Navigation – Plan du site
Articles

L'État et les violences frumentaires en France sous la Restauration et la Monarchie de Juillet

Nicolas Bourguinat

Résumés

Inspiré du modèle de E.P. Thompson de « l'économie morale de la foule », ce travail examine le jeu de miroirs entre le discours des pouvoirs publics et celui des foules impliquées dans les désordres frumentaires, pendant la période 1815-1848, celle des derniers désordres de ce type en France, avant l'achèvement de l'intégration du marché national des céréales. Pour la Restauration et la Monarchie de Juillet, on étudie ici les enjeux discursifs et les enjeux de pouvoir de l'affrontement entre l'économie morale et le laisser-faire défendu par l'État, les tensions entre pouvoir central et pouvoir périphérique, l'ambiguïté du rôle de l'institution municipale. On cherche également à souligner que le régime de Juillet applique avec beaucoup plus de détermination que ses prédécesseurs la logique officielle d'éradication de l'interventionnisme et du paternalisme monarchique, rejetant par là même les thèmes structurants de la protestation populaire du côté d'un discours politique d'opposition, de portée non plus communautariste, mais de plus en plus nationale.

Haut de page

Entrées d'index

Chronologique :

XIXe siècle
Haut de page

Texte intégral

Les troubles de subsistances du XIXe siècle sont-ils un archaïsme ? 1

1L'historiographie du maintien de l'ordre et de la répression policière et judiciaire nous apprend que sous l'Ancien Régime, il existait une tension entre le champ de la législation royale et les contours locaux de l'ordre public et social 2. La recherche amis en lumière l'existence d'une demande de régulation de la part des habitants, dont les communautés définissent les enjeux, et qu'elles cherchent, dans la mesure du possible à satisfaire elles-mêmes, sans médiation extérieure. Même si les objectifs fondateurs de l'ordre tant désiré peuvent coïncider chez les gouvernés et chez les agents du pouvoir, l'intervention des seconds n'est souhaitée par les premiers dans les cas extrêmes, où un arbitrage exogène est indispensable, et chaque partie compte bien se servir d'eux pour obtenir gain de cause. La transgression de la norme de la communauté par un de ses membres est en principe directement punie par celle-ci, en vertu d'une loi sévère et non écrite. Lorsque, vers la fin du XVIIIe siècle, les horizons des communautés s'élargissent, et lorsque se durcissent les relations sociales et les inégalités, il y a demande de justice, mais « conçue économiquement pour compléter et contrebalancer un ensemble de régulation connu de tous » 3, dont l'efficacité commence à laisser à désirer. Ce n'est donc pas l'appareil policier et judiciaire du roi qui, in fine, définit l'ordre.

2Cette tension n'a pas disparu au début du XIXe siècle dans la France napoléonienne. Si la Révolution et l'Empire ont transformé profondément les conditions de la soumission des individus au domaine de la loi, et jeté les bases de la transformation de la police en une institution nationale, ils n'ont pas brutalement rendu l'application de la législation indépendante des variations de contexte locales. L'examen d'un domaine majeur d'interaction entre État et société tel que la conscription le laisse entrevoir : il existe bien, de la part des communautés rurales et urbaines de la France provinciale, une résistance à ce qui est perçu comme une immixtion extérieure dans les affaires locales et comme un préjudice économique et moral infligé aux cellules familiales sans contrepartie visible 4.

3Comment situer dans cette problématique les désordres et violences liés à la question frumentaire ? Pour Charles Tilly, qui cherche à bâtir une périodisation de l'histoire fondée sur la succession chronologique des grands types de contestation 5, il s'agit surtout de formes de résistance aux progrès de l'individualisme agraire et du capitalisme agricole et commercial, symbolisée par l'immixtion, dans le commerce des grains, de marchands représentant des intérêts extérieurs à ceux des communautés, ou par la spéculation individuelle de ceux qui ont des réserves de blé. Surtout caractéristiques du XVIIIe siècle, ils doivent être rapprochés des troubles où les comportements stigmatisés par les foules sont les appropriations privées des terres des communaux ou des forêts.

4En France, ce « répertoire » de l'action collective se prolonge dans le temps par-delà la coupure révolutionnaire. Ainsi, la grande offensive contre les biens communaux est postérieure à la Révolution, qui n'était pas toujours allée très loin dans cette direction 6. Les violences frumentaires, quant à elles, se manifestent en plusieurs vagues au cours de la première moitié du XIXe siècle, à l'occasion des dernières disettes que connaît le pays. Comme pour le XVIIIe siècle, la tentation est grande de n'y voir que les derniers soubresauts de l'opposition paysanne à l'expansion du capitalisme, comprise ici comme l'amélioration continue des circuits commerciaux, l'intégration successive de nouveaux terroirs à un marché national du blé de mieux en mieux intégré, et l'approfondissement de la division du travail dans l'agriculture. Cette évolution force à des mutations et à des remises en cause, par exemple dans l'organisation domestique du travail agricole ­ désormais obligé de se fixer des normes de productivité plus élevées, adaptées aux exigences de la commercialisation ­, ou bien dans les relations des ruraux pauvres avec fermiers, propriétaires et coqs de village, ou encore dans les conditions d'accès aux subsistances pour les travailleurs non-agricoles. La réalisation de ce marché national du blé suppose un démantèlement progressif des contrôles qui bridaient la liberté des échanges et freinaient l'établissement de véritables flux commerciaux de céréales à l'échelle inter-régionale. Elle passe donc par l'abandon des formes traditionnelles du paternalisme de l'État monarchique.

5Cette présentation a l'avantage de rapporter les faits à analyser à une logique économique et politique de longue période dont la suite des temps a prouvé la véracité. Le fait est que les émeutes frumentaires s'éteignent à peu près entièrement dans la France du Second Empire, après une modeste dernière vague en 1853-1855, alors même que c'est sous ce régime ­ sous l'effet du progrès des transports davantage que de celui de la productivité agricole ­ que ce marché national des céréales a atteint sa première maturité 7. Plusieurs réserves, cependant, peuvent être opposées à cette interprétation en termes de modernisation du répertoire de la révolte. On sait par exemple que les postulats de la modélisation de Charles Tilly concernant le comportement paysan sont eux-mêmes discutables. L'aversion pour le risque, le souci d'une sécurité alimentaire minimale, l'auto-consommation, la priorité de la communauté sur sa propre production sont en effet des freins évidents à l'extension des relations de marché dans la vie des campagnes, et elles sont aussi des incitations au maintien d'une routine des techniques agricoles. Mais dans quelle mesure sont-ils partout vérifiés dans la France du premier XIXe siècle 8 ? Partout, en réalité, une fraction non négligeable de la communauté villageoise est susceptible de ne pas se reconnaître dans ces règles de conduite. Les questions frumentaires peuvent donc apparaître comme un thème de mobilisation collective et de conflits mettant aux prises différents groupes d'intérêts 9, donc comme un champ pertinent où tester les apports respectifs de l'ancien et du nouveau, c'est-à-dire du changement social de l'époque révolutionnaire et des débuts de l'industrialisation 10.

6Enfin, l'inconvénient de cette modélisation est à la mesure de son mérite : en même temps qu'elle éloigne l'interprétation de la protestation populaire de « la formule économique simpliste : disette = faim = émeute » 11, bref de l'idée d'une réaction de défense aussi désespérée qu'instinctive, elle les rejette dans le domaine de l'archaïsme. Conflit politique, peut-être, affirme Louise Tilly, mais conflit perdu d'avance, puisqu'en contradiction avec un inexorable et « gigantesque essor de l'économie nationale [dont] les émeutiers devaient payer le coût », et puisqu'ils « se réclamaient d'une conception grossière et expéditive des contrôles, reconnue par la coutume » 12, et se heurtaient à des pouvoirs publics que cette théorie présente comme déterminés et assurés de leur bon droit, confiants en la capacité auto-régulatrice du marché, prompts à réprimer.

