Navigation – Plan du site
Articles

Territoires, produits et identités en mutation : Les Hautes-Côtes en Bourgogne viticole

Marion Demossier

Résumés

Les questions de territoires et d’Appellations d’origine contrôlée (AOC) sont aujourd’hui au centre des préoccupations agricoles européennes. Dans ce contexte, la France et son terroir viticole offrent de nombreux exemples de réussites liées aux reconversions territoriales d’espaces en crise. Suite au décret du 4 août 1961, le vignoble des Hautes-Côtes en Bourgogne s’est ainsi vu attribuer une appellation régionale distincte qui concrétisait les efforts politiques et syndicaux d’une génération de polyculteurs-viticulteurs attachés à leur territoire d’origine. Cet article se propose d’analyser le rôle joué par l’AOC dans la construction, la différenciation et l’emblématisation du produit « Hautes-Côtes » et de son territoire. Il s’agit d’évaluer dans quelles mesures les politiques d’accompagnement et de développement économique ont conduit à une intégration de cette zone viticole dans une aire d’appellation plus large et, du même coup, à un gommage de ces particularités. Enfin, la reconnaissance de l’AOC et du terroir sera discutée à la lumière du remodelage de ce territoire en transition.

Haut de page

Entrées d'index

Chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Pour marquer les Grands jours de Bourgogne 1 à l’aube de ce nouveau millénaire, le bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne initia un débat sur les enjeux et perspectives liés aux vins dans l’appellation. Lors de la discussion qui prit place entre les intervenants et le public, le président du syndicat des appellations d’origine contrôlée (AOC) de Mâcon soutint que l’AOC signifiait avant tout, « le droit d’être différent ». Le droit à cette différence, souvent évoqué dans le discours des professionnels, s’inscrit dans l’histoire d’un vignoble de terroirs qui compte aujourd’hui plus de 108 appellations différentes sur 400 environ répertoriées pour la France 2 entière. Ces 108 appellations recouvrent globalement trois grandes catégories : les AOC régionales, les AOC communales et les grands crus. Quatre cépages en définissent l’aire de production 3. Tant sur le plan du paysage, de l’ampélographie, des caractéristiques géologiques et pédologiques des parcelles, des savoirs et des techniques mis en œuvre que des groupes qui y vivent, une remarquable diversité définit cette zone de production appelée la Bourgogne viticole. Souvent évoquée par les géographes comme une mosaïque de terroirs, elle se présente au consommateur moyen comme une unité complexe et hiérarchisée. Dans cet espace si contrasté, le vignoble de la Côte bourguignonne — situé entre Marsannay et Santenay — a pesé de tout son poids historique dans la construction du produit et du territoire tout en favorisant la création d’un certain nombre de synergies dans les aires viticoles voisines et ce notamment dans le vignoble périphérique des Hautes-Côtes de Beaune et de Nuits.

2Le vignoble des Hautes-Côtes, ainsi nommé péjorativement par certains Arrières-Côtes 4, couvre globalement 22 communes de Côte-d’Or et 7 communes de Saône-et-Loire. Un certain nombre de caractéristiques témoigne de la spécificité de ce vignoble. Si l’ensemble du territoire Hautes-Côtes a bénéficié de deux appellations distinctes — Hautes-Côtes de Beaune et Hautes-Côtes de Nuits — depuis 1961, trois communes de ce territoire se sont vu attribuer dès 1937 une AOC communale particulière : Auxey-Duresses (1937), Saint-Romain (1947) et Saint-Aubin (1937). De plus, depuis 1937, les appellations Bourgogne incluaient déjà cette zone de production mais sans la reconnaître sous une appellation distincte 5. Ainsi, le vignoble des Hautes-Côtes ne se présente pas d’emblée comme une unité sui generis mais plutôt comme un terroir dont l’aspect prototypique définit sa spécificité. De plus, la reconnaissance d’appellations communales distinctes au sein de cet ensemble témoigne de l’influence de stratégies caractéristiques du vignoble de la Côte, et notamment du rôle du négoce dans ce processus de valorisation de certains crus et villages emblématiques. Auxey, Saint-Romain et Saint-Aubin ont souvent été cités dans les documents historiques qui font référence au commerce des vins de Bourgogne comme des vignobles distincts et séculaires 6 bénéficiant déjà d’une clientèle prestigieuse.

3À cette zone relativement homogène s’oppose le vignoble hiérarchisé et extrêmement complexe de la Côte. Ces deux territoires renvoient plus largement à des gammes de produits relativement différentes, à des terroirs distincts, à des communautés de production marquées dans leur organisation et à une histoire particulière. L’éclairage des processus qui ont permis l’émergence du vignoble des Hautes-Côtes et des produits typiques de cette micro-région ne peut se faire qu’en regard des changements qui ont affecté le monde viticole dans son ensemble, et en particulier la Côte bourguignonne. À la lumière de ces changements, les Hautes-Côtes offrent l’exemple d’un terroir qui a su se faire reconnaître autant par les producteurs que par le public comme un acteur légitime du territoire bourguignon. Le produit « vins des Hautes-Côtes », en se redéfinissant comme un produit de qualité associé à un terroir particulier, a su légitimer sa position au sein du vignoble bourguignon tout en revendiquant une position unique et originale.

4Cet article se propose donc d’analyser les stratégies identitaires qui ont joué sur ces deux types de territoires — Côtes et Hautes-Côtes — afin d’examiner les processus de différenciation et d’homogénéisation à l’œuvre à l’échelon micro-local. En quoi ces deux vignobles se différencient-ils aujourd’hui ? Quel rôle a joué l’AOC dans la construction, la différenciation et l’emblématisation du produit « Hautes-Côtes » et de son territoire ? Dans quelle mesure les politiques d’accompagnement et de développement économique ont-elles conduit à une intégration de cette zone viticole dans une aire d’appellation plus large, et du même coup à un gommage de ces particularités ? Peut-on parler d’une homogénéisation de ces territoires suite à leur valorisation par les AOC ? Et enfin, cette reconnaissance de l’AOC et du terroir a-t-elle contribué à un remodelage de ce territoire en transition ?

