Navigation – Plan du site
Articles

Du paysan à l’horloger. Histoire sociale d’un Faucigny pluri-actif (1850-1930)

Pierre Judet

Résumés

Loin d’être un archaïsme sans intérêt, la pluri-activité est omniprésente dans les campagnes françaises du XIXe siècle et du début du XXe siècle et sa pratique est souvent signe de dynamisme. La pluri-activité est une forme d’organisation économique et sociale complexe. Elle implique en effet chacun des membres d’un ménage, voire d’un front de parenté, juxtapose des activités marchandes ou domestiques et s’appuie souvent sur des liens entre des sédentaires et des migrants. C’est cette complexité même qui lui confère de la souplesse  et qui permet bien des reconversions. Mais la pluri-activité ne réduit pas à ces données matérielles, c’est aussi un art de vivre. Après avoir fait le point sur l’historiographie de la question, cet article examine le cas des paysans-horlogers de la vallée de l’Arve (Haute-Savoie) qui construisent peu à peu un véritable « système industriel localisé ».

Haut de page

Entrées d'index

Géographique :

Haute-Savoie

Chronologique :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1“ Il n’y a jamais eu de société rurale purement agricole ” écrit Henri Mendras 1. Pendant les “ trente glorieuses ”, la pratique de la pluri-activité a pourtant été négligée par les pouvoirs publics, les syndicats agricoles ou les chercheurs en sciences humaines. Cet oubli s’explique par le règne d’un certain ordre statistique, économique et social qui n’envisage chaque individu qu’à travers un métier unique et ses seuls revenus monétaires. Or, un certain nombre d’industries et de régions industrielles se sont constituées dans un milieu rural pluri-actif. C’est le cas de l’horlogerie-décolletage 2 du Faucigny 3. Longtemps négligés, ces exemples de développement sont aujourd’hui l’objet d’un intérêt nouveau et, pour les décrire, les économistes ont forgé des termes comme : “ districts industriels ” ou “ systèmes industriels localisés ” 4. Ce type d’évolution intéresse d’autant plus l’histoire sociale qu’il s’agit de processus de longue durée. Mais le poids des représentations et la grande diversité des situations compliquent singulièrement l’analyse de la pluri-activité. Je commencerai donc par tenter de revoir cette dernière question. Je poursuivrai la réflexion à travers l’évolution des pratiques pluri-actives des horlogers du Faucigny pour examiner enfin les transformations identitaires qui l’accompagnent.

La pluri-activité revisitée

2Si l’on définit la pluri-activité comme une configuration qui implique la diversité des activités économiques formelles ou non, l’organisation familiale du ménage à la parenté et les mobilités spatiales, alors, la pluri-activité est une découverte récente. À l’époque des “ trente glorieuses ”, l’agriculture a connu un tournant productiviste et professionnel. Pour se valoriser, cultivateurs et éleveurs se sont présentés par la voix de certaines de leurs organisations comme des agriculteurs, ce qui signifiait le rejet de l’état de “ paysan ”. Les institutions publiques les ont encouragés dans cette voie. Les banques ont fait de même. En effet, le comptable est bien en peine quand l’“ agriculteur ” achète une machine agricole avec son salaire d’ouvrier ou avec celui de sa femme employée : dans ces conditions, l’homme des chiffres se voit interdire le calcul des amortissements. Jusque dans les années 1970, la pluri-activité a été critiquée à la fois par les organisations agricoles et les organisations ouvrières ou professionnelles ; les pluri-actifs étaient en effet perçus comme des concurrents par les artisans, jugés peu combatifs par les syndicats ouvriers et pris pour des “ bricoleurs ” qui gèlent la terre par les agriculteurs professionnalisés. Quant à l’historiographie, fascinée par la question du développement et de ses conséquences sociales, elle a ignoré la pluri-activité. L’intérêt porté à la montée de la “ classe ouvrière ” au XIXe siècle a même assimilé la pluri-activité “ à un pur et simple phénomène résiduel ” 5. L’échec de grands projets de développements (Algérie), du système planifié (URSS), la disparition de pans entiers de grands ensembles industriels au cœur même de l’Occident développé (sidérurgie lorraine) ont mis en évidence la crise des macro-modèles productivistes. Au contraire, la réussite des pays du sud-est asiatique (Corée du sud), de la troisième Italie et des entreprises de la Silicon Valley ont déplacé l’attention vers le “ micro ”. Au même moment, les travaux de Franklin Mendels sur la proto-industrialisation ont relativisé la notion de révolution industrielle 6. À la fin du XXe siècle, globalement, se produit un renversement idéologique et le regard sur la terre, sur la ruralité et les paysans s’inverse, renforcé en ce sens par le développement d’une sensibilité écologiste. C’est dans ce contexte que la pluri-activité est réhabilitée. Les chercheurs découvrent d’abord que la pluri-activité est très répandue, la voient ensuite comme un “ signe et un moyen de vitalité de la société rurale ” 7 et l’inscrivent enfin au sein du processus de développement. Les sciences humaines et l’histoire en particulier appréhendent alors ceux qui vivent les transformations économiques comme des acteurs avec leurs façons de penser et, en s’écartant de la pure histoire économique, cette approche permet d’intégrer les acquis de l’histoire des “ mentalités ”. C’est qu’il y a dans la pluri-activité bien autre chose qu’un simple fonctionnement économique. Certes, les pratiques pluri-actives tiennent compte du marché, mais celui-ci est associé à des pratiques économiques non monétaires et les revenus qu’il procure peuvent être utilisés autrement qu’en fonction de stricts impératifs de rentabilité immédiate. En ce sens, la pluri-activité est un défi à la rationalité et à la technique triomphante 8. Mais cet ensemble d’activités lui-même ne peut se comprendre de façon isolée. D’une part, il est lié aux mouvements migratoires. L’on connaît l’importance des mobilités spatiales en milieu rural et l’on sait que les départs sont souvent loin d’être des ruptures 9. Dans certaines régions de montagne, non seulement l'émigration est structurelle, mais la vie même au village en dépend 10. Il s’agit, d’autre part, d’une collection d’activités associée à un certain fonctionnement qui ne peut se comprendre que dans le cadre d’une large parenté ; celle-ci se dévoile souvent en cas de migration. La distribution des tâches et des places à l’intérieur du ménage dépend à la fois d’une rationalité économique et de l’organisation familiale. Assez souvent, le fils travaille à l’usine dans le voisinage ou a émigré. C’est lui qui reprendra l’exploitation du père. Les journaliers sont particulièrement attentifs aux occasions qui se présentent. Ils glissent facilement du secteur agricole au secteur industriel. Ainsi la pluri-activité favorise-t-elle le maintien d’une forte population rurale, mais aussi celle des ménages étendus soumis à l’autorité paternelle. Selon Claude Mesliand, qui a étudié les paysans du Vaucluse, “ dans l’ancienne économie, la pluri-activité des agriculteurs était bien souvent une condition de l’existence de la famille. À la fois expression de sa cohérence sous l’autorité du père et contrainte imposée par la médiocrité du revenu principal assuré par le travail de la terre, elle concernait bien plus les membres de la famille que le chef de l’exploitation ” 11. La pluri-activité n’est donc pas un expédient ou un comportement passager, c’est un mode de vie des mondes populaires 12.

