Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Jean VIGREUX, Waldeck Rochet. Une biographie politique, Paris, La Dispute, 2000, 378 p.

Annie Bleton-Ruget

Entrées d'index

Chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Nourrie de l’apport de sources nouvellement accessibles et des interrogations qui parcourent aujourd’hui l’histoire politique, la biographie politique de Waldeck Rochet que propose Jean Vigreux s’organise autour des rapports complexes qui se nouent entre l’itinéraire individuel d’un militant et les formes d’encadrement dans lesquelles son organisation le saisit.

2D’autres diront, ailleurs, l’apport de ce travail à la connaissance de l’histoire intérieure du parti communiste et à la compréhension de ses modalités d’intégration à la réalité sociale française. Nous avons, pour notre part, retenu un aspect de cette biographie qui n’est pas périphérique dans l’itinéraire singulier de ce petit exploitant bressan devenu secrétaire général du parti de la « classe ouvrière » : la rencontre paradoxale, à travers lui, du parti communiste, de la paysannerie et plus largement de la société rurale française.

3Dans l’exposé du parcours politique de Waldeck Rochet, cette rencontre est analysée de différents points de vue. Le premier, dans une perspective large, est une évocation des grandes étapes de l’histoire de la politique agraire et paysanne du PCF et de ses réaménagements successifs. Le second, de manière plus particularisée, est la prise en compte de l’investissement personnel du leader paysan dans l’évolution de cette politique et la mise en évidence de sa capacité à en faire un véritable capital politique. Le troisième, enfin, est la référence à l’importance de son expérience sociale et politique du monde rural dans le choix d’orientations qui sont devenus des choix collectifs.

4Prise en compte de ce triple point de vue, cette rencontre peut s’articuler autour de trois étapes qui ont été déterminantes dans la carrière du militant, ainsi que dans la définition des orientations politiques de son parti, et ceci sur des terrains qui n’ont pas été seulement ceux de la politique agraire. La première étape est celle de la formation d’un militant de province dans un temps de fondation (1924-1934). La seconde, 1934-1944, au cours de laquelle il est promu à des responsabilités nationales, s’inscrit dans la laborieuse intégration de son parti dans l’histoire nationale. La troisième enfin, de 1947 à 1964, voit sa reconnaissance officielle, y compris hors de son parti, en dépit — ou à la faveur — d’un long épisode de guerre froide.

5La première étape, durant laquelle Waldeck Rochet adhère de manière pratiquement contemporaine au parti communiste, en 1924, et à la CGPT, en 1930 au lendemain de sa création, est celle pour laquelle la documentation est la plus lacunaire. Pour cette période, Jean Vigreux fait largement appel aux ressources de la culture politique pour expliquer l’adhésion aux Jeunesses communistes d’un fils de cafetier de village, républicain et laïque militant. C’est aussi, pour une large part, à cette culture politique républicaine qu’est attribuée la capacité d’un ouvrier maraîcher, devenu petit propriétaire, à mener un travail militant dans sa région d’origine, la Bresse louhannaise, puis dans un département composite, comme l’est celui de Saône-et-Loire associant des villes ouvrières à des régions agricoles bien individualisées. L’agrarisme républicain des époques conquérantes de la République est aussi sollicité pour rendre compte du souci qui anime le secrétaire du rayon de la Jeunesse communiste de la Bresse, puis celui de la région lyonnaise, d’associer les travailleurs des villes et ceux des campagnes et de travailler à leur organisation commune. Peut-être, est-ce aussi dans la familiarité de ces pratiques de rassemblement, qu’il faille voir, comme le suggère Jean Vigreux, la source des capacités médiatrices que manifeste Waldeck Rochet dans la réorganisation des rayons de Saône-et-Loire en section autonome, dans la reprise en main de la région lyonnaise en 1933, tout comme son aptitude à accepter une discipline qui n’est pas un simple alignement, après ses initiatives aventurées d’une liste commune avec les socialistes aux élections municipales de Pierre-Bénite en 1933.

6Comme le montre la part qui lui est faite dans la biographie, la deuxième période constitue l’épisode central dans l’affirmation de la politique paysanne du parti communiste français et dans la consolidation du crédit politique de Waldeck Rochet, devenu, en 1934, secrétaire de la section agraire et en 1937 directeur du nouveau journal du PCF, La Terre. C’est aussi l’époque la mieux connue pour ce qui concerne les changements tactiques et stratégiques du parti communiste, même si les aspects touchant spécifiquement au domaine agraire ne sont pas ceux le plus souvent exposés. L’examen du contexte de la crise économique et des changements politiques des années trente montre comment le PCF est amené à reprendre ses analyses sur la paysannerie française, l’évaluation de son poids politique et le rôle qui doit lui être donné dans les stratégies du parti. La confrontation avec le Parti agraire et les organisations dorgèristes susceptibles d’encadrer des mouvements de masse, et la nécessité de trouver des bases de rapprochement avec les socialistes et les radicaux conduisent le PCF à réinsérer son programme à destination des paysans dans les composantes agraires, pour ne pas dire agrariennes, de l’histoire nationale.