5Une approche comparative de ces deux vignobles et une évaluation des processus d’homogénéisation et de différenciation qui les marquent se doivent de replacer ces deux ensembles géographiques dans un contexte socio-historique plus large. L’histoire contemporaine du vignoble bourguignon est définie par un certain nombre de changements qui ont marqué le remodelage des vignobles et des unités de production. Tout d’abord, le viticulteur bourguignon 7, suite à la crise phylloxérique, aux crises viticoles, aux guerres et aux chocs pétroliers, a progressivement accaparé la filière de production détenue alors par le négoce local. Le développement de la mise en bouteilles et de la vente directe au domaine 8 ou, plus récemment, la création d’un négoce attaché au domaine viticole démontrent cette progressive prise en main des étapes de la filière de production par le viticulteur 9. Parallèlement, le commerce des vins, en s’internationalisant, s’est trouvé confronté à une compétition mondiale croissante. D’où la nécessité de trouver des marchés spécifiques auxquels des produits nouveaux et de qualité pouvaient répondre. C’est dans ce cadre que le vignoble des Hautes-Côtes s’est en partie réinventé sous l’effet fédérateur des syndicats des Hautes-Côtes et de l’AOC 10. Bénéficiant de l’image attachée aux vins de Bourgogne, les vins des Hautes-Côtes ont proposé des vins de terroir, à prix raisonnable, à une clientèle urbaine et internationale croissante. La cave coopérative des Hautes-Côtes 11 et la Maison des Hautes-Côtes ont cherché par des stratégies commerciales diverses à imposer l’appellation sur le marché des vins de Bourgogne. Le négoce beaunois en refusant de commercialiser cette nouvelle appellation, leur a donné la possibilité de « prendre leur bâton de pèlerin et d’aller vendre directement leurs produits » 12. La vente directe a donc été la stratégie qu’ils ont privilégiée en majorité alors que la cave coopérative s’attaquait au marché international et à la grande distribution. La niche économique ainsi créée a largement porté le phénomène « vins des Hautes-Côtes ». Les différentes étapes qui ont marqué le remodelage de ce territoire peuvent être analysées à partir de trois thèmes que nous examinerons en détail : la mutation d’un territoire entre friche et vigne, la construction collective et syndicale d’un produit et enfin, le poids d’une histoire paysagère.

Entre la friche et la vigne, territoire et terroir en mutation

6Il est indéniable que l’obtention de l’appellation d’origine Hautes-Côtes a joué un rôle primordial dans l’orientation viticole de ce territoire. Autrefois décrites comme Arrières-Côtes, les Hautes-Côtes se présentent comme une zone située entre la Côte et la Montagne, étagement de compartiments basculés et dénivelés dans lesquels l’érosion a dégagé des couloirs parfois arrosés. André Déléage notait en 1942 que « les arrières côtes de Beaune et les arrières côtes de Nuits […] sont comme autant de pays à part » reconnaissant leurs caractéristiques individuelles et le manque d’unité géographique 13. Ce constat est répété par Robert Laurent, auteur de l’ouvrage Les vignerons de la Côte d’Or au XIXe siècle, qui décrit celle-ci comme discontinue et marquée par l’existence de trois ensembles de côtes nettement distincts, isolés les uns des autres par des plateaux tabulaires couverts de bois ou de chaumes déserts 14. Dans son livre Le vignoble de la Côte bourguignonne, Rolande Gadille différencie à nouveau les riches versants de la Côte des vignobles sporadiques des Hautes-Côtes 15. Selon cette géographe, la diversité des conditions géopédologiques et des complexes microclimatiques est plus grande encore que dans la Côte. C’est en partie pourquoi l'histoire viticole de ce territoire composite est indissociable d'une tradition de polyculture et d'élevage. Le type de viticulture décrit par les érudits et historiens locaux s’apparente alors à une viticulture ordinaire peu attachée à la qualité et tournée vers l'autoconsommation, y compris pour certains secteurs viticoles connus depuis le XVIIIe siècle 16. Il est intéressant de noter que les producteurs ont choisi d’insister sur le fait qu’il s’agissait de la « même Côte » 17. La légitimité de ce terroir s’appuie sur son intégration et sa reconnaissance comme l’un des terroirs constitutifs du territoire viticole bourguignon.

7L’histoire de la viticulture locale reste donc en partie déterminée par ce paysage tout en contraste qui porte ombrage à l’émergence d’une vocation viticole marquée du territoire. Il faut attendre le XIXe siècle et l’ère d’extension du gamay pour voir apparaître l’Arrière-Côte comme un ensemble viticole associé à une viticulture ordinaire. Les vins ordinaires bénéficient alors d’un contexte économique très favorable à leur écoulement : la croissance des villes industrielles. Le développement des moyens de communication permet aussi l’acheminement des vins à moindre coût. La clientèle des centres urbains, mais aussi des campagnes, de plus en plus consommatrice, devient plus accessible : « les vins communs […] se vendent sur le champ pour l’usage de la classe la plus nombreuse et présentent un produit certain et à peu près régulier […]. Quelques fois, les vins communs de ce qu’on appelle l’Arrière-Côte qui borne le bassin de la Saône, ou le pays plat, sont aussi envoyés hors de France. Mais la très grande partie de ces derniers est consommée sur place » 18. Les gains du vignoble dans l’Arrière-Côte sont considérables et selon R. Laurent, ils atteignent une ampleur telle qu’ils dénotent une modification dans l’économie du pays. L’extension de l’aire viticole, l’émergence d’une nouvelle classe sociale — les petits vignerons accèdent à la propriété — l’augmentation de la population, un nouveau dynamisme économique marqué par l’arrivée des artisans au village et l’urbanisation de l’économie villageoise sont les traits essentiels de cette mutation 19. Cependant, bien que très développée, l’activité viticole ne s’impose pas comme une monoculture véritable. Culture et élevage constituent encore les principales ressources de l’économie vivrière locale. Les cultures viennent essentiellement des terroirs de fond de vallée. Les vergers occupent aussi une vaste surface et sont surtout destinés à la consommation locale. L’élevage s’inscrit dans cette polyculture tout au long du XIXe et au début du XXe siècle. Il faut ajouter que jusqu’à la crise phylloxérique, de nombreux territoires de la Côte-d’Or sont aussi plantés en vigne.