3Même si le terme de “ pluri-activité ” est employé depuis peu, l’association entre la terre et l’industrie a depuis longtemps suscité l’intérêt des observateurs sociaux conservateurs comme Frédéric Le Play. Pour eux, cette alliance a le grand avantage de permettre la pérennité de la famille traditionnelle rurale et patriarcale dans le monde industriel. Cette appréciation se retrouve sous des formes peu différentes au XXe siècle. Dans les années 1930, le Faucigny déjà largement industrialisé est désigné comme ce que pourrait être une société modelée par la doctrine sociale de l’Église formulée par Léon XIII et Pie IX. C’est ainsi que l’ouvrier-cultivateur de la vallée de l’Arve est donné en exemple de ce que devrait être le “ retour à la terre de l’ouvrier ” 13, gage de moralité et de stabilité sociale. Pourtant, quelques mois auparavant, le Faucigny était touché par une impressionnante vague de grèves. En 1942, Charles Devant écrit que “ les ateliers familiaux, [sont l’] expression du véritable artisanat, cher au Maréchal [...]. L'ouvrier travaille avec sa femme ses enfants et des voisins ; parfois même, un vieux grand-père ou une vieille grand-mère pousse la barre 14 dans les veillées d'hiver ” 15. Pour cet observateur, la longueur des journées de travail devient vertu et les décolleteurs-cultivateurs seraient “ sans souci de la journée de 8 heures qui se transforme souvent en journée de 24 heures, car chacun sait qu'il travaille pour la famille, et que l'on pourra peut-être demain, si l'on ne chôme pas, acheter une machine nouvelle et agrandir l'atelier ” 16. Cette vision de la pluri-activité conservatrice par nature ne va pas de soi pour plusieurs raisons. D’abord, la famille patriarcale n’est pas forcément la seule forme de famille. De plus, la mort peut briser de nombreux couples. En outre, la pluri-activité s’appuie sur un travail féminin qui peut donner à celles qui s’y adonnent une certaine indépendance. Se pose ensuite le problème de la définition de la famille. Si les sources nominatives nous incitent à confondre cette institution avec le ménage, la parenté est, en cas de migration par exemple, une réalité tout aussi prégnante que le foyer.

4Au XIXe siècle particulièrement, plus que la permanence de l’autorité du patriarche, ce qui frappe, c’est l’extension et l’infinie diversité de la pluri-activité dans les ménages populaires ruraux comme le montre l’article de Ronald Hubscher consacré à la pluri-activité dans le département de la Loire 17. Il s’agit d’un département à forte population et à agriculture médiocre. Ces campagnes connaissent pression démographique, morcellement et taille réduite des exploitations. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, outre le développement de Saint-Étienne et des villes qui entraîne l’essor de l’élevage et de nouvelles cultures, trois secteurs industriels — textile, métallurgie et mine — fournissent des emplois selon le mode de la fabrique dispersée ou par le travail centralisé. Ces opportunités donnent lieu à divers types d’implications dans la production manufacturière depuis le travail occasionnel dans l’industrie jusqu’à la rupture avec la terre. Mais en général, les paysans rejettent la condition prolétarienne. Certains acceptent l’intégration économique à l’univers de l’usine, mais tous repoussent l’intégration sociale et culturelle comme le montre l’importance des congés pris pour la moisson. De plus, la petite usine et l’atelier s’inscrivent sans dommage dans l’espace villageois. Le succès de l’activité complémentaire tient à son insertion dans le calendrier agricole et c’est la volonté de rester à la terre qui explique l’association entre le travail agricole et le travail industriel. Finalement, les activités nouvelles, loin de conduire toujours et directement à l’exode rural, entretiennent et accentuent le morcellement. Il y a fréquemment dans les pratiques pluri-actives une volonté de reproduire la société paysanne. C’est ce que souligne Yvon Lamy 18, à propos des paysans-ouvriers du fer de Dordogne. Dans ce cas, le travail du fer élargit à l’industrie les rapports qui lient le grand propriétaire aux paysans. En revanche, pour Rolande Trempé 19, l’industrialisation et même les luttes des paysans-mineurs de Carmaux ont transformé ces derniers en prolétaires. Récemment (re)découverte, la pluri-activité est une notion rétrospective, un concept savant jamais nommé par ceux-là même qui la pratiquent. Combinaison de plusieurs activités, “ osmose ”, “ amalgame ” 20, elle est difficile à saisir dans son intégralité et, quand elle n’est pas étudiée pour elle-même, périphérique en apparence, elle risque d’être déformée par le cadre dans lequel elle est approchée (agriculture, ruralité, migrations, industrie, famille, etc.). Pour aborder la pluri-activité, les historiens de l’époque contemporaine empruntent en partie leurs problématiques à l’histoire moderne, à la géographie, à la sociologie rurale et même à l’économie. Plus qu’une forme de résistance destinée à ne durer que le temps nécessaire à une adaptation, plus qu’une pratique destinée à disparaître avec celui qui la vit, la pluri-activité est souvent abordée comme “ une stratégie de maintien ” 21. Elle peut être aussi considérée comme susceptible d’inventer une organisation nouvelle, ce qui explique alors pourquoi des journaliers deviennent petits propriétaires ou exploitants fixes 22. C’est que les pluri-actifs ne se ressemblent pas tous et il y a chez eux matière à classement et à comparaisons. Ainsi Jean-Luc Mayaud 23 distingue-t-il la pluri-activité du paysan et de l'artisan autosubsistants, les travaux annexes des industries traditionnelles, l'établi paysan du domestic system, la ferme-atelier proto-industrielle et le paysan-ouvrier ou l'ouvrier-paysan.

5Toute étude qui veut prendre en compte la dimension pluri-active d’une population se heurte donc à plusieurs types de problèmes. S’il importe de suivre des individus sur un temps assez long pour mettre en relief des transformations dans lesquelles la dimension pluri-active est présente, ce suivi même est sujet à discussion. Si l’on reste dans un domaine thématique défini, une activité par exemple, on risque de perdre de vue ceux qui ne font que passer. Si l’on se contente de suivre, au fil du temps, les plus anciens dans l’activité, on risque de ne pas saisir les nouveaux venus et d’ignorer, de ce fait, d’importants transferts de technologie. Si l’on remonte au fil des généalogies, on risque de faire l’histoire de ceux qui restent c’est-à-dire, bien souvent, l’histoire des vainqueurs. Les pauvres et les exclus risquent donc d’être aussi des laissés-pour-compte historiographiques. La pauvreté est difficile à étudier car les pauvres, souvent privés de socialité, sont plus difficiles à saisir. Mais la pauvreté est aussi un “ envers obscur ”, l’envers de tel ou tel processus de changement et donc un “ bon endroit pour regarder ce qui se joue dans la lumière ” 24. Les difficultés ne s’arrêtent pas là, car on peut aussi qualifier de pauvres ceux qui ne rentrent pas dans le jeu de la modernisation et de l’élargissement du marché. Les phénomènes de mobilité compliquent également la tâche en même temps qu’ils montrent, quand on y prend garde, l’omniprésence de la pluri-activité. Ainsi, dans les ateliers de réparation des locomotives du PLM installés à Oullins, que l’on a longtemps considéré comme une forteresse ouvrière, le détail de certains parcours permet de comprendre, par exemple, comment des travailleurs embauchés comme manœuvres et apparemment fils d’agriculteurs, terminent leur carrière comme maîtres-ouvriers dans les métiers du bois. C’est que les individus en question sont originaires de Corveissiat, village de l’Ain dont la spécialité est le travail du buis, ce qui n’empêche pas ses habitants de se déclarer “ cultivateurs ” 25.

