Navigation – Plan du site
Comptes-rendus de lecture

Bertrand HERVIEU, Les agriculteurs,Que sais-je ? n° 3048, Paris, Presses universitaires de France, 1996, 128 p.

Jean-Luc Mayaud

Entrées d’index

Chronologique :

XXe siècle
Haut de page

Texte intégral

1Sous un titre imprécis, Bertrand Hervieu traite du monde des agriculteurs français de ces deux dernières décennies, tout en faisant quelques références au XIXe siècle et à l'entre-deux-guerres. L'ouvrage commence par un chapitre consacré à la population agricole, désormais minoritaire et comportant une proportion croissante de salariés. Sont ensuite évoquées les exploitations, de plus en plus concentrées (180 000 fournissent les deux tiers de la production) et spécialisées, plus souvent soumises au régime du fermage (60 % des exploitations en 1993) qu'au faire-valoir direct (39 %) ou au métayage (1 %). Tendant à être perçues avant tout comme des outils de travail, ces exploitations développent des productions qui sont de moins en moins liées à la nature originelle des sols si bien que se produit une véritable délocalisation dans le domaine agricole. Les nuances régionales se trouvent donc quelque peu sacrifiées dans l'ouvrage, mais qu'importe en définitive puisque la culture hors sol se fait conquérante. Vient ensuite un chapitre qui présente la diversité des productions de façon très classique : mais est-il possible, sur un tel sujet, d'éviter de recourir à la forme d'un catalogue ? Plus stimulant est le chapitre quatre car il présente une fine étude du mode de vie des agriculteurs dont les ressources financières comportent une part importante de revenus non agricoles et présentent de fortes disparités, ce qui n'empêche pas l'agriculteur moyen d'adopter un mode de consommation désormais proche de celui des citadins. Mais le monde agricole conserve de fortes spécificités qui se traduisent dans les complexes réseaux d'encadrement et de représentation exposés dans le cinquième chapitre. Après quoi est envisagé le poids électoral de ce groupe dont l'attitude politique connaît une évolution récente vers l'extrême-droite, en réponse aux déceptions engendrées par la politique européenne. Notons enfin la qualité de la bibliographie, exceptionnelle pour un volume de cette collection et qui fait pardonner les quelques coquilles et fautes de frappe apparaissant dans le texte.

2C'est en définitive à un exercice difficile que s'est livré Bertrand Hervieu : celui de rendre compte simplement, en très peu de pages, de la diversité d'un groupe social certes minoritaire mais au passé fort significatif et au rôle économique encore essentiel. Voilà donc le fruit d'une sociologie engagée, qui n'est pas un travail en chambre ou hors du temps. Et il faut se féliciter de voir celui-ci trouver sa place dans une collection accessible au grand public : il est temps que les sciences sociales sortent du cercle des spécialistes. Mais alors, la sociologie doit s'ouvrir plus que jamais à une pluri-disciplinarité qui passe par une intériorisation plus forte des avancées des autres sciences de la société. Moyennant quoi n'apparaîtrait pas, p. 118, un relatif contresens au sujet du livre d'Eugène Weber, livre dont la thèse est contenue dans le titre de la version anglaise ­ Peasants into Frenchmen ­ et non dans celui, inepte, de sa traduction française ­ La fin des terroirs 1 ­, thèse contre laquelle la plupart des historiens ruralistes français se sont élevés.

3Il n'en reste pas moins qu'il faut saluer l'ouvrage de Bertrand Hervieu comme une étude sans passéisme ni complaisance, qui présente, de façon dense, un état de la question à l'aide de solides statistiques et de résultats de sondages. Certes, les sources utilisées ne peuvent satisfaire le spécialiste : les « agriculteurs » ne constituent nullement un groupe homogène ; mais il y aurait là mauvais procès puisque l'auteur, l'un des meilleurs spécialistes, sait renvoyer le lecteur aux multiples travaux des ruralistes qu'il a su synthétiser. Son livre est de surcroît un authentique plaidoyer (voir notamment la conclusion) au sujet duquel il faut reconnaître que, s'il prête à discussion, il est particulièrement convaincant. On appréciera particulièrement le point de vue d'un sociologue de terrain dans un débat qui demeure chaque jour d'actualité : les décideurs en France et à Bruxelles comme les professionnels y adhéreront-ils ? Mais la question agricole ne peut rester débattue par les seuls professionnels et leurs représentants : la densité des informations et du propos de ce « Que sais-je ? » contribuent ainsi à éclairer chaque citoyen de ce pays.

Haut de page

Notes

1 Eugen WEBER, Peasants into Frenchmen. The Modernization of Rural France, 1870-1914, Stanford California, Stanford University Press, 1976, 615 p., traduction en français, La fin des terroirs. La modernisation de la France rurale. 1870-1914, Paris, Librairie Arthème Fayard/Éditions Recherches, 1983, 844 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Mayaud, « Bertrand HERVIEU, Les agriculteurs,Que sais-je ? n° 3048, Paris, Presses universitaires de France, 1996, 128 p. », Ruralia [En ligne], 01 | 1997, mis en ligne le 25 janvier 2005, consulté le 28 juin 2017. URL : http://ruralia.revues.org/19

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page