Navigation – Plan du site
Thèses ruralistes

Les pêcheurs des Provinces maritimes du Canada face aux fluctuations des ressources halieutiques. Cas de la Lobster bay (Nouvelle-Écosse) et du comté de Charlotte (Nouveau-Brunswick)

Thèse de doctorat de géographie sous la direction de François Carré (Université Paris IV) et Douglas Day (St Mary's University, Halifax), Université Paris IV-Sorbonne, 155 f°, soutenue le 8 juin 2001 devant un jury composé de Loïc Antoine, François Carré, Jean Chaussade, Jean-Pierre Corlay et Douglas Day, mention très honorable avec les félicitations du jury.
Clotilde Bodiguel

Entrées d’index

Chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Quelles sont les réponses des pêcheurs des Provinces Maritimes canadiennes aux variations d'abondance des ressources halieutiques ? Selon quels principes conducteurs sont-elles coordonnées ? Dans un contexte d'intervention croissante de l'État fédéral dans la gestion des pêches, comment ont-elles évolué au cours des trente dernières années ? Telles sont les interrogations qui ont guidé cette recherche, menée à partir de l'étude des cas de la Lobster bay (Nouvelle-Écosse) et du comté de Charlotte (Nouveau-Brunswick).

2Les pêcheurs isolent les variations qui relèvent de l'abondance de celles qui dépendent de la disponibilité des ressources, c'est-à-dire de la vulnérabilité et de l'accessibilité de l'espèce-cible à leur unité de pêche. Cette distinction existe alors même que leur appréhension objective de l'abondance est très floue. C'est le problème même de la perception : un individu qui regarde de sa chaise un objet sur une table, l'identifiera immédiatement comme étant, par exemple, un cube même s'il ne peut objectivement voir qu'une face complète, partiellement une autre, un angle et des arêtes. Le pêcheur reproduit ce processus à partir de ses prises et d'informations incomplètes sur celles des autres, tout en tenant compte du fait que celles-ci ne reflètent pas uniquement l'abondance.

3Dans les Provinces maritimes, ce phénomène de reconstruction du tout à partir d'éléments très incomplets est encore amplifié par la fragmentation de l'espace halieutique et par la nature du savoir écologique local. L'extrême division de l'espace halieutique, en unités multiples et relativement imperméables, accroît la relativité des données dont le pêcheur dispose pour évaluer l'état de la ressource. Elle est liée au découpage administratif des eaux marines en zones de pêches et à l'appropriation des pêcheries par flottes, ports ou communautés. Le savoir écologique local, acquis par la pratique, agit dans le même sens. Il porte essentiellement sur la connaissance des facteurs de disponibilité des ressources, à court et moyen termes. Le pêcheur se tourne en priorité vers ce savoir pour expliquer une variation des prises avant d'envisager un possible changement d'abondance dont il a plus de difficultés à distinguer les signes. Au final, il n'identifie comme fluctuation de stock que des tendances lourdes s'étalant sur plusieurs années au moins ; les modifications d'abondance légères ou brèves sont noyées sous le « bruit », à court terme très puissant, des autres sources de fluctuations des prises.

4L'attribution d'une modification des prises à un changement de disponibilité ou d'abondance de la ressource amène le pêcheur à développer des réponses de nature différente ; il distingue en effet clairement les deux problèmes. Les baisses de disponibilité des ressources peuvent être atténuées par la compétence du patron-pêcheur et de son équipage ; même s'ils ne peuvent agir sur la source, ils connaissent souvent ou devinent les processus qui sont à l'origine de ces changements et s'adaptent en conséquence. L'explication qu'ils donnent des causes de variations à court et moyen termes est d'ailleurs issue de leur pratique et d'un savoir écologique local très précis ; leurs réponses à ces événements sont donc fondées sur des certitudes ou, tout au moins, sur des connaissances.

5Lorsque les facteurs de disponibilité des ressources ne suffisent plus à expliquer une modification durable des prises, les pêcheurs se tournent alors vers les changements d'abondance comme facteur explicatif. La perception de l'abondance à travers les prises et l'information externe est, nous l'avons vu, très limitée également. Les représentations des variations d'abondance sont d'ailleurs, dans leurs propos, généralement fondées sur des connaissances générales du cycle de la vie chez les humains ou chez d'autres animaux terrestres, et non sur la pratique des pêches ou sur le savoir écologique local. Cette incertitude majeure dans l'identification de ces phénomènes n'est pas suppléée par l'intégration de sources extérieures, comme celles que pourraient fournir les biologistes. L'appréhension et la compréhension des variations d'abondance sortent ainsi largement du cadre des compétences du pêcheur qui adopte donc devant cette éventualité une attitude d'observation vigilante.

