Navigation – Plan du site
Articles

« Faire l’andouille à Guémené ». La confrérie des « goustiers de l’andouille » : entre marketing et célébration identitaire

Ali Aït Abdelmalek et Christian Chauvigné

Résumés

La confrérie des « goustiers de l'andouille », de Guémené-sur-Scorff (Morbihan), se donne explicitement pour but de défendre la qualité du produit, d’en assurer l’authenticité et la promotion ; la fête annuelle, celui d’en célébrer les valeurs. En apparence la réalité paraît conforme au mythe.. .,  en apparence seulement ! Il sera question, ici, de l'andouille, de la confrérie, de la fête, mais aussi d'identité et de communauté locales, de sociabilité villageoise et de réseau associatif.

Haut de page

Entrées d'index

Chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Au commencement était l’andouille… Pas n’importe quelle andouille : celle de Guémené-sur-Scorff (Morbihan). Une andouille singulière, conçue par enfilages successifs de chaudins, fumée au feu de bois, et dont la succulence faisait des envieux. Les copies non conformes se mirent à pulluler au point que les gourmets, ne sachant plus à quel saint se vouer, erraient d’étal en étal à la recherche du divin mets. Seule, la mobilisation salutaire des gardiens de la tradition pouvait remettre sur la voie de l’extase « andouillicque » les palais égarés. Fort de cette divine mission, les goustiers de l’andouille établirent qu’une fois l’an serait révélée à la face du monde la vraie, la bonne, l’authentique andouille… Tel pourrait être le discours épique et mythique, donnant sens à la création de la confrérie des goustiers de l’andouille, à l’accomplissement de ses rituels et autres célébrations. Un produit du terroir, à la recette jalousement gardée et transmise de génération en génération, menacé de contrefaçons constituerait, dans cette perspective, le point d’ancrage et d’émergence d’une réalité sociale aux multiples facettes s’incarnant dans la confrérie et dans la fête. La confrérie se donne explicitement pour but de défendre la qualité du produit, d’en assurer l’authenticité et sa promotion ; la fête, celui d’en célébrer les valeurs 1. En apparence la réalité paraît conforme au mythe — en apparence seulement.

2Si le travail de l’artisan guémenois fabriquant l’andouille s’effectue par habillage en couches successives du produit, celui du sociologue ou du psychosociologue procéderait plutôt à l’inverse, au risque du dévoilement. Mais il est, comme nous le verrons, des réalités qui dépassent la fiction et il ne nous reviendra pas de désenchanter ce tout petit monde.

Une andouille qui n’existait pas

3Au commencement était l’andouille — mais quelle andouille ? La question peut paraître impertinente tant s’impose à l’évidence que nous parlons ici de l’andouille de Guémené. Mais c’est précisément sur le sens de cette appellation que porte toute l'ambiguïté. Sémantiquement, lorsque l’on parle d’andouilles, la locution « de Guémené » s’oppose à celle « de Vire » pour signifier une différence dans le processus de fabrication qui se traduit jusque dans la structure du produit ; alors que la méthode guémenoise procède par enfilage, celle de Vire procède par emplissage 2, formes concentriques à la coupe pour l’une contre formes réticulaires pour l’autre. Ces deux modes de fabrication ne sont pas spécifiques aux localités qui leur ont donné leurs noms, et ceci depuis des siècles. Sur l’origine de l’appellation, l’histoire n’a pas laissée de traces et nous n’avons pas découvert de dépositaires d’une tradition de fabrication, localisée dans le terroir et héritée par filiation depuis plusieurs générations. Ainsi la dénomination « andouille de Guémené », est à saisir comme andouille façon (à la manière de) Guémené, intégrée au patrimoine national, et ne supposant aucune localisation particulière de fabrication.

4Prenant un autre point de vue, peut-on dire que, parmi les « andouilles de Guémené », l’andouille guémenoise se distingue par des caractéristiques propres ? Répondre par l’affirmative supposerait de montrer d’une part qu’elle possède des qualités spécifiques que l’on ne retrouve pas ailleurs et d’autre part que sur ce plan elle est homogène quels que soient les producteurs. Sur ces deux points, tous les observateurs, y compris les membres de la confrérie, ont du mal à trouver des arguments convaincants, même si chez ces derniers l’affirmation se fait plus sentencieuse. Entendons-les.

5L’absence de spécificité peut être directement exprimée : « Je pense qu’on peut trouver dans les environs, peut être même à une certaine distance, de l’andouille de Guémené artisanale qui vaille l’andouille qui est produite ici ». De manière plus défensive cela donne : « Ailleurs elle n’a pas ce goût, elle n’a pas ce fumet, je pense que c’est un produit tout à fait local ; il y a peut être des produits semblables, enfin qui s’approchent de très près sur les communes environnantes, c’est possible mais c’est l’andouille de Guémené ». L’argumentation oppose le produit artisanal au produit industriel : « On trouve sûrement chez de bons charcutiers ailleurs des andouilles d’aussi bonne qualité mais dans le domaine industriel non ». Cette idée, plusieurs fois exprimée, souligne en contrepoint la non-différenciation des andouilles artisanales : « Qui a goûté à l’andouille de Guémené ne veut plus goûter à l’andouille de Guémené qu’on trouve dans les supermarchés », « On a vu un peu partout fleurir des andouilles indiquant "andouilles de Guémené" mais qui étaient souvent des andouilles industrielles et les gens d’ici, qui quand même l’apprécient pas mal, constataient que ce n’était pas de l’andouille, c’était la façon Guémené mais qui n’était pas jusqu’au processus total de la fabrication, n’aboutissait pas à la qualité de l’andouille de Guémené ». Si la spécificité est difficile à établir, hors la référence à l’andouille industrielle, la copie est particulièrement dure à accepter lorsqu’elle caricature, au delà du produit, la culture régionale : « Moi, il m’est arrivé de me fâcher à Paris, dans des grands magasins, où on avait des gens de Guémené qui vendaient de l’andouille de Guémené avec le costume breton et ces gens là se disant de Guémené n’ont jamais été à Guémené, ne connaissaient pas un mot de breton, ils étaient habillés en bretons et ils habitaient Sarcelles quoi, ils n’avaient jamais été bretons de leur vie et ils ne savaient même pas comment se faisait l’andouille, et ça je trouve que c’est un peu grave… ».

