Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Ali AÏT ABDELMALEK, L'Europe communautaire, L'État-Nation et la société rurale. L'exemple du Pays de Redon, Paris, Éditions L'Harmattan, 1996, 315 p.

Frédéric Chauvaud

Entrées d’index

Chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, tiré d'une thèse remaniée et décantée, Ali Aït Abdelmalek propose une lecture sociologique de la construction européenne et des logiques de son fonctionnement. Mais pour retracer l'invention de l'Europe agricole, suivre son installation et la regarder fonctionner, non pas abstraitement, mais arrimée à un micro-territoire particulier, il fallait aussi que le cadre spatial retenu soit pertinent. L'observateur a choisi un « pays » qu'il connaît bien, pour lui avoir consacré plusieurs travaux et enquêtes : le pays de Redon, situé entre Saint-Nazaire et Rennes, mordant sur le Morbihan, l'Ille-et-Vilaine et la Loire-Atlantique. L'espace choisi est présenté comme un véritable « laboratoire social européen » puisqu'il permet de saisir dans toute sa plénitude, la manière dont l'Europe devient tout à la fois le « pivot » des stratégies des différents acteurs et le « révélateur entrepreneurial » de l'agriculture. Étudier la communauté européenne dans cette perspective nécessite d'analyser le réseau complexe de relations qui lie l'exploitation familiale agricole à un véritable faisceau d'intervenants.

2On l'aura compris, la posture adoptée par l'auteur le conduit à privilégier l'analyse des médiations, chantier ouvert et peu défriché qu'il se propose de poursuivre. Là se situe toute la nouveauté et la force de la démonstration. L'articulation entre l'individu et le collectif passe en partie par l'étude des organisations dont une liste figure en tête d'ouvrage, qui ne sont plus étudiées pour elles-mêmes, mais dans une relation dynamique de « négociations conflictuelles ». Trois rationalités sont alors retenues qui combinent les analyses et emboîtent les échelles : professionnelle, nationale et communautaire.

3Un découpage binaire rythme l'ouvrage : une première partie est consacrée au rôle des acteurs présentés comme les agents de la modernisation ; la seconde s'attache à repérer les « effets du système », c'est-à-dire les logiques de la professionnalisation lorsque celle-ci est décrétée et recommandée. Analyser dans un premier volet les médiations entre les organisations professionnelles agricoles bretonnes, l'État et Bruxelles, c'est s'attacher à la cogestion en oeuvre, or l'action des partisans de la « modernisation cogérée » a pour incidence d'exclure une grande partie des travailleurs de la terre des décisions politiques. Pour saisir pleinement un semblable mécanisme, il convient de suivre sa généalogie depuis 1884 à travers les coopératives laitières, les sociétés agricoles et les syndicats aux visées essentiellement professionnelles. Dès 1900 l'armature professionnelle est en place. Toutefois, le rôle central du catholicisme social, comme en témoigne par exemple la forte implantation du Sillon, ne saurait être négligé. Il s'agit alors de concilier les idéaux de solidarité avec les stratégies d'entrepreneur. Les années 1920 sont marquées par l'affirmation du « Syndicat des cultivateurs cultivants » dont le programme consistait à donner la parole aux paysans, en écartant les notables, et à la propager dans les différentes instances. Mais « l'espace professionnel » se mue rapidement en territoire d'affrontements politiques. Dès 1929 Dorgères créé le premier Comité de défense paysanne et le dorgérisme exerce d'emblée une forte séduction. Aussi lorsque Vichy s'adjoint le chef des chemises vertes, le temps de la professionnalisation et de la corporation paysanne semble venu ; toutefois, d'après les entretiens conduits par l'auteur, la corporation n'a été que le triomphe d'une tendance exagérément gonflée par la postérité.