7Dans cette étape particulièrement heurtée, qui va de la mise sur la touche de Renaud Jean pour soutien à Doriot, jusqu’à son arrivée à la direction de La Terre, Waldeck Rochet sait jouer de son capital de compétence en matière agraire. Devenu en 1934 secrétaire de la section agraire, où il supplante Renaud Jean, il fait en juillet 1935, devant le VIIe congrès de l’IC un rapport remarqué sur la spécificité de la paysannerie française, la capacité des mouvements paysans à s’inscrire dans une tradition révolutionnaire nationale et la possibilité de les intégrer dans des stratégies de lutte contre le fascisme. Comme le montre l’auteur, le PCF trouve dans cette conjoncture la source d’une réorientation de sa politique paysanne qui est une réaffirmation du bien-fondé de la défense de la propriété paysanne, assimilée à un outil de travail, mais plus encore l’exposé d’une vision nouvelle de « l’unité paysanne ». C’est au terme du VIIIe congrès de son parti, où il expose cette politique, que Waldeck Rochet fait son entrée au comité central. Cette reconnaissance officielle est aussi le signe de l’abandon de la voie syndicale incarnée par Renaud Jean et la CGPT, et la marque de l’émergence d’une voie politique d’intégration de la petite paysannerie propriétaire à un projet global de transformations sociales. La substitution de La Terre, journal politique à destination des campagnes, à la Voix paysanne, organe syndical de la CGPT, matérialise cette réorientation. La présence de Waldeck Rochet à la tête du journal achève de la concrétiser, alors que la politique de diffusion, le contenu des articles et la symbolique qui les accompagne renouent avec les pratiques de propagande rurale inaugurées au XIXe siècle par les républicains. Le soutien apporté à la politique agricole du Front populaire, notamment l’ONIB, s’inscrit dans le même dispositif de réinsertion nationale qui commence tout juste à porter ses fruits électoraux dans les campagnes, notamment à partir des élections cantonales de 1937.

8À la Libération, le PCF peut ajouter au crédit que lui vaut son image de parti des fusillés sa capacité à s’inscrire à nouveau dans une histoire nationale où la gauche et la paysannerie ont fini par trouver leur place. Une fois encore Waldeck Rochet sait jouer de ses compétences en matière agricole pour représenter, en 1944, à l’Assemblée consultative, son parti, la CGPT et la voix des réformes paysannes. La participation du parti communiste au gouvernement provisoire contribue à la mise en place de la législation, avortée en 1936, touchant au statut du fermage et du métayage. Cette période est aussi celle de la difficile mise en place de la CGA, dont Waldeck Rochet devient le vice-président en 1945, de la mobilisation des comités de défense et d’action paysannes et de stratégies concurrentes, à gauche, de contrôle de la paysannerie ; stratégies dont les conservateurs, traditionnellement mieux implantés dans le syndicalisme agricole, ont su tirer parti au sein de la FNSEA.

9Dans la troisième période, celle de la mise à l’écart de la vie politique nationale, de la consolidation des attitudes de guerre froide, et aussi des vives tensions internes suscitées notamment par le XXe congrès du PCUS, la dynamique qui avait rapproché le PCF et la paysannerie s’essouffle. L’époque est pourtant décisive pour la paysannerie française comme en témoignent, à partir de 1953, les manifestations paysannes et bientôt des réorientations radicales des politiques agricoles qu’inaugurent les lois d’orientation de 1960. Comme le montre l’étude de la carrière parlementaire de Waldeck Rochet, si les succès électoraux du parti communiste refluent à partir de 1947, son affaiblissement politique dans les campagnes françaises est cependant très contrasté, et en tout cas sans commune mesure avec sa marginalisation politique officielle. Ainsi dans le département de Saône-et-Loire, où Waldeck Rochet retrouve une implantation électorale en novembre 1945, et sait à nouveau faire jouer l’association ville-campagne, le PCF reste la principale force politique durant toute la IVe République. L’implantation du communisme rural se consolide dans certains départements français en pleine guerre froide et La Terre devient, même si le nombre global des ventes diminue, le journal de certaines campagnes françaises au moment où s’ouvrent les changements économiques de l’après-guerre.