6Et que dire de l’homogénéité ? Seules les positions sont homogènes pour dire que le produit ne l’est pas ; même si cela ne va pas sans quelques effets de rhétorique. Du plus direct : « Entre les deux producteurs Guémenois ce n’est pas la même finition ni le même fumage… il y a une question de clientèle aussi, certains préféreront l’une… », avec des variantes : « La norme, méthode Guémené elle est conservée ; la méthode est toujours la même jusqu’au fumage, mais bon ce qu’il y a au niveau ingrédients et tout ça, ça change, c’est ça, autrement la méthode est la même », à des expressions plus contradictoires : « Ils ont chacun leur façon mais c’est la même technique », « Chacun a son petit tour de main, mais bon c’est une histoire de cuisson, une histoire de dessalage des boyaux, c’est un petit peu, chacun a son petit truc. Comme tous les artisans que ce soit le sabotier, le charbonnier... Chacun a son petit tour de main, mais c’est pratiquement la même ». L’observation nous a montré que « le petit truc » va jusqu’à travailler sur une matière première différente ; des deux producteurs rencontrés, l’un prend du chaudin de truie, l’autre de porcelet, l’un des cochons plus gros déclassés, l’autre du verrat. La différence constatée est même revendiquée au nom de l’artisanat : « De toute façon faut pas que ce soit le même non plus, il y a toujours le tour de main ; l’essentiel c’est que ce soit artisanal », « c’est tout à fait normal, c’est une production artisanal, donc les principes de production sont les mêmes mais alors il y a quand même de multiples étapes dans la production, fumée un peu plus, poivrée un peu plus, la laisser plus longtemps au séchage, y a tout cela qui fait que même inconsciemment ils n’arrivent pas tout à fait au même résultat et que l’andouille de l’un n’est pas tout à fait l’andouille de l’autre… », et de quelques références épicuriennes : « Elles sont différentes, je compare tout ça au vin, vous pouvez avoir deux vins excellents et auxquels vous attribueriez la même note et qui n’ont pas, ce n’est pas la même qualité, et il est vrai que l’un fait de l’andouille qui est plus corsée, qui est plus compacte, plus dense peut être, l’autre a une andouille qui est plus moelleuse et que j’apprécie, vous voyez, c’est une affaire de goût également ; au départ l’andouille qui était moelleuse ça m’a un petit peu surpris et le goût se fait au bout d’un certain temps, et maintenant j’apprécie l’un et l’autre ; et c’est d’ailleurs pour l’andouille un obstacle à franchir, je pense que le goût doit s’éduquer et qu’il arrive que des gens achètent de l’andouille, entendant parler de la renommée de l’andouille, et puis lorsqu’il vont la consommer, "ah, ils disent, c’est pas fameux", vous avez le même problème avec les meilleurs vins, vous allez donner à une personne non éduquée en vin et qui va dire "c’est pas fameux ce vin", le processus de la gustation, je ne sais pas si le mot existe, et bien c’est un processus également conscient, il ne faut pas avaler l’andouille, il faut savoir la consommer, et ça se consomme pas en quantité considérable ». En définitive, l’un va même jusqu’à dire que les différences constatées ne sont pas importantes si les consommateurs ne sont pas en situation de s’en apercevoir : « Je ne pense pas que ce soit vraiment important à ce niveau là puisque il n’y aura pas deux andouilles, une andouille de X et une andouille de Y sur une même table ».

7Au terme de cette analyse, il est donc difficile de prétendre qu’il existe une andouille guémenoise avec des caractéristiques homogènes et spécifiques. Sans doute, peut-on dire, comme le suggère l’un des membres de la confrérie, que la population de Guémené exerce à l’égard du produit une exigence de qualité qui se traduit positivement sur le plan de la fabrication : « Ici nous avons tout de même une population qui n’appréciera pas n’importe quelle andouille et donc inconsciemment les producteurs locaux sont obligés de se soumettre à cette qualité, maintenant y a le renom également bien sûr ». Cela est insuffisant pour conclure à l’existence d’une « andouille de Guémené » guémenoise, même si celle-ci est en devenir et que la confrérie peut jouer un rôle non négligeable dans son émergence. En quelque sorte, ce n’est pas l’andouille qui fait exister la confrérie mais la confrérie qui fera exister l’andouille.

Une confrérie en trompe-l’œil

8Au commencement n’était pas l’andouille, mais la confrérie. Tenir pour vrai une telle affirmation conduit à s’interroger sur ce qui fonde en nature et en origine cette entité sociale particulière que constitue la confrérie ; pour peu que l’on exclue l’hypothèse de la génération spontanée. Mais cela nous amène aussi, par une étude du genre (la confrérie), à vérifier comment celle des goustiers de l’andouille en actualise ou non les traits pertinents.

9Sous deux formes distinctes, corporations pieuses ou communautés assurant la gestion de paroisses, les confréries (« confrairies » dans les textes anciens) apparaissent au Moyen Âge. Elles constituent les prémices de la protection sociale par la promotion de la mutualité. Elles s’affirment comme un cadre social fortement intégrateur. D’un côté, elles figurent comme « groupements religieux des patrons » à l'exclusion des ouvriers. Ce caractère leur donne une grande supériorité sur la corporation, car il plie les maîtres à une plus grande probité, à l'exercice de la mutualité, à l'assistance envers les veuves et les orphelins, à une discipline autant morale que professionnelle. On rencontre en Bretagne des corporations doublées de confréries, qui choisissent leur saint patron. Les prévôts des confréries surveillent l'application des règlements et appliquent, le cas échéant, les amendes prévues. De l’autre côté, l'histoire rurale nous montre, dès le XIVe siècle, des villages solidement structurés en confréries, organisant leurs activités collectives et tenant scrupuleusement leurs comptes. Il faut souligner ici que l'évocation des confréries demeure associée aux formes de la piété chrétienne traditionnelle 3. En témoignent de vieux registres, des bâtons sculptés ou des bannières brodées, quelques peintures murales ou vitraux découverts au hasard de la visite d'une église — autant de traces matérielles qui rappellent l’époque médiévale. De quoi les confréries étaient-elles responsables ? D'abord, de l'entretien de l'église, puis de l'enclos, puis en définitive de la surveillance des communaux et même de tout le terroir villageois. Elles édictaient des règlements de police rurale et, de cette façon, définissaient et exerçaient un droit de ban. C'est ainsi que, en maints endroits, l'administration proprement municipale fut précédée par celle de la confrérie, et le maire par le syndic (ou le clerc qui tenait les livres). En somme, ces confréries sans charte ni statuts étaient régies seulement par l'expérience et la tradition. Elles étaient gérées par des prieurs, recteurs, syndics ou procureurs, élus soit par l'assemblée de tous les habitants soit par des « conseillers » déjà désignés. Ces magistrats communaux portaient des signes distinctifs de leur dignité (bâton, chapeau, bannière de procession). Sociétés d'entraide mutuelle, les confréries furent très tôt l'amorce de véritables communes, dont elles avaient déjà les principaux pouvoirs.

10Ces confréries ont donc connu un véritable « âge d'or », entre le XIIIe et la fin du XVe siècle : aux côtés de la famille, de la paroisse ou de la communauté d'habitants, elles constituent un cadre de vie coutumier, mais qui, à l'inverse de ces derniers, est librement choisi par celui qui vient le rejoindre.

11La vie sociale de la confrérie s’institue autour de la fête, du banquet, des chapitres et des intronisations. Dans la confrérie, la sociabilité est une valeur centrale, en raison de sa nature associative et de son caractère électif. Toute confrérie suppose en effet un minimum d'organisation collective, ne serait-ce que pour la gestion des fonds, mais bien plus encore pour la préparation et l'organisation de la fête annuelle. Être de confrérie c'est, du Moyen Âge à nos jours, appartenir à telle ou telle compagnie, mais c'est avant tout participer chaque année à la fête que celle-ci organise, avec le plus grand déploiement de pompe que ses moyens lui permettent. Suivons le déroulement de cette réunion qui mêle dévotions et réjouissances. Dès le matin, les confrères se rendent en cortège vers l'église (il ne saurait y avoir de confrérie sans saint patron ni célébration d'une messe régulière au moins annuelle). Ensuite, ils partagent un repas en commun, suivi de la tenue du « Chapitre » et de l’« intronisation des nouveaux membres ».

12Si l’on s’en tient aux formes perceptibles de la vie sociale de la confrérie des goustiers de l’andouille, celles qui se donnent à voir publiquement, force est de constater une grande parenté avec les pratiques ancestrales des confréries. Fête, messe, procession et intronisation sont au rendez-vous. Singularité toutefois, le rituel d’intronisation se fait publiquement, alors que la tradition en fait une manifestation interne à la confrérie. La pratique s’assujettit ici à des considérations publicitaires : « Les intronisations, les chapitres se font en petits groupes, à Guémené cela se fait en public et devant toute la population, ailleurs c’est très fermé. Je pense que c’est plus profitable pour faire valoir un produit ». L’intronisation est, par ailleurs, l’occasion d’une mise en scène burlesque où le public est davantage invité au rire qu’au recueillement. La cérémonie n’a rien de cérémonieux et le Grand chambellan qui l’anime ne se prend pas au sérieux. Comme il le souligne : « Je n’accorde pas une grande importance à ces rituels de chevalerie ». On retrouve cette tendance à la dérision dans les coulisses, dans la vie sociale interne à la confrérie : « Je peux vous dire, on a rigolé pendant une heure et demi deux heures, c’était à la création en 1994 et la "grande échotière" d’huîtres était venue pour nous faire répéter notre chapitre et les costumes on les a eus ce soir là, donc chacun essaye son costume, tout, j’peux vous dire que c’était unique et après il a fallu choisir nos noms, alors là on a passé une soirée extra ». « La confrérie… c’est au niveau folklore un petit peu ».