8Mais la crise phylloxérique porte un coup à cet équilibre, si fragile, que les crises successives et la concurrence des vins du Midi et d’Algérie ébranlent finalement. Le recul du vignoble dans les Hautes-Côtes et la décadence de la viticulture marquent cette partie de la Bourgogne viticole. La nécessité de reconversion trouve une solution d’appoint dans les cultures fruitières — cassis, framboises, groseilles, fraises et arbres fruitiers — qui deviennent des spécialités de l’Arrière-Côte dès les années 1930. Le ministère de l’Agriculture note ainsi en 1937 que si le département jouit d’une certaine réputation au point de vue horticole, c’est à ses cultures spéciales arbustives et légumières qu’il la doit. La culture fruitière doit surmonter tout autant les crises nombreuses — intempéries, dégénérescence des plants et maladies — que les fluctuations de prix. Une mutation du système de production et des structures rompt à nouveau l’équilibre cultural en place jusqu'alors, défini par une polyculture associant arboriculture, viticulture et céréaliculture dans un cadre domestique. La transition vers une viticulture sur le modèle de la Côte bourguignonne est alors lancée. Cette transition est sanctionnée par l’AOC de 1961 qui définit les Hautes-Côtes de Nuits et les Hautes-Côtes de Beaune. C’est dans ce contexte fragile que la transition de la friche à la vigne s’impose comme idée maîtresse, portée par un collectif. Selon Sophie Caillis 20, au delà de ses aspects socio-économiques, l’obtention de l’AOC renvoie à un vaste mouvement de recomposition qui, de l’ouvrage militant d’Ernest Naudin 21 à celui de Jean-François Bazin 22, conduit l’Arrière-Côte à devenir les Hautes-Côtes. Il s’agit avant tout d’une demande de reconnaissance sociale d’un produit et de son territoire, mais aussi et plus encore, d’une quête identitaire de la part des hommes qui y vivent. L’histoire identitaire des Hautes-Côtes est aussi largement tributaire de sa relation à sa voisine, la Côte bourguignonne, le vignoble des Hautes-Côtes étant considéré alors comme « une seconde bande de vignobles de piètre qualité en regard des sols bénis donnant aux Romanées et aux Cortons leurs bouquets inimitables » 23. L’émergence de la pédologie comme vocation des sols sert d’argument scientifique à une reconnaissance sociale du terroir viticole français 24. La redéfinition de cette région dans l’ensemble viticole régional se fait sous l’impulsion d’un collectif syndical et politique originaire des Hautes-Côtes.

9Suite à la loi du 4 août 1961, les Hautes-Côtes se voient attribuer une appellation régionale qui leur assure des revenus importants remettant alors en cause l’un des systèmes de polyculture existant jusqu’alors (production céréalière et laitière, production de petits fruits rouges et viticulture). De nouveaux systèmes de polyculture voient le jour du fait de l’abandon progressif des productions laitières et céréalières par les viticulteurs, ces productions n’étant plus assurées que par les exploitants agricoles non-viticulteurs. Ainsi, en complément de la production viticole, seule la production de cassis est maintenue 25. Cependant, doutant de plus en plus de la possibilité d’obtenir une AOC pour la crème de cassis de Bourgogne, les producteurs des Hautes-Côtes préfèrent convertir leurs plantations pour réserver leurs terres à la vigne. Dans cette mutation du territoire, les structures foncières reflètent l’occupation croissante de la vigne sur le paysage des Hautes-Côtes. La surface plantée double ainsi de 1975 à 1990. Le nombre de viticulteurs tournait autour de 350 en 1990, et chaque année, de jeunes viticulteurs s’installent à leur compte. Parallèlement, des projets collectifs voient le jour pour assurer une conversion réussie de ce vignoble. On assiste en 1968 à la création de la cave coopérative des Hautes-Côtes qui permet de contourner le problème de l’extrême morcellement des surfaces viticoles et du traitement de la vendange jusqu'à sa commercialisation. En 1970, un comité d’aménagement est mis sur pied pour accompagner la relance et il bénéficie des crédits du fonds d’aménagement rural (FAR). Son objectif premier est d’améliorer des conditions de vie et mettre un frein à la désertification. De nombreuses actions politiques et syndicales complètent le développement de la région : Maison des Hautes-Côtes en 1974, remembrement, développement des CUMA, tourisme rural, aménagement des villages. Il est intéressant de noter que dans une partie des Hautes-Côtes, les viticulteurs avaient déjà mis un pied dans la Côte en y exploitant des vignes. En quelques années, le visage de cette micro-région se transforme à la faveur d’une économie viticole plus porteuse et d’une industrie du tourisme en expansion. C’est dans ce contexte que le nombre de gîtes ruraux et d’auberges à la ferme s’accroît. L’habitat traditionnel et sa restauration témoignent aussi de ce regain d’intérêt pour ce terroir situé entre la vigne et la montagne. Ainsi, le village d’Echevronne offre un exemple remarquable de cette récente prospérité que le dernier recensement confirme 26. Derrière ce vaste chantier de conversion territoriale, un collectif très dynamique s’est imposé dans la construction collective d’un produit de « qualité ». Ce collectif a su exercer un pouvoir sur un territoire en combinant le projet de relance viticole à celui de reconversion économique. Le succès de l’entreprise s’explique en partie par la vision prémonitoire des élites territoriales et par leur rôle politique et syndical. Il ne faut pas non plus négliger l’importance des municipalités et syndicats viticoles dans la synergie qu’ils ont initiée autour de la recomposition du territoire.

La construction collective d’un produit de « qualité »

