Navigation – Plan du site
Actualités scientifiques

Société, nature, technologie. La contribution de la sociologie rurale

XIXe Congrès de la Société européenne pour la sociologie rurale. Dijon (France), 3-7 septembre 2001.
Christian Deverre et Manuel Belo Moreira

Entrées d’index

Mots-clés :

Colloque
Haut de page

Texte intégral

1Les récents Congrès de la Société européenne pour la sociologie rurale (SESR) ont contribué à remettre profondément en cause les oppositions classiques entre villes et campagnes, modernité et tradition, qui conduisaient à n'analyser les dynamiques sociales rurales que sous l'influence de l'urbanité. Les travaux présentés ont contribué à faire évoluer les thématiques et paradigmes des recherches, et à considérer les sociétés rurales comme des lieux actifs d'expression des mouvements de la modernité tardive. Nous souhaitons que le XIXe Congrès poursuive cette évolution : au-delà de l'analyse des nouvelles formes sociales que prend aujourd'hui la ruralité, nous souhaitons que les travaux présentés soient particulièrement centrés sur l'évaluation des apports de la sociologie rurale à la compréhension des caractéristiques et évolutions de la société dans son ensemble et dans ses relations à la nature et à la technologie.

2Dans cette perspective, et sans que ces thématiques ne soient comprises comme limitatives, nous appelons les sociologues ruraux européens, ainsi que tous les chercheurs menant des études rurales, à apporter leur contribution, à l'occasion du Congrès de Dijon, aux points suivants :

La renaissance rurale et ses problèmes

3Dans plusieurs pays européens, les mouvements démographiques entre centres urbains et campagnes se sont inversés, des zones rurales redeviennent créatrices d'emplois et lieux de résidence de populations diversifiées. Par ailleurs, les limites spatiales entre villes et campagnes se dissolvent avec l'extension de la périurbanisation et des infrastructures de transport. Les nouvelles techniques de communication abolissent la séparations entre relations locales et relations à distance. En se diversifiant, les collectivités rurales affrontent de nouveaux problèmes d'intégration sociale entre groupes d'âge, nouveaux et anciens résidents, professions aux capitaux sociaux et culturels très différents. Dans le même temps, d'autres zones rurales, notamment dans les pays d'Europe Centrale et Orientale, mais aussi du Sud, continuent à affronter des restructurations profondes qui introduisent de grandes disparités sociales et régionales tant dans leur structure interne que dans leur insertion dans les ensembles nationaux et supranationaux

L'environnementalisme et les ruralités disputées

4La campagne, consacrée dans la période précédente essentiellement comme support de la production alimentaire, est de manière croissante traitée comme un réservoir de nature. Elle apparaît destinée à contribuer au maintien des grands équilibres et au patrimoine écologiques, et dans le même temps à satisfaire les loisirs des populations urbaines proches ou lointaines. Les modes d'utilisation du territoire des activités traditionnelles, comme l'agriculture, la foresterie ou la chasse, sont souvent remis en cause au nom des risques ou des dégradations environnementales. Ce mouvement contribue à redistribuer des responsabilités dans l'appropriation et l'aménagement de l'espace entre propriétaires, agriculteurs, responsables politiques, scientifiques, environnementalistes, résidents ou usagers. Les formes professionnelles ou citoyennes d'organisation et de mobilisation dans les sociétés rurales sont de manière croissante affectée par ces tendances.

Le contrôle social sur les systèmes de production alimentaire

5Avec la montée concomitante des inquiétudes alimentaires (comme dans le cas de la maladie de la vache folle) et des progrès des biotechnologies (et en particulier des OGM), les techniques de production et les filières agro-alimentaires sont soumises à la vigilance accrue des consommateurs et de la loi. Les contraintes de sécurité, de qualité, de traçabilité, deviennent partie intégrante des activités sur les terroirs ruraux, dans les laboratoires scientifiques et les chaînes de distribution alimentaire. Mais, face à ce mouvement qui contribue à accroître le contrôle social sur les modalités de la production alimentaire, les forces de la mondialisation, au nom de la libre circulation des marchandises, tendent à combattre toutes formes de contraintes réglementaires. Les techniques agricoles et agro-alimentaires deviennent d'importants enjeux dans les négociations internationales sur le commerce, l'environnement ou la santé.

Le développement rural, la société réflexive et la mondialisation

6L'Europe a une longue histoire de développement inégal dans le domaine social et économique. Dans le contexte de la nouvelle Europe et des mouvements de mondialisation, il est important d'évaluer les conséquences pour le développement rural, à l'ouest comme à l'est et au sud du continent, de ces nouveaux impératifs d'intégration sociale, de créations d'emplois, de respect et de restauration du patrimoine écologique, paysager et architectural, de contrôle des évolutions technologiques au nom du principe de précaution. Si les objectifs de modernité et d'équité de la période précédente gardent leur actualité dans beaucoup de pays et de régions, s'y ajoutent dorénavant des attentes et impératifs d'équilibre social, de sagesse environnementale et de sécurité alimentaire, dans un contexte de dérégulation commerciale accélérée. Toutes les stratégies de développement rural sont soumises à ces pressions contradictoires.

7Nous invitons tous nos collègues, universitaires, chercheurs et étudiants, à apporter leur contribution à cette analyse et à cette compréhension des sociétés rurales contemporaines parties intégrantes de la modernité tardive, et à présenter leurs travaux au XIXe Congrès de la Société Européenne pour la Sociologie Rurale qui se tiendra à Dijon (France) du 3 au 7 septembre 2001. Nous souhaitons saisir l'occasion de ce Congrès pour nous adresser à l'ensemble de la communauté des sociologues européens, et lui montrer la vitalité de la sociologie rurale et son importance dans la compréhension du monde d'aujourd'hui.

8Afin d'organiser le cadre des contributions et des débats, nous appelons ici nos collègues dans un premier temps à proposer des thèmes d'ateliers correspondant à l'orientation générale du Congrès. Nous souhaitons qu'une large place soit faite à cette occasion aux jeunes sociologues ou aux sociologues nouveaux dans la profession, et nous les engageons à ne pas hésiter à se porter candidats à la définition des thèmes et problématiques de ces ateliers. La même invitation est faite aux collègues des sciences sociales voisines et amies. Un second appel au Congrès, cette fois pour les communications (qui seront présentées en anglais), sera diffusé en 2001.

Comité scientifique du XIXe Congrès de la SESR

9Christian DEVERRE (France) (deverre@avignon.inra.fr)

10et Manuel BELO MOREIRA (Portugal) (mbelomoreira@isa.utl.pt).

Comité d'organisation

11Bruno LEMERY (Bruno.Lemery@enesad.inra.fr)

12et Philippe PERRIER-CORNET (France) (perrier@enesad.inra.fr).

13Site Web de la Société européenne pour la sociologie rurale : http://cc.joensuu.fi/​~alma/​esrs/​index.htm

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Deverre et Manuel Belo Moreira, « Société, nature, technologie. La contribution de la sociologie rurale », Ruralia [En ligne], 07 | 2000, mis en ligne le 01 janvier 2001, consulté le 26 juin 2017. URL : http://ruralia.revues.org/206

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page