Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Lourenzo FERNÁNDEZ PRIETO [dir.], Terra e progreso. Historia agraria da Galicia contemporánea, Vigo, Edicións Xerais de Galicia, 2000, 551 p.

Jean-Luc Mayaud

Entrées d’index

Chronologique :

XIXe siècle, XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Professeur d'histoire agraire contemporaine à l'Université de Saint-Jacques-de-Compostelle, Lourenzo Fernández Prieto rassemble, sous un titre qui fleure bon le slogan 1, 18 contributions concernant l'histoire agraire de la Galice contemporaine. Publié en langue galicienne, ce qui ne facilite guère une diffusion internationale — et même ibérique —, l'ouvrage a l'ambition de « reconstruire une mémoire rurale » de cet ensemble de provinces du nord-ouest de l'Espagne — La Corogne, Lugo, Orense et Pontevedra. Une claire et ferme introduction au volume (Lourenzo Fernández Prieto, « Reconstruíndo a Galicia rural contemporánea ») annonce les enjeux historiographiques : tout en discutant les concepts de « modernisation » ou de « progrès », il s'agit, entre autres, de rompre avec la référence au seul « modèle » anglais et de considérer les apports des multiples recherches des historiens depuis une vingtaine d'années. Certes, la variété des approches des auteurs est réelle, mais choisir une échelle d'étude limitée à la région galicienne — au demeurant fort diverse et contrastée — permet une salutaire relecture mettant au jour des rythmes et une chronologie des changements ruraux observés : à l'évidence, depuis la crise agraire au moins — dont on connaît le fort impact dans les pays de l'Europe méditerranéenne 2 —, les campagnes galicienne ne peuvent plus être décrites comme « politiquement réactionnaires, socialement inertes et économiquement immobiles ».

2Déjà publiés dans diverses revues entre 1982 et 1997, les articles sont répartis au sein de l'ouvrage selon six parties. « Changements et inerties » permet de présenter les grandes tendances de l'économie agraire observées dans des temporalités variables : temps court au moment de la crise de la fin du XIXe siècle révélant la résistance de la petite exploitation paysanne (Lourenzo Fernández Prieto, « Caracterización da agricultura galega contemporánea : entre o atraso a adaptación ao capitalismo ») ; demi siècle pré-franquiste traitant des rapports à la terre et des spécialisations culturales (Ramón Villares Paz, « A agricultura galega, 1870-1930. Unha época de grandes transformacións ») ; temps long révélant les contrastes entre les logiques de l'agriculture de subsistance — à base céréalière — et celles des orientations vers des cultures plus spéculatives (Maria Xosé Rodríguez Galdo, « A agricultura tradicional galega. Crecemento sen modernización »). Une seconde partie, « conflits sociaux et agrarisme », développe à l'échelle galicienne les débats qui, naguère, avaient agité la communauté scientifique française 3. Anxo Fernández González aborde les luttes antifiscales, lues au prisme de l'« économie morale » analysée par Edward Palmer Thompson (« As extratexias antifiscais nas sociedades compesiñas tradicionals. Galicia, 1700-1840 ») ; la Galice connaît ensuite une réactivation des phénomènes communautaristes et le développement d'associations professionnelles agrariennes (Henrique Hervés Sayar, Ángel Fernández González, Lourenzo Fernández Prieto, Aurora Artiaga Rego et Xesús L. Balboa López, « Resistencia e organización. A conflictividade rural en Galicia desde a crise di Antigo Réxime ao franquismo »). On nous permettra de regretter qu'une place n'ait pas été faite dans ce volume aux travaux particulièrement neufs de Miguel Cabo Villaverde 4 : le versant « agrarien » de cette seconde partie aurait ainsi pu être plus affirmé, complétant et nuançant les approches « luttes des classes ». Celles-ci sont brillamment saisies au moment des grèves du début du XXe siècle ou du premier franquisme, qui entend faire table rase de « l'associationnisme paysan » (Henrique Hervés Sayar, « O nacemento do asociacionismo campesiño na rexión baixomiñota, 1900-1905 » ; Lourenzo Fernández Prieto, « Represión franquista e desarticulación social en Galicia. A destrucción da organización societaria campesiña, 1936-1942 »).