7À nos yeux, dans le cas des violences frumentaires françaises de la première moitié du XIXe siècle, la question-même de l'archaïsme du « répertoire » fait problème. La Révolution, avec le système du Maximum, a actualisé la revendication populaire d'une ferme régulation publique du prix et de la circulation des subsistances, et il n'est pas certain qu'une mémoire républicaine n'ait pas assuré, dans le temps, la conservation de cet héritage. Certains auteurs ont proposé, pour décrire ce transfert d'une revendication communautariste jusqu'au statut d'un programme politique d'ambition nationale, le concept « d'économie politique populaire ». Peut-être est-il discutable, mais le lien existant, fin 1782-début 1793, entre la formulation de cet enjeu sur le terrain, par exemple par le prolétariat urbain et paysan des plaines de Beauce ou de Picardie ­ ou bien, du côté des consommateurs, par la sans-culotterie parisienne ­ et le programme élaboré par les Montagnards, à l'origine tout aussi prédisposés que leurs adversaires girondins à la défense du libre-échange, incite au moins à la réflexion 13.

8Par ailleurs, en ce qui concerne l'attitude du pouvoir politique, on peut se demander jusqu'à quel point le laisser-faire et la dé-régulation du système de marché n'a pas été une démarche hésitante, accomplie à petits pas, étalée dans le temps. Trois points, au moins, incitent à la prudence pour la France des lendemains de la Révolution : la mise en place ­ quoique de très brève durée ­ d'un Maximum impérial, en 1812 ; ensuite le retour de la monarchie bourbonienne dont le paternalisme était sans doute une des conditions historiques de la légitimité 14 ; enfin le développement de l'institution municipale, sorte de point de rencontre entre gouvernants et gouvernés, pendant les premières décennies du XIXe siècle.

L'économie morale : discours et pratiques de la contestation frumentaire française sous la Restauration

Y a-t-il un « discours » de l'émeute frumentaire ?

9Les violences frumentaires se définissent, comme l'indique l'adjectif, par le fait que leur enjeu est une denrée alimentaire de base, ce qu'on désigne alors sous le vocable de « subsistances » : le blé, ou toute autre céréale, ou bien encore le pain. Lorsque la denrée vient à manquer ­ ou risque de manquer ­, ou lorsque son prix s'élève hors de portée d'une fraction de la population, les consommateurs se dressent contre ses détenteurs, commerçants, paysans, riches particuliers, et cherchent à se l'approprier non tant à leur bénéfice personnel qu'au bénéfice de leur communauté.

10Pour les autorités, le problème des subsistances est un problème technique, au XIXe comme au XVIIIe siècle, fondé sur la question de la meilleure et la plus équitable répartition des denrées 15, et ce que les élites appellent le « système général », l'ordre naturel de l'économie marchande, est un donné extérieur, sur lequel l'État a simplement à veiller, pour lui préserver les meilleures conditions de réalisation. A priori, dans ce domaine, depuis le texte du 21 prairial an V sur la libre-circulation des grains promulgué par le Directoire, la loi a pour seule fonction de protéger le libre fonctionnement de l'économie, conçu comme naturellement harmonieux. La police des subsistances conserve cependant une grande variété d'attributions, à la mesure de l'importance que toute la période 1799-1848 s'accorde à reconnaître aux approvisionnements et à la tenue des prix alimentaires dans le maintien de l'ordre public. L'État et ses représentants, dans le domaine frumentaire, ont donc à traiter de très nombreux comportements que la législation et les règlements soumettent à la séparation entre le licite et l'illicite, mais qui sur le terrain sont d'abord des objets de négociation et de compromis.

11De ce point de vue, l'historiographie anglaise, à la suite d'un travail fondateur d'E.P. Thompson publié en 1971, a proposé et développé un modèle particulièrement riche d'interprétation de ces émeutes, appelé « l'économie morale de la foule » 16. Il renvoie à l'attente fondamentale des protagonistes de pareils troubles ­ et à leur caractère fondamentalement non-révolutionnaire) ­, celle d'un pouvoir politique « nourricier » dont on souhaite qu'il assume ses obligations traditionnelles vis-à-vis du peuple en garantissant la bonne tenue des approvisionnements et le « juste prix » des grains. Il y a trouble, entrave, taxation, parce que les protagonistes reprennent à leur compte les attributions de régulation qu'ils jugeraient légitime que le pouvoir revêtisse, parce qu'ils cherchent à restaurer les règles d'un ordre antérieur qui ont été trahies. L'originalité du projet de Thompson ­ qui n'a pas reçu d'accueil particulier en France, alors qu'il est devenu une référence majeure dans l'historiographie anglo-saxonne ­ était de s'élever, selon ses propres termes, contre « une vision spasmodique de l'histoire populaire » 17, celle des auteurs faisant des prises de grains et des entraves la simple résultante de stimulations comme la faim, la peur, le désespoir. Ce faisant, il souhaitait restituer à l'action des foules anglaises une cohérence et une dignité : défendre des droits et coutumes connus pour appartenir traditionnellement à la communauté, rappeler à l'ordre des pouvoirs publics oublieux de leurs devoirs de protection et de justice vis-à-vis des consommateurs, telles étaient à ses yeux les convictions qui commandaient les pratiques souvent ritualisées des mouvements frumentaires, le choix de leurs cibles et celui de leurs outils.

12En France, le paternalisme considéré en tant que figure historique de la relation peuple-monarchie, dans le domaine des prix alimentaires et des approvisionnements, s'est trouvé contesté par le pouvoir lui-même dès le dernier tiers du XVIIIe siècle. Cela se produit avant et pendant le ministère Turgot, lorsque les principes physiocratiques sur la libre circulation commerciale des denrées ont commencé à faire remettre en cause les politiques anciennes de régulation des flux et de fixation des prix que l'État royal, les Parlements et les municipalités assuraient 18. Brièvement remis en vigueur par la Convention montagnarde, ce rôle protecteur de l'autorité politique, dont la masse attend qu'elle assume ses devoirs et pourvoie à des besoins élémentaires lorsqu'une mauvaise conjoncture, climatique ou autre, fait qu'ils sont menacés, continue de constituer une part essentielle de la conscience politique populaire dans la France du premier XIXe siècle.

13Quatre traits essentiels de ce « discours » de l'émeute se retrouvent en effet dans les mouvements frumentaires français du XIXe siècle : le juste prix, la priorité de la communauté sur ses propres ressources agricoles, le juste châtiment de ceux qui profitent de la misère du peuple, la référence à la protection de dernière instance d'un souverain « évergète ».

14Prenons l'exemple du récit d'un incident mineur, survenu dans la Vienne sous la Restauration. C'est dans un faubourg de Châtellerault que trois charrettes de blé ont été arrêtées, le 31 octobre 1816. Après leur avoir « représenté toute l'inconvenance de leur conduite et les conséquences qu'elle pourrait entraîner pour eux », le maire doit laisser les contestataires conduire le roulier et ses charrettes jusqu'à la place du marché, puis au minage. C'est lui qui retranscrit les « cris, ou plutôt les vociférations » qui se font entendre à cet instant là : qu'il fallait « que le peuple eût le froment à 3 F le boisseau ; que la foule était décidée à ne pas laisser sortir un grain ; qu'elle saurait trouver où il y en a ; qu'elle se ferait justice de ceux qui en faisaient commerce, qu'elle signalait à haute voix » 19.

15On reconnaît parfaitement les deux premiers points. Le plus intéressant est ici le troisième, parce qu'il s'adjoint immédiatement un autre thème, celui de l'omniscience de la foule : mieux que les fonctionnaires et les policiers, elle sait identifier ceux qui causent le mal, elle ne nie pas que des tâches de police y pourvoient, en principe, mais elle est mieux à même de les remplir que la police elle-même, car ses bourreaux sont tout proches, et complices ou non de marchands ou d'agents étrangers, ils vivent sur place, ils sont connus de quiconque refuse de se voiler le regard. Il ne s'agit pas ici de bouc-émissaires désignés par le hasard, de cibles remplissant « gratuitement » le vide que le mythe de l'accaparement exige de combler : il s'agit au contraire, manifestement, d'un inventaire raisonné des gros propriétaires, meuniers ou commerçants, ayant intérêt à ce que les prix continuent de s'apprécier, et refusant dans ce but de livrer trop tôt leurs réserves de blé à la vente.