10Comme nous l’avons souligné, la reconnaissance de l’AOC répond à la demande de reconnaissance exprimée par un collectif. Un produit, un terroir, une région et des hommes furent les principaux éléments de cette recomposition du territoire. Dès 1927, la création de l’union syndicale des Hautes-Côtes de Beaune et des Hautes-Côtes de Nuits pose la première pierre de l’édifice. L’union œuvre pour la reconnaissance d’un statut à part au sein de la Bourgogne viticole. Les délégués des 33 associations agricoles optent unanimement pour l’appellation Hautes-Côtes. Selon Rolande Gadille 27, il ne s’agit pas simplement d’une redénomination du territoire à des fins commerciales, mais d’une redéfinition d’un espace en crise au sein d’une région en plein développement : « La région des Hautes-Côtes fut mal partagée quand les AOC de Bourgogne se cristallisèrent et subit de fait, depuis de nombreuses années, un préjudice important qui entraîna l’effritement spectaculaire d’une partie du vignoble, l’abandon des villages par leurs habitants et une profonde détresse économique qui contraste avec l’opulence des localités limitrophes de la Côte » 28. En 1945 est constitué un syndicat des Hautes-Côtes de Beaune et des Hautes-Côtes de Nuits qui donne une impulsion à un ensemble d’initiatives telles que le prix d’excellence des vins dès 1951 et l’organisation de festivals à partir de 1958 29. Son programme d’action, établi dès 1945, insiste sur la notion de qualité. Le prix d’excellence cherche avant tout à débarrasser les Hautes-Côtes de l’image défavorable qui leur était attachée en créant un label attribué aux vins de qualité après analyse et dégustation. Basé sur le même principe que le Tastevinage 30, il s’agit d’une reconnaissance entre pairs de la qualité des vins de la région. C’est toujours sous l’impulsion du syndicat que l’ensemble des techniques viti-vinicoles est soumis à une réévaluation. Le gamay est progressivement abandonné pour le pinot et les vinifications s’améliorent sur le plan qualitatif. D’autres initiatives voient le jour comme la création d’une première coopérative, fondée à Orches en 1957, par sept viticulteurs polyculteurs locaux et qui deviendra la cave coopérative des Hautes-Côtes. L’obtention de l’AOC, le 4 août 1961, consacre les efforts entrepris par le collectif dans la réinvention du produit et du territoire. Dans ce vaste projet, plusieurs éléments vont participer à la reconversion de cette micro-région en un terroir de qualité.

11Aménager le territoire semble constituer la première étape de cette conversion. Le remembrement est donc le premier outil de cette reconquête et depuis 1961, neuf des onze communes des Hautes-Côtes ont été remembrées 31. Les Hautes-Côtes sont définies par un morcellement extrême et par le caractère composite des structures foncières. L’aménagement foncier constitue par conséquent la pierre angulaire du nouveau système viticole mis en place. Les remembrements permettent la constitution de vignobles plus importants et l’annexion de friches dont personne ne voulait. Les exploitations s’agrandissent et le nombre d’exploitants diminue progressivement, signe d’une mutation inévitable du monde agricole. On assiste, de 1914 à 1964, à une diminution de plus de 80 % de la superficie du vignoble. Puis, de 557 hectares en 1964, le vignoble s’étend à 1 024 hectares en 1980 pour comptabiliser aujourd’hui 1 328 hectares 32. À ce remembrement s’ajoutent l’adoption d’un nouveau mode de conduite de la vigne, dit « en vigne haute », et une organisation de la production et de la commercialisation qui permettent la création d’un produit bien spécifique, signes d’une renaissance bien entamée. Progressivement, la reconquête du territoire par la vigne devient fait accompli. D’importantes subventions viennent par la suite concrétiser cette reconversion. Ainsi, en 1971, le comité d’aménagement des Hautes-Côtes et de la vallée de l’Ouche, association présidée par Lucien Jacob 33, obtient l’intervention du fonds d’action rurale. Un plan d’aménagement rural est mis en œuvre pour « développer les activités socio-économiques, localiser les équipements de façon rationnelle et cohérente, préserver l’espace naturel » 34. De nombreux autres projets viennent compléter le développement de la région. Des subventions sont investies dans le renforcement des réseaux électriques, l’élargissement des routes, la création de regroupements pédagogiques qui incluent certains villages de la Côte. Un commerce de proximité est encouragé et la mise en place des Hautes-Côtes dans le circuit touristique de la Bourgogne viticole permet aux touristes de venir déguster dans les exploitations. En 1986, une opération groupée d’aménagement foncier (OGAF) contribue au maintien du tissu rural et au développement économique de la région. L’ensemble de ces politiques et subventions jouent un rôle essentiel dans la recomposition de cet espace en un espace rural touristique et dynamique. Les nouvelles générations de producteurs s’inscrivent dans ce processus de réappropriation de l’espace par le biais des groupements de producteurs et des associations professionnelles.

12Derrière cette reconquête, l’histoire des Hautes-Côtes est définie par le rôle joué par un collectif d’hommes — les viticulteurs polyculteurs — qui ont su à un moment donné s’imposer dans un processus de reconnaissance sociale et faire entendre leurs voix au sein de l’institut national des appellations d’origine. Il est pertinent de noter qu’il y a encore une vingtaine d’années, ce processus de reconnaissance ne s’expliquait que par l’argument géologique du terroir, la qualité et la possible commercialisation du produit. Plus récemment, depuis les années 1990, la mode est à l’explication culturelle et de nombreux dossiers acceptés par l’institut national des appellations d’origine (INAO) avancent aujourd’hui que le rôle du collectif est l’un des aspects essentiels dans la reconnaissance du produit 35. Différents contextes, différents processus expliquent l’accent mis sur l’un ou l’autre des éléments constitutifs de la notion de terroir, notion qui a elle-même subi une évolution historique non négligeable ces dernières années. L’idéologie constitutive du terroir s’adapte donc au contexte historique de sa production. Contrairement au vignoble de la Côte, où les pratiques individualistes fondent l’identité de la micro-région, les Hautes-Côtes ont été le berceau d’un certain syndicalisme agricole catholique — les Jeunesses agricoles chrétiennes (JAC) — qui a conduit à l’émergence d’un projet collectif 36 et d’une élite viticole. Ce mouvement syndical s’est développé plutôt dans le vignoble des Hautes-Côtes de Beaune et a servi d’ancrage à la création d’une coopérative des Hautes-Côtes en 1964. La cave coopérative des Hautes-Côtes, située au sud de Beaune sur la route nationale, constitue le premier pas dans une stratégie de prise en main de la filière de production par le groupe des viticulteurs. Répondant aux problèmes des coûts d’investissements consacrés aux cuveries, au stockage et à la commercialisation des vins, la cave coopérative des Hautes-Côtes a encouragé une nouvelle organisation de la production et l’orientation vers des produits « dits de qualité » par un contrôle des moyens de production. Son succès ne s’est pas fait attendre et la cave coopérative a vu le nombre de ses membres passer de 80 viticulteurs pour 160 hectares de vignes en 1968 à 130 viticulteurs pour 420 hectares (pas seulement dans les Hautes-Côtes) en 1991. Quand les viticulteurs n’optaient pas pour la cave coopérative, ils choisissaient alors le groupement d’exploitation en commun (GAEC) 37 qui leur permettait un certain développement familial et un regroupement des terres favorisant un éventail plus large de productions. Beaucoup d’autres viticulteurs sont aussi restés indépendants. Dans l’organisation communautaire de la production, les Hautes-Côtes de Beaune sont relativement distinctes des Hautes-Côtes de Nuits, bien que le collectif d’hommes à l’origine du projet de conversion de cette micro-région soit également décrit comme « un groupe très dynamique défini par la parfaite entente » 38. Les Hautes-Côtes de Beaune ont été lancées sous l’influence des JAC alors que les Hautes-Côtes de Nuits sont marquées par une synergie de nature plus politique.

