Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Dominique RIVIÈRE [dir.], Machines agricoles à l’affiche, Pierre-de-Bresse, Ecomusée de la Bresse bourguignonne, 1999, 76 p.

Renaud Gratier de Saint-Louis

Entrées d’index

Chronologique :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage de qualité, richement illustré, est le prolongement de l’exposition « affiches, maquettes et machines agricoles », présentée par l’écomusée de la Bresse bourguignonne au Château Pierre-de-Bresse, de mai à décembre 1999 (www.ecomusee.de.la.bresse@wanadoo.fr). Après une brève introduction qui rappelle l’influence déterminante du progrès technique sur les « mentalités, usages et techniques agraires » (p. 5), la première partie, intitulée « les débuts de la mécanisation au XIXe siècle », entraîne le lecteur au cœur de l’épopée des pionniers du machinisme agricole. Charrues brabants 1, semoirs en ligne, distributeurs d’engrais, moissonneuses-javeleuses, lieuses et faucheuses mécaniques sont immortalisés par des placards très soignés. L’utilisation, anachronique et souvent répétée, d’affiches publiées dans les années 1920-1930, nuit cependant à la cohérence de la démarche.

2De leurs côtés, les techniques de battage font l’objet d’une synthèse détaillée (p. 14) et sont évoquées au travers d’illustrations particulièrement originales (pp. 13-17). En témoigne cette affichette de 1933, que n’aurait pas reniée Jacques Tati, sur laquelle un garde champêtre, les bras levés au ciel, s’écrie à l’adresse d’un groupe de « batteux » : « Attention aux accidents ! » (p. 17). Malheureusement, la chronologie est parfois parsemée d’inexactitudes. Les premières batteuses à vapeur seraient ainsi apparues en Bresse vers la fin du XIXe siècle… Cette thèse très (peut-être trop ?) « classique », vient néanmoins se briser sur les récifs abrupts des archives. À l’image de Dracé, qui « loue des machines à battre mues par la vapeur [venant] du département de l’Ain » 2, les fermes du Beaujolais et du Val-de-Saône louent déjà, vers 1856, les services d’entrepreneurs de battage à la vapeur originaires des plaines voisines de l’Ain 3. Constat similaire de la part du président de la Commission de la statistique agricole du canton de Villefranche-sur-Saône, qui évoque en 1861, « l’emploi [d’une] machine à battre [à vapeur], […] construite par des cultivateurs habitants le département de l’Ain, qui la louent et la transportent dans les fermes un peu importantes de mon canton » 4.

3La seconde partie de l’ouvrage s’attache à « l’évolution lente de l’entre-deux-guerres » et dresse le tableau d’une France agricole quasi léthargique. Une fois de plus, les auteurs sous-estiment l’importance des changements survenus… Car si l’iconographie fait la part belle aux publicités de moteurs à essence, le texte lui, néglige cruellement le poids effectif de cette motorisation « auxiliaire ». En 1929, l’enquête agricole dénombre pourtant 1 265 moteurs électriques et 491 moteurs à explosion dans les exploitations de l’Ain 5. Quatorze ans plus tard, les services de la statistique agricole recensent déjà un moteur électrique pour douze exploitations et constatent que 56 % des récoltes du département sont désormais battues à l’électricité (l’Ain se place alors en seconde position en Rhône-Alpes, derrière la Haute-Savoie avec 75 %) 6. Comme le souligne un slogan des établissements Bernard-Moteurs, « Restez à la terre, le moteur vous y aidera » (p. 46), le moteur auxiliaire (à essence ou électrique) devient rapidement le « troisième bras » du paysan. C’est « l’outil à tout faire » de la ferme : il actionne la scie à bûches, le concasseur, le coupe-racines, le tarare, le monte-sacs, la baratte, l’écrémeuse, la machine à traire (une en 1929 !). Il fournit parfois l’énergie nécessaire au pressoir, à l’arrosage des propriétés ou à l’éclairage des étables.