6Les périodes de transition dans l'abondance d'un stock, si cruciales dans la gestion des pêches, posent ainsi un problème spécifique, où peuvent se heurter la perception du biologiste ou du gestionnaire et celle de l'exploitant. Les pêcheurs acceptent l'incertitude, liée à l'abondance, et se positionnent donc dans une sorte d'attente raisonnée et vigilante ; les biologistes et les gestionnaires, même s'ils ne sont pas sûrs de leurs données, tentent d'anticiper l'événement pour l'empêcher ou tout au moins en minimiser les manifestations. Ces attitudes antinomiques s'affrontent nécessairement lorsque, dans un tel cas de figure, l'instance gestionnaire tente de faire passer de nouveaux règlements restrictifs.

7Cette analyse m'a amenée à proposer le concept de « principe d'opportunité » pour expliquer les stratégies des pêcheurs face à l'incertitude générée par les variations d'abondance. Ce principe, qui relève du système des finalités, repose sur la conscience que les pêcheurs ont de leur faible possibilité d'anticipation des variations d'abondance et sur la certitude que celles-ci vont affecter leur activité ; il fonde ainsi une attitude d'ouverture et de flexibilité qui, seule, peut permettre de faire face à la perspective d'événements attendus mais non prévisibles. Les réponses développées par les pêcheurs face aux fluctuations d'abondance dans la Lobster bay et le comté de Charlotte, des années 1950 aux années 1990, témoignent de la réalité de ce principe et de son efficacité.

8La mise en pratique du principe d'opportunité s'exprime aux trois échelles : le court, le moyen et le long termes. À court terme, elle est souvent liée aux liens d'inter-connaissance, caractéristiques des communautés dans lesquelles vivent les pêcheurs : l'opportunité d'un travail ou d'un investissement surgit souvent par l'entremise d'un voisin, d'un ami ou d'un membre de la famille ; son refus est rare et la décision est presque toujours prise en moins de 48 heures. Cette approche reflète une certaine conception des risques et des bénéfices dans une société où la hiérarchie s'exprime à travers la réussite en mer. Les highliners, en tête de leur communauté, sont toujours ceux qui ont pris des risques : celui d'explorer des pêcheries vierges, d'exploiter des espèces encore peu connues ou rentables, d'innover techniquement ou tout simplement d'avoir su tirer parti d'être au bon endroit au bon moment. Ils ne sont donc pas seulement les meilleurs pêcheurs en terme de compétence ; ils sont également ceux qui tirent le maximum de bénéfices de leur rapidité de réaction face à l'apparition d'une nouvelle opportunité.

9À moyen terme, le principe d'opportunité s'exprime à travers les mécanismes d'adaptation aux fluctuations prolongées des prises. Les mécanismes identifiés à travers les exemples californien, péruvien, chilien, ivoirien et philippin sont également présents dans le cas canadien, ce qui tend à montrer que leur nombre et leur nature varient peu, même si, dans le détail, leurs conditions de mise en place et leurs caractéristiques précises diffèrent. Ainsi, les patrons-pêcheurs des Maritimes, propriétaires d'unités petites ou moyenne (moins de 15 mètres) qui forment l'essentiel des flottes, développent les moyens d'adaptation suivants : la mobilité de l'unité de pêche (effet de mobilité) dont le renforcement permet de pallier les changements de répartition des ressources, d'augmenter la taille des pêcheries ou de se reconvertir plus facilement vers l'exploitation d'une autre espèce ; l'augmentation de l'effort de pêche pour compenser une diminution des prises ou tirer parti d'une hausse d'abondance (effet de rattrapage) ; le transfert de l'exploitation d'une espèce-cible vers une autre (effet de substitution) ; la répartition annuelle de l'exploitation sur un nombre plus ou moins élevé d'espèces (effet de diversification et de concentration) et la modification des coûts d'activité, la transformation des engins de pêche et les innovations techniques. En dehors des pêches, ils utilisent principalement la pluriactivité et la reconversion momentanée. Deux moyens d'adaptation doivent être ajoutés à cette liste : le premier est le passage du statut d'équipier à celui de patron-pêcheur (et réciproquement) selon les conditions économiques et biologiques de l'exploitation ; le second, lié à l'effet de rattrapage, s'exprime par la manipulation du calendrier de pêche.

10Le choix et la mise en œuvre de ces moyens d'adaptation s'élaborent dans l'interaction entre plusieurs facteurs tel le contexte local de l'exploitation, la situation personnelle du pêcheur, le type de fluctuation (fréquence, durée et ampleur) et l'encadrement étatique de l'activité. Les entretiens semi-dirigés ont mis en évidence, dans le choix des mécanismes palliatifs aux variations d'abondance, des points nets de divergence et de concordance entre les terrains d'enquêtes.