4Le passage de la corporation à la cogestion accompagne la construction d'une nouvelle image unitaire autour de la modernisation dans laquelle la JAC joue un rôle essentiel. Héritière du catholicisme social, elle entend former une nouvelle élite paysanne. Mais tandis que les pouvoirs publics favorisent les mutations de l'agriculture, la modernisation a un coût. Plus tardivement, l'extrait d'un entretien conduit au Centre de gestion de Rennes reproduit une semblable analyse : « le capital d'exploitation est de plus en plus lourd, les immobilisations sont importantes et pour une durée d'utilisation souvent très courte... ». Prolongeant l'analyse l'auteur se demande de quelle manière les fonctionnaires interviennent dans la gestion de la politique agricole et quels sont les liens tissés avec les agriculteurs et les « responsables professionnels ». Pour cela il convient de suivre plus particulièrement l'activité de la DDAF et le rôle de la Mutualité sociale agricole. Du coté syndical et professionnel la cogestion commence par la vulgarisation des méthodes de « progrès agricole » et au tournant des années 1960 la notion de « développement agricole » supplante celle de vulgarisation. Parvenu à ce stade, il importe de se demander quels sont les médiateurs et les responsables au sein des OPA qui ont le plus de pouvoir. Si les exploitations de type familial n'ont pas disparu, les grands exploitants ont constitué une nouvelle catégorie de notables, cumulant honneurs, titres et responsabilités. Au sein des OPA ce sont les processus de décision qui importent, aussi le « couple président/directeur » apparaît-il essentiel.

5Au terme de ce parcours, il importe alors de saisir que le médiateur ou la médiation ne peuvent être réduits au simple statut d'intermédiaire ; en effet les « médiations institutionnelles et organisationnelles » et les normes fixées par les différents acteurs s'entremêlent, configuration qui montre bien la complexité des relations nouées. Mais lorsque l'on passe de la région à l'Europe de nouvelles médiations s'élaborent et s'imposent. Pour les saisir, il importe de suivre la manière dont la région a été inventée. L'auteur consacre quelques pages vigoureuses à l'expérience des dix-huit pays bretons, inscrit dans le VIIe plan, et au CELIB qui est à la fois la « traduction bretonne du régionalisme » et une sorte de fédération des édiles et élus dont l'ambition est d'intégrer les divers pans de l'économie bretonne au sein de l'Europe communautaire. Mais l'Europe des régions se traduit d'abord par une politique rurale particulière des instances européennes à l'égard de la Bretagne ; politique concrétisée en 1987 par l'adoption d'une opération de revitalisation pour une période quinquennale. Toutefois, « le “développement rural” est l'occasion de mettre en place une nouvelle pratique d'ensemble et de dialogue ». Pourtant, souligne Ali Aït Abdelmalek, la « qualification de certains problèmes comme locaux » est une façon déguisée pour l'État de se désengager tout en affirmant la « pertinence du cadre local comme registre de leur intervention ».

6Niveau privilégié de l'aménagement du territoire, la région est un enjeu, un espace de prises de position conflictuelle tandis que le département est une réalité spatiale assujettie directement aux pouvoirs publics. Dans la réalité pourtant, chaque lieu est plus complexe et « recèle » une multiplicité de rapports sociaux. C'est ainsi que la PAC accentue les conflits entre les différents groupes de travailleurs de la terre. Une enquête portant sur 29 exploitations montre qu'une image fondée sur des normes techniques a été élaborée et l'on peut légitimement se demander, et l'auteur ne s'en prive pas, si la représentation forgée et partagée de l'Europe signifie « une acculturation réussie ». La réponse est bien sûr à nuancer. Il faudrait distinguer à l'une des extrémités les petits producteurs, qualifiés de « paysan nationaux », à l'autre les « entrepreneurs de l'Europe » et au milieu les « agriculteurs ». Chacun occupe une position particulière, déploie des stratégies propres et se projette de manière radicalement différente dans l'avenir. Très schématiquement, le premier groupe n'a guère de projets et semble condamné ; le deuxième est « le plus armé » ; ses membres agissent comme des « acteurs rationnels » et sont bien de véritables chefs d'entreprise : ils entreprennent sans complexe la conquête du marché européen et pour cela subordonnent la fonction de production à la fonction commerciale. Quant au groupe intermédiaire, il adopte les valeurs et les références des « entrepreneurs » mais au-delà des discours, leur situation est davantage précaire et ils se meuvent avec moins d'aisance dans les politiques de l'Europe communautaire. Reste alors, après l'étude des catégories et des groupes professionnels, à porter l'éclairage sur le pays lui-même et il faut lire tout le chapitre 4 qui est particulièrement convaincant ; on retiendra en particulier le passage, peut-être trop bref, sur les « liens et conflits entre le local, le national et l'Europe ».