6C’est en essayant de tenir compte de toutes ces dimensions que j’ai construit mon travail sur les horlogers du Faucigny. J’ai d’abord choisi de privilégier trois communes : Cluses, la capitale d’activité et son centre d’impulsion, Scionzier, le gros bourg rural agro-industriel et Mont-Saxonnex, la commune de montagne pluri-active. Dans les deux premières communes, j’ai relevé tous les horlogers et ménages horlogers sur les listes nominatives de recensement, les actes de mariages et les fiches matricules pour constituer un fichier des horlogers. J’ai ainsi pu dresser une courbe des effectifs de l’industrie horlogère à Cluses et à Scionzier, ce qui m’a permis de mettre en évidence l’existence d’un noyau dur de main-d’œuvre. Cette base, enrichie par quelques sources complémentaires 26, a été recoupée avec les renseignements donnés par les sources-récits (rapports administratifs, associations, etc.). Enfin, j’ai écrit la biographie familiale — si possible sur plusieurs générations — d’une cinquantaine d’individus qui m’ont paru être les plus intéressants. Ces derniers ont été choisis en fonction de leur position dans la formation sociale, de façon à pouvoir approcher à la fois, les articulateurs, le noyau dur de la main-d’œuvre et ses marges. Mais, quelle que soit la catégorie dans laquelle je les ai classés, ils sont tous pluri-actifs, à des degrés divers, il est vrai.

Les formes multiples et mouvantes de la pluri-activité horlogère

7Comment de “ paysan ”, devient-on horloger ? Ces termes ont un sens apparemment banal, qui signifie le passage de l’agriculture à l’industrie. Ils cachent pourtant des réalités sociales en mouvement et des discours sur cette réalité sociale. L’industrialisation du Faucigny est un processus de longue durée qui se nourrit d’une pluri-activité multiforme. Si l’on étudie la formation sociale horlogère de la vallée moyenne de l’Arve à partir des individus qui la composent, on distingue divers stades du développement industriel horloger, mais aussi différentes configurations pluri-actives au sein desquelles l’horlogerie occupe une place plus ou moins importante. Pour les “ horlogers ”, cette place grandit au fur et à mesure que l’on avance dans le temps et que l’on se rapproche de Cluses, la petite capitale du Faucigny moyen.

8Introduite au début du XVIIIe siècle dans les montagnes du Faucigny par des migrants, l’horlogerie s’est rapidement répandue dans toute la moyenne vallée de l’Arve et a fait de Cluses sa capitale. Produisant surtout des pièces de mouvement pour les fabricants suisses, les horlogers savoyards ne réussissent pas à s’adapter à une demande en évolution et, au milieu du XIXe siècle, l’horlogerie du Faucigny est en crise. Routinière et dépassée, elle est menacée de disparition. C’est que, dans la seconde moitié du XIXe siècle, le rapport au temps des sociétés industrielles devient plus précis et la montre tend à devenir un objet quotidien. Pour répondre à cette demande nouvelle, les horlogers suisses s’efforcent de baisser leur prix et d’améliorer la qualité de leur garde-temps. Mais au lieu de concentrer leur production, ils conservent et accentuent même le caractère éclaté de leur fabrique en confiant les multiples activités de sous-traitance à des fournisseurs souvent très dispersés géographiquement. Ceci ne les empêche pas d’imposer de nouvelles exigences aux sous-traitants. Ceux de la vallée de l’Arve doivent donc trouver leur place dans le cadre d’une nouvelle division du travail, qui s’impose au sein d’une vaste nébuleuse horlogère étendue de Bâle à Cluses et de Neuchâtel à Besançon. L’horlogerie de la vallée de l’Arve doit donc se transformer. Or, elle n’est que l’un des éléments d’une vieille pluri-activité terrienne et l’horlogerie est l’un des moyens, essentiels pour certains, qui permettent de rester sur place. En d’autres temps, elle a sans doute permis à certains horlogers de s’enrichir et éventuellement d’acquérir de la terre mais la seconde moitié du XIXe siècle n’est pas très favorable à l’ancienne horlogerie. Ainsi, ceux qui disposent d’une certaine quantité de terre ou de possibilités de commerce sont plus à même de supporter les nombreuses crises qui frappent régulièrement l’horlogerie. En revanche, l’émigration touche en particulier les fils d’horlogers de Cluses qui ne disposent pas de ressources autres que l’industrie. La pluri-activité n’est donc pas toujours une affaire de pauvres. Dans le monde de l’horlogerie, la terre demeure une valeur essentielle, non seulement parce qu’elle est nourricière, mais aussi parce qu’elle permet d’obtenir et de fournir du crédit ; elle marque ainsi la place du “ propriétaire ” dans la société. On comprend alors que l’on évite de la diviser et que l’inégalité successorale soit même fréquemment avouée. L’horlogerie, on le voit, ne forme donc pas une catégorie économique en soi, mais la pratique du travail industriel dans le cadre d’une pluri-activité à l’ancienne a permis la transmission de savoir-faire susceptibles d’être réactivés.

9C’est la création d’une l’École d’horlogerie par l’État sarde et la municipalité clusienne qui relance l’activité. L’institution ouvre ses portes en 1849 et se développe rapidement. Les transformations politiques n’interrompent pas sa croissance, bien au contraire, puisqu’au moment de l’annexion de la Savoie à la France, l’État impérial lui promet son appui. Alors, la petite ville de Cluses se transforme progressivement en un centre horloger capable d’impulser une dynamique locale. Mais ce mouvement doit également beaucoup à l’arrivée d’“ horlogers ” ou de “ mécaniciens ” étrangers, souvent suisses, attirés par la présence de l’École. Peu à peu, les ateliers deviennent plus nombreux et certains se transforment en de petites usines hydrauliques mécanisées. C’est ainsi que s’opère une première reconversion : la production du Faucigny s’oriente vers la production de petites fournitures d’horlogerie et la vallée, autour de Cluses, tend à se spécialiser dans le pignon, les roues et les fraises nécessaires à leur découpe. Le Faucigny fourmille d’initiatives souvent modestes et c’est ce qui permet la réorientation et l’approfondissement d’une sous-traitance en cascade complètement immergée dans la société locale. Ainsi, l’industrie en développement use-t-elle des vieilles pratiques de crédit et s’appuie-t-elle sur de véritables fronts de parenté. C’est à ce moment-là que des horlogers venus de la montagne voisine viennent s’établir à Cluses. Comme ces horlogers recherchent à la fois de la terre, un atelier, des machines et un accès à l’eau, l’étude de leur installation permet de voir se déployer toute la complexité des pratiques pluri-actives. Celles-ci, souvent négligées par une approche globalisante du développement, ne peuvent être perçues et analysées que par une approche sociale fine, seule capable de mettre en valeur à la fois la pluralité des activités et leur distribution mouvante au sein de l’ensemble familial, la mobilité sociale et géographique, les pratiques successorales et de crédit. Parmi ceux qui affluent vers l’horlogerie nouvelle, on compte des membres de familles horlogères — “ fabricants d’horlogerie ” ou ouvriers —, des autochtones ou des étrangers, des riches et des pauvres. Parmi eux, certains ne font que passer tandis que d’autres sont là pour longtemps. Mais tous, quasiment, sont des pluri-actifs... chacun à sa manière. Le développement de l’industrie clusienne se traduit par l’introduction ou l’élargissement de la place de l’horlogerie dans une pluri-activité généralisée dont les diverses formes sont de plus en plus satellisées par l’horlogerie.