13Un groupe de viticulteurs autour de Bernard Hudelot, Lucien Jacob et bien d’autres lance, dès 1968, l’idée d’une association consacrée à la promotion des vins des Hautes-Côtes. Il faut attendre 1974 pour que le projet prenne corps. Lieu de rencontre et de dégustation des produits du terroir — vins, crèmes de cassis et de framboises —, la Maison des Hautes-Côtes devient un lieu de restauration gastronomique pour la région et les touristes. Depuis quelques années, elle est souvent le lieu de rencontre des professionnels et l’endroit ou l’on fête les mariages au sein de la communauté viti-vinicole. Elle sert aussi de syndicat d’initiative pour la micro-région des Hautes-Côtes. Vitrine des différents produits proposés par les producteurs des villages voisins, elle permet à un certain nombre de viticulteurs de choisir des structures de production plus individuelles et familiales sans suivre le chemin de la coopérative. Il est intéressant de noter que l’image d’homogénéité du produit cache des stratégies plus complexes et diversifiées de développement où coexistent coopération et individualisation.

14Le produit « vins des Hautes-Côtes » reflète simultanément un certain nombre de stratégies collectives et individuelles. Il s’appuie aussi sur une définition collective et individuelle de la qualité. Cette définition réside en premier lieu dans l’implantation d’une culture « haute et large » (procédé Lanz Mozer), introduite dans la région en 1962, suite à un voyage viticole effectué par le CETA viticole de la Côte-d’Or 39. Ce nouveau mode de culture, qui concerne un tiers de la surface en Hautes-Côtes de Beaune pour deux tiers en Hautes-Côtes de Nuits, offre l’avantage certain d’une plus grande productivité. La quantité moindre de ceps — plantés à trois mètres de distance —, la possibilité de mécaniser sur un plus large espace, la diminution des risques de gelées — la souche s’élevant à plus de 0,80 et jusqu’à 1,20 mètre du sol — sont autant de caractéristiques favorables pour une amélioration de la production et du rendement. La possibilité d’utiliser le tracteur agricole est aussi un atout dans le choix de ce mode cultural. Il faut cependant nuancer l’importance de son implantation, car ce sont principalement les Hautes-Côtes de Nuits qui choisissent cette solution, beaucoup moins développée en Hautes-Côtes de Beaune. En optant pour ces nouvelles pratiques, les viticulteurs se sont, dans le même temps, penchés sur leur formation. Polyculteurs d’origine, et surtout peu expérimentés dans la manière de vinifier et de commercialiser leurs vins, ils ont senti le besoin de se redéfinir dans le contexte concurrentiel international. Petit à petit, une réorganisation de la filière a pris place et de nouveaux lieux de savoirs sont créés pour répondre à cette nouvelle demande : « On s’est attaché à la formation des jeunes, parce qu’on s’est dit pour faire du vin, il faut non seulement être vigneron, surtout qu’à l’époque y avait cette tendance à aller jusqu’au bout…il faut non seulement former nos jeunes pour en faire de bons vignerons mais aussi pour en faire de bons vinificateurs, de bons commerçants » 40. La nécessité d’obtenir des diplômes pour avoir accès aux prêts agricoles a été aussi l’un des éléments clés. Accompagnant cette prise de conscience, la profession s’organise autour du groupe des Jeunes professionnels de la vigne 41 qui sert aujourd’hui d’association de formation, de la culture de la vigne jusqu'à la commercialisation et la maîtrise des langues étrangères (surtout l’anglais). La vinification est l’un des éléments privilégiés dans la formation et de nombreux jeunes partent pour préparer le diplôme d’œnologie à Dijon ou ailleurs, d’autres allant même à l’étranger pour se former. Il est indéniable que ce processus a favorisé de nombreux contacts entre professionnels des deux Côtes — Côtes et Hautes-Côtes — et que le rôle de la Coopérative a aussi pesé de tout son poids dans la création d’un produit de qualité. Les échanges croissants avec l’Australie, la Nouvelle-Zélande et la Californie ont aussi permis une remise en cause de certaines pratiques dites traditionnelles, surtout dans le domaine de la vinification. Les vins des Hautes-Côtes ont pu par cette stratégie qualitative inscrire le produit dans la hiérarchie des vins de Bourgogne tout en lui conférant une identité supérieure à la simple appellation Bourgogne.

Territoires en contraste, le poids d’une histoire paysagère

15L’évolution historique de ce vignoble et sa nouvelle vocation viticole ne peuvent s’analyser sans appréhender l’espace plus global dans lequel cette micro-région s’inscrit. Depuis plusieurs siècles, la Côte viticole est le lieu essentiel du commerce des vins. Beaune et Nuits-Saint-Georges concentrent la majorité des maisons de négoce et il n’est pas anodin que la Coopérative des Hautes-Côtes se soit installée à Beaune. La plupart des associations viticoles — du Groupe des jeunes professionnels de la vigne (GJPV) au bureau professionnel des vins de Bourgogne (BIVB) en passant par le lycée viticole — ont leur siège dans cette ville. Les activités concernant la formation des viticulteurs et la commercialisation des vins sont ainsi essentiellement de nature urbaine. La route nationale 6 et les deux principales cités bourgeoises structurent par conséquent l’ensemble de la production viti-vinicole. Sur le plan de la production, deux types de marchés s’affrontent, celui contrôlé par les négociants et celui développé ces dernières années par les producteurs et la coopérative. Le point commun entre ces deux types de filières réside dans la palette des différentes AOC et crus proposés aux clients. Une hiérarchie subtile des vins permet à chaque acteur de produire un certain nombre d’AOC emblématiques du domaine ou du négoce et d’écouler d’autres appellations régionales moins valorisées. Cette organisation de l’unité de production est aussi une caractéristique du vignoble des Hautes-Côtes. La majorité des exploitants proposent sur leurs listes de vins l’appellation Hautes-Côtes, emblème du domaine ainsi qu’une variété d’autres appellations plus ou moins valorisées. À la différence de la Côte, les producteurs des Hautes-Côtes, pour des raisons économiques, se doivent d’avoir des superficies de production plus importantes et une palette de produits plus variée d’où, dans certains cas, l’acquisition de parcelles dans les villages de la Côte qui bénéficient d’appellations plus porteuses — premiers crus ou grands crus par exemple. D’autres producteurs continuent à développer la production et la commercialisation du cassis mais ils représentent maintenant une minorité dans la Côte de Nuits. Tout comme dans la Côte viticole, on a vu récemment les domaines des Hautes-Côtes se tourner vers la vente directe, voire établir un négoce. De plus, on assiste depuis les années 1960 à un développement du faire-valoir direct pour les terres viticoles 42. Des stratégies économiques particulières ont été développées sur le modèle de la Côte. On peut, à cet égard, parler d'une certaine homogénéisation des territoires, bien que le vignoble des Hautes-Côtes offre un certain nombre de spécificités qui fondent son identité.