13Hors la fête et la participation à des manifestations organisées par d’autres confréries, la confrérie des goustiers de l’andouille n’a aucune activité propre : « La confrérie se limite à cette fête dans l’année et elle participe tout de même à un certain nombre de fêtes à caractère gastronomique comme la fête de l’huître, la fête du poulet… Il m’arrive d’y aller, il faut participer à l’activité du groupe… en tant que confrère, l’autorité au grand maître, remarquez que c’est pas une position désagréable d’être un petit peu en retrait et de regarder les choses… ». Ni organisation formelle, ni sociabilité conviviale ne cimentent la communauté des confrères : « y a jamais eu de réunions, il y a eu une réunion au départ bien entendu, mais depuis il n’y a pas de réunions », « y a pas de réunions, c’est très informel tout ça, il n’y a pas de compte rendus, cela se passe dans un cercle de camaraderie, tout le monde se fréquente, donc il n’y a pas besoin d’avoir quelque chose de plus formel », « les décisions se prennent de manière informelle ; s’il faut que la confrérie soit représentée, on cherche qui est libre, cela se passe plus verbalement », « il y a quelques réunions mais ce n’est pas aussi formalisé que ça, on se voit constamment, on dit "comment on va faire ? Comment on s’organise ?" c’est pas aussi rigide… On fait quand même des comptes rendus et puis quand on se retrouve "qu’est-ce que ça a donné où on était" et puis pour la fête ne serait-ce que pour les aspects financiers ».

14Les membres de la confrérie n’ont pas eu jusqu’à présent l’occasion de se retrouver à l’occasion d’un repas (en dehors des manifestations), « ça pourrait se produire, c’est une idée », « on l’a fait avec les gens qui travaillent mais le bureau seul on l’a jamais fait ; mais on va quand même le faire parce que depuis 89 on a mouillé nos maillots, mais ça fait du bien de se retrouver entre gens du bureau », « on se rencontre à l’occasion des manifestations ». Si des moments festifs sont organisés entre l’ensemble de ceux qui participent à l’organisation des fêtes, il n’en existe pas de spécifiques aux membres de la confrérie. Comme le souligne un confrère : « ce n’est pas parce qu’on est dans la confrérie que l’on forme un cercle fermé ; il y a des relations affinitaires ».

15Pour saisir le sens de l’apparente contradiction qui veut que la vie sociale de la confrérie soit d’autant plus pauvre que ses membres se rencontrent plus facilement, il faut savoir que la confrérie est une émanation du comité de la Cavalcade 4 et qu’elle y reste attachée sur le plan institutionnel et financier. On observe d’ailleurs dans les discours une relative indifférenciation entre les deux entités : « tout le comité de la Cavalcade est dans la confrérie mais tous les membres de la confrérie ne sont pas dans le comité de la Cavalcade ; il n’y a aucune différence entre les réunions du Comité des fêtes et les réunions de la confrérie, ce sont les mêmes réunions » ; « à part cette fête de l’andouille, ce comité est aussi Comité des fêtes et nous nous retrouvons pour d’autres sujets » ; « la confrérie vit sur les bénéfices de la fête de l’andouille et de la cavalcade » ; « les activités de la confrérie sont financées par le Comité des fêtes, les résultats de la cavalcade, les bénéfices qui viennent financer les activités. Les membres cotisent et puis les intronisations rapportent entre 400 à 600 francs par impétrant. Il n’y a qu’une seule comptabilité pour le Comité des fêtes et la confrérie mais avec des budgets différenciés ». La confrérie n’a donc pas d’existence en dehors de sa propre mise en scène ; elle est de ce fait peu comparable à ses ancêtres. Et pourtant, elle tourne !

16Au sein de la confrérie trois niveaux sont maintenant repérables : les « maîtres » (treize), les « écuyers » (trois) et les « intronisés » ou « chevaliers » (une centaine). Seuls les « treize » peuvent décider, « c’est le conseil magistral ». Pour le moment, les chevaliers n’ont pas d’avantages particuliers, mais comme l’annonce le « grand maître » : « plus tard on compte faire un chapitre uniquement avec eux comme cela se fait dans d’autres confrérie ; c’est rare d’avoir la fête et le chapitre en même temps » ; cela donnerait sûrement de la consistance à la confrérie. « Celui qui s’engage dans la confrérie aujourd’hui s’engage à promouvoir l’andouille de Guémené et que celle là... surtout pas celle de Vire ; il va s’engager aussi à aller à l’extérieur si on le demande, enfin selon la disponibilité de chacun », « pour rentrer dans la confrérie au départ y a rien eu, c’était pris dans les gens du comité de la Cavalcade bien entendu puisque c’étaient les fondateurs, il faut quand même savoir un petit peu défendre le produit… rien au départ, maintenant il y a les écuyers à partir de cette année, c’est à dire c’est des gens qui sont appelés à être maîtres goustiers et qui le seront au bout de trois ans parce qu’on va leur demander un certain nombre de services, d’aller justement dans un certain nombre de réunions d’autres confréries, les foires commerciales... », « l’écuyer, c’est pour éviter que les gens rentrent comme ça dans la confrérie et ensuite abandonnent toute activité à l’intérieur, puis y a une sorte de période probatoire et c’est pourquoi on a décidé de créer un sous ordre, la cour des écuyers pour qu’ils prouvent bien leurs qualités, leur volonté de participer ». Au regard des évolutions récentes, la confrérie semble se structurer et tendre vers un modèle plus proche des formes classiques du genre.

17En définitive, la confrérie, comme l’andouille, est en devenir, sans doute parce que leurs destins sont liés et que l’une ne peut réellement exister sans l’autre. L’authenticité est un point d’ancrage de leur relation et un vecteur de leur possible émergence.

La recette de l’authenticité

18Si l’andouille guémenoise n’a pas encore d’existence matérielle 5, elle dispose déjà d’un espace symbolique matérialisé par différentes manifestations sociales (la confrérie, la fête). Ainsi, par les représentations qu’elles suscitent, ces manifestations participent à la construction de l’image sociale du produit. Par ce stratagème, l’idée d’une andouille authentiquement guémenoise s’impose en valorisant les produits fabriqués localement. Reste que pour produire les effets de développement économique attendus par les acteurs locaux, d’autres stratégies leur apparaissent nécessaires afin de mieux faire correspondre image et réalité. La construction de l’authenticité opérée par la confrérie apparaît in fine comme la résultante de trois composantes principales : la légitimation, la sacralisation, la normalisation.