16Lorsque les actes suivent, l'administration est la plupart du temps obligée de reconnaître que les cibles de « l'économie morale » étaient en effet bien choisies. À Brienne, dans l'Aube, fin mai 1817, on apprend que « le peuple s'est fait livrer le froment à 9 F le boisseau, et l'avoine à 2 F, et ne trouvant pas [au marché] de quoi se satisfaire, s'est porté chez trois particuliers ». Or il s'avère que la première de ces victimes, Choisel, est « connu des autorités comme grand accapareur de grains », et avait cru judicieux de « s'absenter le matin pour ne pas avoir à exposer ses grains au marché » ; la seconde, Mauperrin était aussi identifiée depuis quelques temps : « comme on savait qu'il agiotait, on lui avait intimé la veille de mettre quelques boisseaux sur le marché, et il avait déclaré effrontément qu'il n'en avait pas […]. Plus de 400 personnes ayant forcé sa grande porte, la foule a fouillé avec des pioches sa cour et le jardin, […] et a trouvé plusieurs cachettes : […] 300 boisseaux au total, [et] alors il n'y a plus eu de moyen de contenir le peuple », qui a taxé le blé à 40 sols, malgré les efforts des gendarmes pour faire évacuer la maison 20.

Le pouvoir municipal, entre médiation et manipulation

17Les logiques de la foule paraissent donc répondre à des manquements qu'elles auraient à déplorer de la part des pouvoirs constitués. C'est la raison pour laquelle elles requièrent la médiation et la légitimation de l'autorité municipale, alignent leurs rituels de redistribution sur des formes légales, et récupèrent à leur avantage quelques détails insignifiants de la législation ­ sur les patentes, sur le voiturage, sur les charrois ­ afin de forcer l'autorité légitime à les suivre. Ce rôle des maires est l'un des traits les plus originaux de la contestation frumentaire française du XIXe siècle, par rapport à un Ancien Régime où l'autorité locale était moins clairement individualisée. Le débat conduit sous la Révolution, et qui a rebondi sous la Restauration, à propos du pouvoir municipal, autorise que le peuple voie en eux l'incarnation d'une forme primaire de souveraineté. Les foules cherchent assez volontiers à abriter ses interventions derrière la légitimité de ce magistrat agent du gouvernement et représentant sa commune face à celui-ci. En cela, non seulement le maire est le leader naturel, mais son rôle est nécessaire afin que la violence frumentaire puisse se revêtir des atours légaux que presque toujours, dans ses stades élémentaires, elles souhaite conserver : c'est pourquoi lorsque des grains sont saisis à un voiturier, il est celui qui garantit leur conservation, dans la salle commune, le grenier municipal, ou la mairie même, et on attend de lui qu'il ordonne leur enfermement, après avoir procédé à la distribution d'une petite partie, donc garanti la justesse du prix choisi, et l'égalité de la répartition.

18Il y a bien d'autres manières d'obtenir le concours, même indirect, de l'autorité municipale. Signalons par exemple le système des « certificats » constatant que du blé a été délivré à tel taux inférieur au cours du marché, et portant la mention de l'accord du propriétaire et le sceau des autorités. Cette pratique rappelle bien évidemment une des méthodes favorites de l'égalitarisme agraire d'époque révolutionnaire, qui consistait à visiter les fermes, dresser des listes nominatives des réserves disponibles, à exiger des paysans un engagement écrit à en livrer telle proportion à tel taux à une date de marché convenue, et faire certifier ceux-ci à la mairie. Bref, il faut y voir un instrument à travers lequel la communauté met en place une véritable et rationnelle supervision de ses approvisionnements, et un moyen efficace d'appliquer à chaque gros cultivateur la même loi, ou de généraliser la taxation, d'une grange à toutes les fermes d'une même commune voire d'un village à un autre.

19Le maire a généralement conservé, sous la Restauration en tout cas, de larges prérogatives en matière de police des marchés. On le voit donc parfois mettre en arrestation des marchands dont les opérations ont été contestées ou jugées suspectes, saisir leurs grains ou annuler leurs transactions, voire conduire leur interrogatoire ; et sans qu'on puisse dire bien sûr, si ces initiatives visent à acheter la paix sociale sur les marchés en désignant un bouc-émissaire, ou bien s'il s'agit de protéger un opérateur peu scrupuleux des mauvais traitements que la foule lui promet, en le forçant au compromis pour mieux assurer sa sécurité. Cette ambiguïté permet en tout cas une masse de négociations dirigées par le maire, à l'issue desquelles tout se passe comme si le vendeur avait de son plein gré proposé la baisse que la foule voulait lui imposer par la force. Une autre stratégie municipale très répandue sous la Restauration consiste à réactiver d'anciens règlements traduisant concrètement la priorité de la communauté sur ses propres productions agricoles, en disqualifiant les acheteurs extérieurs : ainsi le système de la première heure ­ où boulangers, blatiers, marchands, doivent se tenir à l'écart du lieu de vente, réservé aux habitants ­, remis presque implicitement en vigueur, sans qu'il soit utile de prendre un arrêté, en période de tension sur les prix. Réactiver le contrôle des patentes, afin de se débarrasser d'une partie des acheteurs extérieurs, et surtout de la masse des opérateurs d'occasion, exerçant d'autres métiers que le commerce des céréales, mais entrés dans le circuit pour profiter des opportunités offertes par le rythme de la hausse des prix, est une autre solution très courante. Elle est d'ailleurs encouragée par les circulaires ministérielles produites par l'équipe de Decazes en 1817 et relayées par les préfectures.

Libre-commerce et économie morale, deux discours en interférence ?

20De façon significative, l'administration supérieure s'incline devant le fait accompli, et les actes d'autorité des fonctionnaires municipaux contre tel ou tel marchand soupçonné d'accaparer, de même que la passivité complice et les fausses médiations par le biais desquelles le maire convainc un marchand récalcitrant de céder « volontairement » ses grains au prix que la foule demande, sont le plus souvent impunis. Les révocations, lorsqu'elles sont évoquées, restent pratiquement toujours à l'état de menace, quoique les maires aient fait preuve de faiblesse et aient appuyé des actes illégaux. Citons par exemple le cas de ce maire de Provins, en mai 1817, qui après s'être impliqué personnellement pour arracher aux marchands une taxation « librement consentie », a déclenché l'orage, et a dû souscrire, pour finir, ­ en même temps d'ailleurs que les gendarmes et les chasseurs de la Garde royale ­ au pillage du marché. À son sujet, le préfet de Seine-et-Marne, le comte Germain, écrit : il a simplement « […] cru devoir transiger avec les perturbateurs. Quels reproches faire à un octogénaire qui a vieilli dans les fonctions municipales et s'est rendu respectable par ses vertus ? Il pleurait de douleur à la vue des excès de ses administrés » 21, ce qui est une façon de revivifier le stéréotype du magistrat municipal évergète et paternel auquel beaucoup de maire ­ à cette époque non élus ­ s'efforcent de coller, de même que ces traits chenus satisfont à l'idée gouvernementale du vieillard-père, dépassé par les excès du peuple-enfant dont il a la garde.