11Les points de divergence sont fondamentalement liés à la diversité des ressources disponibles, à leurs caractéristiques et aux techniques de pêche développées pour les exploiter. Dans le détail, les éléments les plus marquants sont : l'étendue des zones de pêche disponibles (liées à la gestion) ; la diversité des ressources exploitables ; la proximité de zones de concentration, de routes de migration ou de frayères ; l'abondance moyenne de ces espèces ; la nature des fluctuations ; la nature des engins de pêche (mobiles ou non, induisant une saisonnalité ou non). Par exemple, l'île de Grand Manan (comté de Charlotte) dispose d'une zone de pêche exclusive mais relativement restreinte, de ressources d'une grande diversité, d'une stabilité généralement supérieure à celle des autres régions du Canada atlantique, due à la proximité de zones de concentration et de frayères. Ces ressources, dont l'abondance en favorise l'exploitation à long terme, permettent néanmoins rarement de fonder une pêche mono-spécifique 1 annuelle, même dans des conditions de marché favorables. Il en résulte durant tout le XXe siècle, une situation générale dominée par la diversification et la complémentarité des activités ; les pêcheurs exploitent plusieurs espèces durant l'année, de deux à facilement quatre ou cinq, avec divers engins de pêche. Les effets de substitution, de rattrapage et plus particulièrement de manipulation du calendrier de pêche, des coûts et des engins dominent largement les mouvements de mobilité de la flotte et de concentration/diversification des activités. À l'opposé, les pêcheurs de la Lobster bay ont des stratégies beaucoup plus axées vers la mobilité, la concentration ou la diversification de l'exploitation et le passage répété du statut de patron-pêcheur à celui d'équipier. Ces stratégies s'expriment dans le contexte de zones de pêche beaucoup plus larges, d'une moindre diversité de ressources exploitables à proximité des ports et d'ampleur supérieure des variations d'abondance. Ces caractéristiques ont permis l'émergence de pêches mono-spéficiques annuelles ou saisonnières, même pour les unités de moins de 15 mètres. Ces différences sont accentuées par les conditions socio-économiques locales, en particulier par le degré d'ouverture de la communauté d'appartenance du pêcheur et l'existence d'emplois en dehors des pêches dans la communauté ou à proximité.

12Ainsi, l'organisation des pêches de Grand Manan prend un aspect monolithique où il est parfois difficile de cerner des cycles d'exploitation bien tranchés ; les stratégies des pêcheurs semblent se dérouler dans un continuum sans modifications majeures. Au contraire, l'histoire halieutique de la Lobster bay est faite de ruptures et d'épisodes phares où les stratégies sont élaborées, abandonnées, remaniées à mesure des événements. Il est ainsi possible de dégager des préférences stratégiques selon les générations, liées aux événements que les hommes ont vécus.

13Les points de convergence entre les terrains d'enquêtes sont principalement liés à l'intervention étatique dans la gestion des pêches qui s'immisce de façon identique partout et interfère dans la mise en œuvre des mécanismes d'adaptation classiques. La gestion fédérale des pêches s'appuie sur une très forte sectorisation par espèce, par engin et par taille des navires et sur la délivrance de permis, limités en nombre et assortis de conditions d'exploitation et d'accès. Elle affecte principalement le passage facile et rapide d'une pêche à l'autre ou d'un engin à l'autre, la liberté d'exploiter une nouvelle espèce et de modifier certaines caractéristiques des unités. Elle génère ainsi de nouveaux mécanismes d'adaptation qui doivent permettre aux pêcheurs de conserver leur flexibilité tout en tenant compte des contraintes de la réglementation.

14Ces stratégies portent sur les permis de pêche et leurs conditions d'accès et de renouvellement. Par des systèmes de rétention et d'accumulation, elles visent principalement à maintenir la possibilité de jouer rapidement sur le nombre d'espèces exploitées. Pour atteindre ces objectifs propres, les pêcheurs utilisent autant les possibilités légales offertes par la réglementation que des dispositifs de contournement de la loi. Ces stratégies sont donc d'une nature bien différente des autres, leur fonction n'est pas de répondre à l'immédiateté d'une fluctuation, mais de préserver à long terme les capacités d'adaptation à court et moyen termes. Elles relèvent ainsi de la mise en œuvre du principe d'opportunité sur le long terme, mais, se faisant, elles orientent le choix des mécanismes d'adaptation à court et moyen termes. Ces stratégies se sont forgées au fil du temps et de l'édification de la politique canadienne des pêches. Leur nature préventive inclut l'état actuel de la réglementation, son évolution et l'anticipation de la tendance. Les pêcheurs intègrent donc dans leur démarche ce qu'ils supposent être les intentions sous-jacentes de l'État fédéral en matière de gestion des pêches côtières, les modalités possibles de mise en œuvre de sa politique et finalement la façon dont cela affectera leur marge de flexibilité face aux incertitudes de la ressource et des marchés.

Haut de page

Notes

1 Pour les unités de moins de 15 mètres, appartenant à des patrons-pêcheurs indépendants.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clotilde Bodiguel, « Les pêcheurs des Provinces maritimes du Canada face aux fluctuations des ressources halieutiques. Cas de la Lobster bay (Nouvelle-Écosse) et du comté de Charlotte (Nouveau-Brunswick) », Ruralia [En ligne], 08 | 2001, mis en ligne le 25 janvier 2005, consulté le 30 mars 2017. URL : http://ruralia.revues.org/235

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page