19La légitimation est à l’œuvre dans les activités publiques de la confrérie. Elle s’élabore sous une double référence interne et externe : d’un côté la revendication de l’enracinement, de la tradition ; de l’autre le soutien de personnalités qui apportent leur notoriété à l’entreprise. L’enracinement, c’est d’abord celui des membres de la confrérie, pour la plupart Guémenois de souche ou occupant une place sociale (liée à l’activité professionnelle ou à l’engagement associatif) bien identifiée dans la commune. Il rend crédible la compétence à discourir sur l’andouille par l’expérience qu’il suppose : « Moi, j’ai connu l’andouille étant tout jeune, c’était même une fabrication familiale, c’était mon père qui la fabriquait ; un cochon était tué une fois l’année et il fabriquait la valeur de trois ou quatre andouilles qui étaient fumées dans la cheminée », « Quand j’étais jeune on en mangeait mais moi j’en mange rarement ». La tradition ne semble renvoyer, sur le plan des pratiques sociales collectives et communautaires, ni à la production, ni à la consommation ; elle s’affirme comme une signification implicite de l’existence de la confrérie et de ses rites. Dans ce contexte, les intronisations fonctionnent comme un système de reconnaissance inversé : ce sont les impétrants qui apportent du crédit à la confrérie. Parmi les chevaliers on trouve des élus locaux, un ambassadeur, des célébrités (le skieur Grospiron, médaillé olympique, …) : « De toutes les catégories… ce qu’il faut c’est des gens qui soient aux commandes, c’est tout ». Le rayonnement de la confrérie des goustiers de l’andouille est une des conditions de la valorisation du produit et de la croyance en son caractère authentique.

20La mobilisation de la croyance n’opère pas uniquement par les effets de légitimation ; elle est présente dans l’intégration, qui se réalise au cœur même de la fête, entre le sacré et le profane. À l’image des anciennes confréries qui cherchaient protection auprès d’un saint patron, la confrérie des goustiers de l’andouille s’est rangée sous la bannière de Notre-Dame de la Fosse : « Avec la paroisse on se réunit quelque temps avant pour voir ce que l’on va faire le jour de la fête, on a associé le Pardon pour que ce soit une fête totale ». Les confrères assistent à la messe et participent à la procession du Pardon. Comme le souligne Guy Jumel : « La fête de l’andouille, à peine née, y gagne en honorabilité par l’authenticité de la manifestation religieuse » 6 ; la fête de l’andouille, certainement, mais plus encore la confrérie et au delà le produit qu’elle promeut. On peut parler d’un véritable transfert d’authenticité qui s’opère par la sacralisation implicite de l’andouille.

21Contrairement aux deux premières composantes, la troisième inscrit son action dans l’adaptation de la réalité afin de mieux la faire correspondre à l’image revendiquée. C’est à ce niveau, où les enjeux se font plus prégnants, que l’on observe le plus de contradictions et où le consensus s’effrite. Jusqu’où les goustiers peuvent-ils prétendre modifier ce qu’ils sont censés consacrer ? Mais à l’inverse, quelle tolérance sont-ils supposés afficher à l’égard des écarts aux canons qu’ils professent ? Difficile dilemme pour ceux qui doivent montrer la voie aux consommateurs tout en valorisant la production locale. Tout d’abord notons le souci du client : « Ce qu’il faudrait c’est ne pas tromper le consommateur qui sait qu’il y a une fabrication spéciale qu’est respectée ; faudrait peut être commencer par faire une association des fabriquants », idée reprise d’un autre point de vue : « Dans le domaine de la production, de la commercialisation, il y a sans doute beaucoup de choses à faire mais faut franchir justement le cap, faut savoir regrouper, tout en gardant sa liberté personnelle dans la production mais là c’est un cap plus difficile à franchir, et c’est là justement où l’on trouve les problèmes de culture ». Les confrères ne semblent pas avoir économisé les efforts de persuasion en ce sens : « On a assez à s’occuper, je crois qu’on a fait l’essentiel, nous d’abord on est pas du métier et c’est à eux de s’associer, je leur ai déjà dit, on les appuiera, mais faut que chacun garde sa place ». Ceci vaut pour la tentative d’obtention de l’Appellation d’origine contrôlée (AOC) : « Le but au départ était essentiellement la défense du produit et puis essayer d’obtenir l’AOC ; la défense du produit part de la manière de faire, de la technique et donc on peut obtenir le produit artisanal qu’on appelle l’andouille de Guémené ». La démarche ne pourra aboutir compte tenu des normes très strictes qui président à son attribution : « D’après ce que j’ai entendu, on ne peut pas obtenir de label pour la bonne raison que les boyaux qui servent à faire de l’andouille viennent d’ailleurs ». Toutefois cette expérience a permis de mettre en évidence la difficulté à envisager la production d’un cahier des charges entre les producteurs : « on a essayé de faire les premiers pas mais bon si entre fabriquants d’andouilles ils ne s’arrangent pas alors... ; parce que nous on est vraiment pas beaucoup de fabriquants d’andouilles dans la confrérie... », ce qui conduit la plupart des membres de la confrérie à adopter une position très prudente : « Ce n’est pas le rôle de la confrérie, il faut laisser cela aux professionnels, […] si la confrérie peut être un soutien, c’est très bien », « on ne pouvait pas avoir d’AOC, enfin nous c’est pas notre secteur, c’est le domaine des charcutiers », « non, c’est pas notre affaire, c’est l’affaire des professionnels, nous on est là pour prévaloir l’aliment et au delà la région. Les charcutiers auraient pu se grouper pour en parler et puis ça n’a jamais été fait ». Certains goustiers se refusent même à émettre un avis sur la fabrication : « On est pas là pour dire à un tel ou à un tel de mettre plus de poivre ou plus de sel dans son andouille, c’est pas notre problème ; nous en tant que bénévoles on essaie de valoriser notre produit ». Le rôle premier de la confrérie est bien de faire valoir l’andouille de Guémené et la commune : « valoriser l’andouille de Guémené pour élargir sa commercialisation ». « Le rôle de la confrérie pourrait être de promouvoir ce produit et, pourquoi pas, à terme faire qu’il y ait des créations d’emploi... alors là ce serait le rêve », mais le label paraît être à beaucoup comme un passage obligé : « ce serait bien si on arrivait à obtenir ça, ce serait bien pour Guémené car on est quand même une petite commune », et à défaut d’AOC, un label apposé par la confrérie pourrait être une solution acceptable : « Pour le label, c’est à discuter entre les charcutiers et la confrérie… une sorte de label interne… Cette andouille est reconnue comme de qualité par la confrérie, ce serait peut être un moyen ». Une telle stratégie suppose de s’appuyer sur la notoriété de confrérie et d’avoir l’appui des producteurs : « On pense donner un agrément, "andouille agréée par les goustiers de l’andouille", maintenant ce qui va se faire, je ne sais pas exactement, on se réunira à ce sujet certainement incessamment… encore faut-il que les goustiers de l’andouille soient bien connus, il faut déjà que l’on se fasse bien connaître avant et une fois qu’on se sera bien fait connaître, je pense qu’on pourra délivrer des labels ». Décidément, la normalisation n’est pas la voie la plus facile et il est probable que la confrérie des goustiers de l’andouille aurait préféré s’en tenir à la gestion du symbolique plutôt que d’avoir à s’affronter à ces considérations matérielles, même si la construction de l’authenticité est à ce prix. Mais au fond est-ce là le plus important ?

22Et si, dans l’existence de la confrérie des goustiers de l’andouille, la confrérie et l’andouille étaient secondaires ? Et si, leur point d’émergence, la fête, était à la fois leur avènement et leur dissolution dans un mouvement plus vaste qui leur donnerait sens ? Et si, seule, la fête existait ?

La fête comme célébration de l'identité locale

23Au commencement était la fête — origine et accomplissement. La fête, comme creuset et réceptacle de la vie villageoise, moment de mise en scène d’un soi collectif, tourbillon qui renouvelle, en la cristallisant, l’identité locale, aurait généré l’andouille guémenoise et la confrérie ? Ce récit peut paraître en bien des points extravagant et dépasser dans la fabulation notre mythe liminaire. Et pourtant c’est bien la fête qui précède la confrérie et contribue à sa création, et non l’inverse. Cette assertion se vérifie à un double niveau, renvoyant dans le contexte guémenois à deux occurrences du mot « fête » : la « fête de l’andouille » et la « fête du village », ancestralement associée au Pardon de Notre-Dame-de-la-Fosse dont elle est le dernier avatar. C’est au nom de la fête qu’est convoquée l’andouille pour tenir lieu d’emblème à Guémené-sur-Scorff.