21On en conclura donc que les fonctions du maire l'exposent particulièrement à des attitudes ambiguës et louvoyantes, par rapport au discours de l'économie morale défendu par les émeutiers. Il doit faire valoir leurs intérêts, parce qu'ils sont ses administrés, pour se protéger lui-même, pour les protéger d'une répression qu'il a les pouvoirs pour déclencher, en requérant la Garde nationale ou la gendarmerie, mais que d'autres fonctionnaires peuvent assumer en ses lieux et place. Il évolue donc difficilement, de démarches dirigistes en initiatives évergètes, jusqu'à des attitudes qu'on pourrait qualifier de leadership passif, en pensant à la description que donne Alain Corbin du rôle du maire dans le meurtre de Hautefaye 22. Sa distance culturelle est de toute façon grande avec le credo libre-échangiste qui est professé au sommet de l'État et qui, parti des ministères parisiens, est relayé par un circuit complexe de circulaires, d'informations sur les prix, les trafics et l'état des récoltes, jusqu'aux échelons primaires de l'administration. Ce dogme libre-échangiste débouche sur une stratégie de réalisation du bien commun, en période de crise de subsistances dont il faut défendre la validité aux yeux des consommateurs menacés ou déclassés par la flambée des prix. À l'usage des administrés, affiches et proclamations réitèrent inlassablement quelques-uns des grands principes du libre-commerce, s'inscrivant sans malice et sans grande imagination dans des schèmes déjà remâchés par les ouvrages polémiques ou dialogués de Turgot, Condorcet ou Lavoisier. Si le commerce enlève des grains, il en apportera aussi, le cas échéant ; s'il en enlève, c'est parce qu'il y en a d'offerts, et c'est donc qu'il n'y a pas rareté de la denrée comme le suppose le peuple ; si des violences ou des menaces l'effraient, le commerce désertera la ville ou la région et n'apportera plus rien.

22Mais même l'adhésion que les fonctionnaires de rang moyen manifestent pour ces théories libérales est très réservée : et à côté des maires, ce sont préfets, sous-préfets, juges de paix, ou parfois procureurs du roi qui ne craignent pas de laisser transparaître, dans leur correspondance avec la hiérarchie, une méfiance certaine. La crise de 1816-1817 montre notamment de nombreux préfets, soit royalistes nostalgiques du paternalisme de l'ancienne monarchie, soit administrateurs napoléoniens qui ont pu apprécier l'opportunisme du Maximum de 1812, en appeler le pouvoir central à renouer avec des politiques dirigistes 23. Ils en viennent à reprendre certains des arguments structurants de l'économie morale ­ même si le prétexte qui les motive est de désamorcer la contestation qui serait susceptible d'en germer. Ou bien ils en arrivent à désigner à l'attention policière les mêmes catégories d'opérateurs qui sont jugées les plus malfaisantes dans la représentation populaire du problème des subsistances. Dans leur raisonnement s'installe alors puissamment le diptyque consommateurs « communautaires »/marchands « étrangers ». Il faut donc avoir conscience du fait que pendant la Restauration, les vues de l'économie morale sont loin d'être étouffées par une détermination libérale qui soufflerait de haut en bas de l'appareil d'État. Et rien ne justifie mieux, à notre avis, qu'on puisse parler d'un jeu de miroir et d'obligations réciproques entre peuple et pouvoir.

23Jusqu'aux années 1830, la violence frumentaire, la plupart du temps finalement pacifique, pourrait donc presque apparaître comme un mal nécessaire, ou un désordre établi, si ce n'était sa puissance symbolique. Comme certains stades élémentaires de la délinquance ­ le vol d'aliments ou le vol de récoltes ­, il est important de voir qu'elle a en tout cas son continent caché, masse de faits non déclarés aux gendarmes, d'incidents avortés ou pacifiés par les maires et leurs adjoints, et elle fait l'objet de la part de ses victimes d'un certain degré de tolérance.

La protestation populaire, du pré-politique au politique : l'économie morale dans les années 1840

La Monarchie de Juillet, ou le temps des ruptures

24La période de la Monarchie de Juillet se caractérise par une mise à distance certaine des ambiguïtés à travers lesquelles les politiques de l'Empire et de la Restauration étaient restées « respectueuses » de quelques aspects essentiels de la demande populaire de régulation en matière de subsistances. Elle adopte, par exemple, une attitude faite de moins de ménagement et de davantage d'incompréhension vis-à-vis des prérogatives municipales. Après avoir fait l'objet de placards appelant à « l'attentat contre sa personne et l'incendie de ses propriétés », le maire d'un petit village creusois prend ainsi un arrêté reconduisant les dispositions ordinaires de la police municipale des marchés à grains : interdiction de la vente hors des halles, interdiction de la vente sur échantillon, interdiction d'accès des meuniers et marchands « étrangers à la localité » avant la fin de la première heure 24. Le préfet cale sur ce dernier article. Le ministre, dont l'arbitrage est requis, rejette tout en bloc : « aucune disposition de l'arrêté ne saurait se concilier avec la législation en vigueur, non plus qu'avec les saines doctrines de l'économie publique » 25. Il juge le système de la première heure devenu désuet, eu égard à la loi du 18 juillet 1837, et défend particulièrement les ventes sur échantillon : « indépendamment de leur légalité, elles ont l'avantage non seulement de soustraire la denrée aux avaries qu'elle pourrait éprouver dans le trajet jusqu'au marché, mais encore d'épargner les frais de transport ».

25Certes, le régime n'ose pas appuyer trop franchement les boulangers qui récriminent et pétitionnent contre les contrôles municipaux ­ taxe du pain, approvisionnements de réserve obligatoires ­, et demandent que le nombre des boutiques d'une ville ne soit plus limité administrativement, mais le soit par l'effet de la libre-concurrence, mais certaines de ses décisions préparent le décret de 1863 sur la liberté de commerce dans la boulangerie. Le deuxième tiers du XIXe siècle apparaît donc comme une étape de la dépossession de l'autorité municipale de ses pouvoirs de police traditionnels au profit du credo libéral.

26Certes, sous la Monarchie de Juillet, les maires continuent, quoique beaucoup moins souvent, à participer aux intimidations collectives destinées à faire céder les marchands, soit que ceux-ci prétendent vendre trop cher, soit qu'ils cherchent à enlever des grains avant que la population locale n'ait pu faire ses approvisionnements. Certains ne le justifient que par des considérations humanitaires, d'autres se contentent de faire savoir qu'ils n'assureront plus la protection des marchands venus se fournir dans le marché de leur village, comme celui de Rohan, dans le Morbihan. « Ce magistrat, écrit le préfet, a eu le grand tort de promettre que le chargement auquel l'émeute de mardi s'était opposé serait le dernier, et je ne lui trouve pas d'excuse, puisque les représentations et la présence de trois gendarmes avaient suffi pour dissiper cette émeute » 26.

27Mais certains, aussi, se défaussent, comme celui de Saint-Quantin-en-Mauges, qui supplié « par deux marchands bloqués dans une maison avec leurs grains », a préféré « presser son cheval de l'éperon et quitter la commune au plus vite » 27. Et, fait significatif, on ne rencontre presque plus de projets d'arrêtés municipaux visant à limiter les droits des marchands. De toute façon, le gouvernement de Juillet ne badine pas avec pareilles initiatives. Un procureur du roi, qui a pris sur lui de se substituer au maire et de faire arrêter, sur le marché d'Issoudun, « toutes les personnes étrangères au département et non munies de passeports, quelque connues qu'elles fussent » 28, en fait l'expérience à ses dépens début janvier 1847. Les quinze personnes arrêtées ne sont évidemment pas des gros marchands ni des blatiers dont la présence sur les lieux aurait été exceptionnelle et liée au contexte de pénurie : ce sont « des boulangers, des cultivateurs et des artisans du Cher, qui étaient comme ils en ont l'habitude venus s'approvisionner à Issoudun » 29. Le procureur du roi a « reçu les applaudissements de la multitude », mais pour le préfet et le Garde des Sceaux, les choses sont claires : il ne s'agissait pas de remettre en vigueur des lois affirmant une prérogative communautaire sur les subsistances, il s'est agi simplement, pour un magistrat isolé, de flatter la foule pour « se faire de la popularité ». Le procureur finit par supplier qu'on lui conserve sa place, arguant de sa carrière stoppée quinze ans par la Restauration 30.

