Navigation – Plan du site

Présentation du LER

Le Laboratoire d’études rurales, « équipe d’accueil » sous tutelle de l’Université Lyon 2 intégrée à l’Institut des sciences de l’homme de Lyon, s’est constitué en 2003 sur le pari de faire vivre dans la durée et à un haut niveau d’exigence scientifique une équipe pluridisciplinaire consacrée à l’observation et à l’étude des sociétés rurales contemporaines.

Celle-ci s’appuie essentiellement sur les ressources et la dynamique de recherche en sciences sociales de l’Université Lyon 2, rejointes en 2004 par des enseignants-chercheurs en sciences sociales de l’ISARA-Lyon, puis d’autres établissements universitaires, situant le laboratoire à l’interface de la recherche scientifique et de la production de savoir et d’expertise sur le développement agricole et rural.

Né dans le contexte de la résurgence des questions alimentaires, sanitaires, environnementales et territoriales liée aux nouvelles formes d’emprise sur les espaces ruraux des sociétés post-industrielles et post-productivistes, le LER a voulu répondre au défi d’une mise en perspective et en cohérence d’un objet « rural » parcellisé par la division du travail scientifique. Malgré l’apparente perte de sens de cette catégorie du « rural » dans les dynamiques territoriales européennes les plus récentes et les glissements de sens vers les catégories de l’« environnement », de l’« authenticité » ou de la « qualité » des aliments, l’analyse dans la longue durée des continuités et ruptures dans les pratiques et représentations du rural apparaît plus que jamais pertinente pour saisir ce qui se joue à l’interface du monde physique et du monde social, des rationalités techniques et des choix politiques, de l’emprise matérielle et de l’emprise symbolique sur les espaces, leurs habitants et leurs productions.

Le LER se donne donc pour objectif de saisir les dynamiques à l’œuvre dans la modernité en les analysant au prisme de l’objet rural. Un objet qu’il s’efforce de remettre sans cesse en question, dans une éthique à la fois de la rigueur méthodologique (analyse microsociale, enquêtes, bases de données) et de la réflexivité sur les pratiques (séminaires, publications, restitution auprès des acteurs du développement). Pour cela, le LER est résolument pluridisciplinaire, et tout aussi résolument ouvert à la totalité des pratiques scientifiques, sans chercher à établir de distinction et encore moins de hiérarchie entre le « fondamental » et l’« appliqué ». Ouverts sur leur environnement régional, national et international, à l’écoute des demandes de la société, des collectivités, des institutions, les chercheurs du LER se veulent à la fois les acteurs et les médiateurs d’une réflexion sur le rural contemporain qui prenne en compte la durée, l’espace et la complexité sociale.

C’est dans cette optique que le LER se revendique comme un lieu original de formation à la recherche et à l’action par la recherche et par la réflexion collective sur l’action. Adossé à un master « études rurales » doté d’un parcours professionnel et à une école doctorale qui permet chaque année à des doctorants d’obtenir une thèse financée sur une thématique ruraliste, réunissant chaque mois ses membres et ses partenaires dans un séminaire spécialisé, le laboratoire est un espace de discussion ouvert sur les questions rurales comme sur les problématiques agricoles, agro-industrielles et alimentaires, où de jeunes chercheurs et de futurs praticiens peuvent s’initier à une compréhension fine de ce qui constitue un enjeu majeur du nouveau siècle.