24Reprenons le fil de l’histoire. Aussi loin que remonte le souvenir des Guémenois, le Pardon a été associé à la fête du village. Faute d’avoir su se distinguer des autres manifestations alentour, cette dernière au cours des années récentes fait de moins en moins recette jusqu’au jour où les organisateurs décident d’arrêter : « Une année on avait fait une course cycliste et il y avait peu de monde, alors l’année prochaine, pour faire comprendre les Guémenois on va rien faire… On a rien fait le jour du pardon… ah le scandale ! ». Une telle mise en cause de la tradition émeut le village et c’est sa plus haute autorité qui plaide, auprès des organisateurs, une reprise : « Monsieur le maire est venu trouvé le comité de la Cavalcade pour demander de faire quelque chose le jour de cette fête là, à nous de faire ce qu’on voulait mais de ne pas laisser cette fête là tomber, c’est là qu’a démarré la fête de l’andouille, et après la confrérie ». C’est entre les membres du bureau du comité de la Cavalcade, lors d’un rassemblement convivial qu’émerge l’idée : « La fête de l’andouille c’est parti d’une foire que l’on a fait chez un copain et c’était parti de la Sainte Zézette… pourquoi on ferait pas une fête de l’andouille », c’est parti comme ça, ça s’est développé ». Ce n’est que bien plus tard que la confrérie est née : « Ce week-end où il y avait rien, on était de méchoui ensemble, c’est là que l’idée de la fête de l’andouille, on en a parlé et puis c’est parti quoi, et au bout de deux ans, moi j’ai pensé à faire la confrérie et eux aussi étaient d’accord ».

25Dès l’origine de l’idée, l’andouille sert de faire‑valoir à la communauté locale : « On s’est servi de l’andouille, car c’était un produit qui était élaboré localement, mais il est évident que ça été fait pour promouvoir la notoriété de Guémené ». Le lien sémantique établit entre l’andouille et ce village rend cette stratégie possible : « L’andouille est un symbole fort de Guémené », « c’était un support pour développer la fête de Guémené, pour développer Guémené ». La création de la confrérie n’est que la poursuite de la même stratégie sous une autre forme : « On l’a fait en parallèle avec la fête et pour le pays aussi », « ça valorise d’abord Guémené et pis après y a l’andouille, parce que Guémené sans andouille… », « j’espère qu’elle va vivre longtemps et que la fête va encore se développer et faire connaître Guémené à l’extérieur, c’est surtout ça », et la finalité identitaire ne fait aucun doute : « Cela aurait pu se traduire par autre chose qu’une confrérie centrée sur l’andouille ». L’andouille et la confrérie ne sont que les moyens périphériques à la fête de la célébration de l’identité communale.

26La fête fonctionne ici, de manière typique, comme une véritable célébration du lieu, de l'espace et de l'identité locale. En témoigne le programme édité et largement distribué qui rappelle que les temps forts sont le défilé, le repas (midi et soir) où l’andouille figure en bonne place, les intronisations, le concours de boules, la démonstration de danses folkloriques, un fest-noz. Si faire découvrir l’« andouille » est une des préoccupations revendiquées des organisateurs, les producteurs d'andouille exposant le résultat de leur savoir-faire, il faut évoquer aussi la ferveur du Pardon, qui débute la manifestation. Les fêtes religieuses, faut-il le rappeler, ont toujours été des repères facilement mémorisés dans la vie rurale. Ainsi la fête mobilise toutes les références de la vie sociable du village : « C’est une fête totale des Guémenois… c’est la fête de tout le monde ». Pour ce faire, les moyens sont importants : « On amène au Pardon des Bagads, des cercles celtiques, des confréries… ». On dépasse largement la valorisation d'un produit artisanal ; un fabricant d'andouilles souligne même que « les touristes ont l'impression de participer à une fête bretonne puisqu'il y a du folklore, des groupes bretons… ». Mais comment rendre compte d’une telle aspiration identitaire ?

27Lorsqu'elle s'inscrit dans l'espace géographique, la fête contribue à l'organisation du territoire, en particulier au niveau local. En effet, la société locale, qui est marquée par le principe de proximité (« on se connaît, on se côtoie, on peut approcher ses élus »), et qui est définie par l'existence d'intérêts spécifiques liés à son territoire, est toujours menacée par l'environnement centralisé, par une logique centrale 7. Les plans à long terme ne sont pertinents que dans leurs résonances locales et sur la qualité du bien-être concret et total. Totalité, c'est là un autre principe qui marque la vie locale : travailler, se recréer, consommer, se cultiver, se reproduire, etc., multiplicité de fonctions imbriquées qui font de la vie locale ce « phénomène social total » cher à Marcel Mauss 8. Enfin, la persistance est une donnée remarquable de la vie locale qui résiste à toutes les incohérences des multiples réformes qui se sont succédées depuis le mouvement communal du Moyen Âge, sa vigueur continue d'étonner : résistance à la désintégration et aux fusions, attachement incroyable et identification profondément enracinée des habitants à « leur » commune, affirmation de spécificités culturelles, telles le folklore, les spécialités culinaires (l'andouille par exemple), etc. Ainsi, la société localisée revendique une identité, et est marquée par la proximité, la totalité et la persistance ; sa logique vise, à l'instar de Guémené-sur-Scorff, la défense d'intérêts liés au terroir ; elle s'oppose nettement à la centralité, à l'homogénéisation culturelle, à la mondialisation.

28Sur un plan politique, la confrontation des logiques locales et centrales se révèle à travers les mouvements sociaux, le thème des programmes électoraux, les contrastes entre résultats d'élections municipales et nationales, les stratégies partisanes pour la sélection des candidats et la composition des listes. La question de mouvements sociaux (associatifs, ruraux, écologiques, ethniques…) comme expression de réactions locales à la logique jacobine aurait mérité à elle seule un large développement. Cruciale aujourd'hui, elle était latente hier, et Alexis de Tocqueville en avait déjà décelé l'importance : « Chez les peuples démocratiques, il n'y a que par l'association que la résistance des citoyens au pouvoir central puisse se produire… » 9. Les résultats de notre recherche montrent l'importance numérique des militants associatifs à Guémené-sur-Scorff ; importance qui contraste avec le manque de légitimité de ces associations — hormis la Cavalcade et la confrérie — comme acteurs politiques, les difficultés de communication avec les pouvoirs officiels (préfecture), l'absence de participation aux décisions.

29On notera, ici, que l'apolitisme, concernant les élections municipales, est encore largement brandi comme symbole : du caractère strictement local des candidats par opposition au central, et d’« union » par rapport aux divisions sociales et partisanes. Ce discours apolitique traverse la plupart des associations locales, et en particulier la confrérie : « Entre nous, on rigole de nos différences politiques… Cela permet aux gens de se souder autour de la fête ; on laisse tout à la maison ce jour là. Dans notre comité, y'a pas de politique, autrement, j'arrête tout de suite », même si apparemment, hors du Comité, demeurent quelques irréductibles… « tout le monde s’y retrouve, il peut y avoir un peu de bagarre mais la bagarre qu’il y a, c’est avec des gens qui ne sont pas intelligents..., c’est des gens qui ne foutent rien du tout pour la fête et qui viennent critiquer la fête mais dans son ensemble, qui mélangent la fête de l’andouille, qui mélangent Pardon, qui mélangent listes électorales, tout est mélangé et c’est des gens qui ont des positions soit de gauche, soit de droite ».

30Si le sens de la fête ne fait pas mystère comme union (communion) identitaire au delà des clivages économiques et politiques, si elle est à l’origine concrète de la résurgence de l’andouille au pinacle de l’emblématique communale et de la confrérie des « goustiers de l’andouille », si elle constitue, dans sa matérialité, l’expression tangible de la complexité des relations et des rapports sociaux fondateurs de la vie sociale communale, elle n’aurait pu assurer sa mutation ni ne saurait se développer sans un support social conférant à l’opération toute sa légitimité. Cela nous amène à nous demander si les confrères n'occupent pas une place originale dans l'espace social local.