7La deuxième grande division de l'ouvrage retrace le balancement entre l'affirmation d'un micro-territoire et le poids de l'espace communautaire sans oublier la mondialisation du marché. Au cœur de ce mouvement : la professionnalisation. On sait que cette dernière, telle qu'Alain Touraine ou T. Parsons ont pu la définir, s'inscrit dans un processus de rationalisation. À ce titre elle est un phénomène social total auquel n'échappent pas les agriculteurs. Or elle passe d'abord par la qualification et par le déploiement d'un enseignement agricole spécifique. Dans ce cadre, un nouveau modèle d'exploitant agricole surgit entre 1879 et 1912, puis s'étoffe au gré du législateur et de diverses initiatives. Au terme de cette évolution l'agriculteur se définit de plus en plus par le métier. L'enseignement devient alors une priorité essentielle à la fois pour les OPA et pour l'État. Il est significatif que, en juillet 1990, le CNEA ait approuvé le premier schéma prévisionnel national des formations de l'enseignement technique. Dans les commissions « formation » du CNJA, l'évolution de l'enseignement agricole fait également l'objet d'une réflexion approfondie. Mais si les Maisons familiales rurales, diverses institutions et plus globalement les représentations de l'instruction jouent un rôle important, c'est bien le lycée agricole qui devient la cheville ouvrière dans les mutations techniques et socio-économiques, notamment par la contribution apportée à la professionnalisation des diplômes agricoles. Amorcé au milieu des années 1960, dessiné fortement à la fin des années 1980 et au début des années 1990, le mouvement, qui fait de la formation initiale la clef des stratégies, est désormais solidement établi.

8Cependant, une fois la formation initiale assise, il convient de trouver des biais pour transmettre des « informations agricoles ». La démarche correspond à un besoin, mais encore faut-il se demander ce que signifie exactement l'Europe pour les travailleurs de la terre. Une analyse d'Espace-Ouest, écrit Ali Aït Abdelmalek souligne que le journal a pour visée de rendre légitime la modernisation agricole, la PAC incluse, et « de promouvoir les appareils professionnels et les dirigeants qui sont à leur tête ». Toutefois, tous les exploitants ne font pas un même usage des informations ; Ouest-France joue un rôle emblématique ; le quotidien étant devenu un véritable lieu d'apprentissage de l'Europe : il suffit de s'attacher au traitement des quotas laitiers pour s'en convaincre. Si la presse agricole départementale est volontiers hebdomadaire, afin d'épouser les rythmes de l'exploitation, les émissions de télévision, qui entendent rendre compte de la semaine écoulée, et les chambres jouent un rôle non négligeable.