28De la même manière, le régime louis-philippard interdit pratiquement toute initiative du type achats de blés par souscriptions municipales ; il admet qu'on les utilise pour faire le pain des pauvres, avec un système de bons jugés souvent humiliant par le public auquel il est destiné, mais il refuse absolument qu'on ait recours à ces achats pour faire baisser les cours en les vendant à perte au marché local. Pareilles pratiques, maintes fois encouragées par les Bourbons, ne doivent plus avoir cours, et sont disqualifiées comme anti-concurrentielles.

29Au-delà, l'expression de la munificence du souverain se voit réduite à des proportions très modestes. L'aura royale, sous la Restauration, n'avait conservé quelque poids que dans les régions qui avaient franchement pris parti contre la Révolution pendant la période précédente, ou qui venaient d'être marquées par la Terreur blanche. C'est donc souvent là qu'on rencontrait des mouvements frumentaires dans lesquels les foules affirmaient agir au nom du roi. Les bandes armées de paysans vendéens ne font guère que renouveler leur désir de le servir et d'anticiper sa justice, lorsqu'elles intimident les commissionnaires en blés qui ont des ordres de Bordeaux et de Marseille et qui tentent d'acheter dans le département. Ailleurs, il faut reconnaître que la référence à la fonction protectrice et nourricière du souverain était devenue rare chez les émeutiers, souvent éclipsée par des propos soulignant l'impuissance, le désamour, et la déloyauté du roi vis-à-vis de ses peuples, tels ce « Louis XVIII vend tout le blé pour payer les pommes de terres qu'il a mangées en Angleterre », qu'un préfet soutient avoir entendu proféré « des Pyrénées au Poitou » 31. Elle subsistait du côté des pouvoirs publics, mais plutôt comme profession de foi dont on savait d'avance le peu d'écho. « Vous vous pénètrerez de la pensée que votre roi souffre pour vous, qu'il souffre plus que vous, et vous ne voudrez pas augmenter sa douleur en cessant un seul instant d'être dignes de son affection », disait ainsi le maire de Marseille à ses administrés, en novembre 1816 32 ; au moins donnait-on une certain publicité au secours royaux, débloqués sur la cassette personnelle de Louis XVIII, et aux achats gouvernementaux de blés étrangers.

30Mais sous la Monarchie de Juillet, le pouvoir central semble avoir renoncé à exploiter cette veine de l'évergétisme et de la bienfaisance du souverain. Louis-Philippe, roi-bourgeois de convictions comme d'allure, n'avait jamais cherché à cultiver la grandeur 33. Soit qu'il n'en vît pas la nécessité, soit que cela parût un thème désuet à son propre entourage, il préféra s'en remettre à l'initiative privée en matière de charité et ne chercha aucunement à engager son prestige personnel dans des distributions de fonds spéciaux, ni dans quelque acte de munificence que ce soit. A contrario, nous n'avons rencontré pour 1846-1847 aucun cas d'incident frumentaire où les acteurs aient déclaré qu'ils se réclamaient du roi pour taxer ou arrêter les grains. Les rares fois que le nom de Louis-Philippe est prononcé, c'est pour faire sentir qu'il n'est pas indéfiniment assis sur le trône : dans l'Indre ainsi, on rapporte ces propos tenus par un ouvrier, que « depuis que Louis-Philippe était roi, on faisait mourir de faim le peuple, et qu'il fallait un autre souverain, qu'il n'était pas loin » 34.

31Dès lors, si c'est bien là une part de l'aura royale qui a définitivement disparu, si l'on admet que le régime de Juillet a pourchassé avec beaucoup plus de détermination que ses prédécesseurs les compromissions ou semi-reconnaissances accordées par l'administration aux thèses de l'économie morale, que devient ce « discours de l'émeute » ? Est-il voué à s'éteindre faute d'écho, à surenchérir parce qu'il n'est plus entendu, ou bien simplement à changer de statut ? On est autorisé à se demander si, pendant les événements de 1846-1847, ce discours fonctionne encore en miroir de celui du libre-échange, et pas carrément contre lui. Et par là-même, si de « pré-politique », il n'est pas devenu « politique » tout court…

L'économie morale, vers un nouveau statut discursif à la fin des années 1840 ?

32Notre hypothèse est que certaines des formules structurantes de l'économie morale sont susceptibles, dans le contexte de ce silence assez méprisant des autorités louis-philippardes, d'être mises au service non d'une critique communautariste du libéralisme économique, mais d'une critique aux perspectives nationales, comme cela avait été le cas en 1792-1793, jusqu'à devenir la clé d'un « programme » de revendications ou le symbole de l'attente d'un « régime du peuple ».

33Les violences frumentaires interviennent désormais alors que le libéralisme politique a créé les conditions d'un véritable débat public, qui n'existaient ni sous l'Empire, ni en 1816-1817. La scène est désormais occupée par des oppositions structurées, non clandestines, qui opèrent à visage découvert et avec des instruments de propagande autorisés. Il en résulte d'abord qu'elles peuvent plus difficilement être montrées du doigt pour servir l'accusation traditionnelle des pouvoirs publics selon laquelle la contestation populaire est manipulée. Cela donne une caisse de résonance nationale aux troubles frumentaires et aux « arguments » des foules qui y sont engagées. De cette façon, les références de l'économie morale peuvent nourrir d'autres contestations, y compris dans les régions les moins affectées par la crise des subsistances comme le Midi languedocien ou provençal, où par exemple les luttes électorales des républicains atteignent leur pleine intensité depuis l'été 1846. Les analyses fournies à propos des arrondissements de l'Hérault par le procureur-général de la cour royale de Montpellier sont spécialement intéressantes à cet égard 35. Ce haut-magistrat présente ainsi la perturbation qu'il a détectée dans le lien, que jusque-là il croyait sûr, entre la hiérarchie sociale et l'attachement à l'ordre : « chose assez bizarre au premier coup d'œil, la tranquillité et l'agitation semblent exister en raison inverse de leurs revenus ou de leur fortune ». Et d'opposer le décalage entre l'arrondissement de Limoux, pauvre et montagneux, dominé par la grande propriété forestière, où « le prix des grains s'est élevé depuis longtemps, et cependant pas une seule manifestation n'a eu lieu, et celui, viticole, de Narbonne : « le plus riche sans contredit, [mais] on dirait que de cela seul, la population s'est habituée à une plus grand aisance, elle est portée à souffrir les moments de gêne avec moins de résignation ; [d'où] beaucoup de préoccupation pour la cherté des subsistances, […] qui n'est pas le résultat d'une gêne, mais celui des nouvelles et bruits alarmants que la publication des journaux répand partout, jusque dans les classes qui s'occupent le moins de la chose publique ».

34Ce qui est ici formulé, c'est tout bonnement le lien entre progrès économique et modernisation des comportements politiques. La préservation des apparences physiques de l'ordre public et des bases juridiques de la propriété ne suffisent plus, ici, à garantir la cohésion des catégories les plus favorisées de la société. En clair, la crise des subsistances pourrait bien être devenu l'affaire de ceux qui ne la subissent pas. Ce n'est pas le petit peuple que l'on risque de voir agité par les « malveillants » et les « hommes de parti », c'est l'ensemble du champ social qu'on reconnaît comme travaillé, de bas en haut, par un mouvement d'opposition où tous les niveaux s'entrelacent et s'alimentent les uns des autres. Nombre de petits-bourgeois tout à fait à l'abri des privations alimentaires se font les porte-parole de ce « droit de manger quand on a faim », et les critiques de l'inaction gouvernementale, à travers les journaux ou sur la scène électorale. Un médecin de l'Aude va jusqu'à écrire au ministre, à Paris, pour dénoncer l'accaparement : « comme médecin, je me constitue le représentant du malheureux peuple, dont je vois la misère et entends les plaintes dans le canton de Sigean […] » 36.