Un cœur de réseau

31La fête de l’andouille ne tient son existence qu’à l’initiative et à l’engagement d’un petit groupe d’individus, dont une des particularités est d’être fortement inscrits et à de multiples niveaux dans la vie sociale communale. À défaut de considérer la confrérie comme la pierre angulaire des différentes manifestations qui nous ont été données à voir, force est de constater qu’elle est habitée par les forces vives qui les engendrent. Celles-ci constituent, avec la fête, les éléments les plus patents de la réalité étudiée. Au regard de l’inscription de ses membres dans de nombreuses activités communales et surtout de l’éventail couvert par ces activités, l’appartenance au comité de la Cavalcade et à la confrérie ne semble pas être le pur fruit du hasard. L’inventaire de cet investissement sociable est impressionnant : handball, football, cyclisme, yoga, animations de quartiers, club d’ancien, bibliothèque municipale, amicale laïque, paroisse, Union des commerçants, centre communal d’action sociale, pompiers, conseil municipal… À croire que chaque association, chaque collectif organisé de la commune, s’est fait représenter au sein de ce petit groupe. En fait toute la sociabilité communale semble se constituer en un vaste réseau, fruit de réseaux enchevêtrés, et se condenser dans cette entité sociale qui en constituerait le cœur. Ce phénomène peut trouver son explication dans la difficulté à mobiliser les bonnes volontés : « On est dans un petit pays, les bénévoles on les trouve tout le temps, c’est toujours les mêmes... déjà nous, on s’occupe du bal des pompiers, c’est à dire on a tellement l’habitude de travailler ensemble que pour nous ça va de soi », « je vais vous dire tout ça c’est lié, c’est une histoire de bénévolat », ou encore dans une culture du dévouement : « Beaucoup sont pompiers, plus de la moitié, les pompiers sont bénévoles et ils prennent sur leur temps pour aller rendre service aux autres et pour la fête de l’andouille c’est exactement la même chose ; pour la fête de la cavalcade, qu’est-ce qui se passe, le pompier doit être disponible, c’est un esprit… Je ne veux pas dire que la cavalcade ne tournerait pas sans les pompiers ni la fête de l’andouille… disons que les pompiers c’est une organisation qui tourne, c’est des gars sur qui on peut compter, c’est pas l’armée, c’est pas ça, m’enfin quand on a besoin d’eux ils répondent présents… c’est une communauté ». Mais il faut comprendre que c’est le positionnement particulier de ce petit groupe qui lui donne sa légitimité et assure à ses actions la félicité. Pour saisir les mécanismes de ce jeu social, il est opportun de préciser ce que réseau signifie.

32Le concept de réseau permet de comprendre pourquoi une localité possède ou non la capacité d'agir collectivement. Au lieu d'interpréter les comportements des individus à partir de leurs attributs intrinsèques (sexe, âge, qualification, profession…), l'analyse de réseau prend pour prémices la structure des relations dans lesquelles ces individus sont insérés et met l'accent sur les modalités d'accès aux ressources et aux informations. Précisons que nous entendons par réseau local, un ensemble de centres de décisions — individus et groupes — reliés entre eux par la multi-appartenance d’individus à deux ou plusieurs de ces centres. Il s'agit d'un réseau si :

331) le résultat de leurs actions est déterminé conjointement ;

342) ils sont fréquemment en contact, du fait des responsabilités et des préoccupations professionnelles ou bénévoles qu'ils assument en commun ;

353) ils partagent au moins le sentiment de pouvoir mieux accomplir les tâches qui leur sont dévolues en obtenant soit une meilleure information, soit des compromis ou des accommodements de la part d'autres membres du réseau.

36En fait, les réseaux sont le reflet d'une réponse organisée, même lorsqu'elle n'est pas tout à fait consciente, à la complexité (toujours accrue) du système social. Ils se distinguent de diverses façons des autres formes d'organisation : ils sont peu ou vaguement hiérarchisés et chaque individu y reste libre de s'occuper d'affaires sans rapport avec le réseau. Il faut, ainsi, qu'un réseau, de même que toute autre organisation, soit doté de certaines normes minimales communes et du sentiment d'une tâche à accomplir, même s'il peut également y avoir conflit quant aux fins poursuivies. Mieux sera perçu le fait de l'interdépendance, et plus le réseau et ses éléments seront denses et étendus localement. Cette prise de conscience est essentielle à l'établissement initial des contacts, encore que des amitiés antérieures ou la formation de relations familières puissent avoir leurs effets. Qui plus est, la conscience de l'interdépendance des membres, au sein de la confrérie par exemple, joue un rôle important dans l'entretien du réseau, parce qu'elle stimule la circulation de l'information et favorise les accommodements indispensables. Le réseau répond à une forme de division du travail, qui est à la base de la société aujourd'hui. Les relations qui s'établissent entre les membres d'une confrérie, fortement structurée, conditionnent les actes individuels au sein de cette « institution ». Une structure qui fonctionne en réseau, tout d'abord structurée « ad hoc », se transforme en véritable système, au fur et à mesure de son institutionnalisation, de sa légitimation.

37En définitive, le réseau se caractérise par la redondance de ses connexions et repose sur des liens de sociabilité : la relation y existe pour elle-même, la personnalisation est grande, « l'autre est un nom propre, et non pas une cote ». Les relations interpersonnelles sont, par définition, bilatérales et assez spontanément polyvalentes, d'où leur tendance à s'organiser en réseau plutôt qu'en appareil : « On se réunit quelque temps pour voir ce que l'on va faire ». Le réseau a des frontières ouvertes mais, dans le même temps, les individus y jouent des rôles spécialisés (relations finalisées). Toutes ces caractéristiques se retrouvent bien dans le fonctionnement de la confrérie.

38La confrérie est elle même prise dans le réseau des confréries ou la légitimité de chacune est garantie par la participation des autres aux fêtes et chapitres : « De nombreux déplacements sont organisés, à l'occasion de manifestations organisées par d'autres confréries, des fêtes des dégustations… Cela fait partie de notre travail, on représente l'andouille à travers le France… ».

39L'étude des réseaux est, au fond, une psycho-sociologie de la communication : elle porte sur les conditions de milieu dans lesquelles la communication s'exerce. Les systèmes sociaux, y compris les plus petits — la confrérie par exemple —, sont généralement des structures d'emprise dissymétrique ; l'action exercée par les différents agents constituants les uns sur les autres est inégale. « Action » s'entend ici en un sens très général : les membres de la confrérie sont inégaux en capacité d'attraction, d'agrément, de persuasion, capacité d'intervention directe et indirecte sur autrui. Dans la mesure où ces inégalités d'action sont senties comme des critères d'inégalité de valeur dans un système donné, on peut souligner l'existence d'une hiérarchie dans le groupe, qui fonctionne — en tant que structure d'affinité — avec ses vedettes, ses élites ou, tout au moins, ses leaders. Les faits observés à Guémené confirment cette analyse : la confrérie comme le comité de la Cavalcade se constituent autour de quelques personnalités qui sont à l’origine de toutes les initiatives.

