Navigation – Plan du site

Éditorial

Jean-Luc Mayaud

Entrées d'index

Mots-clés :

Editorial
Haut de page

Texte intégral

1Cette tardive livraison de Ruralia clôt notre année éditoriale 2001 : nous prions nos lecteurs de bien vouloir pardonner ce retard, explicable par la seule surcharge de travail des quelques bénévoles qui assurent la préparation de la revue. Le comité de rédaction envisage de se mettre à jour en publiant, en novembre prochain, un seul numéro double (n° 10-11) pour l'année 2002.

2L'ampleur du présent numéro nous oblige à reporter à la prochaine livraison les comptes rendus d'ouvrages. Reste que sept articles, deux notes critiques et sept positions de thèse sont aujourd'hui proposés et témoignent de la diversité des questionnements concernant le rural des XIXe et XXe siècles. Comme pour chaque numéro de Ruralia, les approches disciplinaires sont multiples et nous paraissent d'une grande richesse. Elles sont susceptibles de discussions sans concession, surtout lorsque le protocole de recherche peut paraître fragile. Nous subodorions que la publication de la position de thèse 1 de Philip Whalen et l'article ­ très discuté en comité de rédaction 2 ­ qu'il a consacré à Gaston Roupnel 3 ne resteraient pas sans réplique : Pierre Cornu, jeune docteur en histoire, communicant au colloque organisé à Dijon en décembre 2001 4, a relu plume à la main l'article et la thèse récemment publiée en français. De même, la question du positionnement du chercheur demeure centrale : à propos d'un récent ouvrage de Sergio Dalla Bernardina 5, Sophie Bobbé discute le “ regard froid ” de notre ami anthropologue qui “ vise plutôt l'ambiguïté des comportements sociaux, leur caractère contradictoire, en pensant le sujet non seulement comme un être conscient, mais aussi comme un être désirant et refoulant ”.

3L'utopie de la nature aborde également les relations homme/animal. Déjà abondamment entamée lors du colloque de l'Association des ruralistes français de Rambouillet 6, Éleveurs et animaux, le débat sur le bien-être animal est reprise par la thèse que vient de soutenir Jocelyne Porcher. Animaux et éleveurs, encore, avec les travaux que Béatrice Dégrange consacre à la redéfinition du métier d'éleveur charolais en ces temps de crise dite de “ la vache folle ”. Animaux, toujours, avec les “ bêtes à venin ” que Corinne Boujot, auteur d'un ouvrage remarqué 7, replace dans une perspective autre, ouvrant “ sur un système de représentations du corps et de la vie qui l'anime ”.

4La définition du rural est une fois de plus discutée dans notre revue. L'espace rural est loin d'être seulement agricole au XIXe siècle, dans la Rance industrielle comme dans le Faucigny des années 1850 à 1930 qu'étudient respectivement Maogan Chaigneau-Normand et Pierre Judet : l'une se fonde sur les méthodes de l'archéologie industrielle, l'autre propose une approche d'histoire sociale fine et enrichit notre analyse de la pluri-activité. Les ruralistes savent bien qu'il y aurait quelque abus à penser isolément le rural : sans aller jusqu'à la provocation de notre collègue géographe François Bart, inventant à propos de l'Afrique orientale et du Sahel le concept d'espaces “ péri-ruraux ” 8, Laurence Thomsin revient de façon fort opportune sur ce qu'implique l'utilisation du concept de “ péri-urbanisation ”. Pour sa thèse, Damien Ratajczak, géographe lui aussi, lit le Hainaut franco-belge à travers le prisme d'une approche spatio-dynamique appuyée sur le phénomène associatif. La construction de l'espace est également au cœur des interrogations d'Annie Bleton-Ruget qui, parallèlement à l'article que nous avions publié dans Ruralia 9, nous livre le résumé de l'Habilitation à la direction de recherche qu'elle a récemment soutenue. Enfin, ce n'est ni forcer le raisonnement ni trahir les propos de Patricia Sampaio que de dire que son analyse de l'arrière-pays brésilien prend en compte la construction d'un système judiciaire importé de la métropole coloniale via les villes brésiliennes : après une belle thèse consacrée au cangaceiro Lampião 10, thèse dont on attend avec impatience la publication, cette jeune historienne décortique avec finesse les processus d'appropriation de l'appareil juridique par des populations rurales et leur façon de gérer communautairement leurs conflits sociétaux.