35Par ailleurs, réveillant un processus d'apprentissage sans doute né sous la Révolution, les lois de 1831 sur l'élection des conseils municipaux avaient fait rentrer la politique au village 37. Ce terrain légal d'exercice du débat politique a pu, en 1846-1847 donner un contenu plus subversif à la revendication frumentaire en l'aidant à s'insérer dans une sphère politique globale. En premier lieu il a sans doute préparé à l'échelle locale le réinvestissement du terrain politique par la noblesse légitimiste, qui sera entrepris au niveau national aux élections de Pâques 1848 38. Les exemples ne manquent pas d'association de cette noblesse aux contestations de 1846-1847 : votes négatifs des conseils généraux sur les projets gouvernementaux d'interdiction de la vaine pâture et de division et d'enclosure des communaux ­ qui furent souvent les cibles des émeutiers en 1846-1848 ­, critiques directes de l'incurie du régime orléaniste pendant la crise des subsistances 39, engagement de notables légitimistes dans les incidents émaillant la campagne électorale d'août 1846 40.

36En second lieu, il a permis à une propagande politique ouvertement républicaine de toucher certaines campagnes avant même 1848, et à travers la campagne anti-guizotienne pour la réforme électorale, contribué à une fédération des mécontentements, alors même que le plus dur de la crise de subsistances était passé mais que son souvenir était proche et encore présent. Des séries de « banquets » eurent donc lieu dans des zones rurales, par exemple en Bourgogne et en Franche-Comté, qui n'avaient pas été exemptes de tensions frumentaires au cours des mois précédents, comme la Côte d'Or et le Doubs, et devaient se montrer politiquement plus émancipées que d'autres aux scrutins de la Seconde République. D'autres eurent lieu, de façon plus significative encore, dans des villes-marchés, très intégrées aux campagnes de leur arrière-pays par des échanges commerciaux, comme Pontoise (Seine-et-Oise), Châteauroux (Indre), Montargis (Loiret) 41.

37Enfin, la non-intervention de l'État, que le régime, pour la première fois de l'histoire du pays, paraît être prêt à vraiment assumer, est violemment dénoncée, comme un laxisme, une indifférence aux souffrances des faibles. C'est davantage qu'un rappel de ses devoirs nourriciers et protecteurs adressés à l'État monarchique : c'est sa légitimité même qui est questionnée, notamment par l'intermédiaire des placards qui se multiplient, en milieu urbain comme en milieu rural. Bien plus explicitement que sous les derniers Bourbons et que pendant les luttes des débuts du régime orléaniste, les mots d'ordre faisant référence à la « République », ou au moins à l'idée vague d'un « régime du peuple », les invocations des épisodes du contrôle des prix alimentaires sous la Terreur révolutionnaire refont leur apparition en 1846-1847 42.

38Dépassant la logique au fond conservatrice de « l'économie morale », les discours des émeutiers d'alors esquissent l'idée non d'une économie politique populaire, mais d'une responsabilité de l'État, non d'un devoir de protection mais d'une obligation d'arbitrage et d'équilibrage social. À travers le rappel d'une exigence de justice et de dignité dans le traitement des pauvres, elle se transforme en acte d'accusation contre le régime de Juillet, qui ne leur offre que des perspectives purement assistantielles, et dont la charité, parcimonieuse et regardante, est très loin, décidément, d'être celle d'un vrai évergète.

* * *

39Aussi, les violences frumentaires n'avaient revêtu pendant la plus grande partie de notre période que des aspects pré-politiques. Leur place était clairement assignée, entre la périphérie et le centre du pouvoir, structurée par les obligations réciproques que se devaient le peuple et le souverain. Bien qu'en contradiction sans appel avec la législation héritée du Directoire, l'économie morale n'était pas nécessairement une forme de désordre : à l'occasion, elle pouvait être reçue comme une des dimensions pratiques et symboliques fondatrices de l'ordre public, à l'intersection du regard paternel des gouvernants et des normes produites ou acceptées par les gouvernés. Sous l'Empire, la revendication frumentaire avait été désamorcée, et les violences économisées, grâce au vrai-faux Maximum de 1812. Sous la Restauration, l'attitude souvent incertaine des différents échelons du pouvoir avait créé un jeu de miroirs : l'économie morale ne tournait pas à vide.

40C'est sans doute précisément parce que l'État louis-philippard a achevé de se dégager du carcan de ces anciennes obligations que les conceptions populaires de la justice alimentaire et de la protection des droits du consommateur pauvre dans le circuit blé-pain peuvent trouver un autre terrain d'utilisation. Non seulement les mots d'ordre des troubles frumentaires de la crise de 1846-1847 ne sont pas passéistes, mais ils peuvent s'insérer dans une critique politique des réformes économiques du régime de Juillet, s'amalgamer avec d'autres marques d'insatisfaction à travers lesquelles communautés paysannes et masses ouvrières urbaines manifestent l'aspiration confuse à une autre ordre des choses.

41Dans le « temps long » de Charles Tilly, les formes classiques de la contestation frumentaire vivent pourtant alors leurs derniers feux, et s'apprêtent à laisser la place aux formes caractéristiques de la société industrielle ­ grève, manifestation, association ­, puisque la coupure décisive se situe, de son point de vue, pendant la Seconde République. Mais si comme occasion de protester, le thème frumentaire est en effet appelé à disparaître au début du Second Empire, grâce aux effets positifs de l'évolution économique, son répertoire ne disparaîtra pas exactement : on peut le retrouver, métamorphosé, dans le thème de la conformité des institutions à un idéal de justice, cher au républicanisme rural de la seconde moitié du XIXe siècle, et plus près de nous, dans les différentes crises de la vie chère de la Belle Époque, voire dans les attentes populaires exprimées pendant les époques du rationnement, pendant et après les guerres du XXe siècle. À nos yeux, l'essentiel est que le renoncement définitif à tout interventionnisme par la Monarchie de Juillet ait transporté les structures du discours de l'économie morale du pré-politique au politique. Bien sûr, il y a toujours dans ces termes, comme l'écrit très justement Peter McPhee, une « fausse dichotomie ». Car inévitablement « ces mouvements sont 'politiques' [et non simplement “pré” ­ ou “proto” ­ politiques] si l'on entend par politique l'expression sociale et institutionnelle de relations de pouvoir » 43. Et indiscutablement, le pain est au cœur des relations sociales et des rapports de pouvoir de la cité, dès l'époque moderne, et même bien avant 44. Cependant il serait dangereux, et il prêterait à confusion, de donner à ce terme une interprétation trop élastique, et par là-même, passe-partout. Au contraire, le changement d'envergure et de portée, d'émetteurs et de destinataires, qui affecte le discours de l'économie morale, à la veille de la Révolution de 1848, doit être apprécié ainsi : comme une contribution à notre connaissance des mécanismes de la politisation des masses, et tout particulièrement de celle des paysans 45, au cours du XIXe siècle français.