16Même si, dans les représentations collectives, les producteurs des Hautes-Côtes ne peuvent se confondre avec ceux de la Côte, un certain nombre de similarités et une homogénéité sociale les caractérisent quand il s’agit d’appréhender l’espace de production. Les vignerons des Hautes-Côtes reconnaissent que ceux de la Côte bénéficient d’une image prestigieuse et plus viticole. La Côte est associée à un vignoble séculaire, au passé emblématique et « les vignes y sont traditionnellement bien soignées et les vins bien faits » 43. Les Hautes-Côtes ont emprunté un certain nombre des systèmes de valeurs et des façons de faire familières à la Côte que ce soient par le biais des instances professionnelles où à travers les relations plus personnelles entre viticulteurs des deux micro-régions. Certains hommes se sont ainsi imposés comme des leader dans le domaine des savoirs. Leurs manières de s’occuper des vignes ou de faire le vin ont été copiées. Il semble aussi que ces mêmes viticulteurs aient joué un rôle majeur dans la redéfinition du produit « vins de Bourgogne ». Un même système technique définit aujourd’hui ces deux portions de territoires. Plusieurs viticulteurs aisés de la Côte de Nuits ont cité l’exemple de ce fameux viticulteur des Hautes-Côtes qui leur donnait des conseils en matière de vinification. Sa manière de faire le vin a été plusieurs fois citée et suivie par divers vignerons rencontrés dans la Côte. Les échanges se font donc dans les deux sens et conduisent à une certaine homogénéisation du vignoble. Il faut dire que les viticulteurs ont tendance à accentuer les différences dans les manières de faire pour conserver leur individualité dans un marché extrêmement fragmenté et compétitif. L’expression « belles vignes, bons vins », qui structure le système de représentation des producteurs de la Côte est aussi celle utilisée par les vignerons des Hautes-Côtes. Les vignes dans cette partie du territoire sont aussi très soignées et toute dérogation à cette règle conduit à une mise en garde : « Sur le plan des modalités culturales, mis à part le décret d’appellation qui précise les modalités de culture, il n’y a pas de cahier des charges. Mais bien évidemment, le fait de visiter la vigne chaque année, cela fait évoluer les mentalités dans les Hautes-Côtes » 44. Une esthétique spécifique définit le paysage et la valeur travail s’incarne dans la tenue de la parcelle de vigne. Cette dernière occupe une place centrale et privilégiée dans le système affectif du vigneron et la chaîne de production autour de ce cru emblématique ou de cette cuvée témoigne des soins et de l’attention qu’on lui prodigue. Ce système de production des crus ne se retrouve que dans les cas où les exploitations ne se sont pas lancées dans le projet coopératif, et où les parcelles sont dans le lignage depuis plusieurs générations. Dans ce cas, les producteurs ont su revaloriser leur espace de production, bichonner leurs nouveaux produits et développer d’autres stratégies.

17Dans d’autres cas, le système coopératif s’est chargé de la valorisation des parcelles et crus par le biais d’une commercialisation collective, pointue et efficace. Le paysage de production des Hautes-Côtes, certes marqué par une tendance au collectivisme, n’échappe cependant pas aux spéculations foncières et à l’individualisme poussé de certains producteurs. Dans cette micro-région, les problèmes de transmission des exploitations sont aussi fréquents et l’on voit de nombreuses habitations laissées en ruine pour cause d’indivision. Dans cette micro-région, les problèmes de transmission des exploitations sont également fréquents et l’on voit de nombreuses habitations laissées en ruine pour cause d’indivision. Petit à petit, les logiques capitalistes et individualistes gagnent du terrain et la communauté de production ne ressemble en rien à ce qu’elle était à la génération précédente. Il est cependant indéniable qu’une élite viti-vinicole venant des Hautes-Côtes a joué un rôle crucial dans les échanges entre les divers terroirs bourguignons et dans l’internationalisation du vignoble. Aujourd’hui, la plupart de ces élites sont restées actives dans le syndicat ou les instances professionnelles.

18La reconnaissance progressive des Hautes-Côtes au sein de la Bourgogne viticole peut aussi être analysée par le biais de son intégration au sein de l’espace régional festif, en l’occurrence par sa participation croissante à la fête de la Saint-Vincent Tournante, organisée chaque année par un village bourguignon 45. Cette fête emblématique de la communauté professionnelle et miroir tendu vers l’extérieur témoigne des caractéristiques sociologiques de ce vignoble des Hautes-Côtes. Dans la brochure diffusée par le Syndicat des Hautes-Côtes, un historique intitulé « Les lettres de noblesse d’un grand vin » mentionne les deux dates de participation du vignoble à la fête de la Saint-Vincent Tournante, soit 1977 et 1990. Une patrimonialisation de l’espace viticole associé aux Hautes-Côtes avait auparavant pris place et une série d’initiatives telles que le circuit touristique des Hautes-Côtes en 1955, la création de la Maison des Hautes-Côtes en 1974 ou le Musée des arts et traditions populaires en 1975 visaient à légitimer ce nouvel espace. La Saint-Vincent tournante, orchestrée par la célèbre Confrérie des Chevaliers du Tastevin 46, sert de rite de passage pour les nouvelles appellations 47. Lorsqu’une appellation est acceptée dans le cycle de la fête, elle devient un terroir légitime qui définit la Bourgogne viticole. Cette construction politique de l’espace viticole est contrôlée par les élites viti-vinicoles locales (en majorité les négociants et propriétaires-notables) qui, de par leur position de médiatrices entre le local et l’international, participent à la reconnaissance du produit sur le plan commercial. La qualité du produit et sa légitimité en tant que « terroir béni des dieux » 48 participent à une patrimonialisation du produit et servent de moteur à l’emblématisation d’objets et d’actes significatifs 49. Dans cette reconnaissance des Hautes-Côtes au sein de l’espace bourguignon, deux éléments permettent de définir ce vignoble comme un espace spécifique et original. En premier lieu, la Saint-Vincent Tournante ne concerne pas strictement un village ou une appellation mais plutôt une dizaine de villages inclus dans l’appellation Hautes-Côtes. Il s’agit par conséquent d’une « co‑organisation » où « l’enthousiasme, la solidarité et la foi ont fait œuvre » 50. De plus, la promotion de la Saint-Vincent tournante des Hautes-Côtes s’appuie sur une valorisation de la solidarité villageoise, de l’esprit d’équipe et de la combativité face à une région « en voie d’abandon » 51 ou tout au moins en reconversion depuis les années 1970. Tous ces éléments contribuent à légitimer un espace de production et la valeur marchande et patrimoniale du produit au sein de la Bourgogne viticole. C’est dans ce même sens que le vignoble des Hautes-Côtes se définit spécifiquement et de façon originale au sein de l’espace viticole bourguignon.

