Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Équipe « économies et sociétés rurales européennes contemporaines »

Centre Pierre Léon, Université Lumière-Lyon 2, UMR 5599 du CNRS
Jean-Luc Mayaud

Texte intégral

1L'Équipe « économies et sociétés rurales européennes contemporaines » correspond à l'un des axes qui structurent la recherche au sein de l'unité mixte de recherche (UMR) du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) installée à l'Université Lumière-Lyon 2 et dont Serge Chassagne est le directeur. Elle est dirigée par Jean-Luc Mayaud, Professeur d'histoire contemporaine, titulaire d'une chaire consacrée à l'histoire rurale européenne des XIXe et XXe siècles.

2Pôle français pour l'histoire rurale contemporaine, l'Équipe est en relation avec plusieurs chercheurs et enseignants-chercheurs de diverses universités européennes et laboratoires de recherche. Le réseau regroupe ainsi les équipes rassemblées par Franco Cazzola (Université de Bologne), Ramón Garrabou (Université Autonome de Barcelone), Anne-Lise Head (Université de Genève), Ronald Hubscher (Université Paris X-Nanterre), Jean-Pierre Jessenne (Université Lille 3), Evi Karouzou (Université d'Athènes), Gino Massullo (Université de Rome), Enric Saguer (Université de Gérone)...

Directions de recherches de l'axe

3L'Équipe est elle-même structurée autour de cinq axes de recherche :

Sources et méthodes de l'histoire rurale contemporaine

4La recherche et l'exploitation des sources classiques de l'histoire sociale et économique constituent un des objets des travaux conduits au sein de l'équipe du Centre Pierre Léon. Si les sources rurales ne sont guère spécifiques, une réflexion sur leur mise en œuvre est en revanche conduite collectivement. Elle constitue une part essentielle du programme de l'Atelier mensuel histoire des sociétés rurales contemporaines. Les sources orales et les sources non-écrites (photographies, films familiaux, etc.) sont le miel d'Anne-Marie Granet-Abisset. Les perspectives d'un renouvellement archivistique sont importantes. En témoignent les tentatives de croisement des sources classiques, facilitées par le traitement informatique pour lequel une formation spécifique, confiée à Jean-Luc Mayaud, est ouverte au sein du Diplôme d'études approfondies (DEA) Histoire et civilisations de Lyon 2 depuis octobre 1996.

Les exploitations rurales

5Plus difficiles à cerner que les structures de propriété, connues à travers les cadastres successifs, les structures de l'exploitation sont cependant plus essentielles à la compréhension des sociétés rurales et de leur évolution. Leur étude permet de serrer au plus près la réalité sociale et rejoint les problématiques et les méthodes des historiens du social : dépouillement des listes nominatives de recensement, des statistiques nationales et communales, livres d'exploitation et baux conservés dans les archives privées et publiques, monographies dressées par les agronomes, archives des coopératives agricoles, autant de sources qui permettent de repérer le changement social des campagnes, les voies régionales d'évolution, les stratégies de reproduction sociale, les modalités de maintien de l'exploitation patrimoniale dans sa viabilité.

6La réalité de l'exploitation rurale apparaît non plus exclusivement paysanne et agricole, mais rurale et pluri-active. La capacité d'adaptation, en souplesse, aux variations du marché et aux tensions locales, souligne la possible pérennité de la petite et de la moyenne exploitation rurale. Elle est liée aux choix proto-industriels de certaines régions européennes, si bien que cet axe de recherche est en parfaite cohérence avec l'étude des entreprises proto-industrielles et de leurs stratégies, notamment des stratégies de recrutement de la main-d'œuvre. Son maintien impose également l'analyse des mobilités. Elle est encore vivace aujourd'hui, comme en témoignent la réactivation des formes de pluri-activité et la multiplication des ressources complémentaires de l'exploitation agricole.

7Ces réflexions sont de nature à renouveler la compréhension historique du social. Études de cas et approches prosopographiques permettront de sortir des impasses de la nomenclature actuelle, forgée autour des qualificatifs petit/moyen/grand qui est bien loin de rendre compte de la complexité sociale et de son fonctionnement.