42Correction typographique le 01/01/2003.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Cet article reprend une partie d'une communication prononcée le 3 mars 1997 devant l'assemblée annuelle de la Société d'histoire de 1848 et des révolutions du XIXe siècle. Nous remercions son président, Jean-Luc Mayaud, pour son invitation et ses remarques, ainsi que Frédéric Chauvaud, Francis Démier et Pierre Lévêque pour les questions et les critiques qu'ils ont formulées à cette occasion.
2 Le modèle en a été par exemple fourni par l'œuvre de Nicole et Yves Castan, synthétisée dans : Nicole CASTAN et Yves CASTAN, Vivre ensemble. Ordre et désordre en Languedoc, XVIIe-XVIIIe siècle, Paris, Gallimard, 1983. Développements et affinements récents dans : Benoît GARNOT, « La législation et la répression des crimes dans la France moderne », dans Revue Historique, tome 118, 1994, pp. 75-90 ; Benoît GARNOT, « La perception des délinquants en France du XIVe au XIXe siècle », dans Revue Historique, tome 120, 1996, pp. 349-64. Pour la période qui nous intéresse, la première moitié du XIXe siècle français, il se rapproche de la problématique des recherches conduites par Frédéric Chauvaud : Frédéric CHAUVAUD, Les passions villageoises au XIXe siècle. Les émotions rurales dans les pays de Beauce, du Hurepoix et du Mantois, Paris, Publisud, 1995.
3 Nicole CASTAN et Yves CASTAN, Vivre ensemble..., ouv. cité, p. 244. Souligné par nous.
4 Ces enseignements se dégagent des travaux d'Alan Forrest et d'Isser Woloch : Alan FORREST, Conscripts and Deserters. The Army and French Society during the Revolution and Empire, traduction en français : Déserteurs et insoumis sous la Révolution et l'Empire, Paris, Librairie académique Perrin, 1988 ; Isser WOLOCH, The new regime. Transformations of the French civic order, 1789-1820s., New York, Norton, 1994, chapitre 13.
5 Charles TILLY, La France conteste. De 1600 à nos jours, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1986.
6 Idée confortée par les analyses d'Albert Soboul (Albert SOBOUL, Problèmes paysans de la Révolution, Paris, François Maspero, 1976) sur les luttes sociales en milieu rural à la veille de 1848. Nadine Vivier (Nadine VIVIER, « Une question délaissée : les biens communaux aux XVIIIe et XIXe siècles », dans Revue historique, n° 587, juillet-septembre 1993, pp. 143-160 ; Nadine VIVIER, « Le débat autour des communaux durant la crise du milieu du XIXe siècle », dans Alain FAURE, Alain PLESSIS et Jean-Claude FARCY [dir.], La terre et la cité. Mélanges offerts à Philippe Vigier, Paris, Éditions Créaphis, 1994, pp. 67-83) a cependant montré que l'offensive en question était beaucoup plus prudente et modeste qu'on ne l'avait cru, avant et pendant la Seconde République.
7 Sylvie DRAME, Judith MILLER, Bertrand ROEHNER et Christains GONFALONE, Un siècle de commerce du blé en France, 1825-1913. Les fluctuations du champ des prix, Paris, Economica, 1991.
8 L'anthropologie invite parfois à voir de façon plus nuancée les relations des paysans avec l'économie de marché, y compris dans les sociétés dites traditionnelles : voir les critiques que Hilton L. Root (Hilton L. ROOT, La formation de l'État moderne en Europe. La France et l'Angleterre, Paris, Presses universitaires de France, 1994, pp. 67-81) adresse aux vues classiques de James C. Scott (James C. SCOTT, The moral economy of the peasant. Peasant rebellion and subsistence in South-East Asia, Yale (Ct.), Yale University Press, 1974).
9 Pour le XVIIIe siècle : Olwen HUFTON, « Social conflict and the grain supply in eighteenth century France », dans Journal of Interdisciplinary History, tome 14, 1983, pp. 303-331.
10 Un examen le plus exhaustif possible de la circulation commerciale du blé, des régions qu'elle intègre et de celles qu'elle laisse à l'écart, est sans doute une démarche indispensable pour tester cette hypothèse d'une inspiration anticapitaliste de la contestation. De la même façon, ni la géographie de ces mouvements, ni la composition des populations qui y prenaient part n'ont été toujours étudiées de façon assez approfondie. Pour ces points, que nous n'aborderons pas ici, nous nous permettons de renvoyer à notre thèse : Nicolas BOURGUINAT, Ordre naturel, ordre public et hiérarchie sociale dans la France de la première moitié du XIXe siècle. L'État et les violences frumentaires, Thèse de doctorat en histoire sous la direction de Yves Lequin, Université Lumière-Lyon 2, 1997, 3 volumes, 845 f°, f° 128-429.
11 Louise A. TILLY, « La révolte frumentaire, forme de conflit politique en France », dans Annales, économies, sociétés, civilisations, tome 27, n° 3, mai-juin 1972, pp. 731-757, p. 731.
12 Ibidem, p. 757. Louise Tilly est revenue sur le même sujet en 1997, sans proposer de révision majeure des vues exprimées dans son article de 1972 : Louise A. TILLY, « Entitlements and troubles de subsistances in Nineteenth-Century France », dans André BURGUIÈRE, Joseph GOY et Marie-Jeanne TITS-DIEUAIDE [dir.], L'histoire grande ouverte. Hommages à Emmanuel Le Roy Ladurie, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1997, pp. 199-213.
13 Voir : Florence GAUTHIER et Guy-Robert IKNI [dir.], La guerre du blé au XVIIIe siècle. La critique populaire du libéralisme économique, Montreuil, Éditions de la Passion, 1988. Sans aller trop loin dans l'identification d'une originale « voie paysanne », sans doute en effet faut-il se garder de voir seulement dans la politique économique des montagnards un simple coup de génie tactique, comme tendait parfois à le faire Richard Cobb : Richard COBB, La protestation populaire en France, Paris, Calmann-Lévy, 1975 ; Richard COBB, Terreur et subsistances, 1793-1795, Paris, Clavreuil, 1964. Voir aussi l'introduction générale de la thèse de Guy-Robert Ikni : Guy-Robert IKNI, « La question paysanne dans la Révolution française. Pour une vision synthétique », dans Histoire et sociétés rurales, n° 4, 2e semestre 1995, pp. 177-210.
14 En 1817, Louis XVIII fera réaliser une peinture qui en saisit un des schémas classiques, intitulée : « Louis XVI distribue ses bienfaits à de pauvres paysans pendant l'hiver 1788 » (tableau de Louis Hersent, reproduit dans : André BURGUIÈRE, Paysages et paysans, Paris, Nathan, 1991, p. 115). C'est bien sûr un hommage à la mémoire du roi guillotiné, mais c'est davantage que cela : un schéma de la bienfaisance royale resté actuel, ainsi qu'en témoigne le fait que Louis XVIII ait prêté ses traits au personnage du tableau, et non fait reproduire ceux de son défunt frère.
15 Sur ce point, l'étude de référence est Steven L. KAPLAN, Bread, politics, and political economy in the reign of Louis XV, 2 volumes, La Haye, Martinus Nijhoff, 1976. La traduction française (Steven L. KAPLAN, Le pain, le peuple et le roi. La bataille du libéralisme sous Louis XV, Paris, Librairie académique Perrin, 1986) est seulement partielle. On peut consulter aussi : Pierre DOCKÈS, L'espace dans la pensée économique, Paris, Flammarion, 1971.
16 Edward P. THOMPSON, « The moral economy of the English crowd in the eighteenth century », dans Past & Present, tome 50, 1971, pp. 71-136. Une version française est disponible depuis peu : Edward P. THOMPSON, « L'économie morale de la foule dans l'Angleterre du XVIIIe siècle », dans Guy-Robert IKNI et Florence GAUTHIER [dir.], La guerre du blé…, ouv. cité, pp. 31-92. Thompson lui-même a tenté, peu avant sa mort, un bilan des controverses et des travaux suscités par son article de 1971 : Edward P. THOMPSON, « The moral economy reviewed », dans Edward P. THOMPSON, Customs in common, Londres, The Merlin Press, 1991.
17 Edward P. THOMPSON, « L'économie morale de la foule... », art. cité, p. 31.