19* * *

20La spécificité des Hautes-Côtes s’enracine donc autant dans le paysage de production que dans les manières de faire. L’AOC et la synergie politique qui l’a accompagné ont permis un développement remarquable de la région et un certain nombre d’indicateurs démographiques, économiques et sociologiques attestent aujourd’hui des transformations opérées dans l’espace villageois et régional. L’AOC et le succès économique qui lui est lié ont conduit dans une certaine mesure à une homogénéisation relative des territoires. Les Hautes-Côtes ont largement bénéficié de l’implantation d’une appellation spécifique et la reconversion du vignoble s’est faite en parallèle. À cela s’ajoute le succès économique de l’appellation dans un contexte international. Dans ce bilan, et malgré les retombées économiques engendrées par la renaissance de ce vignoble, la région des Hautes-Côtes présente toutefois un certain nombre de disparités économiques et sociales 52. Ainsi, toutes les communes appartenant à la région de production des Hautes-Côtes n’ont pas bénéficié à valeur égale de la reconquête : « La dynamique de certains villages par rapport à d’autres est essentiellement liée au dynamisme de ses responsables qui ont su exploiter ces retombées, et de ses habitants, sans oublier les paramètres historiques — parfois aléatoires et souvent incontrôlables — et aussi géographiques » 53. Cependant, il est indéniable que sur le plan des représentations collectives, l’AOC a contribué à remodeler l’identité d’un espace en crise : « Il faut savoir que l’impression que peut donner un village des Hautes-Côtes comme d’une autre région n’est pas toujours perçue de la même manière pour tout le monde. Tout étant affaire de sensibilité ou d’appréciation. Le principal pour celui qui y réside à demeure ou passagèrement est de s’y sentir bien ». Et c’est peut être là que réside le rôle essentiel de l’AOC, la capacité à créer un lien au lieu, distinct et emblématique d’une communauté cherchant à échapper au passé pour faire face à l’avenir.