9Être informé ne suffit plus, il faut aussi maîtriser la tenue des comptes ou plus exactement savoir gérer. En effet, à la fin des années 1960, pour les travailleurs de la terre, il s'agit d'opérer une mutation, d'assurer le passage de l'exploitation agricole en entreprise. Désormais il n'est plus possible de se contenter d'un enregistrement naïf, « dépenses-recettes », il faut utiliser d'autres modes de comptabilité. Le processus repose en grande partie sur l'adoption d'une comptabilité de gestion, dans laquelle le marché et les stratégies à adopter sont évalués en terme de « coûts-bénéfices ». Calcul et raisonnement économiques doivent être liés et pensés ensemble. Le Centre de gestion et d'économie rurale n'inscrit ainsi que les « vrais » exploitants, c'est-à-dire les « entrepreneurs de l'Europe ». Le Centre de comptabilité et d'économie rurale du Morbihan, avec ses 125 agents au service de 6 000 adhérents, a pour objectif déclaré de « développer la capacité de gestion des exploitants du département ». L'ensemble de ces dispositions qui s'inscrivent dans un processus complexe, montre que l'agriculteur devenu entrepreneur ne joue bien souvent qu'un rôle de coordination. Mais il importe de savoir que la part accrue d'un fonds de roulement, les difficultés financières grandissantes relèvent en partie d'une légende noire. En effet, depuis 1984, l'agriculture est une branche moins endettée que d'autres et la ronde des emprunts s'est quelque peu réduite. Toutefois, dans ce circuit financier le Crédit agricole connaît une mue significative. La loi du 18 janvier 1988 a transformé la Caisse en société anonyme et a provoqué un transfert des capitaux qui ont été cédés aux caisses régionales. La banque est donc de plus en plus perçue comme un partenaire proche, même si les « conseils d'administration de chacune des caisses locales du pays de Redon se composent [...] d'agriculteurs jouissant du pouvoir de décision, n'ont en fait qu'une importance infime dans le fonctionnement de la banque ». Un tel décalage entre les représentations et le pouvoir bancaire relève de stratégie d'adaptation et de disqualification. En effet, se met en place des modèles d'exploitation compétitive élaborés à la fois par les OPA, l'État et Bruxelles, de la sorte la « comptabilité » s'impose comme un instrument d'élimination. Pour autant, les projets de la PAC, malgré les heurts et les conflits doivent bénéficier d'un consensus. Dans le pays de Redon, la gestion des quotas laitiers montre tout d'abord que l'établissement d'une commission mixte départementale a un rôle de conseil et que leur marge de manœuvre est fort étroite, de même que l'action de la DDAF. Aussi le véritable lieu de pouvoir, écrit Ali Aït Abdelmalek, est la laiterie qui contrôle et punit. En effet, les entrepreneurs de l'Europe « assurent un contrôle étroit sur une partie de l'industrie par le biais de l'appareil coopératif qu'ils dirigent ».

10Reste alors la question de « l'installation » qui aujourd'hui, à l'instar des « quotas laitiers », relève de la transformation des exploitations familiales en « entreprises agricoles modernes ». L'installation se confond avec la succession, mais dans ce cadre les jeunes agriculteurs entendent « réaliser une vocation » qui passe par une procédure de sélection liée à la formation et à la capacité à demander des aides. L'installation, on le vérifie aisément, ne se fait pas sans conflits. Le premier est lié aux tensions entre générations ; le second concerne la manière dont le patrimoine est transmis. Toutefois les conflits malmènent les solidarités et Ali Aït Abdelmalek observe un net glissement qui va du village au travail ; on comprend alors toute l'importance de la « culture professionnelle ».

11Les médiations ne sont donc pas à sens unique ; elles nécessitent des confrontations, des adaptions, des réagencements... bref des échanges. Mais traiter de la communauté locale, des médiations et de l'État impose au terme de la démonstration de revenir sur tel ou tel point et de proposer une définition : « un système de médiations institutionnelles organisationnelles est un ensemble complexe et organisé d'éléments distincts, possédant des valeurs et des attributs, en interaction, en interrelation et en interdépendance, organisant une fonction sociale ». Les médiations contribuent donc à l'affirmation d'identités sociales car à travers les négociations qui s'apparentent parfois à une forme de violence symbolique les enjeux sont bien ceux de la constitution « d'identités agraires ». On peut toutefois regretter que les experts, comme composante majeure de la médiation (Trepos, 1994 ou Sarfarti-Larsson, 1988), n'aient pas retenu davantage l'attention de l'auteur, comme d'ailleurs les enquêtes qui portent sur la transaction sociale (M. Blanc, 1992) ou les travaux d'historiens, en particulier ceux menés à l'initiative de Pierre Guillaume depuis plusieurs années. Au total, un ouvrage important qui ouvre des perspectives en plaçant au centre de recherches à venir les mécanismes de la médiation et les figures des médiateurs, autant d'aspects d'une sociologie de la médiation en construction qui apparaît d'emblée comme très prometteuse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Chauvaud, « Ali AÏT ABDELMALEK, L'Europe communautaire, L'État-Nation et la société rurale. L'exemple du Pays de Redon, Paris, Éditions L'Harmattan, 1996, 315 p. », Ruralia [En ligne], 01 | 1997, mis en ligne le 25 janvier 2005, consulté le 26 juin 2017. URL : http://ruralia.revues.org/20

Haut de page

Auteur

Frédéric Chauvaud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page