40Réseau provient étymologiquement du latin retis (filet). En témoigne encore aujourd'hui l'adjectif réticulaire. Issu d'une métaphore banale caractérisant une description topologique, il s'est progressivement enrichi de l'idée de communication et de la notion d'information. On oppose ainsi, dans les sciences sociales, l'organisation en réseau à l'atomisation de l'individualisme du marché. En fait, le réseau fait émerger de l'anonymat des individus qui ont, entre eux, certaines affinités. Ces individus sont devenus, progressivement, des relais vers d'autres — les amis de nos amis. À Guémené, comme dans tous les territoires locaux, la multiplication des liens inter-individus et inter-groupes aboutit à un véritable réseau qui solidarise l'ensemble, la confrérie apparaissant comme la « cellule-mère », le « cœur du réseau ». Si donc le réseau tient sa puissance d’intervention et sa légitimité de son enracinement dans toutes les ramifications de la vie sociable communale, il reste à découvrir le sens de ses choix et les ressorts de la motivation qui ont conduit par étapes successives à créer la confrérie des « goustiers de l’andouille ». Comment cette petite communauté, au sein de laquelle se sont créées au cours du temps des relations d’amitié, dont les membres gèrent des intérêts multiples et pour certains contradictoires, a pu trouver avec l’andouille, la fête de l’andouille, la confrérie des « goustiers de l’andouille », un espace de consensus social à son image ? Quelle est la dynamique qui tout à la fois sacralise l’andouille, invente une tradition et subsume les oppositions liées aux intérêts économiques et politiques ?

Cet obscur désir de l’objet

41L’andouille suscite, au Pays de Guéméné-sur-Scorff, un bel appétit collectif. Et nous ne parlons pas ici uniquement du « divin mets ». L’unité se fait autour de l’andouille comme symbole identitaire, mais elle est susceptible de se fragmenter dans le prisme des autres composantes sociales de l’expression andouillicque : économique, politique, culturelle, religieuse. Dans la localité, tout le monde « aime » l’andouille ; pas nécessairement pour les mêmes raisons. La diversité des motifs trouve à se fondre dans l’alchimie du verbe des « goustiers de l’andouille ». Si l’andouille est au centre de l’iconographie communale et si la confrérie peut offrir légitimement un espace de ritualisation de ses valeurs, c’est aussi que l’identification des habitants au produit préexiste à sa mise en scène sociale : « Les gens s’identifient, ils en plaisantent, mais il faudrait peut être pas aller trop loin dans la plaisanterie parce qu’ils diraient "on plaisante sur l’andouille...", mais ils sont fiers finalement de voir ce produit chez eux et je crois qu’il y a l’authenticité, ils vont peut être pas jusqu’à s’identifier à l’andouille mais je crois que c’est un produit dont ils tiennent à garder un certain sérieux ». Il n’est pas simple de s’identifier au produit compte tenu de la connotation sociale qu’il porte, mais l’andouille est un vecteur de notoriété pour cette petite commune et l’identification à la commune suppose d’en assumer l’image.

42Au delà des aspects identitaires, mis en évidence au cœur de la fête, la valorisation de l’andouille s’actualise sous d’autres dimensions. La confrérie s’est donné pour mission de « défendre la qualité de ce produit et d'en assurer l'authenticité et sa promotion » 10. L’énoncé fleure bon le marketing de terroir et laisse percevoir la visée économique. Les quelques activités de la confrérie sont d’ailleurs fortement sous-tendues par ce caractère commercial. La promotion de l’andouille s’organise à l’extérieur, lors des chapitres d’autres confréries,où les confrères font déguster le produit local. Quatre, cinq, six personnes sont déléguées si c’est possible. Chacun effectue au moins un déplacement tous les deux mois. La confrérie a été cette année représentée dans une vingtaine de lieux : « Cela fait partie de notre travail, on représente l’andouille à travers la France », et ce sont les moyens financiers qui constituent les freins d’une ambition plus large : « On est même invités à Sarrebruck, mais ça fait un peu loin, on a pas de budget, c’est une réunion internationale ». Cette vocation est investie au quotidien par certains confrères particulièrement prosélytes : « Je ramène à tous mes collègues de l’andouille de Guémené, parce que j’ai mes commandes, j’ai mes clients… ».

43L’intérêt financier que trouvent les fabriquants dans ces dispositions est clairement identifié par tous : « On a profité de faire ce truc là, c’est bon pour le charcutier ce qu’on fait […]. Les producteurs sont membres comme les autres, m’enfin lorsque l’on sort, ils apportent des andouilles, ils les font déguster et c’est pour eux une opération commerciale aussi… ». La dissymétrie constatée est d’autant mieux acceptée qu’elle intègre une contrepartie implicite dans la légitimité qu’apportent les fabriquants à la démarche des goustiers : sans leur connivence, pas de confrérie. En dernier ressort, si les producteurs peuvent se passer de la confrérie, l’inverse n’est pas vrai. À la lumière de cette analyse, l'extrême prudence affichée par les membres de la confrérie (non fabriquants) pour prendre position sur des critères de qualité de production n’est que l’expression de cette situation de dominance. L’enjeu de la normalisation analysé de ce point de vue ne manque pas de sel, dans la mesure où elle s’imposerait et où les confrères se trouveraient en situation de certifier la qualité, la relation se rééquilibrerait en faveur des non-producteurs.

44L’intérêt économique se situe aussi au niveau de la commune prise dans son ensemble. Faire reconnaître le produit, c’est à terme augmenter la production et ainsi appuyer le développement local : « Le rôle de la confrérie pourrait être de promouvoir ce produit et pourquoi pas à terme faire qu'il y ait des créations d'emplois… alors là ce serait le rêve ». Mais cette grande ambition se heurte aux logiques personnelles des producteurs qui souhaitent affirmer leur singularité et se positionnent en concurrents dans l’espoir de tirer le meilleur parti de l’ouverture du marché : « Ici on est très individualiste finalement, au fond on fait la fête ensemble… mais y a un secteur où il y a une barrière, on dit attention ça... et je crois finalement que c’est également dans le domaine de la production, de la commercialisation, il y a sans doute beaucoup de choses à faire mais faut franchir justement le cap, faut savoir regrouper ». Faute d’avoir la taille critique pour appeler une consommation plus forte, l’élargissement de la demande se fait attendre et les afflux ponctuels de commandes (notamment au moment de la fête) conduisent à des ruptures de stock. À ce jeu, les stratégies des fabriquants se neutralisent et le développement se fait attendre.

45Le rôle de la valorisation de l’andouille, dans le développement local, dépasse l’impact direct sur les intérêts des producteurs d’andouilles. La notoriété de la commune accroît sa capacité d’attraction sur des populations plus ou moins éloignées : « C’est bon aussi pour le pays, pour les retombées touristiques ». Aussi l’ensemble des commerçants de la commune ont à profiter des actions menées par la confrérie des « goustiers de l’andouilles » et plus généralement de la réputation gastronomique locale ; l’Union des commerçants ne s’y trompe pas et apporte son aide à l’entreprise. La municipalité comme les acteurs économiques ne peuvent de ce fait qu’appuyer l’initiative, la soutenir et l’encourager ; comme le souligne le maire : « Je pense que la confrérie anime Guémené pendant quelques journées et on en parle durant l’année de temps à autres et je crois que c’est une fonction qui est indispensable à une localité comme celle-ci ».