4Dans la dernière partie de l’ouvrage, les auteurs se consacrent à « la motorisation et [à] la rupture des années 1950-1960 ». Sous le poids conjugué des politiques économiques (Plan Monnet en 1946, puis Plan Marshall deux ans plus tard) et du développement des structures de vulgarisation technique et des regroupements coopératifs (CETA, Foyers ruraux, CUMA, etc.), l’agriculture française réalise une amélioration sans précédent de ses équipements : le nombre de tracteurs est ainsi multiplié par sept entre 1950 et 1965 ! Pour l’année 1955, l’INSEE dénombre respectivement, en Dombes et en Bresse, 97 et 60 tracteurs pour cent exploitations (67 % à l’échelle de l’ensemble du département de l’Ain) 7. De Renault à Deutz, en passant par Someca, McCormick ou Massey-Ferguson, l’ouvrage ressuscite alors les grands noms de la mécanique agricole.

5L’affiche co-éditée par le parti communiste et l’hebdomadaire La Terre, sur le thème des méfaits du Marché commun (1988, p. 71), est un clin d’œil à la place de l’outil dans le débat politique. Ici, l’antique faucille du mouvement communiste côtoie la moissonneuse-batteuse moderne, pourtant abandonnée dans les champs, sous le slogan mobilisateur : « pas de terres en friche ! Des hommes ont faim ! »… Cette dimension symbolique échappe pourtant aux auteurs, qui négligent les détournements dont le tracteur agricole fait fréquemment l’objet. De la baratte électrifiée par la Société Pratica, qui permet à une paysanne de goûter librement aux « joies » du tricot, aux Gitanes caporal, mêlant subtilement consommation de tabac brun et utilisation quotidienne du tracteur, en passant par les illustrations de la Société de construction et d’entretien de matériel industriel et agricole (SCEMIA), sur lesquelles une femme en chapeau pilote hardiment un puissant tracteur à pétrole, les exemples sont alors légions dans la presse agricole ! Les auteurs omettent aussi l’apport précieux qu’auraient pu offrir les plaquettes commerciales des constructeurs régionaux de matériels agricoles, à l’instar de Vermorel, Berthoux, Pâtissier, Pratica, Bénétullière ou encore Reymond.

6En définitive, et en dépit de ces diverses remarques, l’écomusée de la Bresse bourguignonne nous gratifie d’un bel opuscule, agréable à lire, qui peut être une excellente idée de cadeau, à offrir ou à s’offrir…

Haut de page

Notes

1 D’après le témoignage du maire du Plantay, publié le 9 février 1869 dans Le Courrier de l’Ain, les brabants se diffusent dès la fin des années 1860 dans les plaines de l’Ain. Cité par Étienne GOUTAGNY, « Histoire du labour en Dombes », dans Dombes, revue de l’Académie de la Dombes, automne 1986/hiver 1987, n° 6, p. 7.
2 Arch. dép. Rhône (Archives départementales du Rhône), 6MP/5/9, relevé communal des machines à battre, 18 décembre 1855.
3 Arch. dép. Rhône, 6MP/5/9, État des machines à battre en 1856 dans le département du Rhône.
4 Arch. dép. Rhône, 6Mp/5/11, Statistique agricole de 1861, tableaux synoptiques, récapitulatif cantonal de Villefranche-sur-Saône, 19 décembre 1861.
5 Statistique agricole de la France publiée par le Ministère de l’Agriculture. résultats généraux de l’enquête de 1929, Paris, Imprimerie nationale, 1936, 803 p.
6 Archives nationales, F10 5203, Enquête de l’automne 1943, département de l’Ain.
7 « Les moyens de traction agricole en France », dans Bulletin mensuel de statistique, janvier/mars 1955, p. 55 et p. 60.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Renaud Gratier de Saint-Louis, « Dominique RIVIÈRE [dir.], Machines agricoles à l’affiche, Pierre-de-Bresse, Ecomusée de la Bresse bourguignonne, 1999, 76 p. », Ruralia [En ligne], 08 | 2001, mis en ligne le 22 janvier 2005, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://ruralia.revues.org/233

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page