3Neuve et stimulante est la troisième partie traitant des « modes de production et [des] innovations techniques ». Rassemblant une importante documentation statistique — les Frutos Civiles —, Fausto Dopico Guitiérrez del Arroyo offre une première approche des rendements céréaliers du dernier quart du XIXe siècle (« Productividade, rendementos e tecnoloxía na agricultura galega de fins do século XIX ») : certes, les disparités entre les provinces galiciennes sont grandes, mais en moyenne le blé atteint 8,2 hl/ha et le millet 18 ; la production totale par travailleur de la terre est alors de 16,6 hl. L'analyse des « systèmes de fertilisation » permet de suivre l'introduction des phosphates, dont les effets ne sont pas toujours positifs (Xesús L. Balboa López et Lourenzo Fernández Prieto, « Evolución das formas de fertilización na agricultura atlántica entre os séculos XIX-XX. Do toxo aos fosfatos »). Surtout, en 37 pages denses, Lourenzo Fernández Prieto traite de la mécanisation agricole des petites exploitations, en ayant soin de poser les cadres de « l'analyse historique du changement technique en agriculture » (« Selección de innovacións nunha agricultura atlántica de pequenas explotacións. Galicia, 1900-1936. A adopción das máquinas de mallar »). Le développement de l'élevage est tel que les études le concernant nourrissent la quatrième partie de l'ouvrage. La filière bovine est l'un des principaux secteurs de l'exportation agricole : les provinces galiciennes assurent à elles seules 77 % des exportations espagnoles entre 1868 et 1886, essentiellement en direction de l'Angleterre et du Portugal (Xan Carmona Badía, « Sobre as orixes da orientación exportador na producción bovina galega. As exportacións a Inglaterra na segunda metade do século XIX ») : le secteur de l'élevage apparaît ainsi particulièrement dynamique, capable de se désenclaver et de se structurer à l'initiative des négociants. Statistiques, rapports administratifs et études de cas permettent à Alberte Martínez López de retracer, dans le temps long, une histoire de cet élevage qui, comme en France, évolue du statut d'activité complémentaire à celui de spécialisation conquérante — et ce dès les années 1870 —, même si, durablement, les « petits » continuent à livrer leur production au marché ; avec la « révolution verte » galicienne, l'intensification de la production est telle qu'à la fin du XXe siècle, cette spécialisation connaît, elle aussi, les problèmes d'engorgement des marchés et de concurrence, et subit les mesures imposées par Bruxelles (« Perspectiva histórica da gandería galega : da complementariedade agraria á crise da intensificación láctea (1850-1995) »).

4Dans ces pays de petite propriété, les agriculteurs et éleveurs des provinces galiciennes trouvent d'utiles compléments dans les terres collectives. La question de la terre et des espaces forestiers légitime une cinquième partie regroupant une étude sur les utilisations et la gestion des « communaux » au XIXe siècle (Xesús L. Balboa López, « Comunidade campesiña e terras de propriedade colectiva : a utilización do monte na Galicia do século XIX ») et un article concernant les bois publics de la province de Pontevedra : les conflits sont nombreux dès lors que l'administration tente de limiter l'accès des usagers, de rationaliser une exploitation forestière destinée à l'industrie et d'engager une ample politique rationnelle de reforestation (Eduardo Rico Boquete, « Montes, industria de serra e tráfico de madeira en Galicia. A provincia de Pontevedra no período 1875-1936 »). L'ouvrage se termine par une tentative de mesurer, dans le long terme, l'évolution de la propriété et de ses revenus : une savante approche des mutations foncières permet à Aurora Artiaga Rego d'élaborer une typologie des propriétaires des environs de Saint-Jacques comparés à ceux de Tui — province de Pontevedra — (« A renda foral en Galicia a fins do seculo XIX »). Il revient à Ramón Villares Paz, spécialiste de la question 5, de dresser le tableau juridique des « foros » dans le très long terme et dans une perspective comparatiste permettant de mettre au jour les particularités galiciennes (« Os foros de Galicia. Algúns problemas e comparacións. Estudio histórico/comparativo dos censos e enfiteuses en España ») : les conflits sont multiples, et l'on sait gré à Maria Xesús Baz Vicente d'en proposer plusieurs exemples pour le XIXe siècle, notamment au moment de l'abolition du régime seigneurial (« A conflictividade abolicionista nos estados de andrade : o prieto de iñas, dexo e serantes »). L'ouvrage se conclut par une belle étude sur le crédit rural pendant le premier tiers du XXe siècle (« O amo bo e o comerciante que fía : dúas estratexias de crédito rural privado no primeiro tercio do século XX ») : à travers plusieurs exemples précis, Luís Domínguez Castro aborde les aspects financiers de l'accès à la propriété et de la « modernisation » culturale, montrant comment les financeurs parviennent à réactiver des formes de clientélisme et de contrôle social.