Haut de page

Notes

1 Les Grands jours de Bourgogne ont été créés à l’initiative du bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne et se déroulent tous les deux ans, au mois de mars. Ils regroupent une large variété de manifestations et de dégustations autour du vin, réparties dans l’ensemble de la Bourgogne viticole. Parmi ces événements, une table ronde fut organisée le 21 mars 2000 autour de l’avenir des AOC pour la Bourgogne. La table ronde, animée par Jean-Luc Cottier (journaliste), réunissait Catherine Laporte (œnologue et économiste), Michel Laroche (négociant), Pascal Laville (Institut national des appellations d’origine, (INAO)), Serge Wolikow (historien) et l’auteur de cet article.
2 Sylvain PITIOT, Jean-Charles SERVANT, Les vins de Bourgogne, Paris, Presses universitaires de France, 1992, p. 90.
3 Les quatre cépages qui définissent la Bourgogne viticole sont le pinot noir, le chardonnay, le gamay et l’aligoté. Le pinot noir et le chardonnay caractérisent traditionnellement les vignobles de crus alors que le gamay et l’aligoté sont plutôt le fait d’une viticulture d’origine plus populaire et paysanne. Pour Lachiver, ce sont les petits vignerons qui ont favorisé le gamay alors que l’exploitation du pinot était réservée à une structure de production bourgeoise mais aussi géographiquement plus restreinte. Cité par François LEGOUY, « La renaissance du vignoble des Hautes-Côtes de Beaune et des Hautes-Côtes de Nuits », dans Annales de Géographie, n° 614‑615, pp. 459‑472, citation p. 462.
4 Voir Jean GUICHERD, Georges JANIN, L’agriculture en Côte d’Or, Dijon, Imprimerie Bernigaud et Privat, 1926, p. 50.
5 Le principal débat autour de l’obtention d’une Appellation d’Origine Contrôlée spécifique est analysé par François LEGOUY, « La renaissance du vignoble... », art. cité.
6 Un certain nombre de facteurs sociaux, historiques et géographiques expliquent le reconnaissance de ces trois communes comme des zones d’appellation communale.
7 Il s’agit d’un type idéal, car encore une fois, l’extrême hiérarchisation de cette aire de production dénote des structures sociales complexes et des situations économiques variées. Pour plus de détails, voir Marion DEMOSSIER, Hommes et Vins, une anthropologie du vignoble bourguignon, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 1999.
8 Le domaine est en Bourgogne ce que le château est en Bordelais, c’est l’unité de base du système de production bourguignon.
9 Le terme « viticulteur » dans le système de représentation des producteurs bourguignons désigne la nouvelle génération formée à l’école de viticulture de Beaune ou à la faculté d’œnologie de Dijon qui veut se différencier de la génération précédente en acquérant une formation technique plus poussée.
10 Voir l’article très complet de François LEGOUY, « La renaissance du vignoble… », art. cité.
11 La cave coopérative des Hautes-Côtes ne produit que 19 % du volume de Bourgogne Hautes-Côtes.
12 Bernard Hudelot, leader dans les Hautes-Côtes de Nuits.
13 André DELÉAGE, La vie rurale en Bourgogne jusqu’au début du XIe siècle, Macon, Éditions Protat, 1942, p. 32.
14 Robert LAURENT, Les vignerons de la Côte-d’Or au XIXe siècle, Paris, Éditions Les Belles Lettres, 1958, pp. 23.
15 Rolande GADILLE, Le vignoble de la Côte bourguignonne. Fondements physiques et humains d’une viticulture de haute qualité, Paris, Éditions Les Belles Lettres, 1967, p. 519.
16 Voir Rolande GADILLE qui cite Meloisey et Segrois comme exemples : Le vignoble de…, ouv.cité, p. 520. Le rôle des communautés monastiques dans l’implantation des vignobles autour de Vergy est aussi à noter.
17 Voir François LEGOUY, « La renaissance du vignoble… », art. cité, p. 469.
18 VAILLANT, Statistiques du département de la Côte d’Or, Arch. dép. Côte d’Or, manuscrits, 1807, 2 volumes, p. 425.
19 Pour plus de détails, voir Sophie CAILLIS, Pays, paysage, paysan : pour une approche ethnologique de la construction des territoires, Mémoire pour le diplôme d’études approfondies en sciences sociales, Université Lumière‑Lyon 2, 1990.
20 Idem, p. 127.
21 Ernest NAUDIN, Contribution à l’étude des Hautes-Côtes de Bourgogne, Dijon, Imprimerie Delorme, 1928.
22 Jean-François BAZIN, Le vignoble des Hautes-Côtes de Nuits et de Beaune, s.d. ; voir « Histoire d’une renaissance », dans Les Cahiers de Vergy, n º6, 1973, 42 p.
23 Ernest NAUDIN, Contribution à l’étude…, ouv. cité, p. 13.
24 Voir les travaux de Laurence BERARD et de Philippe MARCHENAY, « Lieux, Temps et Preuves. La construction sociale des produits de terroir », dans Terrain, n° 24, mars 1995, pp. 153‑164. Il est intéressant de souligner le rôle essentiel des géologues bourguignons, comme Pierre Rat pour les Hautes-Côtes, dans cette reconnaissance des territoires.
25 Pour plus de détails quant aux raisons de ce maintien, voir Anne-Marie GUENIN et Marion DEMOSSIER, « Le dilemme du Kir », dans Études Foncières, n° 58, mars 1993, pp. 48‑53.
26 Voir Institut national de la statistique et des études économiques, Évolutions démographiques, mars 1999, recensement de la population par communes, Côte-d’Or.
27 Rolande GADILLE, Le vignoble de…, ouv. cité, p. 1.
28 Sophie CAILLIS, Pays, paysage, paysan…, ouv. cité, p. 127.
29 Pour plus de détails, voir François LEGOUY, « La renaissance du vignoble... », art. cité.
30 Le Tastevinage est un label octroyé après dégustation par la Confrérie des chevaliers du Tastevin.
31 Données fournies par Pascal Laville et Eric Vincent (INAO, Dijon) lors de la conférence « Appellation d’origine et patrimoine », INAO et DAPA, sous-direction des études, de la documentation et de l’inventaire, Ministère de la Culture et de la Communication, 14‑16 juin 2000, Suze-la-Rousse.
32 Données : syndicat des viticulteurs des Hautes-Côtes de Nuits et des Hautes-Côtes de Beaune. Je tiens a remercier Jean-Baptiste Joliot pour m’avoir communiquer les statistiques les plus récentes.
33 Lui-même viticulteur, producteur de cassis, maire et député.
34 Sophie CAILLIS, Pays, paysage, paysan…, ouv. cité, p. 132.
35 C’est un des principaux arguments qui émerge du colloque Appellation d’Origine et Patrimoine…, ouv. cité.
36 Dans son article, F. Legouy voit dans les Jeunesses agricoles chrétiennes l’un des acteurs privilégiés de l’émergence d’un vignoble de qualité. Si cela était pertinent dans le contexte de la cave coopérative, d’autres acteurs se sont imposés depuis dans la reconversion du territoire. Voir François LEGOUY, « La renaissance du vignoble… », art. cité.
37 La chambre d’agriculture de Côte-d’Or note en 1990 que près de 20 % des exploitations des Hautes-Côtes sont en GAEC ou en société contre 13 % en Côte-d’Or.
38 Chambre d’Agriculture de Côte-d’Or, Présentation des Hautes-Côtes, 1990.
39 Sophie CAILLIS, Pays, paysage, paysan…, ouv. cité, p. 130.
40 Cité par Sophie CAILLIS, Pays, paysage, paysan…, ouv. cité, p. 131.
41 Sur le rôle des CETA, voir François LEGOUY, « La renaissance du vignoble… », art. cité.
42 Pour plus de détails sur l’évolution du foncier, voir Marion DEMOSSIER et Anne-Marie GUENIN, « Le dilemme du Kir », art. cité.
43 Pour une analyse de ce système technique, voir Marion DEMOSSIER, Hommes et Vins…, ouv. cité.
44 Vignerons, propriétaires et négociants en Bourgogne, Die, Éditions A Die, Direction du Patrimoine, 1994, p. 157.
45 Pour une analyse de la fête, voir Marion DEMOSSIER, Hommes et Vins…, ouv. cité.
46 Confrérie internationale qui, créée dans les années 1930, a choisi de promouvoir les intérêts bourguignons par la création d’un folklore vineux renommé.
47 Marion DEMOSSIER, Hommes et Vins…, ouv. cité, pp. 339‑343.
48 Voir brochure diffusée par le syndicat des Hautes-Côtes. Ce terme a été retenu par toute la Bourgogne viticole et atteste de cette conception pédologique du terroir de laquelle l’homme est absent.
49 Muriel FAURE, « Un produit agricole "affiné" en objet culturel. Le fromage Beaufort dans les Alpes du Nord », dans Terrain, n° 33, septembre 1999, pp. 81‑92.
50 Le Bien public, 29 janvier 1977.
51 Le Bien public, 29 janvier 1977.
52 Il suffit pour s’en convaincre de comparer Echevronne à Paris-l’Hôpital ou bien encore à Chaux.
53 Jean-Baptiste Joliot.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Demossier, « Territoires, produits et identités en mutation : Les Hautes-Côtes en Bourgogne viticole », Ruralia [En ligne], 08 | 2001, mis en ligne le , consulté le 18 septembre 2014. URL : http://ruralia.revues.org/220

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page