18 Steven L. KAPLAN, Bread, politics, and political economy..., ouv. cité ; Steven L. KAPLAN, Les ventres de Paris. Pouvoirs et approvisionnement dans la France d'Ancien Régime, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1988. Voir aussi, d'interprétation délicate, l'article de Judith Miller : Judith MILLER, « Politics and urban provisioning crises : bakers, police and parlements in France, 1750-93 », dans Journal of Modern History, tome 64, 1992, pp. 227-262.
19 Rapport du maire de Châtellerault au préfet de la Vienne, 31 octobre 1816, Arch. nat. (Archives nationales), F11 721.
20 Citations et récit tirés d'une lettre du baron de Valsuzenay, préfet de l'Aube, à Decazes, 31 mai 1817, Arch. nat., F11 723.
21 Lettre du préfet de Seine-et-Marne à Decazes, 26 mai 1817, Arch. nat., F111 734.
22 Alain CORBIN, Le village des « cannibales », Paris, Aubier, 1990, réédition : Paris, Flammarion, 1995, pp. 87-104.
23 Au sein même du gouvernement, en 1816-1817, il y eut débat. Le chancelier Pasquier, le préfet de police de 1812 passé au service des Bourbons, s'affronte même sur ce point avec Decazes et Becquey (secrétaire d'État à l'Intérieur), qui ne pouvaient reconnaître dans cette orientation, pour des raisons à la fois économiques et politiques, que la référence à des « mesures de circonstances », ou pire, « aux lois de nos temps d'anarchie » (Lettres de Decazes au chancelier Pasquier et au lieutenant de police de Lyon, 23 novembre 1816, Arch. nat., F11 732). Sur la Commission des subsistances en particulier, et, en général, sur la politique économique de la Restauration dans le domaine douanier et vis-à-vis du grand négoce, voir la thèse d'État de Francis Démier : Francis DÉMIER, Marché, nation et développement sous la Restauration, Thèse de doctorat ès lettres sous la direction de Philippe Vigier, Université Paris X-Nanterre, 1991.
24 Arrêté du maire d'Evaux, 20 novembre 1846, Arch. nat., F11 2758, Creuse.
25 Lettre du ministre de l'Agriculture et du commerce au préfet de la Creuse, 11 janvier 1847, Arch. nat., F11 2758. Entre temps, le maire d'Evaux a maintenu son texte, et a désobéi aux injonctions du préfet qui lui demandait de le suspendre avant avis ministériel.
26 Lettre du préfet du Morbihan au ministre de l'Agriculture et du commerce, 16 janvier 1847, Arch. nat., F11 2758.
27 Mémoire de l'avocat général près la cour royale d'Angers adressé au Garde des Sceaux, 11 septembre 1846, Arch. nat., F11 2758, Maine-et-Loire.
28 Lettre du préfet de l'Indre au Garde des Sceaux, 10 janvier 1847, Arch. nat., BB19 37, cour royale de Bourges.
29 Ibidem.
30 Le même au même, 23 janvier 1847, ibidem.
31 Lettre du préfet de la Vienne à Decazes, 6 novembre 1816, Arch. nat., F11 721.
32 Adresse du marquis de Montgrand aux Marseillais, 12 novembre 1816, Arch. nat., F11 723.
33 Voir cependant, pour le début du règne, les vues plus nuancées d'Alain Corbin et Nathalie Veiga : Alain CORBIN et Nathalie VEIGA, « Le monarque sous la pluie. Les voyages de Louis-Philippe Ier en province (1831-1833) », dans Alain FAURE, Alain PLESSIS et Jean-Claude FARCY [dir.], La terre et la cité..., ouv. cité, pp. 217-230.
34 Lettre du procureur-général de Bourges au Garde des Sceaux, 22 janvier 1847, Arch. nat., BB19 37, cour royale de Bourges.
35 Rapport au Garde des Sceaux sur l'état des esprits dans le ressort de la cour royale de Montpellier, département de l'Aude, 27 février 1847, Arch. nat., BB19 39.
36 Lettre du docteur Bonnafos au ministre de l'Agriculture et du commerce, s.d.(mars 1847), transmise au préfet de l'Aude par le cabinet du ministre. Arch. nat., F11 2758. Souligné par nous.
37 Philippe VIGIER, « Élections municipales et prise de conscience politique sous la Monarchie de Juillet », dans La France au XIXe siècle. Mélanges offert à Charles Hippolyte Pouthas, Paris, Publications de la Sorbonne, 1973, pp. 278-286.
38 Pour cette première sortie des nobles restés fidèles au duc de Bordeaux hors de leur exil intérieur, via les conseils municipaux et les conseils généraux, voir : Michel DENIS, Les royalistes de la Mayenne et le monde moderne (XIXe-XXe siècles), Paris, Klincksieck, 1977 ; Claude-Isabelle BRELOT, La noblesse réinventée. Nobles de Franche-Comté de 1814 à 1870, Besançon, Annales littéraires de l'Université de Besançon, 1992, 2 volumes, 1242 p. ; David HIGGS, Nobles in Nineteenth-Century France. The Practice of Inegalitarianism, Baltimore et Londres, John Hopkins University Press, 1987, 288 p., traduction française : Nobles, titrés, aristocrates en France après la Révolution, 1800-1870, Paris, Liana Levi, 1990, 437 p.
39 Aggravées, dans les régions où l'influence de l'aristocratie terrienne et du clergé était réelle, de bruits insistants sur le retour prochain des Bourbons : ainsi cette rumeur du remplacement de Louis-Philippe par le duc de Bordeaux rapportée par un officier de police de Blois en février 1847 (Arch. nat., F11, 2759, cité par : Georges DUPEUX, « Aspects agricoles de la crise : le département du Loir-et-Cher », dans Ernest LABROUSSE [dir.], Aspects de la crise et de la dépression de l'économie française au milieu du XIXe siècle, 1846-1851. Études, Bibliothèque de la Révolution de 1848, tome XIX, Paris, Société d'histoire de 1848, 1956, pp. 65-92.). Les prêtres, pour leur poids dans les structures privées d'assistance, et certains nobles, pour les initiatives qu'ils prirent de faire venir des grains à leurs frais depuis les ports méditerranéens ou atlantiques se mirent aussi en valeur.
40 Légitimistes et républicains encadrent de concert, par exemple, cette foule armée qui jette des pierres sur la maison du juge de paix à Vinça (Pyrénées-Orientales) le jour du scrutin d'août 1846 : Peter McPHEE, Les semailles de la République dans les Pyrénées-Orientales, 1846-1852. Classes sociales, politique et culture, Perpignan, Publications de l'olivier, 1995, 507 p., p. 64.
41 Voir : John BAUGHMAN, « The French banquet campaign in 1847-48 », dans Journal of Modern History, tome 31, 1959, pp. 1-15.
42 Dans le Morbihan, en mai 1847, le bruit se répand que le maire du Faouët a « publié un maximum de 15 F le demi-hectolitre de seigle » (Arch. nat., F11 2758).
43 Peter McPHEE, The Politics of Rural Life. Political Mobilization in the French Countryside, 1846-1852, Oxford, Clarendon Press, 1992, 310 p., p. 70.
44 Que l'on pense simplement au monde antique : Peter GARNSEY, Famines et approvisionnements dans l'Antiquité, Paris, Les Belles Lettres, 1994.
45 À ce sujet, voir : Michel VOVELLE, La découverte de la politique. Géopolitique de la Révolution française, Paris, Éditions la découverte, 1992, 363 p. Voir également les articles discutant la pertinence de l'application du terme « politique » aux comportements paysans, comme : Eugen WEBER, « The Second Republic, Politics and the Peasants », dans French Historical Studies, tome 11, 1980, pp. 521-551, traduction française dans Eugen WEBER, Ma France, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1993, pp. 181-210 ; David HUNT, « Peasant politics in the French Révolution », dans Social History, tome 9, 1983 ; Melvin EDELSTEIN, « La place de la Révolution française dans la politisation des paysans », dans Annales historiques de la Révolution française, n° 280, avril-juin 199O, pp. 135-149 ; Jean-Luc MAYAUD, « Les paysanneries françaises face à la Seconde République », dans 1848, révolutions et mutations au XIXe siècle, n° 6, 1990, pp. 55-64 ; Gilles PÉCOUT, « La politisation des paysans au XIXe siècle. Réflexions sur l'histoire politique des campagnes françaises », dans Histoire et sociétés rurales, n° 2, 2e semestre 1994, pp. 91-125.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Bourguinat, « L'État et les violences frumentaires en France sous la Restauration et la Monarchie de Juillet », Ruralia [En ligne], 01 | 1997, mis en ligne le 01 janvier 1997, consulté le 20 septembre 2014. URL : http://ruralia.revues.org/2

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page