5On ne peut que saluer cet ouvrage, véritable somme attestant la belle vitalité des recherches ruralistes galiciennes. Dorénavant, l'agriculture de la Galice ne peut plus être lue au prisme conceptuel du « retard » économique, technique, mental : les multiples aspects développés donnent à lire le dynamisme et les capacités d'adaptation d'une petite exploitation maintenue et conquérante, se taillant une place sur le marché local et extra-local. Certes, on aurait aimé que soit plus analysés les facteurs de sa pérennité : les aspects démographiques sont au total peu abordés, ce qui apparaît paradoxal pour ces provinces connaissant une forte émigration, notamment outre-Atlantique. Non négligeables sont les contributions financières des migrants régulièrement ou épisodiquement expédiées à leur famille ; de même, leur retour avec un léger pécule permet leur installation ou l'agrandissement de leur exploitation. Enfin, il apparaît que la Galice proto-industrielle ou industrielle n'est pas un monde à part : les phénomènes de pluriactivité, individuelle ou familiale, mériteraient sans doute une étude approfondie, autorisant les historiens à passer d'une lecture de la petite exploitation agricole à celle de la petite exploitation rurale.

6Cette belle histoire de la Galice agraire contemporaine demeure cependant essentiellement limitée à la période s'écoulant de la crise de la fin du XIXe siècle à la Guerre civile. Souhaitons — et ce vœu vaut pour la France rurale du XXe siècle — que les historiens de l'équipe de Saint-Jacques-de-Compostelle nous offrent bientôt un aussi beau livre sur les campagnes galiciennes du franquisme à nos jours.

Haut de page

Notes

1 Ainsi que le  rappelle en introduction le responsable du volume« Terra, progresso, luz e liberdade » fut effectivement l'un des slogans des grévistes galiciens de 1908.
2 Ramon GARRABOU [dir.], La crisis agraria de fines del siglo XIX, Barcelone, Editorial crítica, 1988, 359 p. ; Pasquale VILLANI [dir.], L'agricoltura in Europa e la nascita della « questione agraria » (1880-1914). Atti del convegno di Roma, ottobre 1992.— Annali dell’Istituto « Alcide Cervi », Rome, n° 14-15, 1992-1993, 509 p.
3 Nous faisons référence ici à : Pierre BARRAL, Les agrariens français de Méline à Pisani, Cahiers de la Fondation nationale des sciences politiques, n° 164, Paris, Librairie Armand Colin, 1968, 386 p. ; Philippe GRATTON, Les luttes de classes dans les campagnes, Paris, Éditions Anthropos, 1971, 482 p. ; Philippe GRATTON, Les paysans français contre l'agrarisme, Paris, Librairie François Maspero, 1972, 224 p.
4 Miguel CABO VILLAVERDE, O agrarismo, Vigo, Edicións A nosa terra, 1998, 254 p.
5 Ramón VILLARES PAZ, La propriedad de la tierra en Galicia, 1500-1936, Madrid, 1982.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Mayaud, « Lourenzo FERNÁNDEZ PRIETO [dir.], Terra e progreso. Historia agraria da Galicia contemporánea, Vigo, Edicións Xerais de Galicia, 2000, 551 p. », Ruralia [En ligne], 08 | 2001, mis en ligne le 22 janvier 2005, consulté le 22 mai 2017. URL : http://ruralia.revues.org/230

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page