Les produits et les marchés agricoles

8La petite exploitation ne survit pas en marge du marché et indépendamment de lui. Elle y livre ses surplus et les pluri-actifs se montrent sensibles aux fluctuations et aux orientations susceptibles de gonfler les revenus d'appoint complémentaires de l'activité agricole. L'insertion au marché n'est donc pas le monopole de la grande exploitation. Elle est suffisamment générale pour ouvrir, avec le développement des transports, un avenir à des économies locales et régionales tout entières. Se dégagent ainsi des filières d'excellence qui apportent profit et développement aux « petits » comme aux « gros » : viande, lait, vin sont les moteurs des spécialisations régionales depuis la fin du XVIIIe siècle. Leur réussite pose à la fois la question de l'identification des acteurs du progrès agricole et celle des politiques agricoles agies ou subies.

L'excellence agricole et les élites rurales qu'elle génère

9Comme la ville ­ autant ou plus qu'elle ? ­, le village secrète donc des élites capables de se dégager de la routine paysanne. L'identité sociale de ces élites reste à étudier. Elle est cependant variée : « petits » utilisant les usages communautaires pour accéder au statut de la moyenne exploitation, grands propriétaires nobles monopolisant, pour un temps, les prix régionaux et les lauriers du Concours général agricole, pluri-actifs bifurquant vers la micro-entreprise industrielle rurale, réussites collectives des fruitières comtoises dans la filière lait... Là s'esquissent les chemins d'une histoire sociale des campagnes françaises et européennes, histoire qui n'a pas encore tiré profit des méthodes de la microhistoire, appliquée jusqu'ici seulement aux grands notables et aux militants du mouvement ouvrier. La connaissance de ces élites est d'autant plus nécessaire qu'elles sont les agents de la modernité culturale et que ce sont elles qui médiatisent inventions techniques et corps social.

Les processus de diffusion de la modernisation technique et de l'innovation agronomique

10Quels sont les vecteurs de la révolution culturale et de la modernité agricole ? Celles-ci sont-elles le monopole d'élites constituant un monde étroit, fermé de surcroît aux petits et moyens exploitants ? Y a-t-il incommunicabilité entre les communautés de village et les paysans et, d'autre part, les militants de l'évangile agronomique, les comices agricoles, les sociétés d'agriculture et l'enseignement agricole ? Y a-t-il, en régime de petite propriété dominante, autonomie des paysans face à la ferme du château ? Les lauréats des comices et des concours régionaux constituent-ils la clientèle de notables paternalistes ou sont-ils d'authentiques et actifs agents de diffusion du progrès agricole ? Et en quoi consiste à leurs yeux le véritable progrès agricole ? Quelle est la place d'acteurs apparemment marginaux, par exemple de l'instituteur rural avec les pépinières scolaires et les actions de sensibilisation comme la journée de l'arbre ?

11La première étape est donc d'investir le champ de la modernisation agricole : mécanisation, recours aux engrais ­ naturels et chimiques , sélection empirique puis génétique des animaux et des plantes. Par delà ces approches techniques, des études macro-historiques permettront de juger des grandes phases de ces évolutions. Les distinctions régionales et locales s'imposent à l'évidence. Un recours aux méthodes de la micro-histoire permettront d'étudier les complexes processus de diffusion. On s'attachera tout spécialement à l'identité des agents de ce progrès, qui n'ont été que peu étudiés. La sociologie et les motivations des élites paysannes n'ont jamais été envisagées : d'où l'utilité d'une micro-histoire, que ce soit sous la forme de monographies villageoises exhaustives ou de généalogies sociales et de biographies sortant de leur obscurité des acteurs efficaces. Les gros fermiers de type beauceron, en effet, n'ont pas le monopole de la modernité et la petite exploitation a aussi ses chantres du progrès, parfois plus efficaces que les grands propriétaires épris d'anglomanie. Quant aux grands propriétaires ou exploitants à l'anglaise, leurs choix, leurs stratégies culturales, leurs motivations demeurent largement à élucider : face aux réalités sociales françaises, face à la domination de la petite ou moyenne propriété, leur politique est-elle exclusivement économique ? Ne répond-elle pas tout autant à une logique sociale soucieuse de ménager les « petits », les paysans sans terre et les salariés agricoles ? Comment s'équilibrent logique économique et logique sociale dans les choix paysans et dans les stratégies pluri-actives ?