10Des “ propriétaires ”, des “ teneurs de livres ” ou des “ fabricants d’horlogerie ”, dont le capital a une dimension terrienne et locale marquée, et des horlogers-mécaniciens souvent d’origine helvétique, s’associent pour créer des usines hydrauliques mécanisées adaptées à la demande. Parmi les horlogers ou mécaniciens étrangers, certains viennent de régions connues par l’importance de leurs pratiques pluri-actives dont les migrations ne sont qu’un aspect 27. La greffe technique prend dans un monde rural déjà frotté d’horlogerie, habitué aux contacts, avide d’activités complémentaires : elle donne lieu à un impressionnant mouvement d’industrialisation “ sans capitaux ” 28. La terre, la famille, des réseaux de relations locales et une compétence que l’on acquiert parfois en cours de route, en tiennent lieu en grande partie et, très vite, la valeur des entreprises qui réussissent croît de façon considérable. Ainsi, le système de production évolue-t-il. L'ancienne fabrique n'est pas supprimée mais c'est l’usine et ses propriétaires qui remplacent le fabricant-établisseur dans la centralisation et la vente d’une bonne partie d’une production plus spécialisée et plus standardisée. L’usine domine le système productif mais elle ne fait pas disparaître l’atelier familial particulièrement développé hors de Cluses et en montagne. En effet, les diverses formes d’entreprises, petites et moyennes, sont complémentaires et, quand ils ne sont pas directement en liaison avec la Suisse horlogère, les ateliers sont souvent sous-traitants des usines.

11L’activité industrielle se dilate ou se contracte en fonction de la demande. Cette souplesse est largement due à une pluri-activité appuyée sur la terre. Mais la pluri-activité évolue et fait évoluer la société. Si en périphérie, et en particulier en montagne, un certain nombre d’horlogers peuvent utiliser l’argent gagné dans l’horlogerie pour acheter de la terre, il n’en est pas de même dans la vallée. Celle-ci est de plus en plus densément peuplée puisque c’est là que se trouvent les établissements industriels les plus importants. Pendant un certain temps, les pères souvent “ journaliers ” ou “ cultivateurs ”, envoient leurs enfants travailler en usine. Le développement de l’horlogerie déclenche aussi des migrations destinées à combler les vides creusés par son propre développement. Ainsi l’immigration de cultivateurs ou de journaliers est-elle fréquente 29 et l’horlogerie permet-elle le développement de chaînes de migrations marquées par la ruralité. Cependant, les enfants des derniers arrivés deviennent fréquemment, eux aussi, horlogers. Mais bientôt, la pluri-activité se renverse et, de secondaire pour les pères, le travail en usine devient principal pour les fils. Si, à côté des spécialistes et des hommes du métier, les entreprises horlogères les plus importantes emploient une masse d’horlogers instables, un nombre important d’ouvriers entrés jeunes dans l’industrie dans les années 1880 tend à s’y stabiliser. Dès lors, l’horlogerie n’est plus un simple élément de la pluri-activité, mais c’est l’horlogerie qui permet la pérennité de la pluri-activité. Ce renversement a son revers et les activités agraires compensent moins bien les variations du marché des pièces d’horlogerie. Or, la demande helvétique est d’autant moins régulière que certains fabricants du Jura produisent souvent eux-mêmes, à la machine, les pièces qu’ils achetaient à Cluses. Restent les migrations. Elles n’ont jamais cessé. Si chaque crise s’accompagne d’une poussée d’émigration, chaque période de prospérité voit les horlogers les plus compétents s’en aller monnayer leur valeur. Mais les départs ne sont pas sans retours et seule une étude des familles sur la longue durée peut montrer que le fils d’un artisan horloger, parti pour Paris vers 1870 en raison des difficultés de l’atelier paternel, revient dans la vallée de l’Arve quand les usines se sont développées. L’ensemble de ces mouvements parcourt plusieurs types d’espaces : la vallée, l’ensemble de la nébuleuse horlogère ou, hors de l’horlogerie, un espace transfrontalier qui englobe de grandes villes comme Genève, Lyon et Paris. Ainsi, même si elle reste largement pratiquée en montagne, la pluri-activité agraire est-elle de plus en plus difficile en vallée et vers 1900, la société du Faucigny horloger est proche du blocage. Sa “ souplesse ” a été surexploitée. Une mévente prolongée peut mettre à bas le souple mais fragile édifice.

12Les changements de structure au sein de l’organisation pluri-active recomposent la société en modifiant les rapports sociaux, ce qui ne va pas sans échecs et sans la marginalisation de laissés-pour-compte. Même si un certain continuum parcourt le monde horloger, les patrons dominent par leur richesse et leur pouvoir une bonne partie des pluri-actifs qui se transforment en salariés tandis que l’atelier affirme sa pérennité. Pour les salariés, la question du salaire devient essentielle, et c’est autour d’elle qu’éclatent les premières grèves dans les années 1900. Prolétarisation ou résistance ? La question sera développée plus loin.

13Même s’il ne faut pas exclure des mouvements de sortie de la pluri-activité — retours à la terre, départs ou professionnalisation accélérée des horlogers-mécaniciens étrangers installés à Cluses —, la pluri-activité perdure en se recomposant. C’est une liaison souple entre de larges liens familiaux, des départs réversibles et une pluri-activité fortement dominée par l’horlogerie qui permet à un important noyau de main-d’œuvre de surmonter des périodes difficiles et d’assumer des reconversions. En effet, d’une part les patrons originaires de la vallée ne se séparent pas de leurs champs et les font même souvent travailler par des ouvriers agricoles venus d’ailleurs. D’autre part, de nombreux ouvriers conservent un jardin, une vache, quelques chèvres, une parcelle de forêt ou plus simplement un droit d’affouage. En 1908-1909, l’activité horlogère est menacée de disparition. Elle doit sa survie à la demande en matériel militaire à partir du moment où la Première Guerre mondiale devient une guerre industrielle. Dans la vallée de l’Arve, la reconversion de l’immédiat après-guerre est difficile et elle se prolonge pendant les années 1930. Cluses qui affirme sa place de capitale industrielle fait exception. Appuyée sur une École nationale d’horlogerie rénovée, la petite ville impulse le développement du décolletage civil. À nouveau, elle est aidée dans cette tâche par des mécaniciens venus de Suisse qui installent de nouvelles machines. Entre les deux guerres, trois types de reconversions se dessinent en même temps que s’esquissent deux voies de sortie du monde paysan. Le premier cas est celui de Cluses : la commune prend figure urbaine, celle d’une ville industrielle dont l’évolution est conduite par la technique. Le deuxième est celui de la montagne et en particulier du Mont-Saxonnex. Dans cette commune, l’horlogerie a souvent été le moyen pour certains pluri-actifs avisés de s’enrichir et de se reconvertir dans une agriculture renouvelée par l’élevage. Le monde agricole, en effet, n’avait pas encore pris forme en tant que tel et l’horlogerie a servi au développement agricole. Le troisième cas est plus complexe. Les communes de Scionzier et de la vallée de l’Arve, à l’exception de Cluses, sont attirées par l’industrie mais n’en restent pas moins attachées à des formes désormais inadaptées de pluri-activité et c’est là, précisément, que les difficultés sont les plus délicates à surmonter. C’est une crise sans fin qui implique à la fois l’atelier, la famille et la pluri-activité. C’est aussi la crise d’un héritage, celui que la pluri-activité et son organisation familiale transmettent à l’activité industrielle, non sans difficultés. La société pluri-active du Faucigny a donc connu plusieurs mutations. Celles-ci ont donné lieu à des re-formulations identitaires sur lesquelles il convient de s’interroger.