5Les recompositions du rural et ses usages multiples sont l'objet de différents regards. Par une approche quantitativiste et statistique, Majella Simard nous transporte au Québec, dans la région Chaudière-Appalaches pour constater les formidables mutations du secteur agricole depuis un demi-siècle et pour proposer de “ nouveaux créneaux et l'élaboration d'une politique agricole orientée vers la correction des problèmes structurels de ces milieux fragiles ”. C'est à une échelle plus grande qu'a travaillé Gjin Biba, auteur d'une thèse sur l'Albanie de la dernière décennie. Seul pays parmi les PECO à avoir vu son secteur agricole et rural entièrement privatisé, l'Albanie est actuellement une mosaïque de 460 000 micro-exploitations privées, d'une superficie moyenne de 1,2 hectare : une analyse fine de quelques villages et de plusieurs exploitations aboutit, entre autres, “ à considérer la politique de développement rural dans sa totalité, plus largement qu'un seul développement de l'activité de production agricole ”.

6Ultime thématique de cette livraison de Ruralia, celle de la formation et des formateurs. Conseillers agricoles et pollution de l'eau en Bretagne, telle est le titre de la thèse de sociologie soutenue par Hélène Brives. Ce corps de techniciens relativement récent méritait à l'évidence un étude sérieuse : c'est chose faite avec ce travail qui interroge avec finesse les évolutions et, face à la question de la pollution, les re-positionnements récents après quatre décennies consacrées au “ développement agricole sur un mode industriel dans lequel les conseillers ont joué un rôle central ”. Les thèmes développés sont semblables à ceux que mettent au jour les historiens étudiant le XIXe siècle : Jean-Marie Wiscart traque les “ exploitants-industriels ” de la Somme sous le Second Empire qui, avec leur fermes-modèles distinguées par les concours, font figure d'agronomes et participent au modelage d'une agriculture conquérante fondée sur la betterave à sucre et l'élevage ; Yann Lagadec analyse le rôle et l'action des comices agricoles du département de l'Ille-et-Vilaine, contribuant ainsi à expliquer les modalités de diffusion de la “ modernité culturale ” de l'époque par la pédagogie de l'exemple. En Bretagne comme ailleurs, la place des élites locales, anciennes ou nouvelles, est centrale et mérite encore d'autres études fines sur le contrôle social qu'elles exercent “ entre médiation technique, médiation culturelle et médiation politique ”.

7L'année 2001 aura été fatale à plusieurs de nos amis proches. Nous avions exprimé notre peine à l'annonce du décès de Louis Lorvellec 11 ; nous récidivons tristement avec les hommages que Joseph Goy et Annie Bleton-Ruget rendent au nom de notre revue et de notre association à Pierre Lamaison et à Marcel Vigreux, réservant au prochain numéro de Ruralia plusieurs textes livrant nos derniers adieux à notre ami Bernard Kayser, ancien président de l'ARF. Tous nous manquent. Ne vivent-ils pas encore à travers les nombreuses pages que nous offrent les jeunes chercheurs que nous publions et qu'ils ont peu ou prou contribué à former ?

Jean-Luc Mayaud

Rédacteur en chef

Haut de page

Notes

4 Le temps des sciences humaines, Gaston Roupnel et les années 1930, Colloque de Dijon, 13-14 décembre 2001. Actes à paraître aux Éditions universitaires de Dijon.
5 Sergio DALLA BERNARDINA, Il ritorno alla natura. L'utopia verde tra caccia ed ecologia, Milan, Arnoldo Mondadori, 1996, 312 p., traduction en français : L'Utopie de la nature. Chasseurs, écologistes et touristes, Paris, Imago, 1996, 304 p.
6 La relecture des actes est en cours et nous pouvons annoncer leur publication avant la fin de l'année 2002.
7 Corinne BOUJOT, Le venin, Paris, Éditions Stock, 2001, 232 p. Voir le compte rendu de Laurent Le Gall, dans Ruralia, n° 8, 2001, pp. 259-262.
8 François BART, “ La solidarité campagne-ville par les réseaux en Afrique tropicale, approche géographique ”, communication au colloque de Lyon, Le jeu des solidarités rurales et urbaines : influences, interférences, contradictions, actes à paraître à Bordeaux, Publications de la Maison des sciences de l'homme d'Aquitaine.
10 Patricia SAMPAIO, Sur les traces de Virgolino, un cangaceiro dit “ Lampião ”. Fragilités, violences et légalité, Brésil XIXe-XXe siècles, thèse pour le doctorat en histoire sous la direction de Marie-Danielle Delemas-Bohy, Université Paris 3, 2000.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Mayaud, « Éditorial », Ruralia [En ligne], 09 | 2001, mis en ligne le 01 décembre 2005, consulté le 22 décembre 2014. URL : http://ruralia.revues.org/243

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page