Membres de l'Équipe

Enseignants-chercheurs

12Jean-Luc MAYAUD, Professeur d'histoire contemporaine, Université Lumière-Lyon 2 (responsable de l'Équipe)

13Claude-Isabelle BRELOT, Professeur d'histoire contemporaine, Université Lumière-Lyon 2

14Claire DELFOSSE, Maître de conférences de géographie, Université Lille I

15Robert ESTIER, Maître de conférences en histoire contemporaine, Université Lumière-Lyon 2

16Gilbert GARRIER, Professeur émérite d'histoire contemporaine, Université Lumière-Lyon 2

17Pierre GOUJON, Professeur émérite d'histoire contemporaine, Institut universitaire de formation des maîtres de Lyon

18Anne-Marie GRANET-ABISSET, Maître de conférences en histoire contemporaine, Université Pierre Mendès France-Grenoble 2

19Guy MARIVAL, Chargé d'études à la Chambre d'agriculture de l'Aisne, Projet « mémoire 2000 »

Post-doctorants

20Virginie BODON, Attachée temporaire d'études et de recherches, Université Lyon 3. Thèse soutenue en 1997 : La modernité au village. Étude comparée de l'aménagement des barrages de Tignes et de Serre-Ponçon, des années 1920 à la fin des années 1960, sous la direction de Henri Morsel.

21Philippe GONOD, Chargé d'études de l'Institut de recherche du Val de Saône-Mâconnais. Thèse soutenue en 1993 : Propriété et partage du sol : la transmission du patrimoine dans le Val de Saône aux XVIIIet XIXe siècles, sous la direction de Gilbert Garrier.

22Jean LARGE, professeur de lycée. Thèse soutenue en 1996 : Familles et patrimoines en Beaujolais, 1760-1914, sous la direction de Gilbert Garrier.

Doctorants

23Martine BACQUÉ-COCHARD, La petite exploitation en Pays Basque français au XIXe siècle.

24Armelle BARRÉ, Les aménagements hydrauliques dans les campagnes de Rhône-Alpes aux XIXe et XXe siècles.

25Grégory BOUDET, La filière cuir en Rhône-Alpes aux XIXe et XXe siècles.

26Estelle BOYER, La question sociale dans les campagnes du département de la Loire au XIXe siècle.

27Arnauld CAPPEAU, Les conflits de voisinage dans les campagnes de Rhône-Alpes au XIXe siècle.

28Gaëlle CHARCOSSET, Les élus municipaux des communes rurales de Rhône-Alpes au XIXe siècle.

29Pierre CORNU, La déprise humaine dans les hautes terres du Massif central, 1840-1990.

30Philippe DETURCHE, Les indivis dans l'arc alpin (Savoie, Haute-Savoie, Val d'Aoste et Valais).

31Rémi FOURCHE, La protection des cultures végétales et ses réceptions dans le monde agricole Rhône-Alpes (seconde moitié du XXe siècle).

32Marie-Laure GARRIER, L'élevage du cheval dans la France du XIXe siècle.

33Renaud GRATIER de SAINT LOUIS, La mécanisation agricole en Rhône-Alpes, 1860-1940.

34Laurence HUGOT, Cabarets et cabaretiers dans les campagnes de Rhône-Alpes des XIXe et XXe siècles.

35Lisanne LAGOURGUE, La lavande dans le département de la Drôme aux XIXe et XXe siècles.

36Bertrand LAMURE, Les employés municipaux des communes rurales de Rhône-Alpes au XIXe siècle.

37Stéphanie LARCELET, La forêt dans le Morvan aux XIXe et XXe siècles.

38Mélanie METTRA, L'olive dans le département de la Drôme aux XIXe et XXe siècles.

39Anne MONNET, Excellence et concours agricoles dans le canton de Genève aux XIXe et XXe siècles.

40Mathieu PELLETIER, Agriculture et agriculteurs de l'Ain au XXe siècle.

41Valérie PONA, Les salariés agricoles de l'Oise au XXe siècle.

42Laure PIATON, Les pratiques musicales dans les campagnes de Rhône-Alpes aux XIXe et XXe siècles.

43Yann STEPHAN, La petite exploitation rurale dans le département de la Drôme au XIXe siècle.

44David TROUILLET, L'élevage bovin en Saône-et-Loire au XIXe siècle.

45Hélène VARLET, Atteintes physiques et homicides dans les campagnes de l'Ain au XIXe siècle.

Contacts

46Jean-Luc Mayaud

47Centre Pierre Léon- Maison Rhône-Alpes des sciences de l'Homme,

4814, avenue Berthelot, 69363 Lyon cedex 07

49tél. : 04 72 72 64 34 fax : 04 72 80 00 08

50E mail : Jean-Luc.Mayaud@mrash.fr

51Correction typographique le 01/01/2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Mayaud, « Équipe « économies et sociétés rurales européennes contemporaines » », Ruralia [En ligne], 01 | 1997, mis en ligne le 01 janvier 1997, consulté le 30 mars 2017. URL : http://ruralia.revues.org/24

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page