Nominations et identités

14Peut-on se dire “ paysan ” au XIXe siècle ? Le “ paysan ”, désigné par un discours extérieur, est une sorte de sauvage, bon ou mauvais. C’est d’abord une appellation dévalorisante, en particulier sous la plume de Balzac, puis, après les affrontements de juin 1848 à Paris, le sauvage de la campagne est remplacé par le sauvage de la ville, l’ouvrier. Le paysan est alors idéalisé et porteur des valeurs qui manquent à l’ouvrier, travail et prévoyance. Dans le même mouvement, la pauvreté paysanne est euphémisée ou sublimée. Mais dans tous les cas, cette pauvreté est “ largement dépendante des modèles littéraires ” 30. En général, les paysans sont vus de façon massive et univoque. Or, entre les salariés agricoles, les journaliers, les fermiers et toutes les sortes de “ cultivateurs ” et de “ propriétaires ”, c’est la diversité qui est la règle. La pauvreté elle-même peut être assumée en développant des vertus d’économie et permettre par là une certaine réussite sociale. De plus, certaines conditions sont transitoires. Le salariat, par exemple, est bien souvent un état de la jeunesse tandis qu’en fin de vie, on se dit volontiers “ propriétaire ”, terme qui exprime un idéal et désigne une condition. Être propriétaire n’est pas un vain mot : dans la vallée de l’Arve, les horlogers sans terre ne réussissent pas à surmonter la crise qui touche l’horlogerie savoyarde au milieu du XIXe siècle.

15Au contraire de “ paysan ”, “ horloger ” est une appellation d’autant plus revendiquée que le développement de l’industrie transforme la société clusienne. Ce changement se traduit à la fois par la recomposition de la pluri-activité, des sociabilités, de l’imaginaire et du pouvoir local. Vers 1880, l'usine et son créateur dominent la société : c’est le travail que donne le patron qui permet d’être horloger et d’avoir un salaire. Le patron a les moyens de jouer le rôle du protecteur et du philanthrope et il tend même à relayer l’Église dans le domaine de l’assistance aux pauvres. On aime se montrer en sa compagnie et il est fréquemment témoin de mariage. Autour de lui, le groupe des “ horlogers ” se construit en apparaissant dans l'espace public. Ainsi, les horlogers, emmenés par des patrons, des artisans ou leurs fils, créent ou investissent de nombreuses associations. Mais celles-ci — Musique républicaine, Compagnie des pompiers, Sou des écoles, Cercle des horlogers puis Cercle des ouvriers — ne sont jamais strictement corporatives : les catégories ne sont pas étanches. Parallèlement s'impose un imaginaire industriel. C’est l’horlogerie qui donne au “ progrès ” une consistance concrète puisque son développement transforme “ les univers du possible ” 31. Cluses prend un aspect urbain et ce ne sont plus les bâtiments religieux qui dominent de leur masse la petite ville, mais l'École d'horlogerie et les usines. L'idéologie du progrès répandue par les instituteurs et les enseignants de l’institution technique permet d’expliquer des transformations sociales. Justifiée par le principe de compétence, elle se trouve illustrée par de multiples applications concrètes : le fabricant d’horlogerie, par exemple, transforme la nuit en jour en même temps qu'il équipe son usine en électricité. Or, dans cette région déjà marquée par un passé jacobin, l’administration municipale et départementale de l’Ordre moral, par ses maladresses, a contrarié les aspirations d’une jeunesse remuante. Dans ces conditions, “ Progrès ”, “ République ” et “ Horlogerie ” sont associés et c’est bien au nom du “ Progrès ” et de la République qu’emmenés par les patrons, les “ horlogers ” emportent les municipalités. Faut-il s’étonner que l'appellation d'“ horloger ” s'impose ? Tous ceux qui touchent de près ou de loin à l’horlogerie, se disent “ horlogers ”, comme le montre de façon désordonnée le dénombrement de 1881 où figurent sur les listes nominatives jusqu’à des horlogers âgés de quelques mois. En effet, la formation délivrée à l'École d'horlogerie attire sur son nom prestigieux toute une gamme de candidats qui va des “ aides ” aux “ artistes ”. Chacun, pour un temps au moins, y trouve son compte puisqu’être “ horloger ”, c'est exercer un “ métier d'art ”. L’appellation convient parfaitement aux élèves de l’École. Elle convient aussi aux patrons 32 qui sont, en fait, le plus souvent, des façonniers en horlogerie. Quant aux autres, les ouvriers, on les imagine heureux de s'affubler d'une telle appellation. Ainsi, derrière cette dénomination se cache l’affirmation d'un “ entre-soi ” constitué autour du patron et d’une école. Une série de synchronismes politiques, démographiques, économiques et techniques conduisent à un changement d’identité locale. Mais les différences économiques et les degrés divers de la compétence ne sont pas dits et le terme d'“ horloger ” cache donc des réalités diverses, des tensions, des espoirs et des rancœurs.