10Face à un monde paysan dans lequel s’affirment les clivages sociaux, en dépit des discours du syndicalisme majoritaire, et se manifestent les capacités militantes de la JAC, le parti communiste réaménage sa politique paysanne. La défense des « petits », le renforcement de l’exploitation familiale et son extension, le développement des coopératives comme voie spécifique de modernisation de l’agriculture française sont devenus les mots d’ordre d’un parti en position de repli. Ce repli se manifeste aussi par un retour à la voie syndicale abandonnée en 1935, comme en témoignent les actions protestataires au sein du Comité de Guéret, le rapprochement temporaire avec les poujadistes et finalement la création du MODEF en 1959.

11Pour notre propos, l’histoire s’arrête en 1964, avec l’arrivée de Waldeck Rochet au secrétariat du parti communiste et l’abandon de ses responsabilités à la direction de la section agraire et de La Terre. L’image du personnage n’est plus celle du militant paysan, mais plutôt celle de l’homme d’appareil, et le paysan bressan a alors entièrement disparu dans un personnage construit politiquement. Au point où les journalistes pourront dire « qu’il roule les r comme un russe ». Est-ce la reconnaissance de sa capacité à capitaliser des expériences politiques multiples, son aptitude à assumer les épisodes de liquidation des oppositions internes, ou son image d’individu atypique dans des temps incertains qui le font succéder à Maurice Thorez ? L’étude reste à faire. Nous nous contenterons de souligner que cette arrivée, plutôt accidentelle, est concomitante d’une nouvelle orientation de la politique agraire du parti communiste. La publication par Waldeck Rochet de Ceux de la Terre en 1963 prend la signification du testament politique d’une paysannerie défunte. Dès l’année suivante, à Aubervilliers, le parti communiste prend acte d’une évolution économique qui rend inévitable une modernisation condamnant à la disparition bon nombre d’exploitations agricoles. C’est finalement sur le terrain agraire que se fait d’abord son aggiormanento, au moment où le nouveau secrétaire général inaugure un autre style de direction.

12La perspective biographique qu’offre cette étude est à la fois, pour ceux qui s’intéressent à l’histoire sociale et politique de la paysannerie et à ses rapports avec les partis marxistes, une source des nouvelles informations, mais aussi une occasion d’interrogations renouvelées. La mise en évidence du parcours politique de Waldeck Rochet montre que si la question agraire n’a jamais été la préoccupation centrale du PCF, elle a joué dans son histoire un rôle moins négligeable qu’il n’y paraît. D’abord parce qu’elle émerge à des époques qui sont des époques stratégiques, ensuite parce qu’elle a pu servir de tremplin à certains militants pour exister de manière originale dans l’organisation. Cette étude permet aussi d’établir de manière plus claire une chronologie des rapprochements et d’identifier, pour chaque époque, des modalités propres d’activités politiques auprès de la paysannerie. Enfin elle permet d’entrevoir le niveau international, celui du Krestintern puis de l’IAI, où ces questions ont aussi été débattues.

13Dans le même temps, cette entrée biographique renforce toutes les interrogations qui demeurent autour de la convocation de la culture républicaine pour expliquer la rencontre entre deux mondes largement considérés comme antinomiques : la paysannerie et le communisme. Ces interrogations sur le recours à l’argument de la culture républicaine valent aussi bien pour la lecture des parcours individuels, comme celui de Waldeck Rochet, que pour l’interprétation des choix politiques d’une paysannerie qui a pensé trouver dans ce parti le défenseur de ce qui lui tenait à cœur. Au terme de la lecture de cette biographie, la question reste ouverte, comme demeure à réexplorer l’embarrassante référence aux filiations politiques. Sans répondre à ces questions, l’ouvrage souligne pourtant un trait biographique du personnage qui pourrait permettre de mener plus avant les investigations : c’est son goût pour l’étude et le savoir. Comment de l’école républicaine, qui lui a fourni des rudiments, à celles de son parti, dans lesquelles il a appris une grille de lecture du monde, en passant par les écoles paysannes, écoles d’hiver ou du soir, à destination des militants, ont circulé les instruments d’apprentissage, de compréhension, de transformation ou de consolidation une réalité sociale et politique particulièrement mouvante ?

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Bleton-Ruget, « Jean VIGREUX, Waldeck Rochet. Une biographie politique, Paris, La Dispute, 2000, 378 p. », Ruralia [En ligne], 07 | 2000, mis en ligne le 31 juillet 2004, consulté le 27 novembre 2014. URL : http://ruralia.revues.org/190

Haut de page

Auteur

Annie Bleton-Ruget

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page