46S’il n’est pas très étonnant de voir associer l’andouille avec des intérêts économiques, ancrés dans le monde matériel, il n’en est pas de même de l’alliance qu’elle exhibe avec des pratiques spirituelles. Le mélange des fêtes profane et religieuse conduit à faire participer les « Goustiers de l’andouille » et les autres confréries, en tenue d’apparat, à la messe et au Pardon. Cette pratique qui constitue une forme de sacre implicite des valeurs revendiquées par les confréries n’est pas du goût de tous : « Il y a quand même une certaine catégorie du clergé qui, je le sens, n’apprécie pas toujours… Les autres s’adaptent et puis ils voient quand même que leurs édifices religieux sont restaurés… Mais j’ai vu certaines fois certains prêtres intervenir, demander à ce qu’il y ait un peu de sérieux, un peu de silence, ne pas s’abandonner à l’intérieur de la chapelle à trop de libertés ». Les écarts concédés à la liturgie ne sont pas gratuits et les privautés semblent soigneusement délimitées ; mais nous aurions tort d’interpréter cela comme une simple adaptation à une pression locale : il s’agit là d’une véritable stratégie de reconquête des ouailles : « Il faut dire que les deux fêtes se cassaient la figure, automatiquement si la fête populaire ne marche pas, il va de soi qu’à la messe y a pas grand monde non plus ; et là demain matin je ne sais pas si l’église sera suffisamment grande et pourtant elle est grande ». Ainsi la paroisse bénéficie directement de l’intégration du Pardon et de la fête de l’andouille : « ça donne une plus belle fête pour le pardon, donc tout le monde est content ». Les réticences à ce rapprochement ne sont d’ailleurs pas venu exclusivement de ce côté : « Il y avait un noyau dur (de gauche) qui a fait des remous parce qu’on voulait s’associer avec le Pardon, mais ça y est c’est fini... mais faut pas le répéter ». Aujourd’hui tous le monde se félicite du succès de la manifestation, même si chacun est libre d’interpréter, comme il le souhaite, le sens des cérémonies.

47De multiples motivations viennent s’enchevêtrer pour donner l’image de cette aspiration consensuelle qui porte et légitime les activités de la confrérie. Les bénéfices attendus se déclinent en fonction des positions occupées : tel membre « a envie d'exister et de se réaliser en organisant » ; les pompiers trouvent l’occasion de montrer leur dévouement à la commune et à ses habitants ; les intronisés, par l’affichage publique de leur soutien, soulignent leur participation à un réseau social et territorial (élus locaux, patrons de petites ou moyennes entreprises, cadres supérieurs et professions libérales se succèdent ainsi, plusieurs fois photographiés et montrant leur attachement à l'andouille de Guémené) et en attendent quelque reconnaissance.

48L’unanimisme manifeste, relevé à l’égard de l’andouille, de la confrérie des « goustiers de l’andouille » et de la fête de l’andouille, se construit sur des fondations diverses mais fortement solidaires. On a longtemps à tort assimilé la communauté locale (rurale) à un espace de sociabilité consensuelle. Le niveau communal connaît lui aussi des relations sociales conflictuelles, faites de cassures, de clivages et de préjugés ; la peur, l'envie et la jalousie entre les membres y sont fréquentes. Il convient de rappeler que les relations de coopération et les conflits ne s'excluent pas nécessairement. À partir de nos observations à Guémené, on peut affirmer que la première de ces formes de sociabilité est plus forte pour tout ce qui concerne les activités de la confrérie. À travers elles, la communauté locale réalise une sorte de « communication interne et externe ». Plus encore, les interdépendances économiques et identitaires conduisent, dans ce registre, la population à une intégration fonctionnelle et symbolique. Ainsi conçue, l'Andouille renvoie bien à un enjeu central pour la communauté locale, système social formé d'une pluralité d'individus et de groupes organisés en quête de symboles partagés.

La confrérie : une focale diffractante

49Saisie comme entité sociale, objet d’étude, la confrérie des « goustiers de l’andouille » se dérobe à l’analyse, et ne laisse entrevoir qu’une réalité fuyante, en trompe-l’œil avons-nous dit. Et pourtant, ce qui la produit (le réseau) et ce qu’elle produit (la fête) possèdent une réelle consistance, comme si elle ne prenait forme que par son extériorité. Ceci nous a conduit à chercher du sens, moins dans la structure ou dans le fonctionnement de la confrérie elle-même, que dans la fonction sociale qu’elle remplit au sein de son environnement.

50En amont, elle fait montre d’une puissante capacité à condenser les aspirations locales, à rassembler les ambitions, à faire converger les intérêts, en un faisceau d’éléments disjoints qui se fusionnent en son sein. Car, et c’est là une de ses limites, le regroupement qu’elle opère ne vaut pas pour conjugaison des éléments. La jonction n’est pas la fusion. Ambitions, intérêts, aspirations, demeurent privatifs. Chaque Guémenois, chaque groupe local peut se retrouver en elle et y être représenté, sans que les logiques de chacun se trouvent transformées par cette entité qui est censé servir les intérêts de tous. En aval, l’image qu’elle restitue se décompose en de multiples fragments et peut toujours, de ce fait, être réinterprétée dans le sens voulu par chacun des acteurs. C’est aussi à ce titre qu’elle fonctionne comme une formidable machine à produire de l’identité collective. Le sens de l’identification est laissé à la discrétion des intéressés. Les commerçants, les paroissiens, les citoyens, les élus, trouvent là un espace de confrontation consensuelle fondée sur l’illusion spéculaire, mais qui ne produit pas que des effets imaginaires.

51Le petit monde de la « confrérie des goustiers de l’andouille » se révèle à l’analyse plus enchanteur que son mythe. Il laisse deviner des jeux de résistance à la désintégration sociale par le renouvellement des rites, des sources de croyances et de reconnaissance identitaire 11.

Haut de page

Notes

1 L’étude de la confrérie des goustiers de l’andouille doit être restituée dans un vaste mouvement de confréries de ce type : le boudin de Mortagne-en-Perche, les tripes de Longny-en-Perche, etc. ! À ce sujet, voir aussi : « Ô Andouille mirifique », dans Picrochole, n° 3‑4, 1996/1997, 172 p.
2 « L’andouille de Guémené n’est pas un emplissage en vrac, c’est le résultat d’un habillage, c’est de la haute couture ». Jean MOËC, « L’andouille », dans Picrochole (revue du CéRAC), n° 2, Rennes, 1995, p. 118.
3 Encore que le christianisme n'en ait pas, semble-t-il, le monopole.
4 La « cavalcade » est une autre manifestation guémenoise qui se déroule au printemps.
5 Ce qui ne suppose pas, bien sûr, qu’il n’y ait pas d’excellentes andouilles fabriquées à Guémené-sur-Scorff (ce que nous avons pu vérifier in situ).
6 Guy JUMEL, « La fête de l’andouille », dans Picrochole, n° 2, Rennes, 1995, p. 121.
7 On sait qu'en France, un environnement politico-administratif englobe les collectivités locales ; sa texture est marquée par des caractéristiques bien spécifiques : la centralisation et la rigidité.
8 Marcel MAUSS, Sociologie et anthropologie, Paris, Presses universitaires de France, 1983 (1950), 482 p.
9 Alexis de TOCQUEVILLE, La démocratie en Amérique, Paris, Éditions Gallimard, 1951 (1835), p. 318.
10 Voir Prospectus distribué lors de l'Édition 1996.
11 Bibliographie sélective : Nicole EIZNER [dir.], Voyage en alimentation, Paris, ARF Éditions, 1995, 318 p. ; Maurice HALBWACHS, La mémoire collective, Paris, Presses universitaires de France, 1968, 204 p. ; Bernard LACROIX, L'utopie communautaire, Paris, Presses universitaires de France, 1981, 225 p. ; Claude LÉVI-STRAUSS, L'identité, Paris, Presses universitaires de France, 1983 (1977), 344 p. ; Placide RAMBAUD, Société rurale et urbanisation, Paris, Éditions du Seuil, 1969, 343 p. Pour une approche ethno-sociologique, voir également le rapport de l’étude menée par les membres du CéRAC (Rennes-Nantes-Angers) qui est publié dans la Revue Picrochole, n° 3-4, 1996/1997, 172 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ali Aït Abdelmalek et Christian Chauvigné, « « Faire l’andouille à Guémené ». La confrérie des « goustiers de l’andouille » : entre marketing et célébration identitaire », Ruralia [En ligne], 08 | 2001, mis en ligne le 01 septembre 2005, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://ruralia.revues.org/219

Haut de page

Auteurs

Ali Aït Abdelmalek

Articles du même auteur

Christian Chauvigné

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page