16Même si la séparation entre les ouvriers et leurs employeurs n’est pas toujours très nette, les “ fabricants d’horlogerie ” sont devenus des “ patrons ” et un monde d’ouvriers d’usines tend à se constituer. Une partie importante de la main-d’œuvre se stabilise dans l’industrie horlogère et en dépend de plus en plus, et ceux qui sont entrés jeunes en usine tendent à y rester. Pour eux, les références de la génération précédente deviennent moins pertinentes. La terre à laquelle cette dernière était très attachée ne peut plus jouer, de façon aussi nette, son rôle de stabilisateur social. Le recul de l’ancienne pluri-activité donne une importance telle au salaire que la société s’interroge concrètement sur la question de la rémunération. Or, les transformations culturelles — influence de l’école et de la presse —, et la vie politique — nationale surtout — donnent du relief à cette question. Comment accepter, dans ces conditions, que certains patrons retiennent une partie du salaire pour payer les “ fournitures ” 33 ? Un malaise touche les salariés et tous ceux qui sont soumis à un “ tarif ”. C’est autour de cette question que se construit une figure ouvrière et c’est la rhétorique syndicale et socialiste qui met le malaise en mots. La visite de quelques dirigeants de la CGT de Lyon est un événement en soi. Les militants qui l’ont préparée et mise en scène en attendent beaucoup. À juste titre. En effet, la venue de ces dirigeants débouche très rapidement sur une adhésion massive au syndicat. Outre l’effet produit par la visite, si l’organisation se construit aussi rapidement, c’est qu’elle emprunte les chemins tracés par les réseaux de sociabilité qui lient le monde ouvrier. Or, ceux-ci sont particulièrement denses. Ils concernent à la fois les salariés ordinaires et certains horlogers capables de régler les machines qui, eux, sont assez proches des patrons. Les ouvriers ordinaires se fréquentent et les mariages révèlent un petit monde replié sur lui-même. Les horlogers les plus compétents, souvent issus des vieilles familles horlogères, remplacent de plus en plus souvent les patrons comme témoins de mariage auprès des horlogers ordinaires, mais n’épousent pas les sœurs de ces derniers. Ils occupent une place d’articulateurs entre le monde ouvrier et le monde patronal, mais les transformations de l’industrie ne leur ont pas encore ménagé une place satisfaisante. Alors, l’action ouvrière montre-t-elle vraiment des ouvriers, crée-t-elle des ouvriers 34 ? On peut en douter. Les premières grèves éclatent entre 1901 et 1903 à Marnaz et à Scionzier. Or ces communes sont beaucoup plus marquées que Cluses par la pluri-activité et la crise de la pluri-activité y est plus sensible. La grève de Cluses de 1904, parce qu’elle produit un “ dérapage ”, fournit l’occasion d’une analyse. La longueur de la grève, le refus de céder du patron, l’occupation de Cluses par l’armée, la fusillade, le sac de l’usine du 18 juillet 1904 et le récit de Louis Aragon 35, trente ans plus tard, ont fait d’une grève parmi d’autres un modèle de l’action ouvrière. En fait, pendant que les ouvriers qui manifestent se font fusiller par les fils du patron des grévistes, les dirigeants du syndicat, à leur habitude, ne sont pas là. Ils accourent quand leur parvient la nouvelle de la fusillade qui vient de faire 3 morts et 39 blessés et ils sont bien incapables de calmer la fureur d’un monde plus populaire et peut-être plus “ paysan ” qu’ouvrier. On a sonné le tocsin pour appeler toute la population et le sac de l’usine qui s’en suit fait penser à la prise d’un château. Ces événements font disparaître quelque temps le syndicat qui organise “ la classe ” autour du noyau le plus stable de la main-d’œuvre. La liquidation du drame s’opère par un ostracisme qui touche les meurtriers et leur père. Or, l’interdiction de séjour qui frappe la famille Crettiez à Cluses s’en tient aux limites communales, elle est imposée par la base, n’emprunte aucun chemin institutionnel et ne crée pas de coupure entre ouvriers et patrons. Il s’en suit pourtant une flambée de grèves, qui dure jusqu’en 1907. Celles-ci ont lieu surtout dans les communes rurales très pluri-actives. C’est bien le langage ouvrier qui est utilisé pour dire le malaise et mener le combat, mais c’est souvent la terre qui permet de tenir et, pendant les grèves, comme à Carmaux, de nombreux horlogers vont chercher du travail ailleurs. Le caractère passionné, personnel et peu “ rationnel ” de la lutte rappelle que l’on est à la campagne et au village. En effet, d’anciennes formes de protestations revêtues d’un langage syndical — carnaval, fête agraire — viennent égayer le mouvement. Pourtant, il ne s’agit pas seulement de la permanence de la ruralité mais de tensions imbriquées, plus ou moins bien exprimées par le syndicalisme et le socialisme. Les tensions sur le salaire existent bel et bien et elles constituent une nouveauté, mais la présence d’horlogers issus de vieilles familles horlogères, dont la compétence est mal reconnue, signifie aussi que le processus de classement n’est qu’esquissé. Mais tout ceci ne doit pas occulter d’autres antagonismes, particulièrement celui qui oppose le patronat, en tant que bénéficiaire principal de la nouvelle donne, et la partie la moins stable la main-d’œuvre, celle qui est la plus attachée à la pluri-activité et qui risque d’être laissée sur le bord du chemin... et oubliée par l’historiographie. C’est pourtant elle qui a donné l’assaut à l’usine. Néanmoins, la force de la “ communauté ” locale reste grande et tout se passe comme si la lutte masquait des liens entre certains ouvriers et les patrons, entre gens d’un même monde. En pleine période de grève, les Chonverots 36, patrons, artisans, mécaniciens, mais aussi syndicalistes, fondent ensemble la Société des forces motrices du Foron qui doit alimenter l’industrie en électricité. Quand la crise éclate en 1908, l’organisation ouvrière disparaît et la crise, en éliminant sa partie la moins stable, homogénéise la main-d’œuvre. Les effectifs industriels diminuent et un noyau dur de main-d’œuvre affirme de nouveau sa présence sur la durée. La “ communauté ”, celle qui reste, celle dont on peut faire l’histoire, c’est finalement ce groupe que rassemble l’activité... autour des patrons.

17Après la Première Guerre mondiale et la reconversion dans le décolletage, l’identité individuelle et collective trouve à s’affirmer dans la compétence. Celle-ci est institutionnalisée et légitimée par une École d’horlogerie où se retrouvent les fils des patrons et ceux des horlogers professionnalisés. C’est ce qui apparaît au travers des dénominations utilisées dans les actes nominatifs. Avant la guerre, le terme de “ mécanicien ”, ou d’“ horloger-mécanicien ” était généralement réservé à un petit nombre d’individus venus de Suisse et porteurs de techniques recherchées. Après la guerre, les “ mécaniciens ” sont devenus beaucoup plus nombreux à Cluses et ils sont fréquemment nés dans la vallée de l’Arve. Par eux-mêmes ou par leur famille, ils appartiennent au noyau dur de la main-d’œuvre. Certains dirigeaient même le syndicat des années 1900. Dans les années 1920 et 1930, leur titre les oppose aux simples “ horlogers ”. Il s’agit de l’aboutissement d’un processus de classement commencé avant 1914. C’est bien la technique qui légitime les changements, et les femmes, qui en sont exclues, restent bien “ horlogères ” : une “ décolleteuse ” est une machine et non le féminin de “ décolleteur ”. L’évolution des taxinomies montre donc un mouvement de professionnalisation. Le reclassement a quelque peu ouvert le jeu aux acteurs syndicaux des années 1900, par exemple. Ainsi, la dénomination, de plus en plus attachée à la place occupée dans l’usine ou même dans l’atelier, devient-elle une composante importante de l’identité individuelle puisque celle-ci est utilisée aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du lieu de travail. Pourtant, à Scionzier et dans le reste de la partie industrielle de la vallée de l’Arve, la professionnalisation et l’appropriation des techniques sont moins nettes et c’est souvent au prix de l’exclusion des plus fragiles, que le groupe social — c’est-à-dire d’abord son noyau dur — prend possession de la nouvelle activité. C’est ce que signifie sans doute l’adoption massive du terme original “ décolleteur ” puisque celui-ci est appliqué aussi bien aux ouvriers qu’aux patrons. Quant aux horlogers des communes de montagne, ils sont nombreux à se tourner vers l’agriculture et l’élevage et ils commencent à adopter, non sans hésitations parfois, la dénomination d’“ agriculteur ”.

18L’industrialisation de la vallée de l’Arve s’est produite dans un milieu rural. La cohésion de ce système productif sous-traitant est largement un héritage de la souplesse “ paysanne ” des pratiques pluri-actives. Accrochées au mouvement d’industrialisation, celles-ci connaissent une recomposition permanente et sont génératrices de véritables processus identitaires. Mais ces transformations concernent surtout un noyau dur de main-d’œuvre tandis que de nombreux travailleurs occupent une place périphérique dans l’industrie, ou sont même laissés-pour-compte.

