du développement rural. Répertoire d’initiatives locales de développement en milieu rural, Série Ressource, Nicolet, Solidarité rurale du Québec, 1998, pagination multiple ; MINSTÈRE DE L’AGRICULTURE, DES PÊCHERIES ET DE L’ALIMENTATION DU QUÉBEC, Fiches d’enregistrement, 2001 (documents inédits).
22 Cette dernière n’apparaît généralement qu’aux stades de la transformation et de la distribution des produits.
23 Parmi les nombreuses définitions de la multi-fonctionnalité, nous retenons celle, toute simple, d’Henry-Hervé Bichat, ingénieur général du génie rural des eaux et de la forêt, en France, qui la définit comme « une réponse aux nouveaux enjeux posés à la communauté humaine par la gestion optimale de notre jardin planétaire dans une économie mondiale de plus en plus ouverte ». Henry-Hervé BICHAT, « Filière du progrès et multi-fonctionnalité », dans Pour, n° 164, 1999, p. 184.
24 CONSEIL AGRO-ALIMENTAIRE BEAUCE-APPALACHES. Portrait et opportunités de développement du tourisme rural en région Chaudière-Appalaches, Saint-Georges, Conseil agro-alimentaire Beauce-Appalaches, mai 1997, 72 p. et annexes
25 Edgard PISANI. Pour une agriculture marchande et ménagère, collection Monde en cours, Paris, Éditions de l’Aube, 1994, p. 105.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : La région Chaudière-Appalaches dans le Québec méridional, ses MRC, ses chef-lieux
URL http://ruralia.revues.org/docannexe/image/249/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Carte 2 : Regroupement des municipalités de la région Chaudière-Appalaches, par quintiles, selon leur indice de développement
URL http://ruralia.revues.org/docannexe/image/249/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Graphique 1 : Répartition des fermes, par type de productions, dans les différentes catégories de localités de la région Chaudière-Appalaches en 1996 10
URL http://ruralia.revues.org/docannexe/image/249/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Majella Simard, « Le processus de recomposition agricole : enjeux et défis pour le développement des localités rurales fragiles. », Ruralia [En ligne], 09 | 2001, mis en ligne le 01 décembre 2005, consulté le 24 octobre 2014. URL : http://ruralia.revues.org/249

Haut de page

Auteur

Majella Simard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page