19Dans ce mouvement, la parenté joue un rôle considérable. Le ménage et la famille constituent de véritables lieux de professionnalisation et de reproduction élargie du système. Si le père transmet au fils sa compétence, ce monde n’est pas clos sur lui-même et le mécanicien compétent peut devenir gendre. Autour d’un ménage patronal central, se constitue souvent une arborescence de ménages sous-traitants. Ainsi une sous-traitance en cascade se reproduit-elle dans le cadre de fronts de parentés ou d’alliances. En même temps que la professionnalisation s’accentue, l’identité masculine du travail industriel se conforte. Voilà qui alimente une “ flexibilité ” dans laquelle les femmes sont confinées.

20Il n’y a pas vraiment de rupture entre l’horlogerie et le décolletage. Dans les deux cas, il s’agit d’un monde de sous-traitants où le chef d’entreprise qui, en général, travaille lui aussi dans l’usine et l’atelier, n’est pas très éloigné du monde ouvrier. En outre, la machine ne prive pas de leur autonomie ceux qui la manipulent et de nombreux travailleurs passent régulièrement de la catégorie d’employé à celle d’employeur. Certains ouvriers compétents ouvrent, en effet, un atelier et les fils de petits patrons vont souvent travailler chez d’autres chefs d’entreprise.

21Patrons et ouvriers partagent de nombreuses références, le travail d’abord, et l’attachement à la terre ensuite. Sur ce dernier point, tout se passe comme si l’appartenance locale devait être marquée dans le sol. Les vieilles familles horlogères possèdent toujours un peu de terre et les plus récentes donnent l’impression de vouloir marquer elles aussi leur place dans la terre. Mais n’importe qui n’achète pas n’importe quelle terre. Ainsi, quand au début des années 1880 le principal industriel de la vallée s’efforce d’acquérir la butte de Chessy dominant Cluses, il doit faire face à une violente campagne. Il faut dire que ce chef d’entreprise, Louis Carpano, est un étranger et cela lui est reproché. L’accès à la terre n’est pourtant pas impossible. Louis Carpano agrandit finalement son usine, procède aux acquisitions foncières nécessaires, mais il s’engage à installer une citerne pour lutter contre les incendies qui sont alors assez fréquents. Parallèlement, la commune de Cluses connaît plusieurs vagues de lotissement dans la périphérie de son territoire. À ces occasions, régulièrement, les horlogers acquièrent ou essaient d’acquérir des parcelles. C’est le cas en particulier dans les années 1920 où les horlogers-décolleteurs qui réussissent à bénéficier de l’opération se comportent à Cluses comme ils le feraient à la campagne : ils ont un jardin et, dans ce jardin, ils construisent, au moins en partie, leur maison eux-mêmes, quitte à commencer les travaux un peu avant les décisions officielles. À la fin, le lien avec la terre devient sans doute plus symbolique ; c’est comme une part d’héritage à laquelle on ne peut renoncer ; c’est la marque d’une identité qui différencie des étrangers ou le signe d’une intégration qui, il est vrai, ne se matérialise que rarement au cœur du territoire communal. Voilà qui n’est pas spécifique de la vallée de l’Arve et, bien souvent, le maintien d’une exploitation agricole, même minuscule, est non seulement une ressource d’appoint, mais aussi le signe persistant d’un attachement à la terre 37 ou une preuve mesurable d’intégration à la société rurale.

22La vie politique traduit l’existence d’un monde commun, dominé, il est vrai, par les chefs d’entreprises. Même si la lutte fait rage quelquefois autour d’enjeux locaux, la municipalité de Cluses des années 1920 est dirigée par d’anciens syndicalistes des années 1900. Ils ont été élus avec des patrons sur la liste républicaine. Le canton est la circonscription qui correspond le mieux à l’extension de l’horlogerie 38. L’élu du canton de Cluses représente l’industrie face à l’administration préfectorale, il est donc désigné par les élites horlogères et, en face de lui, l’opposition n’est que dissidence. Il n’y a place pour le socialisme qu’au niveau des élections législatives, et encore, ce courant est-il minoritaire.

23* * *

24Dans le cas de la vallée de l’Arve, l’évolution de la pluri-activité débouche sur la construction d’un système industriel localisé et la naturalisation de l’activité. C’est non seulement un exemple de réussite industrielle mais c’est en même temps un cas particulier. Sans doute la proximité de Genève et l’accès au marché qui l’accompagne ont-ils permis le maintien et le développement d’une pluri-activité particulièrement élaborée appuyée sur des réseaux assez solides pour permettre une reconversion. Mais dans ce processus, la position géographique et la chronologie du développement ne sont pas indifférentes. Alors qu’une demande sociale en garde-temps se fait plus pressante et que la société s’ouvre à une certaine consommation, les traditions horlogères du Faucigny et l’installation d’une École d’horlogerie à Cluses valorisent les débouchés industriels d’une vallée qui n’est pas tournée vers une métropole catholique et savoyarde susceptible de fournir d’autres débouchés aux élites locales mais vers Genève, protestante et étrangère. Ainsi, les Clusiens n’ont-ils pas pu pousser leurs fils vers des carrières administratives, libérales ou ecclésiastiques comme les familles des cloutiers des Bauges, proches de Chambéry 39. Ainsi l’horlogerie n’a-t-elle pas disparu vers 1860 comme a disparu la clouterie. La pluri-activité est par essence plurielle et dynamique. L’approfondissement de son étude nécessite à la fois la prise en compte de la spécificité de chaque cas et la comparaison avec d’autres cas.

Haut de page

Notes

1 Henri MENDRAS, “ Une politique nouvelle pour une nouvelle classe rurale ”, dans La pluri-activité dans les familles agricoles. Colloque de l’Association des ruralistes français, L’Isle-d’Abeau, 19-20 novembre 1981, Paris, ARF Éditions, 1984, pp. 55-72.
2 Le décolletage est le tournage, le perçage, le taraudage ou le fraisage de pièces de métal. Dans un premier temps, il s’agit de pièces destinées à l’horlogerie ou de visserie, puis le décolletage répond à une demande en pièces variées de la part de secteurs nouveaux comme le cycle ou la construction d'appareils de précision. Aujourd’hui, le principal client du décolletage est l’industrie automobile.
3 Le Faucigny correspond à la vallée de l’Arve. Cette rivière prend sa source dans le massif du Mont-Blanc et rejoint le Rhône à Genève. Sa partie moyenne, autour de la petite ville de Cluses est depuis longtemps une importante région industrielle puisque l’horlogerie y a été introduite au début du XVIIIe siècle : Pierre JUDET, Horlogeries et horlogers du Faucigny (1849-1934). Les métamorphoses d’une identité sociale et politique, Thèse de doctorat en histoire, Université Lumière-Lyon 2, 2000, 3 volumes, 748 f°
4 Arnaldo BAGNASCO et Charles SABEL [dir.], P.M.E. et développement économique en Europe, Paris, Éditions La Découverte, 1994, 201 p. ; Claude COURLET et Gilbert SANSON, L'industrie dans la vallée de l'Arve. Diagnostic, perspectives et stratégies, Société d'économie mixte de la vallée de l'Arve et de ses massifs, Scionzier, novembre 1991, 107 p.
5 Yvon LAMY, “ Hommes de fer et paysannerie dans la Dordogne proto-industrielle ”, dans Gilbert GARRIER et Ronald HUBSCHER [dir.], Entre faucilles et marteaux. Pluri-activités et stratégies paysannes, Lyon/Paris, Presses universitaires de Lyon/Éditions de la Maison des sciences de l'homme, 1988, pp. 175-199.
6 Cependant, les exemples que le grand historien a étudiés montrent la paupérisation des travailleurs à domicile au bout du processus. Mais il est vrai que c’est dans le textile que Franklin Mendels a choisi ses exemples.
7 Henri MENDRAS, “ Une politique nouvelle pour une nouvelle classe rurale ”, art. cité.
8 Claude MESLIAND, “ La double activité d’hier à aujourd’hui ”, dans La pluri-activité dans les familles agricoles..., ouv. cité, pp. 15-24.
9 Paul-André ROSENTAL, Les sentiers invisibles. espace, familles et migrations dans la France du XIXe siècle, Paris, Éditions de l’EHESS, 1999, 255 p.
10 Laurence FONTAINE, Histoire du colportage en Europe XVe-XIXe siècle, L’évolution de l’humanité, Paris, Albin Michel, 1993, 334 p.
11 Claude MESLIAND, “ Les phénomènes de double activité dans l’agriculture vauclusienne ”, dans La pluri-activité dans les familles agricoles..., ouv. cité, pp. 115-127.
12 Ronald HUBSCHER, “ La pluri-activité : un impératif ou un style de vie ? L’exemple des paysans ouvriers du département de la Loire au XIXe siècle ”, dans La pluri-activité dans les familles agricoles..., ouv. cité, pp. 75-85.
13 M. DUCRETTET, “ L’évolution et les caractéristiques de l’industrie horlogère en Haute-Savoie ”, dans Dossiers de l’Action populaire, n° 412, septembre 1938, pp. 1399-1476.
14 Il s’agit de la barre de métal qui alimente le tour à décolleter et qui est transformée en pièces.
15 Charles DEVANT, “ L'horlogerie et le décolletage en Haute-Savoie ”, dans Revue savoyarde, 1942, pp. 190-207.
16 Idem.
17 Ronald HUBSCHER, “ La pluri-activité : un impératif ou un style de vie ?... ”, art. cité.
18 Yvon LAMY, “ Agriculture et métallurgie en Dordogne à la fin du XIXe siècle. Quelques cas de paysans-ouvriers à la forge de Savignac-Lédrier ”, dans La pluri-activité dans les familles agricoles..., ouv. cité, pp. 129-136 ; Yvon LAMY, “ Hommes de fer et paysannerie dans la Dordogne proto-industrielle ”, art. cité.
19 Rolande TREMPÉ, Les mineurs de Carmaux, 1848-1914, Paris, Éditions ouvrières, 1971, 2 volumes, 503 p. et 509 p.
20 Robert BADOUIN, Économie rurale, collection U, sciences économiques, Paris, Librairie Armand Colin, 1971, 599 p.
21 Philippe LACOMBE, “ La pluri-activité et l’évolution des exploitations agricoles ”, dans La pluri-activité dans les familles agricoles..., ouv. cité, pp. 35-53
22 Jean-Luc MAYAUD, La petite exploitation rurale triomphante. France, XIXe siècle, Paris, Éditions Belin, 1999, 278 p. ; Jean-Luc MAYAUD, “ Salariés agricoles et petite propriété dans la France du XIXe siècle ”, dans Ronald HUBSCHER et Jean-Claude FARCY [dir.], La moisson des autres. Les salariés agricoles aux XIXe-XXe siècles. Actes du colloque international de Royaumont, 13-14 novembre 1992, Paris, Éditions Créaphis, 1994, pp. 29-55.
23 Jean-Luc MAYAUD, “ De l'étable à l'établi : permanence des adaptations dans la montagne jurassienne ” dans Gilbert GARRIER et Ronald HUBSCHER [dir.], Entre faucilles et marteaux..., ouv. cité, pp. 143-159.
24 Pierre MACLOUF, “ Cet obscur objet ”, dans Pierre MACLOUF [dir.], La pauvreté dans le monde rural. Actes du colloque de l'ARF, Paris, ARF Éditions/l’Harmattan, Paris, 1986, pp. 15-41.
25 Christian CHEVANDIER, Cheminots en usine. Les ouvriers des Ateliers d'Oullins au temps de la vapeur, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1993, 319 p.
26 Il s’agit, par exemple, des mutations par décès.
27 Louis Carpano l’un des industriels les actifs de Cluses à la fin du XIXe siècle, est originaire de Biella. Cette petite ville et sa région ont été étudiées par Franco Ramella : Franco RAMELLA, Terra e telai. Sistemi di parentele e manifattura nel Biellase dell' ottocento, Micro storia, 8, Turin, Einaudi, 1983, 280 p.
28 Un mouvement comparable s’est produit quelque temps auparavant à Besançon : Jean-Luc MAYAUD, “ Réseaux et aires de financement de l’horlogerie comtoise ”, dans Jean-Luc MAYAUD et Philippe HENRY [dir.], Horlogeries. Le temps de l’histoire, Besançon, Annales littéraires de l’Université de Besançon, 1995, pp. 249-272.
29 Ceci concerne particulièrement des patrons d’horlogerie qui emploient des salariés agricoles pour travailler leur terres.
30 Ronald HUBSCHER, “ Pauvreté ou pauvretés. Le milieu rural français au XIXe siècle ”, dans Pierre MACLOUF [dir.], La pauvreté dans le monde rural..., ouv. cité, pp. 155-169.
31 Jean-Luc PINOL, Les mobilités dans la grande ville, Lyon fin XIXe-début XXe, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1991, p. 254.
32 Il se nomment “ horlogers ” ou “ fabricants d'horlogerie ” en référence à leur activité qui relève de la manufacture dispersée.
33 Il s’agit, par exemple, de l’électricité qu’un ouvrier consomme pour accomplir sa tâche.
34 Rolande TREMPÉ, “ Du paysan à l’ouvrier. Les mineurs de Carmaux dans la deuxième moitié du XIXe siècle ”, dans La pluri-activité dans les familles agricoles..., ouv. cité, pp. 99-114.
35 Louis ARAGON, Les cloches de Bâle, Paris, 1934.
36 Il s’agit des habitants de Scionzier.
37 C’est ce que notent, par exemple Claude Mesliand et Josiane Ritz : Claude MESLIAND, “ Les phénomènes de double activité... ”, art. cité ; Josiane RITZ “ Pratiques productives et alliances sociales des ouvriers paysans du Sundgau ”, dans La pluri-activité dans les familles agricole..., ouv. cité, pp. 329-333.
38 L’horlogerie déborde certes sur les cantons de Bonneville et de Sallanches, voire de Taninges et de Thônes, mais c’est dans celui de Cluses qu’elle constitue l’activité dominante.
39 François GEX, “ La clouterie en Bauges ”, dans Revue de géographie alpine, 1933, pp. 175-220.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Judet, « Du paysan à l’horloger. Histoire sociale d’un Faucigny pluri-actif (1850-1930) », Ruralia [En ligne], 09 | 2001, mis en ligne le 01 décembre 2005, consulté le 30 octobre 2014. URL : http://ruralia.revues.org/247

Haut de page

Auteur

Pierre Judet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page